Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Lutte contre les paradis fiscaux : De bien beaux discours et... une belle (...)

Lutte contre les paradis fiscaux : De bien beaux discours et... une belle photo !!!

Hier c’était la fête à Londres !!!

Le G20 de Londres s’est achevé hier sur les déclarations satisfaites de ses participants. Naissance d’un "nouvel ordre mondial", selon Gordon Brown

"compromis historique" pour Angela Merkel, et selon Nicolas Sarkozy, "compromis historique au-delà de ce que nous pouvions imaginer "

Justement, au delà de la satisfaction affichée par les participants, il était intéressant d’avoir le sentiment de gens moins médiatiques et c’était le cas, hier soir sur LCP AN qui organisait un débat sur les paradis fiscaux auquel je participais comme Webcameur.

Les invités :

Thierry Lamorlette qui a publié : "Guide critique et sélectif des paradis fiscaux - Stratégies de défiscalisation en toute légalité des personnes physiques en France et à l’étranger" qui est présenté par Décitre de la façon suivante : Guide critique et sélectif des paradis fiscaux en France et à l’étranger dresse un panorama de l’ensemble des stratégies fiscales - nationales et internationales - que tout contribuable, soucieux d’améliorer la gestion de ses biens, se doit d’envisager. Montrant que l’optimisation fiscale en et hors de France demeure le moyen légal le plus performant pour alléger ses impôts, ce livre, rédigé par des spécialistes réputés de la fiscalité internationale, est une base reconnue pour s’informer et permettre aux particuliers et à leurs conseils d’explorer, en toute légalité, les opportunités de défiscalisation et leur évolution.

Daniel Lebègue de Transparence Internationale . Il est à noter que Monsieur Lebègue est également , depuis 2003, administrateur de Alcatel-Lucent, Crédit Agricole SA, Technip, Scor. Parallèlement, il est Président de l’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales, président de la section française de Transparency international, Co-Président d’Eurofi, Président d’Epargne sans frontières.

Vous pouvez consulter la liste des administrateurs de Transparence Internationale sur leur site et constater que plusieurs membres sont par ailleurs très présents dans des banques ayant brillé par la transparence de leurs placements comme :


- Le directeur adjoint de la conformité chargé de la sécurité financière/ Crédit Agricole

- La Conseillère spéciale du Président de Natixis

Ou sont domiciliés dans des paradis fiscaux comme :


- La Compagnie Financière pour l’Amérique Latine Holding SA

Ou qui se sont distingués par le gouvernance d’entreprise :


- Michel Bon (ancien PDG de France Telecom) condamné en 2008 pour sa gestion opaque

En clair, nous avions sur le plateau deux spécialistes du sujet, plus deux élus, l’un Nouveau Centre et un du Parti Socialiste dont la prudence dans les déclarations montrait leur désarroi sur le sujet et ses conséquences



Dans le principe : L’OCDE a publié une liste noire de ces territoires à niveau d’imposition très faible ou nul et au sein desquels règne une véritable opacité fiscale. Certains de ces paradis fiscaux, dont la Suisse, le Luxembourg et l’Autriche, ont accepté de lever le secret bancaire en cas de soupçon étayé d’évasion fiscale.

Ce qui revient à dire que la situation n’évoluera pas puisque les pays peuvent déja demander mais se heurtent à des procédures tellement lourdes et alambiquées qu’il est nécessaire d’attendre plusieurs années pour les voir aboutir et dans certains cas, les pays demandeurs finissent par abandonner.

Dans cette liste Liste de l’OCDE Progress made as at 2nd April , on distingue des couleurs allant du gris clair au noir

Liste noire
Sont répertoriés sur une "liste noire" des Etats ou territoires qui ne se sont pas engagés à respecter les standards internationaux : le Costa Rica, la Malaisie (Labuan), les Philippines et l’Uruguay.

Deux listes "grises" désignent des Etats ou territoires qui se sont engagés à respecter les standards internationaux mais ont à ce jour signé moins des douze accords requis.

Liste "gris clair" de paradis fiscaux
Comprend l’Autriche, la Belgique, le Brunei, le Chili, le Guatemala, le Luxembourg, Singapour et la Suisse.

Liste "gris foncée" de pays ou territoires (correspondant à la même définition mais déjà identifiés en 2000 par l’OCDE contient 32 noms) :

Andorre, Anguilla Antigua, Barbade, Aruba, Bahamas, Bahrein, Belize, les Bermudes, les iles vierges anglaises, les iles Cayman, les iles Cook, la Dominique, Gibraltar, Grenade, Liberia, le Liechtenstein, les Iles Marshall, Monaco, Montserrat, Nauru, les Antilles néerlandaises, Niue, Panama, St Kitts and Nevis, Sainte Lucie, Saint Vincent et Grenadine, Samoa, San Marin, les iles Turks and Caicos et Vanuatu.

Il va falloir y aller sérieusement, Monsieur Brown, puisque dans cette liste la Grande Bretagne est leader.

Liste blanche
La Chine figure sur une liste "blanche", sur laquelle figure les Etats qui ont sensiblement amélioré leur législation pour l’adapter aux normes internationales. L’OCDE constate en revanche que Hong Kong et Macao, deux régions administratives spéciales chinoises se sont pour l’instant "limitées à des engagements". Sources diverses dont L’Express

Le cas de la Chine, qui a défendu cette démarche sans grand enthousiasme est l’exemple type du "nouvel ordre mondial" annoncé par Gordon Brown. Elle avait donné son accord à condition que deux de ses territoires, Hongkong et Macau, ne figurent pas sur la liste noire. L’OCDE constate néanmoins que les deux régions administratives spéciales chinoises se sont pour l’instant "limitées à des engagements". Or la Chine ne fait pas partie de l’OCDE comme en a convenu Monsieur Lebègue. Alors, les engagements ....

Par ailleurs, on constate que la Principauté d’Andorre est placée dans le "gris foncé". Nul doute que son co prince va mettre autant de détermination à démissionner de son poste qu’il en a mis à pratiquer la politique de la chaise vide. Car à bien y regarder, le "pantone" définit par le G20 permet à beaucoup de pays de déclarer leur intention de coopérer mais ne définit pas clairement les moyens de rétorsion en cas de collaboration à minima.

Enfin, regardant la photo réjouie des chefs d’état et de gouvernement, je me suis souvenu que j’avais écrit, au sujet du sommet de L’Union Pour la Méditérranée (dont curieusement nul ne parle plus) : "Du moment que la photo est bonne ...."

Crédit photo
Radio Canada

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 3 avril 2009 13:58

    Ha, effectivement.
    Je vous plains de ne pas pouvoir échapper au fisc.... C’est pourtant si simple.
    Voyez clearstream sur le net.


  • sisyphe sisyphe 4 avril 2009 13:27

    Allez, j’en remets une couche ici aussi ...

    En bref, on ne change surtout rien de fondamental de ce système qui a fait la preuve de son incurie, de sa faillite, de sa carence systémique totale.

    Plus que jamais, on protège la "loi du marché", le pseudo "libre-échange", la mainmise du système financier sur le monde et sur l’économie (surtout pas de "protectionnisme" ; ben voyons), la croissance à tout prix (et à quel prix), on laisse plus que jamais la création de l’argent dans la main d’organismes privés qu’on renfloue par billions de dollars ; mais attention, hein, cette fois-ci ; promis, on vous surveille), on laisse donc le champ totalement libre à la spéculation et à la création d’une masse monétaire sans aucun rapport avec l’économie réelle, on renfloue et relance à fond le crédit (endettez-vous, comme ça, à la prochaine crise, ce n’est pas seulement vos maisons que vous perdrez, mais vous pourrez aussi vendre vos organes), et on arrose d’une pluie de dollars le FMI, pour lui permettre, plus que jamais, de prêter de l’argent aux pays endettés et pauvres, à condition, bien sûr, qu’ils démantèlent entièrement leurs systèmes de protection sociale, que l’état laisse la place aux investisseurs privés (les usuriers vampires habituels), et que la seule variable continue d’être les salaires et les salariés.

    On conforte à mort les organismes qui sont la cause et l’origine de la catastrophe ; Banque Mondiale, FMI, OMC, banques privées, on les recave à fond, pour que la partie de poker puisse reprendre ; et, cette fois-ci, ils pourront d’autant mieux bluffer qu’ils ont les poches pleines.

    Les pauvres, tous les niqués du sytème (c’est à dire, en gros, les 8/10èmes de la population mondiale) ; on vous promet qu’on va créer quelques emplois ; bons, pas suffisamment payés, mais faut quand même savoir raison garder, hein... pas grave ; vous emprunterez à crédit, pour qu’on puisse, en même temps, bien vous tenir par les couilles...

    Les paradis fiscaux ?
    Quels paradis fiscaux ?
    Aaaahhhh... ces endroits qui permettent la sacro-sainte circulation de la finance ; ben, si on les supprimait, on risquerait de mettre en péril la sainte croissance ; donc, pas (trop) touche....


    C’est clair ; on est vraiment dans un système pourri de merde, avec des dirigeants pourris de merde, qui n’ont AUCUNE autre intention que de remettre au pot pour que le système reprenne de plus belle, que ceux qui se gavent de thunes avec, se rassasient de nouveau, et que la gabegie, l’injustice, l’iniquité, le rouleau compresseur de l’ultra-libéralisme reprenne enfin sa marche en avant, en écrabouillant la piétaille...

    Le communiqué final de ce G20, et les mesures prises, ne montre QU’UNE SEULE CHOSE ; c’est l’énorme trouille qu’ont eue tous les exploiteurs et les oppresseurs (et les dirigeants mondiaux les représentant) , que leur énorme manipulation soit mise à jour, dénoncée, et qu’on les oblige à changer les règles du jeu.

    Ouf.... ils ont gardé exactement les mêmes, en redonnant les moyens à ceux qui risquaient de ne plus les avoir de continuer leur dépeçage de la planète, et leur jonglage avec le vivant et l’humanité.

    Pétard, on s’en tire bien, Joe ; fais péter le Dom Perignon : à la santé des cocus !!


  • Antoine 3 avril 2009 13:18

     La solution pour qu’il n’y ait plus de paradis fiscaux ? Simple : il suffirait de supprimer les enfers fiscaux. CQFD !


    • plancherDesVaches 3 avril 2009 13:55

      Ok, je vous installe quand vous voulez un péage à la sortie de chez vous pour que vous ayez le droit de rouler sur les routes.
      Et je ne vous souhaite REELLEMENT pas d’être malade, car là, c’est toute votre soi-disant fortune qui y passe. Et si vous avez la chance de ne pas être malade, je réussirai à vous coincer en maison de retraite.
      Bien à moi.


    • Antoine 3 avril 2009 22:00

      Désolé, je n’avais pas remarqué que les suisses ne pouvaient se déplacer qu’à dos d’âne, périssaient très jeunes faute de soins et terminaient leur vie dans un fossé. Comme quoi, on peut être un ignorant si des gens comme vous ne venaient pas tout leur expliquer ! Merci encore...


    • Le péripate Le péripate 3 avril 2009 23:05

       smiley Quel blagueur ce Léon ! Baisser les impôts ! smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley


    • Apo 4 avril 2009 11:54

      Ue petite remarque pour Antoine, la fiscalité suisse est surtout intéressante pour nos chanteurs et sportifs qui vont y vivre car ils bénéficient de forfaits fiscaux ... beaucoup moins pour les suisses.


    • Antoine 4 avril 2009 13:39

      Sauf qu’à ma connaissance les suisses ne deviennent pas des réfugiés fiscaux en France : ReCQFD !


    • plancherDesVaches 3 avril 2009 14:37

      Monsieur Benard. Je risque de vous faire déprimer, mais tant pis.
      D’abord ceci :
      http://dechiffrages.blog.lemonde.fr/2009/03/30/eradication-factice-des-paradis-fiscaux/
      Nous venons de connaître le résultat du "sommet" : nationalisation de 1000 milliards de dollars de pertes des gentils organismes financiers sur le dos des contribuables. Mais revenons au paradis.
      Alors, avant d’entrer dans les "détails" et certains commentaires idiots de personnes se croyant riche (sans s car riche ne peut se faire qu’avec une dose massive d’individualisme) avec 3 à 10 millions d’Euros... je vais vous parler d’informatique.
      Dans le monde de l’info, celui qui veut gagner de l’argent pond un logiciel propriétaire. C’est à dire protégé par la loi sur le droit d’auteur. En fait, selon les dernières lois que je n’ai pas vérifiées, on peut copier seulement 20% des lignes de commandes.
      Linux est le contraire, chacun peut avoir accés et modifier le machin comme bon lui semble, A CONDITION de ne pas en faire de profit. En réalité, tout programmeur apporte sa pierre en améliorant le code. Mais je m’écarte du sujet.
      Le sujet est la transparence.
      Imaginez un banquier ou un homme d’affaire brassant des millions vous dévoiler la réalité de ses manoeuvres, ses lingôts planqués dans des paradis, l’argent qu’il a piqué à ses clients.... Saint Madoff, tu as été génial...
      Vous imaginez, vous, que les états savent ce qui se passent dans les banques... ???? Nothing..Rien, nada, que dalle.
      Hé bien, les paradis fiscaux suivent ce même principe. Il sont le parallèle entre le secret des programmes propriétaires, et la réelle transparence des logiciels libres.
      Le secret obligatoire des magouilles financières et la transparence obligatoire des 97% de gens pas assez riches pour faire de la magouille, même chose.
      Les politiques viennent donc de nous rouler une fois de plus, mais là-dessus, au moins, on savait qu’on pouvait leur faire confiance.


      • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 3 avril 2009 15:23

        @ Plancher

        Pourquoi pensez vous que votre commentaire me fasse déprimer ?

        Je partage votre propos de façon réaliste


      • plancherDesVaches 5 avril 2009 20:22

        Et pendant que le G20 sert de poudre aux yeux du bas peuple, la vague de fond de la finance dérégule encore un peu, ce qui est la principale cause de son débordement vers le gain à tout prix.

        http://www.latribune.fr/entrep...
        "Les banques américaines ont obtenu gain de cause : la règle dite de "mark-to-market" va être assouplie. L’association professionnelle en charge de la standardisation des normes comptables aux Etats-Unis, le Financial Accounting Standards Board (FASB) a en effet accepté ce jeudi de réformer cette règle comptable, qui obligeait jusqu’à présent les institutions financières à évaluer leurs actifs à leur valeur de marché."

        C’est MAINTENANT que des tombereaux de milliards vont être déversés pour que les banques puissent se revendre entre-elles les actifs virtuels bien au-dessus de zéro dollaar....
        Et l’Europe est OBLIGEE de suivre... ou comment forcer la planète à faciliter l’enrichissement à bon compte.
        (le compte, c’est nous, c’est vous, ceux qui se font ponctionner sans pouvoir rien dire)


      • LE CHAT LE CHAT 3 avril 2009 14:38

        où il est le nain sur ta photo ? il a pas trouvé une caisse à savon pour grimper dessus ? smiley


        • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 3 avril 2009 15:27

          Salut le Chat

          De façon étonnante, je n’ai pas trouvé tout de suite la photo de groupe. Celle que j’ai mis en ligne ressemble tellement à des GO du Club G20 que je n’ai pas pu résister

          @micalement


        • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 3 avril 2009 15:50

          @ Philippe Renève

          Je suis confus, je m’excuse et je ne recommencerais pas. Peut être que si je fais des efforts, je pourrai obtenir la présidence d’une radio publique ?


        • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 3 avril 2009 17:11

          @ Philippe

          Je l’avoue ...


        • Le péripate Le péripate 3 avril 2009 23:11

           Est-il légitime de frauder le fisc ?

          "Ainsi, en supposant que les citoyens puissent jouir de toute la sécurité ; désirable moyennant cent francs de contribution par famille, si on leur faisait payer plus que cette somme, ce surplus pourrait passer comme un prix exagéré ; injuste, illégitime, de l’avantage qu’on leur procurerait ; ce serait une spoliation.Remarquez, messieurs, que ce principe d’équité naturelle est également vrai, quelle que soit la forme du gouvernement ; et qu’une contribution qui le viole est aussi bien illégitime, votée par une chambre des communes d’Angleterre, qu’établie en vertu d’un ukase de l’autocrate de toutes les Russies." 
          SAY Jean Baptiste, Cours Complet d’Economie Politique, Guillaumin. Paris 1852,

          "Il ne fait pas de doute qu’un impôt exorbitant de l’ordre de la moitié ou même du cinquième de la richesse de la nation justifierait, comme tout abus flagrant de pouvoir, la résistance de la part du peuple"
          SMITH Adam, Lectures on Jurisprudence, 

          "Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sécurité et la résistance à l’oppression."

          Art. 2. de la Déclaration des Droits de l’homme de 1789 inscrite au Préambule de la Constitution de la Vième République.

          Je ne sais pas. Mais ça fait réfléchir.


          • Antoine Diederick 3 avril 2009 23:40

            L’OCDE a décidé de retirer l’Uruguay de la liste noire des paradis fiscaux, un jour après l’y avoir inscrit au même titre que la Malaisie, Costa Rica et les Philippines lors du sommet du G20 à Londres.

            Même l’OCDE n’en sait rien.....il font des listes comme cela...et cela change d’un jour à l’autre au gré des humeurs.



            • sirius sirius 4 avril 2009 09:21

              franchement liste blanche ,gris claire, gris foncé ,noir,ca sent le code moral et poudre au yeux.belle volonté d un nouvel ordre mondial qui ce moralise si le reste des accords du G20 sont du meme tonnau ca fait peur .


              • souklaye souklaye 4 avril 2009 12:16

                 La théorie du sauveur cher à l’espèce humaine anime les espoirs calculateurs des patriotes de chaque côté des frontières. En cas de réussite, la béatitude règnera en maître chez les cyniques, mais aux vues de l’histoire, on peut sereinement présumer un retour de cette animalité chère au meurtre de masse légitime.

                Qui est vraiment à blâmer entre la minorité des hyperactifs défenseurs de tout et n’importe quoi et le gros de la chaire à canon trop occupé au jeu de vie à crédit ?

                Les grandes phrases pour éditorialistes en manque de magie ponctueront des soliloques face caméra, on ne distinguera plus les chaises vides des chaises musicales, les bouches n’auront plus de mots pour leurs boniments et les mains les plus amicales préfèreront le silence à la chaleur diplomatique.

                En devenant à la fois juge et victime, nous sommes tous devenus invisibles, en passant de la société du spectacle au spectacle des sociétés

                La suite ici :

                http://souklaye.wordpress.com/2009/04/01/bloc-note-le-bal-des-seconds-couteaux/


                • joletaxi 4 avril 2009 12:54

                  Comme belge, cela fait une drôle d’impression d’apprendre que je vivrais dans un paradis fiscal ?Que je sache,nous belges, sommes dans le peloton de tête en matière d’imposition,et il n’y a pas chez nous de bouclier fiscal, nos impositions pouvant allègrement grimper au delà de 50 %.En matière de secret,je préfère en rire:non seulement chaque belge est affublé d’un numéro national,ainsi que chaque entreprise,qui permet à toute autorité de prendre connaissance de votre curriculum,le croisement des fichiers est pratiqué sans restrictions aucunes,mais en matière fiscale,un simple soupçon permet à votre contrôleur de prendre connaissance de tous vos comptes, mais également de vos cartes, ainsi que de vos cartes de fidélité dans les magasins etc.Dès qu’un élément de fraude est décelé, votre contrôleur peut vous taxer d’office, à vous la charge de renversement de la preuve.Les prélèvements au titre de la sécurité sociale sont parmi les plus élevés du monde, et la législation en la matière est d’une complexité aberrante source d’abus de l’administration.
                  certes de nombreux farnçais sont sous nos cieux pour échapper à l’ISF,mais renseignez vous auprès de ceux-ci, et ils vous diront tous à quel point le fisc belge jouit de prérogatives pour débusquer toute "anomalie"
                  Il y a bien sur quelques "niches fiscales" belges, en matière de plus value de société,mais en regard des niches fiscales allouées en france, cela paraît dérisoire.La Belgique entretient des conventions avec pratiquement tous les pays Européens en matière de double imposition,et j’en suis à me demander à quoi rime cette liste ?
                  Savez-vous que de nombreux belges frontaliers, se domicilient en France,fictivement, pour alléger leurs prélèvements,au grand dam du fisc belge qui les traque férocement ?
                  Si le reste des mesures annoncées pour "sauver le monde" sont du même tonneau, on a du soucis à se faire


                  • Christoff_M Christoff_M 5 avril 2009 04:02

                     et de belles accolades Berlusconi, Medvzdev et Obama en rajoutent un peu au risque de friser la comédie théatrale sous l’oeil noir de notre cher président qui est tenu à l’écart !!

                    provocations ?? à sa place je me poserais des questions sur le cynisme de certains, le discours sur les paradis fiscaux doit bien faire rigoler certains !!

                    la moitié du commerce mondial est eclipsé dans ces paradis, et ne parlons pas des milliards de l’argent des traffics qui passent dans les superbes machines à blanchir style clearstream...


                    • Christoff_M Christoff_M 5 avril 2009 04:04

                       quand on annonce haut et fort c’est comme un signal d’alerte à tous les truands financiers prévenus aux haut parleurs et girophares pour avoir tout le temps de basculer leur fric ailleurs, le temps que des lois soient votées, si elles sont votées un jour !!


                    • Vilain petit canard Vilain petit canard 6 avril 2009 11:16

                      Salut JC,
                      Cette liste de paradis fiscaux de l’OCDE, c’est une pantalonnade. Alors comme ça, le G20 "exige" une liste à l’OCDE, qui la sort de son chapeau en moins de 24 heures. Eh oui, les 20 dirigeants de pays les plus riches du monde ne connaissent pas les paradis fiscaux, ils savent pas où c’est ni qui c’est qui les dirige, faut qu’ils se réunissent à Londres les demander (fermement et en urgence) à l’OCDE. Ils auraient pu ausi exiger que l’OCDE leur communique le cours officiel de l’euro, ou le montant des réserves en or du FMI, "publiquement" bien entendu, pour faire sérieux. 

                      On nous agite les clochettes pour faire croire qu’il se décide des choses. On a mis sur cette liste les pays qui ne gênent pas l’argent noir des USA, de la Chine et peut-être de la Russie. Par contre, ceux qui sont en Europe, alors là on s’est pas gêné pour les mettre sur la liste. Ah ah ah Sarkozy co-dirigeant d’une des caches fiscales européennes (Andorre), c’est à mourir de rire, et vous croyez qu’il aurait relevé ? Non, faut se faire prendre en photo en train de taper sur le bide d’Obama avec son index dressé, c’est plus important. Pour Jersey et Guernesey, pareil, pan sur Brown. 

                      Cette liste, c’est la Chine et les USA en train de dire aux Européens : faites donc le ménage chez vous avant de faire des moulinets. Et arrêtez de nous bassiner avec ces histoires de paradis fiscaux, laissez la finance mondiale (nous, les USA) s’amuser comme elle veut. Et remettrez au pot pour le FMI, qui va encore plus ruiner des pays en voie de développement.

                      En fait, ce qu ele G20 a décidé c’est de faire encore plus de la même chose. Rendez-vous dans trois ou quatre ans pour la nouvelle Grande Crise Historique, on exigera en urgence la liste des Etats qui font trop payer d’impôts.


                      • bert bert 16 avril 2009 03:38

                        les iles caimans c’est cool
                        c’est ce que me dit mon patron

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès