Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Mais jusqu’où peut donc aller Amazon ?

Mais jusqu’où peut donc aller Amazon ?

La sortie du Fire Phone d’Amazon, le smartphone conçu pour rivaliser avec Apple et Samsung, divise l’opinion médiatique étasunienne. Certains prédisent un avenir radieux à ce nouveau produit quand d’autres estiment que Jeff Bezos a commis un péché de gourmandise en ajoutant des fonctionnalités qui alourdissent le prix. Derrière ces débats économiques, se dissimule la fascination envers un géant dont on ne sait si sa boulimie de pouvoir prendra fin.

Un article publié dans Forbes à propos du nouveau smartphone rappelle que « les applications Amazon sont déjà présentes sur tous les smartphones. Amazon a déjà sa part du gâteau. Cela devrait être plus qu’assez ». Pourtant rien ne semble être en mesure d’assouvir l’appétit insatiable de son dirigeant et fondateur Jeff Bezos.

Amazon : la success-story

The Economist se demande jusqu’où peut aller Amazon. Cette entreprise mobilise d’autant plus l’attention qu’elle symbolise le self-made-man américain en voie de disparition. Jeff Bezos, à l’instar de Bill Gates ou Steve Jobs, a commencé petit en louant une maison avec garage pour entamer son commerce de livres sur Internet. Seulement, le nom même de la compagnie, Amazon, trahissait déjà l’ambition débordante de l’entrepreneur.

Pour l’instant, la firme suscite plus l’admiration que la crainte. Elle a été l’une des pionnières du commerce sur Internet en sécurisant le paiement, facilitant le développement des achats en ligne. Amazon a également encouragé les commentaires d’internautes. Malgré les critiques existant à l’encontre de ce système où les meilleures notes proviennent probablement de proches des auteurs, cela a initié une mode qui s’est répandue comme une traînée de poudre, faisant notamment le succès de TripAdvisor.

Au niveau du métier de l’édition, Amazon a opéré une véritable révolution en diminuant les délais de livraison puis en développant l’e-book. Un aspect moins connu de l’entreprise est qu’elle a été l’une des premières à se lancer dans le cloud. En 2006, elle a commencé à louer des capacités d’ordinateurs à l’heure, simplifiant et réduisant le coût de lancement d’une start-up. Netflix, Instagram, Pinterest, Spotify et Airbnb ont ainsi utilisé ce service pour démarrer.

En complément de ce flot d’innovations techniques, Amazon a également bousculé le monde de la finance. Alors que les investisseurs sont obsédés par les résultats trimestriels et les rachats d’actions, Jeff Bezos a clairement averti les actionnaires qu’il prioriserait toujours l’investissement à la réalisation de profits. Les investisseurs semblent apprécier ce discours car le cours de bourse d’Amazon a déjà dépassé 3 500 fois son bénéfice (un ratio supérieur à 17 signifie en général que l’entreprise est surévaluée) !

Le Boa constricteur

Ces succès économiques s’accompagnent de pratiques peu vertueuses. En tant qu’employeur, particulièrement dans ses entrepôts, Amazon est accusé d’épuiser son personnel à la tâche et de le soumettre à une pression disproportionnée. L’entreprise est intraitable avec la concurrence et elle a occasionné la faillite d’un grand nombre de librairies de quartier. The Economist souligne que Tesco et Walmart ont procédé de façon similaire dans la grande distribution et ont causé à leur époque (années 80-90) de nombreuses fermetures de commerces de proximité.

Amazon, de même que la grande distribution, abuse de sa position dominante, en particulier avec l’éditeur Hachette. Ce dernier s’est vu retirer le bouton de précommande sur le site Internet d’Amazon. De plus, les délais de livraisons pour ses livres ont été rallongés par le distributeur, ce qui va à l’encontre de la qualité de service professée par Jeff Bezos.

Amazon tire avantage d’une stratégie qui consiste à ne pratiquement pas faire de profit. Elle ne paie quasiment pas d’impôts et utilise sa taille et sa puissance financière pour asphyxier la concurrence. Ces éléments constituent d’énormes barrières à l’entrée. Selon The Economist, cette situation ne peut durer éternellement. Amazon attend d’avoir acquis une position suffisamment monopolistique pour relever ses prix et faire des bénéfices, ce que les régulateurs pourraient sanctionner. Alors, une autre firme, le chinois Alibaba par exemple, pourrait agresser le géant et le faire chuter. Selon The Economist toujours, les consommateurs y seraient gagnants.

Comment les consommateurs pourraient-ils être gagnants alors qu’ils sont également ceux qui travaillent dans ces entreprises aux conditions de travail lamentables ? Il n’y a guère de gagnants dans cette concurrence acharnée entre géants mondiaux, sauf peut-être, me direz-vous, leurs dirigeants qui amassent des fortunes considérables et se payent le luxe d’acheter des journaux (le Washington Post pour Jeff Bezos), illustrant un peu plus leur volonté de domination. Mais dans quelle mesure ces hommes à l’ambition démesurée ne sont-ils pas plus enchaînés encore que leurs employés ? Dans quelle mesure ne sont-ils pas asservis à cette ambition ?

Joaquim Defghi

Blog : actudupouvoir.fr

Twitter : @JDefghi


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 26 juin 2014 09:23
    Mais jusqu’où peut donc aller Amazon ?.....Jusqu’à nos portes-feuilles.....

    • lautrecote 26 juin 2014 13:38

      Il y a une solution pour arrêter ces monstres : le boycott.
      la plus grande multinationale ne vaut plus rien, s’il n’y a plus de consommateurs en bout de chaîne.


      • Absolute 26 juin 2014 15:51

        Si on veut faire preuve d’un minimum d’objectivité et pousser l’analyse un peu plus loin que le bout de son nez, d’autres constats sont à évoquer. Notamment, le succès d’Amazon n’est pas le fruit du hasard mais bien celui d’une stratégie de développement qui fonctionne : politique tarifaire agressive, diversification extrême de l’offre, capacité d’innovation, SAV irréprochable... Quand on voit le niveau de certaines boutiques en ligne françaises, on comprend mieux le succès fulgurant d’Amazon.

        En outre, les grandes enseignes françaises « traditionnelles » comme la Fnac ont mis bien trop de temps à prendre le train du e-commerce et ce manque de réactivité économique est malheureusement classique dans une France ancrée dans l’immobilisme.

        Maintenant, c’est sûr, Amazon est un fraudeur fiscal et presse ses employés comme des citrons. N’est-ce pas le lot de tous les grands groupes ?


        • stetienne stetienne 26 juin 2014 18:47

          pour les entrepots rassurez vous ils seront bientot 100% robotisés


          • ahtupic ahtupic 26 juin 2014 22:42

            Y’avait un projecteur au-dessus du cosmonaute, ca se voit. A moins qu’un nuage ne passe ?


            • Ruut Ruut 27 juin 2014 06:11

              Pourquoi Larousse ne permet pas au particulier d’acheter ses livres via internet ?
              Tant que les producteurs ne livreront pas aux particulier via internet, amazone n’aura pas de concurrents.


              • lsga lsga 28 juin 2014 12:20

                Vivement qu’Amazon devienne un grand trust mondial, qu’on puisse enfin le collectiviser. 

                 

                • Loup Rebel Loup Rebel 29 juin 2014 12:06

                  Bien sûr qu’Amazon abuse de sa position dominante. Les progressistes de génie sont souvent tentés par ce type de conquête du monde, comme l’a très bien pointé l’auteur en citant quelques noms.

                  Mais au delà de ce constat, on ne peut pas oublier la révolution culturelle en marche.

                  En 1450 Johannes Gutenberg a initié une transformation culturelle sans précédent avec son invention du caractère mobile d’imprimerie typographique.

                  Aujourd’hui, avec l’invention du numérique et des technologies qui portent son essor exponentiel, la révolution culturelle en marche depuis... la nuit des temps... connaît une accélération effrayante, déstabilisant l’individu et les institutions. Les moins véloces cherchent désespérément la pédale de frein, invoquent toutes sortes d’arguments pour luter contre cette transmutation qui balaye les vieilles bonnes habitudes sécurisantes. On crie « au loup ! », on entend que « la planète est en danger »...

                  Et nous, dans tout ça ? En dépit de nos petites révoltes réacs, on n’arrêtera pas les transformations technologiques qui font tout pour nous empêcher de nous installer dans la sécurité des habitudes. Affaiblir et fragiliser l’individu en le privant de ses repères...

                  Alvin Toffler, l’un des plus célèbres futurologues de notre temps, parle dans son livre Future Shock (1970) de cette révolution culturelle et de ses conséquences sur les individus : “le choc du futur est le stress et la désorientation provoqués chez les individus auxquels on fait vivre trop de changements dans un trop petit intervalle de temps.”

                  La sélection darwinienne va s’accélérer encore dans les années à venir. Dans le flot tumultueux d’un torrent, lutter à contre-courant conduit plus assurément à la noyade que de nager dans la mouvance des eaux déferlantes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès