Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Ne faut-il pas protéger Alstom de GE, mais aussi de Siemens (...)

Ne faut-il pas protéger Alstom de GE, mais aussi de Siemens ?

Alors que la menace d’un rachat d’Alstom par GE se précise puisque le patron de l’entreprise a rencontré le président hier, le gouvernement semble vouloir faire de Siemens le chevalier blanc. Mais, il n’y a pas qu’un choix entre ces deux maux pour cette belle entreprise, contrairement à ce que beaucoup indiquent.

De la peste et du choléra
 
La perspective du rachat de 70% d’Alstom par General Electric, le colosse étasunien (au CA de plus de 100 milliards) n’est guère réjouissante. Cela reviendrait à entériner la vente par appartement d’un des fleurons de notre industrie. Jean-Pierre Chevènement a écrit à Manuel Valls pour s’y opposer, pointant notamment les conséquences désastreuses du rachat des turbines à gaz du groupe par le même GE en 1999. Nicolas Dupont-Aignan affirme que « l’objectif de GE est de reprendre les brevets et ensuite de les rapatrier aux Etats-Unis  ». Un scénario que l’on ne peut pas exclure, surtout quand on se rappelle les précédents de Péchniney et Arcelor, comme le note Bruno Dive dans Sud-Ouest.
 
Du coup, Siemens peut apparaître comme une meilleure solution, pour bâtir un Airbus, de l’énergie et des transports. Mais cette vision des choses est totalement naïve. D’abord, ce ne serait pas un mariage d’égaux. De plus, comme le souligne le patron d’Alstom, toute fusion risquerait rapidement d’avoir de grosses conséquences sur les emplois du fait de la proximité des activités des deux groupes. Pire, la proposition de Siemens de céder ses actifs dans les transports à Alstom est un jeu de dupes, comme le révèle son rapport annuel, page 188 : c’est la branche la plus mal en point du groupe, qui a perdu 448 millions d’euros en 2013 pour un chiffre de 6,3 milliards ! Bref, il n’y aurait qu’un gagnant dans un tel montage, Siemens, qui serait plus gros et aurait fourgué sa branche la moins performante !
 
Une troisième voie, nationale

Aujourd’hui, la plupart des médias présentent la situation comme un choix à faire entre GE et Siemens, sans alternative. Le Monde, peu inspiré, ne voit pas d’autres issues qu’un choix entre « le cow boy et le teuton  ». Pourtant, le précédent de 2004 nous montre qu’il y a une troisième voie : une voie nationale. Car pourquoi faudrait-il accepter le fait qu’Alstom soit vendu à la découpe ? Les garanties des acheteurs sont éphémères. On sait qu’au bout de quelques temps, les activités d’Alstom seraient traitées comme toutes les autres activités de ces multinationales uniquement guidées par le profit. Et la localisation du centre de décision a toujours une importance dans les choix qui sont faits au jour le jour…

C’est pourquoi il faut absolument se battre pour trouver une solution nationale et ne pas se limiter aux deux options qui se présentent à date, comme le souligne Chevènement, pour qui « le contrôle du capital doit rester français ». D’abord, l’entreprise est profitable et dispose d’une trésorerie solide, selon son dernier rapport annuel. L’Etat doit intervenir, comme il l’avait fait en 2004. Pourquoi à ne pas réfléchir à un rapprochement avec Areva, par exemple, pour construire un rival de GE ou Siemens dans l’énergie ? De toutes les façons, la taille et les résultats d’Alstom ne semblent en aucun cas justifier que cette entreprise, qui emploie 18 000 personnes en France, soit vendue à la découpe.
 
Il faut donc que le gouvernment fasse un effort et se rende compte qu’il y a une autre solution que la vente d’Alstom à des intérêts étrangers. Nous pouvons faire émerger une solution nationale, bien plus protectrice de nos intérêts et nos emplois. Sinon, Hollande ferait moins bien que Sarkozy sur ce sujet.
 

Merci à Denis pour ses liens, utiles pour ce papier (et d’autres)


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


    • alinea Alinea 29 avril 2014 13:14

      approuvé deux fois !!! et déjà relayé !


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 29 avril 2014 13:54

      @ TakTak

      Demande de publication effectuée. Article intéressant.

    • alinea Alinea 29 avril 2014 15:07

      article publié !!


    • Le taulier Le taulier 29 avril 2014 11:50

      Toujours le même problème avec Pinsolle. Il soulève les problèmes que tout le monde connait mais ne propose aucune solution.

      Exemple : "Pourquoi à ne pas réfléchir à un rapprochement avec Areva, par exemple, pour construire un rival de GE ou Siemens dans l’énergie ?"

      Mais il ne se pose pas la question de savoir :

      1- Areva est-il intéressé par ce rapprochement ?

      2- Comment Areva va-t-il trouver les 10 milliards d’euros que Siemens ou GE mettent sur la table ?


      • claude-michel claude-michel 29 avril 2014 12:10

        Il serait temps que la police arrête de se cacher pour mettre des PV et investisse l’élysée pour arrêter le sinistre et dangereux locataire qui s’y trouve actuellement...avec le reste du gouvernement qui vend notre pays aux étrangers...(46% du cac40 est aux mains des étrangers)... !


        • Ouallonsnous ? 30 avril 2014 23:24

          Ce qu’il faut d’urgence, c’est protéger la France des dangereux individus qui se sont fait élire où nommer à la tête de ses institutions pour la démanteler au service de l’oligarchie financière anglo-sionistes !

          Pour cela il y a urgence, c’est maintenant et tous les moyens pour y parvenir serons bons !


        • alinea Alinea 29 avril 2014 13:16

          « Nous » n’avons pas beaucoup de temps ; il semble que dans ce domaine tout soit toujours très urgent ! dans d’autres, bien sûr, on a tout le temps !


          • coinfinger 29 avril 2014 14:00

            Areva Ok . Bon courage pour faire passer çà au gouvernement !


            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 29 avril 2014 14:10

              @Le Taulier


              Les capitaux ainsi que le système qui permettrait de ne pas agir dans l’urgence (cf. Alinea) en vendant - comme par hasard - le groupe Alstom à la découpe, existent :

              Le Fonds Souverain Français


              @Claude-Michel
              Il faudrait effectivement arrêter le PR et le juger pour menées contraires aux intérêts de la France, pour haute trahison.
              Il suffirait, pour triompher des obstacles juridiques, que les 18000 salariés d’Alstom en France viennent exprimer leur point de vue au locataire de la rue du Fbg St Honoré.

              En France, la responsabilité pénale du président de la République fait l’objet de l’article 68 de la Constitution, qui énonce : « Le président de la République n’est responsable des actes accomplis dans l’exercice de ses fonctions qu’en cas de haute trahison. Il ne peut être mis en accusation que par les deux assemblées statuant par un vote identique au scrutin public et à la majorité absolue des membres les composant ; il est jugé par la Haute cour de justice. » 

              Si depuis 2007, la nouvelle rédaction de l’article 68 supprime la référence explicite à la haute trahison et élargit le champ de cette responsabilité présidentielle aux « manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat » comme une cause de destitution par la Haute Cour (nouvelle appellation), cette formulation qui reste encore vague peut néanmoins très bien comprendre la haute trahison au sens traditionnel et elle correspond, à vrai dire, à ce que l’on supposait pouvoir y mettre aussi par une interprétation moderne, à savoir, notamment, tous comportements violant la constitution et ses principes ou tous manquements en contravention grave avec les valeurs démocratiques et républicaines, la morale politique ou la dignité de la charge, ainsi que la forfaiture et la prévarication. (Source Wikipedia).




              • Ouallonsnous ? 30 avril 2014 23:36

                ". Il ne peut être mis en accusation que par les deux assemblées statuant par un vote identique au scrutin public et à la majorité absolue des membres les composant ;"

                Autrement dit c’est un vote à l’unanimité qui ne se réalisera jamais car dans ces deux assemblées, déjà incapables de respecter le mandat du peuple, il y a les complices formés et inféodés à l’étranger (FAF, sionistes, etc...) du président de la république convaincu de forfaiture, haute trahison et menées contraires aux intérêts de la France, c’est à dire qu’il ne risque rien  !

                Assez d’hypocrisie, il faut amender cet article pour lui rendre son éfficacité !


              • zygzornifle zygzornifle 29 avril 2014 17:51

                Il faut protéger Alstom de Montebourg et de l’ingérence du gouvernement....


                • zygzornifle zygzornifle 30 avril 2014 15:09

                  Général électrique est le cheval de Troie Américain qui bouffera l’Alstom par l’intérieur ......


                  • zygzornifle zygzornifle 1er mai 2014 08:58

                    Alstom est attachée sur l’autel des sacrifices, maintenant qui tiendra le couteau ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès