Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Monnaie alternative : l’Epi Lorrain en complément de l’Euro (...)

Monnaie alternative : l’Epi Lorrain en complément de l’Euro !

Une quinzaine de Lorrains de France et de Belgique du Groupe Financité Lorraine a dernièrement lancé une monnaie complémentaire à l’Euro. Elle s’appelle l’Epi et circule dans les villes et villages situés de part et d’autre de la « frontière », notamment en Gaume et dans le bassin de Longwy.

Le raisonnement du Groupe se base sur plusieurs constats irréfutables. Le système actuel est source de nombreuses d’injustices. « Les pauvres paient plus que les riches. Les banques font des choses interdites aux autres, comme par exemple battre la monnaie et se font payer ce privilège en exigeant des intérêts. L’économie repose sur l’emprunt et non sur les richesses réellement créées ».

Pourtant, l’idée du Groupe n’a rien de révolutionnaire. Les monnaies complémentaires existent en effet depuis plus d’un siècle. On en compte aujourd’hui plus de 5 000 à travers le monde, au Japon, au Canada, au Royaume-Uni et même en France. De tous temps, elles ont permis de redynamiser des territoires en crise, en particulier à cause des travers des systèmes bancaires. Par exemple, en Argentine, il y a une dizaine d’années, des secteurs gravement touchés ont réussi à tenir le coup grâce à elles. Mais, au final, comme pour le Wörgl en Autriche, en 1932, elles sont combattues par les élus et les banques, car elles affaiblissent leur pouvoir. Elles font en tout cas beaucoup de bien aux producteurs locaux, qui ne sont plus saigner par les grandes surfaces.

L’Epi Lorrain vise la pérennisation et la relocalisation d’activités économiques et commerciales. Afin que la monnaie puisse conserver son autonomie, seuls des biens de première nécessité peuvent être réglés en Epi, à savoir des aliments, des vêtements ou encore des matériaux de construction pour les bâtiments. Pour faciliter les conversions, un Epi vaut un Euro. Les lieux de change de la monnaie se trouve chez des commerçants qui adhérent au principe. Un pourcentage de 2 % est octroyé au commerçant qui change, afin qu’il trouve son compte dans l’opération. Mais pour repasser en Euros, ce pourcentage est de 5 %. L’argent récolté est prêté à taux zéro pour des projets régionaux, environnementaux ou encore sociaux.

La valeur de l’Epi est par ailleurs fondante, c’est-à-dire qu’elle baisse quand il est stocké. Le but est d’éviter que des sommes fortes soient mises de côté et ne fassent plus tourner le système, comme c’est aujourd’hui le cas avec l’Euro. Des cases pourraient être mises sur chaque billet. Quand le billet est utilisé, un petit tampon, qui changerait tous les six mois, serait posé. Si le billet ne présente pas ce tampon, il aura moins de valeur.

Des dizaines d’associations, de commerçants et d’entreprises ont signifié leur intérêt pour l’Epi. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Kalki Kalki 17 septembre 2011 11:50

    Dites les petits fonctionnaires d’élus de gauches qui passent dans le coins

    "Quand le dernier arbre sera abattu,
    La dernière rivière empoisonnée,
    Le dernier poisson pêché,
    Alors vous découvrirez
    Que l’argent ne se mange pas."

    Proverbes crees (Indiens du Canada)

    quand : l’austérité signifiera couper les retraites , soit dans les faits, tout ce qui finance encore vos finance ( et l’économie réelle , selon votre vision depuis des décennies )

    Vous faites quoi ?

    Vous voulez une corde ?


    • Daniel D. Daniel D. 17 septembre 2011 12:03

      Génial de l’argent qui perd de sa valeur !

      "Les lieux de change de la monnaie se trouve chez des commerçants qui adhérent au principe. Un pourcentage de 2 % est octroyé au commerçant qui change, afin qu’il trouve son compte dans l’opération. Mais pour repasser en Euros, ce pourcentage est de 5 %.
      [...]
      Des dizaines d’associations, de commerçants et d’entreprises ont signifié leur intérêt pour l’Epi. "

      En plus des frais supplémentaires, ces papiers n’ont aucune valeur légale réelle, ils fonctionnent uniquement sur le volontariat(et uniquement sur une partie du territoire)

       C’est une monnaie de singe sur laquelle certains se font de l’argent, transformant son but noble de départ en une sombre affaire de planche a billet déguisé.

      Ce qui est bien avec les Epi et autres monnaies fantômes c’est que l’on peut faire des faux et ne pas pouvoir être condamné pour fausse monnaie !

      Je n’aime définitivement pas ce système,

      Daniel


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 17 septembre 2011 13:45

        C’est un genre de monopoly en fait...


        Ce qui est amusant c’est de voir toutes ces associations et ces « monnaies locales » fonder leur principes sur, selon, eux, une base nouvelle de la monnaie, alors qu’il ne font que réinventer l’eau chaude.

        Seul le nom change, mais le principe reste le même.

      • Daniel D. Daniel D. 17 septembre 2011 15:05

        Exactement, rien de neuf ni de crédible en application nationale, a moins de vouloir l’Europe a double monnaie : l’euro commun et les pseudos monnaies de singes nationales avec un taux de change papier pourri contre euro.

        L’objectif long terme devrais être évident, mais les aveugles souhaitent le rester, cela flatte leur ego d’avoir réussi a faire quelque chose.... que ce soit contreproductif pour ce qu’ils souhaitent sur le long terme ne les choquent même pas.

        Pauvre de nous, y as un travail de mise a niveau culturel monstrueux pour qu’ils arrivent enfin a comprendre.

        Daniel


      • bingofuel 17 septembre 2011 17:01

        Je trouve au contraire cette initiative bien plus géniale et courageuse que vous voulez la laisser paraître.

        Pourquoi en effet rester dépendant d’un système de planche à billets, qui par effet cascade revient à un privilège d’omnipotence concédé à une poignée de banques américaines privées qui n’ont rien à faire de la survie des économies locales. Une monnaie régionale contrôlée par les élus est un vrai chemin de retour à la démocratie.

        N’est ce pas sur cette logique que les chinois se sont fait aussi leur place au soleil des superpuissances mondiales ?


        • lechoux 17 septembre 2011 17:57

          Non, les chinois ont vendu leur travail en lieu et place du travail des pays qui ont acheté leurs produits à un prix plus élevé que le coût du travail chinois. La différence entre le prix vendu et le coût de fabrication a enrichi la Chine. A cela vient s’ajouter les frais de transport, de douane de marge des différents intermédiaires. Au final l’acheteur a appauvri son pays de la différence de coût entre celui de son pays et celui de la Chine ou du pays de fabrication. Coût annuel à multiplier par une moyenne de 400 millions de chinois sur 20 ans.
          En 2006, la différence de prix final était estimé à 0,6(National Value) entre le produit français et le produit chinois. En supposant que la Nvalue moyenne sur 20 ans était de 0,4 : 400x20x(1-0,4) = 4800 Millions d’années de travail gagnées par la Chine.


        • Robert GIL ROBERT GIL 17 septembre 2011 18:41

          Pour que cette monnaie n’alimente pas l’épargne mais finance l’économie et facilite les échanges, il faut qu’elle ait une date de péremption et perde de sa valeur dans le temps. Sa valeur serait égale à celle de l’euro pour faciliter les échanges intérieurs, mais évidement elle ne serait ni cotée ni convertible en une autre monnaie. Elle serait utilisée et acceptée sur tout le territoire français.Voir cet article sur le sujet :

          http://2ccr.unblog.fr/2011/03/13/une-monnaie-alternative-le-franc/


          • Daniel D. Daniel D. 17 septembre 2011 20:11

            L’Euro pour l’Europe du fric et des bouts de papiers pour les plèbes nationales.

            Hop, on passe tranquillement a la paye en papier pour la consommation nationale vu qu’accepté partout et on garde l’euro pour le reste...

            Bref une monnaie en commun et de nouveau des monnaies différentes nationales papier pour pouvoir dévaluer discret sans gêner les financiers qui utiliseront l’euro bien protégé car indépendants des monnaies de consommations nationales !

            Réflechissez un peu !


          • Catherine Segurane Catherine Segurane 17 septembre 2011 19:11

            L’intérêt pour le consommateur, où est-il ?



            • Le péripate Le péripate 17 septembre 2011 20:39

              Ah bon, tu veux me payer en monnaie fondante ? Est-ce que tu me prends pour un con ?

              Paye-moi plutôt en vaches, ou en cigarettes, sinon va-te faire voir.


              • Catherine Segurane Catherine Segurane 17 septembre 2011 23:03

                Même avis.


                La possibilité d’épargner est un droit.

                Pas l’intention de tout sacrifier au profit des entreprises, même locales.


              • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 28 septembre 2011 15:33

                Vous ne semblez pas comprendre qu’il peut y avoir plusieurs monnaies correspondant à différents usages. Avec une monnaie fondante on n’épargne pas, ce n’est pas fait pour ça ; mais c’est très bien pour échanger et plus on échange vite, plus la communauté économique est prospère avec la même quantité d’argent en circulation ! Car finalement, ce n’est pas l’argent qu’on mange, c’est ce qu’on achète avec l’argent. Je salue cette initiative qui tend à redonner toute sa valeur à la monnaie : un symbole, seulement un symbole. 


                • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 13 décembre 2013 22:28

                  Payer en anges à Hagondange

                  Il est désormais possible de payer ses achats à Hagondange en coupures de 1, 5, 10, 20 ou 50 anges. Cette nouvelle monnaie alternative locale a été mise en place par le syndicat des commerçants et artisans. Concrètement, les consommateurs se voient remettre la monnaie de leurs achats en euros, sous la forme arrondie en anges. C’est gagnant-gagnant, les billets servent aux prochains achats en ville et remplacent les remises et les bons d’achat. La première émission d’anges comprend 5 000 billets. Cette monnaie locale fait référence à la consonance en « en ange » des communes autour de Hagondange.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès