Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Marchés : y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Marchés : y a-t-il un pilote dans l’avion ?

A voir le désordre qui règne sur les marchés des capitaux et dans les systèmes financiers, on peut en douter ! S’il existe, qui est-il vraiment : un politique, un hedge fund, une agence de notation, un régulateur ou tout simplement un trader drogué… aux anabolisants de dérivés ? 
 
Depuis quelques temps les gouvernements tout comme les régulateurs nationaux et internationaux, sont impuissants face aux marchés. Ils ne sont donc pas aux commandes de l’avion. Ils en sont plutôt les passagers, comme nous, soumis aux lois d’acteurs plus puissants qu’eux. Acteurs qui ne passent pas leur temps devant les caméras mais plutôt devant les écrans de leurs ordinateurs à étudier les tendances des marchés… pour en profiter.
 
Alors, nous pourrions en déduire que le pilote peut être un hedge fund ou une agence de notation ? Possible, car tous les deux sont avides soit de profits rapides, soit de notoriété créatrice de business récurrent. Pourtant, ces deux entités ne sont pas non plus aux commandes, car, sans leur bras armé, elles ne sont rien.
 
Bras armé qui crée des produits sophistiqués, complexes nommés futur, option et swap, produits dérivés eux-mêmes multiples et dérivés de sous-jacents réels tels que des créances, des dettes ou des conditions de celles-ci. Bref, des instruments financiers aptes à répondre aux besoins des hedge funds comme à ceux des prêteurs et des emprunteurs lambdas des marchés des capitaux transnationaux. Besoins aussi des agences qui, chaque fois qu’un agent économique désire emprunter, elles sont là pour déterminer à quel taux d’intérêt il pourra accéder aux fameux produits, pour investir (peut-être), spéculer (sûrement) ou arbitrer tel instrument contre tel autre, ou telle place financière contre une autre.
 
Ces bras armés qui fournissent 24 heures / 24 les marchés planétaires, ce sont les traders et les entités des systèmes financiers internationaux, notamment les grandes banques de financement et d’investissement, les fameuses CIB (corporate & investment bank). Les premiers faisant d’ailleurs parties des secondes. Pire même, puisque payés par elles.
 
Les traders ont tout à leur disposition pour satisfaire les moindres désirs de leurs passagers. Surtout quand ceux-ci ont des besoins très spéciaux, voire exotiques tels que par exemple des options d’option, des options de swap, des swaps de défaut de crédit… et bien d’autres outils aux effets de levier exponentiels, c’est-à-dire portant l’espoir d’un gain énorme avec une mise de fonds minimale.
 
Souvent jeune - car au-delà il est trop mature, donc moins docile pour sa hiérarchie et surtout moins fougueux - le trader est formé aux dérivé(e)s. Tant celles des fonctions mathématiques, que ceux des instruments financiers.
 
Le trader prend aujourd’hui les marchés pour sa salle de jeu. Face à lui, des gouvernements pilotés par des politiques plus aptes à manier les effets de jambes - pas celles d’un swap, les spécialistes comprendront - la langue de bois ou ses éléments de langage, plutôt que de savoir de quoi il retourne vraiment. Les termes de futur, d’option, de swap… d’autres CDS (credit default swap) ou EDS (equity default swap), leur sont totalement étrangers même s’ils font mine, comme souvent, de bien les connaître.
 
Pourtant, ce sont ces instruments des sphères spéculatives, que les politiciens doivent combattre, aujourd’hui. Face aux traders, on trouve aussi les régulateurs, institutions souvent pilotées par d’anciens politiques - c’est tout dire - qui ont, non seulement des difficultés pour se rénover, mais pire, sont aux ordres des susnommés. Les deux, politiques et régulateurs, essayant vainement de résoudre la quadrature du cercle, alors qu’un enfant ne s’y essaierait même pas, connaissant à l’avance le résultat.
 
Dans ces conditions, comment combattre un ennemi quand on ne connaît ni les armes, ni même le langage ? Comment combattre un ennemi jeune, dynamique, souple, malin, hyper motivé, instruit, rompu au travail acharné et, à même de construire les algorithmes les plus puissants, complexes et sophistiqués… dont il aura d’ailleurs, lui-même, perdu le fil logique de la construction détaillée dans quelques semaines ? Un ennemi autant volatil que les marchés dans lesquels il se baigne douze ou quinze heures par jour et qui lui servent de drogue intellectuelle.
 
Bref, face à ce type d’agresseur, il ne s’agit pas de guerre conventionnelle, mais plutôt de guérilla.
 
Et, face à une guérilla, l’utilisation d’armes lourdes, comme celles trouvées le week-end dernier par l’Union européenne - 750 milliards de munitions de gros calibres - est-elle satisfaisante ? Est-ce ce type de solution qui va résoudre le problème posé par la guérilla que mènent les traders pour leur compte, celui des spéculateurs et des arbitragistes et celui de leurs employeurs ?
 
Ce que nos politiques doivent aussi savoir, c’est que chaque jour de crise qui passe, le trader s’améliore, se bonifie et densifie ses automatismes. Grâce à cela, il peut prendre des positions de plus en plus risquées, mais tellement rémunératrices quand elles se débouclent à leur profit ! Les épreuves de ce type le font jouir intellectuellement. Lui, très souvent issu d’une grande école scientifique (X, centrale…) sait ce que c’est de vraiment transpirer, au sens réel du terme, sur l’élaboration d’une solution à un problème posé.
 
Alors, tirer sur le trader avec l’artillerie lourde n’a aucun effet !
 
Ce qu’il faut, c’est frapper le trader là où ça fait mal.
 
Rendre son travail peu valorisant financièrement n’est pas du tout la solution. En effet, l’individu jouit pour le fun, pour la construction intellectuelle, pour la réussite de son modèle mathématique dans une stratégie donnée. Il jouit quand sa suite d’algorithmes tourne à la perfection sur le cas précis qui est sa cible. C’est pour cela que les banques les laissent tranquilles, jour et nuit, et que les hiérarchies leur laissent la bride sur le cou, sans trop savoir comment les profits arrivent. Même si de temps en temps, une fois par décennie, la perte, immense, est là. C’est le prix à payer ! Mais, qu’est-ce que 5 ou 10 milliards perdus par la planète financière, face aux centaines de milliards gagnés en quelques mois ?
 
Alors, que faire ? Et bien, comme pour les gosses, car tous les traders sont de grands gosses : il faut interdire, c’est-à-dire leur retirer leur jouet !
 
Interdire tous les instruments financiers… qui n’ont pas pour objet de couvrir les risques pour lesquels ils ont été créés initialement, notamment les risques de taux et de cours, liés à une réellement activité économique. Celle qui fonde toute économie de marché : produire, échanger et consommer.
 
Donc bannir les produits utilisés pour la spéculation et l’arbitrage. Comment ?
 
C’est assez simple, bien que coûteux.
 
Simple, car toutes les opérations financières sont, depuis le milieu des années 80, informatisées quand elles ressortent des marchés réglementés et aussi pour la quasi majorité des marchés de gré à gré, les fameux OTC (over the counter). De plus, tous les logiciels qui les traitent ont un chemin d’audit, obligatoire. Telle la traçabilité que l’on retrouve sur les produits alimentaires, notamment les viandes. Informatiquement parlant cela n’est pas compliqué. Les milliers d’informaticiens qui sont dans les banques et les sociétés de services sont habitués à ce type de conception et de réalisation.
 
Coûteux, car il s’agit de modifier plusieurs dizaines de milliers de programmes dans l’existant impacté.
 
Dans cette affaire, il faut juste que le régulateur et le politique décident de faire, pour que le problème soit réglé. Ou bien, de continuer à ne rien faire tout en ce lamentant chaque jour du désordre des marchés. Désordre spéculatif qui empêche, notamment, de refinancer la dette souveraine - un bien grand mot pour désigner un financement dont la souveraineté échappe à la nation - à un taux convenable.
 
Donc, c’est au politique, et à lui seul (malheureusement) que la décision appartient d’imposer ces modifications dans les systèmes d’information des banques CIB. Il peut aussi, malheureusement (encore) penser, en bon libéral, que le marché finira par s’autoréguler. Si c’est cela, gageons que le désordre n’est pas près de se terminer et qu’il va même s’amplifier car le trader, tout comme la nature, se nourrit des vides existant.
 
Rappelons encore, pour finir, que chaque jour qui passe, le trader se perfectionne, se sophistique et imagine de nouveaux instruments. D’abord à son service puis à celui de ses marchés. Nous avions déjà l’option de l’option, le swaption (l’option sur swap)… gageons que demain nos jeunes et fougueux traders nous inventent un nouveau produit dérivé qui ait pour sous-jacent le poids politique de chaque gouvernement souverain dans la future non-gouvernance financière du monde. La city de Londres, le temple du trading, semblerait y penser !
 
En tout état de cause, s’il y a aujourd’hui un pilote dans l’avion, c’est très sûrement un trader, avec comme co-pilote, le président de sa banque. Ce dernier n’ayant aucune commande fonctionnelle à sa disposition, sauf celle de décréter le taux marginal d’efficacité des capitaux confiés par ses actionnaires.
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • stephanemot stephanemot 17 mai 2010 10:49

    Non seulement il n’y a pas de pilote, mais en plus les instruments debloquent a fond les manettes - les economistes eux meme ont oublie leur metier, et les seuls experts reconnus etaient au mieux des matheux ignares / quants, au pire des escrocs.


    • ZEN ZEN 17 mai 2010 12:02

      Il faut que le métier de banquier redevienne ennuyeux


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 17 mai 2010 13:25

        Si les banquiers gouvernent, c’est uniquement parce que nous votons pour eux tous les jours avec nos cartes bancaires...dès qu’on en a conscience, on prend enfin la mesure de chacun de nos achats et une action personnelle simple peut tout changer. D’abord avec une banque éthique, et des consommations alternatives...


        • PhilVite PhilVite 17 mai 2010 13:56

          Dites, LSD (? !), si vous avez étudié le truc, qu’est-ce que vous conseillez comme banque éthique ?


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 17 mai 2010 15:33

          J’ai ouvert « max havelaar banque éthique » et le premier lien répond aux deux :
          http://www.vedura.fr/economie/investissement-ethique/banque-ethique Mais c’est juste un conseil, je ne suis pas payeur. Sinon, quelqu’un qui est affilié à la « nef » peut intervenir en ma faveur ? http://www.lanef.com/


        • ozopingu 17 mai 2010 16:03

          en suisse, il y a la Banque Alternative (mais attention, pas d’évasion, hein !)

          Sinon ce site en liste quelques unes : http://www.planetecologie.org/ENCYCLOPEDIE/EnvironQuotidien/9INVESTI/BAS.ht m



        • PhilVite PhilVite 17 mai 2010 19:50

          Merci pour vos liens, je m’en vais creuser le sujet...


        • herbe herbe 23 mai 2010 01:54

          Merci aussi pour les liens, c’est un vieux voeu d’avoir enfin des alternatives vertueuses ...


        • Cug Cug 17 mai 2010 18:55

          Les marchés sont devenus une économie parallèle comme l’argent de la drogue, du crime etc ...
          Et ils ne manquent pas de pilotes ... greed is good et la cupidité est éternelle.

          Le problème vient de la méconnaissance du public des marchés, de leurs fonctionnements et de ceux qui les dirigent.

          Si un « gangster » dirrige un casino cela ne choque plus personne, c’est de notoriété publique par contre il n’est pas encore majoritairement acquis que les marchés sont dirigés par des « bankster ».

          De plus, une personne qui passe son temps à vendre et acheter, à parier à la hausse et à la baisse, à prendre des assurances pour tout et sur tout ...
          que produit t’il ?
           RIEN.
          Il se sert simplement des outils mis à sa disposition, de ses informations pour jouer des coups gagnants ... comme au casino.


          • liberta 17 mai 2010 19:12

             
            je suis très étonnée qu’on semble découvrir que les états européens sont dirigés par les banksters !!!!
            Dès les années 80 il y eu un livre L’HORREUR ECONOMIQUE de Viviane Forester qui décrivait très bien l’apocalypse à venir

            Que des gens comme vous ou moi puisse s’étonner on peut comprendre, mais que des politiques fassent semblant de découvrir le phénomène, c’est vraiment nous prendre pour des imbéciles


            • diana25 25 mai 2010 17:38

              Bien dit !!!


            • Pierre Boisjoli Pierre Boisjoli 23 mai 2010 06:26

              La pègre a depuis longtemps investi la bourse. . . et elle joue avec des spécialistes des mathématiques pour prendre des positions destructrices de l’économie. En elle veut que le monde casse et les polticiens sont complices d’un laisser-faire qui nous mène à la catastrophe. IL faudra que les politiciens mettent leur culotte et fassent une purge pour bloquer ces ouvertures béantes dans les instruments financiers. Engella Merkel a déjà commencé à douter de l’efficacité des ventes à découvert. Elle veut les éliminer. C’est un bon début.
              Pierre Boisjoli
              le conseiller divin
              le seigneur des seigneurs
              le roi des rois
              le prince de la paix


              • fifilafiloche fifilafiloche 23 mai 2010 17:11

                Il y a bien un pilote dans l’avion.


                 Le problème c’est qu’au lieu de se concentrer sur son tableau de bord, il est sans cesse en train de demander aux passagers ce qu’il doit faire. C’est ainsi que se pilotent les démocraties représentatives. Et on ne peut piloter ou naviguer sans vérifier ses indicateurs ou on part en vrille. 

                Les taux d’intérêts réels négatifs, ce sont des choix de gouvernement, pas ceux des banques. Les bulles d’actifs, là aussi, des choix de société visant à encourager la consommation par l’effet de richesse. Il faut donner au peuple du pain et des jeux, faire croire béatement au miracle de la multiplication des pains. Sauf que dans le monde réel, il faut de la farine, du levain ET du travail, pour le produire, ce pain.

                Le problème c est avant tout la virtualité de notre environnement qui fait croire aux miracles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès