Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Moi aussi, je veux un compte à la banque centrale !

Moi aussi, je veux un compte à la banque centrale !

La crise financière et la crise de la dette publique font peser un véritable risque sur les garanties de nos dépôts comme le démontre le récent retrait effectué par Siemens de 500 millions d'euros de la Société Générale vers son compte à la BCE. Il est temps de donner aux citoyens le désirant le droit d’ouvrir un compte à la banque centrale 100% garantie dans tous les cas de figure.

L’une des grandes absurdités de notre système monétaire et bancaire réside dans l’impossibilité pour les épargnants de détenir un compte en banque 100% garantie contre tout aléa économique, cela fut-il l’écroulement du système bancaire ou la faillite de l’Etat. Les Etats occidentaux ont répondu aux grandes paniques bancaires du XIXeme siècle et du début du XXème siècle en garantissant les dépôts effectués auprès des banques. Cependant, les crises conjointes des banques et de la dette publique font peser un risque certain sur ces garanties. Le sort de l’épargne de tous les français et de tous les européens est suspendu à la résolution de cette double crise.
 
Il existe pourtant un type de compte courant pouvant résister à tous les aléas économiques. Ce sont les comptes détenus à la Banque Centrale. Aujourd’hui, seuls les Etats et les banques privées ont le privilège de détenir ce type de compte. L’argent qui y est déposé n’est ni prêté ni investi, reste bien au chaud dans les coffres de la Banque Centrale Européenne et est retirable à tout moment. Les citoyens et les entreprises non-financières n’ont pas accès à ce type de dépôt et doivent se contenter de compte bancaire courant où l’argent est prêté ou investi à 98% dans la plupart des cas, mettant ainsi potentiellement notre épargne en risque.
 
Le risque de voir son épargne déposé sur compte courant s’envoler était quasi-inexistant lors des 60 dernières années. Il est devenu bel et bien réel comme le prouve le récent retrait de 500 millions d’euro de Siemens de la Société Générale vers sa holding bancaire… détenant un compte à la banque centrale. Faire confiance à une banque pour investir son argent et le lui fournir à la demande devrait être un choix et non une obligation. Aujourd’hui la seule alternative aux comptes bancaires classiques consiste à cacher son argent sous son matelas.
 
Le privilège des banques et des Etats à détenir des comptes de dépôts sûrs à 100% devrait être étendu à tous les citoyens et toutes les entreprises. Les banques auraient l’obligation légale de proposer un type de compte courant où l’argent n’est ni investi ni prêté mais déposé intégralement dans les coffres de la banque centrale. Ce compte courant fonctionnerait exactement de la même manière mis à part que votre argent serait bel et bien déposé quelque part et non pas prêté à quelqu’un d’autre. Ce type de dépôt sans risque a été proposé par le célèbre Prix Nobel d’économie James Tobin, le père de la fameuse Taxe Tobin, dans son ouvrage « Policies for Prosperity » et également défendu par des spécialistes de l’industrie financière à l’image de Lowell Bryan.
 
Comment les banques pourront-elles gagner de l’argent si l’argent est entreposé à la banque centrale ?
Les réserves à la banque centrale sont rémunérées par la Banque Centrale Européenne à hauteur de 0,75%. Ce serait la première source de financement. En deuxième lieu, les banques demanderaient des frais supplémentaires pour la gestion de ce type de compte. Ce serait pour ainsi dire le prix à payer pour la sécurité. Avec la technologie actuelle, le coût réel de la gestion des comptes courant est très faible. Le jeu de la concurrence battant son plein, les frais pourraient se révéler très faible pour la gestion d’un compte à la banque centrale.
 
L’argent qui n’est pas prêté par les banques diminuerait-il les prêts accordés à l’économie dans son ensemble ?
Non. Sans rentrer dans les détails techniques, l’apparition de compte courant à la banque centrale ferait naitre une forte demande de monnaie centrale de la part des banques qui échangerait alors des titres contre de l’argent auprès de la banque centrale. Il n’y aurait pas moins de prêt mais la banque centrale serait propriétaire de plus de prêt et les banques privées de moins.
 
Ce type de réforme pourra paraître farfelu à beaucoup. Il a pourtant été proposé très sérieusement au parlement britannique l’année dernière et décrite par le dirigeant de la banque d’Angleterre comme « une piste de réforme possible ». Le fait de pouvoir protéger son argent à la fois contre le vol en ne le gardant pas chez soi et de toutes les intempéries économiques ne devrait pas être un luxe destiné aux grandes entreprises détenant des holding bancaires mais un droit fondamental pour tous les citoyens.
 
Cet article provient du blog Révolution Monétaire

Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • 1984 25 octobre 2011 11:45

    Nous sommes là pour servir les banques, pas l’inverse !
    Pour qu’une telle législation soit possible il faudrait que les politiques ne soient pas uniquement là pour toucher des pots de vin !


    • Nathanael Faibis 25 octobre 2011 12:03

      Ce que vous dites est loin d’être faux. Cependant, une autre réforme proposée par James Tobin, la fameuse taxe Tobin faisait figure de joyeuse utopie seulement bon pour quelques altermondialistes il y a encore quelques années. Elle est aujourd’hui ardemment désiré même par les gens « pragmatiques » et « de bon sens ». Rien n’est impossible...


       

    • oncle archibald 25 octobre 2011 11:59

      Vous écrivez d’abord : « L’argent qui y est déposé n’est ni prêté ni investi, reste bien au chaud dans les coffres de la Banque Centrale Européenne et est retirable à tout moment. »

      Vous écrivez ensuite : « l’apparition de compte courant à la banque centrale ferait naitre une forte demande de monnaie centrale de la part des banques qui échangerait alors des titres contre de l’argent auprès de la banque centrale. Il n’y aurait pas moins de prêt mais la banque centrale serait propriétaire de plus de prêt et les banques privées de moins. »

      Si ça n’était pas l’argent déposé qu’elle preterait la banque centrale, ce serait lequel ? Celui de la planche à billets ?

      • Nathanael Faibis 25 octobre 2011 12:13

        C’est un point un peu complexe qu’il m’était difficile d’aborder dans un article aussi court. Il faudrait se pencher assez longuement sur le mécanisme de création monétaire pour y répondre sérieusement.




         Premier point sur lequel il faut être clair : La banque centrale ne prête pas l’argent qu’elle a en coffre.

        Deuxième point : l’argent sur votre compte en banque a été créé à 98% par les banques privées et commerciales. Ce n’est pas une théorie paranoiaque mais un fait déclaré ouvertmeent par toutes les banques centrales et tous les ouvrages standards de théorie économique

        troisième point : si votre compte en banque privé devient un compte en banque à la banque centrale, il faut transformer votre en argent créé par les banques en argent créé par la banque centrale. La banque doit donc acquérir de la monnaie de la banque centrale afin de couvrir intégralement votre dépôt en monnaie centrale. Pour ce faire, la banque va devoir vendre des actifs ( obligations d’Etat, d’entreprises, de particulier) à la banque centrale afin d’acquérir de la monnaie centrale. La banque centrale créée de l’argent et acquiert en contrepartie ces actifs.

        quatrième point : il n’y a pas augmentation de la masse monétaire. Certes la banque centrale va crééer de la monnaie pour acheter ces actifs mais cela équivaudra à la réduction de monnaie créé par le secteur bancaire. Il n’y a donc aucun risque d’inflation

        cinquième point : l’argent à la banque centrale est en sécurité. La banque centrale n’est pas une entreprise publique ou privée. Même si les actifs qu’elle détient s’effondre cela ne poserait que très peu de problème et ne mettrait aucunement en risque les dépôts à la banque centrale. 

         J’espère avoir éclairci un tout petit peu le sujet.

      • oncle archibald 25 octobre 2011 12:30

        Il y a longtemps que j’ai compris que l’argent était « virtuel » pour les banquiers, mais bien réel pour moi quand je bosse pour l’obtenir et quand je passe à la pompe faire le plein ou au supermarché pour remplir un caddy ..

        Ce que je voudrais éviter, c’est que mes maigres économies ne deviennent du « mauvais argent virtuel » qui ne permettrait plus de faire des achats .. 

        Mais je me sens totalement désarmé et « victime expiatoire probable » face aux banquiers qui sont devenus, tout simplement, maîtres de nos destinées .. Jusqu’à ce qu’un jour les manipulés n’en aient carrément marre et que tout ce beau monde se retrouve pendu à des balcons ou à des réverbères ..

        • Aldous Aldous 25 octobre 2011 16:53

          Article intéressant mais qui prend comme idée préconue qu’il faut que chacun ait un compte en banque.

          Or cela est une base de pensée absolument faussée qui mène l’auteur à des conclusions absurdes.

          1) il fut un temps ou seule une minorité de gens avaeint recours aux services bancaires et ne s’en portaient pas plus mal.

          2) la banque centrale européenne n’est pas une institution publique. C’est une institution corporatiste privée qui regroupe et représente les banquiers des pays de l’UE. Idem pour la réserve Fédérale qui est aussi fédérale que Federal Express (c’est à dire pas du tout) :

          En résumé le système des banques centrales c’est l’organisation des soviets appliqué aux banques.

          Les véritables questions sont :

          1) Avons-nous besoin des banques ? Pour quels prestations ?

          2)Qu’est-ce qui menace le patrimoine de ceux qui en ont ? Comment le protéger ?

          Réponses :

          Non. L’usage généralisé du compte en banque est le résulta de la loi qui oblige les employeurs à payer les salaires autrement qu’en liquide. Une fois le salaire versé à la banque, les gens ont préféré l’y laisser puisque sommes toutes il y était plus en sécurité que sous le matelas. Les prestations que le citoyen moyen attends d’une banque c’est ni plus ni moins que du gardiennage. Le crédit étant une prestation bien moins régulière et non liée à la tenue du compte. Mais le compte en banque ne protège pas l’argent du détenteur contre l’inflation ni les astuces du banquier pour inventer des frais de tenue de compte. Historiquement les gens protégeait leur avoir contre ces deux fléaux en conservant des pièces faites de métal précieux dans un coffre chez eux.

          La sécurité offerte par le compte en banque et par la monnaie papier sont pures illusions.

          Les banquiers ne sont ni plus ni moins hontes que les autres (sans doute moins en fait) et l’inventivité qu’ils déploient pour spéculer sur les avoirs qui transitent dans leurs livres est démoniaque.

          De plus dans ce système de plus en plus dérégulé, il n’y a personne pour conserver une vision globale sur le système et es bulles spéculatives qu’il développe de façon de plus en plus généralisée, obscure et simultanée.

          Pourtant il suffit d’ un peu de recul pour comprendre que le systeme financier ne génère aucune plus-value.

          Quand la minotité de 1% la plus riche draine de plus en plus d’argent alors que la création de richesse stagne, c’est qu’on est dans une chaine de Ponzi.

          Un jour elle s’effondre. C’est aujourd’hui.

          La question est qui va survivre (les états ou les banques) ?


          • Ruut Ruut 26 octobre 2011 10:36

            Sans banque, pas d’achats en ligne possible via carte de crédit.
            Sans internet plus d’accés aux TGV en Belgique et a d’autres services.
            Pour de plus en plus de service l’argent lique n’as plus de valeurs.

            Le problème est que l’argent virtuel obligatoire n’est pas garanti (comme les billets au bouts de plusieurs années.)

            Bientot les Francs ne vaudrons plus rien, probablement la meme chose pour l’euro dans quelques années.

            L’argent n’est plus garantis ni au niveau des billets ni au niveau virtuel.
            Je ne parle pas des pieces qui ne sont meme pas acceptées dans la majorité des distributeurs automatiques a pièces. (1 centime et 2 centimes valeur =0)


          • BA 25 octobre 2011 21:40

            Mardi 25 octobre 2011 :

             

            Euro : pour Fillon, un échec du sommet ferait basculer l’Europe « vers des terres inconnues. »

             

            François Fillon a estimé devant les députés UMP qu’un échec du sommet de la zone euro mercredi "pourrait faire basculer le continent européen vers des terres inconnues", dans des propos rapportés de source proche du groupe UMP et confirmés dans son entourage.

             

            "La pression ne cesse de s’accroître sur la zone euro et sur l’ensemble de l’économie mondiale", a souligné François Fillon.

             

            "Il est incontestable que les prévisions de croissance de l’économie mondiale sont en train de baisser de façon brutale", a-t-il ajouté.

             

            "Si les résultats du sommet européen sont positifs, le pessimisme sera enrayé sur les perspectives de croissance, a jugé le chef du gouvernement. Mais, a-t-il ajouté, nous vivons des jours cruciaux : si le sommet était un échec, cela pourrait faire basculer le continent européen vers des terres inconnues".

             

            http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gzlmU7KIgLcCmrFFfgXNO-6Od9zQ?docId=CNG.5f713e4bee096d0983ae7bd253e79907.631


            • al.terre.natif 26 octobre 2011 09:41

              Jamais tu ne donne ton avis BA ? Tu ne fais que c/C des bouts d’ailleurs ?


            • chantecler chantecler 26 octobre 2011 09:52

              Il n’y a pas si longtemps la Banque de France était ouverte aux particuliers (peut être pas tous mais pour les fonctionnaires c’est certain , faudrait vérifier ...)
              Elle fonctionnait gratis .
              C’est sans doute pour ça que l’on a fermé cette institution et bradé tous ses édifices ...

              Pour jeter toute la population dans les bras des banques privées qui spéculent avec nos dépôts .

              Les politiques nous ont vendu à la banque ....

              Qui a fusionné dépôts , affaires et assurances ...

              Et la crise vient surtout de là , avec la dette privée , puis que les marchés , dont les banques en sont les bras armés , nous tiennent en otage et que quoi qu’il arrive c’est l’état donc nos impôts , nos taxes, etc ....qui les maintiennent en état de fonctionner .

              Folie des années Reagan ,Thatcher ,des lois Pompidou / Giscard(le libéral) , dite Loi Rotschild et des décisions de Nixon de désindexer la valeur de l’or sur le $ .

              Le néolibéralisme était né , avec Friedman et sa secte des chicagos boys qui se sont imposés dans toutes les économies et toutes les politiques .
              Cr.


              • Nathanael Faibis 26 octobre 2011 10:30

                Bonjour,


                 Avez-vous des sources concernant cette ouverture des comptes à la banque de france pour les particuliers ? Je n’étais absolument pas au courant et ça m’intéresserait énomémrent de lire à ce sujet.

                 Je vous remerci d’avance.

              • pingveno 26 octobre 2011 10:14

                Les citoyens et les entreprises non-financières n’ont pas accès à ce type de dépôt et doivent se contenter de compte bancaire courant où l’argent est prêté ou investi à 98% dans la plupart des cas, mettant ainsi potentiellement notre épargne en risque.

                Vous êtes bien optimiste. Moi je dirais qu’il est prêté avec effet de levier à au moins 300 ou 400%. Quelqu’un a des chiffres ?


                • Nathanael Faibis 26 octobre 2011 10:52

                   Le taux de réserves officiel de la Banque Cezntrale Européeenne est de 2% sur les dépôts au sein de la Zone Euro. Cela veut dire que la banque peut prêter 98% et doit garder 2%. Dans les faits il y a, selon les chiffres de la BCE, 8500 milliards de dépots dans la Zone Euro et 190 milliards de réserves.


                • robin 26 octobre 2011 11:15

                  Gauche droite, socialiste, libéral de droite, tout ça c’est des clivages attrape gogos, la réalité c’est que le monde médiatico politique est une scène de théatre destinée à cacher aux peuples qu’en réalité il est en dictature financière depuis au moins l’abandon de la création monétaire par les Etats. Le but étant de faire croire aux peuples qu’ils sont responsables de vivre au dessus de leurs moyens alors que les sinistres clowns qui leur tient lieu de dirigeants ont jeté l’argent par les fenêtres sans les consulter ou si peu. Le contribuable n’est bon quà une chose : éponger les dettes de jeu de cette mafia mortifère, le problème est qu’au niveau où on est maintenant je ne sais même pas si devenir SDF y suffirait.


                  • non666 non666 26 octobre 2011 12:42

                    Pusieurs choses.

                    1) Il est déjà possible d’ouvrir un compte à la banque de France et cela, pour TOUS les citoyens.
                    L’avantage est que ses services sont gratuits.
                    L’inconvenient est qu’il y est interdit d’avoir un compte dans le rouge.

                    2) Il est egalement possible d’avoir un compte au trésor public.
                    Vos chèques seront toujours acceptés partout...
                    les avantages et les inconvenients sont les memes qu’a la banque de France.
                    Le reseau des perception du tresor public est juste un peu mieux fourni.

                    3) La possibilité d’etre à l’abri des faillites des banques privées, dont les benefices sont redirigés vers les paradis fiscaux de suisse ou du luxembourg et les deficit vers nos impots existe...
                    Depuis que l’ex-employé des Rottschild, Pompidou , a fait supprimer la capacité d’endettement de l’Etat français vers sa banque centrale, l’etat s’est aussi engagé a ne pas faire de pub pour les reseaux bancaires potentiels des perceptions, des annexes de la banque de france, de la caisse d’epargne, de la caisse des depots et consignations ou vers la poste.
                    La privatisation de la poste a juste fait sauter cet unique verrou recemment.
                    C’est parceque la totalité de la classe politique « française » (en fait « hollandaise » ou « hongroise » si l’on se fit aux candidats du systeme à la prochaine présidentielle) est corrompue et aux ordres des banksters que cette possibilité n’est jamais evoquée.

                    OR, si les français mettaient leurs depots dans ces institutions, une bonne partie de la dette publique serait reglée et il n’y aurait plus de speculations a nos frais et avec effet levier (effet multiplicateur) par les banques, avec nos depots.
                    Nous ne serions pas non plus soumis aux diktats des financiers apatrides aux doigts crochus qui font aujourd’hui regner la terreur chez « nos » dirigeants.

                    Il n’y a qu’une seule raison qui fait que cette possibilité n’est jamais evoquée :
                     a qui profite le crime ?
                    Qui controle l’information en France ?
                    Quels seront les prochains candidats des grands partis à la prochaine présidentielle ?
                    Tous les elements du puzzle sont devant nous, il suffit de les comprendre.


                    • glutenmilke 26 octobre 2011 14:18

                      Hum il semblerait qu’ouvrir un compte à la banque de France ne soit plus possible au citoyen lambda depuis la loi du 4 août 1993 :

                      Art. 17. - Peuvent être titulaires de comptes à la Banque de France :

                      1° Les organismes régis par les dispositions de la loi n° 84-46 du 24 janvier 1984 relative à l’activité et au contrôle des établissements de crédit ;

                      2° Le Trésor public, les services financiers de La Poste, l’institut d’émission des départements d’outre-mer, l’institut d’émission d’outre-mer et la Caisse des dépôts et consignations ;

                      3° Les sociétés de bourse régies par la loi n° 88-70 du 22 janvier 1988 sur les bourses de valeurs ;

                      4° Les banques centrales étrangères et les établissements de crédit étrangers ;

                      5° Les organismes financiers internationaux et les organisations internationales ;

                      6° Dans les conditions fixées par le Conseil général, les agents de la Banque de France, ainsi que toute autre personne titulaire de comptes de clientèle à la Banque de France à la date de publication de la présente loi ;

                      7° Tout autre organisme ou personne expressément autorisés par décision du Conseil général à ouvrir un compte à la Banque de France.


                    • BA 26 octobre 2011 13:18

                      Mercredi 26 octobre 2011 :

                       

                      L’Italie émet 10,5 milliards d’euros d’obligations, forte hausse des taux.

                       

                      L’Italie a émis au total mercredi 10,5 milliards d’euros d’obligations dont les taux d’intérêt ont une nouvelle fois augmenté, signe de la méfiance des investisseurs, a annoncé la Banque d’Italie.

                       

                      Dans le détail, le Trésor italien a émis 8,5 milliards d’euros d’obligations à six mois et 2 milliards de certificats du Trésor zéro-coupon à deux ans, atteignant ainsi son objectif grâce à une demande soutenue qui s’est élevée au total à plus de 17 milliards d’euros.

                       

                      Mais la péninsule a dû concéder une nouvelle fois une hausse des taux d’intérêt en raison de la méfiance des investisseurs.

                       

                      Les taux des titres à six mois ont fortement progressé à 3,535 % contre 3,071 % lors de la précédente émission similaire le 27 septembre, tandis que les taux des certificats à deux ans ont augmenté à 4,628 % contre 4,511 %.

                       

                      http://www.romandie.com/news/n/_L_Italie_emet_105_mds_EUR_d_obligations_for te_hausse_des_taux261020111110.asp

                       

                      Plus les jours passent, plus l’Italie emprunte à des taux de plus en plus exorbitants.

                       

                      Plus les jours passent, plus l’Italie se rapproche du défaut de paiement.

                       

                      L’Italie sera le quatrième domino à tomber.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès