Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Mondialisme, meilleure productivité, durée de travail accrue : à qui cela (...)

Mondialisme, meilleure productivité, durée de travail accrue : à qui cela profite ?

Le mondialisme est l’idéologie qui préconise la mondialisation. La mondialisation conduit à l’échelle planétaire à l’uniformisation des activités, croyances, valeurs et caractéristiques humaines.

  • Meilleure productivité et plus de durée de travail : à qui cela profite ?

La productivité s’améliore en permanence, mais en même temps on nous dit que la durée de travail ne peut qu’augmenter et que l’immigration depuis l’Afrique et l’Asie est indispensable. Dans la suite de cet article il est exposé à qui profitent l’augmentation de la durée de travail et l’immigration massive des non-Européens.

  • Autrement dit, les questions concrètes auxquelles répond le présent article sont :

Pourquoi, alors que la productivité augmente en permanence, certains prétendent-ils qu’il faut augmenter la durée de travail ? Pourquoi les politiques antidémocrates de l’Union européenne agissent-ils en faveur de la mondialisation et de l’immigration en provenance d’autres continents ?

Pourquoi le protectionnisme à l’échelle de l’Europe est-il une idée combattue par les politiques qui tiennent le pouvoir dans l’Union européenne ?

  • Des alternatives existent :

Il est possible d’organiser une société stable avec le demi-milliard d’habitants de l’Union européenne, qui représentent la plus grande concentration d’ouvriers et d’ingénieurs qualifiés de la planète. À terme, une union avec la Fédération de Russie devrait assurer les ressources premières nécessaires à l’autosuffisance.

Cet ensemble de peuples européens, présents historiquement sur un territoire s’étendant sur tout le continent européen et sur la Sibérie jusqu’à Vladivostok, devraient pouvoir organiser leur avenir, fondé sur leurs spécificités, sur leur héritage notamment culturel, en évitant de succomber et de disparaître sous la poussée de l’uniformisation mondialiste qui agit au niveau de la planète.

  • Introduction :

Si vous disposez du temps, je vous propose de lire tranquillement les observations suivantes, et de partager avec moi certaines constatations que l’on peut résumer ainsi :

- L’exercice de la démocratie est très fortement limité, peut-être même impossible, quand les intérêts des investisseurs étrangers interviennent dans le choix des orientations politiques.

- Si la démocratie était permise par ceux qui sont au pouvoir, nous pourrions faire d’autres choix, en évitant l’expansion permanente de l’économie consumériste, tout en améliorant le niveau de vie dans l’Union européenne.

Cet article ne se positionne pas dans un débat entre économistes professionnels qui s’affrontent à coup de théories savantes basées sur des études effectuées à partir d’hypothèses sélectionnées selon les convictions idéologiques que les uns ou les autres visent à imposer.

Cet article est développé en partant d’un ensemble d’observations très simples que chaque citoyen doué de bon-sens est à même de faire.

Je ne veux ici faire aucun lien avec n’importe quelle idéologie. Je souhaite observer sans parti pris et écrire les pensées que suscitent mes observations. Toutes les idées peuvent être discutées et améliorées. La question que j’ai en permanence présente à l’esprit est : où sont les décisions démocratiques, où est le respect de la volonté de la majorité des citoyens européens ?

  • Développement :

Est-il vrai que si la population de l’Union européenne est réduite en raison du bas taux de natalité, le niveau du bien-être matériel de la population européenne sera réduit, excepté si nous continuons à favoriser l’immigration massive en provenance d’Afrique et d’Asie ?

Certains, et notamment ceux qui sont au pouvoir (le clan politico-mediatico-industriel), prétendent que cette immigration non-européenne « est nécessaire dans les pays de l’Europe où la question de la démographie en chute accélérée est le problème majeur. La croissance économique, les dépenses de consommation, les futures pensions publiques, etc. sont aujourd’hui étroitement liées avec l’immigration ».

À ces arguments s’oppose la réponse lucide suivante :

« Ce n’est que de la propagande. C’est l’argument des personnes qui sont convaincues que nous ne devons vivre que pour une économie en croissance. Ça devrait être le contraire. L’économie est à notre service et nous devrions pouvoir décider quelle dimension de l’économie nous voulons.

Mais même l’argument économique est très douteux. La question démographique a de nombreuses facettes. Il y a beaucoup de voies pour assurer une retraite décente en Europe. L’immigration des non-Européens est la moins attrayante parmi les nombreuses voies. »

La question est pourquoi, parmi beaucoup de voies, les politiques ont anti-démocratiquement décidé en faveur de la mondialisation et de l’immigration depuis d’autres continents qui détruisent l’identité européenne et la façon de vivre européenne ?

La dictature économique de la mondialisation dans l’économie en expansion a été décidée anti-démocratiquement, de façon consensuelle par les politiques détenant le pouvoir au sommet de l’Union européenne, tous quelle que soit leur orientation politique selon l’axe Gauche/Droite (1) (voir la note en fin d’article). Cette contrainte, de la mondialisation obligatoire dans l’économie obligatoirement en expansion, impose les niveaux élevés de production et exige du consommateur des dépenses sans cesse plus élevées, et dans ce but a en conséquence besoin que dans les États membres de l’UE la population soit nombreuse et dépensière pour consommer sans retenue. Mais le taux de natalité est bas parmi les Européens d’origine (non seulement dans l’Union européenne mais sur le continent européen entier) et à présent les citoyens européens sont censés accepter avec reconnaissance l’immigration massive en provenance de l’extérieur du continent européen. C’est une des conséquences de ces décisions antidémocratiques au sujet de la mondialisation. Est-ce la seule solution possible, la seule direction envisageable ? Pourquoi nous, citoyens européens, n’avons pas le droit à un choix démocratique concernant le mondialisme et l’immigration massive en provenance de l’extérieur de l’Europe ?

Afin de comprendre les réponses à ces questions, il n’est pas nécessaire d’avoir une connaissance profonde des règles de l’économie. Il suffit de suivre quelques simples étapes de raisonnement rationnel.

Imaginons qu’il y a une communauté humaine appelée UE. Imaginons que la population de la communauté appelée UE, en l’absence de l’immigration et en raison du bas taux de natalité, sera dans peu d’années divisée par 2.

Ensuite examinons quelles en sont les conséquences sur l’activité de travail et sur le marché.

Les conséquences globales peuvent être illustrées par quelques exemples simplifiés. Par exemple dans une entreprise où dix ouvriers produisaient des marchandises nécessaires à une population de cent, maintenant cinq ouvriers sont nécessaires pour produire des marchandises nécessaires à la population de cinquante. Dans toutes les branches d’activité le même rapport est observé, par exemple seulement trois professeurs sont nécessaires pour enseigner à 21 enfants, là où six professeurs étaient nécessaires pour enseigner à 42 enfants.

Puisque les ouvriers font le même travail avec la même productivité, et parce qu’ils produisent la même richesse, ils reçoivent le même salaire. Les ouvriers produisent globalement moitié moins mais les besoins de la population sont également moitié moindres. Chaque individu a à sa disposition la même quantité de marchandises et de services qu’avant.

En vérité, puisque la productivité augmente grâce à l’amélioration permanente des procédés industriels ou des services, les ouvriers pourraient travailler moins d’heures en produisant les mêmes quantités de marchandises ou de services. L’augmentation de la productivité est plus rapide que l’augmentation de la part des citoyens âgés dans la population. Cela signifie que grâce à la productivité toujours plus élevée, il n’est pas nécessaire de reculer l’âge de la retraite, donc de travailler plus vieux, afin de soutenir la population à la retraite. Grâce à l’augmentation de la productivité on pourrait même progressivement réduire la durée globale de travail. Le niveau de vie, ce ne sont pas seulement les biens matériels, c’est aussi la quantité de temps disponible pour la vie privée.

L’observation la plus importante est que personne ne s’est appauvri dans cette communauté où la population a été divisée par 2.

Cependant, les propriétaires des entreprises reçoivent la moitié des profits antérieurs, car le marché, donc le chiffre d’affaires, est divisé par 2.

Il y a deux possibilités : les propriétaires directs sont soit des individus (des personnes physiques) qui appartiennent à la communauté UE ou bien nous considérons que les propriétaires sont des fonds d’investissement.

Si les propriétaires sont des individus alors, individuellement, ils ne sont pas appauvris, parce que dans les familles qui possèdent des entreprises la population est également divisée en moyenne par 2 comme l’est la population entière.

Si les propriétaires sont des fonds d’investissement, puisque leur nombre n’a pas changé, alors les fonds sont devenus moitié moins riches parce qu’ils possèdent des entreprises dont le chiffre d’affaires et les profits ont été réduits de moitié.

Maintenant vous pouvez dire que ce sont les individus qui sont les actionnaires finaux des fonds, et puisque le nombre de ces personnes a été divisé par deux, en moyenne chacune de ces personnes ne s’est pas appauvrie. Ceci est vrai si les actionnaires appartiennent à la communauté appelée UE.

Mais les entreprises dans l’UE appartiennent en partie ou complètement aux propriétaires extérieurs à l’UE, là où la population n’est pas réduite de moitié mais est même multipliée. Et ces propriétaires étrangers veulent des bénéfices toujours plus élevés dans les compagnies européennes. Un exemple de ce genre d’actionnaires sont les fonds de pension prédateurs, qui à travers le monde achètent, dépècent, se remboursent sur leurss victimes en engrangeant de gros profits, n’investissent pas pour pérenniser l’entreprise, mais abandonnent la carcasse exsangue et partent ailleurs dans le monde recommencer leurs agissements.

De telles compagnies multinationales veillent uniquement à leurs propres intérêts et elles utilisent le prétexte de la concurrence au niveau mondial pour faire pression sur les États afin d’agir selon les intérêts des actionnaires étrangers.

Les politiques au pouvoir sont sous forte influence des lobbies économiques internationaux. Les politiques au pouvoir acceptent pour des raisons diverses cette gouvernance dictée par des lobbies : l’idéologie aveugle, la corruption insatiable, etc. Là sont les véritables motivations des discours politiques qui poussent la population européenne à accepter sans cesse « plus de productivité et plus de durée de travail ainsi que plus d’immigrés non-européens ».

Plus nous acceptons le mondialisme et sa pression globalisatrice sur l’économie de l’UE, et plus les intérêts étrangers dicteront des décisions politiques à l’UE, et moins nous, citoyens européens, serons libres pour décider démocratiquement, selon les souhaits de la majorité de la population, quel type d’organisation nous voulons pour notre communauté et quelles orientations nous préférons pour notre économie.

Les politiques de l’UE, dont les décisions ne reflètent pas la volonté majoritaire des citoyens, qui de ce fait sont antidémocrates, et qui sont en faveur de la mondialisation de l’économie, sont en faveur de la dégradation du niveau de vie en Europe.

  • Rappelez-vous que les réponses aux questions posées en début de l’article sont :

Si la population de l’UE est réduite en raison du bas taux de natalité, le niveau de vie (du bien-être matériel et des services) de la population européenne peut être maintenu. Mais le revenu du capital investi sera réduit. Parce que le capital investi dans l’UE est dans les mains étrangères, on veut nous obliger à accepter les ordres de la part des intérêts étrangers qui veulent nous dicter quelle doit être l’organisation de notre communauté appelée UE.

  • Au sujet de la démocratie dans l’Union européenne, la conséquence est :

Nous constatons que ce ne sont pas les choix démocratiques de la population européenne qui décident au sujet du futur de l’UE, au sujet des orientations économiques de l’UE et au sujet des frontières ouvertes.

Ce sont les intérêts économiques étrangers qui décident au sujet des orientations économiques de l’UE et au sujet des frontières ouvertes. Ces frontières ouvertes concernent la concurrence mondiale dans les services et dans la production des marchandises, et concernent l’immigration depuis d’autres continents, en fait d’Afrique et Asie. Cette dictature du mondialisme ne permet pas aux citoyens de l’UE de choisir leur façon de vivre, leurs valeurs principales, leur identité.

Maintenant vous comprenez pourquoi dans ce contexte de l’économie globalisée, mondialisée, la démocratie ne peut pas être établie dans l’UE, la volonté de la majorité des citoyens n’est pas respectée dans de nombreuses décisions politiques.

Si nous voulons la démocratie dans les États membres de l’UE, il faut d’abord changer l’actuelle orientation qui pousse vers l’économie mondialiste, soumise aux intérêts du capitalisme mondial donc aux intérêts étrangers non-européens.

Comment la population européenne peut-elle obtenir ces changements malgré la dictature du mondialisme ?

La solution pour la démocratie sont les référendums, notamment les référendums sur l’initiative du peuple. Nous, citoyens européens, devons employer tous les moyens pour exiger et obtenir le droit de disposer de référendums de deux types - obligatoires pour certaines questions fondamentales et sur l’initiative des citoyens pour la supervision des décisions politiques - au niveau paneuropéen concernant l’UE, ainsi que dans chaque État membre de l’UE !

Le mécanismes qui permettraient de garantir la démocratie sont décrits dans l’article « Démocratie participative et poids des lobbies » ; lien :

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=21702

==============

(1) Note : sur l’ambiguïté de la classification des orientations politiques selon l’axe gauche/droite vous pouvez lire l’article « Partis politiques en Europe : gauche-droite, nationalisme-globalisation » ; lien :

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=21200


Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 21 mai 2007 11:28

    « Travailler plus pour nous faire gagner plus » est un plan du programme « Nous, les riches » associé à celui de l’ami américain Bush, futur ex-président des Etats-Unis qui s’intitule « We fuck the world ». Profit et cynisme sont les deux mammelles du capitalisme triomphant.


    • Ac- 21 mai 2007 13:20

      super commentaire appuyé par une réflexion économique maitrisée et fine...


    • La Taverne des Poètes 21 mai 2007 14:21

      Comme mû par une sorte de réflexe inconscient pavlovien, j’ai mis deux « m » à « mamelles », pensant que cela allait par deux !


    • Parmenioneyes 21 mai 2007 16:03

      L’immigration tue l’identité européenne et la facon de vivre européenne ? un peu court comme explication au regard du reste. Pourquoi ne parlez-vous pas de façon de vivre à l’occidentale plustôt que d’identité européenne qui est un discours dangereux. Vous avez une vision bien étroite de l’identité européenne, au fait c’est quoi l’identité européenne ? plusieurs traditions culturelles en mouvance constamment enrichi par les flux migratoires. Les identitées sont volatiles ou alors elles sont figées et meurtrières. L’être humain c’est toujours déplacé pour plusieurs raisons et pas seulement pour des raisons économiques, ce n’est pas demain que ca va changer.


      • Rayves 21 mai 2007 17:43

        Tissu de contre-vérités assénées sous le couvert d’un pseudo bon sens mais teintées d’une réelle et profonde xénophobie.

        Envisagez-vous aussi de fermer les frontières aux avancées médicales réalisées en dehors de l’Europe ? ... ainsi qu’aux oeuvres littéraires, musicales ou cinématographiques ?

        Rayves


        • Nicolas Nicolas 21 mai 2007 19:56

          Je n’ai pas tout lu. Mais il me semble que, concernant l’immigration, on peut remarquer que ce sont des gens sans qualification, peu employable, alors même que depuis 20 ans tous les métiers peu qualifier dégage en Asie. Bref, dans un monde sans frontiéres où les entreprises sont mondialisés, je ne vois aucun interet économique à l’immigration. La quantité n’a jamais remplacé la qualité. D’ailleur, il faut voir ce que nous coute les immigrés pour bien voir qu’ils n’apportent rien de positif de ce point de vu.


          • lyago2003 lyago2003 21 mai 2007 20:25

            A qui celà profite ? aux ouvriers d’après sarko aux patrons d’après Royale !

            Aux boursicotteurs çà c’est sûr !


            • Christoff_M Christoff_M 22 mai 2007 11:34

              le systeme de production, mondialisation est en train d’atteindre ses limites, on ne peut pas par ex dans le dom de l’automobile acheter des voitures tous les ans !!

              les gens remplissent leurs caddies pour se gaver et devenir obèse et les pays occidentaux ont tout fait pour faire emmerger de nouveaux pays, pour que ceux-ci consomment et relancent la machine, parce qu’eux mêmes comme les états unis sont au bord de la saturation et de l’endettement max,tout le contraire de la croissance tant vantée par le libéralisme et qui n’existe que durant un temps quand un pays se développe, et qui stagne après !!


              • Bof 28 mai 2007 20:31

                De la mondialisation ,l’article dévie vers l’Europe . Alors, disons que pour la France, avec ses dettes ,elle est plus que guidée par ses créantiers ...alors, sa « liberté » est limité ....Mais, qui a fait disparaitre nos fleurons industriels qui furent regroupés pendant les nationalisations ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès