Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Mais où est donc passé l’argent ?

Mais où est donc passé l’argent ?

Après que me soit venue l’idée que les riches ne pouvaient peut-être tout simplement pas payer, j’ai commencé à me pencher sur une question simple qui découle de la constatation suivante : si les riches ne sont pas en mesure de payer pour la crise et que les pauvres non plus, qui le peut, et surtout OU DONC EST PASSE L’ARGENT ?

Cela fait donc quelques jours que je bataille pour y voir plus clair, mais le système est plus que complexe. Pourtant, des dizaines de milliards, ça ne devrait pas passer inaperçu : tous les jours des montants fabuleux sont cités partout dans les médias, il doit donc bien y avoir quelqu’un qui les récupère à la fin, non ?

Bon. Je n’ai sans doute pas encore tout saisi, mais voilà quelles sont les conclusions provisoires que j’ai tiré de mes « recherches » :

-Les Etats ont tellement emprunté pour financer leurs dettes qu’ils sont aujourd’hui au bord de la faillite.
-Les banques commerciales sont au bord de la faillite elles-aussi, car elles ont tant prêté qu’elles sont à peu près sûres aujourd’hui de ne pas pouvoir être remboursées intégralement.
-Les particuliers (pauvres) sont les premières victimes de la crise et pour la plupart leur épargne est leur seule ressource ; et au regard des milliards recherchés, elle n’expliquera pas tout. On ne peut pas compter sur eux.
-Les particuliers (riches) possèdent bien des millions ou même pour certains des milliards, mais même s’ils le voulaient ils ne pourraient pas récupérer tout leur argent. ils sont à oublier aussi.
-Les entreprises (et même les grandes) utilisent pour la plupart l’argent prêté par les banques en investissements, et ne possèdent sur leur compte que la trésorerie nécessaire pour survivre, le reste étant mis à l’abri sur des comptes inaccessibles à l’impôt, ou partagé entre les actionnaires privés. Elles ne paieront pas non plus.

Mais si personne ne possède donc « concrètement » tout cet argent, me disais-je naïvement, peut-être est-ce la BCE, qui en tant que dernier recours sert de régulateur à tout ce petit monde, possède sur ses comptes l’ensemble de la monnaie disponible, puisque c’est elle qui lui donne sa réalité physique. Et puisque l’argent circule, c’est qu’il existe non ?

Et bien au risque de vous surprendre, il est possible que non. Enfin pas totalement. Car si la BCE est la seule autorité européenne à pouvoir « battre monnaie », ses fonds « structurels » sont assez limités. Ce qui constitue l’essentiel des échanges monétaires n’est en réalité qu’une somme incalculable de titres de créances des uns, de titres de dettes des autres, des bouts de papier s’échangeant continuellement et avec une valeur qui varie au gré des événements… et de la confiance des acteurs. Et puis surtout, ce n’est pas la BCE qui crée la monnaie.

Car ce qu’il faut bien comprendre, c’est que la masse monétaire en circulation n’est qu’une « projection » de la monnaie qui existerait si tout le monde était en mesure de rembourser ce qu’il a emprunté (ce qui est nécessairement impossible).

Et il faut rappeler que seules les banques commerciales peuvent créer de la monnaie, par le crédit. Mais en fonds propres elles ne possèdent que la somme cumulée des intérêts qu’elles gagnent en prêtant. Tout le reste n’est que de l’argent « fictif », résultat espéré en retour de la confiance que mettent (abusivement) les banques dans leurs clients. Cet argent n’existera qu’au terme du remboursement, et en fin de compte aura été utilisé, dépensé en totalité avant que d’exister vraiment, et cela sur le dos de l’emprunteur qui par son labeur permet de dégager les intérêts qui font leur gain.

La conséquence en est que si l’argent est introuvable, ce n’est donc pas parce qu’il est planqué dans des paradis fiscaux (vous n’y trouverez que peu de billets, il n’y a là-bas que des ordinateurs ultra-sécurisées), mais tout simplement parce que tout l’argent qui n’est pas dans les fonds propres des banques n’existe pas réellement, ou a déjà été utilisé. Ce ne sont que des crédits dont on anticipe fictivement le remboursement pour créer de la liquidité, mais qui s’ils ne sont pas in fine remboursés disparaitront dans le trou noir que semble être devenu la BCE.

S’il faut une preuve pour vous convaincre de ce que j’avance, il suffit de se pencher sur un exemple récent, celui de l’Equateur : endetté jusqu’au cou et sous la contrainte d’un plan de rigueur drastique, un audit de leur dette conduit pendant 14 mois les a poussé à refuser de continuer à payer. Les créanciers ont pris peur, et ont tenté de vendre leurs titres qui se sont dépréciés à une vitesse folle (je crois qu’elles ont perdu plus de 70% !). La dette perdit donc rapidement de sa valeur, et l’Equateur n’eût ensuite qu’à mandater une banque pour en racheter une partie conséquente (environ 30%), ce qui lui a permis, en quelques mois, de racheter par la suite, et pour 35% de sa valeur totale, plus de 90% de sa dette…

Résultat, une dette quasiment disparue (si on achète sa propre dette on peut se l’annuler soi-même !), et des intérêts réduits à rien : juste quelques lignes écrasées dans des ordinateurs, et voilà le travail !

Maintenant, imaginez qu’il suffirait d’un gouvernement assez courageux pour dire « on ne paie pas » pour que tout s’arrête ! Imaginez qu’il suffirait d’une panne de courant géante, d’un « delete » abusif ou d’un virus informatique pour que tout cet argent disparaisse et que les dettes soient annulées, que les cartes soient rebattues. Imaginez que la simple menace d’un « bankrun » soit capable de provoquer la panique chez ceux qui vivent non pas à crédit comme nous, mais directement sur notre dos… et alors c’est toute l’arnaque de ce système qui risquerait d’être découverte : il n’y a d’argent réel que ce que les pauvres veulent bien transpirer pour entretenir le niveau de vie des riches qui les exploitent. Et il nous suffirait de le refuser pour y échapper !

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (105 votes)




Réagissez à l'article

73 réactions à cet article    


  • frugeky 28 août 2012 11:10

    Splendid !


    • Marc JUTIER Marc JUTIER 28 août 2012 12:46
      Oui, c’est un très bon article ... mais on dit tous la même chose depuis déjà un petit moment !

      Faillite bancaire mondiale imminente

      http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/faillite-bancaire-mondiale-114773

      Monnaie – Dessine-moi du pognon !

      http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/monnaie-dessine-moi-du-pognon-117064

      Argent dette : Unissons nos indignations pour exiger l’abrogation de l’article 123

      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/unissons-nos-indignations-pour-103363

      Game Over ! Abolir les privilèges des banksters ou faire une 3ième Guerre mondiale ?

      http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/game-over-abolir-les-privileges-98193

      C’est la Crise finale !

      http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/c-est-la-crise-finale-89116

      Alors, mobilisons-nous plutôt !

      Pétition à signer et à faire connaître : http://chn.ge/MMb6En


    • bigglop bigglop 28 août 2012 18:47

      Bonsoir à tous,

      Grand merci @Caleb pour cette démonstration dans laquelle le bon sens, la logique, la raison dominent l’émotion.

      Avec du courage politique (que l’on cherche désespérément) organisons un défaut des pays de la zone euro, accompagné d’audits des dettes et des banques européennes pour déterminer la dette illégitime tout en reconstruisant une europe démocratique. Sans oublier une nouvelle règlementation des activités financières.

      En fait, nous sommes assis au milieu d’une immense décharge de capital fictif


    • Robert GIL ROBERT GIL 29 août 2012 09:07

      voila une petite citation d’actualité , bien que dite en 1925 : « Les banques, on les ferme, les banquiers, on les enferme »…Vincent AURIOL

      ensuite voici ce que Hollande pourrait nous dire lors d’une emmission télé :

      http://2ccr.unblog.fr/2012/05/15/finance-hollande-va-mettre-carte-sur-table/


    • T.REX T.REX 2 septembre 2012 19:58

      Si j’ai bien compris la Grèce possède là un excellent moyen de s’en sortir ! Il suffit qu’elle refuse de rembourser et elle est sauvée, sa dette va se réduire en fumée... et elle rachète les mégots !
      Pas si bête. C’est pour cela que tout le monde à peur qu’elle sorte de l’Euro, qu’elle refuse de continuer à jouer à ce jeu de dupe !? Il y a trop d’argent à perdre pour les créanciers.


    • sleeping-zombie 28 août 2012 11:17

      Merci, une petite voix de bon sens dans un océan de bêtise...
      J’admire sincèrement ta capacité à ne pas baisser les bras.


      • kemilein 28 août 2012 11:37

        ce qui me désole c’est qu’on sait pourtant ou se trouve l’argent en question : dans le néant d’ou il a été tiré.

        l’argent est avant tout du crédit et par son mécanisme de remboursement il se détruit, si chacun remboursait son crédit dans l’instant il n’y aurait plus de monnaie (ou si peu) sur Terre.

        quand on ne peut pas rembourser le principe reste le même, conjuguer cela avec de l’inflation (c’est a dire que la monnaie baisse de valeur et non pas que les produits augmentent)

        et si on conjugue ça la crise des matières premières, suite a une expansion extension explosion du nombre d’humain sur une planète finie, vous n’êtes clairement pas sorti du cercle vicieux dans lequel votre monde est entré.


      • cameleon29 cameleon29 28 août 2012 20:30

        Excellent comme réflexion, on s’y perd avec toutes ces pubs de merde pour faire du fric très vite. Le plus dur est d’avoir encore de la motivation, j’en ai plein quand je suis dans mon potager mais plus beaucoup quand je vois l’avenir juste devant nous.


      • Aldous Aldous 28 août 2012 11:28

        un pays a effectivement voté contre le renflouement des preteurs par le contribuable : l’Islande.


        Et devinez quoi ?

        Contrairement aux predictions selon lesquelles ills se metteraient au ban du marché financier mondial, ils s’en sortent si bien que les investisseurs se bousculent au portillon pour leur preter des sous !

        • plancherDesVaches 29 août 2012 11:05

          Désolé, Aldous, mais l’Islande paie.
          Et c’est justement pour cela que la propagande ambiante l’encense.
          Alors que l’Equateur, l’affaire a été étouffée au maximum.


        • ZEN ZEN 28 août 2012 11:44

          Bonjour

          Pour rebondir sur Adlous, l’Islande s’en tire bien après avoir botté les fesses des prédateurs smiley
          Paradoxalement, le FMI félicite l’Islande pour son bras d’honneur aux banquiers


          • Lapinator Lapinator 28 août 2012 11:52

            je me suis pausé les même question, j’avais trouver un texte ancien, mais qui résume très bien la situation ou l’on est : http://www.dailymotion.com/video/xpr67k_explication-sur-l-origine-de-la-dette-et-comment-la-resoudre_webcam

            J’avais aussi chercher à comprendre pourquoi on en étais là, avec cette montagne de dette, d’ou elle venais, ce qu’elle allais devenir, comment la combattre, et j’avais fait cette vidéo :

            http://www.dailymotion.com/video/xpr67k_explication-sur-l-origine-de-la-dette-et-comment-la-resoudre_webcam


            • Lapinator Lapinator 28 août 2012 14:27

              Oups, je me suis trompé sur le 1er lien, c’est celuis ci : http://www.michaeljournal.org/ilenauf.htm


            • Xtf17 Xtf17 28 août 2012 11:52

              En effet tout cet argent ne représente finalement que des « promesses », en tant que synonyme de « crédit ».
              Il « suffirait » donc en effet de ne pas tenir ses promesses. C’est là où le bât blesse.


              • Yvance77 28 août 2012 12:30

                Salut,

                Ou est passé l’artiche ? Pourtant c’est simple et la réponse est limpide enfin je crois ?

                L’oseille... pour nos financiers (politiciens et tout ceux qui sont dans ce barnum) c’est comme le vent, on ne sait jamais d’où il vient, ni ou il va, mais eux le sentent dans leurs bilans plus que positifs.

                Pourtant cet argent aujourd’hui, il est souvent artificiel et virtuel...


                • lambda 28 août 2012 13:03

                  Une des causes de la virtualité de la monnaie sont les réserves fractionnaires qui ont pour effet de pouvoir multiplier le crédit

                  exemple : pour 1000 euros prêtés par une banque, obligation lui est faite de n’en détenir physiquement que 10%

                  la différence est virtuelle

                  Pour ceux qui ne connaissent pas encore  : l’Argent-dette

                  http://www.dailymotion.com/video/x75e0k_l-argent-dette-de-paul-grignon-fr-i_news


                  • Fourmi Agile Evrard 28 août 2012 13:16
                    L’idée est bonne, mais vous oubliez juste une petite chose, l’Islande a ...320 000 habitants. Soit autant qu’une ville de France. 200 fois moins que la population française. 2000 fois moins que la population de l’Europe.

                    Les sommes en jeu ne sont pas les mêmes et ceux qui « trafiquent » à haut niveau ne permettront qu’on efface la dette. Ils ont les moyens pour cela et ne laisseront jamais faire.

                    De plus, quel politicien aujourd’hui aurait le courage de lancer une telle idée ? 
                    Seul un soulèvement populaire massif le pourrait.
                    Patience, ça va venir...




                    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 28 août 2012 13:57

                      Le plus étonnant c’est qu’« ILS » aient toléré plusieurs précédents comme en Equateur et en Islande. Je crois que ça en dit long sur leur faiblesse actuelle.


                    • kalagan75 28 août 2012 14:09

                      @evrard " Patience, ça va venir..." : tu peux toujours rêver , l’argent étant dématérialisé ...


                    • colza 29 août 2012 14:38

                      kalagan75

                      Et bien justement, il ne serait pas question de le rembourser, mais déclarer que comme cet argent n’existe pas, il n’y a aucune raison de le rembourser !

                    • kalagan75 28 août 2012 13:54

                      je vous cite " Résultat, une dette quasiment disparue (si on achète sa propre dette on peut se l’annuler soi-même !), et des intérêts réduits à rien : juste quelques lignes écrasées dans des ordinateurs, et voilà le travail " :

                      non car ta dette est possédée par quelqu’un d’autre, donc c’est lui qui est ruiné !
                      en réalité , tu refiles ton problème à autrui, c’est le même principe que la bourse .

                      • goc goc 28 août 2012 14:14

                        l’argent n’a pas disparu, il existe bel et bine mais pas sous forme de billets ni meme de titre, mais tout simplement de bien... surévalués

                        je m’explique

                        le commerce, c’est l’échange. L’échange d’un bien contre un autre, d’un service contre un bien, d’un bien..etc..
                        cet échange est basé sur l’équivalence de valeur entre les deux parties échangées. Or au fil du temps on a trouvé une astuce pour déterminer cette valeur : on l’a rapporté à l’or et à l’argent. La monnaie est née
                        mais cette monnaie n’est rien d’autre que l’intermédiaire unifiée de l’échange, unifié et universel. En particulier cet intermédiaire a permis l’échange « bien-service » équilibré. Grace à cela on a pu créer puis gérer un élément important : le « salaire ». Donc on avait un rapport directe travail-nourriture (ou bien immobilier)

                        tout ça marchait très bien jusqu’à ce qu’on invente les banques, et surtout les crédits et les intérêts. A partir de ce moment-là on est parti dans la spirale infernale dont on voir aujourd’hui le fond

                        Alors que s’est-il passé pour que cet argent, qui représente donc la valeur de tous nos biens et de tous nos services, ait disparu ?. 
                        Et bien tout simplement cet argent n’a pas disparu il est dans les biens immobiliers et les actifs financiers (comme par exemple les actions et les obligations). 
                        Or pourquoi on manque d’argent ?. la réponse est évidente : c’est que cet argent est largement supérieur à la richesse réelle. On a surévalué nos biens et en particulier notre immobilier et nos actions. Le rapport bien-travail est totalement déséquilibre au seul profit des biens. On a un exemple concret, c’est l’évolution des loyers et des salaires. Quand les premiers ont plus que doublé, les seconds ont stagné.
                        Voila ou est notre argent. Et comme les banques ont la capacité de transformer la valeur d’un bien en billets, et qu’elles ne se privent pas même de tricher et d’en créer une valeur theorique plusieurs fois supérieur, alors on se retrouve devant de la fausse monnaie qui ne repose sur rien de concret.

                        bref aujourd’hui 90% de notre euro (ou le dollar) ne repose sur rien et ne vaut que ce que vaut le papier ou le coût d’une écriture comptable sur un ordinateur, c’est à dire, zéro virgule zéro zéro zéro un centime

                        • niblabla 28 août 2012 16:53


                          je suis assez d’accord, mais en réalité vous décrivez le système de la bulle spéculative.

                          C’est comme la crise des tulipes en hollande

                          et d’ailleurs c’est la bulle immobilière US à travers les hedge fund qui son responsable de la crise actuelle.
                          La bulle immobilière française n’a pas encore vraiment éclaté. Pour l’instant nous avons uniquement la crise de la dette.

                          Un bien ou un service n’a pas de valeur autre que celle qu’un acheteur veut bien y accorder.


                        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 28 août 2012 15:06

                          Il faut différencier « bénéfices » et « fonds propres ». C’est là que tu vas comprendre que le système marche sur la tête. Les réserves réelles de Total, son trésor, ne représente quasiment rien, à peine quelques centaines de millions d’€. Les 10 milliards de bénéfices, eux, servent à rémunérer le capital (les actionnaires), à rembourser auprès des banques des prêts contractés pour assurer les activités réelles (salaires, prospection, sondage, extraction, raffinage et même investissement), et, cerise sur le gâteau, ces 10 milliards servent à Total pour racheter ses propres actions afin d’en gonfler le cours.

                          Tout se fric se balade dans le cyberespace financier et échappe à l’économie réelle, à l’imposition, aux gens.


                        • kalagan75 28 août 2012 21:00

                          mélanchon dit n’importe quoi ! total fait 500 M € de benef en france et ne devrait donc payer que 166 M€ d’impots , or tatal paie 1.5 milliard ...


                        • calimero 28 août 2012 15:19

                          Bonne question en effet, qui reste sans réponse : où est l’argent ? On nous explique à longueur de journée que les banques spéculent sur des milliards, sont régulièrement recapitalisées, mais j’ai du mal à avaler que toutes auraient tout perdu en même temps, ça n’a aucun sens. Quelqu’un y a gagné, l’argent est quelque-part. Ce qui est sûr c’est qu’en matière d’écran de fumée ces gars là sont les plus forts.


                          • Guyver Guyver 28 août 2012 15:26

                            soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libre
                            http://fr.wikipedia.org/wiki/Discours_de_la_servitude_volontaire


                            • eric 28 août 2012 16:18

                              Et pourtant, vous avez tous tous les chiffres disponibles sur internet. Quand l’Etat dépense 57% du PIB, en s’endettant pour consommer sans investir, en embauchant et en augmentant les salaires et avantages de ses agents, pour aboutir à « une dégradation continue de la qualité du service public » constatée par tous les syndicats de fontionnaires unanimes et un endettement croissant des états, il est clair que l’argent, il est dans l’état. Les dividendes après impôts inflation transferts etc, varient entre un résultat négatif et quelques pourcent pour les secteurs les plus privilégiés et entre les quantités de gens qui comptent (si on a 1000 personnes a plus d’un million par an, statistiquement cela ne compte a peu prêt pas) les deux déciles extrêmes de revenus, les inégalités de l’ordre de 1 a 3 ou 4 aprés impôt taxes inflation et transferts.
                              La réponse à vos questions est claire. L’argent n’est pas chez des banquiers ou dans des coffres à l’étrangers, il est dans l’inneficacité dispendieuse d’administrations pléthoriques et égoïstes et frileuses. A 57%, 10% de productivité en plus, cela permet de résoudre la pluspart des problèmes sociaux du pays dans la durée. 100% d’imposition des bénéfices, cela permet d’avoir 2 point de PIB en plus pendant un an ( aprés, les « capitalistes » arrêtent de bosser). c’est pourtant la seconde solution qui vous intéresse ce qui revient à dire que pour la pluspart d’entre vous, vous êtes sans doute fonctionnaires ou émargeant à l’argent public.
                              Mais c’est une erreur de calcul. Vous êtes parfaitment capable de progresser de 10% dans l’eficacité de votre travail, sans même que l’on remette en cause vos privilèges exorbitant. La crainte qui vous habite est injustifiée, de même que vos délires sacrificiels visant à détruire le système économique qui vous fait vivre. Prenez confiance en vous. vous pouvez le faire ! Et d’un point de vue social, même si je sais qu’aufond cela vous intéresse moins, vous devez le faire !


                              • yohann 28 août 2012 17:06

                                Pour réaliser cette réforme il faut réaliser une réforme monétaire, et notamment le recours de la planches à billet pour ne plus se financer par les banques qui ne voudront plus nous preter ainsi qu’un controle des capitaux.


                                • titi 28 août 2012 17:34

                                  « ainsi qu’un controle des capitaux. »
                                  Controler par qui ?


                                • gaijin gaijin 28 août 2012 17:32

                                  l’argent est fictif et par conséquent la crise aussi
                                  par contre les gens qui sont au sommet de la pyramide sont réels et eux savent bien que leur position ne tient que dans la perpétuation du mythe .......
                                  sinon adieu avions, palaces, yatchs, et petites filles ........
                                  ils savent bien aussi que tôt ou tard le système va leur péter dans les doigts
                                  ils essaient juste de tenir le plus longtemps possible

                                  un peu comme l’histoire du mec qui tombe du haut du gratte ciel :
                                  jusque là ça va
                                  jusque là ça va
                                  jusque là ça va
                                  jusque là ça va
                                  jusque là ça va


                                  • Georges 28 août 2012 17:48

                                    A voir sur youtube Zeitgeist et vous comprendrez l’astuce, la technique des banques pour créer de la dette, et faire croire qu’elle est bien réelle.


                                    • herbe herbe 28 août 2012 18:33

                                      Merci pour cet article !

                                      ça m’a fait penser à ce dossier que je trouve pas mal (ne pas louper la 2ième partie) :

                                      • PascalR 28 août 2012 19:04

                                        En théorie, vous avez un peu raison, nous pourrions le faire. Mais nous ne le faisons pas. Pourquoi ?

                                        Car nous avons peur des conséquences, d’un éventuel chaos, sans doute improbable, mais possible, qui mettrait notre survie en doute.
                                        C’est la peur qui nous empêche d’agir, la peur de ne plus manger, de ne plus avoir de toit, d’eau, de confort, de sécurité.
                                        La peur est le ciment du pouvoir, et les castes au pouvoir le savent bien.
                                        Mais dans la réalité, si cela se produisait, par exemple on élimine tous ces parasites au pouvoir, tous ces riches, je vous parie qu’il ne faudrait pas plus de quelques années pour qu’un tel système se remette en place, car au fond, les peuples en ont besoin.

                                        • Manu Manu 28 août 2012 19:41

                                          Une chose est sûre : une dette (comme le solde positif d’un compte), n’est rien de plus ni rien de moins qu’une information stockée dans une base de données informatique.

                                          C’est d’ailleurs « à double tranchant » : la suppression de cette information, qui « libère » le débiteur, empêche le créancier de savoir qu’on lui devait quelque chose !


                                          • kalagan75 28 août 2012 21:11

                                            ça fait donc 2 mecs à zéro € sur leur compte :)


                                          • Cassiopée R 28 août 2012 21:29

                                            Il y a effectivement l’ Islande qui par référendum populaire a fait le choix de ne payer ses dettes, au profit des banques et qui aurait sur des années abaissés le niveau de vie des citoyens.

                                             

                                            Sur l’ émission massive de monnaie, la lutte contre une spirale déflationniste (qui ne concerne pas les productions européennes ou nord-américaines) va aboutir à une hyperinflation :

                                             

                                            « Les causes de l’hyperinflation sont budgétaires, elles tiennent à une émission excessive de monnaie. »

                                             

                                            « Le fait que les entrepreneurs s’intéressent plus à la gestion de la trésorerie qu’aux décisions de production et d’investissement »

                                             

                                            Circuit de revenus de consommation, et absence de production sur son propre sol, et importation massive sans création d’un nouveau circuit économique.

                                             

                                            « La monnaie perd ses fonctions d’intermédiaire des échanges, de réserve de valeur et d’unité de compte. On a une réapparition du troc ou d’autres moyens d’échange plus fiables. »

                                             

                                            http://fr.wikipedia.org/wiki/Hyperinflation


                                            • diverna diverna 28 août 2012 21:42

                                              La première fois que j’ai entendu un économiste évoquer le fait de ne pas rembourser la dette c’était Emmanuel Todd à « Ce soir ou jamais ». J’ai pensé à un moment de délire et il suffisait de voir la réaction de monsieur Six de Standard and Poor’s pour constater que je n’était pas seul.
                                              Ce que celui-ci a mis en avant et qu’aucune réaction n’a pris en compte (ni l’article) ce sont les prêteurs, ceux qui ont misé leur salaire pour acheter les dettes occidentales. La dette française est essentiellement détenue pr des investisseurs étrangers et il serait faux de croire qu’il s’agit uniquement de richards qu’on peut bien spolier. Pour prendre un exemple : rappelez-vous les fameux « emprunts Russes » ; vous imaginez facilement se retrouver dans la position inverse de ceux qui n’honorent pas leur signature ? C’est impossible sans une négociation à l’échelle de la planète et une refondation de l’économie mondiale où les gagnants seront les plus forts.


                                              • Traroth Traroth 28 août 2012 22:17

                                                Désolé, mais dire que l’argent de la dette des états n’existe plus, ça ne me satisfait pas. C’est forcément faux, d’un point de vue logique. Les états ont emprunté de l’argent à des banques ou sur les marchés. Cet argent, les états l’ont touché. Ils ne l’ont plus, puisque sinon, rembourser ne poserait pas trop de problème. L’argent a donc été dépensé (dilapidé ?). La question de savoir où il est passé reste donc entière !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès