Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Mille milliardaires à faire payer

Mille milliardaires à faire payer

Chaque année, le magazine Forbes fait paraître sa très célèbre liste des milliardaires. Le classement 2010, qui vient d’être rendu public, donne des informations éclairantes : en un an, le nombre de milliardaires en dollars est passé de 793 à 1011 et leur patrimoine cumulé représente 3 600 milliards de dollars, en hausse de 50% par rapport à l’an dernier. Pour les super riches, la crise est déjà bien loin.

Peu importe que Bill Gates ne soit que second, dépassé par le Mexicain Carlos Slim dont la fortune atteint 53,5 milliards de dollars. Le plus important est qu’un tel montant, concentré entre les mains d’une seule personne, représente 12 fois le budget d’un pays comme la République démocratique du Congo (RDC), qui abrite plus de 68 millions de personnes. Il représente aussi plus de 3,3 millions d’années de salaire minimum (SMIC) en vigueur en France.

Cette forte hausse du nombre de milliardaires survient alors que des milliards de personnes voient leurs conditions de vie se dégrader suite à la crise. Cela révèle de manière éclatante que les très riches ont réussi à faire supporter le coût de cette crise au plus grand nombre. Dans de nombreux pays, au Nord comme au Sud, la dette publique des Etats a explosé, notamment pour venir au secours des responsables de cette crise (banques privées, fonds spéculatifs…) ou pour en payer les conséquences. L’accroissement de cette dette est ensuite le prétexte pour imposer des mesures antisociales qui pénalisent les populations mais épargnent les plus riches.

A l’opposé du système capitaliste qui montre chaque jour ses désastreuses conséquences sociales, une idée fait son chemin : celle d’un impôt mondial sur les grandes fortunes, avancée par la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUCED) dès 1995. Par exemple, un impôt de 20% sur le patrimoine de ce petit millier de milliardaires permettrait de récupérer 720 milliards de dollars, soit la moitié de la dette extérieure publique de tous les pays en développement en 2008 (1 405 milliards de dollars) et 3,5 fois le montant total de leurs remboursements annuels au titre de cette dette (211 milliards de dollars).

Les sommes ainsi libérées pourraient s’ajouter à d’autres pour venir jeter les bases d’une autre mondialisation : récupération des sommes versées aux grands institutions bancaires privées depuis le début de la crise et réparations des dégâts sociaux provoqués suite à leur soif démesurée de profits en les prélevant sur le patrimoine de leurs administrateurs et de leurs principaux actionnaires, abolition de la dette extérieure publique des pays du Sud, versement par les pays les plus industrialisés de réparations en dédommagement de cinq siècles de domination (esclavage, colonisation, destruction des cultures locales, pillage des richesses naturelles, destructions de l’environnement…), rétrocession des biens mal acquis par les élites du Sud (ce qui implique la réalisation d’enquêtes internationales ainsi que la suppression des paradis fiscaux et judiciaires), taxation des transactions financières internationales et des bénéfices des sociétés transnationales… Dans le même temps, la pleine souveraineté des peuples ne pourra être effective que si toutes les conditionnalités macroéconomiques d’ajustement structurel, comme le FMI et la Banque mondiale en imposent depuis trente ans, sont abandonnées. Une nouvelle architecture économique et financière internationale sera alors possible, avec comme priorité absolue la garantie des droits humains fondamentaux.

Les fonds récupérés permettraient alors aux populations du Nord de ne pas supporter les conséquences de la crise et aux populations du Sud d’enclencher enfin un vrai développement qu’elles seraient en mesure de décider par elles-mêmes, en prenant en compte leurs propres besoins et leurs propres intérêts, contrairement aux exigences de leurs créanciers, en profitant pleinement de leurs ressources naturelles, dans le respect de leurs spécificités culturelles.

La publication du classement de Forbes doit donc être l’occasion de remettre en cause les bases du modèle économique et financier en place et de proposer des mesures radicales pour que les milliardaires cités dans ce classement, ainsi que tous ceux qui ont amassé des fortunes extravagantes, supportent le coût d’une crise dont les peuples sont les victimes.

Alors que les préceptes néolibéraux ont été brièvement vilipendés après le déclenchement de la crise en 2007-2008, aucun enseignement n’en a été tiré, et ce sont toujours les mêmes qui profitent de la mondialisation financière et de l’injuste répartition des richesses qu’elle organise. Les très riches ont repris leur marche en avant, qui se fait en piétinant les droits de la grande majorité des autres et en dirigeant le monde dans une impasse suicidaire. Mais d’ores et déjà germent des idées-forces susceptibles d’entraver leur course folle. Le défi est de parvenir à les imposer au plus vite.
 
Par Damien Millet – Sophie Perchellet [1]

1 Respectivement porte-parole et vice-présidente du CADTM France (Comité pour l’annulation de la dette du tiers-monde, www.cadtm.org).
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 16 mars 2010 10:18

    à l’auteur

    « un impôt de 20% sur le patrimoine de ce petit millier de milliardaires permettrait de récupérer 720 milliards de dollars »

    Des impôts ! Encore des impôts ! Toujours des impôts ! Et le monde sera sauvé ! ! ! smiley

    Qu’est-ce qui empêche les « pauvres » de s’enrichir par les mêmes moyens que les milliardaires ?


    • Mycroft 16 mars 2010 11:40

      Au hasard : l’effet boule de neige ou effet levier ?

      A savoir le fait que, pour avoir de l’argent, il faut bénéficier d’un rapport de force qu’on obtient facilement quand on a déja de l’argent. L’effet de levier est un phénomène bien connu des économiste. Simplement, ils n’ont jamais pris le temps de comprendre à quel point il pouvait générer un système aussi malsain.

      Sinon, la chance, tout simplement. Celle de naître de la bonne personne (pour un bon nombre de milliardaire qui ne sont que des héritiers, nouvelle noblesse s’il en est), celle de rencontrer les bonnes personnes, ou encore d’avoir les opportunités adéquates.

      Les grandes fortunes ne sont pas les scientifiques qui ont fait la puissance de notre espèce. Ce ne sont que des opportunistes, qui font beaucoup pour eux même, mais dont l’utilité à l’échelle nationale voir mondiale, reste non prouvée.

      Sinon, oui, l’impôt, c’est la base même de la solidarité, la base même donc de la civilisation. Un moyen de limiter les dépense superflue pour financer celles qui sont nécessaire.

      Le luxe est clairement du superflue, et le niveau de vie du smicard, clairement le nécessaire. Nous n’avons plus les moyens de laisser les riches vivre aussi bien qu’ils le font actuellement. Il faut qu’ils assument leur responsabilité, cette dernière découlant de leur pouvoir qui découle lui même de leur richesse.

      Cette mesure, néanmoins, ne peut être efficace qu’au niveau mondiale, les rapports de force avantageant les riches si les états sont divisés.


    • Hétérodoxe 16 mars 2010 16:59

      « Qu’est-ce qui empêche les »pauvres« de s’enrichir par les mêmes moyens que les milliardaires ? »

      J’ai beau essayer de conceptualiser la chose ... mais je fais comment, concrètement, pour être le fils d’André BETTENCOURT, de Marcel DASSAULT de Michel BOLLORE ou de Francis BOUYGUES ??


    • bob 16 mars 2010 20:01

      Essayez l’adoption, il y peut-ètre une chance.

      Pour l’instant ma demande au clan Sarkozy n’a toujours pas eu la conclusion espérée mais je vais tenter ma chance vers le clan Bush ( il faut que je m’entraine à voir Dieu dans un verre d’alcool)


    • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 17 mars 2010 04:23

      a force de comparer des choux et des carotttes....

      le patrimoine des milliardaires est souvent composé d’actions, qui rapportent des dividendes.

      Comment vous voulez taxer un stock d’actions ? tant que Bill Gates ne vend pas ses actions Microsoft, son patrimoine n est que financier, pas monetaire ! Or si Bill Gates vend BEAUCOUP d’actions Microsoft, alors leur valeur baisse forcement

      Meme raisonnement pour LVMH et Bernard Arnault , ou les autres

      Conclusion ce sont les revenus (les dividendes) qu on peut taxer, et la tout de suite le montant est moins impressionnant.


    • sousou 16 mars 2010 11:25


      "Des impôts ! Encore des impôts ! Toujours des impôts ! Et le monde sera sauvé ! ! !« 

      Il ne faut pas oublier que certains types d’impôt ont tendance à baisser alors que d’autres sont constamment relevés. Les impôts sur le revenu et la propritété baissent, ceux sur la consommation augmentent. Les derniers sont injustes car ils touchent tout le monde de la même façon, riches ou pauvres, peu importe les moyens.
      Alors qu’à l’inverse, ceux sur le revenu permettent à l’État d’assurer son rôle de redistribution en taxant plus fortement les gros revenus et moins fortement les petits revenus ! Pour info, aux Etats-Unis, la classe moyenne a un taux d’imposition plus élevé que les 400 familles les plus riches. mais peut-être vous trouvez cela normal que les plus riches paient moins que les classes moyennes.

      Alors Oui des impôts, toujours des impôts, encore des impôts ! Mais sur le revenu et la propriété pas sur la consommation !!

      Enfin, vous dîtes : »Qu’est-ce qui empêche les « pauvres » de s’enrichir par les mêmes moyens que les milliardaires ?« . La réponse est simple : ils n’ont ni l’argent nécessaire, ni le soutien qu’il faut ! Évidement, cela dépend de »quels pauvres« vous parlez ! Ceux qui font partie de la population pauvre du Sud luttent tout les jours pour leur survie donc j’imagine que vous parlez des »pauvres" des pays dit industrialisés. Mais ceux là aussi n’ont par définition pas les moyens !!

      Donc pour vous répondre, oui à plus d’impôts dès lors qu’ils ne sont pas injustes. Les grandes fortunes doivent impérativement être taxés plus que les autres et participer plus que les autres aux efforts collectifs !! Depuis des décennies et surtout le tournant néolibéral des années 1990, les gouvernements du Nord leur font des cadeaux fiscaux.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 16 mars 2010 11:37

        sousou (xxx.xxx.xxx.59) 16 mars 11:25
        « Alors Oui des impôts, toujours des impôts, encore des impôts ! Mais sur le revenu et la propriété pas sur la consommation ! »
        Pour quel usage ? Pour en faire un gaspillage similaire à celui de l’Aide Publique au Développement (économique) des pays sous-développés (« en développement ») : environ 50 milliards d’Euros annuellement ?

        « Enfin, vous dîtes : »Qu’est-ce qui empêche les « pauvres » de s’enrichir par les mêmes moyens que les milliardaires ?« . La réponse est simple » :
        Lisez l’article lié à mon commentaire.


      • voxagora voxagora 16 mars 2010 11:38

        Tant mieux s’il y a des milliardaires, ils paient beaucoup d’impôts
        et dépensent leur argent.
        Le problème, c’est : que fait l’état de cet argent ?

        Il le répartit mal !


        • Mycroft 16 mars 2010 11:51

          Pouvez vous prouver qu’il le répartie plus mal qu’une entité privé ne le ferait ?

          Non, bien sur. Les entreprises privés font aussi des gaspillage honteux, régulièrement.

          Quand au fait que les milliardaires payent beaucoup d’impôt, c’est justement faux. Ils s’arrangent au contraire pour limiter au maximum leur imposition.

          De plus, ils rendent la rigueur plus dur à vivre : il est plus simple d’arrêter de fumer au coté d’un fumeur intempestif qu’au coté d’un non fumeur. La misère, c’est une chose relative.

          Enfin, ils représentent une menace. Cet argent, ce pouvoir qu’ils accumulent, ils l’utilisent, pour augmenter le rapport de force en leur faveur. En nous imposant de revoir à la baisse nos conditions de travail et de vie, de travailler plus, pour ne rien avoir en échange, simplement parce qu’ils sont en force, et nous en faiblesse. Une violence économique de tout les instants, en somme.

          Ils ne sont, sur ce coup, pas différent de ceux qui utilisent la violence physique, dans les cités, pour imposer leur volonté. Ils le font juste à une échelle plus grande, et avec l’accord des gouvernements.


        • plancherDesVaches 16 mars 2010 12:08

          Voxagora : « Tant mieux s’il y a des milliardaires, ils paient beaucoup d’impôts
          et dépensent leur argent. »

          Vous n’avez RIEN compris.

          Les FAITS montrent que les milliardaires paient moins d’impôts que les classes moyennes (proportionnellement), et DE PLUS, ils NE dépensent PAS.
          (apprennez à lire un classement forbes d’une année sur l’autre)

          Maintenant, si vous voulez moins d’état, allez aux US et inscrivez-vous dans les tea party d’extrème droite : ils vont avoir besoin de bras pour installer une dictature et lancer une guerre mondiale.


        • voxagora voxagora 16 mars 2010 17:12

          @ Plancher des vaches :
          Je comprends que ma première phrase choque. Mais ce n’est pas très honnete
          de votre part de l’avoir amputée de sa part la plus importante, c’est à dire le fait
          que l’état, vers qui remontent toutes les taxes, les répartisse mal.
          Je n’ai pas le temps de répondre à tous vos arguments, et je sélectionne par
          exemple celui-ci : vous dites que les milliardaires ne dépensent pas leur argent,
          qu’en font-ils alors ? ils le mangent ?
          Je ne suis pas très calée en économie, mais cet argent, ils l’utilisent pour acheter
          et font marcher le commerce, ou pour investir et cela crée des emplois, etc..

          Je ne veux surtout pas moins d’état, je trouve au contraire que le gouvernement
          actuel privatise trop. Ce que je demande, c’est que l’argent qu’il récolte via les
          impots soit mieux réparti, moins aux privilégiés, plus aux plus démunis.
          J’ai été un temps adhérente au Parti Communiste, et même si j’ai gardé une
          grande tendresse pour les hommes et les femmes qui y sont encore, je ne suis
          plus du tout d’accord pour « supprimer les riches ».


        • ZEN ZEN 16 mars 2010 12:30

          Faire payer les riches... ?
          Non mais ! smiley
          Les pauvres n’ont qu’à faire comme les riches...
          Je sors mon bouclier (fiscal) !


          • ddacoudre ddacoudre 16 mars 2010 12:37

            bonjour eric
            "Alors que les préceptes néolibéraux ont été brièvement vilipendés après le déclenchement de la crise en 2007-2008, aucun enseignement n’en a été tiré, et ce sont toujours les mêmes qui profitent de la mondialisation financière et de l’injuste répartition des richesses qu’elle organise. Les très riches ont repris leur marche en avant, qui se fait en piétinant les droits de la grande majorité des autres et en dirigeant le monde dans une impasse suicidaire. Mais d’ores et déjà germent des idées-forces susceptibles d’entraver leur course folle. Le défi est de parvenir à les imposer au plus vite."

            d’accord sur l’essentiel, comme tout problème il faut trouver les énoncés et en l’espèce c’est comprendre quel modèle théorique permet cette concentration.

            or aujourd’hui ceux mêmes qui veulent corriger ces inégalités continuent de faire vivre les modèles qui les génèrent. il ne sert à rien de prendre l’argent des riche qui le récupèrent au centuple par ces modèles. toute chose qui n’est pas désiré perd sa valeur, c’est en cela que réside la solution.

            cordialement.


            • Triodus Triodus 16 mars 2010 13:48

              Jeu de mot bête et méchant :

              « Pour cent balles t’as plus rien, mais pour mille balles on aurait quelque chose.. »

              De quoi transformer le plomb en or..

              Cdt,
              T.


              • latitude zéro 16 mars 2010 15:51

                C’est marrant, la « fortune » de Fidel Castro a disparu de tous les classements Forbes  !!

                Bizarre !

                http://www.northstarcompass.org/french/nscfr43/forbes.htm


                • Henri François 16 mars 2010 16:06

                  A l’auteur,
                  Merci de nous avoir révélé cette idée d’impôt de 20% devant frapper les milliardaires, lancée par un organisme international des plus sérieux en....1995.
                   Hélas pour vous, pour nous et pour tous les peuples du monde, voilà aujourd’hui 15 ans que cette idée n’est restée qu’une...simple idée, perdue dans les loubliettes de la mémoire collective..
                  Faites confiance aux dits milliardaires de tous bords de faire en sorte que cette idée ne soit qu’un courant d’air. Il n’y a pas plus habile qu’un milliardaire pour justement échapper à toute imposition trop lourde à son encontre. Ayant avec ses « frères » tellement de valets-chefs d’état à sa botte, il ne peut en être autrement.
                  Au fait, toutes les idées, et même sanctions, de nos gouvernants occidentaux donc capitalistes, et particulièrement le français, lancées contre la haute finance lors de la crise récente, où sont-elles aujourd’hui ?
                  Et dire que tous ces gouvernants avaient juré, la main sur le coeur....


                  • Julien Julien 16 mars 2010 19:22

                    Vous partez dans l’autre extrême, en ne vous posant aucune question du type « mais au fait, pourquoi ils sont riches ? ».

                    Ou encore : « Pourquoi l’Etat a une dette si importante » ?

                    Voyez ceci :


                    Cela permet de mettre les idées au clair pour répondre à la question : « Est-ce que l’argent que je gagne vaut mieux que celui des milliardaires ? ». C’est toute la différence entre travail et capital. C’est pourtant simple !

                  • stephdelyon 16 mars 2010 18:27

                    Bah... Un impôt de plus, pourquoi pas. Mais ceux qui devraient le payer trouveront un moyen d’être exonérés... Leur capital sera caché derrière une société, ou qqc de ce genre... Ca ne marcherait pas même si c’était possible d’imposer aux riches tout puissants de mettre la main à la poche.

                    Par contre c’est la mode, en ce moment, de s’inquiéter des pauvres : savez vous (voir wikipedia) que Bill Gates a créé une fondation qui a donné +25 milliards de dollars aux ’bonnes oeuvres’ ? Et il lègue 95% de sa fortune à sa fondation à sa mort (ses enfants n’auront que 5%, mais ça devrait suffire). Pour un monde plus social, je pense qu’il n’y a qu’une voie, c’est de sensibiliser ceux qui ont le vrai pouvoir, celui de donner leur propre argent.

                    A notre niveau à tous nous pouvons aussi être plus solidaires, même sans faire de politique. Donner de son temps ou des vieux vêtements, par exemple.


                    • fonzibrain fonzibrain 16 mars 2010 18:29

                      Half of Kansas City public schools to close, tranquille quoi, pourquoi investir sur l’éducation, c’est bien connu que ça ne sert à rien….mars 12, 2010

                      The Kansas City school board is closing nearly half of the district’s schools in a desperate bid to stay afloat.
                      The board’s 5-4 decision Wednesday night means 29 out of 61 schools will shut down at the end of the school year. The district is seeking to erase a projected $50 million budget shortfall.

                      Teachers at six other low-performing schools will have to reapply for their jobs, and the district will sell its downtown central office. The plan, proposed by Superintendent John Covington, also will eliminate about 700 of 3,000 jobs, including 285 teachers.

                      « The bottom line is the quality of education we’re offering children in Kansas City is not good enough, » Covington said. « One reason it’s not good enough is that we’ve tried to spread our resources over far too many schools. »

                      Covington’s move comes after decades of dropping enrollment but few efforts to reduce buildings or staff. Over the past 40 years, enrollment has dropped from more than 75,000 students to about 17,500.

                      The superintendent has spent the past month making the case to sometimes angry groups of parents and students that the closures are necessary. He has stressed that the district’s buildings are only half-full as its population has plummeted amid political squabbling and chronically abysmal test scores.

                      Covington arrived last July after three years leading the Pueblo, Colo., schools and said he knew almost immediately that he’d have to make major cuts : « I’m running twice the number of schools for less students than I had in Pueblo, so I knew that was a problem. » While many urban districts have spent years gradually downsizing, Covington said, « we don’t have that luxury. »

                      Fewer students mean less money from the state. For the past few years, the district has been plowing through the large reserves it built up when money from a $2 billion court-ordered desegregation plan was flooding its coffers.

                      School administrators have said that without radical cuts, the district could be in the red by 2011.

                      Further stressing the budget, the district will lose $23.5 million in the upcoming academic year that it had received from the state for educating students who attended seven schools that have switched to a better-performing, neighboring district.

                      Although there has been a national rise in the closing of public schools as districts cope with a recession that has eaten away at academic budgets, the potential closures in Kansas City are striking in scope.

                      Many big districts are closing one or two schools.
                      usa today
                      traduction google

                      Vous vous rendez compte du délire, imaginez que la moitié des écoles de votre ville ferme !
                      On nage en plein délire, pendant que les écoles fermes aux USA Forbes nous dit qu’il y a 1011 milliardaires sur terre et qu’ils totalisent plus de 4 000 milliards de dollars en 2010.
                      C’est vraiment dommage, lorsqu’on dit qu’il faut taxer ou même saisir les fortunes à ceux qui l’ont volé au peuple, on se fait traiter de communiste.
                      Je hais les communistes et leur idéologie délirante, mais ce n’est pas pour autant qu’il ne faille pas se munir d’une posture morale empéchant que les inégalités deviennent des précurseurs d’instabilités sociales.

                      Il y a un méga problème avec les 0,1% les plus riches du monde, ce n’est rien de le dire, et quelques soient les méthodes il faudra équilibrer la balance de la Justice.
                      Dans le pire des cas, il faudra empécher ces gens de profiter de leur richesse…

                      Bref, pour revenir aux écoles du Kansas, les USA se transforment réellement en pays du tiers monde pour ce qui concerne une bonne partie de sa population, mais en parallèle de ce mouvement d’appauvrissement extrèmement rapide, les stuctures vitales de l’État continuent à fonctionner, ce que je veux dire par la c’est qu’il me semble que pour la première fois( en temps de paix), un État en faillite totale continuera à avoir une influence structurée sur les affaires du monde. C’est comme si il y a avait deux États-Unis, le pays avec sa population, son marché du travail, sa culture, sa vie de tous les jours et ensuite une élite et son pouvoir pouvant fonctionner sans les apports économiques et sociaux du peuple.
                      Les USA ne s’effondreront pas, ou du moins le pouvoir politique et l’exercice de ce pouvoir sur le monde entier ne vont pas cesser d’exister, en revanche, les structures économique et sociales de la nation vont totalement collapser.

                      Nous allons droit vers une économie de guerre, c’est la seule option et cela fonctionne extrèmement bien, Albert Speer, l’architecte d’Hitler, en tant que ministre de l’armement avait réussi à tripler ou quadrupler la prodution d’armes entre 1943 et 1945, alors que le pays était en ruine.
                      Il faudra juste des esclaves…

                      http://fonzibrain.wordpress.com/


                      • Eric De Ruest Eric De Ruest 17 mars 2010 08:35

                        Vous avez raison sur le point dette du Nord au Sud. Celle-ci s’appelle la dette Historique et comprend la dette écologique et la dette sociale. Mais ce sont aux plus riches, c’est à dire aux principaux responsables de l’exploitation des humains et des ressources, qu’il faut faire payer cette dette. le remboursement de cette dette servira de premier pas vers la réconciliation et l’union humaine. A défaut, nous disparaitrons dans la guerre finale aux ressources.


                      • Julien Julien 16 mars 2010 19:07

                        Bon, je regarde le classement 2008 parce qu’il est plus complet :



                        Pourquoi y-a-t-il peu de noms de la finance ? Je ne vois pas Rothschild ?
                        Pourtant, il y a l’air d’avoir des sous :


                        Qui me fera croire qu’il n’y a pas de Rothschild milliardaire ? Ce classement m’a l’air pipeau ! Rothschild cacherait-il sa richesse réelle ?
                        Personnellement, il ne m’étonnerait pas que beaucoup de banquiers soient largement au-dessus des premiers du classement. Evident, puisque prêter de l’argent qu’on n’a pas avec intérêt, ça rapporte !


                        • Pyrathome pyralene 16 mars 2010 19:07
                          Mille milliardaires à faire payer ?
                          ben non !! il suffit de leur reprendre tout ce qu’ils ont volé.....
                          Payer avec l’argent des autres , c’est trop facile....

                          • bob 16 mars 2010 19:57

                            Bonjour,

                            J’ai une idée alternative ( mais potentiellement complémentaire) : pourquoi ne pas reprendre aux gens malhonnêtes la totalité de leur patrimoine ? Suivant une origine illégale, le même capital devrait ètre alloué au remboursement de dettes arbitrairement imaginées par et pour ces gens.


                            • fredleborgne fredleborgne 16 mars 2010 20:08

                              1000 têtes à couper et on récupère 100%

                              Parce que récupérer 20% tant qu’on la leur laisse, c’est impossible.

                              Pour en sauver combien au final, si on considère les fonds nécessaires pour éviter les famines, vacciner les enfants, creuser des puits, construire anti-sismique... ?


                              • Pyrathome pyralene 16 mars 2010 23:17

                                Obama et les quarante voleurs...
                                .....ça sent le vinaigre ,outre-atlantique....le gang des mille ont du souci à se faire ...


                                • testarossa 17 mars 2010 09:17

                                  Ben voyons ! Les riches sont de plus en plus riches... et les pauvres sont de plus en plus riches !!!
                                  Effectivement BOUFFONS LE CAPITAL accumulé par les générations précédentes et c’est sûr, c’est comme ça qu’on va s’enrichir !!!

                                  Et c’est pourtant ce que nos chers gouvernants réalisent en taxant le capital au profit de la consommation... Résultat : les gouvernants attendent tous le dernier moment pour réduire les dépenses... Et puis, tant qu’on y est, consommons le capital accumulé par les générations précedentes, n’investissons plus, etc... Cela n’a qu’un seul résultat : conduire tout le pays, j’ai bien dit tout le pays, qui sera complètement asphyxié, faute d’utiliser les capitaux, qui devraient être considérés de la même manière que l’oxygène pour l’organisme...


                                  • Pyrathome pyralene 17 mars 2010 12:34

                                    Effectivement BOUFFONS LE CAPITAL accumulé par les générations précédentes et c’est sûr, c’est comme ça qu’on va s’enrichir !!!

                                    Un capital ? quel capital ? celui des dettes ?.....l’argent dette ? allez en causer deux mot à Paul Grignon....


                                  • Marti 17 mars 2010 09:53

                                    Donc on va amputer les grands patrimoines de 20% chaque année ? Au bout de 10 ans il ne restera plus grand chose à taxer et on en sera revenu au point de départ.


                                    • ravachol 20 mars 2010 15:59

                                      Tres beau model de societe que vous nous proposez là,mais il y aura
                                       forcement de la corruption ,et là que faudrat il faire ?
                                      Eh oui... si le pognon change de camp,les rapaces suivront.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès