Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les syndicats CGT, CFDT et FO ne soutiennent pas Henri Proglio (...)

Les syndicats CGT, CFDT et FO ne soutiennent pas Henri Proglio !

L’effet d’annonce était assez détonnant.

Le Président de la République exhibant un tract intersyndical issu de membres représentants des salariés du Comité de Groupe de VEOLIA Environnement prouvant que toutes les organisations syndicales soutiennent leur Président (non exécutif) Henri PROGLIO.

La vérité vient d’être rétablie mais la correction médiatique en moins.

L’émission du 29 janvier de la chaine d’informations arretsurimages.net permet de rétablir la vérité.

Le représentant de la CFE-CGC apparait comme un "porteur d’eau" de la Direction de VEOLIA Environnement.

François CHEREQUE, secrétaire général de la CFDT a estimé lundi 25 janvier que le cumul des fonctions d’Henri Proglio, à EDF et Veolia, devait "s’arrêter tout de suite".

Il tient également à préciser :"Il y deux choses qui me choquent : d’une part le niveau des revenus, et ce n’est pas seulement M. Proglio, ce sont les revenus des footballeurs, les revenus de certains patrons, c’est insupportable, il y en a qui gagnent trop, il y en a qui ne gagnent pas assez dans notre pays". "La deuxième chose, c’est le cumul de fonctions". "A moins que le gouvernement ait un projet comme il en a eu pour Gaz de France-Suez (qui ont fusionné en 2008, ndlr), s’il n’y a pas ce projet-là, il faut effectivement arrêter tout de suite ce cumul des fonctions". (Déclaration sur RTL, lundi 25 janvier)

Le 28 janvier dernier, la CGT de l’U.E.S. GENERALE DES EAUX – BANLIEUE DE PARIS fournit "un démenti officiel du signataire cité (M. Franck Leroux, délégué syndical central et membre du comité de groupe Veolia Environnement)."

Quant à FO, cette organisation syndicale s’est exprimée par l’intermédiaire de son Union Générale dans les termes suivants :

«  Préalablement à la désignation de Monsieur Proglio à la tête d’EDF, l’UGSFO Veolia, secteur eau, rappelle que nous avions déjà fait valoir l’incompatibilité économique et sociale de cette nomination d’un ami du Président de la République à la tête d’EDF.

En effet, il convient de se rappeler que Monsieur Proglio faisait partie, entre autres, du cercle d’amis du Président fêtant son élection au restaurant Le Fouquet’s à Paris au mois de mai 2007.

L’UGSFO rappelle également que le management social très « particulier » de Monsieur Proglio a vivement été critiqué, tant au regard des multiples condamnations définitives de ce groupe pour les atteintes à la liberté syndicale, qu’au regard de son triste bilan économique (gérant de la CGE sous l’ère Messier).

Faut-il rappeler que Veolia a perdu récemment la gestion de la distribution de l’eau à Paris qui était pourtant la vitrine commerciale du groupe et vient de perdre également plusieurs contrats dont l’agglomération de Rouen.

Nous ne sommes pas surpris de la polémique de la double rémunération indécente de Monsieur Proglio qui n’est que le début des pirouettes économiques et sociales à venir.

Notre organisation syndicale dénonce fermement la situation actuelle qui nous semble plus correspondre à un copinage électoral qu’à une nécessité économique transparente.

Monsieur Proglio a-t-il déjà oublié qu’il a sollicité devant le Tribunal Correctionnel la condamnation en diffamation du Secrétaire Général de l’UGSFO qui avait dénoncé, entre autres, les versements occultes, effectués en espèces à des syndicalistes de la CGE (devenue Veolia) ?

A-t-il oublié que notre Secrétaire Général a bénéficié dans cette affaire d’une relaxe définitive ? Dans ce contexte, FO considère que cette nomination pose beaucoup plus de problèmes réels qu’elle n’apporte de réponses.

Le maintien des deux postes (EDF-Veolia) pose aussi la question d’un parti pris dans des activités économiques qui sont concurrentes, Monsieur Proglio DOIT DEMISSIONNER IMMEDIATEMENT D’UN DES DEUX POSTES. »

Personne ne sera véritablement surpris de l’utilisation élyséenne d’une (relative) cacophonie et/ou manipulation de la parole syndicale (entre différents niveaux, confédéraux, fédéraux, entreprise, comité de groupe de VEOLIA Environnement).

Au final, on retiendra les démentis des plus hauts responsables (qu’ils soient confédéraux ou fédéraux) des trois organisations CFDT, CGT et FO.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Bardamu 2 février 2010 10:41

    Hormis cela, si les syndicalistes de terrain -les militants de base- sont assez sincères -quoique souvent intéressés par la seule défense de leurs propres intérêts-, ceux qui officient au sommet sont depuis longtemps corrompus, contraints d’user d’un jeu de va-et-vient incessant -un coup pour le salarié, un autre pour le patron-, de fausse rébellion, d’un simulacre de dissidence.

    A l’image du facteur Besancenot -dont Sud s’inspire-, ils crient haut et fort une révolte pour mieux cacher qu’ils sont depuis belle lurette passés à l’ennemi.

    Combien de francs-maçons parmi ceux-là ?... carriéristes d’une contestation subventionnée.

    Et à leur base, combien se protégeant ainsi d’un éventuel licenciement ?

    Si une révolution advenait, elle se ferait sans eux qui, en monopolisant le contre-pouvoir, par leur double discours étouffent tout mouvement possible !


    • ddacoudre ddacoudre 2 février 2010 21:56

      bonjour bardamu

      pour une fois je ne suis en aucun point d’accord avec toi. ce ne sont pas les pauvres qui font les révolution il y en a et il y en a tellement eu que depuis cela ce serait, c’est parce que les salariés désertent ces lieux ou s’organisent les contestations qu’ils deviennent vulnérable, car il en sont encore a croire que le syndicalisme et un centre de promotion individuelle. ils ont fini par croire que c’était une compagnie d’assurance tous risque que les autres prenaient pour eux. Commenge à écrit qu’il aurait mieux valut faire un débat sur la démocratie qui se perd que sur l’identité que l’on aura toujours. la puisance du syndicalisme est l’addhésion de ses salariés plus il y en a plus ils sont fort moins il y en a cela se devine car nous le vivons.

      3 millions de salariés dans la rue et rien au bout des révolutions comme celle là le pouvoir peu dormir tranquille.

      cordialement.


    • remiaufrere remiaufrere 3 février 2010 18:20

      Tous pourris en haut ?
      Un peu simplistes non comme commentaire !

      La révolution ? Il y en a qui en parle beaucoup mais quand il s’agit de se « sortir les doigts du c.. » (comme le dit un de mes bons camarades syndicalistes cheminots), ils sont moins nombreux les bavards pour défendre toutes les causes individuelles et collectives des salariés sur le terrain !

      Chacun a toujours de bonnes raisons pour ne pas s’engager dans un collectif quel qu’il soit.
      Toute organisation génère ses tares et ses défauts. Mais la défense des salariés nécessite bien une « organisation » (et plusieurs pour respecter le pluralisme).

      Alors elle est ou la solution ?

      La révolution ?
      Prévenez moi dès qu’elle arrive (sourires) et j’en serais avec vous !



    • PB 2 février 2010 22:06

      Le communiqué de la CGT-Eaux Banlieue de Paris tente un contre-feu maladroit sur ce qui est un scandale intolérable : l’instrumentalisation de syndicalistes par le Patronat, et le gouvernement à son « service »


      non, il n’y a pas eu diffamation ni extorsion de signature, ni confection et usage de faux, ce que laisse entendre le tract des camarades de la section CGT de Véolia-eau Banlieue de Paris


      - "nous vous informons du démenti officiel du signataire cité (M. Franck L…, délégué syndical central et membre du comité de groupe Veolia Environnement).« 

      - »Nous nous réservons le droit d’engager une plainte en diffamation."



      1) ce n’est pas le démenti de Franck L. , DSC CGT, mais un tract de la section syndicale

      2) il n’y a pas de plainte en diffamation, ni de possibilité de le faire, puisque Maurice Marion (FD-énergie CGT) reconnait aussi que Franck L. a signé ce communiqué de l’intersyndicale

      c’est dans l’émission « Arrêt sur images »

      http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=7003


      Oui, par contre, il y a bien eu « manipulation » du DSC CGT, du délégué FO, par la CGC : dans cette émission, Jean-Luc Davoisne, délégué CFE-CGC de Veolia, explique que le projet de communiqué, « à discuter>, a été apporté lundi matin par un délégué CGC-véolia lors de la réunion du Comité de groupe.


      A la CGT, les mandats confiés, en l’occurrence celui de DSC, ne donne pas au mandaté le chèque en blanc pour signer n’importe quoi suivant son bon vouloir .

      Le mandaté soumet un projet au syndicat (ensemble des syndiqués, quand les règles de vie syndicale sont respectées à la lettre), dans le cas d’un DSC à l’ensemble des syndicats qu’il représente. Après discutions, mandat lui est donné de signer ou non un projet.

      Ce minimum de règle de vie syndicale est connu de tous les militants CGT : aucun ne peut y déroger, si ce n’est commettre une faute grave, pouvant valoir exclusion ou même parfois dissolution du syndicat ( voir le «  syndicat Dunlop à Amiens » qui a été dissous par la FD Chimie et l’UD, parce que le délégué syndical avait signé un accord pourri pour les ouvriers, dérogeant gravement à la convention collective)


      Les signataires n’ignoraient pas la polémique autour de Proglio, sa nomination à la tête d’EDF. Le signataire CGT n’ignorait les prises de position très négatives de la Fédération CGT-énergie

      Comme par miracle, ce communiqué de soutien à Proglio (en couleur, s’il vous plait !) a été donné à Sarkozy à point pour l’émission du soir.

      C’est beaucoup mieux que le service public de la Poste....
      C’est ce qu’on appelle faire diligence....

      Il est à combien, le « timbre » ?


      • remiaufrere remiaufrere 3 février 2010 18:14

        Je vous remercie pour vos précisions utiles et qui illustrent mon propos.

        J’avais bien noté la manipulation sans vos explications mais avec celle-ci, c’est encore plus éclairant.
        Qu’un responsable de la CFE-CGC en l’occurence leur représentant au Comité de Groupe, soit un des coursiers de cette petite manip’ politicarde ne fait aucun doute.

        Que l’on apprenne dans quelques heures ou quelques jours qu’il est militant UMP ou « sympathisant » ne sera pas non plus une grande surprise.

        Là où par contre je suis plutôt désappointé c’est l’incroyable faiblesse politique des autres représentants syndicaux qui ont soutenu dans une première phase la « communication intersyndicale » de soutien à Monsieur PROGLIO.

        Ce dernier a dû bien sourire avec un niveau de morgue qui lui sied bien... Et le Chef de l’Etat a fait son numéro !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès