Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Maffia d’Etat en Grande Bretagne

Maffia d’Etat en Grande Bretagne

Quelle est la frontière entre les affaires légales et le crime organisé ? Par George Monbiot, publié dans le Guardian du 9 septembre 2015

 Être raisonnable en réponse au déraisonnable : c’est ce que l’on dit aux électeurs dans le scrutin au parti Travailliste. Adaptez-vous, calmez-vous, calculez bien, parce que sinon vous n’avez plus rien d’autre à faire que de vous isoler de la réalité. Vous pouvez être tentés d’accepter. Si c’est le cas, veuillez jeter un œil sur la réalité à laquelle vous devez vous soumettre.

D’une manière inconnue depuis la Première Guerre mondiale, les relations économiques dans ce pays sont de plus en plus gravées dans le marbre. Ce n’est pas seulement que les très riches ne tombent plus jamais ou que les très pauvres ne s’élèvent plus jamais. C’est que le système lui-même est protégé contre le risque. À travers sauvetage des banques, assouplissements quantitatifs et réticence à augmenter les taux d’intérêt, l’investissement spéculatif a été si bien protégé que, comme le dit Larry Elliot, les marchés financiers sont “l’un des derniers bastions du socialisme existant sur terre”.

Services publics, infrastructures, le tissu économique même de la nation : tout est converti en investissements sans risque. L’épuration sociale est en train de transformer le centre de Londres en une zone économique vouée à la spéculation immobilière. Par dix voies différentes, la politique du gouvernement converge vers cet objectif. La limitation des aides sociales et la taxe sur les logements sous-occupés chassent les pauvres de leurs maisons. La vente forcée d’habitations à loyer modéré de haute valeur crée un nouveau fonds de biens immobiliers. Un marché locatif privé non plafonné et à peine régulé transforme ces investissements en or. Le gel des méthodes de calcul des impôts locaux depuis 1991, l’augmentation des seuils de l’impôt sur les successions et 14 milliards de livres par an d’exemption pour les propriétaires ont contribué à garantir une rentabilité prodigieuse.

Et pour ceux qui souhaitent simplement ne pas valoriser leurs investissements, le gouvernement peut les aider aussi dans ce cas, en assurant qu’il n’y a pas de pénalité à laisser les immeubles vides. Le résultat est qu’une grande quantité de logements n’est plus disponible sur le marché. La terre agricole est devenue un placement encore meilleur pour l’argent de la City : avec les gains produits par le capital, l’héritage et les exemptions d’impôt, ainsi que les subventions agricoles, son prix a quadruplé en 12 ans.

La propriété au sein de ce pays est un refuge pour les revenus du crime international. Le chef de l’Agence Nationale Criminelle, Donald Toon, note que le marché immobilier de Londres a été faussé par l’argent blanchi. Les prix ont été artificiellement gonflés par les criminels étrangers qui viennent mettre en garde leurs avoirs ici en Grande-Bretagne.

C’est à peine surprenant, étant donné le peu de surveillance. Private Eye a fait une carte des terres britanniques appartenant à des sociétés basées dans des paradis fiscaux. La surface avoisine les 1,2 million d’acres [environ 600 000 ha], dont beaucoup de biens immobiliers de première catégorie. Parmi les bénéficiaires on trouve des oligarques russes, des cheiks et leurs pétrodollars, des aristocrates britanniques et des propriétaires de journaux. C’est pour ces gens qu’est faite la politique du gouvernement, et plus faible est la réglementation du système qui les enrichit, plus ils sont contents.

Le marché immobilier spéculatif n’est que l’un des courants de l’énorme flux de capitaux qui déferle en Grande-Bretagne, ceux qui ne sont pas au milieu du fleuve en voyant à peine la couleur. Le secteur financier exploite à son profit un étonnant privilège politique : la City de Londres est la seule juridiction du Royaume-Uni non totalement soumise à l’autorité du Parlement. En fait, la relation avec le Parlement semble fonctionner à l’envers. Derrière la tribune de la Chambre des Communes est assis le Remembrancer, dont le travail est de s’assurer que les intérêts de la City soient préservés par les élus. (Une campagne pour annuler ce privilège – Don’t Forget the Remembrancer – sera lancée bientôt.) La City a un pied dans l’eau : c’est un état semi-offshore, un peu comme les dépendances de la Couronne britannique et les territoires d’outre-mer, paradis fiscaux légitimés par le Conseil Privée. Le secret financier appliqué en Grande-Bretagne sape les bases imposables tout en fournissant aux gangsters, kleptocrates et barons de la drogue un moyen de s’introduire dans l’économie légale.

Même les institutions financières les plus orthodoxes ont une longue histoire de pratiques financières scandaleuses : scandale des plans de retraites individuels, fraude aux hypothèques liées à des assurances-vie, escroqueries à l’assurance, manipulations du Libor. Un ancien ministre du dernier gouvernement, Lord Green, dirigeait HSBC pendant qu’elle était occupée à blanchir l’argent de la drogue, pratiquait l’évasion fiscale systématique et fournissait des services aux banques de l’Arabie saoudite et du Bangladesh liées au financement du terrorisme. Parfois le Royaume-Uni me semble être devenu vraiment un État mafieux.

Au congrès du parti Conservateur du mois prochain, les chefs d’entreprise paieront 2500 livres pour rencontrer un ministre. Sans aucun doute, parce qu’on nous assure qu’il n’y a pas de lien entre un financement et une politique, ils vont passer la journée à discuter du temps qu’il fait et des derniers films qu’ils ont vu. Si l’on avait remarqué de tels arrangements dans un pays étranger, on aurait pu être porté à y voir de la corruption. Mais cela ne peut pas être le cas ici, parce que l’invitation précise que “les charges correspondant à un dîner et une journée d’affaires sont considérées comme des transactions commerciales et donc ne constituent pas un financement politique.”

Le gouvernement insiste également pour dire qu’il n’existe aucun lien entre les dons politiques et les sièges à la Chambre des Lords. Mais une étude de chercheurs de l’université d’Oxford a conclu que la probabilité de voir tant de gros donateurs arriver là par hasard est de 1,36 fois dix puissance moins 38 : “en gros l’équivalent de gagner le gros lot 5 fois de suite à la loterie nationale.” Pourquoi le système des Lords n’a-t-il jamais été réformé ? Parce qu’il permet au pouvoir ploutocratique de supplanter la démocratie. Les riches et les pauvres sont maintenus à leur place.

Etant gouverné soit directement par les gens qui nous volent, soit par des gens qui travaillent pour le compte de ceux-ci, nous ne pouvons être surpris de découvrir que tous les services publics ont été réorganisés au profit du capital privé. Ni de découvrir que les gouvernements favorisent, sans l’accord du public, la négociation de traités tels que le TTIP et le CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement), lesquels sapent la souveraineté à la fois du Parlement et des lois. La remarque d’Esope selon laquelle “Nous pendons les voleurs de poules et nommons les grands escrocs aux fonctions publiques” est toujours vraie, sauf que la pendaison a été remplacée par le châtiment de la communauté.

Où que vous mettiez le nez dans la vie publique britannique, il y a quelque chose qui pue : je pourrais remplir d’exemples cet article. Mais alors que chaque pore transpire la corruption, notre rôle, nous dit-on, se limite à cirer les chaussures du corps politique.

Ne pas combattre ce système c’est y collaborer. Qui à gauche voudrait rester sur la touche tant que cette mise en pièces continue ? Qui voudrait voter pour autre chose qu’un grand coup de balai ?

 Traduit par les lecteurs du site les-crises.fr Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source, et repris sur 2ccr

Et toujours en Grande Bretagne :  SOCIALISME POUR LES RICHES, CAPITALISME POUR LES AUTRES.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 22 octobre 2015 19:25

    Ou est le problème ? ,rien de moins ni de plus que l’application stricte de deux mythes faux et criminels celui de la competition et celui du meilleur..adoubé par tout le monde..sauf pas encore asse d’exceptions

    si ils sont vrais..alors il n’y a rien a dire sur cette situation....car elle est la meilleure possible c’est incontournable

    si ils sont faux....alors le dormeur doit s’&veiller...comme il ne sait pas qu’il dort..ça va etre coton !!

    c’est excessivement simple comme situation,sauf que la révolte naturelle conte l’injuste n’est que dans la tête telle un désir lubrique qui n’arrivera jamais .....imaginant que cela va se faire sans bouger ,et surtout le plus important sans changer soi meme etc..

    La haut au sommet de leur démence ils n’ont aucune raison d’arrêter....car ça n’est pas un mouton qui fait bêeeeh bèeee qui va effrayer leur police, leur armées, leur médias, leurs lois, leur juges etc etc

    un peuple uni si...

    cela dit uni sur quoi, tout le monde en bas étant divisé...par le pognon et l’appât du gain qui est précisément ce qui uni ceux d’en haut....qui sont donc les gagnants du jeu auquel tout le monde sauf exceptions a joué et joue encore....là pour l’instant c’est juste le bal des perdants qui ont joué et perdu

    ça va ? ça remonte un peu au cerveau ????
    .


    • sls0 sls0 22 octobre 2015 21:16

      Le maitre c’est la city, une fois qu’on sait cela on a tout compris.
      Endormis par un marketing et des médias aux ordres, faut il encore prendre des précautions.
      Le mouton a fait un prêt personnel pour sa télé grand écran, il ne peut plus lutter, il s’est mis lui même la corde autour du cou.
      On lui a fait oublier l’autre, les problèmes de l’autre ne sont pas ses problèmes, il oublie simplement qu’il est l’autre de l’autre.

      Dormez braves gens on veille sur vous, à l’époque ça avait un sens, maintenant c’est toujours dormez brave gens, la deuxième partie c’est ne réagissez pas.


      • julius 1ER 23 octobre 2015 09:53

        Spartacus va venir nous dire que c’est la théorie du ruissellement qui est mise en place ....

        pas grave si ce sont les riches d’ailleurs qui s’approprient tout ce qu’il y a de valorisable en GB...

        un jour, si Dieu le veut les anglais seront tous riches !!!!!!

        • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 23 octobre 2015 10:19

          @julius 1ER

          mafia aussi en « tetite bretagne » 2 COMP2RES MAIRES 2LUS ripoublicains ONT TROUV2 UN PETIT ARRANGEMENT IUNE COMMUNE STATION BALNEAIRE n’a plus de terrains a construire
          le compère d’a coté en a beaucoup trop ils appliquent donc le principe des vases communicants
          pour une communauté des communes l ’état exige 15000 HB POUR UNE COMMUNE NOUVELLE LA MOYENNE SERAIT DE 6000 §§§§§§§§§§§

          LE PREFET SIGNE L ARRETE ET CE SERA FAIT AU 1.O1.201 nul sondage ni consultation des citoyens !!!

          bizarre : le site touristuque du maire de la station banéaire en sommeil est avalé par une association
          de defense du littoral dont le memmbre le plus connu étai sur la liste de l ’autre compère

          BIZARRE ENCORE DES ECOLOS VERTS CLAIRS QUI PASSENT A DROITE !!!!!!

          la cote magnifique du cap-sizun connait 6 MOIS AVANT LES AFFRES DE CE SYSTEME UN IMMEUBLE A 2 ETAGES DE 500 M2 EST CONSTRUIT SUR LE SITE MAGNIFIQUE DE ST EVETTE 29 !!!!!!!!!!!!!!!fils de marin mes ascendants sont marins depuis plus de 2000 ANS (vindana portus)
          des centaines de marins des bateaux de peche de la station balnéaire sont morts en mer POUR ENRICHIR LA STATION BALNEAIRE DES COMMERCANTS-ARMATEURS ET SES CABATETS (lupanars )


        • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 24 octobre 2015 10:21

          @TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE

          rectif ( « ses cabarets ou lupanars » )

          aucune consultation des citoyens comme dans les départements voisins meme si les petits agriculteurs maraichers ou vachers se plaignent de n’avoir plus assez de terrain a cultiver

          DENI DE DEMOCRATIE  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

          les préfets pour leurs avancements doivent créer un quota de "COMMUNES NOUVELLES ICI 2900 hb et non 6000 OU 15000 (mais les MARCHANDS DE BIENS VONT BETONNER LA COTE !!!!!!!!!!!°)

          juqu’ici le BRETAGNE était preservée mais PLUS AVEC LES RIPOUBLICAINSPS F ............HAINE


        • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 23 octobre 2015 10:25

          rectifs « petite bretagne » « 2 compères maires » «  »touristique«   »membre "


          • Petit Lait 23 octobre 2015 10:32

            Donc, si je comprends bien l’article et les commentaires qui suivent, la Grande-Bretagne est une espèce de « zone » dans laquelle ne survit qu’une population de sans-dents (appelé gueux, au pays de la Queen), hormis une toute petite poignée de supers riches banquiers ? C’est amusant, parce que lors de mes dernières expéditions dans cette « jungle » hostile, tant à Londres qu’en campagne, je ne me suis absolument jamais rendu compte de cette misère constante et omniprésente... Bien moins que lors de mes derniers déplacement à Paris ou Marseille par exemple... C’est peut-être que in-vivo, la situation n’est pas tout-à-fait la même que dans les dogmes et théories des adeptes de Mélanchon... 




            • Dudule 23 octobre 2015 11:39

              Ça dépend où vous allez.

              Le Sud Est de l’Angleterre bénéficie largement des flux de capitaux mentionnés dans l’article, et donne l’apparence du relative prospérité (même si, en regardant un peu au delà des apparences, les inégalités sociales y sont criantes).

              Je doute que vos pérégrinations touristiques vous aient menées jusqu’aux riantes bourgades que sont Manchester ou Sheffield, par exemple. Qui auriez-vous fait, à par de l’aide humanitaire ?

              D’ailleurs, votre appréciation de Paris et Marseille pourrait simplement être le reflet d’une ségrégation sociale moins grande en France qu’en GB (et d’un « french bashing » typiquement néolibéral). En tant que touriste, en suivant les sentiers battus, une certaine pauvreté ne peut que vous échapper dans un pays dans lequel les riches et les pauvres ne se mélangent pas beaucoup. Et les jugements d’un touriste n’ont pas beaucoup de consistance en comparaison d’un article écrit par un journaliste anglais, si je peux me permettre d’être un peu désagréable.

              Autre chose encore : une bonne partie de l’article dénonce la corruption qu’induit cet État dans l’État qu’est la City. Il ne semble pas que la corruption et autres malversations vous choquent beaucoup. L’argent n’a pas d’odeur, pas vrai ?


            • Petit Lait 23 octobre 2015 12:20

              @Dudule


              Merci Monsieur Dudule, pour ce commentaire relevant un peu le niveau des autres commentaires... Vous avez raison, je ne suis pas allé à Manchester ou Sheffield, quoi que j’ai pu voir il y a peu un reportage sur l’une de ces villes industrielles autrefois sinistrée et en pleine renaissance et développement actuellement. Mais je vous l’accorde je ne sais plus laquelle. Et bien entendu, à Londres aussi j’y ai vu de la misère et je ne tolère pas plus la corruption (la vrai, pas les idées reçues sur la City et les banques en général). Pour être franc et désagréable également, ce qui m’énerve, ce sont ses commentaires stupides de gauchistes idiots qui assimilent tous les maux à un seul mot : Capital et par extension, ne finissent par considérer qu’un bon banquier est un banquer mort. Assimiler tout un système à ses seuls travers est une aberration. Surtout lorsque cela est fait à grand coups de préjugés et de dogmes, à mille lieux de toute connaissance du domaine Et qui, le pire, deviendront les pires pourris passé leur puberté tout en restant des gauchistes affichés (j’en connais pas mal comme ça). Mais gare à ceux qui demande de partager leur steak ! 



            • zygzornifle zygzornifle 23 octobre 2015 13:29

              et alors pendant 5 ans on a eut un Sarkozy président qui a une époque amenait ses clients fortunés ouvrir des comptes en Suisse pour échapper au fisc....le sénat , les députés et surtout les députés européen, les ministres et certainement le président baignent dans l’argent des trust financiers, agroalimentaires etc ils sont achetés ils ne sont que les hommes de mains de ces grands groupes .... tout le monde le sait bien et continue de voter pour ces escrocs on est tous des complices de cette mafia infiltré partout ou il y argent et pouvoir quitte a faire crever une partie de l’humanité .... http://www.crashdebug.fr/index.php/actualites-france/3596-quand-sarkozy-lavocat-ne-meprisait-pas-les-paradis-fiscaux


              • zygzornifle zygzornifle 23 octobre 2015 16:46

                Sur la photo on voit Marine Le Pen fondre sur le vice chancelier de Merkel notre président Hollande ....


                • gaijin gaijin 23 octobre 2015 16:48

                  la mafia est la forme ultime et parfaite du libéralisme ..........


                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 23 octobre 2015 17:39

                    Chaque article de RG est un grand solide clou posé là où ça fait mal, merci aux contributeurs de venir avec une masse ou un marteau. " les charges correspondant à un dîner et une journée d’affaires sont considérées comme des transactions commerciales et donc ne constituent pas un financement politique.” c’est exactement la limite que le président Poutine a imposé dune signature aux oligarques russes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès