Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Nous ne paierons pas vos dettes

Nous ne paierons pas vos dettes

Le 28 mars au matin, un jeune homme claironnait sur RFM qu’il relançait le site Nous Ne Paierons Pas Vos Dettes.com qui malheureusement est inaccessible ce week-end... Le nommé Arnaud Guerreiro, président d’Impulsion Concorde (qui a bizarrement choisi le kangourou comme emblème), annonçait, en effet, qu’il souhaitait ressusciter le site web lancé il y a 2 ans qui avait recueilli quelques centaines de signatures en 48 heures de la part d’étudiants ou jeunes actifs en septembre 2006.

Malgré son affiliation à la Fondation Concorde qui se déclare proche de la majorité présidentielle, ce revival me fait penser à la révolution déclenchée par le conflit générationnel qui nous guette et que j’avais décrit dans mon "I had a dream". Le vieux con, que je suis et qui se sent pourtant assez "jaune", ne peut que comprendre et soutenir cette protestation modérée émise par des jeunes gens bien éduqués et ne peut que déplorer que cette protestation ne soit pas issue d’une base beaucoup plus large puisqu’elle concerne cruellement toute la génération qui suit les babyboomers que nous sommes. Les Français n’ont pas la mentalité des taxpayers anglo-saxons qui savent se mobiliser pour contester l’augmentation des impôts, revendiquer pour leur baisse et/ou réclamer plus de qualité/efficacité dans les services reçus en contrepartie des dites taxes.

Jeunes "jaunes" de tous milieux, sachez que, même si notre système fiscal laisse un grand nombre d’entre vous très faiblement touchés par les impôts directs, votre contribution au travers des impôts indirects (TVA par exemple) et les diverses cotisations et contributions sociales prélevées sur vos salaires font de vous l’un des plus gros taxpayers du monde et que, malgré cela, notre Etat s’endette de plus en plus d’année en année pour financer un déficit qui se creuse d’autant plus que la charge de la dette augmente...

Les calculs de Impulsion Concorde qui incluent, à juste titre, la dette liée aux retraites à venir des fonctionnaires (qui ne cotisent pas pour leur retraite), font apparaître que les intérêts de la dette pèsent 5 millions d’euros par heure : le chiffre est pédagogique puisqu’il correspond à la construction d’une crèche de 50 places toutes les 18 minutes !

De façon plus provocante, mais toujours pertinente, ils montrent que, si le paiement de cette dette ne portait que sur les actifs, un jeune actif au début de sa carrière partirait avec un volume d’intérêts à payer durant sa carrière de 63 400 € : selon ce calcul, chaque année, un treizième mois de salaire net moyen partirait donc en paiement des intérêts de la dette de notre Etat obèse et dispendieux... Pour être sûr de convaincre les plus "gauchistes" de mes jeunes lecteurs, la plus grosse part de cet argent part dans les poches du "grand capital international" puisque c’est auprès de lui que notre Etat souscrit ses emprunts...

L’annonce du "jaune" Guerreiro est opportune puisqu’elle tombe le même jour que l’annonce faite par l’INSEE révisant à la hausse le déficit public en 2007 à 2,7% du produit intérieur brut, et faisant apparaître un accroissement de la dette publique à 64,2% du PIB.

La belle Christine, qui a finalement gardé son portefeuille ministériel, a beau s’égosiller sur le thème "pas d’augmentation d’impôts - pas de plan de rigueur", les chiffres sont cruels : l’Etat, les collectivités et la Sécurité sociale ont une dette supérieure à 1200 milliards d’euros (en ne comptant toujours pas les retraites non provisionnées des fonctionnaires), l’équilibre budgétaire n’est plus atteignable en 2010, la dette va encore progresser de façon certaine pendant les 3 prochaines années....

A l’instant t, si l’on voulait atteindre l’équilibre, il faudrait soit 4% de CSG/CRDS supplémentaires (passage de 11% à 15%), soit 5% de TVA en plus (passage de 19,6% à 24,6%), soit un mixte des deux ! L’une de ces deux mesures ou une combinaison des deux ne ferait que renforcer le "catch 22" (cercle vicieux) du pouvoir d’achat et il semble que cela n’est pas du tout ce que l’immense majorité des Français veut.

Et pour en revenir à nos étudiants et nos jeunes actifs ou chômeurs (les "jaunes"), le temps est venu de la "révolte" : ils veulent pour les 2/3 tiers devenir fonctionnaires mais le nombre de postes ouverts dans les différentes administrations ou collectivités locales va devoir devenir homéopathique (1 sur 2 est inabordable), ils ne veulent pas payer les dettes laissées par les "violets" mais ce sont les "violets" qui décident ou, plus pernicieusement, qui bloquent... Une vraie "chienlit" qui justifierait un vrai Mai 2008...

Si cela arrive, le "vieux con" ira, pour une fois, manifester avec les "jeunes cons" et leur apporter son soutien : il y a, en effet, absolument besoin d’un plan d’austérité drastique dans la gestion de nos dépenses publiques et sociales. On n’appelle peut-être pas cela la rigueur mais il s’agit là d’une impérieuse nécessité pour que notre jeunesse ait le moindre enthousiasme à devenir moins jeune tout en restant dans notre coûteux pays...


Moyenne des avis sur cet article :  3.35/5   (148 votes)




Réagissez à l'article

95 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 1er avril 2008 11:28

    Depuis 20 ans déjà ce pose ce problème et les différents responsables politique au pouvoir n’ont rien fait

    Il est quand même étrange de voir ainsi une passivité d’hommes et de femmes,formés dans l’élite de la République n’avoir eu aucune vision d’avenir,... à moins que tout simplement leur modéle économique soit le modèle libéral américain..mais shut... il ne faut pas le dire.

    Petit à Petit et durant ces 20 dernières années ,le choix aura été de laisser s’appauvrir les retraites et de vendre l’idée que la retraite serait pour les nouvelles générations un graal

    Posons donc la question du droit d’inventaire à Ségoléne ROYAL

     


    • pseudo pseudo 1er avril 2008 11:57

      @ Lerma

      J’ai du mal à saisir votre raisonnement . C’est normal ?

       

      Pourquoi particulièrement Ségolène Royal ?


    • Nobody knows me Nobody knows me 1er avril 2008 13:16

      Capital-risqueur depuis 2000, je suis frappé par l’immense décalage existant entre une grande partie de l’opinion Française et le monde dans lequel nous vivons.

      Il doit être sympaaaa, le monde dans lequel vous vivez !! Quelle planète déjà ??


    • jondegre jondegre 1er avril 2008 13:35

      don’t feed the troll...


    • Niamastrachno Niamastrachno 1er avril 2008 13:47

      Le genre de capital risqueur qui a eu l’audace de réussir avec brio l’explosion des subprimes un des modèles du genre en terme de capital risque ? Le genre de capital risqueur qui nous colle une crise internationale toutes les 30 ans ? Ce genre de type dont le métier est de placer de l’argent sur de l’argent et donc à l’origine de toute cette incomensurable merde venue tout droit de sa silicone de mes genoux dont le gouvernement lui-même du bout des lèvres nous annoncer l’irrémédiable finalité, commence à nous expliquer d’où vient le problème de capitaux étatiques ?

      C’est pas une paille qu’il a dans l’oeil l’auteur, c’est une poutre !

      La blaaaague...

      C’est trop gros...


    • Niamastrachno Niamastrachno 1er avril 2008 13:50

      C’est les gros du CAC 40 qui doivent se marrer en lisant votre diatribe idiote


    • Traroth Traroth 1er avril 2008 14:30

      Et ça ne risque pas de s’arranger avec Sarzkoy et son budget tablant sur 2,5% de croissance en 2008. La dette va se creuser, au profit des bénéficiaires du "bouclier fiscal" pour riches. Aider les riches à devenir encore plus riches, voila une cause qui vaut la peine d’être défendue !

      Au fait, budget 2005 est l’un de ceux qui a le plus creusé la dette. Qui était ministre de l’Economie et des Finances, déjà, fin 2004 ? Je vous laisse chercher...


    • ficelle 1er avril 2008 17:44

      Parce que cette vilaine est notre dame de la compassion des mammy-boumeuses, la sainte patronne des bobos.


    • Forest Ent Forest Ent 1er avril 2008 11:45

      C’est amusant : à lire le titre, je pensais qu’il s’agissait de contribuables qui disaient aux gouvernements qu’ils ne voulaient pas renflouer les banques et fonds qui avaient fait des placements et spéculations hasardeux. smiley

      Quand est-ce qu’on reparle du risque systémique et du rôle qu’y jouent les fonds d’investissement ?


      • Forest Ent Forest Ent 1er avril 2008 11:48

        J’aime bien cette présentation :

        J’ai découvert les enjeux d’une nouvelle économie globale à la fin des années 90 dans la Silicon Valley. Capital-risqueur depuis 2000, je suis frappé par l’immense décalage existant entre une grande partie de l’opinion Française et le monde dans lequel nous vivons. Je n’ai aucune confiance dans nos politiques ou nos médias pour réduire cette "fracture". La France va droit dans le mur. Comment le faire comprendre ?

        Vous ne voulez pas nous dire aussi un mot sur comment les US vont éviter le mur ?


      • Fouinos 1er avril 2008 13:01

        "C’est amusant : à lire le titre, je pensais qu’il s’agissait de contribuables qui disaient aux gouvernements qu’ils ne voulaient pas renflouer les banques et fonds qui avaient fait des placements et spéculations hasardeux"

        Pareil !

         

         


      • sisyphe sisyphe 1er avril 2008 21:20

        par Forest Ent (IP:xxx.x30.45.205) le 1er avril 2008 à 11H45

         
        C’est amusant : à lire le titre, je pensais qu’il s’agissait de contribuables qui disaient aux gouvernements qu’ils ne voulaient pas renflouer les banques et fonds qui avaient fait des placements et spéculations hasardeux.

        Quand est-ce qu’on reparle du risque systémique et du rôle qu’y jouent les fonds d’investissement ?

         

        Oui. Bien vu.

        Je crois savoir que ça coûte BEAUCOUP plus cher que les "fonctionnaires qui ne paient pas leurs impôts (souligné)"

        Et, sinon, si on supprime les impôts, ça veut dire qu’on va enfin taxer le capital ?

        Chiche !!

         


      • sisyphe sisyphe 1er avril 2008 21:22

        Voilà que les "capital riskers" se mettent à dire que ça va mal....

        C’est que ça doit vraiment aller mal, hein...

        Mais yaka supprimer les fonctionnaires : ça va ach’tement arranger les comptes !

         


      • sisyphe sisyphe 1er avril 2008 21:29

        par antiholiste (IP:xxx.x30.108.201) le 1er avril 2008 à 16H31

         

        1) La dette des US est liée à l’explosion des dépenses militaires depuis que Bush a commencé sa guerre sainte. Rien à voir donc avec la dette francaise

         

        Celle-là, je dois avouer qu’elle est bonne !

        Plus c’est gros, et plus ça passe, comme on dit...

        Effectivement rien à voir avec la dette française : des dizaines de fois plus élevée.. ; guerre ou non ..

        Mais on ne perd pas tout espoir : Sarkozy envoie 1.000 soldats en Afghanistan : ça va nous aider à les rattraper...


      • sisyphe sisyphe 1er avril 2008 21:32

        @ Antiholiste :

         

        1) La dette des US est liée à l’explosion des dépenses militaires depuis que Bush a commencé sa guerre sainte. Rien à voir donc avec la dette francaise

         

        Celle-là, je dois avouer qu’elle est bonne !

        Plus c’est gros, et plus ça passe, comme on dit...

        Effectivement rien à voir avec la dette française : des dizaines de fois plus élevée.. ; guerre ou non ..

        Mais on ne perd pas tout espoir : Sarkozy envoie 1.000 soldats en Afghanistan : ça va nous aider à les rattraper...


      • ZEN ZEN 1er avril 2008 11:57

        "...il y a, en effet, absolument besoin d’un plan d’austérité drastique dans la gestion de nos dépenses publiques et sociales. On n’appelle peut-être pas cela la rigueur mais il s’agit là ...

        Ben , ma foi, cela se fera sans mal pour un "capital risqueur" qui "a découvert les enjeux d’une économie globale" (dit-il dans sa présentation) et qui ne s’interroge pas sur les dérives du capitalisme financier..

        ."vieux con", il a raison...


        • Fouinos 1er avril 2008 13:03

          Peut-être que si il y a un "mai 2008", il trouvera une source de revenus inexploités...

           


        • gnarf 2 avril 2008 10:11

          C’est toujours amusant de voir comment des gens tres serieux comme vous, doues pour la reflexion, font semblant de ne pas comprendre.

          Personne ne dit ici qu’il ne faut pas payer d’impots ou que l’Etat doit rendre les impots.

          Ce que je veux moi, c’est un service public a la hauteur des sommes que nous lui consacrons. Et pour le moment ca n’est pas le cas.

          Il y a 20 ou 30 ans en France on avait un service public qui fonctionnait bien mieux qu’aujourd’hui, et coutait beaucoup moins cher. C’est ca que je veux. Je ne veux pas un modele d’un autre pays, je veux le modele Francais avant qu’il ne derape.

          Alors faire croire comme vous que ceux qui ne sont pas contents veulent le demantelement du service public Francais, la loi de la jungle ou l’anarchie, c’est de la malhonnetete intellectuelle.

          Il y a tout un ensemble de personnes (grands groupes industriels Francais chouchoutes par l’Etat, marchands d’armes Francais, grands fonctionnaires) qui ont progressivement depuis trente ans transforme le service public Francais en vache a lait a leur seule intention.


        • Nono Ladette Nono Ladette 3 avril 2008 11:34

          Le Furtif, vous répondez à côté (je suis surpris du nombre de soutiens donnés à votre commentaire d’ailleurs). Tout d’abord certains de vos exemples sont mal choisis : pour les aéroports et les autoroutes, une grande partie du coût est facturé depuis bien longtemps à l’utilisation et non pas par des prélèvements fiscaux.

          Dans son article, certes l’auteur dénonce une pression fiscale élevée, certes il évoque un "besoin d’un plan d’austérité drastique dans la gestion de nos dépenses publiques ". Mais en aucun cas il ne prétend avoir payé des impôts sans contrepartie de service public comme vous l’insinuez ! Il n’a pas non plus demandé une privatisation ou une disparition de la sécurité sociale comme vous l’insinuez !

          Ce qu’il dénonce c’est qu’une partie des services publics distribués, en particulier depuis trente ans et donc à la génération des babyboomers, l’ont été sans contrepartie de recettes fiscales ! Pour l’Etat (budget de l’ordre de 250 milliards d’euros par an), c’est plus de 15% (40 milliards) de ses dépenses chaque année qui sont financées en émettant des obligations d’Etat - qui seront remboursées par la génération suivante - au lieu de prélever des impôts et taxes correspondants.

          Ensuite, je me garderai bien de choisir si la hausse des prélèvements ou la baisse des dépenses est LA bonne solution, car cela doit auparavant faire l’objet d’une large débat public. Mais sur l’objectif - résorber cet injuste déséquilibre qui ne doit pas et qui ne peut pas durer - je ne comprends pas qu’on ne soit pas tous d’accord !


        • Laurent_K 1er avril 2008 12:46

          Tiout comme Forest Ent je pensais voir un pamphlet sur le thème de "nous ne paierons pas vos dettes, banquiers/Capital risqueurs". Une fois la surprise passée, revoici un énième couplet sur "il y a trop d’impôts" . Il mélange allègrement des torchons avec des serviettes lorsqu’il parle de "l’un des plus gros "taxpayers" du monde" car ne regarde que la partie dépenses des impôts et pas leur utilisation. 

          En contrepartie de ces prélèvement élevés, nous avonsen effet des services publiques qui vont de l’enseignement à la sécurité sociale en passant par la retraite par répartition (pas si mal que ça quand on voit les faillites des fonds de pension). Dans nombre de pays anglo-saxons, ce sont des choses qu’il faut payer de sa poche. L’argent ne va peut-être pas dans les caisses de l’état ou des collectivités mais il ne reste pas pour autant dans le porte-monnaie des clients/usagers. Et pas forcément pour un meilleur service. 

          Bref, regardez l’ensemble du système -imparfait, je vous l’accorde- et pas juste la partie qui vous embête.

           


          • Eloi Eloi 1er avril 2008 19:31

            Me suis toujours demandé comment on pouvait faire le lien entre un budget mal équlibré et le nombre de fonctionnaire.

            Quel que soit le taux d’impôt, le budget doit être équilibré. Quel que soit le nombre de fonctionnaire, le budget doit être équilibré.

            Le budget doit être équilibré B.A-BA.

            Et c’est bien tout !

            Le reste est un autre débat que la dette...


          • Nono Ladette Nono Ladette 3 avril 2008 11:38

            "En contrepartie de ces prélèvement élevés, nous avonsen effet des services publiques ..."

            En réalité nous avons bien plus que ce que nous payons. 50 milliards de services publics en 2007 par exemple ont été distribués sans que personne n’ait payé pour (ce qu’on appelle le déficit public). Ah si, les investisseurs qui ont bien voulu nous les prêter. Ah mais faudrait-il pas qu’on les rembourse un jour ?


          • ZEN ZEN 1er avril 2008 13:08

            Philippe

             


          • JL JL 1er avril 2008 13:27

            JCDH ""n’ayant jamais été fonctionnaire ou salarié du secteur public"" : Al Capone non plus, n’a probablement "jamais été fonctionnaire ou salarié du secteur public".

             

            Sacré JDCH


            • wesson wesson 1er avril 2008 13:29

              Effectivement,

              nous ne paierons pas vos dettes.

              Privatiser les profits, et socialiser les pertes, ça suffit.

              Le capitalisme débridé, la financiarisation dérégulée, ça suffit - Avec une crise en moyenne tous les 5 ans depuis les 30 dernières années, on a vu que ça ne fonctionne pas, merci d’avoir essayé...

              Non, il ne faut pas payer la dette de tous ces établissements financiers qui sont empétré dans la crise financière mondiale.

              Pour ce qui est des retraites, avec les économies ainsi réalisées en n’épongeant pas les conneries des banques, on devrait pouvoir y arriver sans trop de problèmes.


              • antiholiste 1er avril 2008 13:35

                Pendant des décennies, les politiques ont pris le problème à l’envers. Pour augmenter la croissance, il fallait de la relance keynésienne, accroître indéfiniment les "investissements" publics, la dette devenant même pour certains le symbole positif d’un Etat qui pense l’avenir...

                Résultat, les dépenses explosent, l’Etat subventionne à tour de bras, les champions nationaux soigneusement préservés à l’abris de la concurrence ont profité de leur quasi monopole pour accroître leurs rentes, atteindre des sommets capitalistiques en se classant parmi les plus grands groupes mondiaux sans générer la moindre croissance supplémentaire, et le reste du tissu économique s’est complètement désagrégé, plombé simultanément par une législation obscure, pensée par des juristes pour des juristes, et par un coût du travail exorbitant.

                Non, une dépense publique n’est pas nécessairement judicieuse, par contre, elle a nécessairement un coût économique.

                Aujourd’hui, il devient évident pour presque tout le monde que l’on ne peut pas continuer ainsi. Mais dans un système rongé par les corporatismes dans lequel chacun tente de tirer le plus possible les draps de l’Etat vers lui, l’assainissement des dépenses publiques fera nécessairement des mécontents, sans pour autant que l’on puisse voir dans l’immédiat les effets positifs.

                Nous sommes de nouveau devant une situation du type TCE ou les extrêmes vont pouvoir tirer parti de la confusion générale. Les plans B vont encore pleuvoir.


                • tvargentine.com lerma 1er avril 2008 13:39

                  Voila que le "comité de rédaction" fait du publi-reportage pour un bouquin écrit par un anarchiste et dont il est IMPOSSIBLE de faire un commentaire

                  C’est la Chine communiste maintenant ???????????????

                  Cet publi-reportage pour un bouquin qui n’est même pas encore sorti ! est-il gratuit ou payant ????


                  • L'équipe AgoraVox L’équipe AgoraVox 1er avril 2008 13:46

                    C’est pour préparer le chat demain à 15h et c’est clairement expliqué dans l’article. Encore faudrait-il que vous preniez la peine de le lire....


                  • Zalka Zalka 1er avril 2008 13:49

                    Ta gueule, pauvre tache. Comme te l’a répondu l’équipe dans le poisson d’avril de Dugué, il s’agit de préparer un tchat avec l’auteur demain. Mais en bon troll dont seul la crétinerie parviens à égaler l’arrogance, tu n’as probablement pas lu l’article.


                  • Helion Helion 1er avril 2008 13:56

                    Polytechnicien (n’ayant jamais été fonctionnaire ou salarié du secteur public)

                    Pourquoi affichez vous cette étiquette garanti 100% non public ? Auriez-vous été honteux d’avoir un jour travaillé pour la collectivité ?

                    Ou bien au contraire le regrettez-vous ?

                    Jamais revé d’être pompier, policier, gendarme ?

                    Instituteur, Juge d’Instruction, Infirmier, Médecin Urgentiste ?

                    Qui enlève vos poubelles, balaye votre trottoir, débouche vos canalisation de tout à l’égout ?

                    Noubliez pas qu’un service public, est soit réalisé par un agent fonctionnaire soit délégué à une entreprise privée par une DSP, mais qu’au final, la prestation doit-être réalisée - la réduction du nombre de fonctionnaire n’est pas un objectif qualitatif mais quantitatif sans objectif de qualité défini : Il serait interessant que l’on nous explique quels secteurs publics sont trop gras.

                     


                    • Marc Bruxman 1er avril 2008 20:12

                      Ou bien au contraire le regrettez-vous ?

                      Jamais revé d’être pompier, policier, gendarme ?

                      Ben il est polytechnicien alors si il avait été fonctionnaire s’aurait été pour faire le gratte papier dans un ministére. Je trouve plutot courageux de sa part de ne pas avoir choisi ce chemin de facilité et d’avoir gouté à la vrai vie.

                      Instituteur, Juge d’Instruction, Infirmier, Médecin Urgentiste ?

                      Tu vois j’aurais adoré être enseignant-chercheur. Mais quand je vois l’ambiance dans les labos publics que j’ai cotoyé je me dit que quelque part le destin a bien fait les choses.

                      Noubliez pas qu’un service public, est soit réalisé par un agent fonctionnaire soit délégué à une entreprise privée par une DSP, mais qu’au final, la prestation doit-être réalisée - la réduction du nombre de fonctionnaire n’est pas un objectif qualitatif mais quantitatif sans objectif de qualité défini : Il serait interessant que l’on nous explique quels secteurs publics sont trop gras.

                      Ca on est bien d’accord que quelqu’un doit faire la presta. La DSP ne pose pas de problémes en particulier parce qu’il y a eu appel d’offre et que donc celui qui récupére le monopole (par exemple pour les ordures) l’a pour une durée limitée et qu’on a choisi le moins cher respectant le cahier des charges.

                      Maintenant le problème c’est que si on maintient des fonctionnaires on a un monopole irrévocable. Ce qui est très mauvais quand on a une boite privée en face (cf Microsoft) l’est également quand on a un France Telecom avant la libéralisation. Ressortez vos vieilles factures et voyez ce qu’ils vous volaient avant. Et la vous direz merci à tous les opérateurs alternatifs.

                      L’argument des conditions de travail n’est pas valalble car on a pas à faire payer TOUT LE MONDE pour assurer les conditions de travail de quelques privilégiés. Les priviléges ont été abolis en 1789. Au contraire le fait que tout le monde paie fait que l’on doit rechercher le meilleur cout dans le respect de la loi bien sur.

                      Après il y a des administrations en sous effectifs comme l’hopital et d’autres en sur-effectif comme la sécu, la caf, l’anpe et globalement tous les services administratifs.

                      Tenez l’ANPE j’y ai mis les pieds une fois dans ma vie et le mec tapait au clavier avec un doigt. Il aurait eu le temps de recevoir 10 clients le temps que ca lui a pris pour traiter mon dossier. Dans une boite normale on aurait embauché un autre mec.

                       


                    • Comité Cicéron 1er avril 2008 20:19

                      Quoiqu’il en soit, la logique actuelle est de rendre les administrations plus performantes : rendre des prestations meilleures avec moins de monde.

                       

                      Si l’hopital a des difficultes, ce n’est pas par manque de personnel, mais c’est parce qu’il a toujours fonctionne sans se preoccuper de ce qu’il coutait : on croyait que les soins etaient gratuits, et on se retrouve dans une situation de cessation de paiements... ou d’impots qui augmentent pour financer les soins de personnes qui pourraient souvent se les payer eux-memes.


                    • HELIOS HELIOS 1er avril 2008 14:54

                      melanger Mai’68 là dedans n’a rien a voir ! justement en mai 68 il etait question de plus de solidarité, plus de liberté et donc plus de responsabilité collective et en retour la liberté individuelle.

                      Votre article, ne parle que d’egoïsme, d’irresponsabilité et d’une absence de solidarité manifeste.

                      Quand aux fonctionnaires, ils continuent de recolter une images dont peu d’entre eux sont responsables. helas, et comme la majotrité silencieuse des musulmans face au terrosisme, la majorité silencieuse des fonctionnaires ignore, au mieux ,et couvre, au pire, ceux qui les décrédibilisent.


                      • Marc Bruxman 1er avril 2008 20:22

                        melanger Mai’68 là dedans n’a rien a voir ! justement en mai 68 il etait question de plus de solidarité, plus de liberté et donc plus de responsabilité collective et en retour la liberté individuelle.

                        Pas si sur... Quand je discute avec mes parents (qui ont fait Mai 68) je m’appercois que le chomage ou la redistribution des richesses n’était pas vraiment dans leurs préoccupations à l’époque. Ben oui il n’y en avait pas du chomage ! Par contre à ce que j’en ai compris la morale vieux cons à se faire encadrer durement par la famille puis par des surveillants odieux au lycée, puis par des cons au service militaires et enfin par des patrons aux méthodes staliniennes a en effet fini par déclencher une révolte. Qui réclamait justement une meilleure dose de liberté.

                        Le mouvement était spontané à la base et les syndicats cocos ne sont arrivés que bien après à la demande du gouvernement qui peinait à reprendre le controle des manifs. Au final quelques mesures cocos pour que les syndicats puissent hurler hourra et battre le rappel des troupes et le mouvement était désamorcé. D’ailleurs si les syndicats ont été autorisés par le patronnat c’est justement parce qu’ils sont très utiles pour désamorcer un conflit qui a dégénéré.

                        Les vrais apports de 68 à savoir une meilleure considération de la jeunesse reconnue comme autonome et libre se sont fait naturellement sans passer par des lois après cela. Les accords salariaux c’était pour le spectacle. La vrai révolution de l’époque était sur le terrai des moeurs et des libertés individuelles.

                        Avec toutes les restrictions sur la vitesse, la cigarette, l’alcool et tout ce que nous préparent nos gouvernements cela pourrait également bien se reproduire. Mais le gouvernement préférera que l’on attaque les patrons que l’ordre en place alors il y aura des mesurettes sociales à la fin pour renvoyer les gens chez eux. Circulez !

                         


                      • HELIOS HELIOS 2 avril 2008 00:41

                        Là, vous êtes carrément réducteur ! Je ne sais pas ou étaient vos parents, peu importe, Mai 68 ne fut pas une révolte claire et transparente. Comme pour tout il y a eu les purs et durs, les profiteurs et les autres, tout ça en tenant compte de la relativité des choses.

                        Si la jeunesse a été fortement impliquée c’est parce que les étudiants n’avaient rien a perdre, pas de salaire donc et comme d’habitude une energie a revendre. Il s’avère qu’une fois la mayonnaise prise, tous les opportunistes se sont ralliés. Par opportuniste, je n’entrends rien de péjoratif, juste des "ralliements" au mouvement.

                        Je ne vais pas me lancer dans un long discours, moi j’etais dans une ecole d’ingenieur a Paris, et j’étais pas en première ligne, je l’avoue... je profitais plus des ordinateurs de Jussieu abandonnés que du défoulement collectif, mais j’y etais quand même sans pavés a la main mais avec mes moyens. nous bloquions les voitures a Denfert rochereau, à la porte d’Orleans... nous editions des milliers de tracts avec les grosses imprimantes car les photocopieuses n’avaient plus de toner... bref chacun a participé pour ce qu’il percevait... mais ce qui fut certain, c’est que la rigidité du système n’était plus tolérable.

                        Nous avons "refait le monde" dix fois par jour, mais ce qui est certain, c’est que tous ces mondes, comme je vous le dit dans le message ci dessus, ce n’est pas du tout ce que nous avons aujourd’hui. Quand j’entends Sarkozy vouloir sortir de Mai’68, je rigole bien bas, car s’il est là ou il est c’est bien grace à Mai’68.

                        Par contre ce que nous n’avions pas prévu c’est qu’en apportant la liberté, nous pensions que ceux qui allaient en profiter le feraient avec responsabilité, car ceux-là, avaient, comme nous, le même historique, les mêmes espoirs et finalement le desir d’un monde plus juste. Ce n’etait pas le cas !

                        Vous voyez, je ne vous parle pas de politique, je ne vous parle pas de Q comme certain supputent les motivations, je vous parles d’une vision humaine de la societé... résultat de la convergences des mouvements libertaires anterieurs porteurs d’une image de la société "responsable (je ne dis pas autoritaire)", "respectueuse (je ne dis pas egoïste)" et "solidaire (je dis pas assistée)". Bref que des concepts que les hommes politiques actuels ainsi que tous ceux qui ont une parcelle de pouvoir ne comprennent plus, a l’image de Lerma.

                        Remarquez... j’men fous, pour le temps qu’il me reste, je le passerais (relativement) bien, probablement moins bien que ce que j’avais imaginé, mais pas mal quand même, malgrés ce que me coute l’aide que je dois apporter a mes enfants, qui eux, subissent ! C’est à vous, les jeunes, de vous prendre en main. pas besoin d’une révolution pour cela, car c’est au quotidien que cela se règle et de temps en temps dans les urnes. pensez-y la prochaine fois que vous irez voter.

                         

                         

                         


                      • Yohan Yohan 1er avril 2008 15:15

                        @ l’auteur

                        J’avais fais un petit article sur le même sujet il y a peu. http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=30939(mêmes commentaires, à peu de choses près). On s’enfonce, on s’enfonce


                        • Gzorg 1er avril 2008 15:45

                          Bonjour à tous

                          pas mieux a dire sur le Sujet que notre "sage sylvestre" Mr ENT.

                          Vous ne trouvez pas curieux comme tout cela est souvent paradoxale, ce discours sur la dette, que nous impose les tenants de la droite et du libéralisme ?

                          Observons donc quelques fait réelles et avérés :


                          - 1°) Tout ces politiques qui nous culpabilisent depuis des années avec la dette sont les même politiques qui ne cessent de la faire gonfler depuis des années et des années.


                          - 2°) le pays phare qui est l’instigateur du Libéralisme, j’ai nommé les Etats-Unis, est justement celui qui est le plus endetté, il l’est même tellement que tout le monde sait très bien qu’ils ne pourront plus jamais la régler.


                          - 3°) On peux aussi constater avec l’Angleterre ; les USA que les pays qui laissent le plus courir leur dettes sont les pays qui justement ont le moins de protections sociales.


                          - 4°) Notre cher auteur nous critique à la sauce "moi qui viens des USA" le système de retraite par repartions de notre beau pays ; marrant moi aussi j’étais (travaillais) aux USA dans les années 80 et je me souviens très bien des faillites en cascades des SAVING ou des milliers d’épargnants qui avaient fait leurs retraites eux même , avec le privé, se sont retrouvés ruinés du jour au lendemain...


                          - 5°) Notre cher auteur nous met en opposition jeunes et vieux au prétextes que les jeunes ne payeraient pas pour les vieux, en oubliant de dire que les vieux ont payes les études des jeunes justement, parce que la dette ce n’est pas que du déficit , c’est aussi de l’investissement sur les jeunes...justement !

                          Notre auteur il voudrait quoi , de l’épargne privé ? comme pour les employés d’Enron ?

                          Il existe une autre solution pour venir a l’équilibre des comptes : un ultra protectionnisme anti libérale !

                          Avec une défense de nos PME et une prise en charges des cout sociaux par une taxation féroce sur les produit d’importations, qu’aurions nous a perdre ?

                          Des central nucléaires fabriqués par les chinois en chine ?

                          Des Super porteurs EADS fabriqués aux USA pour les USA ?

                          Le libéralisme ne nous apporte rien, il étrangle nos PME pour préserver les profits de quelques Multinationales du CAC 40 qui n’ont plus rien avoir avec notre pays, et qui font leurs profits ailleurs.

                          Je me contre fous que Carrefour ouvre des supermarchés à Taïwan, ça ne rapporte rien , seul un protectionnisme fort et puissant permettrais d’alléger les charges sociales des PME et permettrais aux Français de revenir a un équilibre dans les comptes de la dette...

                          Voila comment régler le problème de notre dette, cette solution est infiniment plus profitables qu’une veine opposition entre jeune et vieux...

                          Vos grosses ficèles ne fonctionnent plus !


                          • antiholiste 1er avril 2008 16:31

                            1) La dette des US est liée à l’explosion des dépenses militaires depuis que Bush a commencé sa guerre sainte. Rien à voir donc avec la dette francaise qui contrairement aux autres pays continue d’augmenter inexorablement. De mémoire, malgré leurs dépenses militaires, les USA ne sont pas plus endettés que la France. Rappelons qu’avec l’Allemagne, la France est le seul pays de l’Union ne respectant pas le pacte de stabilité économique.

                            2) Tous les pays occidentaux ont un système de protection sociale. A part par pur chauvinisme, on peut nullement affirmer que le système francais soit meilleur que les autres, en particulier au regard de son coût économique avec les conséquences sociales que l’on connaît.

                            3) Le protectionnisme en freinant la concurrence internationale, réduit la diversité de l’offre et favorise l’émergence d’oligopoles. L’économie de rente associée est totalement néfaste pour les PME et c’est a peu près la situation actuelle de la France.


                          • Gzorg 1er avril 2008 17:07

                            Vous plaisentez, la dette des USA atteind 9000 millliard de dollars, soit 61.5 % du PIB.

                            Sans compter le deficit commercial qui s’eleve lui a plus de 750 milliard de dollars...

                            Sur la zone Euro la moyenne d’endettement des pays est de 69,5% du PIB

                            -La france est a 63.9% du PIB

                            -L’allemagne est a 67.9 % du PIB

                            -L’Italie est a 106.8% du PIB

                            Source

                             

                            Vous parlez du probleme des protections socials , savez vous seulement a quoi il ressemble aux USA ou en Italie ? Dieu nous preserve de leurs systemes...

                             

                            Enfin quand vous nous dites que le liberalisme nous protege des oligopoles , c’est exactement l’antienne que repetent a tout va les tenant du liberalisme, et qui est infirmé chaque jours par les faits...

                            Un exemple simple, que je connais a savoir la grande distribution, l’ouverture des marchés a permis a ces groupes de grossir a un point qu’ils ont reussit a ettoufer toute concurrence en France...

                            Non seulement le liberalisme ne nous protege pas des oligopoles mais il favorise la création de mega Oligopole qui ont atteind une puissance financiere jamais vu auparavent, la mondialisation nous protege t’elle d’un Monsanto ? non bien au contraire elle nous l’impose...

                            Et des exemples comme celui la il y en a dans tout les secteurs de l’economie, le protectionnisme, le patriotisme economique sont les seuls moyens de nous proteger de ces oligopoles et d’eviter les regroupement a coup d’acquisition et de rachats sauvages.

                             

                             


                          • antiholiste 1er avril 2008 19:35

                            Nous sommes d’accord, 61.5% du PIB, soit un peu moins que la France. Pour l’évolution des dettes publiques en europe et aux USA :

                            http://epp.eurostat.ec.europa.eu/tgm/table.do?tab=table&language=fr&pcode=eb070&plugin=1&tableSelection=1&footnotes=yes&labeling=labels

                            Concernant le pacte de stabilité, le critère déterminant est le déficit public qui doit être inférieur à 3% du PIB. J’avais oublié le portugal.

                            http://fr.wikipedia.org/wiki/Pacte_de_stabilit%C3%A9_et_de_croissance

                            "Un exemple simple, que je connais a savoir la grande distribution, l’ouverture des marchés a permis a ces groupes de grossir a un point qu’ils ont reussit a ettoufer toute concurrence en France..."

                            A votre avis, pourquoi ces groupes ont pu atteindre une dimension internationale si ce n’est parce qu’ils sont protégés sur le marché intérieur et donc libre de fixer abitrairement leurs prix. Le meilleur moyen de lutter contre ces ententes, c’est le droit de la concurrence, droit qui trouve ses origines aux états-unis. Le protectionnisme ne ferait que réduire la taille du marché, donc la concurrence.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès