Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Mythes et totems libéraux au sujet des retraites

Mythes et totems libéraux au sujet des retraites

Vous connaissez certainement la maxime libérale en vogue au XVIIIème siècle : "l’égoïsme individuel conduit à l’harmonie collective". Ce totem libéral a tenu deux siècles, il n’a en outre été remplacé que récemment par une pensée libérale plus adaptée à notre époque, mais toute aussi incisive, celle de John Rawls. Jugez-en par vous même, celui-ci justifie dans son principe de différence, des inégalités justes :

« Les inégalités sociales et économiques doivent satisfaire à deux conditions :

A)- elles doivent procurer le plus grand bénéfice aux membres les plus désavantagés de la société ;
B)- elles doivent être liées à des fonctions et à des positions ouvertes à tous, dans des conditions d’égalité équitable des chances. »

Un tantinet plus élaboré non ? c’est pourtant de ces quelques phrases lancées d’une tour d’ivoire au XXVIIIème siècle et dans les années ’70 que le néo-libéralisme a fait son nid. Avec une autre théorie du ruissellement des plus aisés vers les plus pauvres afin d’abaisser les tensions ainsi créées d’une culpabilité désormais assumée.

Appliquons ces deux idées-forces à la réforme des retraites en cours !

Si l’on en croit Adam Smith, l’égoïsme devrait donc primer lors de la refonte des retraites en cours, les Français devraient donc être majoritairement contre celle-ci, puisqu’elle amoindrit leur bien-être. Et pourtant tel n’est pas le cas, excepté pour ceux étant actifs. Il y’ a donc un autre facteur (non pas celui du NPA) qui entre en jeu pour expliquer l’atonie des Français à ce sujet.

En appliquant les idées de John Rawls à la réforme des retraites en cours, le résultat est du même acabit. Qui peux croire un seul instant que les réformes en cours satisfassent aux deux conditions précédemment citées :

  • "procurer le plus grand bénéfice aux membres les plus désavantagés de la société"

  • "être liées à des fonctions et à des positions ouvertes à tous, dans des conditions d’égalité équitable des chances"

Les deux théories libérales sont donc mise en échec par la réforme des retraites en cours, celles-ci ouvrent en effet la voie au travail jusqu’à 70 ans.

Les idées libérales n’expliquent donc pas grand chose à vrai dire dans cette apathie collective se déroulant sous nos yeux avec le leitmotiv, lancé comme un cocktail-molotov envers des idées alternatives : "mais on vit plus longtemps...il faut donc travailler plus longtemps".

Et pour quelles bonnes raisons au juste, hein ? pour quelles bonnes raisons ?

Les Français sont-ils moulés dans leur canapé, acheté en trois fois sans frais, avec un incident de paiement intercalaire, sans réagir à cette ponction importante faite à leur bien-être futur ? la réponse est affirmative : ceux-ci sont comme des drogués regardant le spectacle des informations défilant en boucle plus vite que leur entendement. Alors à quoi bon réfléchir, tout est là devant nous, et en 16/9 s’il vous plait !

La réforme en cours ne possède pourtant aucun argument intrinsèque fort pour demeurer en l’état. Alors comment l’opinion publique peut-elle se laisser berner par ces quelques slogans insipides ?

La fabrication du consentement, vous avez dit !

C’est du coté de Chomsky, que l’on peut trouver les clés du coffre ce coup-ci. Chomsky et sa "fabrication du consentement : de la propagande médiatique en démocratie" fait un miracle pour le coup. Cet auteur largement méconnu en France, mais étant considéré actuellement comme l’un des plus grand intellectuel vivant outre-Atlantique nous démontre que n’importe quel soutien de la population peut être acquis grâce à une concentration des différents cercles de presse, de médias, et de fortunes dans un bocal relativement clos. Cela ne vous rappelle donc rien ?

On vous fait déjà avaler des couleuvres ! alors pensez-donc, prendre de vipères au repas ne vous ôtera finalement que votre rot final. Et vous allez la manger jusqu’au bout même si quelques sonnettes se mettent à teinter, vous serez encore capable de demander si ce n’est pas grave à votre prescripteur. Milgram, non vous ne connaissez pas, vous avez dépassé ce stade là, et d’ailleurs, vous avez déjà vu le film, c’est dire !

C’est à une France de Vichy à laquelle nous assistons aujourd’hui, la bonne vieille France du "Maréchal nous voilà", dont les images d’Epinal sont réactivées par Nicolas Sarkozy depuis maintenant pratiquement une demi-décennie. Sarkozy !!! ha ha ha, vous n’avez d’ailleurs jamais voté pour lui non plus, cet empaffé bling-bling qui bouffe au Bristol avec les quelques dizaines de donateurs de sa campagne passée et celle à venir.Et pourtant, vous revoterez peut-être pour lui.

Alors, si toi qui lit ces lignes, si tu n’as pas encore pris un uppercut dans le ventre et bourre-pif dans le nez va donc lire Seb Musset, il t’expliquera le consentement par l’asservissement au crédit révolving pour t’enlever définitivement tes illusions au sujet de ta prétendue liberté.

La liberté, qu’est-ce que c’est au juste ?

La liberté, comme l’ont dit ces quelques magnifiques résistants français du siècle dernier, c’est croire inconditionnellement, et contre vent et marrée, à son intime conviction.

Avez-vous seulement interrogé votre intime conviction, au sujet de la réforme en cours, pour ma part c’est déjà tranché : je dois saboter le projet de loi au sujet des retraites en cours. uniquement parce que je suis mon intime conviction, et celle-ci n’a pas de prix.

Vous vous dites peut-être que c’est déjà bouclé, qu’il n’y a rien à faire ? hé bien non, sinon pour quelles bonnes raisons le ministère de l’intérieur passerait-il si régulièrement sur mon blog et sur d’autres ? Celui-ci est passé 6 fois hier laissant au passage des statistiques ébouriffantes. Vient-il pour passer le temps sur ce minuscule pamphlet dont j’étais l’auteur ?

La retraite, ma retraite, votre retraite est encore dans vos mains, alors de quelle manière allez-vous la gâcher ce mois-ci ?

publié sur peuples.net

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Basepam 18 mai 2010 12:01

    Votre intime conviction me semble être insuffisant pour rompre cette « apathie collective ».
    Si vous voulez être efficace utilisez les même armes que ceux que vous combattez.

    « France de Vichy », « moulés dans leur canapé », « drogués »...
    Insulter son public n’est pas la bonne méthode de communication à mon humble avis.

    Enfin c’est vous qui voyez, c’est votre intime conviction après tout.

    Cordialement
    Basepem


    • lechoux 18 mai 2010 16:02

      Je ne comprends pas votre inquiétude et celle des français au sujet des retraites : l’objectif de ce pays est de payer les retraites ! Pas celles des actifs d’aujourd’hui, celle des retraités d’aujourd’hui. Allons, c’est bien normal nous leur devons tout !


      • Le péripate Le péripate 18 mai 2010 18:09

        1 serviette + 1 torchon = ....

        Si quelqu’un a compris, qu’il le dise. Enfin libéralisme pas bon, ça j’ai compris.

        Mais puisque l’égalitarisme est une si bonne idée, que ne raccourcit-on pas les grands, que l’on n’arrange pas les mariages (le fait que certains se baladent avec des belles pépées alors que d’autres se sortent des thons est un affront insupportable à l’égalité).

        Bref. Alors les quelques lignes honteuses du « document » d’’Eric Woerth serait une réforme libérale, que l’on pourrait éclairer avec la théorie de la Justice du socio-libéral John Rawls ?

        Continuer d’errer dans le noir, et faites attention aux meubles.


        • foufouille foufouille 18 mai 2010 19:13

          au fait peripate,
          il produit quoi ton culto ?
           


        • Daniel Roux Daniel Roux 18 mai 2010 19:06

          Incroyable prétention du Medef !

          Parisot qui ne cesse d’exiger des baisses de charges pour les entreprises, demande à Sarkozy de favoriser la retraite par capitalisation voire de la rendre obligatoire.

          On aura tout vu sous cette présidence ubuesque.


          • ddacoudre ddacoudre 19 mai 2010 01:16

            bonjour peuplenet

            le problème des retraites n’est pas le problème de son financement. c’est un peu plus compliqué que cela et cela englobe un problème existentiel posé par le développement technologique et la rareté des matières première sur lesquelles nous avons construit notre prospérité.
            il n’y a pas assez de matériaux pour élever le monde a notre niveau de prospérité matérielle.

            la réduction du temps de travail nécessaire a cette production va se poursuivre, même avec l’avènement des nouvelles technologies. nous avons besoin de moins travaillé et moins besoin de main d’œuvre. or nous avons construit tout notre modèle social sur la valeur travail et comme tu le soulignes chacun en fonction de sa condition a déclamé des théories dites libérales comme des vérité inébranlable qui s’avèrent toujours fausses et il ne peut en être autrement.

            la question est comment nous allons donner un revenu a tous ceux dont nous avons pas besoin du travail. jusqu’à présent les systèmes de solidarité ou de prévoyance y concouraient que ce soit pour le chômage la maladie ou la retraite à partir du seul travail. or ce travail est de plus en plus effectué par des machines et de moins en moins par des hommes, il faut donc revoir les bases de l’assiette des cotisations, et se poser le problème de nouvelle activité rémunératrice.
             trouver un financement pour les retraites cela se fera, cela ne réduira pas l’activité économique ni ne l’accélèrera, mais l’allongement du temps de travail modifiera l’accès au travail pour d’autre en l’état de la maigre croissance que nous connaissons. de sorte que ce qui sera refuser de verser en retraite se retrouvera versé en prestation chômage. c’est donc bien un problème de modèle sociétal que nous avons a solutionner et non comme nous le faisons tantôt un organisme tantôt un autre en faisant seulement circuler la monnaie de l’un a l’autre sans que sa quantité augmente puisque l’assiette reste toujours la même et que le temps de travail sous toutes ses formes diminue,

            cordialement


            • Etre Realiste 19 mai 2010 09:57

              Faut pas se fatiguer à écrire des articles !
              Les lecteurs, c’est foutu pour eux....ils veulent BOSSER, et veulent se suicider quand ils sont licencies !

              Les français sont des beaufs !!
              Ils croient tout ce que la TV leur sert, y compris le travail jusqu’à 70 ans !
              De l’argent il y en a dans les caisses, il suffit de :

              _arrêter de donner 75 milliards d’éxonérations de charges aux grandes entreprises(elles n’ent on pas besoin contrairement au TPE qu’on saigne dans ce pays)

              _arrêter de tolérer que les entreprises du CAC ne paie que 8% d’Impôt sur les stés, oui vous avez bien lu, quand une PME en paie 33% !

              _arbitrer entre renflouer les Banques, la Grêce, ou les caisses de Retraite !!
              _Forcer les entreprises à recruter des seniors, car elles sont reticentes, sinon on va vers une catastrophe :
              un salarié lambda va taffer jusque 45 ans, on va le licencier, il va toucher les assedics jusque 48 ans avec quelques missions d’interim, puis il ira vers le RSA, jusque 70 soit pendant 12 ans avant de toucher une retraite bien maigre puisque ses dernières années il n’aura pas cotiser !!

              COMMENT PEUT-ON NOUS VENDRE DE TRAVAILLER JUSQUE 65 OU 70ANS QUAND ON SAIT QU’ON NE RECRUTE PLUS A PARTIR DE 45 !!
              QUELLE HYPOCRISIE....et les FRANCAIS QUI FERMENT LEUR GUEULE !!

              LEs Français sont devenus des femellettes !!


              • Etre Realiste 19 mai 2010 09:58

                soit 22 ans de RSA !!


                • JL JL 19 mai 2010 10:39

                  Qui veut noyer son chien ...

                  Pourquoi le gouvernement et le Medef ont-ils besoin subitement, quand ils parlent de réforme des retraites, de se projeter à un horizon lointain dont on ignore tout ?

                  La retraite par répartition est un système bien rodé et très efficace, notamment en terme d’adaptation : ce que les uns reçoivent est égal à ce que les autres paient. Au niveau du principe, c’est d’une simplicité biblique, et d’une transparence sans pareille ! Si quelqu’un paie, quelqu’un reçoit, et réciproquement.

                  A l’opposé, la retraite par capitalisation est une usine à gaz qui nécéssite pour l’individu, de faire un pari sur l’avenir ! Si quelqu’un paie aujourd’hui, c’est pour quelqu’un qui recevra dans 10, 20, 30 ans ! Autrement dit, on ne sait pas qui ni quand !

                  Il est impossible d’assurer l’entretien du processus en cours, le paiement des retraites par répartition et en même temps engager un processus par capitalisation : cela reviendrait à demander aux actifs le beurre et l’argent du beurre. Autrement dit, les soumettre à la double peine : payer les retraite des anciens et capitaliser pour la leur. L’autre alternative serait, soit de ne plus payer les retraites actuelles, soit de compter sur des subventions de la part de l’Etat endetté. Mais en cette période de crise et d’e,ndettement excessif, cela revient, non pas à faire un pari sur l’avenir, mais à se suicider collectivement !

                  En tentant de nous faire croire que la retraite par répartition est autant tributaire des aléas de l’économie, de la finance et autres paramètres incontrolables que la retraite par répartition, le gouvernment et le Medef abusent de notre crédulité et préparent la mise en place de la retraite par capitalisation : dans les circonstances actuelles, c’est un miroir aux alouettes. Nous ne devons pas lâcher la proie poiuyr l’ombre, un dispositif qui marche équitablement pour un dispositif dont on ne sait pas s’il marchera, ni même s’il ne marcherait pas sur la tête !


                  Ce n’est pas tant le chien de répartition qu’on veut noyer, quye celui de la capitalisation qu’on veut faire vivre à coups de subventions, j’en veux pour preuve les récents propos de la présidente du Medel, Parisot : il faut rendre très attractive la retraite par capitalisation, voir même la rendre obligatoire !

                  Vous avez dit libéralisme ? J’appelle ça du fascisme !  smiley


                  • Totoro 19 mai 2010 23:09

                    « c’est d’une simplicité biblique, et d’une transparence sans pareille ! Si quelqu’un paie, quelqu’un reçoit, et réciproquement. »
                    Ben voyons ! D’où nos amis baby boomers qui n’ont payé que pour 3 pelés et 2 tondusalors qu’ils avaient tous du boulot en se foutant royalement du problème démographique prévu depuis au moins les années 70 et inévitable pour la génération suivante !!
                    La répartition oui, à courte vue non !
                    Moralité : les baby boomers doivent payer aujourd’hui ce qu’ils n’ont pas voulu payer hier, i.e. participer à l’effort sans beugler obstinément : « jé cotizé, j’y ai droit !! »

                    Un spolié de la génération suivante.


                  • ZEN ZEN 19 mai 2010 11:16

                    Le gouvernement joue actuellement la précipitation et la dramatisation, par déclarations, sondages(?) et presse interposée
                    Il est urgent d’explorer toutes les pistes

                    Finance ou retraites ?

                    -Retraites  : 2010, une année décisive. Il n’y a pas de fatalité démographique

                    "Les inégalités entre générations ne viennent pas du « problème » des retraites mais de l’emploi. C’est la situation de chômage de masse qu’a connu l’Europe pendant plus de vingt ans qui a contribué à accroître les inégalités de destin entre les générations, certaines ayant eu plus de difficultés que d’autres à s’intégrer par le travail. Il ne faudrait pas que, sous prétexte d’équité intergénérationnelle, nous réglions cette question par l’absurde, en laissant se dégrader le sort relatif des retraités. Or c’est ce que nous sommes en train de faire ou de laisser faire, en ayant accepté que les retraites ne soient indexées que sur les prix et non plus sur les salaires. Nous avons probablement oublié en chemin que nous sommes tous de futurs retraités." (JP.Fitoussi)

                    -Pourquoi (alors) le discours alarmiste que tient la majorité ? Pour Piketty, on brandit «  la menace démographique  » « pour dire au final que rien ne vaut la capitalisation ». Faut-il s’attendre à ce que Sarkozy nous vante « les fonds de pension à la française » ?
                    ____________________-Poker menteur ?
                    -Retraites  : des pistes inexplorées


                    • boudzi 19 mai 2010 12:03

                      Exemple de « fabrication du consentement » :

                      « Dire au Français que le système actuel [des retraites] est intenable » sera une des « questions majeures » (Jean-François Copé). Mais « dire au Français que le système actuel est intenable » n’est pas une question mais une affirmation. Après quoi, à quoi bon se poser des questions ?

                      « Personne ne délibère sur ce qui ne saurait être autrement qu’il n’est [i.e. nécessaire]. » (Aristote)


                      • Bulgroz 19 mai 2010 12:29

                        C’est sidérant de lire tant d’âneries. Je ne parle pas des insultes et du mépris adressés aux « Français assis sur leur canapé drogués à la télé »

                        Monsieur People.net âgé de 39 ans est lui même un drogué de première, drogué aux mensonges, à l’irresponsabilité et aux incantations débiles.

                        Non, ce ne sont pas ces insultes qui vous disqualifient, ce sont les chiffres tout simplement qui traduisent la réalité de l’impasse dans laquelle se trouve le système par répartition.

                        Savez vous que de 1999 à 2009, ce sont 135 milliards de déficits de retraites qui ont été transférés à la CADES ? Savez vous qu’il a fallu inventer une nouvelle taxe (la CRDS) qui récolte 5,8 milliards pour éponger cette dette et même y transférer une part de la CSG (2,1 milliard en 2009). 

                        Le solde non remboursé à ce jour est de 90 milliards. On compte y ajouter 30 de déficits au titre de 2010.

                        Savez que depuis la création de la CADES, c’est l’Etat qui garantie cette dette pour lui permettre de continuer à financer les déficits ? Ce ne sont pas les retraités ou les actifs qui supportent ces déficits des caisses de retraite mais l’Etat (donc les impôts).

                        Concrètement, Monsieur People.net, comment comptez vous résorber les 90 Milliards de soldes de dettes + les 30 à venir ? Avec vos effets de manche et vos insultes, peut être ?


                        • ZEN ZEN 19 mai 2010 12:34

                          C’est sidérant de lire tant d’âneries dans le Figaro smiley
                          On peut lire autre chose...


                          • Bulgroz 19 mai 2010 12:49

                            Un bon cas d’école à soumettre à People.net pour résoudre les non problèmes des retraites

                            Savez vous que depuis 2005, date où l’Etat a cessé de financer les déficits des caisses agricoles, l’Etat doit mettre de sa poche 5,7 milliards par an pour financer des régimes spéciaux de la SNCF, RATP, Mines.

                            5,7 milliards pour 4 régime spéciaux dont 50% à la seule SNCF. L’état estime qu’à l’horizon 2018, les besoin de financement pour ces caisses spéciales est de 225 milliards !!

                            SNCF qui ne couvre ses dépense retraites par les cotisations employeurs et employés qu’à 36%, a un déficit de 3 milliard versé directement par le budget de l’Etat.

                            Savez vous qu’un retraité SNCF coute 17899 Euros/an et que 59% de cette pension est subventionnée par le budget de la nation. 59% de subvention pour 284 500 pensionnés SNCF.

                            Savez vous que pour mettre seulement à zéro les seuls comptes de retraites d’une seule année, la SNCF devrait augmenter ses tarifs de 23%. Là, maintenant, pas en 2025 !!

                            Il me semble que la SNCF ne soit pas une victime des spéculateurs ou de la banque internationale, comment, Monsieur People.net, pensez vous régler le seul exemple de la Caisse retraite SNCF ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès