Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > « Morale » et capitalisme financier

« Morale » et capitalisme financier

Ethique à Nicosark : Dans ce petit article je propose une lecture du concept de moralité dans la finance.

Accusé levez-vous ! Boris Picano-Nacci, le « petit frère » de Jerôme Kerviel est soupçonné d’être à l’origine de la perte de 751 millions d’euros subie par les Caisses d’épargne. Ce trader aurait surpassé ses droits en matière de prise de risques, il est donc mis en examen pour « abus de confiance » et risque trois ans d’emprisonnement et 375 000 euros d’amende, mais passons, les traders sont formés pour gérer les risques. De fait, on peut enfin souffler : les « Guy Georges » des marchés financiers sont derrière les verrous et la machine financière va pouvoir poursuivre son petit bonhomme de chemin, loin de tout soupçon quant aux probables excès qu’elle génère en tout impunité. Malheureusement quand on pisse sur le mur du voisin, la dernière goutte atterrit toujours sur ses chaussures, et quelle goutte : un raz de marée d’imbrication et d’enchevêtrement de problèmes financiers divers et variés. Plus de liquidité interbancaire, des actifs financiers en décrépitude, des nationalisations de banques (on imagine alors la pauvre madame Thatcher risquant l’infarctus), un resserrement du crédit avec toutes les implications néfastes envisagées sur la sphère réelle de l’Economie et j’en passe et des meilleurs. La cause ne fait aucun doute, le consensus veut que les excès de la finance soient dus à une sorte d’immoralité collective où tout un chacun se complet plus ou moins joyeusement suivant la taille de son portefeuille de titres financiers. Pire, en Italie, la mafia devient prêteuse en dernier ressort pour les entreprises qui ne s’en sortent plus, Le journal des Finances du 17 novembre 2008 ne manque pas de rappeler le caractère immoral de ce type de pratique, ce même journal qui n’hésiterait pas, si profit à faire il y’a, à gaiement nous enjoindre d’acheter des actions de l’entreprise Areva, qui exploite, dans une joyeuse précarité (de façon précaire) les Nigériens dans les mines d’uranium. Heureusement nos plus grands défenseurs de la libéralisation financière ont su retourner leur veste et ne seront pas inquiétés de leur activisme manifeste envers la grande lutte pour l’Economie libérale. Et pour nous rassurer un peu plus, The Economist de la semaine du 15 au 21 novembre 2008, journal de référence en matière d’Economie, réputé très sérieux, nous apprend que notre très cher président est un éminent socialiste ! Ouf ! Quant à la question de qui va boire le bouillon, on connait la musique, les profits privatisés le resteront et les pertes seront socialisées.
 
 Du coup on peut essayer de voir un peu ce qui ne va pas du côté de la théorie, on pourrait penser que les fondements de l’Economie de marchés sont responsables de nos maux. Or dans la théorie rien ne s’oppose à cette financiarisation de l’Economie, au contraire, selon le modèle d’équilibre général de K. Arrow et G. Debreu (récompensés par le prix de la banque de Suède en la mémoire d’Alfred Nobel), plus il y a d’actifs contingents aux différents états de la nature, plus on se rapproche d’un équilibre Pareto-optimal, c’est-à-dire un état dans lequel on ne peut pas améliorer le bien-être d’un individu sans détériorer celui d’un autre, cet équilibre garanti au passage un partage optimal des risques. Il n’existe donc aucun obstacle moral à créer de nouveaux actifs financiers puisque cela contribue à la stabilité financière et au bien-être de tous.
 
 Nous conviendrons, sans entrer dans les détails, que la théorie n’entre à priori pas en contradiction avec la morale, dés lors peut être pouvons-nous nous interroger sur le cadre juridique qui chapote l’ensemble du système financier. En effet si il y avait des règles morales à respecter, il aurait été judicieux de créer un cadre apte à les faire respecter. Pour illustrer cela, il suffit de regarder avec quelle simplicité les normes Bâle 2 ont étés contournées par les banques : le pilier 1 de cette norme cherche à rendre les fonds propres cohérents avec les risques réellement encourus par les établissements financiers, notamment le risque de crédit. Les banques se devaient de posséder des fonds propres équivalents à 8% du risque de crédit auquel elles font face. C’est à ce fameux moment de l’histoire que le grand prestidigitateur Jean-Eugène Robert Houdin aurait pu être inculpé a titre posthume mais il n’en est rien, pas question de magie ici, seulement une stratégie tout ce qu’il y a de plus légale, qui consiste à trouver un émetteur qui prête son nom à la banque afin qu’elle puisse fourguer un maximum de créances titrisées, qui bien sûr disparaissent de son bilan, le tout en passant par un véhicule d’investissement basé aux Bahamas ou dans un autre paradis fiscal. Voilà comment, en deux trois tours de manche les banques étaientrémunérées d’une part par les crédits qu’elles octroyaient et d’autre part avec des produits structurés (net d’impôt bien sûr) qu’elles émettaient par la suite avec ces mêmes crédits. Ces produits de titrisation ont un prix qui est déterminé de manière très complexe en fonction du risque qui leur est associé. Par exemple un ménage Américain non solvable sera qualifié de risqué (mais rassurez vous il rapporte quand même de l’argent tant que le marché immobilier permet d’hypothéquer sa maison à bon prix), à coté de ça, certains titres sont au contraire très sûr. On a donc un panel de titres offrant tout les éventails possibles de couple rendement-risque que l’investisseur choisit suivant son profil (c’est-à-dire suivant si il aime le risque ou pas). Malheureusement on a omis de dire que quand un risque systémique apparait, tous ces titres ne valent pas mieux les uns que les autres. Le risque systémique étant le risque de dysfonctionnement généralisé du système financier mondial, entrainant par la suite des faillites en chaîne. A partir de là, les difficultés apparaissent, plus personne ne veut détenir ces titres et on se retrouve dans la situation actuelle.
 
Le cadre juridique encadrant l’activité financière est donc inopérant et inadapté, la politique la plus importante en matière de finance a été celle du laisser faire, quelle belle réussite !
 
 En guise de conclusion, je me réfère à l’article de Lucien Sève dans le monde diplomatique du mois de décembre 2008, afin de reprendre la citation de Karl Marx qui nous dit que la société « ne saurait rendre l’individu responsable de rapports dont il demeure socialement un produit ».

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Yvance77 28 janvier 2009 11:57

    Salut,

    Il y a un constat simple tout de meme, c’est que ce sont les lampistes qui en prennent plein la figure, les vrais responsables, qui sont connus pour beaucoup, ne seront jamais, jamais au grand jamais imquietes.

    Une fois l’essoreuse de la justice touchant a sa fin, ils pourront recommencer le cycle de lavage avec de l’argent plus propre.

    Revolution c’est la seule chose a faire desormais.

    A peluche

    Ps : sous clavier british pas d’accent 


    • JL JL 28 janvier 2009 16:10

      Bonjour, votre titre m’a interpellé, et à la lecture, m’a semblé assez peu en rapport avec l’article, assez pertinent au demeurant. Cela arrive à tout le monde de choisir un titre décalé, et c’est pourquoi je m’explique :

      " Capitalisme financier " ne me paraît être ni un oxymore ni un pléonasme, mais pour autant, je n’y vois pas beaucoup de sens. Admettons que ça signifie à la fois le capitalisme et la finance.

      André Comte Sponville était l’invité d’Ali Baddou ce matin sur France Culture. Il disait (je cite de mémoire)  : "Si moraliser le capitalisme signifie mettre des garde fous, alors ça fait 200 ans qu’on le fait en Europe. L’interdiction de faire travailler les enfants relève de cette moralisation là."

      Donc il s’agit non pas de moraliser mais de réglementer le capitalisme. L’on voit bien alors si l’on utilise les mots corrects, que le gouvernement et l’UE font le contraire de ce qu’ils disent et disent le contraire de ce qu’ils font : ils déréglementent à tout va !


       


      • ddacoudre ddacoudre 28 janvier 2009 18:45

        bonjour JL


        Bien d’accord avec toi,en ce qui concerne la réglementation, mais ce pose alors une question qu’est-ce donc que la morale si ce n’est pas de réglementer les comportements jugés asociaux.
        Un débat bien difficile. pourtant rouler à droite sur une voie de circulation la réglemente et ce n’est pas qu’il est asocial de rouler d’un côté ou de l’autre, c’est que la vitesse des véhicules ne permettent pas comme une foule de circuler dans tous les sens.
        refuser d’employer des enfants, n’est pas seulement réglementé c’est se donner un interdit moral, comme ne pas voler qui réglemente la possession de biens. cela n’empêchera pas que la nécessité fait que des enfants travaillent de par le monde et que d’autre volent etc.
        Serait-ce donc qu’une question de point de vus sur lequel il faut se mettre d’accord ? Ou ce qui permet suivant Look de ne pas nuire à la liberté de l’autre quand la survie ne l’exige pas et que le groupe social se "civilise".

        cordialement.


      • ddacoudre ddacoudre 28 janvier 2009 19:05

        bonjour alain

        intéressant. on pourrait résumer la situation comme cela :

        Parmi les nombreuses explications données au rôle croissant de l’État dans la vie économique et sociale, on peut mentionner celle de l’économiste allemand Wagner (auteur de la loi Wagner émise à la fin du XIX ième siècle). Celui-ci a montré que les dépenses de l’État augmentaient plus rapidement que la production en raison des éléments suivant : l’amélioration du niveau de vie entraîne un accroissement des dépenses consacrées à l’éducation ; le développement économique s’accompagne d’investissements très importants (infrastructures, recherche) que le secteur privé ne peut financer (rentabilité à cour terme insuffisante) ; enfin, la réglementation (dépenses d’administration générale) s’accroît avec l’industrialisation et l’urbanisation.

        De fait, pour l’économie publique traditionnelle, l’État a pour but de maximiser le bien-être social.

        En revanche, la nouvelle économie publique conteste le rôle de défenseur de l’intérêt général de l’État. Celui-ci n’est pas plus légitime que tout autre agent économique. La brèche a été ouverte par Kenneth Arrow lorsqu’il a démontré que les choix collectifs ne peuvent se déduire des préférences individuelles par une procédure démocratique (théorie connue sous le nom de « théorème d’impossibilité »). « Le paradoxe électoral » avait été mis en évidence par Condorcet qui montrait que le vote peut mener à des choix incohérents.

        En critiquant le poids que l’État a pris dans les économies, les néolibéraux rejettent tout au tant la conception Keynésienne que celle des néoclassiques. Ils veulent démontrer que l’État n’a aucun rôle économique à tenir, au motif que, selon eux, l’État perturbe les mécanismes de marché et pénalise l’activité économique.

        De plus, au cours de la dernière décennie, la mondialisation et les changements technologiques ont profondément modifié les rapports entre l’État et le marché.

        Ainsi donc suivant ton analyse le fait que l’état se soit montré favorable à une nouvelle économie publique fut un actes de laissé faire préjudiciable au bien être social dont il a aussi la charge. La reprise en main de l’état suite à cette crise montre au moins la limite de toutes les théories néo libérales, et semble indiquer qu’aucune ne résiste à l’avidité humaine où dirait J.M. Albertini ses vices, c’est donc à l’homme qu’il faut s’adresser plutôt qu’au système.

         

        Cordialement.


        • papoune 28 janvier 2009 20:29

          Osons : Pourquoi chaque francais ne moraliserait-il pas lui-même chaque banque en s’imposant de ne plus effectuer de démarche commerciale avec leur prpore banque, tant que les dirigeants des banques responsable de ce gachis n’auront pas été démissionné par leurs actionnaires et leur conseil d’administration ?
          Tant que les responsables de ces entreprises multinationales seront en place et qu’ils ne cèderont pas leurs fauteuils dorés pour des directions remaniées vers plus de transparence, je préconise la grève générale illimitée des activités commerciales avec ces gens là. Si chacun le fait, il ne faudra pas longtemps avant que l’on obtienne satisfaction.
          Osons la moralisation !


          • IHR 29 janvier 2009 12:22

            Pour le titre autant dire morale et sphère financière du capitalisme au lieu de capitalisme financier. Le non respect des dispositifs prudentiels ou l’insuffisance de contrôle interne au niveau d’une entité ne peut être imputable au système qui donne des repères et normes lui assurant un bon fonctionnement et un dynamisme
            Peut être que c’est le vieux débat entre le plan keynes et White qu’il faudra rediscuté et amoindir les aspects spéculatifs de la sphère financière.

            Merci
            IHR
            masters , gestion de politique economique

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès