Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Nous nous appelons tous Madoff !

Nous nous appelons tous Madoff !

A bien des égards, Barack Obama est bien l’Homme de l’année quoique mon choix personnel pencherait plus pour Bernard Madoff...Du reste, nos autorités - en parfait accord avec nous-mêmes – ne gèrent-elles pas nos économies et depuis des décennies selon les mêmes principes comptables que Madoff ?

Cet homme, un des financiers les plus respectés de Wall Street pendant de longues années, aujourd’hui considéré comme le plus grand escroc de l’Histoire de la finance mondiale, n’a pu perpétrer ses méfaits qu’avec la complicité - ou l’aveuglement volontaire - de professionnels de la finance qui se bousculaient pour lui confier les deniers de leurs clients, lui qui contre vents et marées gagnait 1 à 2% par mois...Ces mêmes professionnels de la finance suggéraient à leurs clients de poursuivre leurs acquisitions de valeurs technologiques en début d’année 2000 et considéraient la titrisation des prêts subprimes comme une avancée financière géniale.

Madoff, Ponzi...la liste de ces gentlemen cambrioleurs prélevant sur les nouveaux placements afin de payer leurs profits aux anciens investisseurs sont-ils - au fond - très différents de nous ? Nous qui avons été anesthésiés des années durant par une hausse ininterrompue du marché immobilier, hausse qui dépassait dans certains pays ou régions 10% par an ! Nous qui avons spéculé, profité, entretenu cette bulle immobilière tout en ignorant un indicateur infaillible, à savoir que nos revenus, eux, restaient stagnants ?

La gigantesque escroquerie des subprimes ne reposait-elle pas intégralement sur le concept selon lequel le marché immobilier poursuivrait perpétuellement son ascension ? Dans ces conditions, quoi de plus naturel pour une famille de la classe moyenne de contracter un prêt à taux variable - qu’elle ne pourrait plus assumer même en cas de légère hausse des taux - sachant que son bien immobilier était voué à prendre de la valeur dès la signature de l’acte de vente ?

Nous avons toutes et tous été complices de cette farce car, plus le produit dérivé était complexe, plus le levier de la titrisation était élevé et plus nous applaudissions en nous émerveillant du génie de ces équations qui stimulaient marchés et profits...Pourquoi en effet se préoccuper de la ré évaluation des investissements sous jacents si le marché immobilier s’appréciait continuellement ? Ces instruments chimériques permettaient aux financiers du monde entier d’optimiser les résultats tout en majorant leurs honoraires.

En comparaison, la fraude de Madoff est sans détour, sans artifice, sans hypocrisie. Pourquoi se retrouve-t-il tout seul sur le banc des accusés ? 


Moyenne des avis sur cet article :  2.93/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • marignan155 3 janvier 2009 08:46

    à l’auteur :
    Pouvez-vous nous indiquer qui vous entendez pas NOUS ?
    Je veux bien être le NOUS de Nous qui avons été anesthésiés des années durant par une hausse ininterrompue du marché immobilier (au lieu de anesthésiés plutôt assommés !)

    Vous proposez-vous pour être accusé de complicité avec M. Madoff ?

    Et que proposent NOUS, après ce mea culpa, pour
    1. réparer les dégâts ?
    2. rendre plus difficile la réapparition de tels agissements ?


    vous qui êtes membre du Forum de Davos ?


    • sub_persifl sub_persifl 3 janvier 2009 14:51

      mais non ..." NOUS", c’est pas NOUS. il oserait pas.... du moins, j’espère... y parle de lui et de ses collègues. nous on est des trous du c. sans importance
      ah la Suisse le beau pays que voilà ... j’y ai travaillé aussi.... pour un exploiteur qui n’était pas banquier celui-là

      un lien intéressant :
      http://jcducrot.blog.tdg.ch/archive/2008/12/16/mendiants.html



    • Blé 3 janvier 2009 08:51

      Je cite : "Nous nous appelons tous Madoff". Ce titre provacateur me choque : Qui mettez vous dans ce "nous" à part vous même ? Je ne me sens pas concerner par les malversations de ce requin de Madoff et j’ai en plus le sentiment de ne pas être la seule dans ce cas.

      Combien de Madoff notre petite planète porte t-elle ? La puissance de Madoff traduit la faiblesse, que dis-je, la confiscation du pouvoir des peuples dans les démocraties occidentales par les élites politiques, médiatiques, financières sans scrupule qui nous font passer des vessies pour des lanternes.

      Je doute que les S D F soient "complices" du système à moins que votre article ne soit destiné qu’à des lecteurs qui appartiennent à la même catégorie sociale à laquelle vous appartenez. (Ce n’est pas une critique mais un constat).


      • herbe herbe 3 janvier 2009 11:01

        Ce qui est de notre responsabilité je pense c’est d’en tirer les leçons et de poser une réflexion pour l’action présente et future.

        Cet article suivant de Michel Volle nous y invite, je le propose car je le trouve fondamental (je le reposterai je pense si il peut féconder d’autres reflexions) :

        http://www.volle.com/travaux/capitalisme.htm




        • ZEN ZEN 3 janvier 2009 11:04

          Nous qui ?

          Comme si l’information et le pouvoir étaient symétriques, non faussés !

          ...comme Marignan !


          • Fergus fergus 3 janvier 2009 11:18

            "Nous avons toutes et tous été complices de cette farce". Désolé, mais comme les commentateurs qui m’ont précédé, je ne me sens nullement coupable de quoi que ce soit dans ces scandaleuses dérives. Et que dire de tous ces Français des classes populaires encore moins bien lotis et qui n’ont jamais eu devant eux que centaines d’euros d’économies . De quoi sont-ils coupables ? En quoi sont-ils complices ?


            • Tristan Valmour 3 janvier 2009 11:30

              @ Michel Santi

              Bonne année à vous, bonne année à toute la communauté d’Agoravox.

              Non, je ne m’appelle pas Madof. Je ne vole pas mon prochain. Je ne mens pas dans l’espoir d’obtenir un avantage personnel. Je partage ce que je possède avec mon entourage. Je n’ai jamais contracté aucun crédit ; pas une seule fois. Je déteste la spéculation et les spéculateurs, tous ces voleurs qui vampirisent le travail des autres, ces esclavagistes modernes. Toutes mes petites entreprises sont excédentaires, et je choisis mes clients, ce qui exclut les multinationales qui ne peuvent jouir de notre savoir-faire. Et nous sommes nombreux à gagner notre vie de cette façon.

              Les Madof, ce sont ceux qui sont animés par le fric facile, qui se lèvent en consultant boursorama et se couchent de la façon dont ils se lèvent. Voilà leur horizon, leur vie inutile faite du sang, des larmes et de la sueur de ceux qui travaillent vraiment. Tous ces pigeons qui rêvent d’être une star de la finance de salon et font péter la bulle en s’égosillant auprès de leur moitié dès qu’ils ont fait « un bon coup » et qui, dix minutes plus tard, tremblent comme un toxico lorsque la bourse baisse.

              Les Madof, ce sont des traînées d’incultes qui vouent à l’argent un culte ; des gens sans esprit ni saveur, au relief égal à l’euro comme au dollar : l’encéphalogramme plat. L’homme est pour eux une unité économique, une simple statistique, une variable d’ajustement.

              Non, nous ne sommes pas tous des Madof, mais malheureusement nous subissons aussi les conséquences de tous ces pourris qui nous gouvernent et dirigent les grandes entreprises, les institutions financières ; cette maffia officielle.

              "On leur pèlera le jonc comme au bailli du Limousin. On les pendra... avec les triipes !"


              • caramico 3 janvier 2009 12:58

                Bravo, vous avez avec brio exposé ma pensée


              • caramico 3 janvier 2009 13:03

                Je m’adresse bien sûr à M. Valmour et non pas à M. Santi

                L’homme de l’année en ce qui concerne les bourses, et il les a eu, lui, en se flinguant., c’est le nobliau français dont j’ai oublié le nom.
                Ce fut fait avec panache, à la Vatel.
                Les autres, les Madof et compagnie c’est des minables, des gagne-petit, des rats...


              • ZEN ZEN 3 janvier 2009 11:52

                Bravo Tristan et Bonne Année !

                Les Madofs sont le produit d’un système , comme on l’a souvent dit...

                Il y a sans doute d’autres cadavres dans le placard...
                Qui contrôle les contrôleurs ?
                "Que fait la police ?" (DSK)

                La plus vieille escroquerie du monde : la pyramide
                Le moteur : la confiance . Le ressort : le panurgisme

                "Elle repose sur un mécanisme d’une simplicité enfantine : la rémunération des investisseurs d’hier non pas avec les profits réalisés par leurs placements, mais avec l’argent apporté par les investisseurs plus récents, attirés, eux aussi, par la promesse de profits mirifiques. Tant que les investisseurs initiaux ne cherchent pas à récupérer leur mise, tout va bien. Mais qu’ils se retirent du jeu, et la pyramide s’écroule"-
                Affaire Madoff : la malhonnêteté ordinaire  :
                "...Un fonds qui fonctionnait comme un mouvement d’horlogerie et rapporta pendant vingt ans 1 % par mois, qu’il pleuve ou qu’il vente ? Un fonds dont les journaux rapportaient depuis 1999 qu’il était une pyramide, après qu’un certain Mr. Markopoulos avait alerté sans effet la SEC (Securities & Exchange Commission), le régulateur des marchés financiers ? Non : pour participer au fonds, il fallait être parrainé, et ce que votre parrain devait vous glisser dans le tuyau de l’oreille, c’était ceci : « C’est l’ancien patron du NASDAQ, personne n’ira jamais voir ! Et s’ils devaient jamais aller regarder : il siège dans tous les comités de surveillance ! »...

                Bernard Madoff, l’homme aux investissements "de haute éthique" :


                • Yvance77 3 janvier 2009 14:41

                  Bonjour,

                  Tout est dit dans le propos de Tristan réhaussé par celui de Zen. C’est la première fois que je suis en désaccord avec M. Santi. Bah pas grave il fera mieux sous peu pour sur.

                  A peluche


                • Michel Santi Michel Santi 3 janvier 2009 14:59

                  Bonne Année à toutes et à tous !
                  Vous aurez bien compris que l’objectif du titre et du "Nous" était purement provocateur...Je voulais vous réveiller en ce premier samedi d’une nouvelle année qui s’annonce chaotique !


                • geko 3 janvier 2009 16:42

                  Meilleurs voeux Santi et à tous !

                  A force de lire Santi je vais finir par en connaitre les subtilités comme celle de la provocation, peut être le fruit d’une culture qui n’est pas seulement occidentale ?

                  Sinon votre article pose la question du corrupteur et du corrompu et de leurs responsabilités respectives !

                  Biensur nous ne sommes pas des Madoff :

                  1) Beaucoup comme moi ne sommes pas complices mais spectateurs de cette escroquerie mondiale !

                  2) J’ai un ami voici 4 ou 5 ans qui croyait avoir trouver une martingale financière en exploitant les failles du système bancaire. Son directeur d’agence l’a convoqué un mois après lui expliquant gentillement que ce qu’il faisait s’appelait une cavalerie, punissable par la loi ! Tout est gentillement rentré dans l’ordre ! Le Madoff ça fait 25 ans qu’il pratique !

                  Merci de nous informer que la population mondiale se fait rouler dans la farine !
                  Cordialement.


                • Radix Radix 3 janvier 2009 12:03

                  Bonjour monsieur Madoff

                  Ce qui me fait rire c’est de voir que ce monsieur a escroqué la crème de la finance avec une arnaque vieille comme le monde pendant que ces mêmes financier nous assuraient, la main sur le coeur, que tout était sous contrôle et qu’ils escroquaient la planète avec le dernier cri des produits financiers !

                  D’une certaine manière je me sens plus proche de Madoff que des autres !

                  J’ai toujours aimé l’artisanat !

                  Radix


                  • marignan155 3 janvier 2009 12:45

                    Pour les moins jeunes :
                    ne trouvez-vous pas étonnant que plus personne ne parle de la Garantie foncière, scandale du début des années 1970 ?
                    je n’ai pratiquement rien trouvé sur le web, sauf un document  en pdf (25 pages, 183ko) 


                    c’est pourtant LE scandale qui m’a éloigné définitivement de ces promesses

                    il ne faut pas oublier sinon ce sera de mal en pis




                    • Bof 4 janvier 2009 15:59

                      @ marignan155 								 (IP:xxx.x9.175.15) le 3 janvier 2009 à 12H45 : Merci pour ce document. 1968 était passé et je repérais un autre scandale que personne ne dénonce non plus. Les professeurs de fac cessent de justifier leurs travaux de recherche obligatoire ET les diplômés se trouvent un poste et comme pour les financiers spéculent sur ce poste pour surfer de week end en week end afin d’atteindre sans trop de soucis la date de départ en vacances. Ainsi la retraite imméritée mais bien remunératrice arrive sans trop de fatigue dans un confortable bureau bien chauffé. Que de décisions importantes au plus haut niveau ont eu lieu pour conserver la possibilité de spéculer sur les places de diplômés inutiles et donc sans responsabilité aucune.


                    • alberto alberto 3 janvier 2009 12:51

                      Bonne année (quand même) M. Santi !

                      Je ne vous remercie pas cependant de NOUS mettre dans le même sac que ces boulimiques du pognon, jamais gavés, toujours à la recherche de plus d’argent, par n’importe quel moyen...(d’accord avec notamment Zen et T.Valmour)

                      Sauf qu’on rigole un peu moins jaune, nous les petits, car dans ces affaires de grande arnaque,on a moins à perdre que les grands prédateurs !

                      Mais afin de prévenir vos amalgames, ne venez pas nous dire un jour que NOUS avons cru un seul instant au mythe de la croissance infinie que je ne vous aie pas souvent vu remettre en cause.

                      Bien à vous, et bonne année à tous.


                      • Parpaillot Parpaillot 3 janvier 2009 13:32

                        " Nous nous appelons tous Madoff ! "

                        Oui, mais certains plus que d’autres ...

                        Je ne revendique nullement ce patronyme ...


                        • herve33 3 janvier 2009 16:26

                          Qui sont les complices de Madoff and Co ? 

                          Uniquement ceux qui ont spéculé sur des produits financiers avec des promesses de gain de 15 ou 20 % par an . Ce sont ces personnes physiques ou morales qui sont les véritables coupables de la crise actuelle . 

                          Personnellement , je connais personne dans mon entourage de cet acabit qui ait misé sur ces produits corrompus . La plupart utilise les livrets A , pour placer leur épargne .

                          En revanche , je connais des jeunes qui sont indirectement victimes des financiers du style Madoff qui vont connaitre la double peine

                          Il vont perdre avec l’achat leur logement avec un crédit pour 30 ans , même à taux fixe , qui dans quelques années ne vaudra au mieux que 70% du prix acheté . 

                          ils devront payer le renflouement des banques et les magouilles des vampires de la finance directement ( hausse des impots ) ou indirectement ( baisse des services publics et sociaux ) .







                          • Paul .ca Paul .ca 3 janvier 2009 19:17

                            C’est un titre un peu démagogique vu le génie de cet arnaqueur. :D
                            J’apprécie beaucoup vos chroniques financières que je lis régulierement sur votre site web et je viendrai dorénavant les commenter à l’occasion sur Agoravox.

                            L’arnaque de Madoff repose sur la psychologie humaine et sa cupidité. il est probablement le mieux placé pour améliorer la sécurité du système de contrôle comme les hackers repentis qui devienent des specialistes pour la sécurité informatique. Il aura en prison le temps d’écrire son affaire avec les astuces utilisés pour corrompre les inspecteurs / vérificateurs et enfumer ses pigeons. J’attends ce récit avec impatience.

                            En attendant je vous laisse découvrir l’aplomb de cet escroc qui déclare en 2007 que "c’est virtuellement impossible de frauder" avec tous ces contrôles et vérifications financieres. "virtuellement impossible" ca ne veut rien dire. il induit en erreur sans mentir.
                            http://www.youtube.com/watch?v=auSfaavHDXQ



                            • Michel Santi Michel Santi 3 janvier 2009 19:24

                              Bienvenue sur Agoravox !


                            • wesson wesson 3 janvier 2009 20:12

                              @ L’auteur,
                              bonsoir l’auteur,

                              "Nous avons toutes et tous été complices de cette farce car, plus le produit dérivé était complexe, plus le levier de la titrisation était élevé et plus nous applaudissions en nous émerveillant du génie de ces équations qui stimulaient marchés et profits..."

                              Non, je ne peut pas être d’accord avec vous. Mon cas personnel est insignifiant et pourtant je fait partie de cette frange de la population qui gagne suffisament bien sa vie au point d’avoir quelque argent de reste après avoir réglé toutes les factures.

                              Cela fait des années que l’on me tannes avec ces produits complexes que l’on a voulu me refourguer un nombre incalculable de fois. Pourtant doté d’une intelligence très moyenne - la preuve, c’est qu’elle ne me satisfait que moyennement - j’avais compris dés le départ que les engouements pour ce type de placement nous mènerait tous droit au mur, restait juste à savoir quand.

                              J’ai été donc regardé pendant des années comme une espèce d’ovni ridicule, qui ne voulait pas prendre la part du gateau qui était là, pour moi du moins c’est ce que l’on me disait.

                              Et ce n’est pas faute d’avoir prévenu tous ce beau monde, et d’en avoir eu en retour pas plus qu’un haussement d’épaule ou un regard inquiet.

                              Alors non, je ne suis pas complice de cette farce. Appelez-moi Gondulf, Ignace ou Salopard si ça vous chante,
                              mais pas Madoff.

                              Et je serai même encore plus dur envers les personnes faisant votre métier qui, si ils ont très vite compris l’instabilité que générait de tels rendements, n’en ont pas moins continué à les proposer avec comme seul principe de proposer un retour sur investissement supérieur à celui du concurrent, quoiqu’il en coûte.

                              Alors ne mélangeons pas tout, s’il vous plait. Tout le monde n’est pas comme M. Madoff.


                              • ranik 4 janvier 2009 22:08

                                Indirectement,Madoff est un des produits financiers engendrés par les staffs des grands banquiers occidentaux....le crédit ,arme de destruction massive dirigée contre les peuples et destinée à gaver une minorité,engendre des montages spéculatifs délirants ,sciemments laissés sans controles pour mieux ruiner l’économie réelle ,et imposer des plans destinés à vider les caisses des états pour affirmer le pouvoir politique planétaire de quelques banquiers.


                                • philbrasov 4 janvier 2009 23:40

                                  madoff est une image, mais celui qui a quelque argent à mettre de coté, le place en speculant sur l’avenir.

                                  le placement le plus sur est l’obligation d’état.
                                  C’est bien en faisant "confiance" à l’etat que notre argent génère des interêts.

                                  certains proposent plus d’autres moins mais le principe est le même.
                                  le jour ou la confiance disparait les intérêts aussi.....et parfois le capital.......

                                  les argentin , et les islandais, en ont fait la triste experience.....Même un état peut ne pas rembourser ses dettes.
                                  MADOFF avec des placements à 10% finalement n’était pas vraiment gourmant..... alors que nous pouvions trouver des placements à 12-15% il y a peu. Notamment dans les pays emmergents.
                                  Madoff , c’est un petit état qui a émis des obligations qu’il n’a pas pu honnorer, quand la crise fut venue.
                                  Que vaut une obligation roumaine aujourd’hui......... 8%
                                  mettriez vous votre argent dans les obligations roumaines... ?
                                  tout est une question de confiance.... rien de plus



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès