Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Marseille : capitale de la contrefaçon

Marseille : capitale de la contrefaçon

Faux permis de conduire, faux papiers, faux téléphones, fausses pièces automobiles, faux billets, faux Dolce&Gabbana, faux médicaments, fausses cigarettes, Marseille est la Mecque de la contrefaçon en raison de son port.

À tel point que le deuxième plus gros cabinet spécialisé dans la propriété intellectuelle et la contrefaçon vient d’ouvrir une antenne à Marseille pour protéger les entreprises marseillaises.

En octobre dernier, les douanes saisissaient 133 000 accessoires de téléphonie mobile contrefaits dans un container en transit sur le port autonome de Marseille à destination de l’Algérie. Belle prise qui constitue un des records en France (fier d’être marseillais !!).

L’industrie textile est toujours « la plus touchée » par la contrefaçon en France avec plus du quart des saisies effectuées par les douanes soit 33 % d’entre elles (sur un total de 18 520 infractions) tandis que le nombre de fausses pièces automobiles explose dans le monde (+558 % de saisie !), rapporte une étude « multi-sources » de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

Les produits textiles sont les plus importants (18 % sur 1,1 million d’articles saisis en 2010), suivis des produits de soins corporels (13 %), de la maroquinerie, des bijoux et des montres (11 %). Plus de la moitié des produits saisis vient d’Asie, la plupart de Chine mais cela tend à décroître car, capitalisme oblige, les Chinois en ont marre de leur « mauvaise réputation » qui a fait fuir Zara qui est retourné produire en Europe car ils en avaient assez de voir toutes leurs créations copiées.

Mais il n’y a pas que les fringues… Rétroviseurs, jantes, morceaux de carrosserie, et même des pare-brises… Au total, plus de 14 800 pièces automobiles contrefaites ont été saisies aux frontières françaises en 2010. La hausse est spectaculaire par rapport à l’année précédente : +558 %. Ces pièces détachées sont produites pour la plupart en… Chine. Est-ce qu’on copie leurs Nems, nous ?

Chose grave à Marseille : même le savon de Marseille est copié avec un système de double production – un véritable, cher, avec peu de marge pour le fabricant. Un faux, fabriqué avec du savon de Malaisie et d’Indonésie, pas cher mais avec une grosse marge pour le même fabricant.

Rencontre avec le Sherlock Holmes de la contrefaçon qui débarque à Marseille pour aider les entreprises à se protéger des bandits et même de contribuer à les arrêter…

Pour voir le reportage, cliquez ici.

François Montréal - News of Marseille


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • jef88 jef88 19 juillet 2011 11:54

    la contrefaçon ?
    Quelle (belle) blague !!!!!

    1 - Dans le cadre de notre chère (trés chère) mondialisation les grandes marques délocalisent leur production...
    2 - Des ateliers anonymes et bon marchés réalisent cette production avec un bénéfice étriqué
    3 - Ils ont une idée : vendre les mêmes produits sur un marché illégal et paralléle pour faire une belle grosse marge

    Ou est la contrefaçon ?
    N’y aurait il pas une escroquerie de nos grandes marques ?


    • Piotrek Piotrek 19 juillet 2011 12:35

      Consommer de la contrefacon peut avoir l’air ridicule ?

      C’est une question de sytème de valeurs.

      Les grandes marques vendent deux choses : du rêve et de la qualité. Quand on a aucun espoir d’acheter la qualité (900 Euros la paire de lunettes), le rêve reste la seule alternative. Cependant le consomateur qui en a les moyens est prêt a surpayer le reve sous le pretexte de la qualité.

      Consommer du rêve par le matérialiste c’est ca qui est ridicule finalement
      . Cela saute aux yeux lorsque l’on voit le visage du conducteur de Bentley passer à cote d’un SDF


    • Fergus Fergus 19 juillet 2011 13:46

      Bonjour, Piotrek.

      Acheter du faux rêve, du rêve de pacotille, relève d’un terrible manque de personnalité. L’achat de contrefaçons est fils de la dictature des modes et du « paraître », bref une négation de son propre ego.


    • Piotrek Piotrek 19 juillet 2011 13:58

      Oui, mais entre acheter du faux et du vrai rêve, ce n’est qu’une question de budget, pas de personnalité.


    • Fergus Fergus 19 juillet 2011 17:30

      @ Piotrek.

      Question de budget, certes, entre l’achat du vrai et celui du faux. Mais le même manque de personnalité chez les bourgeois du 16e et les modestes employés qui cèdent de la même manière à la dictature des modes.


    • Rough 19 juillet 2011 12:47

      @l’auteur....

      Vous avez oublié un des secteurs où la contrefaçon est la plus florissante, c’est celui de la citoyenneté française....Dans certains quartiers de Marseille le taux de contrefaçon dépasse les 75%....


      • Piotrek Piotrek 19 juillet 2011 14:14

        La définition et les conditions de la nationalité française sont le résultat d’un processus, d’une réflexion à travers l’histoire et les homme qui ont fait la France, cela a abouti au code civil français

        Et vous vous déboulez sûr de vous avec votre char et votre définition du français glanée au bistro du coin... vous croyez qu’on va vous prendre au sérieux ?

        C’est quoi votre définition du Francais ? Qu’on rigole encore un peu


      • Piotrek Piotrek 19 juillet 2011 19:17

        Ha si le char me plait vraiement, ca me serait utile à Athènes ces temps ci. Mais bon j’ai pas les moyens

        On est Français par le sang donné ou par le sang versé.

        Argh, encore un pôete.

        Sang versé, pas de problèmes. Mais sang donné, c’est pas réaliste, vous faites comment ? Avec l’ADN ?


      • Fergus Fergus 19 juillet 2011 13:43

        Bonjour à tous.

        Marseille, c’est aussi de faux combats syndicaux, de fausses actions sociales, etc... Et pourtant cette ville reste attachante malgré tout.


        • asterix asterix 19 juillet 2011 14:03

          Si la contrefaçon était d’une qualité égale à l’original, il n’y aurait pas trop à redire.
          Donnez-moi la différence entre un pull ADIDAS fabriqué en Chine par les sous-traitants d’ADIDAS et le même produit toujours fabriqué par les sous-traitants d’ADIDAS mais sans le consentement de ce dernier ?
          Réponse : la valeur ( énorme ! ) de la plus-value qu’en retire la marque déposée ADIDAS... Dépecer une société fabricante en délocalisant la production ailleurs, une malhonnëteté typiquement capitaliste, Tapie l’a remarquablement mise en application. Faites votre propre procès : c’est vous et personne d’autre qui payez de vos deniers le désir, fabriqué lui aussi, de vous promener estampillé ADIDAS, sans plus.
          Franchement, c’est d’un commun... 
          En revanche et, pour une fois, je suis d’accord avec la fondation Chirac, le trafic de faux médicaments - à ne pas confondre avec les produits génériques qui devraient être encouragés dans un délai bien plus court — est une honte qui touche de plein fouet le tiers-monde. De même pour toutes les copies, y compris de pièces d’avion, qui mettent en danger le facteur sécurité.
          Un pronostic pour le futur : la contrefaçon va faire un bond énorme en Europe dès que les Chinois auront fini la construction du nouveau port du Pirée !
          Un jour, nous nous promènerons tous engoncés dans un uniforme ADIDAS...
          Marseille et la Marseillaise auront alors vécu et ne renaîtront plus jamais.
          Vu l’état de déliquescence de notre société, je me demande s’il s’agira d’un mal...


          • LE CHAT LE CHAT 19 juillet 2011 15:22

            m^mes les socialistes du coin ne le sont plus depuis longtemps !  smiley


            • TSS 19 juillet 2011 18:26

              @ l’auteur

              Vous devriez aller faire un tour à Vintimille !!

              personnellement je me suis baladé il y a une quinzaine ,cours Belzunce, ça ne me derange

              pas plus que ça... !!


              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 19 juillet 2011 20:11

                a force de délocaliser pour tirer les prix vers le bas, quand les pays producteurs se sont rendus compte qu’à l’autre bout du monde leurs produits achetés 1$ se vendaient 20$ ouplus, ils on fini par vouloir palper la différence. résultat, on se retrouve maintenant avec des faux produits pour le prix des vrais, la qualité en moins, et maintenant nos pouvoir d’achats vont s’aligner vu qu’on a plus de boulot à pôme emploi...tout ça pour ça.... ! ...pour les babioles aux chinois !


                • suumcuique suumcuique 20 juillet 2011 20:31

                  les Chinois en ont marre de leur « mauvaise réputation » qui a fait fuir Zara qui est retourné produire en Europe car ils en avaient assez de voir toutes leurs créations copiées.

                  Ils ont relocalisé avant tout parce qu’ils n’étaient pas satisfaits de la manière dont leurs produits étaient fabriqués en Asie. D’autres marques de luxe, après avoir délocalisé au début des années 2000, sont en train de relocaliser pour la même raison. Quand un type paie un costume ne serait-ce que 1500 euros, il est en effet en droit de s’attendre à ce que les coutures ne lâchent pas au bout de trois semaines.

                  Le savoir-faire a toujours été et sera toujours européen.


                  • Marco07 20 juillet 2011 21:11

                    Je pense que la qualité d’un produit est largement influencé par les conditions de travail des ouvriers, la qualité des matières premières et l’exigence de l’entreprise. La question géographique n’a rien à voir là dedans.


                    Après on peut acheter des appareils de qualité en Chine à des vrais entreprises chinoises qui font du bon produit -pas de la copie ou du low cost- pour un peu moins cher que ceux vendu sur le territoire Français (ou plutôt importé) qui viennent de là bas.
                    (j’en ai fait l’expérience plusieurs fois, les produits pas cher resteront des produits pas cher, par contre dès qu’on y met le prix on a du bon matériel)

                    C’est toujours le même problème : $/€. J’exploite le fait de pouvoir acheter sans frais de douane, comme tout le monde en ce moment, mais ces frontières passoires, c’est vraiment se tirer une balle dans le pied.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

NewsofMarseille

NewsofMarseille
Voir ses articles







Palmarès