Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Mat à tous les coups

Mat à tous les coups

La Réserve fédérale américaine réduira encore ses taux mercredi 30 janvier de 0,5 points de base. Ainsi, après le mouvement de baisse surprise de la semaine dernière, cette nouvelle baisse de mercredi ramènera les taux américains à 3,5 %. Au total, la politique monétaire américaine aura connu un assouplissement de 225 points depuis cet été !

La réduction d’un trois quarts de point de la semaine dernière est tout à fait exceptionnelle car il s’agit de la plus forte baisse de taux ponctuelle depuis le Krach boursier de 1987. Ce mouvement semble si disproportionné qu’il risque à lui seul de semer un grand trouble dans un marché qui se demande si la situation n’est - tout compte fait - pas encore plus grave qu’il le pensait.

Y aurait-il une menace supplémentaire connue de la seule banque centrale américaine ? En effet, cette baisse massive de 0,75 % de la semaine dernière ainsi que celle du 30 janvier à venir démontrent au mieux une fébrilité, au pire une panique s’étant emparée de la Fed... Ces baisses de taux auraient-elles pour seul objectif de ménager la "psychologie" des marchés ? ... tant il est vrai que ce n’est pas cette série de baisses qui aidera l’économie réelle. C’est la déconfiture du marché immobilier qui a précipité les tourmentes financières et boursières.

Ce marché est dans l’oeil du cyclone, mais l’immobilier n’a plus besoin de baisses de taux d’intérêts, il a besoin de temps ! La politique monétaire ne peut rien contre l’accumulation actuelle des maisons et résidences qui se traduira nécessairement par une baisse supplémentaire des prix de l’immobilier du fait du jeu basique de l’offre et de la demande. Du reste, le président de la Fed, M. Bernanke, en plaidant vigoureusement pour un stimulus fiscal, reconnaît implicitement que ces baisses de taux n’auront qu’un impact limité. Par ailleurs, en dépit de ses déclarations d’intention affichant sa détermination à agir de manière "décisive" si nécessaire, la Réserve fédérale semble passer à côté - ou nier ? - le vrai problème. Effectivement, c’est tout d’abord la solvabilité des institutions financières qui est menacée et ce n’est pas par des injections répétitives - même massives - de capitaux que ce problème sera réglé. Car ces institutions disposent encore au sein de leurs portefeuilles de quantités gigantesques de produits dérivés et d’opérations à leviers importants et nul ne sait quand - et à quels prix et avec quels risques - ces opérations pourront être dénouées...

La Fed aurait-elle connaissance d’une bombe à retardement insoupçonnée du marché ? Toujours est-il que la baisse du 30 janvier ne fera qu’exacerber la volatilité et la tension extrêmes des marchés. Pourquoi cela ? En cas de baisse de 0,5 %, l’ensemble du marché pensera effectivement que la situation est suffisamment grave pour avoir occasionné une réduction de 1,25 % des taux américains en une semaine.

En revanche, la situation serait encore pire si aucune baisse ne devait intervenir ce mercredi car le marché ne comprendrait pas que la banque centrale américaine n’ait pas pu attendre une semaine pour remanier sa politique monétaire et dans le cadre d’une réunion habituelle car la baisse de la semaine dernière s’est décidée à l’issue d’une conférence téléphonique des directeurs de la Fed. Ainsi, dans les deux cas de figure, les augures sont pessimistes dans un jeu où il semble bien que la Fed soit certaine de perdre à tous les coups.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 29 janvier 2008 12:16

    Excat. C’est la panique. La Fed vient de tirer sa dernière cartouche sans effet. Il n’y a plus aucun remède au krach. Le sol se dérobe sous nos pieds. Plus rien ne peut maintenant arrêter une déflation massive de tous les actifs.


    • Patience Patience 29 janvier 2008 12:19

      Je crains surtout que ces remédes de cheval soient pires que le mal.

      C’est étrange comme les marchés en sont réduits à dépendre des interventions de l’Etat. On baisse les taux, ce qui fait que tout le monde va payer la casse en supportant les inévitables bouffées d’inflation. La zone euro n’en est pas encore là. Trichet tiens bon !

      Où est passée la main invisible, la fée régulatrice du capitalisme ?


      • riri 29 janvier 2008 13:09

        La fée régulatrice est toujours là, mais on préfère agir à sa place pour tenter d’adoucir la nécessaire correction.

        La fée ne prend pas de gants. Elle sabre, détruit et disloque rapidement avant que du champs de ruine, n’émerge une nouvelle donne.

        Mais notre époque supporte mal les remèdes énergiques. Le mal durera donc très longtemps.


      • Patience Patience 29 janvier 2008 13:30

        Bien, bien !

        Mais pour quelqu’un, qui comme moi, n’a jamais misé une thune en bourse, il serait préférable que la purge ne soit prescrite qu’aux malades.

        Ces corrections "en douceur" ressemblent à des punitions collectives.

         

         


      • Daniel Roux Daniel R 29 janvier 2008 15:32

        La baisse des taux est peut-être destinée à diminuer le nombre des faillites personnelles. D’autant que ce nombre est l’un des indicateurs surveillés de près par les marchés.

        Aux USA, les prêts sont régulièrement re-négociés entre les créanciers et leurs débiteurs. Les nouveaux taux sont calculés par rapport aux taux directeurs de la Banque centrale.

        Sinon, n’oublions pas que la recession menace et que la baisse des taux pourrait amortir le choc en provoquant des achats anticipés dans l’immobiliers, l’automobiles et autres biens.


        • geko 29 janvier 2008 17:28

          Vous êtes en train de nous dire qu’il serait bon de sortir nos économies des banques ?


          • Forest Ent Forest Ent 29 janvier 2008 17:37

            Elles sont garanties par l’Etat jusqu’à je crois environ 50 000€.


          • geko 29 janvier 2008 17:56

            Forest ma confiance en l’Etat est à peu près la même que pour l’horoscope


          • Forest Ent Forest Ent 29 janvier 2008 21:53

            Je sais, c’est le "choc de confiance". smiley

            Alors convertissez-les en billets de loterie. Tant qu’à spéculer, ce n’est peut-être pas le pire. Ou mieux encore : achetez plein de dispositifs électroniques avec une mémoire dedans. Je pressens une forte augmentation des taxes sur les RAM, HD, baladeurs, téléphones, appareils photo, PDA, sèche-cheveux, ... Ca se revendra bien.


          • Gandalf Tzecoatl 29 janvier 2008 19:04

            La Fed est fidèle à sa politique anti-inflation pro-croissance.

            On peut encenser la politique de la BCE, nos 5 millions de chômeurs lui disent merci.


            • geko 29 janvier 2008 20:02

              Excusez moi Tzecoalt j’ai un doute sur le calcul de l’inflation, quand l’INSEE donne 1,5%, ou on ne vit pas dans le même monde.


            • Gandalf Tzecoatl 29 janvier 2008 21:43

              C’est entre les chiffres de l’INSEE et des assos de consommateurs.

              Comme si ne rien faire rapportait quelquechose, sans blague.


            • Petrus 30 janvier 2008 15:25

               

              Cet article a le mérite de mettre au clair un sentiment confu.

              Certains parlent aussi de la théorie du presse-livre : 2 machoires qui se resserrent. La fed baisse les taux, la machoire de droite avance ; la fed ne baisse pas les taux, la machine de gauche avance. Entre les machoires, c’est broyé.

              J’ai lu quelquepart (il faudrait retrouver les chiffres exacts), que la masse monétaire engendrée par la bulle du crédit représente 20 à 30 fois la valeur réelle des titres.

              Cette masse est en train de se faire broyer par les machoires : les élastiques qui les gardaient écartées sont rompus.

              Apparement, personne ne trouve le Bouton (sic) d’arrêt de ce mécanisme.

               

               


              • fourminus fourminus 31 janvier 2008 21:17

                Le plafond de garantie semble etre de 70000 euros

                http://www.banque-france.fr/fr/supervi/regle_bafi/comment/regle4.htm

                (putain pour une fois que je peux reprendre Forrest !!!!!)


                • Patience Patience 3 février 2008 01:10

                  Vous avez raison.

                  Forest est un peu une référence sur ce site. Je suis toujours en phase avec ses commentaires.

                  Ca devient inquiétant. Pourquoi n’est-il pas à l’Elysée, à la place du Guignol ?

                  J’écris ça et je suis sérieux.

                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès