Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Machiavélisme Russe

Machiavélisme Russe

Le talon d’Achille de l’Euro émanerait-il de la situation financière pour le moins périlleuse que traverse actuellement la Russie ? Certaines rumeurs - tout de suite démenties du reste - faisaient état il y a quelques jours d’un ré échelonnement de 400 milliards de dollars de dettes de banques Russes dues à des créditeurs Européens.

Il va sans dire que ces problèmes de liquidités d’entreprises Russes inondées de cash jusqu’à un passé encore récent aggraveraient davantage la tourmente financière qui sévit en Europe, tourmente illustrée par les difficultés invraisemblables de certains pays d’Europe dite de l’Ouest à se financer sur les marchés obligataires internationaux ! De fait, si elle devait se confirmer, cette renégociation de la dette des Banques Russes fragiliserait encore plus des Banques Européennes lourdement exposées tout en sapant les fondements de l’Euro.

Une autre épée de Damoclès - économique mais également politique - menaçant l’Europe et habilement exploitée par la Russie est la situation économique et financière inextricable en Ukraine. Ce pays, déjà au bénéfice d’un prêt de 16.5 milliards de dollars consenti par le F.M.I., a ainsi demandé il y a trois jours une assistance Russe de 5 milliards de dollars visant à financer son déficit budgétaire. En fait, ce pays - virtuellement en faillite - tombera dans la sphère d’influence du pays qui voudra bien le financer et, en l’occurrence, sa proximité avec le grand frère Russe et les ambitions géopolitiques de ce dernier combinées à sa nostalgie de la splendeur de l’ex-URSS achèveront de faire basculer Kiev dans l’orbite de Moscou...

Le FMI porte une responsabilité non négligeable dans ce jeu de bascule géostratégique car ses conditions draconiennes n’ayant pu à ce jour être respectées par l’Ukraine, il a jugé bon de hausser le ton et de serrer la vis à l’encontre de Kiev qui entretient un déficit budgétaire de 3% de son P.I.B. au grand dam du FMI ! Le FMI, qui a coupé le robinet des liquidités pour faire pression afin que les autorités de Kiev tendent vers un budget équilibré, ne se rend probablement pas compte que de telles mesures d’austérité aggraveraient encore plus un chômage Ukrainien en augmentation avec toutes les conséquences sociales dans un contexte d’élection Présidentielle en 2010...

De fait, la situation - ou la confusion devrait-on dire - financière Ukrainienne, déjà délicate avant la crise mondiale, ne sera pas assainie par le FMI, pas plus que par des rallonges Russe ou Européenne du reste. Effectivement, c’est l’intégralité de la structure économique - et politique - du pays qui se doit d’être radicalement réformée. Cette cacophonie est par ailleurs exacerbée - et exploitée - par une division au plus haut niveau du pouvoir politique entre partisans au retour du parapluie Russe et fervents défenseurs d’une indépendance Ukrainienne qui relève pour l’instant du phantasme...La crise mondiale n’a fait que lever le voile sur les faiblesses structurelles d’une économie Ukrainienne qui, extrêmement dépendante de son secteur industriel, voit une dégringolade sa production de l’ordre de 30% sur une année dans un environnement où la monnaie nationale s’est effondrée de plus de 30% depuis l’été dernier et où le P.I.B. devrait subir en 2009 une contraction de 5% !

On comprend mieux la panique prévalant de nos jours parmi des autorités Ukrainiennes qui se tourneraient vers le diable en personne si celui-ci pouvait leur porter secours...La Russie, pour sa part, bien qu’empêtrée dans ses propres problèmes depuis l’été dernier, en profite évidemment pour renforcer son influence sur son petit voisin, dépendance déjà illustrée par des tarifs gaziers naguère consentis à Kiev nettement plus favorables que ceux pratiqués envers l’Europe. Russie qui, dans une volonté de démonstration de sa puissance, a récemment unilatéralement augmenté ces tarifs aggravant ainsi les problèmes de Kiev tout en fragilisant les Banques Européennes.

Les autorités Ukrainiennes, se rendant aujourd’hui compte que leur salut ne viendra ni du FMI ni d’Europe, se tournent donc vers Moscou qui, dans son infinie bonté, vole au secours de Kiev avec une somme de 5 milliards de dollars supposée couvrir l’intégralité du déficit budgétaire Ukrainien. Il semblerait qu’une nouvelle page de relations s’ouvre entre ces deux pays, relations qui seront nettement plus cordiales à n’en pas douter.


Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • wesson wesson 13 février 2009 10:24

    @ Michel Santi,

    Bonjour,

    "Les autorités Ukrainiennes, se rendant aujourd’hui compte que leur salut ne viendra ni du FMI ni d’Europe"

    Seulement les autorités Ukrainiennes ?

    Je comprends le désarroi de tous ces leaders des révolutions de couleur. Le passage sous tutelle atlantiste se résumant à "vous faites chier la Russie avec les armes que l’on va vous vendre", les cocus d’Europe de l’est commencent à se compter, et ça leur fait très mal au fondement. La géorgie, lachée en rase campagne, puis maintenant l’Ukraine : Tous ces pays se rendent compte que le passage a l’économie occidentalisé a un coût, et que contrairement aux américains, on leur fait pas à crédit !

    Vous appelez ça machiavélisme Russe, personnellement je verrai plutôt cela comme le résultat inéluctable de la configuration anglo-saxonne du capitalisme : un système à bout de souffle qui n’arrive plus à cacher la somme et l’ampleur de ses ravages.





    • John Lloyds John Lloyds 13 février 2009 10:26

      "Les autorités Ukrainiennes, se rendant aujourd’hui compte que leur salut ne viendra ni du FMI ni d’Europe, se tournent donc vers Moscou qui, dans son infinie bonté, vole au secours de Kiev avec une somme de 5 milliards de dollars supposée couvrir l’intégralité du déficit budgétaire Ukrainien. Il semblerait qu’une nouvelle page de relations s’ouvre entre ces deux pays, relations qui seront nettement plus cordiales à n’en pas douter."

      Tant mieux, ce basculement gonflera un peu plus la musculature russe, cette ombre imposante, qui vient aussi d’acheter le Kirghizistan, finira peut-être par dissuader l’occident d’attaquer l’Iran, et éviter encore une nouvelle guerre majeure. L’OCS est à ce jour le seul contre-pouvoir capable de contenir la folie américaine, son développement est toujours une excellente nouvelle. Que le machiavélisme russe soit béni.


      • Tonton Tall 13 février 2009 10:42

        La folie américaine est finie depuis le 20 janvier


      • Tonton Tall 13 février 2009 10:39

        Et pourquoi pas ...
        C’est fini l’Urss
        La Russie n’est plus ennemie de l’occident et de l’Europe...
        L’avenir au long terme devrait les rapprocher, héritage culutrel chrétien oblige


        • LE CHAT LE CHAT 13 février 2009 10:42

          c’est qui au fait , le patron de ce FMI qui étrangle l’Ukraine au point que ses dirigeants sont prêts à vendre leur âme au diable ??? Et dire que certains voient en lui l’avenir de la Gôche pour sortir du sarkozisme ! faudrait que certains aient moins de merde au yeux quand à ce qu’est le parti socialiste de nos jours ..... smiley


          • Marsupilami Marsupilami 13 février 2009 11:49

             @ L’auteur

            Bon papier, mais le machiavélisme russe n’est jamais que le pendant de celui des néocons dans les ex-pays de l’Est avec leurs révolutions oranges ultralibérales fondées sur une vision géostratégique datant de la Guerre Froide, donc totalement inadaptée à la nouvelle situation internationale. Poutine est un redoutable homme d’Etat qui fait froidement de la realpolitik, et du point de vue Russe, il a bien raison, et il a magistralement damé le pion aux USA en Géorgie et en Ukraine.


            • zelectron zelectron 13 février 2009 12:55

              C’est la reprise de la fameuse pièce "les emprunts russes" qui a eu tout le succès que l’on connait ?


              • Kobayachi Kobayachi 13 février 2009 13:21

                j’aime beaucoup la pub pour ukrainedate.com a coté de l’article  smiley
                On aurait pas pu mieux la placée celle là  smiley
                Trop fort le marketing sur Avox !  smiley


                • wesson wesson 13 février 2009 14:16

                  @Kobayachi,

                  les annonces, c’est les google adsense qui analysent le texte de la page tout en essayant d’en déterminer les mots clé, et choisi une annonce publicitaire en relation avec ça.

                  Donc cet article recevra des pubs sur l’ukraine, les placements et produits financiers, ...

                  c’est toute la poésie de l’informatique, lorsqu’elle se pique d’intelligence.


                • Tonton Tall 13 février 2009 15:55

                  ce qui fait bouillir morice quand il voit ses articles ornés de pubs pour le tourisme israelien smiley


                • Alexandre 13 février 2009 18:29

                   Il est assez comique de voir le FMI refuser une rallonge pour cause de non respect de la rigueur budgetaire par l’Ukraine alors que les déficits budgetaires des USA et du Royaume Uni seront cette année au moins de 7%. 
                  Selon que vous serez puissant ou misérable....

                   Je ne crois pas qu’on puisse qualifier de machiavélique la proposition de prêt de la Russie. Elle n’est pas pour grand-chose dans la situation économique désastreuse de l’Ukraine, contrairement au rôle d’usurier qu’a pu jouer le FMI dans certains pays. Elle "saisit une opportunité", comme diraient les écons-nomistes.
                   


                  • subpop subpop 13 février 2009 19:02

                    c’est yulia timochenko qui a demandé une aide financière a la Russie ! cette aide n’est pas pour l’Ukraine. les russes la soupçonne de vouloir financer sa campagne politique pour les prochaines élection avec l’argent russe.
                    Le Kremlin hésite a financer l’Ukraine parce que le rapprochement avec l’Europe est inévitable que les russes prête où pas.
                    mais la première ministre ukrainienne est plus ouverte au dialogue avec la Russie que ne l’est le président ukrainien.


                    • plancherDesVaches 13 février 2009 23:23

                      Un mot me vient à l’esprit : circonstancier.

                      "De l’ordre" ou "de plus" valent plus ou moins autant que ce vaut moins que rien, c’est à dire quelque chose basé sur le rien.

                      Il n’y a ni faits, ni chiffres établis, ni sources éventuellement vérifiables qui ne soient orientées dans le style de la bibliographie...

                      Subjectif en tout, donc, utile en rien.

                      Vous devriez faire de l’actif subprime, ça marche bien, actuellement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès