Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les ventes s’effrondrent sur iTunes

Les ventes s’effrondrent sur iTunes

Selon l’Institut Forrester Research qui se base sur les transactions effectuées par carte bleue sur les vingt-sept derniers mois, les ventes de musique sur iTunes seraient en train de s’effondrer. Au Royaume-Uni, l’industrie musicale commence à discuter d’une éventuelle licence globale compenser le déclin.

Apple ne communique pas sur les revenus engendrés par iTunes. Nous ne connaissons que le nombre de chansons téléchargées, qui a dépassé le milliard en début d’année. Ce fut alors une grande fête pour la firme de Cupertino, et depuis, le grand silence. Pour en savoir plus, Forrester Research a analysé les transactions par carte bleue sur une période de vingt-sept mois. Et les résultats sont de mauvaise augure pour iTunes et pour l’industrie du disque sans sa globalité.

Alors qu’iTunes ne cessait de croître depuis son lancement en 2003, le chiffre d’affaire mensuel a chuté de 65 % depuis janvier, rapporte l’institut ! De plus, le montant moyen de chaque transaction a baissé de 17 %, ce qui indique non seulement une chute du nombre de clients, mais aussi une baisse d’intérêt de la part des clients restants.

Ces données confirment celles de Nielsen Soundscan, qui nous apprenait le mois dernier que le quatrième trimestre de la musique en ligne débutait cette année sur des tendances très inquiétantes. Cet été, Jupiter Research indiquait qu’un iPod n’est rempli en moyenne qu’avec 5 % de musique achetée sur iTunes. En mai, Pali Research apercevait déjà les premiers signes (.pdf) d’une décroissance de la musique en ligne. Pour un marché censé compenser la perte de revenus sur les ventes de CD et permettre à l’industrie de poursuivre sa croissance, c’est une accumulation de mauvaises nouvelles.

Une licence globale d’abord en Grande-Bretagne ?

Sur les douze derniers mois, 3,2 % des foyers connectés à Internet ont acheté de la musique sur iTunes, à un montant relativement faible. Plus de la moitié ont dépensé moins de 17 $, l’équivalent du prix d’un CD dans le commerce. En moyenne, le montant de la transaction n’est que de 3 $. A titre de comparaison, les individus connectés à Internet (qui sont donc bien plus nombreux que les foyers) achètent sur Internet 1,7 CD physique par trimestre. Le téléchargement légal ne remplace donc pas les ventes de disques, qui, elles, continuent de chuter. Pour Josh Bernoff, l’auteur de l’étude pour Forrester Research, les DRM sont en cause. "La possibilité d’obtenir de la musique piratée est désormais si répandue que le DRM ressemble pour les consommateurs plus à un problème qu’à un avantage", explique-t-il.

Ainsi, les maisons de disques tentent de plus en plus de vendre de la musique sans DRM. C’est quelque chose que les consommateurs et les "pirates" réclament depuis de nombreuses années, mais les majors pensaient pouvoir prendre le dessus sur l’internaute par la force de l’usure. Ils se rendent compte que non, et se posent auourd’hui des questions sur la viabilité de la vente de musique sur Internet dans son ensemble.

Alors qu’en France le débat sur la licence globale a été provisoirement enterré par un ministère de la Culture peureux et mal inspiré, l’idée creuse donc son chemin de l’autre côté de la Manche. Le rapport Gowers, qui s’est opposé à l’extension de la durée des droits voisins, a également préconisé l’établissement d’une base de données établissant une liste des oeuvres protégées. C’est, nous l’avons dit ici et déjà là, un préalable indispensable à l’établissement d’une licence globale, et sans doute un revirement obligatoire pour l’avenir du droit d’auteur sur Internet. Mais surtout, le Register nous indique que les grandes maisons de disques ont accepté de se joindre à une discussion autour de la licence globale au Royaume-Uni. Les discussions sont animées par le Chatham House, l’ancien Royal Institute of International Affairs, un très prestigieux think tank d’influence internationale.

De quoi se faire retourner quelques morts dans leur tombe...


Moyenne des avis sur cet article :  3.07/5   (408 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • miaou (---.---.169.199) 14 décembre 2006 13:14

    La France avait l’occasion de prendre l’initiative dans ce domaine, elle a, par la faute d’un ministre trop sensible aux lobbys (le Suisse Johnny Hallyday, le fraudeur Gyneco, le raffiné Pascal Sevran, le talentueux Steevy...) raté le coche. Apparemment, elle ne reviendra à la solution de la licence globale qu’une fois cell-ci officiellemnt adoubée par l’un ou l’autre pays anglo-saxon.

    Quelqu’un pourait-il faire le point sur l’engagement des candidats à la présidence de la République sur ce sujet ?


    • Christian (---.---.128.172) 14 décembre 2006 17:49

      par la faute d’un ministre trop sensible aux lobbys

      Je me souviens qu’il est aussi sensible aux valise$ bourrée$ de pognon.


    • louis mandrin (---.---.45.205) 14 décembre 2006 18:26

      ni la droite, qui a imposé DADVSI, ni la gauche (Jack lang, conseiller spécial de Ségo, est un farouche opposant à la licence globale et certainement bien arrosé aussi), ni le PC, ni les verts n’abordent le sujet, les seuls à en discuter sont, à demi-mots, l’UDF de Bayrou, et le FN, qui propose lui, d’abroger la loi...curieusement, il semble que ce soit un sujet tabou au sein des politiques, les lobbys ont fait du bon travail et ont été grassement récompensés puisqu’elles ont même été décorées de l’ordre du mérite par le ministre blanchisseur, et certains politiques ont du récupérer des strapontins dorés chez universal ou d’autres pourritures du même genre...

      Il faut que le débat sur la licence globale s’invite dans la campagne, je pense que ça devrait arriver dans les jours à venir...


    • robin (---.---.49.150) 15 décembre 2006 12:31

       smiley ce sont des escrocs doublés d’imbéciles et de crétins,la loi DAVSI est un exemple de manipulation et de corruption de la part des Majors,de combien la balance a penchée pendant 6 mois (de la 1ere lecture à l’adoption finale ,.... fin juillet !!!) MAIS les majors commence à s’apercevoir de l’ampleur du désastre...je dirai presque « bien fait » si il ne s’agissait pas ,somme toute,de tout un pan de l’économie qui menace de s’écrouler et tous les drames qui vont avec, pourtant ,il fallait vraiment être con pour ne pas voir la montée du WEB.....TENEZ ! allez écouter de la zic gratos et légale (tout style !)sur http://www.dogmazic.net/static.php?op=musiqueIndex.php smiley ..lol


    • Zenest (---.---.3.153) 14 décembre 2006 14:24

      Ainsi les majors pourraient renoncer à « éduquer » les internautes... En attendant je continue de n’acheter aucun CD ni DVD flétri de la fleur de lys du « copy protected ».


      • ni-ni (---.---.216.46) 14 décembre 2006 14:37

        " - Bataille d’experts autour des ventes de l’iTS - Lionel - 05:38:16 - Réactions

        La semaine dernière, le cabinet d’étude Forester jetait un pavé dans la marre une publiant une étude selon laquelle les ventes de musique de l’iTunes Store auraient décliné de 58% sur le premier semestre 2006. Cette étude s’appuyait sur un échantillon de transactions par carte de crédit pour arriver à ce résultat. Bien entendu, cette étude a fait beaucoup de bruit, et provoqué des tumultes boursiers. Aujourd’hui, le cabinet Piper Jaffray a publié lui aussi une étude selon laquelle, loin de régresser, les chiffres d’Apple auraient au contraire fortement progressé d’une année sur l’autre, de 78% ! Il y a un gouffre énorme entre ces deux études, qui montre surtout que ces analyses sont souvent aussi spéculatives que les personnes qui les utilisent pour miser en bourse." http://www.macbidouille.com/news/2006-12-14/#13738

         smiley

        comme quoi les etudes se suivent et se ressemble pas smiley et comme , comme vous le dites si bien, apple ne communique pas sur ces chiffres, se ne sont que des suppositions !

        par ailleur selon mac4ever http://www.mac4ever.com/news/27435/en_vrac_luckybag_itunes_free_laser/

        « Apple est furieuse contre le rapport paru hier (par Forrester) qui indiquait une baisse des ventes sur iTunes. Cupertino a réagi vivement à cette annonce, en déclarant tout simplement que les chiffres sont totalement faux. Et de rappeler enfin, qu’iTunes Store est toujours le 4ieme vendeur de musique aux USA, tous supports confondus. »

        moralité verifier vos sources


        • ahmed (---.---.206.161) 17 décembre 2006 01:59

          trituronronron triturarara triturezrezrez vous y arriverezrezrez,n’empéche que itunes ne fait plus trop de tunes ces temps si si si !!!!!........ smiley..BOYCOTTONS CES CONSCONSCONS ..... !!!!bonne zic libre et gratuite sur http://www.dogmazic.net/static.php?op=musiqueIndex.php smiley


        • ahmed (---.---.206.161) 17 décembre 2006 02:05

          vas donc sur http://www.dogmazic.net/static.php?op=musiqueIndex.php c’est gratuit ,légal,libre,talentueux .........l’alter ..lol smiley


        • (---.---.222.13) 14 décembre 2006 14:42

          Mais qui voudrait donc des DRMs ? Elles sont finalement payées par le consommateur. Et quand celui-ci paye, il s’attend à recevoir quelque chose en contrepartie. Avec les DRMs, on paye et on reçoit moins... autant acheter le boulet qui nous retiendra prisonnier !

          Ajoutons à cela que les DRMs n’acceptent pas la demi-mesure : pour être efficace, elles doivent être extrêmement contraignantes et ne tolérer aucun passe droit. Dans le cas contraire, il suffit que la porte soit entrouverte sur une possibilité de contournement pour que celle-ci soit exploitée¹, ruinant définitivement la protection . Qui donc accepterait de renoncer à sa vie privée, à sa liberté d’écouter librement où et quand il le veut de la musique, pour le seul profit des multinationales ? Où est la contrepartie à ce sacrifice imposé ?

          1. Dernier exemple en date : des hackers contournent les règles d’activation de Vista


          • popov de kerl (---.---.54.154) 14 décembre 2006 16:31

            franchement, les DRM sont du vol a l’envert, avec ces joyeuses saletés vous avez le droit de payer pour telecharger une musique que vous ne pourez ni transporter dans un balladeur numérique ni copier pour l’exploiter sur une chaine de salon

            A quand la musique qu’on paie sans avoir le droit de l’écouter


            • louis mandrin (---.---.45.205) 14 décembre 2006 18:18

              pour réduire les circuits économiques et gaver encore plus les majors, on devrait mettre une tire-lire sur les rebords de nos fenêtres et glisser chaque jours quelques euros ou plus encore, que la sacem ou les autres organismes viendraient collecter sans qu’on ai rien fait d’autre (même pas écouter la radio, qu’on paye dejà avec la redevance), ils voudraient que l’on paye, juste parce qu’ils sont là, sans rien donner en échange...tant qu’à faire que de jeter l’argent par les fenêtres, autant que ça tombe directement dans leurs poches, histoire de financer leurs villas tropéziennes ou californiennes, leurs yachts, leurs férraris et toutes les joyeusetés qu’ils se payent sur notre dos...ils nous prennent vraiment pour des cons...et insistent lourdement.


            • robin (---.---.49.150) 15 décembre 2006 12:50

              il faut les laisser pourrir sur pied le processus est déjà bien amorcé...l’arbre ne va pas tarder a tomber ,accentuons le boycott !!! en attendant venez écouter librement et gratuitement de la bonne zic et sans pub http://www.dogmazic.net/static.php?op=musiqueIndex.php... :-))


            • marie (---.---.209.136) 16 décembre 2006 12:37

              je connais lhéritière du type qui a fondé la SACEM, je peux vous dire que question pognon, çà roule pour elle : appartement, maison, voyages et..etc.. mais si vous pauvre plouc vous voulez faire un petit spectacle pour l’école ou autre il va vous falloir raquer et c’est normal. pour certains la grosse, bonne bouffe, et pour d’autres le serrage de ceinture doublé d’une couche légère de mépris.le monde des artisses a révélé son vrai visage malgré ses beaux sourires et ses phrases creuses de bons sentiments


            • marie (---.---.209.136) 16 décembre 2006 12:48

              je connais lhéritière du type qui a fondé la SACEM, je peux vous dire que question pognon, çà roule pour elle : appartement, maison, voyages et..etc.. mais si vous pauvre plouc vous voulez faire un petit spectacle pour l’école ou autre il va vous falloir raquer et c’est normal. pour certains la grosse, bonne bouffe, et pour d’autres le serrage de ceinture doublé d’une couche légère de mépris.le monde des artisses a révélé son vrai visage malgré ses beaux sourires et ses phrases creuses de bons sentiments


            • (---.---.16.96) 16 décembre 2006 13:02

              Marie,,

              l’argent ne fait pas le bonheur


            • (---.---.162.15) 14 décembre 2006 16:35

              Ce qui est étonnant là-dedans, c’est que tant de naïfs se soient fait avoir à acheter des fichiers dont ils ne pouvaient pas disposer comme ils en voulaient. Après une période d’aveuglement, il semble logique qu’ils se soient rendus compte du piège à fric dans lequel ils sont tombés, la logique reprend ses droits.

              En tant que consommateurs, nous devons être vigilents et refuser toute protection sur les fichiers ou CD que l’on achète. Le boycott est notre meilleure arme.

              Et combattons aussi toute taxe obligatoire, comme celle sur les CD vierges ou cet autre racket que serait la licence globale.

              Am.


              • minijack minijack 15 décembre 2006 11:42

                « cet autre racket que serait la Licence Globale » ?

                Merci bien monsieur le censeur ! Vous avez sans aucun doute une très haute moralité pour asséner un attribut aussi peu flatteur à une démarche que vous avez par ailleurs parfaitement le droit de ne pas approuver.

                Mais dans ce cas, que pensez-vous donc des copieurs illégaux (pour ne pas dire co-pilleurs) d’oeuvres ne leur appartenant pas ? Ne faites-vous pas vous-même partie du lot ?

                Il faut être un peu mesuré dans vos propos. La Licence Globale n’est pas un racket. Elle le serait d’autant moins que la taxe sur les supports va probablement disparaître bientôt sous la pression européenne, et ça ne sera que justice. Mais ce serait aussi justice que les créateurs conservent ou trouvent enfin un minimum de moyens de créer... Et je ne parle pas là encore une fois des stars qui défilent sur nos écrans, mais des innombrables petits créateurs qui ne parviennent pas ou très difficilement à vivre de leur art. Parce que la diffusion/distribution est soit cadenassée par les majors (tout autant dans les livres que dans la musique), soit joyeusement dispensée gratuitement et à tour de boucles lcoales par des inconséquents qui raisonnent comme vous.

                Si demain nos artistes n’ont plus de ressources, vous devrez vous contenter des productions étrangères, n’oubliez pas ça ! La France avait une carte magistrale à jouer à l’occasion du vote de DADVSI. L’introduction de la LG en Décembre 2005 a été vécue comme un séisme par un certain nombre de privilégiés, et comme une véritable révolution attendue par d’autres. Et les seismes sont comme les révolutions, retardés ils n’en sont que plus violents.

                La LG n’est certes pas la meilleure solution. C’est la « moins mauvaise » pour que ne périsse pas la culture sur l’autel de la toute-puissance économique. Réfléchissez un peu à ça avant d’asséner vos jugements à l’emporte pièce.

                .


              • pseudonyme (---.---.248.70) 14 décembre 2006 16:57

                • UGH (---.---.29.92) 14 décembre 2006 17:44

                  Je suis d’accord, les DRM, c’est beaucoup trop contraignant pour l’utilisateur. Et selon cette logique des majors (la propriété est associée au droit d’écoute d’un morceau de musique sur un support), on aurait dû avoir la possibilité d’échanger ses 33 tours avec des CDs ! En effet, j’ai acheté le droit d’écouter de la musique (sur un 33 tours), l’industrie du 33 tours est remplacée en 1985 par celle du CD ? OK, je transfere ce droit d’écoute vers le support CD.... ah ah voilà ce que j’aimerais dire aux majors du disque ! smiley


                  • louis mandrin (---.---.45.205) 14 décembre 2006 18:11

                    c’est l’effet pervers des DRM qui commence à énerver sérieusement les clients qui osent encore payer pour une musique qui, en raison de cette technologie ne leur appartiendra jamais...et dont ils ne peuvent profiter pleinement.

                    A force de vouloir encore plus se gâver sur leurs clients, les majors vont finir par tarir la source de leurs revenus honteux avant de sombrer dans leur extinction inéluctable, non sans tenter de mettre en coupe réglée l’humanité entière et son droit fondamental d’accès à la culture...quand elle auront compris que la culture n’est pas une marchandise, d’autres technologies auront permis aux resistants que nous devons tous être par devoir, de diffuser largement les oeuvres que nous aimons, pas celles qu’on veut nous imposer............les grandes discutions internationales tournent actuellement sur la prolongation des droits d’auteurs, ad vitam eternam si possible, afin de permettre, même aux artistes morts, de continuer à être créatifs...Jos Dassin a réussi, presque trente ans après sa mort, à signer la pétition des artistes contre la licence globale, bel exploit, et belle manifestation outre-tombe de la volonté des artistes contre leurs fans, ou alors belle manipulation des majors contre leurs clients...ces artistes qui gagnent tellement qu’ils migrent en Suisse pour échapper à l’ISF, Johnny, si tu m’entends, vas-t-en pour de bon et ne reviens surtout plus....ou alors, surtaxé pour chacun de tes disques vendus en France ou de tes spectacles, on appel ça des droits de douane...


                    • (---.---.165.10) 14 décembre 2006 18:26

                      C’est marrant cet article à charge alors que plusieurs autres analyses avancent des conclusions diamétralement opposées.

                      En tout cas, AgoraVox a apporté sa pierre à l’édifice qu’à monté ce cabinet pour acheter des actions à prix réduits. L’action a baissée de plus de 4% avant de remonter.

                      On se demande à qui profite le crime ...


                      • robin (---.---.49.150) 15 décembre 2006 12:38

                      • goc (---.---.224.187) 14 décembre 2006 19:31

                        Je suis quand meme surpris que personne ne se soit interrogé serieusement sur sur le schemas economique de la vente en ligne de la musique

                        d’abord, l’avantage de cette formule pour l’usagé est de n’acheter que le morceau qui lui plait, donc au lieu de se voir imposé des cd d’une dizaine de morceaux,dont les 3/4 ne sont que des bouche-trou de qualité plus que douteuse, je ne depense que le minimum soit 1 euros, au lieux de 10-20euros, pour n’ecouter qu’un seul titre

                        ensuite, « on » veut m’imposer un lecteur specifique et m’empecher de pouvoir ecouter mon moceaux ou je veux (chez moi, dans ma voiture, chez des amis, etc..)

                        enfin, n’oublions pas que la miniaturisation et le transport (internet) ont degradé la qualité du produit qu’on achete, au point qu’aujourd’hui, il arrive que la musique piratée soit de meilleure qualité que celle achetée

                        et je ne parles pas de la facilité du piratage, car on peut se demander si ce n’est pas un faux pretexte mis en avant pour nous imposer encore des taxes et autres cadeaux (comme l’exoneration de la taxe professionnelle) aux majors

                        bref avec tout ca, il existe encore des gens pour croire que la vente de musique en ligne genre ipod, puisse avoir de l’avenir ???

                        allons !!, c’est vrai qu’on n’a jamais ete aussi pres du 24 decembe, mais de là a croire encore au pere noel....


                        • volnitza (---.---.33.197) 15 décembre 2006 00:06

                          he goc t’ecoute quoi comme musique....pour n’avoir qu’un bon titre par album.... ???

                          toi tu en a marre d’acheter de la merde....enfin je suppose et je rie d’autant plus !


                          • Zamenhof (---.---.106.117) 16 décembre 2006 22:35

                            Moi j’écoute les sonates de Domenico Scarlatti, et elles son TOUTES bonnes ! superbonnes smiley smiley


                          • Zamenhof (---.---.106.117) 16 décembre 2006 22:39

                            Et la redevanc etélé, qu’on nous oblige à payer, mê si, comme moi on ne regarde jamais, ou presque jamais, la télé ?

                            « Le crime organisé est le stade ultime du capitalisme » a dit Jean Ziegler.

                            on avait déjà Prosper yop là boum (les copyright et la sacem)

                            maintenant voici le racket


                          • ahmed (---.---.206.161) 17 décembre 2006 02:11

                            http://www.dogmazic.net/static.php?op=musiqueIndex.php MUSIQUE LIBRE,GRATUITE,TALENTUEUSE ,EN TOUTE LÉGALITÉ.......lol smiley


                          • Thierry Laronde (---.---.20.108) 15 décembre 2006 09:48

                            Ce n’est pas une information, c’est de la désinformation, comme reconnu sur le blog même de l’auteur des données initiales chez Forrester.

                            Agoravox se professionnalise à vitesse grand V : « informer » c’est répéter le plus rapidement possible un truc spectaculaire sans s’interroger ni rien vérifier. De toute façon, au bout de quelques jours une nouvelle ineptie recouvrira la trace de la précédente, donc pourquoi s’inquiéter ?


                            • (---.---.162.15) 15 décembre 2006 10:27

                              Allons donc... Reprenez le début de cet article :

                                Selon l’Institut Forrester Research qui se base sur les transactions effectuées par carte bleue sur les vingt-sept derniers mois, les ventes de musique sur iTunes seraient en train de s’effondrer. Au Royaume-Uni, l’industrie musicale commence à discuter d’une éventuelle licence globale compenser le déclin.

                                Apple ne communique pas sur les revenus engendrés par iTunes. Nous ne connaissons que le nombre de chansons téléchargées, qui a dépassé le milliard en début d’année. Ce fut alors une grande fête pour la firme de Cupertino, et depuis, le grand silence.

                              Dans la suite, l’auteur continue à s’appuyer sur des sources précises. Vous sous-entendez qu’elles ne sont pas fiables, le problème est qu’il n’y a guère d’infos pour les contrecarrer (cf adresse ci-dessus de pc-impact) et le silence d’Apple ne plaide pas en sa faveur.

                              La seule critique fondée sur cet article est le libellé du titre. Un point d’interrogation ou un conditionnel auraient été bienvenus.

                              Quant à nous, consommateurs lucides, c’est une occasion de répéter qu’il faut fuir les produits-DRM de type ITunes. Nous souhaitons vivement que leur succès surfait diminue et nous avons de solides raisons d’être convaincants.

                              Am.


                            • Thierry Laronde (---.---.20.108) 15 décembre 2006 13:31

                              Le titre du blog histoire de vous faire une idée :

                              iTunes sales are NOT plummeting ! Press credibility, on the other hand . . .


                            • minijack minijack 15 décembre 2006 10:52

                              Article intéressant mais il n’y a pas vraiment de quoi s’étonner..

                              Je rappelle ce que je disais il y a maintenant 6 mois dans mon appel aux artistes à se mobiliser.

                              J’ai d’autre part eu la chance de rencontrer dernièrement Joël De Rosnay lors d’une conférence qu’il faisait dans ma région, et j’ai profité de la dédicace d’un de ses bouquins pour lui poser la question : « Que pensez-vous de la Loi DADVSI et d’une éventuelle Licence Globale ? »

                              Sa réponse laconique m’a surpris : « Les deux sont dépassées ! »

                              Pas eu le temps d’en discuter plus avant car les gens faisaient la queue pour une signature mais s’il me lit ici -et je sais que oui- il me reconnaîtra. (Joël, mon email est dans votre base de données ) J’aimerais bien savoir... Dépassées, oui, d’accord, mais dépassées par quoi ?

                              Car enfin, les DRM sont une funeste ineptie (et je suis poli, on est sur Agoravox ! ;c)), tout le monde est maintenant d’accord là-dessus y compris les propres promoteurs de DADVSI contraints et forcés de com-prendre le vent de l’histoire. Mais si la LG est elle aussi dépassée, que va-t-on mettre à la place pour rémunérer un tant soit peu les créateurs (musiciens, cinéastes, écrivains, auteurs de photos, de logiciels, etc.) ?

                              Je ne suis pas d’un naturel frileux, mais quand j’entends que les livres papiers se vendent d’autant mieux qu’ils sont aussi en libre accès sur le Net, je suis très surpris car voilà 8 ans que je suis éditeur virtuel, à la fois pour mes propres écrits et pour ceux (choisis) d’autres auteurs inédits. J’étais convaincu de faire oeuvre de pionnier en publiant sur le Net dès 1998, et je l’ai faite en effet, mais — sauf à vendre de la soupe sous forme de pub — il n’en reste pas moins que ce qui rapporte à un auteur c’est la publication dans « le monde reel ».

                              Je ne suis pas prêt à ingurgiter de la pub à toutes les sauces pour accéder à une oeuvre quelle qu’elle soit. Et je suis sûr que des millions de gens pensent la même chose. Mais sans une LG, je ne vois pas le moyen pour la culture de se passer de l’économie libérale. Or, cette économie libérale n’est plus libre. Elle est captive de quelques-uns qui la contrôlent.

                              Comment fait-on ?

                               smiley


                              • robin (---.---.49.150) 15 décembre 2006 12:41

                                On écoute de la musique libre et gratuite...lol....et on va surhttp://www.dogmazic.net/static.php?op=musiqueIndex.php :-))


                              • (---.---.162.15) 15 décembre 2006 14:05

                                Il n’y a à rémunérer que ce qui est rémunérable. Le troc, et l’échange de fichiers ne le sont pas. Tant que ce n’est pas lucratif, il n’y a pas lieu de rémunérer.

                                Internet, plus que tout autre média, permet de communiquer et échanger à coût pratiquement nul. Il n’y a donc aucune raison de taxer.

                                La licence globale est un combat d’arrière garde mené par un puissant lobby (Adami, Spedidam...) qui a réussi à taxer CD et DVD vierges (comme si ça ne servait qu’à contenir de la musique, qui peut le croire ?) et qui voudrait bien taxer les disques durs et l’accés à Internet. Trop c’est trop, quel gouvernement saura le remettre à sa place ?

                                Am.


                              • minijack minijack 16 décembre 2006 20:24

                                « Il n’y a à rémunérer que ce qui est rémunérable. Le troc, et l’échange de fichiers ne le sont pas. Tant que ce n’est pas lucratif, il n’y a pas lieu de rémunérer. »

                                Ok. On ne réunère pas ce qui n’a pas à l’être, et notamment l’aspect industriel qui n’existe pas sur le Net. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas rémunérer ce qui DOIT l’être : Le Droit d’Auteur. Ce qui fait qu’une copie « privée » doit rester « privée » et pas se retrouver surle Net. Ou bien il faudrait que chaque partageux qui met un titre « à disposition » soit considéré comme une radio émettrice, et dans ce cas, il ne paierait pas 1 euro le titre mais des centaines d’euros.

                                Je ne vois aucun inconvénient à partager gratuitement si ça se fait de façon privée. Envoi par email par exemple, à quelques amis sélectionnés dans ta liste. Mais pas de mise à dispo sur un site ou par un mode automatique de P2P. Dans ce cas, ça n’est PLUS de la copie privée. Ca devient du business, même si effectivement ce n’est pas au profit du partageux qui se prète au jeu, mais il est cependant clair que ça porte atteinte au créateur parce que tout le monde profite de son oeuvre sans bourse délier, et que le Droit d’auteur est sa seule façon de bénéficier du fruit de son travail.

                                Tant qu’on n’aura pas inventé une autre mode de rémunération de la création — peut-être plus imaginatif que la LG, pourquoi pas ? — elle restera la seule alternative crédible à la situation répressive actuelle dommageable pour tout le monde.


                              • (---.---.140.238) 17 décembre 2006 01:08

                                @ minijack,

                                Effectivement la licence globale n’a aucun avenir. La répartition ne peut-être équitable. Les lobbys seront les premiers servis et nous resterons dans la case départ.

                                Les taxes stupides sont contre-productives et profondément injustes. Nous avons changé d’ère.

                                Nous nous devons de construire un monde plus équilibré, sans ralentir son développement où chacun trouvera la place qu’il désire.

                                Sortir d’une vision étriquée. Voir loin, en grand et en couleur comme jamais nous y sommes parvenus !

                                Supprimer les frontières, voilà ce que représente internet aujourd’hui. Tous citoyens d’une planète avec le même outil de communication.

                                Nous n’en avons pas le choix ! Y a même pas à réfléchir, d’y être pour ou contre !

                                Dans quelque temps la grande distribution va connaître un bouleversement sans précédent qu’elle n’imagine même pas encore ! comme les majors d’hier !

                                Les banques, les assurances n’auront plus lieu d’être ! Les matières premières vont devenir source de conflit qui ne se résoudra que par un partage pour une construction commune en bonne intelligence : Un Nouveau Monde apparaît.

                                Aucun pays n’y échappera. Aucune loi ne l’empêchera. Toutes oppositions se transformeront en échec. Mais je vais un peu trop vite.

                                Le droit d’auteur et autres brevets sont morts ! Il n’y a plus lieu d’y revenir ! Le faux débat a assez duré. Les nouvelles pratiques sont là et elles se répandent très vite. Pouvont nous les refuser ? Impossible ! Nous y adapter et trouver un équilibre général, mais pas un particulier. Le tiers monde frappe déjà à la porte, trop tard c’est déjà ouvert !

                                Oui, une tour s’effondre, une deuxième et alors ? la Terre continue de tourner ! Ce n’est pas parce que nous étions dans l’erreur depuis plus d’un siècle que nous devons d’y rester !

                                Si plus personne ne passe au péage, il disparaît ! Soyons rémunéré pour ce que nous produisons, pas sur une hypothétique spéculation. Pourquoi des millions pour une œuvre enfermée dans un coffre ? La Faim dans le monde me paraît bien plus préoccupante, et d’une stupidité sans nom.

                                Libérons la créativité ! C’est le plus grand service que nous pouvons rendre aux auteurs-compositeurs et inventeurs ! Et que cela serve à tous les citoyens sans distinction !

                                Pourquoi une multinationale empêcherez le progrès ? Pourquoi le solaire n’est pas opérationnel ? parce que gratuit ! L’argument ne tient plus aujourd’hui. Mieux vaut du gratuit qui fonctionne, que du payant en panne !

                                Toute notre société est à revoir ! Alors les artistes, ils resteront sur le fil du rasoir. Poutant ce sont eux qui vous ont ouvert les yeux, les oreilles, le toucher, le goût et l’odorat !

                                Ce sont eux qui vous apporte réflexion, ouvrant une porte que vous n’aviez pas vue ! c’est vous qui avez besoin d’eux juste pour grandir et aller plus loin sans se perdre. Ils sont déjà passés par là et ils ont balisé le chemin.

                                Ils ne demandent rien, alors prenez tout ! Allez, prenez, encore un peu, c’est si bon...


                              • (---.---.162.15) 17 décembre 2006 10:40

                                Minijack a écrit :

                                  Mais pas de mise à dispo sur un site ou par un mode automatique de P2P. Dans ce cas, ça n’est PLUS de la copie privée. Ca devient du business,

                                Non, ce n’est aucunement lucratif, il n’y a pas lieu de taxer. Certes, ce n’est plus tout à fait de la copie privée, mais c’est dématérialisé, ce n’est pas une copie de l’objet qui est en vente, ça n’a pas de valeur matérielle. C’est un échange d’ersatz, de clones virtuels.

                                Comme l’a dit l’intervenant précédent : « Soyons rémunérés pour ce que nous produisons, pas sur une hypothétique spéculation. » Et aussi « Les taxes stupides sont contre-productives et profondément injustes. Nous avons changé d’ère. » La licence globale est un concept éculé du XXème siècle.

                                Am.


                              • minijack minijack 17 décembre 2006 18:58

                                (IP:xxx.x9.140.238) le 17 décembre 2006 à 01H08) dit : « Le droit d’auteur et autres brevets sont morts ! Il n’y a plus lieu d’y revenir ! Le faux débat a assez duré. Les nouvelles pratiques sont là et elles se répandent très vite. »

                                Mais de quoi parlez-vous donc ? Quel « faux-débat » ? Et de quel droit voudriez-vous l’enterrer ? Les « nouvelles pratiques » que vous semblez vouloir faire adopter comme règle commune ne sont intéressantes si elles ne vont pas en sens contraire des intérêts de la civilisation. Et ce n’est pas parce qu’elle se répandent vite qu’elles sont nécessairement bonnes. Le virus du SIDA lui aussi s’est répandu très vite, précisément à cause de l’esprit libertaire d’autres « échangistes » ! Je n’en fait pas pour autant un modèle d’expansion civilisatrice.

                                Le roi est mort... Vive le roi ! Le « Droit d’Auteur » en France (le Copyright ailleurs) sont la résultante d’une situation qu’il fallait résoudre : « Comment rémunérer les auteurs pour la contribution qu’ils apportent à la société ? » Et à mon sens, c’est une question INCONTOURNABLE dans quelque société où l’on vive. Abolir les présentes règles ne résoudra pas la question qui restera toujours posée !

                                Et ne m’opposez pas l’exemple du logiciel libre qui est par nature une collaboration bénévole de type associatif. Je connais la question du bénévolat et de l’associatif. Ca n’a jamais fait vivre les gens entreprenants qui iront entreprendre ailleurs. En tuant la rémunération des créateurs, on tue la création individuelle qui représente 99,99% de l’Art.

                                La société humaine n’est pas un fourmilière. Sa force est précisément dans les « ressources individuelles cumulées », et non dans des « ressources collectives ». C’est pourquoi les fourmilières sont depuis des millénaires dans le même état figé « d’in-civilisation », sans aucune capacité de « mutation interne », contrairement à la société humaine dont les mutations suivent une courbe exponentielle grâce précisément à l’addition des « capacités individuelles » ou des « talents » de chacun, et ceci est particulièrement visible depuis que le Droit d’Auteur et le Brevet existent. Cette coïncidence ne vous fait-elle pas réféchir ?

                                Par ailleurs, vous dites encore : « la licence globale n’a aucun avenir. La répartition ne peut-être équitable. Les lobbys seront les premiers servis et nous resterons dans la case départ. ».

                                Là encore, j’ai un avis complètement opposé : A condition de n’être plus répartie par la SACEM ou selon ses critères actuels de répartition (entièrement dépendants des majors et des circuits de diffusion qu’elles détiennent), la LG serait largement plus JUSTE que l’actuel mode de perception et surtout de répartition du Droit d’Auteur.

                                Il est aujourd’hui tout à fait possible, par des mesures sur le Net, de faire une répartition beaucoup plus large s’étendant aux innombrables créateurs volontairement ignorés des majors jusqu’à maintenant et jamais diffusés sur leurs medias. La création indépendante à diffusion trop souvent confidentielle sur les radios locales, trouve sur le Net un vecteur de diffusion internationale, impitoyable mais juste, à l’opposé des habitudes népotistes et et des règles biaisées du « showbiz majorisé ».

                                Le seul vrai lobby sur le Net est celui des internautes, en gros le « public ». Pourquoi voudriez-vous nous faire croire que d’autres grands méchants trusts y imposeraient nécessairement leur loi ? La pratique montre précisément le contraire : les majors sont amenées peu à peu à s’adapter au Net, et non l’inverse. En réalité, une telle argumentation nihiliste va objectivement dans le sens du conservatisme des majors. Tout le contraire de ce qu’il faut faire.

                                Non, « la LG, le retour » n’est pas une vue de l’esprit. Elle est la conséquence de l’évolution d’une société individualiste vers une autre société, non pas « collectiviste » — comme certains régimes morts et enterrés eux— mais « participative ». Ce qui ne veut pas dire gratuite car toute « participation » se doit d’être compensée par une autre en retour.

                                .


                              • minijack minijack 17 décembre 2006 21:18

                                Quant à (IP:xxx.x28.162.15) le 17 décembre 2006 à 10H40, qui dit :

                                "Certes, ce n’est plus tout à fait de la copie privée, mais c’est dématérialisé, ce n’est pas une copie de l’objet qui est en vente, ça n’a pas de valeur matérielle. C’est un échange d’ersatz, de clones virtuels.

                                Comme l’a dit l’intervenant précédent : « Soyons rémunérés pour ce que nous produisons, pas sur une hypothétique spéculation. » Je répondrai simplement ceci : Vous n’êtes pas cohérent avec vous-même. Si vous ne deviez payer que ce qui a une existence matérielle, pourquoi payez-vous votre avocat, votre comptable ou votre médecin ? Ce n’est pas le papier supportant l’ordonnance que vous achetez mais bien le conseil qui est indiqué dessus ?

                                C’est pareil avec toute forme d’oeuvre enregistrée. Ce n’est pas parce que c’est « dématérialisé » (et qu’on évite ainsi d’acheter le support plastique) que vous ne profitez pas de l’oeuvre elle-même.

                                En réalité vous ne poussez pas votre raisonnement assez loin, car c’est juste un changement de support : le disque dur de votre alter-ego dans un échange P2P remplace provisoirement le disque de plastique que vous auriez acheté ou pas dans un magasin. Mais quand vous achetez un de ces disques (CD, DVD), vous payez aussi pour une petite part de droit d’auteur, très minime (trop) mais indispensable au créateur. La LG permettrait effectivement de continuer de payer ces créateurs, en évitant tout le reste qui n’a effectivement plus de justification sur le Net. Car le Droit d’Auteur ne porte pas sur du « matériel ». Il porte précisément sur « l’Immatériel » gravé sur le matériel. Aussi, comme le disait l’intervenant précédent : « Soyons rémunérés pour ce que nous produisons » il s’agit bien de rémunérer le créateur sur l’oeuvre (écoutée, lue, ou visionnée), pas sur l’emballage.


                              • (---.---.162.15) 18 décembre 2006 09:54

                                A minijack.

                                Vous mégotez sur le fait que la musique sur Internet n’est pas de l’immatériel. Ce n’est pas que vous ayez complètement tort. Effectivement, ici et là il y a des bouts de disque dur qui en contiennent. Mais ce n’est pas mesurable, ce n’est pas repérable, ce n’est donc pas taxable, SAUF si vous vous instituez un flicage permanent (les DRM des majors) ou si vous instituez une taxe systématique et injuste (c’est la licence globale) et aussi discriminatoire (pourquoi seulement la musique ? Et le cinéma, la photo, les logiciels, les jeux etc. ?). Soit Big Brother, soit Big Racket (drôlement « participatif », comme vous dites...). On n’en veut pas, laissez tomber, svp.

                                Am.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès