Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Ne leur pardonnez pas car ils savent très bien ce qu’ils font (...)

Ne leur pardonnez pas car ils savent très bien ce qu’ils font !

Etes-vous prêts pour la prochaine secousse qui pourrait aussi bien être la faillite d’un gros fonds de placement, la découverte d’une gigantesque ardoise au bilan d’une Banque ayant voulu rafler la mise grâce aux produits dérivés ou la souscription ratée d’une émission obligataire Européenne ? Car cette secousse, quelle que soit sa magnitude, sera ressentie comme un profond séisme par des marchés, par des investisseurs et par ces citoyens à hyper sensibles parce que hyper fragilisés !

Notre système est devenu dysfonctionnel, nos valeurs sont détraquées, nos responsables sont à court d’idées, voire paumés ... bref, notre univers est à bout de souffle. Tout cela sent la fin de parcours... Et pendant ce temps, le citoyen est prié de s’adapter à un monde bouleversé où les frontières de la "normalité" reculent tous les jours davantage : En fait, ce qui était considéré comme improbable, voire inimaginable ou intolérable, il y a 2 ou 3 ans fait aujourd’hui partie du décor kitch de notre vie quotidienne.

Il faut dire que les trophées de cette crise ayant démarré à l’été 2007 sont légion : un monde bancaire maintenu sous perfusion par des Etats, des établissements voués au crédit qui ... ne se prêtent même plus entre eux, un certain nombre de Banques majeures détenues - ou tout au moins contrôlées - par l’argent public, un marché obligataire léthargique, des Banques Centrales qui se mettent à acheter les obligations d’Etat afin de limiter les coûts de financement des pays et ce même en Allemagne, certains autres pays qui ne parviennent carrément plus à lever des fonds sur les marchés... cette machine infernale lancée à toute allure ne s’arrêtera pas de sitôt car elle semble produire son propre combustible !

Bienvenue dans le nouveau kolkhoze Occidental entièrement approvisionné par la Banque Centrale Européenne et par la Réserve Fédérale. Et pour cause : les transactions commerciales des Banques Américaines ne se sont-elles pas effondrées de près de 500 milliards de dollars depuis Septembre 2008 à 160 aujourd’hui ? La BCE, qui détient plus de 40 milliards d’Euros en Bons du Trésor Grecs, Espagnols, Irlandais et autres ne s’attend-elle pas à des pertes bancaires Européennes plus importantes cette année qu’en 2009 ? Quand le nouveau Fonds de stabilité Européen (tout récemment créé ex nihilo) s’écriera-t-il en direction du premier pays qui en bénéficiera : Lazare lève-toi... ?

En réalité, le combustible de cette machine infernale est allègrement fourni par nos propres responsables : Ce Fonds de stabilité aux qualités thaumaturgiques censé soulager les endettements excessifs n’est-il lui-même pas constitué par ... encore plus de nouvelles dettes contractées par l’Union ? L’inconséquence de nos Etats et l’irresponsabilité de nos dirigeants sont sur le point d’appauvrir considérablement notre monde Occidental dont l’imposition est condamnée à s’aggraver lourdement afin d’éponger leur incompétence.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Capone13000 Capone13000 16 juin 2010 14:47

    Ce n’est pas grave, le peuple est là pour payer, même s’il faut payer pendant 100 ans.
    On ne change pas un système qui fait gagner toujours les mêmes.


    • Michel Santi Michel Santi 16 juin 2010 15:02

      Je prie Agoravox de corriger le dernier bout de phrase du 1er paragraphe en : « par des investisseurs et par des citoyens hyper sensibles parce que hyper fragilisés ! »
      Merci


      • molloy molloy 16 juin 2010 21:11

        Je suis bien d’accord avec vous, ça sent le sapin.

        Mais les dirigeants, publiques et privés, sont nos coréens du nord à nous, idéologues jusqu’à la fin, quoiqu’il puisse en coûter au peuple.

        Alors qu’il serait grand temps de réactualiser le rapport capital/salaire en faveur de ce dernier, nos petits Kim Jong-Il monétaristes prônent à peu près exactement le contraire.

        Il ne s’agit pas tant de l’inconséquence des Etats (En gros, un pays peut-il faire faillite comme une entreprise ? La réponse sur le long terme est non, bien entendu) que de la prédation à laquelle se sont livrés les banques, les fonds de pensions et autre requins de la finance depuis une trentaine d’années, sur le dos d’une population dé-cultivée et dressée au consumérisme le plus « gras ». 


        • verdan 16 juin 2010 21:15

          M. Santi et tout le monde

          Bonsoir

          -"L’inconséquence de nos Etats et l’irresponsabilité de nos dirigeants sont sur le point d’appauvrir considérablement notre monde Occidental dont l’imposition est condamnée à s’aggraver lourdement afin d’éponger leur incompétence= leur volonté  !.« 

          j’en appelle à vos lumières,et , avec plaisir, j’aimerais pouvoir lire le cheminement de votre pensée , suite à mes interrogations :

          -paraît-t-il qu’il y a plus de dettes que de richesses , du moins , dans le »monde « occidental.
          Ce monde occidental, repu de dettes , à bout de souffle budgétairement parlant , qui va se paupérisant croissant . Banqueroute de fait ?

           Si ,la richesse globale d’un pays , est constitué de toutes ses richesses produites ,mais aussi des valeurs supposées de ses actifs qui la composent . En pays croissant , tout cela a une cohérence, mais un pays qui s’en va s’étiolant , économiquement, est-ce-que toute cette façon de considérer la richesse demeure ? Pour ma part j’en doute fort. Exemple, un mètre carré dans une ville en ruine économique , n’a pas la même valeur dans cette même ville en temps de prospérité.

          Ainsi , considère t-on que tel actif puisse se dégrader, lorsqu’il s’agit d’un établissement financier, quand les affaires vont mal . N’en serait-il pas de même pour un pays dans son entier, qui se »meure« économiquement  ?

          Alors, si c’était oui, quelle est la valeur qui est retenue à l’instant T+1 , quand à l’instant T -2 , tout semblait florissant pour ce même pays ? la Grèce par exemple.  

          Comment peut-on demander , plus d’impôts à qui n’a plus qu’une main devant et l’autre derrière ?

          Je rêve...mais , peut-on faire le chemin inverse , c’est à dire :

          Ces dites banques, après audit, qui sera long mais accablant pour elles , de devoir renflouer les trous dans le gruyère qu’elles ont taraudés , et cela jusqu’au dernier centime d’€ .95% des profits repris par les Etats... le restant, c’est leur affaire.

          Que l’on ne dise pas que c’est impossible, puisque l’inverse pratiqué par ces banksters , qui est hallucinant , a été mis en oeuvre , appliqué avec une violence inouïe, une détermination sans faille ?

          Vous nous avez mis sous les yeux, ces sommes gigantesques, qui dépassent l’entendement , c-à-d , ces montagnes de $ imprimés sans contrepartie en valeur réelle. Comment , des agences de notations puissent être prises au sérieux, sachant que tout cela relève de l’ineptie la plus absolue ? ces banques , farcies de papier sans contrepartie aussi ? 

          Bref, pourquoi récompenser la gabegie institutionnaliser par cette engeance ( politico-bancaire ) , par remboursement de ce qui n’a pas de réelle valeur ? Si, ce n’est pas pour un autre dessein inavouable ?
           
          La confusion de mon propos, fera qu’il ne vous sera sûrement pas possible de répondre, mais si quelqu’un qui savait lire dans » mon marc " de café , je l’en remercierais tout autant .

          Cordialement et excellente soirée.


          • verdan 16 juin 2010 22:10

            quant-à


          • Michel Santi Michel Santi 16 juin 2010 22:26

            « pourquoi récompenser la gabegie institutionnaliser par cette engeance ( politico-bancaire ) , par remboursement de ce qui n’a pas de réelle valeur ? Si, ce n’est pas pour un autre dessein inavouable ? »

            Tout simplement pour se maintenir au pouvoir, chacun à sa place respective...


          • Traroth Traroth 17 juin 2010 14:07

            Et c’est bien là le problème !


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 juin 2010 14:27

            @ Verdan :


             En mots simples. Cette dette ne sera jamais remboursée. Elle sera reportée...indéfiniment puis s’evanouira dans l’inflation. La question fondamentale, c’est qui sera tenu indemne de cette inflation par des indexations, laissant les autres porter le chapeau ? Les travailleurs salariés ? Les petits épargnants ? Deux questions accessoires : a) Sur combien de temps réalisera-t-on la dilution... et QUI le saura, parce que les plus belles magouilles seront autour de cette opération... b) QUI imposera un pouvoir dictatorial, car on ne pourra pas s’embarrasser de démocratie pendant qu’on travaillera sérieusement.


            PIerre JC Allard

          • pmxr pmxr 17 juin 2010 09:34

            Admettons que ces informations soient exactes ... le problèmes c’est que les medias « officiels » n’en parlent pas, tout comme la renumération de C.BOUTIN, bizarrement il n’y a en FRANCE, que le « canard » qui en parle ! Les Journaux économiques français ne voient rien non plus !


            • alberto alberto 17 juin 2010 10:31

              Joli titre, M. Santi !

              Peut-on en conclure :« Eli Eli, lama sabachthani » ?

              Bien à vous.


              • goc goc 17 juin 2010 10:55

                @ l’auteur

                moi aussi comme verdan (très bonnes questions au demeurant), j’aimerais avoir quelques « lumières » de votre part

                voila la question que je me pose
                on dit que la Chine possède plus de 300 milliards de $ dans ses caisses, si à cela, on ajoute la valeur des biens construits dans le pays depuis 10 ans grâce aux $, on peut facilement penser que ces quelques mille milliards de $ représentent le bénéfice engrangé depuis 10 ans.
                Or si c’est bien le cas, cela veut aussi dire que tout cet argent a disparu du flux occidental, et n’est-ce pas là la véritable raison de la crise actuelle ?. En effet il communément admis que le plus important en matière d’économie ce n’est pas d’avoir de l’argent mais surtout de le faire circuler, or avec la Chine, cet argent au mieux circule en interne dans le pays, et au pire, dort dans les caves des banques. Donc est-ce une des raisons majeurs de cette crise, et donc si oui, comment cela peut-il évoluer sans partir vers une guerre occident-chine ?

                merci d’avance


                • Michel Santi Michel Santi 17 juin 2010 13:05

                  goc :
                  La Chine possède bien plus que ces sommes dans ses réserves...
                  mais ce n’est pas des sommes soustraites à l’Occident car ces pays se sont enrichis et sont en train d’atteindre des niveaux comparables à l’Occident sans grever pour autant notre niveau de vie.
                  Les faits sont que le monde s’enrichit pendant que nous Occidentaux nous nous appauvrissons irrémédiablement car nous avons beaucoup trop misé sur cet argent crée par les pays émergents : nos dirigeants étaient persuadés que ces pays en plein boom auraient éternellement besoin de nous et nous prodigueraient leurs liquidités à l’infini... d’où les endettements publics massifs et des politiques démagogues qui se sont attachés à dépenser aujourd’hui sans penser au lendemain...
                  Le réveil est dur aujourd’hui car ils se rendent compte que ces pays émergents sauvegardent à l’évidence leurs intérêts nationaux et ne nous tireront pas de sitôt de notre marasme. 


                • Antoine Diederick 17 juin 2010 13:21

                  Bonjour Michel, c’est cette idée de relais de croissance via les pays émergents qui est à revoir aujourd’hui pour assurer notre sauvegarde et notre reprise...bien d’accord.


                  nb : c’est la première fois en vous lisant que je devine votre agacement à propos de la situation actuelle.


                • pmxr pmxr 17 juin 2010 11:13

                  un article du « Monde » publié ce matin ... laisse bien comprendre qu’il ya anguille sous roche !

                  http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/06/17/paris-confiant-dans-la-solidite-de-ses-banques_1374152_3234.html#xtor=RSS-3208


                  • Pyrathome pyralene 17 juin 2010 12:08

                    En réalité, le combustible de cette machine infernale est allègrement fourni par nos propres responsables :...

                    Ils prennent en otage les fonds publics avec la complicité des politiques au détriment des peuples...
                    Excellent billet, la fête n’est pas encore finie, loin s’en faut....


                    • Radis Call 17 juin 2010 12:36

                      Bonjour Michel : j’apprécie toujours vos articles...De plus j’ai découvert hier votre blog grâce à un lien...Vous êtes discret !!!

                      Mais ça m’intéresserait de connaître un peu votre parcours : je ne vous demande pas de nous exposer votre vie privée , mais de nous indiquer , si vous le voulez bien , les grands traits de votre cheminement et peut-être comment vous analysez notre monde...(ou vous vous situez par rapport à...)
                      Bien amicalement !


                      • Michel Santi Michel Santi 17 juin 2010 13:11

                        Je suis un globe trotter et ... un outsider. J’ai appartenu pendant près de 20 ans au monde la haute finance et ai décidé de m’en retirer en 2005.
                        Comme vous pouvez le constatez, j’aime écrire et faire partager mes opinions... et ce d’autant que - et ça rejoint votre dernière question - que je constate qu’il faut jeter aux oubliettes 99.9% de nos dirigeants politiques. En fait, c’est notre fonctionnement démocratique dans son intégralité qui est à repenser car il n’est vraiment plus tolérable que la classe politique soit à ce point déconnectée de son « bon peuple ». 


                      • Carl 17 juin 2010 14:13

                        Les décideurs ne sont pas les payeurs. Les hommes politiques votent des lois par lesquelles il ne sont pas concernés et encore moins affectés. Ils forment de nouveau une véritable caste soudée malgré certaines apparences, et solidaire. Ils ne leur manque plus que les titres de noblesse et nous voilà revenu à la monarchie... Le pire, c’est que certains semblent ne pas en avoir réellement conscience. Faudra-t il une nouvelle révolution ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès