Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Menteurs, voleurs, tricheurs : tout est bon pour les voyous de la dette (...)

Menteurs, voleurs, tricheurs : tout est bon pour les voyous de la dette !

C’est le 3 janvier 1973 que la France adopte la loi Pompidou-Giscard d’Estaing lui interdisant d'emprunter à la Banque de France et l'obligeant à le faire auprès des banques privées avec intérêts. C’est le début de l'ère de la dette. Les marchés ont donc la clé du financement des États.
 
Cette privatisation du crédit public est inscrite dans les textes européens à l’article 104 du traité de Maastricht : « Il est interdit à la BCE et aux autres banques centrales des états membres, ci-après dénommées -banques centrales nationales- d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des Etats membres ; l’acquisition directe auprès d’eux par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite ».
 
Ainsi, les Etats sont à la botte des banques privées et depuis, l’addition est plutôt lourde !
 
L’ouvrage de Holbecq et Deruder « La dette publique, une affaire rentable »[1] nous renseigne. On y apprend « qu’au total entre les années 1980 et la fin de l’année 2006, nous avons payé 1 142 milliards d’euros d’intérêts ». C’était en 2006 ! Aujourd’hui cela dépasse les 1300 milliards.
 
Les auteurs expliquent que « si nous n’avions pas emprunté ces sommes sur les marchés monétaires, c'est-à-dire si nous avions pu créer notre monnaie comme avant, […] la dette qui était de 229 milliards d’euros au début 1980 serait inexistante aujourd’hui ».
 
Avec l’équipe Sarkozy entre 2002 et 2010 le déficit de la France est passé de 851 milliards d’euros à 1591 milliards, soit une hausse de 87% ce qui permet aux détenteurs de la dette[2] , « les amis de l’équipe », d’encaisser quelques 50 milliards d’intérêts par an. Il suffit pour enrichir encore davantage les amis des amis que la note d’un pays soit dégradée par d’autres amis pour que les taux d’intérêts augmentent, aggravent encore davantage la dette du pays et augmentent en conséquence le bénéfice des préteurs.
 
C’est pour payer ces intérêts que les gouvernements d’Europe et les partisans du libéralisme débridé demandent aux peuples de se serrer la ceinture.
 
Les « économistes atterrés » expliquent qu’il s’agit d’un mécanisme de transfert de richesses des contribuables ordinaires vers les rentiers. Ces politiques fiscales « anti-redistributives » ont donc aggravé à la fois et les inégalités sociales et les déficits publics.
 
Comme l’ont bien montré Bruno Tinel et Franck Van de Velde, « le conflit générationnel opportunément mis en avant sur le mode bêlant de « la dette que nous allons léguer à nos enfants » a surtout pour fonction de masquer le conflit fondamental entre les moins riches, qui, par leurs impôts, payent le service de la dette, et les plus riches, qui en détiennent les titres. »[3]
 
Le temps est venu de ne plus applaudir et de libérer le monde de ces prédateurs et de tous ceux qui les soutiennent ! L’homme politique doit être clair et loyal pour être respecté ! (Ils ne sont pas tous comme Sarkozy et ses amis)
Il doit s’engager pour redonner le droit des Etats d’emprunter directement auprès de la banque centrale, soit par l’Europe, soit directement en dénonçant les traités qui interdisent cela !
 
Préparez le programme ! Je prépare le bulletin. Si ce dernier ne peut s’exprimer, la démocratie sera balayée !


[1] André-Jacques Holbecq se dit être un « économiste citoyen » et Pierre Derudder était chef d’entreprise et consacre ses recherches pour mettre l’économie et l’argent au service de l’homme. « La dette publique une affaire rentable » - Editions Yves Michel 2008 - préface d’Etienne Chouard 
[2] 62 % de la dette de l’Etat est détenue par des non-résidents, c’est à dire des entités financières (Etats, fonds, banques, etc.) ne résidant pas ‘fiscalement’ en France.
[3] Bruno Tinel - Maître de conférences à l’université Paris-I (Panthéon-Sorbonne) Franck Van de Velde - Maître de conférences à l’université de sciences et de technologie Lille-I « Le Monde Diplomatique » – juillet 2008

Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (107 votes)




Réagissez à l'article

96 réactions à cet article    


  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 12 août 2011 10:11

    Tout à fait d’accord sur le constat. La question c’est quel sera le chemin de la reconquête de souveraineté sur la monnaie ?
    Vous croyez encore aux élections ? J’avoue avoir des doutes.
    Vous ne pensez pas que les politiciens sont déjà clairs et loyaux ? Ils sont clairs car ils parlent la langue de bois qui nécessite juste une poignée de neurones (pour être comprise) et ils sont loyaux au sens où ce sont des marionnettes qui ne risquent pas de mordre la main qui les nourrit.
    Dès lors, concrètement, qu’espérez-vous ?

    PS : (échange de bons procédés) : pour une réflexion sur la situation présente sous le rapport de la dette et de la monnaie, voir ici ma tentative pour clarifier ma pensée par l’écrit et la confrontation à l’intelligence du collectif (d’Agoravox)...


    • Garnier Denis Gardarist 12 août 2011 11:10

      Le chemin ne peut être que politique, mais, pour l’instant, il n’est pas encore tracé. J’ai bien aimé l’article de médiapart « Contre la dictature financière, la révolte nécessaire » . C’est un appel d’Edwy Plenel à la construction d’une sorte de « front populaire » pour combattre cette dictature. La prise de conscience du plus grand nombre est indispensable et votre article (excellent) comme le mien (plus modestement) servent cette indispensable émancipation des idées toutes faites. Chacun doit comprendre que des efforts sont nécessaires pour comprendre le monde tel qu’il est. Il faut lire, que ce soit sur internet ou par les traditionnels livres. Le savoir est une longue construction qu’il faut savoir transmettre en des termes accessibles. Ce n’est pas toujours facile, mais il faut essayer. C’est la seule manière de pouvoir exercer sa liberté et de sauver l’intelligence de l’homme et par là même, la démocratie. Votre article est bien plus pessimiste que je ne le suis, peut-être parce que l’expérience et le souvenir de la guerre devrait réveiller le bon sens politique auquel je crois. Résister libre pour créer ce front populaire, là est la voie !


    • Paolini Paolini 12 août 2011 11:22

      @salvator

      « ce sont des marionnettes »

      Tout à fait. 
      Les politiciens travaillent pour les banksters ; c’est pourtant tout à fait évident pour ceux qui se donnent la peine de creuser un peu afin de découvrir ce qui se passe sous la surface.

      ps : j’ai beaucoup apprécié votre article Weimar 2.0

    • Philodeme Philodeme 12 août 2011 12:06

      à Gardarist

      Le Front populaire s’appuyait électoralement sur le « monde » des ouvriers et des employés qui était représenté par les partis dits de gauche aux élections (réservées aux mâles d’ailleurs).

      Actuellement ces électeurs sont en grande partie représentés par le FN.


    • xray 12 août 2011 15:27


      Le capital de la Dette publique est contrôlé par ceux qui vivent de la misère qu’ils produisent. 

      Pour la France, le capital de la Dette publique, c’est 6 fois le budget net de l’État.

      La loi 1905 (France) La première grande imposture du 20 ième siècle. 
      http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2008/05/06/moralistes-par-devant-sans-scrupule-par-derriere.html



    • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 12 août 2011 15:58

      Actuellement ces électeurs sont en grande partie représentés par le FN.


      Faudrait pas exagerer tout de même,même quand on extrapole en parlant 25% des votants,des sondés ou autre ça ne fait pas « une grande partie » des employés,ouvriers etc.
      Le probleme c’est justement qu’aujourd’hui les employés et les ouvriers sont eparpillé dans tout le spectre politique,on trouve même des smicards à l’UMP c’est dire.Belle victoire des olligarques dans le diviser pour mieux regner.En erigeant les problemes de societé au dessus des problemes economiques dans les debats politiques ils ont reussit à creuser un fossé entre français de la meme classe.Pas folles les guepes


    • Philodeme Philodeme 12 août 2011 16:36

      j’ai dit « représentés » par le FN qui a repris largement les thèmes sociaux de l’ancienne gauche, espèrons que ce ne soit pas pour le FN aussi que des postures attrape-couillons comme les 110 propositions de l’ineffable Mitterrand

      Le vote du monde ouvrier et employés actuel est sans doute éparpillé grâce au matraquage des médias qui appartiennent à des membres de la jet-société financière apatride.
      Il me semble me souvenir qu’un journaliste TV a même donné le cours de la bourse un jour de fermeture de cette dernière !
      Dans la désinformation on va aller de plus en plus loin au fur et à mesure que l’on va se rapprocher d’une banqueroute bancaire généralisée ... dans un but anesthésique ...........


    • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 12 août 2011 17:19

      En effet petite erreur de comprehension de ma part


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 13 août 2011 01:15

      @Gardarist


      Nationaliser les banques, rembourser la dette par une taxe sur le capital. D’abord le refus, le mépris, la désobéissance aux ordre d’un gouvernement qui a trahi le peuple. Le désordre. Le moment- clef sera quand les forces militaires, appelées pour rétablir l’ordre appuieront une représentation des « indignés » - la Nation - contre les gouvernements quisling faisant corps avec les banquiers. C’est ce rejet du gouvernement inepte et la fermeté de l’Armée qui ont fait qu’en 1958 le changement s’est fait en douceur.

      Regler la crise ? On n’y arrivera pas au palier de la France, mais si la révolte essaime dans tous les pays de l’UE, le Système ne pourra la réprimer. Le « monde va changer de base » 


      Pierre JC Allard

       

    • melody vers melody vers 13 août 2011 11:31

      Sur Médiapart la résistance commence à s’organiser. La convergence avec les indignés qui marchent sur Bruxelles à travers l’Europe nécessite un soutien maximal de tous les citoyens car comme l’excellent l’article de Martine orange ce sera Eux ou nous !
      http://www.mediapart.fr/journal/economie/120811/crise-eux-ou-nous


    • Paolini Paolini 12 août 2011 10:13

      Merci à Gardarist d’avoir pris le temps de nous rappeler la triste réalité de cette extorsion qu’est le système de la création monétaire aujourd’hui.

      N’oublions pas l’article 123 du Traité de Lisbonne.

      http ://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do ?uri=OJ:C:2010:083:0047:0200 :fr :PDF

      Il nous faut faire comme dans le film « L’an 01 ».

      http ://www.youtube.com/watch ?v=WSEpESmR9qU

      On arrête tout et on réfléchit (ou l’inverse).

      ps : à mon avis votre titre est beaucoup trop faible (menteurs, voleurs,...). En effet, on a là à faire à une abject mafia, à de la vermine de la pire espèce, à des parasites psychopates,à des tueurs barbares enivrés de leur haine et leur orgueil (nazis puissance 10).


      • Garnier Denis Gardarist 12 août 2011 15:42

        @paoloini

        le 104 de 1992 ou le 123 de 2005 sont identiques


      • Paolini Paolini 12 août 2011 16:18

        Oui, tout à fait ; c’est juste que comme elle plus récente je pense qu’elle est d’autant plus d’actualité.


      • chapoutier 12 août 2011 11:10

        bonjour
        vous avez mille fois raisons
        tout est bons pour ces mafieux alors commençons par nationaliser les banques sans rachat ni indemnités et bloquer les comptes bancaires de ces mafieux.
        le problème c’est ; quel gouvernement aura les c... pour le faire ?
        gouverner pour les capitalistes mafieux ou pour le peuple telle est la question


        • Garnier Denis Gardarist 12 août 2011 11:12

          je vous avoue que j’aime bien Arnaud Montebourg, qui, avec son livre « Des idées et des rêves », est le seul homme politique crédible qui pose les problèmes, expose des solutions, et les organise dans le temps. Il faut taper sur la table de l’Europe, et justement je pense qu’il a les ..... pour le faire.


        • Paolini Paolini 12 août 2011 11:44

          « gouverner pour les capitalistes mafieux ou pour le peuple telle est la question »

          Il semble en effet que cela soit la question.

          Mais est-il nécessaire de nationaliser les banques ? Il suffit que la création monétaires (l’émission du crédit) soit controlée par une administration qui soit à l’abri à la fois de la voracité des banquiers et de l’incompétance des politiques.

          Cette administration (une vraie banque centrale) aura pour fonction (entre autres) de déterminer les volumes des crédits nécessaires, à charge pour les banques de le répartir.

          Leurs rémunérations se faisant avec des frais de fonctionnement prélevés sur les crédits eux-même et non pas avec des intérets.

          Il faudra de tout façon rembourser, à fur et à mesure de leur maturation, les obligations émises, mais les intérets, ça c’est une autre affaire.


        • chapoutier 12 août 2011 16:21

          Je viens de lire que le FMI (Lagarde) vient de faire des recommandation à la France  : 16 milliards d’euro d’économie en plus des 83 déjà en plan d’ici 2013

          Pour y arriver, il faudra remettre en cause les allocations familiales et étatiser le budget de la sécu.

          Il faudra aussi, pour y arriver à ces 16 milliards, augmenter les taxes alcool, essence, introduire des taxes carbone et s’attaquer aux réductions d’impôts pour les petits revenus.

          Mais aussi réformer encore les retraites et l’assurance maladie, réduire les allocations chômage et faciliter les licenciements et réduire le SMIC


          Mais le FMI préconise également : une réduction générale des impôts sur les sociétés et des cotisations sociales des sociétés !


          Voilà ce que Lagarde du FMI vient d’exiger de la France POUR SAUVER LEUR SYSTEME.



        • bigglop bigglop 12 août 2011 18:25

          Bonjour Gardarist,
          Merci pour votre intervention,
          Cependant, je suis un peu surpris de votre « préférence » pour Arnaud Montebourg qui a participé au programme Young Leaders de la French-American Foundation, promo 2000.
          Il y est en bonne compagnie avec :
          - François Hollande
          - Pierre et Nathalie Kosciusko-Morizet
          - Jeanette Bougrab
          - Alain Minc
          - Alain Juppé AND SO ON


        • elsa2 12 août 2011 19:06

          « le problème c’est ; quel gouvernement aura les c... pour le faire ? »

          • Le gouvernement français n’a plus les moyens de le faire puisque l’Union européenne fixe désormais les règles dans ce domaine...
          • La seule manière pour s’en sortir est de quitter l’Union européenne et ensuite d’abroger la loi de 1973. 
          L’Union Populaire républicaine est un mouvement politique créé en 2007 qui rassemblent des français de tous bords, pour justement faire ce genre réformes.
          Il y a donc une solution simple à ce changement, rejoignez-nous : www.u-p-r.fr et www.facebook.com/upr.francoisasselineau

        • Garnier Denis Gardarist 12 août 2011 21:49

          @bigglop

          J’ai dans mes amis des gens qui ne partagent pas du tout mes idées, même un frère et une soeur et pourtant j’ai beaucoup d’affection pour eux. La politique, les idées politiques, les projets politiques doivent dépasser le copinage et l’affection. Il s’agit de l’intérêt de tous et non, comme aujourd’hui, celui de quelques uns. Alors c’est en partie pour cela que je trouve Montebourg tout à fait intéressant. Lisez son livre et vous apprendrez son parcours, contre les paradis fiscaux, par exemple. Son analyse sur l’économie est d’une rare qualité et je ne m’etonne pas que des hommes tels qu’Emmanuel Tood et d’autres soutiennent ses idées.

          Cordialement


        • Garnier Denis Gardarist 12 août 2011 23:28

          http://leweb2zero.tv/video/pyrove_84499f11722d9d7

          en complément, une réponse de Montebourg


        • LA MAFIA.EUROPEENNE :.......VIRER LE TRIO ..BAROSO..VAN RAMPUICH...ET SA COLLEGUE

          LES ELUS...LES BANQUIERS ...AVOCATS D AFFAIRES...GERANTS DE SCI.......

          DECAPITATION DE TOUTES LES BANQUES...Y METTRE DES HAUTS FONCTIONNAIRES DES FINANCES...

          CONDAMNER LES POLITIQUES EN CONFLITS D INTERETS A LA PRISON A VIE....


        • melody vers melody vers 13 août 2011 11:35

          Le commencement de la fin par Fréderic Lordon :
          Mais l’essentiel est ailleurs : il est dans le fait que jamais un groupe d’intérêt aussi puissant que celui qui s’est constitué autour de la finance lato sensu ne renoncera de lui-même au moindre de ses privilèges, et que seuls peuvent le mettre à bas la force d’un mouvement insurrectionnel – puisqu’il est bien clair par ailleurs qu’aucun des partis de gouvernement nulle part n’a le réel désir de l’attaquer –, ou bien la puissance dévastatrice d’une catastrophe que son système aura lui-même engendré. A l’évidence, c’est cette dernière hypothèse qui tient la corde, et puisqu’elle déploie maintenant ses effets avec la force de fatalité du tsunami évoqué en ouverture, il ne reste plus qu’à attendre qu’elle accomplisse pleinement ses virtualités… pour en tirer le meilleur parti : reconstruire les institutions de la création monétaire souveraine [11], avec tout ce qu’elle suppose et de possibilités rouvertes et aussi de rigoureux encadrements [12] ; réinventer des structures bancaires qui à la fois échappent aux prises d’otage de la banque privée et dépassent la forme « nationalisation » vers un système socialisé du crédit [13] ; réduire au minimum minimorum la structure des marchés de capitaux pour lui ôter tout pouvoir de nuisance et d’usurpation [14]. Soit, sur les ruines, enfin tout rebâtir.
          http://blog.mondediplo.net/2011-08-11-Le-commencement-de-la-fin


        • bigglop bigglop 13 août 2011 13:11

          Bonjour Gardarist,
          Concernant Arnaud Montebourg, j’ai lu très attentivement son livre « des idées et des rêves ».
          Il propose un projet cohérent qui reprend des propositions du FDG (ou vice-versa).
          Malgré le contenu de la vidéo que vous m’avez adressé, je reste dubitatif sur ses liens avec la French-American Foundation.
          Je vous adresse un lien sur Réseau Voltaire/Pierre Hillard et je vous invite à consulter les vidéos dans lesquelles il présente son analyse sur ce que l’on appelle le Nouvel Ordre Mondial. Son analyse est intéressante et documentée.
          Je vous souhaite amicalement un bon week-end

          http://www.voltairenet.org/Un-relais-des-Etats-Unis-en-France

          http://www.youtube.com/watch?v=bchUJ9F5WX0


        • yellowsubmarine 12 août 2011 11:15

          excellent article

          écrire Giscard Destaing et non Giscard d’Estaing

          les Giscard Destaing usurpent l’ascendence de l’amiral d’Estaing

          faux nobles !


          • David Meyers 12 août 2011 11:26

            Votre analyse est intéressante et conforte l’édifice des multiples mesquineries des puissants de l’argent. Mais la conclusion est quelque peu hâtive. On ne jette pas le bébé avec l’eau du bain comme on ne renie pas les précipitations fertilisantes juste parce que la pluie a gâché le pique nique.


            Il est de bon ton de suivre la presse mouton et de rire ouh les vilains banquiers ouh les vilains spéculateurs ouh à bas l’économie financière. 

            Mais imaginons un instant l’état navrant où les sociétés aujourd’hui « modernes » seraient restées si on avait gardé les codes économiques du temps du Far West. Tout ce qui est critiqué aujourd’hui a permis hier de faire d’immenses progrès dans un certain mode de vie voué au confort, au moins pour les privilégiés. Le système n’est donc pas mauvais en lui même. La cupidité et les dérives des êtres humains y sont plus responsables.

            Et puis, a force toujours de répéter ce que se répètent entres eux les journalistes, on croit avoir à faire à une crise financière. La belle boutade. la finance (les méchants) n’est pas en crise mais au contraire regorge de profits. Ce sont les Etats qui sont en crises, les Etats dirigés par des incapables qui, pour recevoir les suffrages et garder le pouvoir, ont soit tout promis soit tout rasé d’un coup.

            Nous sommes donc au bon début d’un film (déjà bien commencé avec la Grèce et consoeurs) d’une crise qui n’existe pas dans les manuels d’économie et qui n’est pas enseignée dans les Grandes Ecoles. Un désastres où certains états ne peuvent pas rembourser leur dette (la plupart des états « avancés ») et où les états émergents, nouvelles vedettes des économies financières, viennent réclamer des comptes.

            Je dirai qu’il s’agit d’une crise de société, d’une crise d’identité nationale (au sens où un état ne peut plus se considérer comme seul mais doit composer avec les autres états du monde, ce qui balaie en une seconde toutes les recettes FN et associées), d’une crise d’incompétence des gouvernants (faut il revoir leur formation et exiger des diplômes ? OUI). Ce n’est pas une crise de la finance ni la « faute » aux agences de notation, ni la faute aux autres en général (aux roms par exemple).

            En pratique les effets seront un renchérissement du crédit (vu dans une boule de cristal car qui peut prévoir un phénomène aussi nouveau)
            Puis une apathie de l’économie réelle (non financière)
            Une baisse de la croissance (= récession)

            donc des symptômes de crise économique mais où les médicaments classiques resteront inefficaces puisque le mal n’est pas financier mais étatique.

            Une ébauche de raison consisterait (peut-être) à envisager une Banque Mondiale et une monnaie unique mais ce ne serait qu’une ébauche et reste pour l’instant une utopie.

            • Garnier Denis Gardarist 12 août 2011 15:52

               

              Pour vous redonner de l’espérance, cette idée de monnaie est en quelque sorte une idée née en 1941 par un certain John Maynard Keynes. Mais les Etats-Unis ont imposé le dollar. Ce célèbre économiste qui dirigeait la délégation Britanique avait un autre protagoniste du nom de Harry Dexter White, assistant au secrétaire au trésor Américain.

              Ils avaient tous deux préparé un plan d’ensemble. Le plan Keynes fut ébauché dès 1941. Il proposait un système monétaire mondial fondé sur une unité de réserve non nationale. Il ne sera pas retenu.

              L’espérance possible c’est de voir une nouvelle conférence internationale sur la régulation de l’économie mondiale pour repartir des théories abandonnées et qui peuvent apaiser le monde.


            • Garnier Denis Gardarist 12 août 2011 15:54

              Il s’agit, j’ai omis de le préciser, de la négociation des accords de Bretton Woods


            • sisyphe sisyphe 12 août 2011 11:41

              Evidemment d’accord avec ce constat tout à fait juste. 


              Les « marchés » (lire mafias financières) ne cessent d’agiter le spectre de la dette, pour augmenter les intérêts de leur usure auprès des états mais, de fait, la dette a déjà largement été remboursée par les états à travers les intérêts qu’ils paient. 

              La solution ; faire comme les Argentins en 2001, ou les Islandais plus récemment ; décréter unilatéralement, l’abandon de la dette.

              Les états ne doivent plus rien aux usuriers (qui se sont suffisamment gavés comme ça) et recouvrent le droit d’emprunter à leurs banques centrales sans intérêt. 

              Si cela doit provoquer la faillite de banques privées, ou d’organismes financiers, eh bien, qu’ils fassent faillite ; que leurs avoirs soient saisis. 
              Que les banques privées prêtent avec leurs fonds propres, ou qu’elles soient elles-même contraintes à emprunter leur argent aux banques centrales, AVEC INTERETS ; ça les rendra plus prudentes sur leurs jeux de casino. 

              Quoi qu’il en soit, il est temps que cesse la loi des « marchés » au détriment des états et des citoyens ; glass steagall act II, réforme monétaire ; STOP à la privatisation et à l’asservissement du monde par les mafias financières. 

              Abrogation de la loi de 1973, comme de tous les articles des traités européens entérinant cette énorme escroquerie planétaire. 

              VITE. 

              Et, effectivement, n’accordons nos voix (électorales) qu’aux représentants des partis qui inscrivent cette réforme dans leurs programmes. 

              • Paolini Paolini 12 août 2011 11:51

                « Evidemment d’accord avec ce constat tout à fait juste. »

                Moi aussi.
                Il me semble que François Asselineau propose des solutions viables afin de se libérer de cette extorsion mafieuse.

              • BisonHeureux BisonHeureux 12 août 2011 12:29

                La seule qui fasse vraiment peur à l’oligarchie,c’est Eva Joly !
                Osons la révolution avec elle !
                Hasta la libertad
                Salut et fraternité


                • flesh flesh 14 août 2011 21:04

                  La fameuse Eva Joly qui soutient le bombardement du peuple libyen par l’Otan ? Vous plaisantez j’espère ?


                • Lorelei Lorelei 12 août 2011 12:37

                  vous avez mille fois raison, la dette est une affaire rentable et les politiques pour la majorité, comme les financiers etc...sont des traitres à l’humanité


                  • Catherine Segurane Catherine Segurane 12 août 2011 12:43

                    Excellent article !


                    • slipenL’air 12 août 2011 19:35

                      Article excellent !.. smiley


                    • barbarou46 barbarou46 12 août 2011 12:44

                      Et les « Euro bond » de la solution JF copé ne peuvent que renforcer le système !


                      Pour ce qui est du front populaire et d’une levée massive de l’opinion publique face au phénomène, elle existe dans toute sa violence et dans toute sa spontanéité à travers l’Europe.
                      Mal ou peu organisée car la complexité intellectuelle des circuits de la finance privée rend difficile l’approche technique du phénomène de spoliation permanent immiscé par cet article 104 notamment.
                      Le plus niais des citoyens comprend bien en somme, qu’il y a à son encontre un non sens dans l’accumulation infinie de la richesse par certains, pour laisser la plus grande masse dans le désarroi de sa pauvreté grandissante.
                      L’origine du mal est pas comprise même s’il semble évident pourtant à beaucoup, que le néo libéralisme politique de nos dirigeants de droite est en vérité incompatible avec une existence de réelle démocratie et le bien être du peuple.
                      On peut aussi constater que ces Voleurs, menteurs par leurs méfaits sociaux ouvrent une voie royale aux bonimenteurs populistes et au Franc parler de Marine...
                      Un électeur gavé midi et soir par ITV peut avoir des réactions dangereuses devant une urne électorale.
                      Plus ils sont pauvres moins ils seront dangereux dans la remise en cause du système.
                      Bref on va pouvoir continuer à tuer arbitrairement des civils Libyens pour essayer d’accrocher quelques dixièmes de points de croissance en faveurs de notre industrie militaire, la seule qu’il nous reste.....

                      pauvres cons !







                      • John Foster 12 août 2011 13:11

                        Donc si je comprends bien, puisque la loi de 73 est inscrite dans les traités européens par l’intermédiaire de l’article 123 du traité de Lisbonne, vous proposez de sortir unilatéralement de l’UE ?

                        Car il n’est bien entendu pas possible, d’un point de vu pratique, de ne dénoncer qu’un ou quelques traités sans dénoncer les autres.


                        • Garnier Denis Gardarist 12 août 2011 13:42

                          Je ne crois pas qu’il soit une bonne chose de sortir de l’Europe. Je pense au contraire que l’Europe doit se construire en ayant pour seul objectif le bien être des peuples, ce qui n’est pas le cas actuellement. Ceci étant, je suis convaincu que la France représente une puissance suffisamment importante pour imposer un certain nombre de règle pour atteindre cet objectif. Il n’est pas nécessaire de tout passer par dessus bord pour modifier un article d’un traité. Il n’est pas impossible d’ailleurs que la crise impose cet éclatement de l’Europe actuelle. Trop d’écart existent entre les différents pays. Il n’est pas impossible qu’un nouveau cartel européen se dessine entre quelques pays, avec des règles nouvelles qui préserveront l’économie des prédateurs.(à suivre)


                        • chapoutier 12 août 2011 14:02

                          Bonjour paolini


                          vous vous demandez s’il est nécessaire de nationaliser les banques ! Peut-on s’offrir le luxe de ne pas nationaliser les banques ?

                          Depuis la création du système bancaire (florence et les Flandres) au moyen age, leurs puissances à toujours été considérable et n’a fait qu’augmenter pour aboutir à système actuel. Au moyen-age elles prêtaient aux rois de toutes l’Europe aujourd’hui elles prêtent aux Etats-Nations.

                          Pire, elles dictent les politiques intérieures des nations au grand dam du suffrage universel !

                          Comment ne pas nationaliser les banques, allons nous les laisser nous mener au chaos.

                          Mort aux pauvres, pas de pitié pour les ouvriers, les artisans, les chômeurs, les malades, les vieux, les enfants.

                          C’est de cela qui s’agit ! C’est cela le contenu des plans que nous annoncent les Sarkozy ; Merckel, Obama pour sauver LEURS BANQUES !

                          S’agit-il de mettre une cautère sur une jambe de bois pour sauver leurs banques ou bien de sauver l’avenir de nos enfants,

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès