Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les vessies et les lanternes de Fabius

Les vessies et les lanternes de Fabius

J’ai entendu, ou plutôt j’ai écouté notre ex-plus jeune Premier ministre de la France s’exprimer sur le SMIC, les stock-options, la fameuse fusion GDF-Suez et sur le barrage que le PS compte dresser à l’Assemblée contre le projet proposé par le gouvernement.

Je ne porterai pas de jugement sur le projet tel qu’il est envisagé au plan financier ou industriel, mais plutôt sur la crédibilité des alternatives proposées par notre ami Fabulius (petit "nickname" que j’ai repéré sur le site helvétique www.largeur.com et qui me paraît de bon aloi) qui, certes s’exprime de façon simple et accessible pour tous, mais nous prend parfois vraiment pour des c...

Les deux scénarios alternatifs prônés par Fabulius sont :

1. Re-fusionner EDF et GDF : pourquoi pas ? Les deux groupes ont été séparés pour permettre la libéralisation du marché de l’énergie, ils ont été mis en Bourse séparément. On peut évidemment revenir à la case départ, mais il faudra passer via les fourches caudines des autorités "anti-trust" de Bruxelles et ça me paraîtrait logique que ça coince un peu beaucoup...

De plus, il faudra savoir expliquer aux minoritaires de GDF pourquoi l’offre éventuelle d’EDF est inférieure à celle de Suez ou, au contraire, aux minoritaires d’EDF pourquoi EDF devrait payer plus cher... Je l’ai déjà dit (cf. post Les privatisations...) : être minoritaire aux côtés de l’Etat en situation de contrôle n’est pas une sinécure patrimoniale...

2. Faire absorber Suez par GDF avec l’Etat comme actionnaire majoritaire de l’ensemble : c’est là que je m’étrangle un peu, car on est dans la pure démagogie, le mensonge par omission et par manipulation (Fabulius mérite sans doute son Pinocchio d’or !). Regardons en effet ce que voudrait dire tout cela...

Premièrement, sur la question de "qui absorbe qui ?", il est peut-être bon de rappeler que, dans un "deal" par échange d’actions (en l’occurrence 1 action Suez pour 1 action GDF et un chouïa de dividende pour les actionnaires de Suez), la fusion peut se faire dans un sens ou dans un autre, le pourcentage de détention de chaque actionnaire de l’une ou l’autre des entités dans l’entité combinée sera le même. Fabulius nous croit-il assez stupides pour croire que si GDF absorbe Suez, alors l’Etat aurait une position plus forte dans l’entité fusionnée ? Si les termes du "deal" restent les mêmes, l’Etat qui détient 80% de GDF détiendra à peu près 35% de l’ensemble (soit une perte de contrôle mais une minorité de blocage) et ceci quel que soit le sens de la fusion.

Toujours sur cette question du sens de la fusion, on notera que la valeur d’entreprise de Suez (72 milliards d’euros) et celle de GDF (42 milliards d’euros) rendent assez logique le fait de considérer que Suez fait l’acquisition de GDF. Chacun aurait le sentiment naturel qu’un GDF faisant l’acquisition d’un groupe presque deux fois plus gros que lui jouerait à la grenouille qui veut se faire...

Ceci étant dit, pour des raisons de faisabilité technique, une fusion dans laquelle GDF absorbe Suez aurait pu être préférée. Ce n’est pas le cas, et c’est fort compréhensible : si Suez propose une offre d’échange aux actionnaires de GDF, il a à convaincre l’Etat (qui détient 80%) et ensuite à récolter le maximum au sein des 20% restants (facilement identifiables puisque l’introduction en Bourse est récente) : l’atteinte des 95% permettant de retirer GDF de la Bourse et de fusionner les deux groupes est, dans ce scénario, très probable. A l’inverse, le plus gros actionnaire de Suez étant le groupe Albert Frère avec 8% du capital, faire une offre d’échange aux actionnaires de Suez et récolter 95% d’adhésion est promis à être long chemin de croix... Même pas sûr d’obtenir 50%...

Deuxièmement, si on fait l’hypothèse que l’on veut que l’Etat garde la majorité dans l’ensemble combiné, il faut changer le "deal", proposer un mixed d’actions GDF et de "cash" et apporter au minimum 14 milliards d’euros de "cash" aux actionnaires de Suez. A noter d’ailleurs que si Albert Frere et les autres actionnaires de Suez raisonnent comme moi et ne souhaitent pas être minoritaires aux côtés d’un Etat en situation de contrôle, il faut faire une offre pur "cash", soit environ 28 milliards d’euros.

Pour apporter du "cash" à une entreprise, il y a deux moyens :

  • soit les actionnaires souscrivent à une augmentation de capital, et il faudrait que l’Etat amène entre 11 et 22 milliards d’euros, et je ne sais pas bien où Fabulius compte les trouver (les privatisations récentes des autoroutières ont rapporté environ 15 milliards et sont censées permettre un léger désendettement...)
  • soit on s’endette et on amènerait, avant fusion, GDF à un niveau d’endettement financier supérieur à celui de Suez qui déjà paraît élevé (plus de 8 fois le résultat d’exploitation). Monsieur Cirelli nous a expliqué qu’il faudrait des marges de manoeuvre pour faire des investissements ou des acquisitions : si le groupe GDF-Suez se retrouve "day one" avec 56 milliards d’euros de dette, ça ne va pas être facile !... et ça ressemblerait assez vite à la situation de quasi-faillite de France Telecom connue fin 2002.

Enfin, si le scénario numéro 2 de Fabulius était retenu, on serait dans un cadre de nationalisation de Suez ce qui, je le comprends bien, peut plaire à nos syndicats et aux électeurs de la gauche traditionnelle, mais paraît vraiment à contre-courant de l’histoire, et surtout des activités de privatisation menées par notre ami Fabulius lorsqu’il était à Bercy : il faut dire que ce ne serait pas la première fois que, dans une vision électoraliste et démagogique, notre ex-jeune premier retournerait sa veste !

Bref, Fabulius ment par omission, nous prend pour des c... et je ne voulais pas rester sans réaction à cela. Quant au journaliste intervieweur de BFM (radio que j’aime bien par ailleurs), il aurait pu quand même poser une question sur "comment on finance les 11 à 22 milliards" !

Vigilamment vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.22/5   (195 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Le furtif (---.---.31.44) 27 août 2006 22:34

    @L.Charpentier

    Bravo M. Charpentier ça c’est du journalisme citoyen informé et pas calomniateur du tout...Traiter Fabius de Che ça fait avancer le débat...l’authentique militant ouvrier DSK doit être ravi....

    Foin de sarcasmes je voudrais discuter sans blesser et ce n’est pas facile en ce moment sur AGORAVOX...

    Vous avez su avec malice montrer du doigt les rassemblements hétéroclites derrière Fabius comme derrière Royal...

    Je reprends votre expression« Fabius prend les gens pour des cons »

    Pourriez vous parier que d’ci Noël celui vers qui vont pour l’instant vos suffrages , ne vous fera pas bien pire ?


  • Internaute (---.---.145.54) 25 août 2006 13:49

    Cet article met en avant la vacuité du discours politique. Ce dont parle Fabius devrait être laissé aux bons soins de sous-secrétaires d’Etat chargés de...

    J’attends les politiques sur les sujets fondamentaux qui engagent le destin des français et non pas sur le montant du Smig, la pression des pneus ou le % de TVA.

    1 / L’immigration - Là dessus le PS a une politique claire. Ils ont dit qu’ils régulariseraient tout ceux qui le souhaitent et pratiqueraient le quinquennat Portes-Ouvertes (pas dit comme cela mais c’est la conséquence du début).

    2 / L’Europe - Je n’ai toujours pas compris ce que le PS, ni les autres, mettent sous ce vocable, ni ce qu’ils en attendent. En quoi l’Europe telle qu’ils la voient nous apporte quelque-chose ? Aprés 30 ans d’Europe, quel est le bilan point positifs : points négatifs ? Quelles sont pour eux les frontières de l’Europe ? Aujourd’hui 80% des lois passées en France ne sont que des applications des lois européennes ou même supra-européenne. Il est significatif que la Suisse qui n’est pas dans l’Europe a essayé le CV anonyme au même moment où ce débat s’ouvrait en France. Il y a donc un pouvoir mondial duquel nos politiques feraient bien de parler un peu plus. Qui gouverne, pour faire quoi, dans quelle perspective ?

    3 / L’OMC - Est-ce que Fabius envisage de revoir les accords de l’OMC ? Est-il pour une concurrence libre et non faussée des travailleurs français avec les esclaves du 1/3 monde ? Envisage-t-il de baisser notre niveau de vie ? Sinon, comment compte-il s’y prendre pour l’éviter ? On n’en sait rien. C’est pourtant cette politique qui conditionne l’avenir des PME et de l’emploi dans notre pays.


    • Darkfox (---.---.141.125) 25 août 2006 14:23

      Pour ma part, je tiens à exprimer mon mécontentement de Mr Fabius et en partie du Ps.

      Comme l’auteur l’a bien fait remarqué, on nage de plus en plus dans le populisme total. Anti CPE, pour l immigration ouverte à tous augmentation du smic, création de minimum de retraite. Plan délirant concernant Suez-GDF, rien sur le tunnel sous la Manche ou encore le fait que l industrie textil en france est morte, celle de la chaussure aussi quand a celle de l’équipement automobile elle commence à creuser sa tombe... mais vive l’Europe et l Omc.

      Aucun politique n’a compris et accepté le « non » voté à l’ Europe. Fabius met encore une fois de plus en avant des idées démago mais ou va t il trouvé de l argent ? car c’est la que le bas blesse qui va subventionné encore les fanstasmes du ps ? la création d emploi jeune ? certes utiles mais generent ils de l argent ? le secteur public est il rentable ( crée de l argent ?) ? car de plus en plus de sociétés s exilent et le tissu de PME devient surtaxées et commencent à l essouflé.

      Donc l auteur a bien décrit la situation ... « parlez de moi, j ai des idées dinguos pour contenter la masse et ne regarder que sur le tres court terme ..(même si c’est irréalisable) »


      • Jaimz (---.---.101.8) 25 août 2006 17:52

        VRAI : les politiques (quelques soient leur appartenance d’ailleur) n’ont tiré aucune leçon du NON à la constitution européenne. Pour preuve on continue à suivre avec allégresse les décisions européennes et à être moteur dans le développement de ces décisions. Quand on les entend parler de rupture il y a une crise de rire populaire qu’ils n’entendent pas. Sinon comment expliquer la faible participation aux élections ? Si on écoute pas les électeurs quand ils votent, ils ne voteront plus !


      • Citrouille Citrouille 25 août 2006 14:34

        Bonjour JDCh,

        Fabius est une plaie pour le parti. Je n’arrive pas a comprendre l’attraction pour ce type. Felicitation pour cet article.


        • guillaume (---.---.142.152) 27 août 2006 15:06

          Tu ne comprends pas l’attraction pour Fabius. Moi non plus. Mais comprends-tu celle pour Ségolène Royal. Ou comprends-tu plutôt celle pour David Cameron ?


        • (---.---.94.25) 25 août 2006 15:07

          Fabius l’homme du responsable mais pas coupable dans la contamination des hemophiles par le sida...

          Fabius l’homme du plan B alors qu’il existe pas

          Fabius homme du partie socialiste...

          Partie socialiste ou selon Yvette Roudy precise que l’augmentation de la feminisation est un signe de renouveau...(desole j’ai pas trouve le carbonne 14 pour trouver la date de naissance de roudy)

          Si apres ca vous croyez qui nous prennent pas pour des cons... Vaut mieux que le partie socialiste reste dans Voici, Gala et dans Parismatch a nous faire le jeu des chaises musicales.. au moins ca remplit le vide et cela plait aux bobos...

          C’est vrai que la parité un gadget pour endormir les foules. La feminisation des femmes nous a aussi apporter tatcher et Edith Cresson un pur produit francais socialiste mis aussi en examen pour corruption, ou bachelot qui elle bien que incompetente etait drole..

          Surtout ne parlons pas de politique et des problemes de fond si quelqu’un peut me dire concretement ce que voter pour le partie socialiste signifit il s’appelle nostradamus...

          Et l’art de nostradamus c’est d’ecrire de maniere tellement peu precise que on a l’impression que c’est vrai... ce que segoleyne royal c’est admirablement faire...

          Le PS n’a tiré aucune leçons de 2002 il est incapable de changer les sondages actuels ne sont que des campagnes mediatiques... quand les français devront reellement faire le choix et donc estimer le concret... le partie socialiste n’a rien a propose... tout le monde deja dit que le programme est un gagdet pour faire plaisir au militant mais qu’il sera pas applique...


          • celestin (---.---.248.129) 25 août 2006 15:40

            Bon article.

            Fabius fait du populisme. Notamment lorsqu’il parle des stocks options. Il faut savoir que la plus value des stocks options est imposee a 41% jusqu’a 150000 euros et 51% au dela. Autrement dit plus que la difference entre du salaire brut et du net d’impots sur le revenu pour la plupart des gens.

            J’aimerais bien qu’il m’explique en quoi cette fiscalite est avantageuse ? Or tout le monde emploie cette formule et notamment Fabius. C’est vraiment donner du grain a moudre au peuple.

            La politique est bien triste et Fabius vraiment pret a tout pour etre elu President. Le sketch des inconnus devient de plus en plus realite...


            • Jaimz (---.---.101.8) 25 août 2006 17:54

              ça me dérange que l’on critique le populisme. A la base il s’agit d’un courant d’idée prenant en compte l’avis du citoyen dans le but de le satisfaire.

              Fabius n’est pas populiste, c’est un menteur et un arriviste raté...

              Encore un qui ne devrait plus être éligible, pas mieux que Juppé.


            • cloclo (---.---.160.171) 25 août 2006 15:49

              tout a fait d’accord avec l’auteur.

              ce ’politicus néanderthalus’, en plus d’être un démago, porte une veste reversible en toute occasion.

              il reste pour moi le plus grand délateur de ces 50 dernières années. Quelle belle performance que de dénoncer des espions français que l’on a commandités dans l’affaire du rainbow warrior.


              • La Taverne des Poètes 25 août 2006 15:53

                A une époque où les religions poussent en force et voudraient nous faire prendre les messies pour des lanternes tandis que nos Lumières se perdent au loin dans l’ombre du passé, il y a des candidats qui veulent renverser leur « non » en « oui » d’un coup de baguette magique.

                On nous doit plus que la lumière sur le dossier EDF, mais la rentrée parlementaire sera fusion et confusion !


                • (---.---.212.138) 25 août 2006 16:45

                  « Fabius fait du populisme... »

                  C’est la première fois que j’entends parler de « populisme » à propos de la solution de « problèmes » dont le peuple se fout éperdument.

                  C’est terrible comme le sens des mots se perd quand on en confie la garde à des personnes indignes. Dans le fond, on se demande si les illettrés ne sont pas préférables aux faux lettrés. Du fond de leur ignorance, ils ne causent aucun dégât, eux...


                  • cumulus (---.---.24.122) 25 août 2006 17:03

                    Oui fabius fait du populisme et il calcule bien.

                    - C’est vrai que la majorité du peuple s’en fout (donc il ne risque rien),

                    - Mais la minorité qui travaille dans les entreprises publiques est majoritairement pour et majoritairement socialiste(donc il a tout à gagner puisque c’est le seul à proposer une telle idiotie).

                    Ce type est prêt à tout, et je ne comprends pas pourquoi il est tant apprécié.


                  • _Nada (---.---.32.134) 25 août 2006 23:24

                    Pourquoi est-il apprécié ?

                    La réponse est dans la question : parce qu’il est prêt à tout, même à faire du populisme, qui plus est de manière opportuniste.

                    Populisme + Opportunisme = Contentement d’une fraction des électeurs.

                    Ce qui me dérange vraiment n’est pas, en soi, que Fabius fasse du populisme, c’est surtout que « les gens », ou « des gens », y croient, ou tout du moins ne se pose même pas la question de la faisabilité.

                    Concernant le populisme de Fabius, je ne citerais qu’une phrase (Copyright un gars mort en moto) :

                    « Quand on pense qu’il suffirait que les gens n’en achète plus pour que cela ne se vende pas ... »

                    Tout est dit à mon sens.

                    Bien bien triste tout cela : campagne (PS ou UMP) démagogique, populiste, opportuniste, simplificatrice, .... Un peu l’impression d’être en 5 ans en arrière ... une fois de plus.

                     smiley


                  • celestin (---.---.62.153) 26 août 2006 02:04

                    Je conseille a l’auteur de ce commentaire d’aller voir la definition de populisme.

                    Par exemple dans wikipedia il est en introduction : « Le populisme est une attitude politique et un style rhétorique qui tiennent que l’élite de la société trahit les intérêts de la plus grande partie de la population, et qu’il y aurait donc lieu de retirer l’appareil d’État des mains de cette élite égoïste voire criminelle pour le »mettre au service du peuple« tout entier. »

                    Ca ressemble enormement a ce que dit Fabius a l’heure actuelle. Donc le caractere desobligeant sur l’emploi du mot populisme est ridicule


                  • Yann (---.---.69.61) 25 août 2006 18:01

                    Je fais toutes mes condoléances aux familles des victimes de Mr Fabius. Cet homme à contribué à la propagation du VIH sur notre sol. Qu’il aille plutôt vendre des antiquités comme son papa, ce blaireau décâti.


                    • gem (---.---.117.249) 25 août 2006 20:06

                      Je ne suis pas fan de FaFa, mais faut être juste : c’est totalement faux. Comme DSK pour une autre affaire, Fabius n’a rien a se reprocher dans cette affaire, et c’est prouvé aussi bien que possible (car on ne peut évidemment pas prouvé totalement l’innocence).


                    • Docteur (---.---.200.43) 29 août 2006 08:51

                      J’aimerai rappeler que :

                      FABIUS A ETE TOTALEMENT INNOCENTE DANS L’AFFAIRE DU SANG CONTAMINE.

                      La justice a fait remarquer qu’il n’avait aucune responsabilité dans l’affaire et a même souligné à la fin du procès qu’il avait même prit toutes les mesures necessaires dès la découverte du probleme.


                    • Kelsaltan (---.---.178.45) 25 août 2006 19:37

                      Fabius s’est également exprimé au travers de son blog sur DADVSI, en faisant bien attention de ne rien proposer de concret, et en balayant d’un revers de phrase négligent la solution de la licence globale qui, que l’on soit d’accord ou pas, ne mérite pas à mon sens un tel mépris.

                      Je lui en ai fait la remarque en usant de termes choisis parmi les plus... doux possible, comme quand on s’adresse à un cheval rétif smiley

                      Ma contribution n’est jamais apparue.

                      Restent celles de deux pelés et trois tondus experts dans le maniage de la brosse à reluire. Ecoeurant smiley


                      • _Nada (---.---.32.134) 25 août 2006 23:32

                        A la décharge de Fabius, concernant DADVSI, aucun « éléphant » n’à oser s’exprimer clairement sur le sujet... si ce n’est en fin de débat, lors du passage devant le Conseil Constitutionnel, c’est à dire au moment où le mécontentement d’une partie des internautes était clairement lisible.

                        Comme beaucoup, le PS n’avait pas perçu, il me semble, la portée du débat attenant à la loi DADVSI, considérant à tort que le débat relevait exclusivement d’aspects techniques.


                      • Pierre (---.---.169.68) 25 août 2006 21:26

                        Fabius est un bluffeur. Sa campagne pour le non au référendum ressemblait plus à une revanche à prendre sur Jacques Chirac (qui l’avait mis en échec en 1986) qu’à une réflexion honnête. Tel est mon point de vue, je peux me tromper. Fabius en grand rassembleur de la gauche était ridicule et ses mots tranchaient tellement avec ses actes lorsqu’il était à Bercy, qu’à un certain moment j’en étais gêné pour lui. Comment arrive-t-il à se croire lui-même ?

                        Jamais vu dans la bouche d’un ancien ministre des finances autant de drôleries et bouffoneries dites avec autant de sérieux. Les démagos LE PEN et BESANCENOT peuvent aller se rhabiller.

                        Fabius, c’est le sommum de la farce politique


                        • _Nada (---.---.32.134) 25 août 2006 23:36

                          A la décharge de Fabius, encore une fois ... comme maigre, bien maigre consolation, on peut objectivement noter, je le pense, que son cas n’est pas isolé.

                          Je serais heureux qu’UN homme politique détienne le monopole du populisme et/ou de la démagogie, opposé à des adversaires honnêtes.

                          Malheureusement ...


                          • Forest Ent Forest Ent 26 août 2006 00:50

                            Si l’on considère que Fabius retourne sa veste, que dire alors de Sarkozy qui soutient la fusion après avoir déclaré il y a deux ans devant l’Assemblée : « l’Etat ne descendra pas en dessous de 70% de GdF ; EdF et GdF ne seront pas privatisés » ???


                            • Kelsaltan (---.---.178.45) 28 août 2006 10:08

                              Exact. Je me rappelle même avoir par hasard assisté à ça. C’était yeux dans les yeux avec la France, sans ciller, l’expression d’une vérité profonde et immuable.

                              Aujourd’hui, qu’en reste-t-il ?

                              Il serait intéressant qu’un journaliste le lui rappelle, avec le support d’une petite vidéo par exemple.

                              Je suppose que nous aurons là, dans sa réponse, l’exemple parfait de la démagogie politique, un cas d’école pour tous les étudiants de Sciences-Po.


                            • vinc (---.---.113.189) 26 août 2006 01:31

                              c’est bien pour ça que les parlementaires UMP sont aussi frileux sur ce sujet et que cela nous promet un automne bien animé ou la position de notre ami fabius pourrait bien ressortir renforcée, si le débat s’empare du monde médiatique. Au moins fabius aura le mérite d’avoir une position(certes contestable voire débile...) et de s’y tenir.( quoiqu’il peut encore changer d’avis...


                              • chantecler (---.---.146.14) 26 août 2006 09:01

                                Une fois encore je suis d’accord avec Internaute... Que va t’il nous arriver ? A part cela pourquoi y a t’il écrit PS partout ? Cela veut dire post scriptum ?


                                • www.jean-brice.fr (---.---.139.15) 26 août 2006 14:18

                                  TOUT CELA N’EST PAS TRES IMPORTANT ...


                                  • Gil (---.---.93.79) 26 août 2006 19:37

                                    Mr Fabius est-il venu à l’interview en moto et tout habillé de d’jean’s pour « faire » d’jeune ? (Ceux qui ont vu son bouquin me comprendrons).

                                    On se rappellera aussi que la position de Fabius au moment du TCE était vraiment opportuniste : quand il a senti que le OUI et les idées que lui-même soutenait auparavant ne passeraient pas, il s’est prononcé pour le NON...

                                    Qui est dupe de son jeu ? Lui feriez-vous confiance ? smiley


                                    • mmmmmmmmm (---.---.152.115) 26 août 2006 19:44

                                      lllllllllllll


                                      • JAKIN (---.---.199.211) 27 août 2006 12:23

                                        Quand il n’y a plus de place à droite : il reste la gauche ! C’est ce que fit en son temps F. Mitterrand, face à de Gaulle qui prenait alors toute la place (pas totalement celle de la droite d’ailleurs). Dans l’émission « l’oreille en coin »sur France-Inter et dans les années 80, Thierry Pfister - journaliste au Monde il me semble - raconte dans un de ses livres la recherche quelques années plus tôt faite par un ministre de droite en quête d’un collaborateur. On lui en présente un jeune hautement diplômé, bcbg, lequel après un entretien s’annonçant fructueux pour les deux parties, demande 48 heures de reflexion avant de d’accepter l’offre ministérielle. Deux jours plus tard, il répond au Ministre : « Désolé, mais après examen, je choisis plutôt la gauche ! ». Cette réponse illustre à quoi tint alors le destin de la France et du futur candidat de « gauche », Laurent le Magnifique, celui-ci se calquant déjà sur les pas de son maître « Florentin », notre défunt Président. De droite...oui un peu....mais faut pas pousser : c’est en face qu’il y a à ramasser !!!

                                        JAKIN


                                        • DOMTOM (---.---.46.195) 27 août 2006 20:34

                                          Ton commentaire me rapelle que depuis le debut je ne sens pas de grand accent de sincérité dans la nouvelle posture « à gauche » le L Fabius. Dommage car c’est les seul porte parole « crédible » pour tous ceux qui veulent une autre approche de l’Europe en France.


                                        • Jojo2 (---.---.72.88) 27 août 2006 13:26

                                          Il me semble que ma modeste contribution, une citation du Sar Rabindranath Duval (de mémoire), ait été censurée. Je vais donc la reposter, avec une explication car elle ne semble pas avoir été comprise des censeurs. Celà me semblait suffisamment clair...

                                          "Il prend sa vessie pour une lanterne...

                                          Et alors ?

                                          Il se brûle..."

                                          Eh oui, la confusion dans les cerveaux entraîne des catastrophes. Celui de Fafa n’échappe pas à la règle (je fais l’hypothèse qu’il est sincère, ce qui est hardi). S’applique aussi à ceux qui le croient.


                                          • RATOU49 (---.---.102.166) 27 août 2006 23:47

                                            Pour info, BFM, ce n’est pas une chaine de radio, mais de TV (même groupe que RMC)Un peu plus de rigueur quand on veut critiquer ce « cher » Fabulous !!!


                                            • JDCh JDCh 28 août 2006 08:02

                                              cf www.radiobfm.com qui existe depuis bien plus longtemps que BFM TV et qui fait effectivement partie du même groupe que RMC...et que vous devriez écouter de temps en temps smiley


                                            • Jaurès du 93 (---.---.18.96) 28 août 2006 12:29

                                              Faites confiance à fafa ! Il a un plan F pour la France de 2007 ! Parole de saucialiste !


                                              • bob (---.---.123.119) 28 août 2006 12:38

                                                comment fabius responsable du scandale du sang contaminé a t-il le culot de se presenter ? ces politicailleurs n,ont aucun honneur et me donne l,envie de vomir ;ils grenouillent toute leur vie dans les couloirs glauques de la politique ;une vie de parasites,vivant sur le bras du con-tribuable


                                                • Docteur (---.---.200.43) 29 août 2006 08:51

                                                  J’aimerai rappeler que :

                                                  FABIUS A ETE TOTALEMENT INNOCENTE DANS L’AFFAIRE DU SANG CONTAMINE.

                                                  La justice a fait remarquer qu’il n’avait aucune responsabilité dans l’affaire et a même souligné à la fin du procès qu’il avait même prit toutes les mesures necessaires dès la découverte du probleme.


                                                • FredSud37 (---.---.79.218) 30 août 2006 20:40

                                                  On se souvient de l’argument de vente du Gouvernement lors du commencement de la grande braderie d’EDF/GDF : la privatisation et l’ouverture des marchés du gaz et de l’électricité à la concurrence feront « baisser les prix » ; c’est un « bénéfice pour les abonnés ». Mensonges ! Tout le monde a pu voir récemment le prix du gaz flamber à tout va. Mais quels sont les chiffres de ces augmentations ? Depuis l’ouverture à la concurrence en 2000, la facture de gaz a augmenté de 66 % et les directions de GDF, ainsi que les Gouvernements, prévoient une augmentation de 16 % pour 2006. Pour l’électricité, le prix de marché, c’est-à-dire le prix n’étant plus régulé par l’État, a presque triplé depuis 2001 ! Voilà le réel bilan économique de l’ouverture du marché... A qui profite cette privatisation ? Comme la Fédération Sud Énergie l’avait annoncée, cette privatisation ne profite qu’aux actionnaires et non aux abonnés ! Pour le moment (jusqu’en juillet 2007), seuls les professionnels sont « éligibles », c’est-à-dire qu’ils peuvent, s’ils le souhaitent, quitter le tarif régulé et passer dans le système concurrentiel, avec un prix de marché. Leur décision est alors définitive : ils ne peuvent plus revenir au tarif régulé. Jusqu’à aujourd’hui, moins de 5 % des clients éligibles ont fait ce choix et ils le regrettent ! Pourquoi ? Parce que le tarif régulé est aujourd’hui environ moitié moins cher que les prix du marché concurrentiel ! Aujourd’hui, tous les clients particuliers sont toujours au tarif régulé, qui certes augmente sous la pression des opérateurs, mais de manière encore contrôlée. Par contre, après l’ouverture définitive du marché aux particuliers en 2007 et après une phase de transition censée faire avaler la pilule, ces tarifs régulés finiront par disparaître pour tous (professionnels et particuliers), afin de « favoriser la concurrence ». Cela entraînera automatiquement une augmentation des prix immédiate et très importante, ainsi que la disparition de tout contrôle de l’État sur les prix. Les « gros clients », eux, négocieront des tarifs préférentiels, alors que les petites entreprises et les clients particuliers se saigneront au nom de la concurrence !

                                                  Parallèlement à l’augmentation des prix, c’est tout le service public de l’énergie qui ne cesse de se dégrader : les agences EDF/GDF de proximités, situées dans les quartiers ou les villes, ferment les unes après les autres, les délais pour un rendez-vous ou un dépannage ne cessent de s’allonger, les familles démunies sont toujours coupées quand elles ne peuvent plus payer, etc. Le service public est progressivement remplacé par un service minimum (et donc, de moindre coût pour l’entreprise), complété par un service payant (permettant ainsi d’accroître les profits de l’entreprise) ! Ces « gains de productivité » et ces augmentations de prix, faites sur le dos des salariés et des usagers, produisent déjà leurs effets : entre 2004 et 2005, le bénéfice net d’EDF a augmenté de 100 % (3,24 Md€) et le bénéfice net de GDF a augmenté de 29 % (1,74 Md€). Près de 50 % de ces bénéfices sont distribués aux actionnaires, au lieu d’être réinvestis pour l’amélioration du service public. Le reste des bénéfices est investi pour l’essentiel dans des prises de participations à l’étranger et donc inutile pour le service public ! Pour accroître encore ces bénéfices, les directions vont supprimer 6.000 postes dans les 2 prochaines années : l’appel à la sous-traitance (à moindre coût) se développe, y compris dans les secteurs sensibles pour la sûreté. Dans le même temps, les rémunérations des dirigeants explosent : prime de 40 % pour le PDG de GDF ; hausses de salaires de 43 et 66 % pour les 2 directeurs de GDF ! Mais malheureusement, ce n’est pas tout ! La sécurité des réseaux et des installations est en danger ! Cette course à la rentabilité remet gravement en cause le maintien d’une main d’œuvre qualifiée (dans l’entretien des centrales par exemple), les budget de recherche et de développement (dans les énergies renouvelables, autre exemple) ainsi que le respect d’une culture de qualité (dans le service public et dans les normes). Elle aura donc des conséquences importantes sur la sécurité des installations.

                                                  Malgré ce bilan très négatif, le Gouvernement s’engage dans l’ouverture totale du marché et dans la privatisation de GDF avec le projet de fusion GDF/SUEZ (dont les discussions parlementaires commenceront le 7 septembre). Dans un contexte de crise énergétique majeure, l’État abandonne au marché tout contrôle de la politique énergétique. Le secteur pétrolier devrait pourtant être un exemple à ne pas suivre ! Il n’est pas trop tard. Ensemble, nous pouvons exiger l’arrêt immédiat du processus de privatisation et de l’ouverture du marché à la concurrence, en préambule à une remise en cause globale du processus de libéralisation du secteur électrique et gazier. Signez la pétition contre l’ouverture du marché à la concurrence, contre la privatisation de GDF et d’EDF, pour le maintien des tarifs régulés et pour l’arrêt de toute fermeture d’agences, sur : Sud Énergie/Pétition.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès