Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Made in respect

Made in respect

Nos économistes et leurs amis politiques sont unanimes : « La France est frileuse à l’égard de la mondialisation ».

Comment, en effet, ne pas comprendre que c’est une chance pour notre pays de voir les entreprises françaises délocaliser à tout-va pour venir ensuite commercialiser leurs produits en France !!!

Participant à une émission sur LCP, j’ai pu voir et entendre plusieurs créateurs d’entreprises expliquer (trémolos dans la voix inclus) expliquer qu’après s’être fait financer leurs projets - pour certains - par les collectivités locales, que leur développement international passait par une délocalisation en « zone dollar » ou mieux en Asie.

Au-delà du fait qu’il est à mon avis indispensable de se pencher un jour sur l’attribution des aides et parfois dans certains cas de leur remboursement en cas de départ (la Grande-Bretagne de Tony Blair s’est d’ailleurs penché sur ce problème), une question se pose : tous les entrepreneurs rêvent secrètement au grand jour d’un avenir basé sur des pays où les bas salaires sont la norme, les conditions de travail ahurissantes et les droits des citoyens sont quotidiennement bafoués ?

La réponse est évidemment non. Du moins pour un petit groupe d’entrepreneurs dont l’association est domiciliée à la CCI de Saint-Etienne et qui sont porteurs d’un label baptisé « Made in respect »

Créée en 2006 et défendue avec énergie par le dirigeant fondateur de la marque française Beringer leader mondial du frein pour motos (alors que la très grande majorité des motards pensent qu’il s’agit d’une marque étrangère), l’idée de l’association part du constat suivant :

«  L’idée est née à partir d’un constat : l’accélération de la mondialisation se fait souvent au détriment des hommes, de la qualité et de l’environnement. Avec Made in respect, nous voulons donner les moyens au consommateur de faire ses choix en connaissance de cause. Pour résumer, le client doit être certain que le produit qu’il achète n’est pas fabriqué par des enfants ou encore qu’il n’est pas nocif pour l’environnement .. / ...  » lire la suite

L’association possède une charte : Extraits

"L’accélération de la mondialisation se fait au détriment des Hommes, de la Qualité, de l’Environnement et de la Transparence.

Le consommateur, noyé par les stratégies-marketing des multinationales, a désormais perdu tout repère. Il ne sait plus choisir en toute connaissance de cause.

Constatant la dépréciation de ces valeurs, l’association MADE IN RESPECT propose d’agir pour un monde plus juste et pour une nouvelle façon d’acheter.

Grâce au label MADE IN RESPECT, nous redonnons au client-citoyen les moyens d’accéder à un mode de consommation plus solidaire, plus respectueux de l’environnement. ... / ..."

Toutes les entreprises qui se reconnaissent dans les valeurs de l’association peuvent adhérer, les particuliers également (pour une somme modique).

Et si de telles initiatives étaient plus à même de faire aimer les entreprises aux Français que le sempiternel « travailler plus ...  » ?

Sources, crédit et copyrights

BERINGER
Made in respect
LCP


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 7 février 2008 12:14

    La résistance de ce petit groupe d’entrepreneurs est intéressante, mais que pèse-t-elle face à la lame de fond ultralibérale délocalisatrice ?

    On n’entend pas là-dessus le FMI ni Mr Barroso...


    • eugène wermelinger eugène wermelinger 7 février 2008 12:15

      Excellente initiative à laquelle je souhaite "bon vent", tout en restant très sceptique sur ses résultats. La réalité de demain sera-t-elle l’utopie d’aujourdhui ? Et demain c’est pour quand ? Le temps presserait. D’après certains analystes il resterait en ce moment 53 jours de stock alimentaire mondial. Et pour faire la jonction en cette année avec d’hypothétiques meilleures récoltes des produits de base, il manquera deux mois. Et plus question de faire du carburant avec les céréales. Alors je crains que l’on ne respectera pas longtemps même un minimum d’humanisme. Le respect est en premier celui de la nature. Et l’homme serait au sommet de cette Nature ? En tout cas il est au somment de l’irrespect de la Nature et de ses frères humains et animaux. Continuez quand même : toute initiative de ce genre est à louer.


      • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 7 février 2008 12:50

        Bonjour à tous les deux

        Bien entendu que ce genre d’initiative pèse peu face à la vraie mondialisation. La seule chose, c’est qu’il faut que les consommateurs que nous sommes se sentent concernés et dirigent leurs achats vers ces entreprises.

        Aucun pouvoir politique n’est en mesure d’apporte des solutions. Alors "votons avec notre argent" et privilégions TOUS les producteurs qui respectent les hommes et l’environnement. Le web est un formidable outil d’information pour les faire connaitre.

         

         


      • geko 7 février 2008 19:23

        L’initiative m’intéresse, mais je suis un peu sceptique, en effet seule, la définition des 4 axes du label restent vagues :

        Respect de :

        • DU SAVOIR-FAIRE conformément aux règles de l’art
        • DE LA DIGNITÉ DE L’HOMME dans le monde du travail
        • DES DES RÈGLES DE L’ÉCO-CONCEPTION
        • DE L’ENVIRONNEMENT
        • DE L’ÉTHIQUE ÉCONOMIQUE

        Rien de plus ?Le respect de ces axes est à géométrie variable, relatif à la vérité de chacun ! Sur quels critères sont effectués les audits ? Quels sont les premiers résultats depuis 2006 ?


      • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 7 février 2008 19:44

        Vous pouvez au travers du lien dans l’article vous rendre sur le site de made in respect. et leur poser la question.


      • jako jako 7 février 2008 14:51

        Bonjour à l’auteur , interessante initiative. Je rapprocherais cela des informations contenue dans l’excellent article de Ceri du mois dernier www.agoravox.fr/article.php3


        • Forest Ent Forest Ent 7 février 2008 15:51

          Si la "théorie du découplage" s’avère foireuse (ce qui est mon pronostic) ceux-là même qui ont prôné l’ouverture et les délocalisations pendant 20 ans vont redécouvrir les vertus du protectionnisme. Trop tard. Cela aggravera la crise. Nous risquons alors de voir l’occident laisser soudainement tomber les pays émergents comme des chaussettes après en avoir fait l’eldorado. Comme il s’est foutu de l’esclavage et de la pollution en Chine, il se foutra du chômage et des jacqueries.


          • faxtronic faxtronic 7 février 2008 17:56

            La difference, c’est 1000 euros de moins pour l’employée francaise. Evidemment tu es libre de considerer qu’une chinoise (travailleuse) est par nature plus respectable qu’une francaise (raleuse). Et le prix de ente des produits finis n’est pas si bas, sinon personne ne ralerait contre le pouvoir d’achat qui chute.


          • faxtronic faxtronic 8 février 2008 11:15

            Et bien tu as tort Mage. On voit que tu ne vis avec une chinoise comme moi, sinon tu comprendrais que la Chine ne partage pas du tout tes illusions de fraternité intercontinentales.

            Et tu ne reponds pas a ma question. Si les produits chinois sont plus competitif sur le marché francais, comme cela fait qu’il y ait un probleme de pouvoir d’achat en France ?


          • S2ndreal 8 février 2008 14:52

            200 € pour la Chninoise "libéré" et 1000 € pour la caissière française. Vous proposez de rééquilibrer cela en travaillant deux à trois heures de plus soient 8 à 12 heurs de plus par moi. Selon votre logique, il faudrait quelle accepte de trav ailler 5 fois plus longtemps par mois. Tant que "le vase communiquant" n’est pas équlà ibré, il va continuer à "bouffer notre pain blanc" comme vous le dites. Si je pars de l’hypothèse sympathique de 35 heures, cela donne une semaine à 165 heures. Naturellement pour le même salaire, sinon l’avantage compartif repart en Chine. Une semaine comporte 168 heures. Votre idée de réaction est fausse.

            Le pouvoir d’achat a servi très longtemps de moteur aux délocalisations. Le truc est de fabriquer dans un coin à salaires bas et employés dociles et vendu à des gens qui peuvent payer. Par les délocalisations, les restructurations, les fusions et les acquisitions, les payeurs ont vu leurs salaires baisser. C’est planétaire. En Europe, les salariés tirent la langue. L’Angleterre voit ses habitants vivre à crédit. Les USA ont eu les subprimes car les gens y vivent aussi à crédit. Il y a un jeu des nations les unes contre les autres par des adorateurs de l’argent. Les nations vont donc très bien merci. Elles ont de très puissants soutiens. L’Europe scie sa prospérité par la mondialisation. Quelques uns (20 % ou moins) s’en sortent très bien. Ils donnent de l’air à l’industrie du luxe. Les autres sortent du modèle. Ils n’ont plus l’argent nécessaire pour y vivre. Ils vous deviennent invisibles tout en existant. Alors quand ils cassent quelque chose, vous êtes outré, choqué et abasourdi. Vous qui ne cherchez que la sagesse vous retrouvez juste révolté par cette violence aveugle et incompréhensible. Le modèle de la mondialisation est en train de se casser la gueule.

            Avoir raison ou tort, décide ici de savoir si la politique actuelle est valable ou non. Si nous ne sommes pas sur une impasse en train de faire semblant de croire que nous allons encore avancer alors que nous sommes dans le mur. Le remarquer serait une marque de sagesse.


          • Mélie 7 février 2008 16:43

            J’applaudis des deux mains !!

            Pour trouver du bio ,de l’ecologique,du commerce équitable ,du non testés sur les animaux ,c’est un vrai

            parcours du combattant ,alors si l’on pouvait se fier une fois pour toute à un seul label qui regrouperait le

            tout ,ce serait la panacée !!!

            Ce qui rebutte les gens ,c’est de devoir lire la composition de chaque produits .

            Ben oui ,pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ??

            Je souhaite bonne chance à cette géniale iniative !!! 


            • maggie maggie 7 février 2008 17:12

              Très bonne nouvelle. Pour ma part, je me convertis de plus en plus aux labels du commerce équitable, notamment pour le café. Pour mes achats d’oeufs, j’ai aussi opté pour les labels qui garantissent un élevage respectueux de l’animal

              Dommage effectivement qu’on ne trouve pas facilement pour les habits ou les jouets la garantie d’avoir des objets fabriqués dans des conditions décentes. Et il faut avouer que les jouets à l’éfigie des héros préférés de nos bambins sont quasiment toujours fabriqués en Chine...Et que la jolie nuisette achetée dans un grand magasin a été cousue par des simili-esclaves.


              • Annie 7 février 2008 18:01

                Que je suis sceptique ! Non que je doute des scrupules des chefs d’entreprise dont vous parlez, mais il faut bien admettre que la responsabilité sociale des entreprises est devenue une technique de marketing qui leur procure un avantage comparatif sur les marchés. Comme d’ailleurs le développement durable , ou encore les produits Fairtrade. Elles surfent sur la vague des problèmes de conscience des consommateurs.


                • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 7 février 2008 18:56

                  Annie,

                  Je connais bien la responsabilité sociétale des entreprises et les placements ISR (J’ai écris plusieurs articles sur ce sujet)

                  Le cas que je présente est très éloigné des agences de notation et des fonds ISR qui comme vous l’indiquez sont pour beaucoup un simple nouvel avatar du capitalisme moderne.

                  Petites initiatives deviendront grandes à condition de les soutenir. Ne serais ce qu’en vistant le site de made in respect

                  Cordialement

                   

                   


                • Le Moralisateur Moustachu Masqué Le Moralisateur Moustachu Masqué 7 février 2008 18:14

                  Votre article est un hymne à la dépolitisation !

                  Un hymne aux pansements pour les jambes de bois !

                  Dans un commentaire vous écrivez : "Aucun pouvoir politique n’est en mesure d’apporte des solutions."

                  Savez qu’un gouvernement élu peut voter - s’il le souhaite - et ce à la simple majorité que la semaine dure 13 jours ? Que le lundi est un jourd chômé ? que la durée légale du travail est de 32h ? que les pa^tes ne sont pas soumis à la TVA ? Que la TVA est abolie ? qu’il est interdit de fumer de 15h à 17h25 dans les villes de moins de 5000 habitants ?

                  Le politique PEUT tout : il n’y est seulement pas incité... par ce genre de discours !

                  Sarkozy n’aurait pas dit mieux. Le politique PEUT tout et notamment imposer sa prééminence (démocratique) sur l’économie !

                  La résignation transpire dans la charte de MIR et donc dans votre article de "pub"

                  "pour un monde plus juste"

                  "un mode de consommation plus solidaire"

                  "plus respectueux de l’environnement"

                  Ce qui sous-entend qu’il n’est pas possible de créer un "monde simplement juste" ou une "consommation pleinement solidaire, et simplement respectueuse de l’environnement"

                   

                  Si vous êtes résigné et que VOUS pensez que la politique telle qu’elle est pratiqué depuis que De Gaulle a quitté le pouvoir est la seule manière de faire de la politique et qu’il faut donc s’en détourner, ne découragez pas les autres... ceux qui résistent à la résignation facile !


                  • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 7 février 2008 18:51

                    Moralisateur Moustachu Masqué

                     

                    Allez voir mon blog et vous verrez mon engagement politique. Maintenant ne vous montrez pas plus naïf que vous voulez le faire croire. TOUS les politiques mettent un genou à terre devant les entreprises et les financent sans jamais perdre une seconde à s’enquérir des moeurs et habitudes de celles-ci.

                    En ces temps électoraux, qui prendra le risque de devenir soupçonneux ?

                     


                  • Le Moralisateur Moustachu Masqué Le Moralisateur Moustachu Masqué 8 février 2008 09:04

                    "TOUS les politiques mettent un genou à terre devant les entreprises"

                    NON, non,non ! TOUS les politiciens "mettent un genou à terre devant les entreprises"

                    lorsque nous votons, libre à nous de ne pas voter pour des politiciens mais pour de vrais Hommes Politiques.

                    Cordialement


                  • moebius 7 février 2008 21:50

                    ... et meme la fonction publique délocalise ma bonne dame et meme que la poste d’aprés Besancenot est un nid de capitalistes tentance dure...dure dure, mais que fait l’état ? que voulez vous qu’il fasse pour nous sortir de ce mauvais pas, légalement et économiquement il ne peut pas intervenir, l’état c’est pas une religion c’est l’administration, mais politiquement, je veux dire au niveau des symboles, de la com, il peut un peu, il peut montrer qu’il ne fait pas rien... il compatit et puisque qu’on lui demande de faire quelque chose alors qu’il ne peut pas faire grand chose, il fait comme si, il sauve les apparences . C’est bien sympa de sa part de faire en sorte que nous entretenions nos illusions et on ne le remerciera jamais autant qu’en allant voter pour ce secours providentiel.


                    • moebius 7 février 2008 21:51

                      ..mais seulement pour un temps...


                    • dup 8 février 2008 07:45

                      je m’amuse . depuis le temps que tant d’élites prônent les vertus de la délocalisation . Oui , c’est moins cher ailleurs ,mais à terme le producteur et le consomateur ne sont qu’une seule et même personne. Ca me fait penser à ’coupe la queue du chat , ça lui fera un morceau de viande’. Ce qui est vrai pour un particulier ne l’est pas pour la société tout entiere. La non linearité des causes à effet semble difficile à saisir ,même pour les prétendus spécialistes. On devra inventer le protectionnisme intelligeant si on veut rester en vie


                      • frédéric lyon 8 février 2008 11:44

                        Pourquoi diable les allemands ont-ils une balance commerciale positive et pourquoi ne se plaignent-ils pas de la mondialisation ?

                        Mettez-vous donc au travail, fainéants de français !

                        Et creusez-vous un peu les méninges, n’ètes-vous pas le peuple le plus intelligent de la Planète ? C’est du moins plus facile à dire, qu’à prouver !

                        Con de français !


                        • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 8 février 2008 11:56

                          @Frederic Lyon

                          Donner un avis n’oblige pas à insulter les gens. Argumentez au lieu d’invectiver !!!!


                        • S2ndreal 8 février 2008 14:44

                          @ l’auteur

                          Le début de votre chartre explique bien pourquoi les Français sont frileux face à la mondialisation. Il y a de quoi.

                          @ Arthur Mage

                          200 E pour la Chninoise "libéré" et 1000 € pour la caissière française. Vous proposez de rééquilibrer cela en travaillant deux à trois heures de plus soient 8 à 12 heurs de plus par moi. Selon votre logique, il faudrait quelle accepte de trav ailler 5 fois plus longtemps par mois. Tant que "le vase communiquant" n’est pas équlà ibré, il va continuer à "bouffer notre pain blanc" comme vous le dites. Si je pars de l’hypothèse sympathique de 35 heures, cela donne une semaine à 165 heures. Naturellement pour le même salaire, sinon l’avantage compartif repart en Chine. Une semaine comporte 168 heures. Votre idée de réaction est fausse.

                          Le pouvoir d’achat a servi très longtemps de moteur aux délocalisations. Le truc est fabriqué dans un coin à salaires bas et employés dociles et vendu à des gens qui peuvent payer. Par les délocalisations, les restructurations, les fusions et les acquisitions, les payeurs ont vu leurs salaires baisser. C’est planétaire. En Europe, les salariés tirent la langue. L’Angleterre voit ses habitants vivre à crédit. Les USA ont eu les subprimes car les gens y vivent aussi à crédit. L’Europe scie sa prospérité par la mondialisation. Quelques uns (20 % ou moins) s’en sortent très bien. Ils donnent de l’air à l’industrie du luxe. Les autres sortent du modèle. Ils n’ont plus l’argent nécessaire pour y vivre. Ils vous deviennent invisibles tout en existant. Alors quand ils cassent quelque chose, vous êtes outré, choqué et abasourdi. Vous qui ne cherchez que la sagesse vous retrouvez juste révolté par cette violence aveugle et incompréhensible. Le modèle de la mondialisation est en train de se casser la gueule.

                          Avoir raison ou tort, décide ici de savoir si la politique actuelle est valable ou non. Si nous ne sommes pas sur une impasse en train de faire semblant de croire que nous allons encore avancer alors que nous sommes dans le mur. Le remarquer serait une marque de sagesse.


                          • gdm gdm 8 février 2008 15:16

                            @Jean Claude BENARD

                            A mon avis, les hommes politiques fréquentent bien peu les économistes. Il me semble exister un fossé culturel entre les hommes politiques et les économistes. Je ne crois donc pas qu’il soit justifié d’affirmer que les hommes politiques soient les "amis" des économistes. Les économistes analysent comment créer de la valeur. les hommes politiques remplissent une autre mission.

                            Les économistes recherchent quelles sont les propositions qui seront politiquement acceptées, quand bien meme elle ne seraient pas optimales. Toute action motivée par une bonne intention semblera bonne à un politicien. Un économiste qui en aura analysé les conséquences affirmera peut-etre que les conséquences objectives de cette décision politiques sont désastreuses et conduisent pas au but recherché.

                            Je partage l’avis que vous donnez dans votre premier paragraphe, meme si vous semblez ne pas y croire. A mon avis, tout bon gestionnaire aura raison d’acheter moins cher dans un autre pays. Je ne comprend pas quel pourrait etre le raisonement qui conduirait à en douter. Consommer moins de ressources pour la production d’une marchandise permet d’accroitre la richesse nette produite pour les clients, pour les fournisseurs, pour les salariés, pour ses actionnaires qui y investissent.

                            Il me semble que le role de l’Etat ou des collectivités locales n’est pas d’investir dans des entreprises privées. Je partage donc votre interrogation sur la maniere de subventionner des entreprises privées. Le medef reproche régulierement ces aides qu’apporte parfois l’Etat à certaines entreprises. L’Etat est un mauvais investisseur lorsqu’il s’aventure à investir dans des entreprises privées.

                            En ce qui concerne cette entreprise qui met l’accent sur le "respect". S’il existe des clients qui éprouvent le besoin d’acheter des marchandises qui auront été produites avec l’idée du respect affiché, alors, c’est une entreprise qui répondra aux besoin de ses clients. Sinon, ce sera un échec. J’ai entendu dire que le marché de la production "éthique" se portait bien. Alors bonne route à cette entreprise !

                             


                            • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 8 février 2008 17:05

                              Pour illustrer mon article je vous joins l’info suivante :

                              L’Etat régional de Rhénanie-du-Nord Westphalie réclame au fabricant finlandais le remboursement de 41 millions d’euros de subventions perçues pour l’implantation de l’usine de Bochum qu’il compte fermer. Nokia refuse.

                              La suite sur La Tribune http://www.latribune.fr/info/ID591A069E8BFF09D3C12573E700409947

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès