Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Nucléaire : la canicule fait tomber les masques

Nucléaire : la canicule fait tomber les masques

Que les choses soient bien claires : les informations qui suivent sont issues d’une sélection de thèmes abordés par la lettre d’information du réseau Sortirdunucleaire, par le Journal de l’Environnement et par certains journaux comme Libération.

Si certains soupçonnent ce réseau d’être des excités antinucléaires intégristes, qu’ils souffrent de lire les infos suivantes pour ensuite juger sur pièce.

Je parle bien au pluriel dans l’introduction car on entrevoit des tensions liées à l’approvisionnement nucléaire dans de nombreux pays d’Europe.

C’est d’abord bien sûr la France dont trois centrales (Bugey, Tricastin et Golfech) ont reçu l’autorisation de rejeter leurs eaux de refroidissement à des températures plus élevées que la normales, ‘portant une atteinte grave a la faune et la flore de la rivière’ je cite la lettre SDN. Que faut-il comprendre derrière cette phrase étonnement pudique ? Que les truites et autres salmonidés réduisent leur alimentation avec l’augmentation de température de la rivière, compromettant leur croissance jusqu’à un point fatal, si cela devait se prolonger.

Ca c’est pour l’aspect piscicole, le moins important, selon mon point de vue en tout cas. Pour l’aspect économique, quelques jours de canicules en plus et nous serons confrontes à des coupures temporaires et localisées pour éviter le black-out total ,sachant que nous importons déjà du courant et que nos voisins sont à bloc, certaines de leur centrales elles-mêmes arrêtés (Espagne : Santa Maria de Garona, sic Journal de l’Environnement) ou ralenties de 30% (Krümmel et Brunsbüttel, Allemagne), les Britanniques étant au maximum de leur capacité, le coût du MWh est passé à 416 € au lieu de 50 en temps normal.

En 2003, la centrale Chooz sur la Meuse a vu un de ses réacteurs coupé du réseau pour la même raison, je m’attends donc à la pareille cette année.

Le plus cocasse comme l’écrit Libération est que les importations résultant
- qui ébranlent un peu plus le mythe de l’indépendance énergétique de la France
- sont issues de centrale situées en France (Cattenom, Fessenheim) dont des entreprises suisses et allemandes ont pris des parts et la revendent à EDF au prix fort.

Une autre conséquence de cette canicule est l’augmentation des concentrations de bactéries de légionelloses mortelles comme le souligne l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset). La réponse officielle étant que vu la hauteur des tours de refroidissement (150m) et la dissipation de la vapeur d’eau, ces bactéries meurent avant d’avoir touché le sol. Les faits ont donné raison à cette thèse jusqu’à maintenant, touchons du bois...

On objectera que la centrale de Chinon possède des tours de 28 mètres de haut...

Certains se rassureront en se disant que nous avons quelques 14 réacteurs situés en bord de mer... sauf que 2 de ceux de la centrale de Paluel sont aux prises avec les algues, proliférant du fait de fortes chaleurs. les Japonais ont de problèmes similaires mais avec des méduses... des arrêts très limités mais qui écornent encore plus l’invulnérabilité et la stabilité de la production nucléaire, faut-il parler de la vulnérabilité de l’approvisionnement en cas de nouvel incident de ce type ?

Je ne peux m’empêcher de mentionner dans le même registre les difficultés rencontrées par AREVA en Finlande et les surcoûts de fabrication de son EPR. Certes des leçons seront tirées mais notre EPR de Flamanville coûtera certainement plus que les 3.3 milliards d’€ initiaux.

En conclusion, je continue à me renforcer dans ma conviction anti-nucléaire dont je rappelle quelques inconvénients :

  • - coût de R&D dissimulé
  • - coût de démantèlement sous-estimé
  • - coût de stockage des déchets ignoré
  •  risques d’accidents
  • - durée de vie des déchets de plusieurs centaines de milliers d’années et risques techniques et politiques liés (combien de bombes sales avec une tonne de plutonium).

Quelques caractéristiques des EnR :

  • - Renouvelables...
  • - réversibles : dementelables aisément
  • - abordables compte tenu de leur jeunesse et des améliorations entrevues.
  • - vecteur d’indépendance énergétique
  • - facteur d’amélioration de la balance commerciale
  • - dynamiseur de territoires ruraux
  • - activité et gains supplémentaires pour nos exploitations agricoles et forestières.


Moyenne des avis sur cet article :  3.03/5   (130 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • Bulgroz (---.---.43.106) 27 juillet 2006 11:52

    Article de mauvaise foi, quand on a décidé que nous devions sortir du nucléaire, ben, c’est qu’il faut sortir du nucléaire !!!

    Si les centrales EDF étaient du type classique (fuel ou charbon), les rejets d’eau chaude auraient été totalement identiques. Mais ça, vous ne le dites pas.

    Un piste : limiter la puissance des particuliers à 8 KW pour pénaliser ceux qui sans rien demander à personne installent des climatiseurs ou des ventilateurs fortement consommatrices d’énergie.

    Par ailleurs, on a forcé (la légistlation Europénne) EDF de se défaire de 6000 MW en les vendant aux enchères. Où sint ils passés, à quel prix, ont ils été vendus et à qui ?

    et les 2000 MW achetés par EDF, qui les produit et à combien sont ils cédés ?

    Les lois du marché dérégulé sont impénétrables.


    • Bruno de Clock (---.---.254.8) 27 juillet 2006 12:07

      Bonjour,

      Je ne remet pas en cause votre article mais je ne le trouve pas suffisement objectif. En effet, vous ne parlez que des inconvenients du nucléaire et que des avantages des energies renouvellables. Malheureusement, ce n’est pas si simple. Le nucléaire a aussi ces avantages (grande capacité de production pour un cout de production faible, aucun rejet de CO2 dans l’atmosphère, ...) et les énergies renouvelables ont leurs inconvenients (coût du developpement, faible capacité de production, cout d’installation, dépendance par rapport à la météo plus grande que le nucléaire, ...).

      Pour ma part, je pense que le nucléaire et les energies renouvelables peuvent être complémentaire. On le voit bien en ce moment. A cause de la canicule, la température des rivières augmente. Avec plus de panneaux solaires, on pourrait peut être baissé la production nucléaire lors des grosses chaleurs.

      Cordialement,

      Bruno de Clock


      • Jerome (---.---.20.126) 27 juillet 2006 12:18

        « Quelques caractéristiques des EnR : » Toujours aussi beau de voir les anti-nucléaires sortir leurs arguments bidons pour dire « oui il y a quelque chose pour remplacer ». Vous oubliez :
        - Renouvelables... Mais pas extensible a volonté, pas extensible a notre besoin de production (il faudrait couvrir la france entiere d’eolienne, classe...)
        - réversibles : dementelables aisément... Mais bien sur, c’est evident que les panneau solaire ne sont fait que de choses bien, et absolument pas de produit ecologiquement agressif pour la nature. Solaire et ecologie ne sont pas amis, pas lors de l’utilsiation mais lors de la construction. Et le demantelement des panneaux solaires, on en fera quoi de tout ?
        - vecteur d’indépendance énergétique... on a tellement de soleil, de vent, ou de riviere pour etre independant... Mais bien sur...
        - activité et gains supplémentaires pour nos exploitations agricoles et forestières. Et polution aussi, j’hesite entre ce qui est le pire entre la polution agricole incontrolé et le nucleaire.

        soyez objectif dans votre argumentaire, et proposez une solution, pour le moment j’en voit aucune dans les EnR, qui peuvent nous eviter de construire trop de nucleaire certes, mais pas de nous en passer.


        • Buckshot (---.---.144.226) 27 juillet 2006 12:43

          Je suis également favorable au développement des énergies renouvelables, d’ailleurs peut-on y être opposer. Toutefois, je ne vois pas aujourd’hui comment peut-on sortir du nucléaire raisonnablement. La principale problématique du nucléaire est dans la gestion de ses déchets, dont nous ne savons pas quoi faire pour le moment à part des bombes.

          Simple petite remarque sur l’énergie éolien : une éolienne n’est qu’un pis-aller, car certes elle produit une énergie « propre », encore faut-il qu’elle soit produite proprement. Mais le principal problème d’une éolienne est qu’elle n’a pas le droit de s’arrêter, son coût de remise en marche est trop important, donc lorsqu’il n’y a pas assez de vent, elle utilise l’énergie qu’elle produit pour entretenir son mouvement... n’avez vous jamais remarquer que les éoliennes tournent toujours même lorsqu’il n’y a pas de vent ? Il y a un champ éolien sur la Nationale 10 entre Chartres et Vendôme, et je suis passé devant hier alors qu’il n’y avait pas 1 km/h de vent à cause de la cannicule. Elles tournaient toutes...à l’énergie nucléaire.


          • Jerome (---.---.20.126) 27 juillet 2006 13:46

            « Je suis également favorable au développement des énergies renouvelables, d’ailleurs peut-on y être opposer » Oui, du fait de :
            - Cout important (etes-vous pret a payer 2 à 3 fois plus cher votre electricité ?)
            - Parfois non ecologique (prenez le cout ecologique complet d’un panneau solaire, il est exhorbitant)
            - Polution visuelle et sonore (oh... les beau champs d’eoliennes !)

            Pas que je remette en cause ces energies, ils les faut, j’en suis conscient, mais les pro-energie renouvable me gonflent un peu en oubliant tous les gros déasavantages (y compris écologique, un comble lors que le principal argument anti-nucleaire est ecologique) de ces energies.

            Enregies renouvables, a consommer avec modération.


          • Zamenhof (---.---.202.101) 27 juillet 2006 15:51

            « etes-vous pret a payer 2 à 3 fois plus cher votre electricité ? »

            De toutes façons qu’on l’aime ou pas un jour il le faudra (et peut-être même pire), notre mode de développement n’est pas soutenable.


          • krokodilo (---.---.13.81) 27 juillet 2006 12:52

            Seuls pourront sauver la terre une décroissance progressive ou une augmentation massive du coût du pétrole et de l’énergie en général. Evidemment, cela entraînera des boulversements majeurs de notre vie, la fin du tourisme de masse, des courses de F1 (au fait, à quoi ça sert ? Non pas que le tourisme sera réservé aux fortunés (ils ne vont déjà pas dans les mêmes hôtels...), mais peut-être comme dans les années 50 faudra-t-il prendre le temps, en train, ou sacrifier une année sabatique après avoir économisé, etc. je me souviens que dans mon enfance, il y avait très peu de grandes surfaces, aucun avocat, peu de bananes. Peut-être reviendra-t-on aux fruits de saison, aux produits du pays. Fini de voir des pommes faire 20000 km ! Ah, un peu de provoc’ ça fait du bien.


            • /|| :||\ (---.---.107.88) 27 juillet 2006 13:06

              Imagine le nombre de pommiers qu’on pourra replanter à la place de l’asphalte des autoroutes !


            • (---.---.101.8) 27 juillet 2006 14:27

              surtout quand on sait que le bitume est issu du pétrole et qu’il n’y en aura bientôt plus assez pour ça... vive les pommiers !


            • Jaimz (---.---.101.8) 27 juillet 2006 14:40

              En effet les panneaux solaires sont bels et biens fait avec des cellules photo-chimiques dont le recyclage reste encore de nos jours un problème certe moins important que les déchets nucléraires mais finalement tout aussi nocifs. Je vous invite à vous renseigner (genre Science et Vie qui a fait un article complet sur le sujet) sur une méthode alternative aux panneaux solaires : la centrale thermo-solaire. Seule l’Espagne est en train de construire une centrale de production avec un très bon rendement pour ZERO rejet. La solution ? Simple, utiliser la différence de température dans l’air. Prenez une tour de 150 m de haut, placer dedans une turbine et au pied une immense serre. La différence de température atteint parfois 18°C entre le haut et le bas créant un courant d’air naturel qui entraine la turbine... Cette méthode est à perfectionner pour produire plus de puissance, mais d’ores et déjà ça marche, faible coût d’entretient, pas de déchet. La même méthode est à l’étude en Mer pour profiter de la pression de l’eau à différent niveau de température et de profondeur et entrainer des turbines plus puissantes. Produire de l’énergie gratuitement c’est de la SF, mais produire sans nuire c’est à la portée de l’homme.


            • Jaimz (---.---.101.8) 27 juillet 2006 14:57

              Je suis partiellement d’accord avec toi. Il faut reconnaître que l’énergie nucléaire à eu un impact positif pour notre développement et à offert une alternative au centrale thermique au fuel ou gaz (les plus performantes). Après il faut aussi voir que trente ans plus tard on a toujours pas de solution pour les déchets que ce soit à faible demi-vie (600 ans pour le matériel stocké en surface) ou à longue demi-vie (uranium, plutonium, sodium estimé 25000 ans enfouis en profondeur). Or il faut savoir que lors du vote de la loi pour les concessions nucléaires à EDF il y avait plusieurs conditions : 1 les centrales doivent être remplacées au bout de 20 ans, 2 une solution aux déchets doit être trouvée dans ce délais, 3 si des accidents graves survennaient et si aucune solution n’était trouvé pour les déchets le nucléraire devrait impérativement être abandonné (lois de 1974-1975). Force est de reconnaître que EDF a su imposer le nucléaire comme une drogue dont on ne peut plus se passer. Le risque d’accident va augmenter vu que l’on prolonge la vie des centrales de 20 ans de plus, et si EDF est privatisé je ne parle même pas des réductions de budget sécurité inévitable. Il faut noter qu’en plus de nos déchets, Areva c’est aperçu qu’on pouvait gagner beaucoup d’argent à acheter les déchets nucléraires des autres pays ! Personnellement je pense qu’on devrait progressivement abandonner cette énergie et s’orienter vers d’autres structures.


            • Zamenhof (---.---.202.101) 27 juillet 2006 15:56

              Pourtant à l’époque la vie était beaucoup plus facile, il y avait des magasins à chaque coin de rue, des lignes de cars partout, des hôtels accessibles pour tous les types de bourses, des églises, des services publics ouverts, pas de caméras de vidéo-surveillance, et la SNCF ne pratiquait pas le mépris du client !!


            • Zamenhof (---.---.202.101) 27 juillet 2006 16:03

              depuis des décennies c’est la fuite en avant : on n’arrête pas de construire toujours plus de routes toujours plus larges, « pour désengorger », et elles sont toujours plus surchargées : il y a un effet d’appel (surtout pour la grand capital, qui ne paye pas les frais d’infrastructure, et à interêt à spéculer un max sur la provenance de ses fournitures, et à rendre la « vie » de ses salariés toujours plus exigeante plus « fléxible », plus précaire et plus dure).

              Je l’ai bien vu en Ouzbekistan (où d’ailleurs on retrouve la douceur de vivre qu’il y avait en France en 1950, c’est comme ça qu’on s’aperçoit qu’on l’a perdue !). Les routes sont en générale mauvaise, aussi les automobilistes vont doucement et prudemment (ils mettent même consciencieusement leur clignotant en plein désert !) sauf, sauf à Samarcande parce que là justement il y a de grandes avenues où « ça roule bien » , alors là tout à coup les automobilistes foncent et roulent à toute berzingue.

              Et si on revenait aux routes en pavés ? C’est écologique ça.


            • Zamenhof (---.---.202.101) 27 juillet 2006 17:51

              eh oui les maisons n’étaient pas en plaques de béton elles avaient des murs épais (et pourtant elle étaint beaucoup moins chères qu’en France depuis dix ans, où la spéculation fait flamber les prix au-delà de toute raison) et reteanient LA FRAICHEUR, et les gens faisaient la sieste, incompatible avec l’encasernement et les horaires modernes, et notre culte de la « perfomance » au travail (en Chine aussi ils avaient cette habitude, maintenant on le leur denie ! )


            • Rocla (---.---.55.23) 27 juillet 2006 13:18

              Des milliards de tonnes de compote,

              Rocla


              • Stephane Klein (---.---.101.8) 27 juillet 2006 14:37

                Du grand n’importe quoi messieurs, a coup d’approximations et de mensonges, vous etes capable de dire tout et son contraire.

                Je vous renvoie dailleurs votre subjectivite puisque’en la matiere, vous n’avez pas de lecons a recevoir. Au demeurant, il me semble que j’annnonce la couleur des le debut dans al phrase suiavnte : « Si certains soupçonnent ce réseau d’être des excités antinucléaires intégristes, qu’ils souffrent de lire les infos suivantes pour ensuite juger sur pièce. » .....et avec le recul de l’actualite, mais vous n’en avez apperemment pas eu la patience, preferant denigrer, jerome menant la marche.

                On va donc battre en breche tous vos argumentaires :

                @Bulgroz : je vous renvoie votre mauvaise foi, si je ne parle pas des centrales thermique c’est qu’il y a deja pas mal a dire sur le nucleaire, vous digressez superbement d’ailleur sur la deregulation. Quant a savoir d’ou viennent les importations, je cite Libe, (re)lisez.

                @Jerome : le meilleur : d’abord je denigre totalement, me gardant bien d’argumenter puis je laisse entendre que je ne suis pas contre ... enorme tres cher.
                - oui les EnR sont reversibles, bien plsu que le nucleaire et son plutonium de 24 000 ans de demi-vie : je suis en train de rehabiliter des centrales hydro construites il y a 100 ans, arretees il y a 50 et peut-etre seront-elles arretees dans 50 ? Une eolienne se demantelle en 2 jours et ses dechets (acier, huile, materiaux composites) posent bien moins de problemes que le beton irradie, on peut en dire autant pour les silicium, le cuivre, l’aluminum et le plstique des panneaux solaires.
                - oui, nous avons un potentiel solaire, eolien, hydro, biomasse, biogaz, geothermique et thalasso-energique. Il nous reste de millliers de micro-site hydro a equiper, dont les barrages/derversoirs existent deja, nous avons quelques 4000 km de cotes, pas mal de surface de plateau continentale et une valle du Rhone plutot ventee il me semble. Nous avons quelques zones volcaniques ’jeunes’ il m’a semble. Nous avons une activite agricole et forestiere plutot importante pour alimenter en residus nos centrales biomasse et biogaz. Sans compter les energies de la mer, encore juveniles.
                - le cout de EnR : non, elles ne sont pas enromement plus couteuses que le nucleaire, citez moi donc le prix moyen de l’electricite eolienne ? Au demeurant si l’electricite nucleaire est peu couteuse sa R&D a ete pris en charge par le contribuable, quant aux couts de demantellement et stockage des dechets, il est largement sous-estime. Les kWh issu du nucleaire ancien est de 3c€/kWh tandis que celui issu de l’EPR (dont la R&D est facturee) est de 4.6, on voit la difference. Les enR, elles, integrent tous les couts : construction, installation, fonctionnement, entretien et demantellement par obligation legale.
                - Vous ne voulez pas de centrales biogaz et biomasse couplees a nos exploitation agricoles.. je suppose que vous preferez que purin et lisier emmettent leur methane (GES 10 fois plus puissant que le CO2) sans rien en faire....

                Alors je vous renvoie a votre objectivite : revenez avec de vrais arguments et on discutera sur du serieux.

                @Buckshot : d’ou tenez-vous votre affirmation farfelue ? Vous imaginez serieusement un gestionnaire site acheter du courant a EDF juste pour continuer a faire tourner son eolienne. En cas d’entretien, en cas probleme divers, une eolienne est arretee. Une eolienne peut bien sur tourner par vent faible : son pas de pale s’adapte et en cas de force de vent inferieure a la force d’armement, la generatrice se debranche du reseau, supprimant toute resistance au mouvement. Une eolienne peut donc tourner par vent tres faible, elle ne produit tout simplement rien.

                Enfin on ne peut pas etre sincerement pour le nucleaire et les EnR, celles-ci ont pour vocation a remplacer les sources d’energie polluantes : quelle plus-value environnementale y a-t-il a produire 10, 20, 30% de moins de GES ou de plutonium ? Aucune bien sur, l’hypotheque sur le generations futures demeure.

                Voila la raison pour laquelle je suis Pro-EnR et anti-nucleaire.

                Le seul argument anti-EnR valable est celui de l’incertitude quant au potentiel : etant donne que personne ne veut s’eclairer a la bougie, nous devons trouver une alternative complete. Or aucun audit n’a tres opportunement ete fait pour determiner les potentiels des differentes EnR, alimentant ainsi les contre-verites et ragots dont on a des exemples sur ce fil. Un tel audit n’incombe pas aux associations anti-nucleaires mais au gouvernement qui doit cesser son approche ideologique pour produire une etude realiste et volontaire a la fois mais surtout pragmatique.


                • Bulgroz (---.---.21.200) 27 juillet 2006 14:59

                  Stephane Klein,

                  Vous êtes un des rares sinon le seul à maitriser ces choses là, comment pourrions nous faire taire tous les ignorants que nous sommes ?


                • Demesure (---.---.95.237) 27 juillet 2006 15:31

                  C’est bien connu, en matière d’écologie et surtout d’anti (nucléaire, ogm, éolienne, GSM ...), c’est ceux qui gueulent le plus fort qui ont raison.


                • Grand (---.---.193.52) 27 juillet 2006 16:30

                  On peut etre sincerement pour le nucleaire et les energies renouvelables ; en effet je le suis. Je suis pour que les enregies renouvelables remplace en priorité les énergies fossiles qui sont responsables de cette canicule.

                  Je conseil à M. Klein de regarder la puissance éolienne du Danemark sur manicore.com.


                • septquiprend (---.---.210.32) 27 juillet 2006 14:47

                  Le fonctionnement des éoliennes décrit par par Buckshot (IP:xxx.x4.144.226)est vraiment n’importe quoi, pour ne plus raconter de bétises je vous conseille de visiter le lien suivant http://www.cr-npdc.fr/


                  • José W (---.---.25.142) 27 juillet 2006 14:53

                    Le principal argument contre le nucléaire est la prolifération nucléaire qu’il induit automatiquement.

                    Il n’y a qu’à regarder le dossier de l’Inde ou de l’Iran pour s’en convaincre et réclamer le fin progressive du nucléaire dans le monde.


                    • vonvon (---.---.12.111) 28 juillet 2006 23:26

                      faux et de mauvaise fois !

                      Il n’y a qu’a regarder tous les pays qui ont des centrales nucléaires, et qui ne veulent pas d’armes atomiques : l’allemagne, le japon, la suede, la belgique, le canada.... pour ne pas citer tout le monde...


                    • Damien G (---.---.190.61) 27 juillet 2006 14:57

                      Point sur les énergies renouvelabes :

                      un peu de reflexion sur le terme énergie renouvelable, nous fera comprendre qu’on vie dans le monde d’Orwel.

                      Qu’appelle t’on energie renouvelable ? souvent, on designe par là les énergies dont la fabrication est « propres », celles qui ne produisent pas, ou peu, de déchets.

                      En réalité, une centrale nucléaire ou une eolienne produise la même énergie : l’électricité. c’est donc de RESSOURCES dont il faut parler et pas d’énergie.

                      Ensuite, renouvelable ne s’applique qu’a quelque chose qui s’épuise puis se régénere, et ainsi de suite. Pourtant, ni le vent, ni les rayons du solei ne s’eppuisent. Leur présence est constante, avec des fluctuation selon le lieu et la saison. De fait, c’est le pétrole, le charbon, le gaz qui sont renouvelabes, bien que cela prend du temps. Ils s’epuisent, sous l’action de l’Homme, et se renouvellent sous l’action géologique. On peut y ajouter le bois. L’asymétrie temporelle nous fait croire que ces ressources ne sont pas renouvelables.

                      On emploi le terme renouvelabe pour quelque chose qui ne l’est pas, car les ressources ainsi qualifiées sont, en fait, constantes : lorsqu’on les utilises, on en épuise pas la susbstance.


                      • Jesrad (---.---.20.126) 27 juillet 2006 15:04

                        Moi je crois que c’est la dépense énergétique qui doit baisser, plutôt que la production augmenter en faveur des EnR. On économise des sous pour autre chose, et on pollue moins.

                        Vive l’éventail, non à l’air conditionné ! :D


                        • Demesure (---.---.95.237) 27 juillet 2006 15:42

                          Rien ne vous empeche d’aller vivre en Afrique où l’usage de l’éventail est très populaire et où le frais est exceptionnel et la canicule permanente.

                          Ici en France, malgré vos voeux technophobes, la vente de climatiseurs bat tous les records et les entreprises qui les fabriquent (pour rappel aucune française grace au génie planificateur de notre gouvernement) n’arrivent pas à satisfaire à la demande. Ca s’appelle le progrès.

                          Vous vous sentez largué ? Normal.


                        • Ronan (---.---.174.200) 28 juillet 2006 00:18

                          N’importe quoi le commentaire.. ! Le progres ! Tu te prends pour un dieu ou quoi ! redescends de ton paradis artificiel, consommateur ! La clim on s’en passe facilement ; et l’argument sur le cote positif de produire des climatiseurs c’est de la rigolade, produire pour produire ..... pourquoi pas les armes pendant que tu y es !


                        • Adolphos (---.---.59.170) 28 juillet 2006 00:32

                          « La clim on s’en passe facilement ; »

                          Tu as quel age, jeune ?

                          Tu sais, petit, que ton ordinateur bouffe 400 kilo de pétrole et 5000 litre d’eau extra pur pour être construit ? Pourquoi tu le garde ? On peut trés bien vivre sans ordinateur ! Donne le à un pauvres du Soudan, comme ca le pauvre sera moins pauvre, et en plus, il y aura moins de polution que si on lui avait construit un ordi tout neuf. En plus, comme ca, tu peux resilier ton abonnement internet. D’ailleur le téléphone aussi, on peut s’en passer, et la télé, la radio, et les disque laser, et les lecteurs MP3, tout ca c’est de la merde qui tue les insectes et les asticots.


                        • nono (---.---.94.25) 27 juillet 2006 15:22

                          Sortir du nucleaire je veux bien...

                          Cela me parait utopique vue la penurie energetique avenir...le nucleaire existera dans une diversite d’autres sources de production...

                          Car la canicule illustre bien le besoin de multiplie les formes de production.... M’enfin en cas de canicule on aura jamais un parc photovoltaique capable de remplacer le nucleaire pour 15 jours tous les 3 ans....

                          Ca passe aussi par la reduction de la consommation electrique... la climatisation... est l’illustration de la betise de nos temps modernes...

                          Comment l’espagne a organiser son habitat et son mode de vie a l’epoque ou la climatisation n’existait pas....

                          Nous allons devoir tres serieusement repenser nos mode de vie... car c’est la fin d’une epoque :
                          - fin du petrole bon marché
                          - fin d’un climat stable et temperee

                          Et les changements pour les années a avenir son enorme et un formidable challenge pour ce monde nouveau a construire...


                          • Joe Chruk (---.---.63.216) 27 juillet 2006 16:51

                            Puisque le réchauffement climatique et donc l’assèchement des fleuves en été sont irrémédiables, il faudra prévoir le renouvellement des centrales actuelles par des installations en bord de mer afin d’assurer le refroidissement.

                            Afin de limiter le nombre des installations, il serait temps d’imposer aux citoyens des mesures coercitives en interdisant la vente des appareils gourmands (lampes halogènes, à incandescence, appareils avec veille obligatoire etc...) les moyens techniques existent pour économiser l’electricité mais la libéralisation de ce marché va tendre à en augmenter les usages. En effet pour que plusieurs sociètés puissent profiter du gâteau, il faut que celui ci soit plus gros.


                            • (---.---.5.172) 27 juillet 2006 18:50

                              Bonjour,

                              comme souvent à propos de production d’énergie, l’auteur fait l’erreur (volontaire ?) de comparer des pommes et des poires.

                              En effet, bien avant de rentrer dans le débat de la véracité des chiffres et faits avancés, ainsi que de leur présentation partisane ou non selon la thèse défendue, il faut se rendre compte que l’opposition, malheureusement populaire dans les médias et le grand public, entre le « nucléaire » et les « énergies renouvelables » pour la production d’électricité est une inepsie ! Ce n’est pas du tout la même chose en terme de puissance installée (seule caractéristique souvent comparée), et encore moins en terme de quantité d’énergie produite (c’est ça qui est important).

                              Pour donner une analogie (qui vaut ce qu’elle vaut...), c’est comme opposer les inconvénients de l’avion aux avantages du vélo pour se déplacer smiley


                              • mathieu (---.---.188.187) 27 juillet 2006 19:23

                                Je ne comprend pas pourquoi vous etes tant pour le nucleaire, est ce simplement car vous etes totalement de la vos machines electriques pour vous sentir exister ?. Le pb vien de la, a force de s’habituer a une vie ou ont a aucuns efforts intellectuels car tout est servi sur un plateau, la raison elle meme disparait. Le nucleaire n’est pas une energie illimité n’y meme polluante, d’ailleur les tremblements de terre sont tres nombreux rien ne dit qu’un jour que les dechets radioactifs puisse contaminé les sols. Une chose que vous sembler ne pas savoir et c’est une info presque top secrete, l’Angleterre est au dessus des normes de radioactivité du a divers pb technique des centrales nucleaires, de plus la Tamise fleuve au combien connu il est interdit de s’y baigner pour raison de pollution diverses dont la radioactivité( vous me croyez pas et bien renseigner vous), en France nos centrales sont vetustes et en aucuns cas demontable du a la radioactivité c’est pour sa qu’ont ne les renovent pas. Vous ne le savez pas mais il y a tres peut de temps la France a passé de justesse une catastrophe de type tchernobyl. Je vois ici vos ricanements et chercher un moyen de demonté mes dires, avant que vous vous permettiez de donné un avie, je dirai simplement, renseignez vous !. Les gens ont tendances a bcp parler mais jamais ils ne se renseignent en realité ne font que repeté ce que raconte la television, le jour ou vous aurez un esprit critique sa sera deja enorme.


                                • mathieu (---.---.188.187) 27 juillet 2006 19:26

                                  oups desoler je voulai dire que le nucleaire est une energie polluante et non pas non polluante, et j’affirme que vous ne pouvez pas exister sans vos joujou electriques, mais etes vous pret a faire payer le prix a vos gamins ?. Ils vont bien s’amuser les gosses avec tout plein de pollution sur une planete invivable et une moral du chacun pour soit et dieu pour tous.


                                • mathieu (---.---.188.187) 27 juillet 2006 19:30

                                  mr Stephane Klein, je suis totalement d’accord avec vous. La propagande et la manipulation sur la viabilité du nuclaire et j’insiste bien sur Viabilité et non pas Fiabilité, est extremement dangereuse, les dechets ne sont pas le seul pb, il y a aussi la vetusté des centrales qu"ont ne saient pas quoi faire. Ont a construit un outil de production tres dangereux et ont ne peut pas faire marche arriere. EDF est au courant des pb et il y a de plus en plus de pb de fuites de reacteurs et avec la destruction de la biosphere entrainant une hausse de temperatures sa ne change rien. Il est impressionnant que les gens ne se fixent que sur le Present ou le Passé mais jamais dans le Futur dans 20 ans par exemple.


                                • mathieu (---.---.188.187) 27 juillet 2006 19:33

                                  Ursula

                                  li mes commentaires plus haut qui font que je suis d’accord avec Stephane Klein, le plus ignorant c’est toi et non l’auteur de ce texte.


                                • Stephane Klein (---.---.113.119) 27 juillet 2006 19:24

                                  Un autre aspect a apprehender concernant le nucleaire :

                                  RFI - Lundi 24 juillet 2006 - Dominique Baillard

                                  L’uranium pour s’enrichir

                                  Depuis le début du millénaire, le prix de l’uranium a été multiplié par six, passant de 7 dollars la livre en 2001 à plus de 45 aujourd’hui. Et ce n’est qu’un début, estiment les gérants de fonds toujours à la quête d’une opportunité de placement. Ils s’intéressent de plus en plus à ce marché encore bien étroit, limité aux échanges physiques entre, d’un côté, une poignée de producteurs et, de l’autre, quelque 450 centrales qui s’approvisionnent avec des contrats passés sur le long terme.

                                  Contrairement aux autres métaux, il n’existe pas de marché à terme pour l’uranium. Difficile donc de spéculer sur le marché papier comme on le fait pour l’or, le pétrole ou le cacao. En revanche il existe aujourd’hui de nouveaux produits financiers permettant de miser sur la hausse. Dernier en date, le fond Nufcor répertorié à Londres. Avec les capitaux qu’il réunit, il achète et stocke une quantité massive de minerai. 2 millions de livres de concentré, cela représente à peu près 2% du total de la production annuelle. La société n’est pas la première sur ce créneau, une compagnie inscrite depuis mai 2005 à Toronto l’a précédée.

                                  Les stocks fondent comme neige au soleil. Le pari des investisseurs : toucher les dividendes dans une dizaine d’année quand l’uranium atteindra un sommet. Ce type de produit existe déjà pour l’or et l’argent : ce sont les trackers qui donnent aux particuliers de nouveaux instruments pour spéculer sur ces marchés. Pour le métal jaune qui a drainé énormément d’argent, c’est même devenu un levier conséquent, qui amplifie les mouvements de hausse ou de baisse. Actuellement le marché de l’uranium est extrêmement tendu puisque le minerai extrait ne couvre que 60% de la demande, le reste étant fourni par les stocks accumulés en train de fondre comme neige au soleil.

                                  Même si le parc des réacteurs nucléaires était aujourd’hui gelé, une production supplémentaire est nécessaire pour satisfaire la consommation des centrales existantes. Partout dans le monde, de l’Australie au Canada en passant par le Niger, où des Chinois viennent d’obtenir des permis de prospection, on recherche activement de nouveaux gisements ou bien on agrandit les mines en service. Mais cette fièvre du métal gris ne va pas satisfaire la demande en un jour.

                                  Une mine est opérationnelle parfois plus de 20 ans après la découverte du gisement et ces vingt dernières années aucune découverte majeure n’a été enregistrée. Pendant ce temps on prévoit le doublement du nombre de centrales dans les deux prochaines décennies. Une situation qui devrait en toute logique déboucher sur de substantielles plus-values pour les détenteurs de ces stocks Nufcor. A moins qu’une catastrophe industrielle type Tchernobyl ou bien un effondrement du marché pétrolier ne remette en cause cette renaissance de l’énergie nucléaire.


                                  • Stephane Klein (---.---.113.119) 27 juillet 2006 19:38

                                    Dans ce cas, eclairez-nous donc.


                                  • Ursula (---.---.47.59) 27 juillet 2006 19:26

                                    Ce qui est navrant c’est l’ignorance de l’auteur sur la question de l’énergie nucléaire.


                                    • marrant (---.---.138.166) 27 juillet 2006 20:09

                                      Bonjour j aime bien les critiques sur le nucleaire..

                                      Point technique : les centrales s arretent en raison des condenseurs qui ne peuvent plus rejeter de la chaleur dans l eau. A partir de ce moment, le cycle thermodynamique est rompue.

                                      Ensuite, si les centrales nucleaire ferment c est 85 % des francais qui sont sans electricité. Il y a des choix a faire. D autre part, qu entendez vous par developpement durable.

                                      Le developpement durable doit partir de l extraction du minerai jusqu a la production et au rejet. Et c est seulement si ce cycle de vie est fait que l on peut comparer. Autrement dit, vous ne pouvez pas comparer le charbon et le nucleaire si aisement. Avez vous comptabiliser le cout energetique (Gj/tonne de minerai) de l extraction , de la transformation, du tranport, de l electricite, des polluants ?

                                      A propos des energies eoliennes, mettez des eoliennes partout ou vous voulez dans le monde, cela ne representera que 1% de la consommation mondiale. lol...le rendement est encore tres faible comparativement a une centrale combiné.(40 ou 49, contre 80%).

                                      Faut arreter les mythes... a propos du charbon..ne vous inquietez pas on n y retourne vu que c le minerai le plus abondant sur terre..on en a encore pour des siecles...le charbon connait un essort en europe notament aux pays bas. Le seul inconvenient reside dans le systeme de nettoyage des gas de combustion...donc cela se repercute sur le prix...et la la vraie question...etes vous prets a payer plus cher..

                                      Car l une des choses que nos chers ecolo oublient de dire est que l electricite en france est bcp moins onereuses que chez nos voisins anglo saxons...(environ 1.5) grace au nucleaire. Mais c clair que des que la temperature des liquides de refroidissement augmente..on doit les eteindre sous peine de ne plus pouvoir refroidir le reacteur nucleaire...et a ce moment les prix montent a 2000 euros le KWh (cf Euronext).

                                      Le solaire. Le solaire c est 1% de rendement si je ne me trompe pas...energie d appoint.

                                      Et si la vrai solution etait de reduire la consommation personnelle des menages au lieu de s en prendre a x ou y.. alors la ca devient plus complique...tout le monde aime le confort...


                                      • Paul (---.---.94.237) 27 juillet 2006 21:24

                                        Ajoutons que lors de la canicule de 2003, il n’y avait pas un souffle de vent, ce qui la rendait encore plus insupportable.

                                        Alors les éoliennes, aïe...


                                      • Asp Explorer (---.---.82.42) 27 juillet 2006 21:13

                                        Donc, si j’ai bien compris le résultat du débat, pour sauver la peau à trois poiscailles - au demeurant d’espèces plutôt proliférantes dans nos rivières, il faudrait se passer d’air conditionné et de voyages en avion. Oui. Bien. Intéressant point de vue.

                                        On a encore le droit de ne pas être d’accord ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès