Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Loi Galland : les décrets d’application arrivent...

Loi Galland : les décrets d’application arrivent...

Nos députés ont voté cet été une nouvelle loi pour réformer la loi Galland qui gère les relations entre la grande distribution et ses fournisseurs. Le but initial de cette loi était de protéger le petit commerce, en empêchant les grandes surfaces de répercuter la totalité des ristournes qu’ils recevaient de leurs fournisseurs, et en particulier les fameuses "marges arrière". Ces marges arrière sont des ristournes plus ou moins bidons, accordées sous des prétextes divers (prime de gondole, prime de coopération commerciale, prises d’objectifs , etc.) que la grande distribution arrivait à obtenir de ses fournisseurs en profitant de leur énorme puissance d’achat et de leurs méthodes commerciales limites. Bien entendu le petit commerçant, lui, ne peut rien obtenir de tel.

La loi Galland empêchait de prendre en compte ces marges arrière dans la fixation des prix de vente au client, ce qui a généré une certaine hausse des prix des produits, et en particulier des produits de marques. D’où : retour de manivelle, on souhaite maintenant favoriser la baisse des prix ou la hausse du pouvoir d’achat, et plus le petit commerçant.

Les décrets d’application de cette loi, qui doit prendre effet au 1er Janvier 2006, viennent d’être rendus publics, sous forme de projet de circulaire. Apparemment, notre administration a pondu encore une usine à gaz ! Comme prévu néanmoins, les marges arrière seront limitées à 20 % en 2006, 15 % en 2007, alors qu’elles dépassent largement 30% de nos jours. Les modalités, en revanche, semblent compliquées à appliquer, Michel-Edouard Leclerc lui-même les qualifiant d’ubuesques.

Le problème majeur, que je vous avais signalé dans mon message sur le sujet du 29 juillet, est qu’aucune société de la grande distribution ne peut se permettre de transférer les 10% de marges arrière en moins dans une diminution de sess prix de vente. Car si elle opérait ainsi, ce seraient ses résultats annuels qui seraient gravement affectés, et donc ses actionnaires seraient gravement mécontents, et le cours en Bourse en forte baisse ! Comment réagir, pour la grande distribution ? En pressurant encore davantage les producteurs, et en améliorant encore elle-même sa productivité pour compenser, c’est-à-dire en diminuant le personnel, en informatisant encore, en mettant la pression sur les coûts de logistique, etc.

Quand la fonction publique s’occupe de commerce, elle n’y comprend rien ! Ce seront les employés et les fournisseurs qui paieront la baisse des prix, la seule chose qui intéresse vraiment les politiques... Sachez donc que les 5 % que nous promet le ministre des PME et du commerce sur les produits de marque, et dont vous bénéficierez, seront payés par des souffrances du personnel et des fournisseurs.

A suivre...


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Chadakine (---.---.106.217) 30 octobre 2005 21:00

    Travaillant comme simple employé pour une enseigne de la grande distribution, un certain Edouard L., j’ai effectivement pu voir et sentir la préparation à cette nouvelle règle du jeu.

    Car il d’agit effectivement d’une grosse diminution de marge de manoeuvre pour les responsables de rayons pour qui cette pratique sauvait bien souvent la mise (je pense evidemment aux objectifs de rentabilité, qui d’ailleurs ne sont pas loins de +20%).

    C’est triste mais encore une fois les employés travaillant directement ou indirectement pour ces mastodontes serront les victimes.

    Par moments je me demande vraiment comment nos dirigeants peuvent êtres aussi naïfs, ou peut être pas...


    • çacévré (---.---.41.109) 6 novembre 2005 10:35

      comment peut-on penser qu’une entreprise peut vivre sans marge, investir rechercher se faire connaitre, la marge ne va pas loin s’en faut directement dans la poche des actionnaires ou des dirigeants. Sur les bénéfices redistribués 33% au fisc, ensuite si l’on suppose que l’on a affaire à des individus gagnant déja bien leur vie + de 50% vont de nouveau au fisc. Cette loi conduit déja et par anticipation à une réduction d’effectif dans la gerande ditribution pourvoyeuse d’emploi, et maintenant pourvoyeuse potentiel de chomeurs, ou cequi est aussi probable conduira à un carnage chez les fournisseurs de la grande distribution qui ces dernières années,avaient pu prospérer.

      Les politiques jouent les apprentis sorciers, en mettant en place des mesures concoctées pour « faire populaire » en se payant la tête du peuple qui au final paiera la note, avec de la misère et du chomage.

      Le problème de la grande distribution n’est pas ces marges excessives, mais son hyperconcentration.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès