Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Medef’s To-Do list

Medef’s To-Do list

Vous en penserez ce que vous voudrez, mais Laurence a toujours de sacrées idées. Sur la crise, pas trop, certes. Vous avez remarqué son silence « sidéral », comme dirait Fillon. Peut-être nous dira-t-elle deux mots sur Monsieur Daniel Bouton démissionné de la Société Générale « sans indemnités » mais avec 730 000 euros de pension annuelle, reportable sur son épouse ? Peut-être.

Mais aujourd’hui, nous partirons de cette lumineuse idée, émise lors du Point presse de Laurence Parisot - 21/04/2009, qui commence par deux « une fois n’est pas coutume » , nous intrigue avec ce que Laurence appelle des « micros signes positifs » (« je pense que j’ai été la première à dire qu’il y avait aujourd’hui des micros signes positifs », dit-elle) et qui nous lance sur la piste de la « To-Do list », au moment où elle aborde l’actualité sociale en commentant une lettre du premier ministre qu’elle aurait reçu la « la semaine dernière ».

Cette lettre lui « convient très bien ». Et c’est à partir de là que soudain, elle se dit : bon dieu mais c’est bien sûr, « mettons nous maintenant au travail » ! Et de rajouter (25ème paragraphe de l’intervention, « Actualité sociale » : « Je crois que ce que nous avons à faire tout simplement, c’est une « to-do-list » de ce qu’il faut faire et un agenda à mettre en face de cette « to-do-list ». Dans cette « to-do-list », il peut y avoir à la fois des groupes de travail pour établir des diagnostics, des groupes un peu plus élaborés pour ouvrir des vraies délibérations sociales, voire, si on considère que cela est possible, engager, sur certains sujets, des négociations. Je pense aussi que, dans cette réunion de « to-do-list », on peut rajouter des points… ».

Le mot est lâché. Anglo-saxon, bien entendu, puisque le Medef aime carburer à l’anglais, comme il nous le montrait lors d’une convention le 9 février 2009, dissertant sur son « lobbying » « ready for the future », son « live twitting », sur l’ebook, et l’épanouissement de ses « managers » dans des « business cocktail »

Le 21 avril 2009, Laurence n’échappa pas à cette tendance rock and roll pour « squeezer », faire lancer le premier « chart  » (et non le premier graphique) sur des indicateurs qu’elle qualifie de « très américain ».

Et puis, la « to-do list » arriva.

C’est quoi, la « to-do list » ?

C’est un truc, une méthode pour ceux qui, ayant l’impression de n’avoir pas assez de temps, veulent le gérer et en avoir plus pour les activités qui les intéresse… accomplir le maximum de tâches chaque jour, car tout mémoriser n’est pas possible et ne rien oublier bien plus productif. Mais alors, faudrait-il croire que Laurence Parisot et les partenaires sociaux ont la mémoire qui flanche ou qu’ils ne travaillent pas assez ? Ou que ce qui les intéresse serait d’une autre nature ? Allez savoir.

Le principe étant supposé adopté, allons à l’essentiel : post-it, calendrier, ou version informatique ? Web ou papier crayon ? Voilà ce qui doit préoccuper Laurence. Et je la comprends. Les partenaires sociaux et elle, chaque nuit avant de dormir, pourront noter les tâches qu’ils auront à faire le lendemain ou un autre jour. S’ils sont osés, ils iront jusqu’à assigner une priorité à chaque point de la liste. C’est fort.

Le débat est lancé, et deviendra sujet de société : papier ou électronique ? C’est la nuit qu’on va gérer nos journées. Mais attention au BlackBerry ou au Palm qui tombe en panne le jour ! Et puis, prudence, on ne peut pas toujours en rajouter, des choses à faire. Quoi que ! Car si un point du « to-do it » est coché, de la place est libérée pour y marquer un nouvelle…Entre gens débordés, faut gérer les priorités.

Je vous aide encore un peu avant d’investir ?

. Côté logiciels, ThinkingRock serait the king. C’est logique, il est développé en anglais, application java et tout et tout, « application portable basée sur GTD , nouvelle version basée sur la plate-forme NetBeans (pour pouvoir intégrer de nouveaux modules ».

 

Vous ne connaissez pas la méthode GTD ? N’importe quoi ! «  Il s’agit d’une méthode destinée à s’organiser au mieux dans les tâches qu’on nous assigne ou qu’on s’assigne. Il s’agit essentiellement d’une formalisation des techniques de bon sens qu’on finit inévitablement par adopter après avoir essayé toutes les fausses bonnes idées. »

Vous avez tout compris ? Moi non plus. Retenons simplement qu’on peut ainsi mettre des idées au frais et les faire réapparaître. Elle est forte, Laurence.

Pour guider votre choix, si vous êtes partenaire social ou adhérent du Medef, permettez encore cette remarque : on peut parfumer son to-do list papier, même s’il s’agit d’une liste à la Prévert, mais pas la version informatique.

 

Bon, allez, je vous quitte. Marcel qui est un des 3000 nouveaux chômeurs/jour en France, m’a demandé, -à cause d’un « chart  » à Laurence qui lui redonne « un peu de baume au cœur » en montrant que « l’évolution du ratio stocks sur chiffre d’affaires » est frémissante- de regarder avec lui « l’évolution de l’indice boursier agrégé des 39 principales places boursières du monde  ». Pour placer son pognon. Comme Bouton de la Société Générale.

Comme ils disent, il y a "des micros signes positifs … et… quelques indicateurs rassurants. »

Et alors, je vais cocher la case de la ligne correspondante de la to-do list. Fait. Ouf !

Vous voyez bien que c’est utile, un point presse !


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • zeus_90 30 avril 2009 14:43

    Si Mme Parisot se sent tant d’affinité avec la langue Anglo-saxonne, grand bien lui fasse. Qu’elle disparaisse a jamais dans l’un des ces pays et qu’elle nous foute la paix avec son arogance et son mépris.
    Cette pauvre hère n’est que la vitrine, peu reluisante d’ailleurs, des barons de notre cher CAC 40. Ces « patrons » qui jouent aux chaises musicales en prenant des millions d’euros au passage, qui affichent un mépris total de leurs employés et qui nous font croire que « leurs » entreprises ne va pas bien... On les plaindraient presque !!!
    Ce MEDEF déjà gratiné avec le Baron avec ses déclarations a l’emporte pièce, se voit sévèrement discrédité médiatiquement par le personnage deshummanisé qu’est cette dame. Vivement un changement et plus d’hummanité avec la « France d’en bas ».




    • JahRaph JahRaph 30 avril 2009 15:07

      @l’auteur : excellent article sur la vacuité de notre Parisot nationale... Avec elle pour le MEDEF, et Christine Lagarde à Bercy, on est vraiment bien barré....

      Vivement le ramaniement de 2012 (pour Lagarde)... Par contre pour un remaniement à la tête du MEDEF, j’ai bien peur qu’il faille attendre plus longtemps......


      • Marsupilami Marsupilami 30 avril 2009 15:15

        @ Raphaël

        Excellent article, pas tout doux avec la mégère du Medef. Il faut manifester en engliche demain, avec des slogans post-révolutionnaires du genre « All together, all together, yeah, yeah ! ». Tous ensemble pourquoi ? Euh, répétons tous ensemble : « All together, all together, yeah, yeah ! ».


        • Raphael JORNET Raphael JORNET 30 avril 2009 23:50

          Yes, merci, Marsupilami... mais demain, je mettrai une cagoule sur la tête... l’ouverture est large et permettra de gueuler !...


        • Marianne Marianne 30 avril 2009 15:17

          730.000 € de retraite par an pour Bouton (PDG Société Générale),

          8.400 €, moyenne d’un revenu perçu par un « bénéficaire » des minimas sociaux en France (et on ne vous parle pas de sa retraite !)

          Cherchez l’erreur ! 

          http://www.inegalites.fr/spip.php?page=article&id_article=444
           
          3 494 100 d’allocataires des minimas sociaux
          + 2.448 200 chômeurs indemnisés

          =

          5. 942 300 personnes !

          + les retraites minables de ceux qui ont bossé route leur vie...................

           On continue dans la même direction ?


          • Serge Serge 30 avril 2009 15:39

            Comme elle n’a rien à dire de concret sur « une issue à la crise » elle use et abuse du verbiage et d’ un vocabulaire hermétique et obscur pour « noyer le poisson. »
            Cela se nomme aussi « discuter du sexe des anges. »
            Mais je vous conseille la lecture de deux revues ; « Capital » No 212 mai 2009 et le « Financial Times » du 14 avril où l’on parle concret et « gros sous » !

            1) « Capital » révèle la face cachée des discours de Parisot,Lagarde,Sarkozy et de tous les godillots de l’UMP, ainsi que des médias aux ordres, sur les « grands sacrifices » des patrons en cette période de crise en matière de rémunérations !
            pages 38/39...H. de Castries,président dudirectoire d’AXA annonce une diminution de 800 000 euros de son bonus mais oublie de préciser qu’il a bénéficié de stock-options valorisées à 1,2 millions d’euros !!! D.Kessler,Pdg de Scor,annonce que son « variable » a baissé de 200 000 euros mais ne dit pas que son fixe a augmenté de...200 000 euros !!! A.Dinin,Pdg de Nexity,abandonne une prime de 1,2 millions d’euros mais omet de dire qu’il va empocher des dividendes pour...3 millions d’euros !!! etc...etc...
            Comble du cynisme on apprend que les discussions au sein des comités de rémunérations sont « classées secret défense. »
            Mme Parisot...vite...vite...brandissez votre « charte éthique » pour conjurer ces révélations !!!

            2) Dans « Le Financial Times » du 14 avril C.Ghosn,Pdg de Renault ,déclare :

            Avec la crise « nous pouvons faire des choses que nous n’aurions jamais pu faire il y a quelques années » comme...« la réduction du temps de travail » et « la baisse des salaires. »
            Un certain calife n’a t’il pas dit : « Travailler plus pour gagner plus. » ???

            Enfin,à ceux qui nous ont seriné que la lutte des classes était obsolète,dépassée,archaïque,ringarde, et j’en passe...voici ce qu’en dit le milliardaires américain W.Buffet,2ème fortune mondiale avec 37 milliards de dollars au classement Forbès :

             « LA GUERRE DES CLASSES EXISTE,C’EST UN FAIT,mais c’est la mienne ,LA CLASSE DES RICHES,qui mène cette guerre et nous sommes entrain de la remporter. »

            Sans autre commentaire !!!


            • Yohan Yohan 30 avril 2009 19:17

              To do list ? Ils se fichent de qui au MEDEF ?, ils réinventent le fil à couper le beurre grand breton. Ma moitié fait depuis belle lurette ses « to do list » notamment pour faire ses courses à Franprix....et beurrer nos propres tartines


              • maharadh maharadh 30 avril 2009 19:59

                Surtout qu’elle oublie Mme Parisot de dire qu’elle émarge à une dizaine de sociétés dont Les CA et les jetons de présence valent de l’or !

                Se coucher plus tard pour gagner plus ?


                • chmoll chmoll 4 mai 2009 09:46

                  Monsieur Daniel Bouton démissionné de la Société Générale « sans indemnités » mais avec 730 000 euros de pension annuelle, reportable sur son épouse ? Peut-être.

                  comment ça ?? mais je suis outrée !!! scandalisée !!! j’vais dire à MR bouton de se regarder dans une glace pour le punir

                  à bétot dans la suite des aventures de madame cinéma

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès