Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Nucléaire : l’industrie française menacée ?

Nucléaire : l’industrie française menacée ?

Bonne nouvelle pour le nucléaire français, l'Allemagne va arrêter de produire de l'électricité d'ici 10 ans, une révolution pour ce pays industriel dont le mix énergétique semble relativement bien équilibré en terme de sources de production (25 % en nucléaire, 18% en ENR et 40% en charbon) mais fortement émetteur de GES (charbon et lignite). 

Bonne nouvelle pour le nucléaire français, l'Allemagne va arrêter de produire de l'électricité d'ici 10 ans, une révolution pour ce pays industriel dont le mix énergétique semble relativement bien équilibré en terme de sources de production (25 % en nucléaire, 18% en ENR et 40% en charbon) mais fortement émetteur de GES (charbon et lignite). 

Mais Fukushima, après Tchernobyl aura fini d'assommer les Allemands qui ont une peur atroce de l'Atomkraft.Sept réacteurs déjà arrêtés le tout compensé par l'importation de l'électricité via entre autre la France ce qui est bon pour notre balance commerciale.

Donc, pour les Français deux opportunités, d'une part ils y voient la possibilité d'exporter de l’électricité en Allemagne et de l'autre, la sûreté nucléaire française serait tellement supérieure qu'elle va bénéficier des accidents pour mieux vendre chèrement sa technologie à la Chine, l'Inde etc.

En 2010 la production d'électricité française est ainsi répartie (source RTE / Wikipedia)

  • Nucléaire : 407,9 TWh - soit 74,1%
  • Hydroélectrique : 68 TWh - soit 12,4%
  • Thermique à flamme : 59,4 TWh - soit 10,8%
  • éolienne : 9,5 TWh - soit 1,7%
  • autres énergies renouvelables : 5,5 TWh - soit 1%

Total : une production de 550,3 TWh en 2010 

La dépendance au nucléaire est évidente, d'autant plus évidente que le nucléaire est une filière intégrée qui compte 58 réacteurs répartis en bord de fleuves ou de mer sur 19 centrales.

La production électrique française est excédentaire et la fierété française est évidente : c'est une industrie de pointe compétitive qui permet d'exporter d'une part des usines d'autre part de traiter des déchets et enfin d'exporter du courant.

Le Sénat précise en quelques chiffres les bienfaits du nucléaire dans un rapport publié sur son site http://www.senat.fr/rap/l97-4392/l97-439226.html : 

"On connaît moins, en revanche, l'ampleur de ses investissements (800 milliards de francs depuis 20 ans), l'importance de sa recherche, de sa valeur ajoutée (104 milliards de francs en 1994), du chiffre d'affaires de ses entreprises (environ 205 milliards de francs au total) ou le poids de ses exportations dans notre balance commerciale (32 milliards de francs en 1996). Enfin, et ce n'est pas le moindre, son rôle dans l'emploi est majeur : en effet, environ 100.000 personnes travaillent directement dans le secteur nucléaire et ce dernier fournit, en outre, 100.000 emplois indirects."

Pour certaines communes le nucléaire est l'industrie qui fait vivre l'ensemble du bassin d'emploi et même si dans le temps le démantèlement des centrales sera source de travail la fin du nucléaire pose réellement problème pour les politiques car une telle transition ne pourra pas se faire en 5 ou 10 ans mais sans doute sur une vingtaine d'année. 

En effet la France avec son prix de l'électricité à 11 centimes du kW est le pays où le consommateur paye le moins cher son courant. Du consommateur à l'électeur et de la facture à l'urne il n'y a qu'un pas qui peut être fatal pour se faire réélire.

Pourtant l'élection présidentielle devrait permettre tous les 5 ans de remettre sur le tapis l'évolution de la politique énergétique française pour tenter de résoudre cette problématique : 

  • un accident majeur a eu lieu tout les 25 ans environ alors que le nombre de centrales était faible. Le facteur humain y est fortement présent car chaque catastrophe correspond à un scénario sur lequel aucune procédure n'est mise en place.
  • Les menaces d'incident ou d'arrêt seront de plus en plus forte avec l'augmentation des phénomènes naturels de type inondation ou sècheresse (empêchant le refroidissement des réacteurs) d'où le besoin d'évaluer ses problèmes dès aujourd'hui
  • la gestion des déchets et des sites accidentés (Tchernobyl et Fukushima en particuliers) se fait sur la durée et hors du temps "humain". Ainsi le risque que des pollutions surviennent en profondeur dans le sol et les nappes phréatiques s'accroit avec le temps et l'oubli, transférant le risque sur nos petits enfants.
  • Les mines d'uranium ont été arrêtées en France en partie à cause des contamination qu'elles laissent. nous avons transférer les risques au Niger et comme ce n'est pas chez nous nous fermons les yeux sur les conditions d'exploitation de ces mines... Est-ce responsable ?
  • La menace de faire perdre 200.000 emplois à l'industrie mobilisera nombre de lobbying contre l'arrêt du nucléaire sur le long-terme (mobilisation des députés et maires pour motifs économiques) comment alors accompagner sérieusement les communes et région touchées pour qu'elles acceptent de fermer leur centrale ?
  • Par quoi remplacer le nucléaire, le débat sur les éoliens (et je le vis dans ma commune) et autres énergies est tronqué d'une part par les partisans du nucléaire qui à raison disent que les centrales suffisent à nos besoins et d'autre part des riverains victimes du Not In My Back Yard... y compris les riverains du offshore ! Le solaire certes pour les périodes les plus ensoleillées, le gaz de schiste pourquoi pas sous conditions draconiennes... Les centrales de biomasses ont l'inconvénient paraît il de créer des odeurs....
  • Par ailleurs le besoin en électricité ne va pas diminuer et les énergies primaires vont encore être fortement utilisées par nos voisins il est donc utile de combiner la mise en place de nouveaux centres de production renouvelable et le nucléaire pour faire émerger une industrie nouvelle...
 
Le problème ne peut donc pas être pris de façon partisane mais bien de façon responsable. Indéniablement les risques augmentent avec le temps, indéniablement notre dépendance au nucléaire doit nous amener à changer d"attitude. Le débat ne fait que commencer.

Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • jako jako 1er juin 2011 11:23

    Ne pas oublier que l’Allemagne achétera de l’electricité ( si nécessaire) uniquement de source non nucléaire, donc edf ne va pas gagner tant que cela.
    Angela s’est basée sur un constat simple et évident pour prendre cette courageuse décision : personne n’est capable de stopper un incident lorsqu’il survient , donc exit nucléaire.


    • zadig 1er juin 2011 13:37

      Bonjour,

      A mon avis :

       .L’appoint de l’éolien restera marginal.
      .L’éolien restera cher, car il faut prévoir des moyens de production
      pour les jours sans vent .
      .La géothermie est un domaine prometteur .
      .Une découverte majeure (fabrication et stockage) peut
       rendre les panneaux solaires intéressants.
      .Les économies d’énergie un gisement potentiel à exploiter.

      Et puis surtout l’évolution de la filière atome.

      Salutations


      • fopi 1er juin 2011 14:50

        voici le sauveur dell’Allemagne e le meurtrière du nucléaire français :



        • Anne Le Coniat 1er juin 2011 14:57

          Bonjour,


          Tant que nous n’aurons pas sur la table le vrai prix du nucléaire (extraction de l’uranium, démantèlement des centrales, normes de sûreté et de sécurité à respecter) alors le débat reste faussé...et nous ne pourrons pas décider en connaissance de cause.

          Le débat restera faussé....c’est comme payer ses chaussures de marque un prix dérisoire parce qu’elles sont fabriquées en Chine au mépris du droit du travail et de l’environnement...

          Je plaide pour que tout le monde joue cartes sur table afin que chacun puisse argumenter et décider en son âme et conscience. D’où mon soutien à la tenue d’un référendum sur le nucléaire.

          • Yérémiah Yérémiah 1er juin 2011 16:31

            Le nucléaire ne fait pas débat, le nucléaire tue !


            • joletaxi 1er juin 2011 18:07

              Votre article retient mon attention, car il démontre que des informations fausses suffisamment colportées, finissent par être admises comme des réalités.

              vous dites :
              « un accident majeur a eu lieu tout les 25 ans environ » 
              voilà un usage un peu abusif des probabilités.Un accident peut survenir demain, comme il ne peut plus y en avoir avant 100 ans.Se baser sur 3 événements en 50 ans pour bâtir des prévisions n’a pas de sens.
              « Les menaces d’incident ou d’arrêt seront de plus en plus forte avec l’augmentation des phénomènes naturels de type inondation ou sècheresse  »
              Si ,au lieu de vous conformer à la doxa, vous vérifiez les chiffres, vous constaterez qu’il n’y a pas plus d’événements « climatiques » aujourdhui, que dans le passé.Un très bon site reprend régulièrement des articles de journaux du passé sur le sujet,et on aurait plutôt pas à se plaindre
              « la gestion des déchets et des sites accidentés (Tchernobyl et Fukushima en particuliers) se fait sur la durée et hors du temps »humain« .
              chaque fois que certains se sont risqués à prévoir l’avenir,sur base du monde actuel, chaque fois ils se sont »plantés« de façon magistrale.Vous ne savez rien du monde dans 100 ans.Il se peut que ces déchets soient dans 100 ans des ressources très convoitées.
               »Les mines d’uranium ont été arrêtées en France en partie à cause des contamination qu’elles laissent. « 
              ben non, elles étaient épuisées.A votre avis, il y a des morts au Niger d’irradiations.La seule chose sure, c’est que tous les ans quelques centaines de mineurs meurent de façon tout à fait certaine dans des mines de charbon,ou sur des puits de pétrole.
               »Par quoi remplacer le nucléaire, le débat sur les éoliens ...« 
              le problème n’est pas le paysage, quoique, ni le massacre des oiseaux et des chauve souris(perte évaluée dans les cultures aux USA,du fait de leur disparition, 15 milliards $)
              mais bien les difficultés liées à leur mise ,et disparition sur le réseau imprévisible, on parle d’énergie fatale.Chaque fois que des champs éoliens viennent sur le réseau ; ils se substituent à une autre énergie, qui n’est pas pour autant mise à l’arrêt.Consultez les articles de Mr. l’ingénieur Pellen sur le sujet.
               »Par ailleurs le besoin en électricité ne va pas diminuer"
              sur ce point, je ne puis qu’être d’accord avec vous,et les choix que nous ferons seront déterminants pour notre place sur l’échiquier mondial,et notre bien-être futur.
              Combien de réacteurs sont en construction en Chine, et combien en projets ?



              • colza 1er juin 2011 20:12

                Ce n’est pas l’industrie nucléaire qui est menacée, mais les populations qui sont menacées par l’industrie nucléaire.
                @ joeletaxi
                Le massacre d’oiseaux et de chauves souris par les éoliennes ? J’ai bien regardé au pied des éoliennes, je n’y ai pas vu de monceaux d’oiseaux morts. Mais peut-être les exploitants envoient-ils des équipes le matin pour pelleter les tas d’oiseaux et de chauves souris.
                Pour ce qui est de la disparition des oiseaux et chauves souris aux USA, voir plutôt du côte de l’empoisonnement de ceux-ci par les insectes contaminés aux pesticides, ça me semble bien plus crédible.
                J’ai aussi en magasin les milliers d’oiseaux morts trouvés sur les routes, une hypothèse étant leur asphyxie par le méthane émanant des exploitations de gaz de schiste.


                • joletaxi 1er juin 2011 21:15

                  ben voyons,il ne saurait y avoir de problème avec les solutions vertes..



                  comme avec la bactérie du concombre, ne surtout pas parler de problèmes liés aux solutions dites vertes
                  mais chuuuut ne surtout pas imaginer que l’on nous cache quoi que ce soit, c’est réservé à Tepco et à BP



                • TSS 1er juin 2011 20:22

                  la France vend 9 TWH à l’Allemagne mais elle lui en achète 16 TWH pendant ses pics hivernaux !

                  donc nous sommes deficitaires de 7 TWH contrairement à ce qui dit le Gvt !!cela va donc nous

                   poser un serieux problème à court terme... !!


                  • Mutamuta 2 juin 2011 16:30

                    L’Allemagne va faire l’effort de se passer du nucléaire et va ainsi devenir le leader technologique en énergie renouvelables.
                    En France, Les irresponsables corrompus qui nous gouvernent arrêtent pratiquement toute recherche et installation dans le domaine du renouvelable.
                    Grâce à son avance, l’Allemagne nous vendra bientôt à prix d’or ses brevets et ses équipements de pointe que nous n’aurons pas su créer et fabriquer quand, enfin, nous aurons compris....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès