Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Linky : conteur ou compteur intelligent

Linky : conteur ou compteur intelligent

Depuis le 1er décembre, impossible de ne pas être au courant, le déploiement du Linky a commencé. Fin 2016, 3 millions de Linky seront installés, 35 millions en 2021. Cette merveille technologique qu’on nous présente comme le compteur parfait, l’est-elle vraiment ?

La directive européenne 2009/72/CE du 13 juillet 2009 a modifié les bases des règles communes relatives aux marchés intérieurs de l’électricité. Y figure notamment un volet sur le développement de compteurs communicants.

Plusieurs personnes de bords politiques différents ont œuvré pour faire de Linky une réalité. Plusieurs organismes, CNIL, CRE, ADEME, etc ., ont étudié la faisabilité de ce projet, les résultats des tests et ont donné leur feu vert pour le déploiement de 35 millions de compteurs. Au cœur du projet, ERDF, gestionnaire du réseau électrique, pour développer et concrétiser cette entreprise ambitieuse.

On pourrait donc imaginer que Linky, qui nous est imposé par la loi du 17 aout 2015 relative à la transition énergétique, l’est pour notre plus grand bien.

Linky et le consommateur.

Dans le dossier de presse de novembre 2015 d’ERDF, le consommateur est présenté comme le grand gagnant de cette opération de changement de compteurs.

Services facilités, interventions plus rapides, suivi de la consommation, facturation de la consommation réelle et non plus basée sur des estimatifs, développement de la concurrence grâce à la multiplication des tarifs, sont autant d’avantages concrets pour les clients que nous sommes tous. Sur le papier, ça sonne bien, mais qu’en est-il vraiment ?

- Premier doute : l’étude de faisabilité

L’étude économique de faisabilité confiée par la CRE à Capgemini Consulting, et sur laquelle repose tout le projet, semble avoir oublié le consommateur. Page 25, on y découvre les périmètres de cette étude technico-économique.

Premièrement, elle portait sur la période allant de 2011 à 2038. L’évaluation prévoyait une généralisation de pose, de 2013 à 2018. La durée de vie des compteurs étant de 20 ans, 2038, représentait la fin de vie des derniers compteurs posés.

Deuxièmement, l’évaluation comportait deux scénarios d’évolution des prix de l’électricité.

Scénario 1 : augmentation annuelle moyenne de 2.3 % par an de 2010 à 2020, 1.8 % au-delà.

Scénario 2 : augmentation annuelle moyenne de 5.75 % par an de 2010 à 2020, 1.8 % au-delà.

Le coût du déploiement massif de ces compteurs est donc calculé sur la durée de vie des compteurs, c’est-à-dire 20 ans. Que se passera-t-il ensuite pour les clients ? Pour ce premier changement, les économies engendrées par Linky, notamment l’absence des relèves de compteurs, permet d’être à l’équilibre financièrement. Mais après ? Il n’y aura plus d’économies possibles sur ce poste et quelqu’un devra payer le remplacement. Pourquoi ERDF supporterait ce coût s’il n’y a plus de rentabilité économique à la clé ? En fin de compte, le client devra sans doute encaisser le coût dudit remplacement.

Autre point discutable, le supposé changement gratuit de cette généralisation ne l’est pas puisque le coût estimé de 5 milliards d’euros ne profite pas aux consommateurs. L’argent consacré à ce changement n’est pas rétrocédé aux consommateurs en vue d’alléger leurs factures. Les consommateurs paieront donc bien 5 milliards sur 20 ans.

Les scénarios retenus pour l’étude de faisabilité sont l’un et l’autre aux antipodes de servir les intérêts des consommateurs. Dans les deux cas, les augmentations sont supérieures à l’inflation que l’on connaît aujourd’hui. Il est donc bien anticipé et programmé par les gouvernements, toutes étiquettes politiques confondues, des augmentations massives des tarifs de l’électricité.

Le discours officiel et publicitaire consistant à asséner que cela profitera aux consommateurs est faux. La baisse des prix promise par la multiplication des tarifs est fausse puisque les scénarios envisagés démontrent le contraire. A aucun moment, il n’y a d’engagement ferme et précis sur une quelconque baisse tarifaire.

Si les hausses de prix ne sont pas au moins égales aux scénarios, cela signifie de toute façon qu’il n’y a plus de rentabilité économique pour ERDF et le client sera contraint d’en supporter les coûts. C’était, en 2013, les propos tenus par Colette Lewiner, dans un article de Challenges.

« Mais si le retour sur investissement de Linky ne s’avère pas conforme aux prévisions, la Commission de régulation de l’énergie pourrait accepter de le faire financer par une hausse du tarif d’acheminement de l’électricité, note Colette Lewiner, conseillère énergie du président de Capgemini. Ce serait alors au client de payer ».

Au mieux, le consommateur ne paiera pas, ce serait alors sans doute… le contribuable pas le biais des impôts ! Du pareil au même ! On peut difficilement être plus clair quant à ses intentions.

Que l’on nous dise que Linky peut s’avérer, sur certains points, avantageux pour le consommateur, comme dans le cas des interventions à distance, pourquoi pas, mais financièrement, le consommateur n’y trouvera jamais son compte.

- Deuxième doute : aucun engagement chiffré de baisse tarifaire pour le consommateur de la part de la CRE

Sur les avantages financiers, côté consommateur, la position de la CRE, information relayée sur le site du Ministère de l’économie, est très nuancée. L’information datée du 2 décembre 2015, précise que « les données fournies par Linky pourraient entraîner une baisse de près de 1 % de la consommation nationale ».

En soit, c’est plutôt une bonne nouvelle même si près de 1 % à l’échelle d’un consommateur, ça ne représente pas grand chose. Mais, ce qui est particulièrement choquant, c’est qu’au 2 décembre 2015, après le début du déploiement généralisé, on en est encore à employer le conditionnel.

Pour un projet qui va concerner 35 millions de foyers et dont le coût est évalué à 5 milliards d’euros, il n’existe donc aucune certitude ?

- Troisième doute : pas plus d’engagement chiffré de la part de l’ADEME

Cette même incertitude est de mise dans le dossier de presse de l’ADEME de juillet 2015 où il est écrit, page 3 :

« Les informations plus précises, voire en temps réel, sur les consommations ainsi que les possibilités de pilotage offertes par Linky pourraient permettre une diminution des émissions de CO2 grâce à l’insertion facilitée d’une production d’électricité renouvelable (éolien, photovoltaïque,...) et à une meilleure gestion de la pointe de consommation ».

Tout est décidé, la généralisation est établie et il n’y a aucun engagement clair, net et précis sur les gains de consommation. Inadmissible.

Le consommateur a déjà commencé à financer Linky, le fait encore aujourd’hui et continuera demain.

- Quatrième doute : le consommateur aura, au départ, son lot de problèmes techniques

Lors des expérimentations de 2010 et 2011, un grand nombre de personnes ont déploré des coupures de compteur et la perte de leur nourriture stockée, entre autres tracas.

Cela s’explique parfaitement par les nouvelles possibilités de réglages de Linky. Avec votre compteur vieille école, il y avait une tolérance entre la puissance d’abonnement souscrite et celle à laquelle le compteur coupait. Avec Linky, les réglages sont plus fins et la coupure intervient dès que cela ne correspond plus à la puissance contractuelle.

Ce phénomène est connu de la CRE et d’ERDF. Ces incidents figurent en page 17 et 18 du dossier d’évaluation de Linky de juin 2011. 

A la clé, l’obligation pour ces clients de contracter des abonnements plus élevés, à un coût plus élevé.

ERDF précise alors « Le choix retenu par ERDF, et partagé en concertation avec les acteurs, est de remettre les utilisateurs à leur puissance souscrite contractuelle, sans pénalité pour l’utilisateur, alors qu’ERDF et les fournisseurs seraient en droit de demander deux ans d’arriérés ».

Faut-il dire merci et envoyer des chocolats ?

Lors des tests, les coupures pour dépassement de puissance représentaient 4.5 % des réclamations. Espérons que ce sera moins élevé lors du déploiement à grande échelle car, sur 35 millions de foyers, on arriverait à 1 575 000 foyers touchés, une paille…

Linky et l’environnement.

Si le consommateur est présenté comme le grand gagnant dans cette généralisation imposée de Linky, l’environnement doit aussi profiter de ce petit compteur miracle.

Ce compteur doit permettre un meilleur « pilotage » de la production, notamment lors des pointes de consommation. Admettons.

- Premier doute : sans Linky, le pilotage du réseau existe déjà

Il est quand même précisé sur le site web de RTE, une autre filiale d’EDF que c’est déjà le cas en 2014.

« Nous mesurons en permanence les flux de notre réseau de transport d’électricité. Ces indicateurs nous permettent d’appréhender très finement la consommation et les besoins électriques de la France et de chaque région ».

« À partir de ces données, nous pilotons le réseau en temps réel et nous veillons à assurer l’accès à une électricité sûre, propre et économique en tout point du territoire. Nous mettons au point des scénarios pour demain, ils nous permettent de préparer le réseau et d’accompagner le développement des territoires et du tissu industriel et tertiaire ».

N’est-ce pas la promesse du Linky ? Apparemment, il est pourtant possible de se passer de ses services…

- Deuxième doute : l’ordre des choses du projet

L’ADEME précise sur son site web que 31 % des habitations, soit pratiquement une sur trois, sont équipées de systèmes de chauffage électrique. Les extraits suivants résument bien la situation :

« Le chauffage électrique est certes « attractif » sur le court terme, mais si on réfléchit sur le long terme et si le choix est possible mieux vaut s’orienter vers des systèmes de chauffage plus performants (à eau chaude ou thermodynamique) qui peuvent être couplés généralement à des énergies renouvelables ».

« Les radiateurs électriques (sauf les modèles à accumulation de chaleur) contribuent aux pics de consommation électrique observés vers 19h. Ces pics peuvent entraîner des risques de coupure sur le réseau de transport de l'électricité lors de périodes de grand froid ».

Avant de piloter la production, ne serait-il pas plus judicieux de diminuer la consommation ? Le pilotage des pointes de consommation n’est-il pas rendu nécessaire par la particularité française de chauffer les logements grâce à l’électricité ?

Pourquoi ne pas cibler les habitations équipées de chauffage électrique pour les orienter vers d’autres types de chauffage ? Pourquoi ne pas consacrer l’investissement de 5 milliards pour le déploiement du Linky à l’amélioration thermique des logements les plus énergivores ?

Autant de pistes qui permettraient d’orienter la consommation électrique à la baisse. Ce qui n’a pas vocation à être consommé n’a pas besoin d’être produit. Cela réglerait ce problème des pointes de consommation, en particulier en période de grands froids.

L’ordre des choses paraît plus logique.

- Troisième doute : Linky consommerait annuellement l’équivalent d’une ville de 240 000 habitants

Dans le dossier de presse de l’ADEME de juillet 2015 concernant le bilan énergétique, il est précisé, page 3 :

« Il est difficile à ce stade de chiffrer les économies d’électricité possibles, mais elles pourraient être de l’ordre de quelques TWh/an ».En revanche, ce qui paraît sûr, c’est que Linky consomme !

« Le changement du parc de compteurs électromécaniques et électroniques actuels par des compteurs Linky impliquerait en effet une augmentation de la consommation électrique annuelle de l’ordre de 0,5 TWh »

Là aussi l’usage du conditionnel est de rigueur. Toutefois, dans sa note de positionnement, l’ADEME, précisait en novembre 2011 :

« Le rapport entre les consommations induites et les bénéfices escomptés en termes de réduction des consommations est assez difficile à évaluer à l’heure actuelle, des études pourraient être lancées pour apporter des réponses à cette question ».

Quatre ans plus tard, les études, s’il y en a eu, n’ont pas dû être concluantes car, en juillet 2015, l’usage du conditionnel est toujours de rigueur.

Pour donner un ordre de grandeur, 0.5 TWh représente 500 000 MWh, soit ce que fournit l’usine marémotrice de la Rance, à côté de Saint-Malo, l’équivalent de la consommation d’une ville de 240 000 habitants…

Linky et les instances européennes.

La directive européenne 2009/72/CE du 13 juillet 2009 est assez claire. Au point 2 de la page 37, il est précisé :

« La mise en place de tels systèmes peut être subordonnée à une évaluation économique à long terme de l’ensemble des coûts et des bénéfices pour le marché et pour le consommateur (…) »

« Si la mise en place de compteurs intelligents donne lieu à une évaluation favorable, au moins 80 % des clients seront équipés de systèmes intelligents de mesure d’ici à 2020 »

- L’Allemagne dit non

Autrement dit, il semble tout à fait possible, en cas d’évaluation défavorable, de ne pas généraliser le déploiement de compteurs communicants.

Dans un article de Challenges de 2013 c’est déjà ce qui était annoncé pour l’Allemagne.

Le 13 février 2015, l’article paru sur Lemoniteur.fr donne très clairement la position allemande.

C’est nein, sauf pour les plus gros consommateurs. La décision du Ministère de l’économie et de l’énergie se fonde sur l’étude de 2013 du cabinet d’audit EY stipulant que l’adoption massive de nouveaux compteurs n’est pas dans l’intérêt du consommateur allemand.

On compare souvent France et Allemagne, on nous vante le modèle Allemand à longueur d’année et, là, silence.

Linky et la sécurité.

Deux polémiques concernent la dangerosité de Linky.

- Première polémique

Elle porte sur les données émises par le compteur. Elles permettraient d’en savoir beaucoup sur les habitudes d’un foyer. Certaines associations s’inquiètent de ce qui sera fait de ces données. En effet, les habitudes de vie peuvent être finement étudiées.

ERDF répond que toutes les données sont cryptées et qu’elles restent la propriété du client qui doit donner son consentement explicite pour pouvoir les utiliser.

D’un point de vue sémantique, le chiffrement existe, mais pas le cryptage. Passons sur ce point de détail.

A l’heure où aucune organisation n’est à l’abri de se faire hacker, pourquoi ERDF échapperait à la règle ? Sans tomber dans la fiction cinématographique, le fait de voler ces données peut renseigner sur l’occupation ou pas d’un logement. Ce serait une mine d’or pour les cambriolages qui sont de plus en plus sous la coupe d’organisations tentaculaires. On peut très bien imaginer des hackers chargés d’analyser des villes, des quartiers, des habitations pour savoir où et quand frapper tranquillement. Bientôt, une feuille de route pour les cambrioleurs ?

- Deuxième polémique

La deuxième polémique concerne l’exposition aux ondes électromagnétiques, OEM. Les experts s’affrontent sur ce sujet et, finalement, il ressort que Linky respecte toutes les normes en vigueur. L’affrontement porte sur la technologie utilisée. ERDF précise que la transmission ne se fait pas par radiofréquence mais par courant porteur en ligne, CPL, autrement dit qu’elle transite par des fils. Cette technologie ne serait pas si saine pour l’utilisateur final, même s’il s’agit d’un système filaire. Cela tiendrait au fait qu’il faut disposer de câbles blindés pour éviter un rayonnement. Ce type de câble n’équipe pas forcément les 35 millions de foyers, donc, selon certaines associations, les OEM se diffuseraient massivement dans les habitations.

- Quid du principe de précaution ?

Je laisse le soin aux experts de s’affronter sur le sujet mais, il y a, semble-t-il, un doute. Pour se faire son opinion, voici la définition disponible sur le site vie-publique.fr concernant le principe de précaution :

« Principe selon lequel l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque dans les domaines de l’environnement, de la santé ou de l’alimentation ».

L’absence de certitudes : voilà ce qui semble caractériser Linky.

Ce qui dérange quant à cette éventuelle nocivité, c’est l’impossibilité de refuser l’installation du Linky dans le cas des personnes électro-sensibles. Imposer par la loi une mesure qui ne fait pas l’unanimité et qui ne laisse pas d’échappatoire, quel simulacre de démocratie !

- Un risque disproportionné

Un point qui n’est pas abordé dans la sécurité des données concerne spécifiquement les informations reçues par les compteurs. Le compteur émet et reçoit des informations. Qu’est-ce qui empêcherait d’envoyer un virus dans les compteurs pour couper l’alimentation électrique d’un foyer, de milliers de foyers, de millions de foyers ? Je ne suis pas expert informatique mais à partir du moment où un système est ouvert n’est-il pas vulnérable ?

Linky et l’emploi.

Selon ERDF, « Une activité correspondant à 10000 emplois sera générée en France pour la conception, la fabrication du compteur et de certains de ses composants, et la prestation de pose ».

C’est une nouvelle formidable, surtout à l’heure où le chômage bat de tristes records. Il y a quand même un petit bémol.

- Le projet s’appuie essentiellement sur la suppression des relèves, donc de l’emploi

Le projet Linky et sa faisabilité financière reposent, entre autres choses, sur la disparition des relevés de compteurs.

En 2013, un document de la CGT, évoquait la suppression de 80 % de l’activité technique clientèle, soit environ 6000 postes. Qu’en est-il aujourd’hui ?

La suppression de postes à ERDF semble inéluctable. Un article du Monde mentionne « Les dirigeants de la société ne cachent cependant pas qu’à moyen terme, ERDF ne comptera plus 35 000 salariés comme aujourd’hui ».

La création de postes pour de grands projets industriels est une bonne chose, si et seulement si cela ne se fait pas au détriment d’emplois existants.

Linky et la pédagogie.

Si on se réfère au dossier de presse de l’ADEME de juillet 2015, l’aspect pédagogique, primordial, a été complètement escamoté dans ce projet. En effet, voici quelques extraits :

« Accroître la culture de l’énergie »

« La sensibilisation à l’énergie peut également jouer sur le long terme en influant sur les logiques d’investissements des ménages »

Le consommateur, celui pour lequel ce compteur est prétendument créé, doit s’approprier cette culture de l’énergie, être investi dans ce projet pour espérer ressentir une baisse de sa facture d’électricité.

Si Linky est vraiment une pure merveille, pourquoi ne pas avoir demandé l’adhésion volontaire des clients plutôt que de l’imposer autoritairement à 35 millions de foyers ? Expliquer, argumenter et défendre son produit est le lot commun de tout vendeur. Et, si le produit en vaut la peine, le consommateur l’achète sans qu’on ait besoin de lui forcer la main. En l’espèce, l’inexistence de pédagogie est sans doute un futur cas d’école de ce qu’il ne faut absolument pas faire.

Le mot de la fin à Jean-Louis Borloo, aux affaires quand le projet prenait forme.

Un article de Challenges dévoile une citation de Jean-Louis Borloo, ancien ministre de l’écologie, à paraître en décembre dans le magazine d’ERDF.

"Linky est un concept novateur. Toute nouveauté suscite des interrogations. Elles sont saines, car les gens mettent parfois le doigt sur des problèmes que les concepteurs n'avaient pas vu".

Sur le côté novateur, c’est certain. Dès lors qu’on programme l’installation du Linky dans 35 millions de foyers, n’est-il pas trop tard pour faire participer le citoyen/consommateur ? En cas de problèmes, qu’est-ce qui est prévu ? On stoppe tout ? Etant donné que le même type de compteurs se profile à l’horizon pour le gaz et l’eau, la partie semble plutôt pliée au seul avantage des fournisseurs.

 

Laurent CRIADO

Site Internet : guidepratiqueachatimmobilier.com

 

Cet article peut volontiers être repris, sans coupures, pour informer le plus de monde possible. La photo illustrant l’article doit rester la même et indiquer le crédit photo, le nom de l’auteur doit figurer distinctement en début d’article, un lien doit renvoyer sur la page Agoravox de l’article ou sur le site de l’auteur. Merci à toutes et à tous.

Un grand merci au lecteur de mon article précédent qui m’a suggéré de me pencher sur Linky. Si vous avez des attentes sur des thématiques liées à l’immobilier, prévenez-moi directement dans les commentaires ou via mon site.

Crédit photo KS Studio - Fotolia


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

110 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 7 décembre 2015 17:33

    Tout ce que propose l’Europe et nos dirigeants ne sont que des arnaques approuvées par notre pourriture politicarde
    -Ampoules basse consommation
    -Assainissement
    -Compteur Linky


    • Phoébée 9 décembre 2015 16:55

      @troletbuse
      J’allais le dire, les écolos sont un lobby néfaste à la planète...


    • zygzornifle zygzornifle 13 décembre 2015 10:49

      @troletbuse

       ce n’est pas qu’un compteur mais un MOUCHARD .....


    • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 7 décembre 2015 17:59

      Bonjour,

      Merci pour votre lecture et votre commentaire.

      C’est vrai qu’avec des mesures comme Linky et celles que vous citez, on peut réellement se demander comment nos politiques espèrent redorer leurs images.

      Une telle mesure ne va pas dans le sens du citoyen / consommateur et c’est très dommageable.


      • Alren Alren 8 décembre 2015 17:41

        @Laurent CRIADO

        « Une telle mesure ne va pas dans le sens du citoyen / consommateur »

        Cher monsieur, pouvez-vous citer une mesure qui aille dans le sens du citoyen-consommateur depuis 40 ans ? Moi, pas !

        Au contraire, toutes les mesures prises depuis la démission de Pierre Mauroy en 1983 vont très précisément à l’encontre des intérêts du citoyen-consommateur-salarié-syndicaliste !


        Dans une autre réponse, vous vous inquiétez de la possibilité qu’un virus infectant ce petit ordinateur que sera Linky, puisse provoquer des coupures de courant chez des millions de gens, en avouant ignorer si la création d’un tel programme informatique est techniquement possible.

        Je peux vous donner la réponse certaine : c’est oui ! Et soyons assurés que comme le conflit entre les qitalistes (le vrai nom coranique des terroristes islamiques) et nous, continuera tant que l’Arabie Saoudite aura du pétrole à vendre et le Qatar du gaz, la création de ce virus par les hackers travaillant pour Daesh et Al Qaïda sera une priorité. Car il pourra faire beaucoup de dégâts à l’économie nationale avant d’être neutralisé, y compris provoquer des décès (panique, ascenseurs bloqués, malades sous assistance etc.).

        Pourquoi en suis-je sûr ? Parce que toute serrure, aussi sophistiquée soit-elle, s’ouvre instantanément avec une fausse clé qu’on ne peut distinguer de la vraie et parce que les compteurs Linky devront être programmables à distance, depuis un centre informatique donc, et vu leur nombre sans système de mot de passe différent pour chacun, la seule possibilité théorique de le protéger contre une attaque.

        Mais même sans parler de sabotage par un virus informatique, le microprocesseur qui sera nécessairement au cœur de Linky, vu les capacités diverses du compteur, comme tout appareil électronique sophistiqué pourra tomber en panne. Et là, il faudra bien qu’un réparateur vienne l’échanger sur place (Y aura-t-il du personnel pour cela ?).

        En attendant sa venue, le client-pigeon n’aura pas d’électricité ! Lui devra-t-on des dommages intérêts pour cette rupture de contrat qu’est l’obligation pour ERdF de lui fournir du courant 24h sur 24 ?

        D’un autre côté, les petits malins de l’informatique pourront peut-être reprogrammer leur microprocesseur pour qu’il divise par 10 le chiffre de consommation électrique qui sera communiqué à la centrale. Comment le fournisseur pourra-t-il prouver le vol ?

        (Bien entendu dès qu’un aura trouvé l’astuce, des milliers d’autres lui emboîteront le pas !)


        Outre le fait d’enrichir le fournisseur des compteurs, l’obligation qui est faite aux gens de l’accepter a pour objectif de l’inciter à choisir des fournisseurs privés d’électricité qui en achèteront en gros à EDF, qui a déjà l’obligation d’en vendre à pris réduit, pour la revendre au détail beaucoup plus cher.

        (Ce que faisait Enron aux USA avant que n’éclate le scandale.)

        Mais pour que les « investisseurs » privés se fassent un maximum de gras, il faut que le tarif de l’électricité augmente le plus possible. Ce qui se fera avec la complicité active des gouvernements, du moins s’ils restent à l’image de ceux que nous avons connus depuis 1983.

        Pour ceux qui auront du mal à payer, on rétorquera qu’il faut qu’ils réduisent leur consommation et d’ailleurs que cette austérité est bonne pour la planète et blablabla !




      • pemile pemile 8 décembre 2015 18:17

        @Alren "les compteurs Linky devront être programmables à distance, depuis un centre informatique donc, et vu leur nombre sans système de mot de passe différent pour chacun"
        N’exagérons pas, il est prévu des clés de chiffrement par client et un deuxième chiffrement par transfo.

        Mais sur le fond, je suis tout à fait d’accord avec votre analyse, le piratage sera complexe mais possible. Les compteurs étant prévu pour une durée de vie de 30 ans, les mises à jour logiciel risquent aussi d’être cocasses !

        Sur le fond, une attaque terroriste sur le réseau de distribution sera toujours quand même plus simple en faisait sauter les pylones.


      • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 8 décembre 2015 18:52

        @Alren
        Bonsoir,

        Merci pour votre lecture et votre commentaire.

        Là, je suis pris au dépourvu, je ne vais pas pourvoir vous donner de réponse tout de suite !!! smiley

        Les intrusions dans le système sont le point noir de Linky, car pour des terroristes, ils pourront tranquillement mettre la France à genoux en appuyant sur un seul bouton.

        A notre époque que fait-on sans électricité ? Rien ?

        Aucun système n’est inviolable, on peut juste retarder l’échéance.

        Pour les petits malins qui « optimiseront » les compteurs, ça fera comme dans l’automobile ou en achetant un boitier vous pouvez la démarrer sans effraction.


      • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 8 décembre 2015 19:16

        @pemile
        Je ne remets pas en doute les compétences d’ERDF et des experts qui ont travaillés à la sécurité du projet.

        Mais à partir du moment où il y a un réseau, il est automatiquement exposé aux attaques.

        Votre exemple du pylône est bon, sauf que la « logistique » demande plus de préparatifs et le risque de se faire prendre est plus important qu’un hacker derrière un ordinateur.

        N’est-ce pas prendre de risques inutiles et dangereux que d’ouvrir le réseau et s’exposer aux attaques ?


      • pemile pemile 8 décembre 2015 19:28

        @Laurent CRIADO « à partir du moment où il y a un réseau, il est automatiquement exposé aux attaques. »
        Je n’ai pas l’info mais je pense pas que le réseau CPL sera connecté à internet, juste à l’intranet EDF.

        Il y aura juste remontée d’informations sur une plateforme web pour les clients, si il y a piratages cela sera sur les données clients mais pour accéder au linky d’un client il faudra pirater l’intranet d’EDF ou pirater le réseau CPL en se « branchant » sur les cables à la façon gitan et casser les clés de chiffrement.

        Il faut quand même constater qu’il n’y a pas la même parano pour les box internet, qui au niveau vie privée, sont de la dynamite par rapport à la consommation en KWh d’un domicile où à une coupure à distance !


      • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 8 décembre 2015 19:55

        @pemile
        Je ne préfère pas connaître l’information et la diffuser cela évitera de faciliter le travail s’il est possible.

        Non c’est clair que la parano est plus faible pour les box internet mais c’est la méthode autoritaire qui est critiquable.


      • liberty1st liberty1st 7 décembre 2015 18:03

        Très bon article ! Merci pour ces explications.


        • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 7 décembre 2015 18:10

          Bonjour,

          Merci pour votre lecture et votre compliment.

          N’hésitez pas à faire tourner l’information, il est encore possible de stopper la généralisation si nous nous unissons tous.

          Bien à vous,


          • nofutur 7 décembre 2015 18:48

            Bonsoir,
            Article clair et précis. Merci

            Pour ce qui me concerne et à chaque fois qu’on me serine que le gagnant est le con-sommateur je prend immédiatement un pot de vaseline (à force d’avoir mal au cul).


            • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 7 décembre 2015 19:07

              Bonsoir,

              Merci pour lecture et votre commentaire.

              Effectivement Linky est bien ficelé et le consommateur présenté comme le grand gagnant de l’opération.

              Tout montre le contraire.

              En s’unissant on peut tenter de réduire la porté de la généralisation.

              Puisque ERDF précise que les données appartiennent aux clients, chacun peut déjà refuser leurs exploitations. Auquel cas Linky ne servira pas à grand chose.

              Ensuite en faisant tourner l’information et en mobilisant les élus locaux, qui ne sont pas forcément pour.

              Grande chance, nous sommes en période d’élections, interrogez les candidats et demandez-leur leurs positions sur ce projet.


              • vesjem vesjem 7 décembre 2015 20:24

                le coût estimé de 5 milliards d’euros
                un rapide petit devis approximatif nous donne :
                35 000 000 compteurs x 200 € ( pose + matériel) = 70 milliards d’euros AU BAS MOT  ! ! !
                bonjour les économies pour les contribuables qui au final seront les cochons de payants


                • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 7 décembre 2015 21:01

                  @vesjem
                  Bonsoir,

                  Merci pour votre lecture et votre commentaire.

                  Le coût dépassera comme d’habitude les estimations de départ. Lors du projet, le prix par compteur oscillait entre 120 et 240 €, pose comprise.

                  En prenant votre base de 200 € on arriverait à 7 milliards. Soit 2 milliards de plus.

                  Le contribuable devra payer, encore une fois...


                • JFC JFC 7 décembre 2015 20:34

                  Il y a quand même des avantages, je trouve intéressant que le relevé se fasse automatiquement, je ne suis jamais là quand le releveur passe. La mise en service / coupure est aussi une bonne chose, ça permet de mettre le courant immédiatement dans un nouvel appartement par exemple. Maintenant ce n’est pas ça que j’espérais, mais un appareil très simple, sans écran, juste pour le relevé, pas une usine à gaz qui analyse ma consommation en temps réel. Ca ne regarde personne !

                  Une analyse précise par client pourrait servir  :

                  1) à essayer de lui fourguer des contrats commerciaux alambiqués et dans l’intérêt du fournisseur, sinon pourquoi le ferait t-il ? l’administratif ce n’est pas gratuit à mettre en place !

                  2) à vendre ses données à je ne sais qui sans son autorisation en appelant ça « partenaire » au prétexte que l’on ne lui révélera pas ses coordonnées. Mais si EDF fait l’intermédiaire, cela revient au même !

                  3) à fournir ses données à des autorités dites légales de la même façon qu’on le fait depuis longtemps avec la téléphonie. Effectivement on ne donnera les données à personne, sous entendu à des personnes ou sociétés privées, sauf qu’une « autorité légale », ce n’est pas une personne privée, c’est au dessus, ça ne compte pas.

                  Sur Linky qui consommerait autant qu’une ville de 240 000 habitants, j’ai des doutes sérieux. Les appareils électroniques (ne comportant pas de moteur ni d’éclairage ni de chauffage...) consomment très peu d’énergie, un peu comme une calculette, ce sont des microprocesseurs modernes (genre pic microchip ) et des mémoires, ça ne consomme presque rien.

                  Sur le prétendu « danger des ondes », c’est de la pure foutaise ! Il s’agit de Courant Porteur, du CPL qu’EDF utilise déjà depuis longtemps. Le CPL basse fréquence n’est pas fait pour rayonner comme une antenne. Les résidus d’ondes autour des câbles sont au pire 100 fois plus faibles que la limite d’exposition (87V/m) . On peut surtout déjà prévoir une exploitation carabinée de la crédulité publique pour fourguer des câbles blindés tout à fait inutiles aux hypocondriaques, comme on fourgue déjà tout un foutoir de casquette et slips anti-ondes, de cages de Faraday, toutes choses déjà largement dénoncées par Que Choisir, et surtout qu’aucune autorité de santé au monde ne préconise. 


                  • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 7 décembre 2015 21:19

                    @JFC
                    Bonsoir,

                    Merci pour votre lecture et votre commentaire.

                    Sur le côté pratique, comme la relève à distance, la mise en route d’un abonnement ou la modification, c’est vrai que cela peut apporter de bonnes choses.

                    Sur les autres avantages c’est plus difficile à trouver.

                    La consommation de Linky est donnée pour tout le « système d’exploitation » comprenant les compteurs, les concentrateurs (plus de 600 000) ainsi que le Data Center à Lyon. Le chiffre est tiré de la CRE, 0.5 TWh.

                    Sur le « danger des ondes » j’ai souhaité porter à l’attention du plus grand nombre, les doutes que certaines associations relèvent.

                    Le changement complet d’une installation n’est économiquement et techniquement pas viable, donc très peu de chance de se faire avoir.


                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 7 décembre 2015 20:40

                    Bonjour Laurent,
                    .
                    L’informatisation des réseaux électriques rendra la France vulnérable au piratage, à l’espionnage et au cyber-terrorisme pouvant provoquer le black-out.
                    .
                    Des hackers ont déjà expliqué comment ils avaient piraté un « smart-meter » (compteur intelligent), en réussissant sans peine à lui faire afficher une consommation négative.
                    http://www.nikopik.com/2012/01/les-compteurs-delectricite-intelligents-deja-pirates.html
                    .
                    La CNIL a montré par un graphique le niveau de précision de la connaissance de ce qui se passe dans le logement à partir de la connaissance en temps réel des variations de la consommation électrique : on sait si le logement est vide ou occupé, combien de personnes sont présentes, à quelles activités elles se livrent.

                    http://lesmoutonsenrages.fr/2015/07/21/alerte-linky-le-nouveau-compteur-electrique-evolue-un-fiasco-technique-industriel-financier-et-sanitaire/
                    .
                    Le compteur LINKY, lui, est bel et bien en capacité de savoir tout ce que vous faites chez vous à 10 minutes près (de 10 à 30 mn pour être précis). Il est capable de savoir si vous êtes chez vous ou pas, pendant combien de temps vous êtes parti en vacances en laissant votre domicile inoccupé, de savoir combien de personnes vous hébergez au jour près... etc..
                    http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/les-compteurs-linky-sont-ils-102891
                    .
                    ERDF Compteurs Intelligents & Smart Grid = Arnaque et Danger de Mort !
                    https://www.youtube.com/watch?v=aVCob3E1eq0
                    .
                    .


                    • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 7 décembre 2015 21:37

                      @eau-du-robinet
                      Bonsoir,

                      Merci pour votre lecture et votre commentaire.

                      Le risque de vulnérabilité augmente et semble inconsidéré à l’époque où l’on s’inquiète de notre protection.

                      ERDF a balayé d’un revers de main le fait dont vous parlez, précisant que les compteurs n’avaient rien à voir avec Linky. Mouais...

                      Effectivement, Linky peut descendre jusqu’à un pas de 10 minutes pour « analyser » votre foyer. Apparemment, il faut l’accord explicite du client pour descendre jusqu’à cette précision, sinon une seule information journalière remonterait jusqu’au centre. Refuser systématiquement l’exploitation des données pour chaque foyer est le premier geste de protestation que chacun peut faire.

                      La méthode de l’imposer autoritairement dans tous les foyers est détestable.

                      Quand en plus, on prend le prétexte de la directive européenne pour faire croire que c’est obligatoire, c’est limite comme méthode. L’Allemagne a dit non en se basant sur l’étude de faisabilité.


                    • vesjem vesjem 7 décembre 2015 20:56

                      ERREUR d’un zéro => 7 milliards €


                      • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 7 décembre 2015 21:40

                        @vesjem
                        Oui je l’avais noté et refais le calcul. Le dépassement serait énorme même avec une erreur d’un zéro ! Merci.


                        • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 7 décembre 2015 21:48

                          Bonsoir,

                          Merci pour votre lecture et votre commentaire.

                          Je note le lien pour regarder ce document plus tard .

                          Les premières minutes sont très instructives sur le business très juteux qui est attendu sur ce marché.


                          • lephénix lephénix 7 décembre 2015 22:55

                            votre article appelle une suite quant aux procédures possibles de refus (cf le site d’Annie Lobé)

                            il s’agit tout à la fois d’un déni de démocratie, d’une gabegie supplémentaire à 25 milliards (merci de rectifier le chiffre le cas échéant) et d’un scandale de santé publique à venir pire que l’amiante puisque tous les Français seront touchés à la fois au portefeuille et dans leur chair, sans oublier les dommages infligés au matériel (pc, electromenager, etc)

                            tous les copropriétaires devraient s’organiser avec leurs syndic pour se préserver de ce qui est bel et bien une menace...quand les vieux poteaux de bois ont été remplacés par des pylônes, on a bien vu que ceux qui avaient « la chance » d’être près d’un pylone étaient frappés par le cancer et d’autres pathologies... cela fait 30 ans que l’on sait que les ondes tuent et les livres sont légion sur la question.. ;


                            • HELIOS HELIOS 8 décembre 2015 04:01

                              @lephénix

                              Il y a surement un moyen... non pas de frauder... mais de bloquer l’info envoyé par Linky

                              A priori, ce ne doit pas etre vraiment difficile. Si les CPL sont a basse fréquence, un filtre (ferrite) ou même un environnement electromagnetique devrait suffire s’il est placé sur (contre) le cable d’arrivée avant le compteur.

                              Si le signal est fort il faut aller un peu plus loin et reinjecter sur la ligne des signaux dephasés ou des valeurs inconsistantes pour que le problème soit reglé.

                              Il ne faut pas s’en faire, nos amis chinois et coréens vont bientôt nous pondre des boitiérs de confidentialité « Linky », comme il nous fournissent des boitiers de modification de cartographie des moteurs de nos autos.

                            • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 8 décembre 2015 06:42

                              @HELIOS
                              Bonjour,

                              Merci pour votre lecture et votre commentaire.

                              Comme vous le signalez il y aura sans doute une parade, avec la vente d’un boitier pour empêcher la propagation dans le réseau électrique de chaque foyer.

                              Avant cela il faut s’unir pour lutter contre ces compteurs.

                              Un lecteur a mis un lien de modèle de lettre à envoyer à ERDF. A étudier et à envoyer.

                              Se rapprocher de l’association PRIATEM est aussi une possibilité pour que les actions aient plus de poids.

                              En dernier recours, il faudra signaler à ERDF que vous refuser catégoriquement l’exploitation de vos données et Linky ne servira pas à grand chose car ils ont besoin de votre consentement pour vous « polluer » chez vous.


                            • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 7 décembre 2015 23:36

                              L’article est là pour éclairer le maximum de personnes.

                              Pour les suites à donner, c’est très simple.

                              Dans un premier temps, tous les foyers refusent de donner leur accord explicite a ERDF pour exploiter les données. De cette manière Linky ne servira pas à grand chose.

                              Ensuite il faut s’organiser au niveau local et national pour coordonner les actions juridiques et stopper le déploiement.

                              Sur la dangerosité, le principe de précaution est piétiné depuis des années au nom des intérêts privés. Il est temps que cela cesse et d’engager des procédures à l’encontre de ceux qui cautionnent ces « avancées » pour les consommateurs.


                              • HELIOS HELIOS 8 décembre 2015 19:16

                                @Laurent CRIADO

                                Helas, ERDF s’assoira rapidement sur notre volonté de ne pas utiliser nos informations. Ils trouveront rapidement le biais en disant que ces infos sont utilisées par des partenaires, anonymisées etc.... juste pour des raisons techniques, de sécurité et commerciales (commercial, ce n’est pas interdit quand on est client), en clair c’est exactement ce que nous ne souhaitons pas, c’est a dire un « profiling » des clients ERDF !

                                En réalité c’est au niveau de l’état qu’il faut se battre. ERDF est une société d’état et l’etat a tous les moyens pour exiger que les infos récupérées sur les Linky ne soient que ponctuelles, une fois par mois pour le relevé et lorsqu’il y a une panne - ce qui est l’argument principal de son existence.

                              • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 8 décembre 2015 19:49

                                @HELIOS
                                On peut s’attendre en effet à tout.

                                Il faut se battre sur plusieurs fronts, se mobiliser et s’unir contre l’imposition forcée du Linky.


                              • cathy cathy 8 décembre 2015 00:09

                                Modèle de lettre de refus pour la poste de Linky :http://www.next-up.org/pdf/ERDF_Lettre_refus_installation_compteur_Linky.pdf


                                • cathy cathy 8 décembre 2015 00:10

                                  pose              


                                • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 8 décembre 2015 06:34

                                  @cathy
                                  Bonjour,

                                  Merci pour votre lecture et votre commentaire.

                                  Le courrier est à étudier pour chaque foyer et Il faut que le maximum de personnes puisse envoyer des requêtes à ERDF.

                                  J’ai aussi eu l’association PRIATEM qui m’a contacté. Eux aussi mènent des actions auprès des pouvoirs publics. Il est possible de rejoindre les actions en cours. Plus il y aura de monde, plus elles seront efficace.


                                • nours77 nours77 8 décembre 2015 07:03

                                  Je suis d accord avec l auteur excepter sur un point,


                                  Free utilise depuis un bon moment, le free plug, un appareil qui fait passer internet par le courant électrique...
                                  Cette technologie n a pas vraiment trouver de détracteur, jusqu a maintenant bizarrement...

                                  Je suis bien plus inquiet au niveau de la surveillance/piratage des infos ou de l augmentation des prix de l électricité...
                                   

                                  • cathy cathy 8 décembre 2015 09:43

                                    @nours77
                                    Oui, c’est du tout en un !


                                  • Laurent CRIADO Laurent CRIADO 8 décembre 2015 10:56

                                    @nours77
                                    Bonjour,

                                    Merci pour votre lecture et votre commentaire.

                                    Je suis d’accord avec vous concernant le CPL, moi aussi je fonctionne comme cela.

                                    Par rapport au détracteur, la situation est différente.

                                    1. C’est un libre choix, personne n’est obligé de s’équiper de la sorte pour recevoir internet.
                                    2. Peut-être qu’il y a manque d’information et de mise en garde car justement le CPL ce sont des fils électriques et cela paraît inoffensif au yeux du grand public. Franchement je n’en sais rien.

                                    3. Ce que je sais c’est que l’association PRIOTEM m’a contacté suite à cet article et j’ai pu découvrir qu’elle avait réussi à obtenir du Ministère de la Santé la saisie de l’ANSES sur le sujet.

                                    Cette autorité n’avait pas été saisi avant septembre 2015, c’est-à-dire après le vote de la loi. Aucune étude sérieuse n’a été faite sur les conséquences de cette généralisation de Linky.

                                    Concernant l’aspect sécurité, c’est une des craintes. Pour l’augmentation des prix de l’électricité c’est certain. L’étude de faisabilité de Linky a pris des scénarios d’augmentation des tarifs qui vont à l’encontre de l’intérêt du consommateur. Il n’y aura aucune baisse de prix.


                                  • lephénix lephénix 8 décembre 2015 10:26

                                    @helios

                                    merci pour l’info mais autant empoigner le pb à la source

                                    @Cathy merci pour ce modèle de lettre, il y aussi matière à réflexion et utilisation sur next up news

                                    @nours77

                                    la free box serait aussi cancérigène que le linky ?quelle est la parade ? tous les opérateurs ne vont-ils pas imposer ce « plug » ?

                                    personne n’a le temps ni les moyens de tout savoir au sujet de ce fondamentalisme technologique hautement nocif, mais il y a comme un « devoir sacré » d’en contrer les dérives mortifères...


                                    • Odin Odin 8 décembre 2015 16:48

                                      @lephénix

                                      La parade est simple :

                                      -  ne pas utiliser réseau CPL FreePlugs ( les 2 boîtiers

                                       blancs reliés au secteur) 1 relié à la box et le 2ème

                                       relié à votre décodeur TV par exemple.

                                      -  utilisez une connexion filaire (TV, ordi etc…)

                                      -  allez sur le site Free et dans votre espace perso.

                                       vous déconnectez l’option Wifi.

                                       


                                    • pemile pemile 8 décembre 2015 16:57

                                      @Odin
                                      Quel rapport avec le Linky ?


                                    • Odin Odin 8 décembre 2015 17:06

                                      @pemile

                                      Ma réponse était pour Lephénix au sujet de sa question :

                                       

                                      la free box serait aussi cancérigène que le linky ?quelle

                                      est la parade ? tous les opérateurs ne vont-ils pas imposer

                                      ce « plug » ?


                                      Cordialement

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès