Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Objectif « Zéro SDF » : des paroles aux actes

Objectif « Zéro SDF » : des paroles aux actes

Lors de la campagne présidentielle de 2002, Lionel Jospin déclarait se fixer l’objectif de « zéro SDF » à la fin de 2007, annonce qu’il avait déjà faite en 1995. Lors de la campagne présidentielle de 2007, l’actuel président de la République avait repris cet objectif. Notre homme se voulant beaucoup plus ambitieux, déclarait « si je suis élu président de la République, je veux que d’ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d’y mourir de froid. Le droit à l’hébergement, je vais vous le dire, c’est une obligation humaine ».

Quoi qu’il en soit, chaque période hivernale est dorénavant accompagnée d’une couverture médiatique à propos des sans-abri, d’autant plus épaisse que le mercure annonce une vague de grand froid. Le reste de l’année, les conditions d’existence matérielles et sanitaires très difficiles auxquelles les sans-abri doivent faire face ne suscitent guère de compassion de Noël. Alors que les Pays-Bas, le Danemark et la Grande-Bretagne ont réduit à presque rien le nombre de sans-abri dans leurs rues, la France compte sur ses belles paroles pour s’affranchir des actes nécessaires.

Le rapport 2007 de la Fondation Abbé Pierre sur l’état du mal-logement en France traduit pourtant la dégradation continue de la situation de manière générale, et la multiplication des situations d’extrêmes précarités en particulier. Le rapport établit par la Conférence de consensus réunie à l’initiative de la Fédération nationale des associations de réinsertion sociale (FNARS) fin novembre 2007 dresse le même constat.

Les chiffres sont malheureusement très éloignés de l’objectif affiché, ou du résultat de nos partenaires européens. On dénombre aujourd’hui au moins 100 000 personnes sans domicile, et autant de personnes vivant en camping ou dans un mobil home à l’année, plus 50 000 en chambres d’hôtels et 41 000 en habitat de fortune (cabane, construction provisoire), soit environ 300 000 sans-abri. S’ajoutent par ailleurs à ce chiffre 533 000 personnes vivant dans des meublés, 1 150 000 personnes vivant dans des logements dépourvus de confort de base (pas de salle d’eau, pas de WC, pas de chauffage) et un peu plus d’un million de personnes vivant en situation de surpeuplement accentué (sources : enquête ENL Insee 2001, Fondation Abbé Pierre, ministère de la Cohésion sociale, CNRS).

Au total, ce sont presque 3 millions de personnes très mal logées qui font de la France un pays à la traîne dans ce domaine en Europe. L’absence de volonté clairement affichée de la part des différents responsables politiques depuis une vingtaine d’année pousse dès lors celles et ceux qui se font les porte-parole de cette cause à des opérations « chocs » (Les Enfants de Don Quichotte, le campement rue de la Banque à Paris), parfois emplies de désespoir.

Les politiques publiques actuelles ne sont pas à la hauteur de cette exclusion d’une partie de la population. La gauche non plus n’est pas assez au rendez-vous social du mal-logement, au point de se faire parfois interpeller violemment (« mais qu’est-ce qu’ils foutent les mecs du Parti socialiste ? » de Josiane Balasko...). Laisser durer une telle situation aurait pourtant des conséquences néfastes sur notre société. Comme l’indique très justement le rapport de la Conférence de consensus, « être privé d’un chez-soi ou d’un logis ne permet pas d’exercer pleinement tous ses droits de citoyen », avec des conséquences en termes de protection et d’épanouissement personnel, de possibilité d’exercer ses droits (domiciliation), de sécurité (protection des biens et des personnes), de santé, de mobilité, d’emploi, de culture ou encore de vie relationnelle ou affective.

Une autre raison qui pourrait expliquer l’échec des politiques publiques et la nécessité de traiter le mal-logement à la racine par la prévention est le changement visible des populations vivant aujourd’hui dans la rue. Le « descenseur social », que décrivent Alain Mergier et Philippe Guibert dans leur essai, produit ses effets, et beaucoup se retrouvent sans toit après un passage en prison, en hôpital, une perte d’emploi ou une rupture familiale. Le parcours typique du SDF n’existe plus, nous devons au contraire faire face à une grande hétérogénéité des profils, des parcours ou des situations, du jeune toxicomane en rupture familiale au travailleur précaire âgé en perte d’emploi. Une mesure essentielle serait dès lors de prévenir en amont ce risque et d’être à l’écoute de chaque personne particulière.

Car il n’y a pas de fatalité en la matière, et Place de la Gauche regrette qu’aujourd’hui nos responsables choisissent au mieux de faire preuve de compassion, au pire de se résigner...

La création du Samu social (entre autres), l’augmentation des crédits consacrés au financement des actions d’hébergement, l’annonce du Plan d’action renforcé en faveur des sans-abri (PARSA, en janvier 2007, suite au campement du canal Saint-Martin), la loi sur le Droit au logement opposable (Dalo, 5 mars 2007) vont certes dans le bon sens, mais cela reste insuffisant pour faire du « droit au logement une obligation humaine ». A cela deux raisons. D’abord parce que l’on répond à l’urgence par l’urgence (même si les lois et dispositifs mis en place jusqu’à présent affirment le contraire), et ensuite parce que pour que des droits soient effectifs, il ne suffit pas de les décréter (cf. le non-respect de la loi SRU ou de la loi du 5 juillet 2000 relative aux aires d’accueil pour les gens du voyage).

Alors plutôt que de continuer à gérer l’urgence, nous pourrions nous inspirer logiquement de ce que font nos partenaires en Europe. Dans le dispositif mis en œuvre en 1998 au Royaume-Uni pour réduire le nombre de personnes sans logement, la prévention est un moyen d’action essentiel.

Les centres d’hébergements d’urgence sont déjà en surcapacité en France, et il faut stopper en amont le flux des sans-abri.

En particulier, un diagnostic interministériel précis sur les effets pervers (en termes de mal-logement) produits par les politiques publiques de l’emploi, du logement, de la santé, de la justice ou de l’immigration permettrait de mieux prévenir et lutter contre ce phénomène.

Par ailleurs, une caractéristique commune des personnes sans abri est d’avoir connu un ou plusieurs passages dans des institutions en raison d’une « rupture » dans leur parcours : par exemple un jeune SDF qui relevait des services de la protection de l’enfance après une rupture de la structure familiale, une perte de logement après un passage prolongé en milieu hospitalier ou carcéral. Une politique de prévention ambitieuse doit permettre d’identifier en amont ces facteurs de « rupture » pour un accompagnement précoce de la personne, et de responsabiliser ces institutions publiques notamment lorsque ces personnes en sortent.

Pour que l’hébergement d’urgence retrouve sa vocation d’accueil et d’orientation vers l’insertion, nous devons aussi mettre en place une politique de logement durable, avec un effort décisif sur le logement à loyer accessible.

La crise du logement des ménages modestes se traduit en 2006 par la construction de 520 000 logements, ce qui est une bonne chose en soi, mais seulement 8 000 (soit 1,5 %) de ces logements sont en PLAI (le Prêt locatif aidé d’intégration est destiné à financer des logements locatifs adaptés aux besoins des personnes et familles qui connaissent des difficultés d’insertion et disposent de faibles revenus). Or selon la Fondation Abbé Pierre, le besoin est actuellement de 500 000 logements accessibles aux plus démunis...

Cette politique de logement durable devra compléter la loi Dalo par un dispositif législatif et administratif coercitif pour garantir son application (renforcer les sanctions de la loi SRU et étendre son champ d’application aux intercommunalités, renforcer les obligations des Plans locaux d’urbanisme PLU en imposant au moins 20 % de production de logements sociaux PLAI et PLUS aux promoteurs). Dans le même temps, elle devra accroître de façon significative l’offre de logements à loyer accessible (PLUS et PLAI) au détriment des logements PLS (Prêt locatif social, qui constituent environ 40 % des logements du Plan de cohésion sociale lancé par Borloo, coûtent 30 à 40 % plus cher qu’un PLUS ou un PLAI, ont des loyers quasi-identiques au secteur privé, mais sont néanmoins comptabilisé en HLM, et dans la loi SRU). Enfin cette politique devra assortir de contreparties sociales bien déterminées toute aide fiscale immobilière d’une part, et favoriser l’accès et le maintien dans leur logement des ménages modestes d’autre part (garantie des risques locatifs, à condition qu’il soit ouvert à tous dans une logique de mutualisation des risques).

En parallèle de cette vision volontairement ambitieuse, l’universalité et la simplification des procédures actuelles est indispensable, car la justice sociale ne peut être efficace que si les politiques mises en place sont aisément accessibles aux plus démunis, sans distinction. La structure du dispositif actuel d’aide fait intervenir de nombreux acteurs (Etat, départements, communes, associations), et si l’on compare la France aux pays européens, le nombre de conditions à remplir pour être accepté en structure d’accueil est exorbitant (l’amendement Mariani avait tenté de refuser l’accueil de sans-papier). Un système cohérent, lisible par tous, et non discriminant à l’entrée serait véritablement à même de fluidifier les parcours de chacun et d’offrir des droits effectifs.

S’il est essentiel de consacrer d’importants moyens financiers afin de soutenir cette politique, les crédits engagés demeurent insuffisants (1,82 % du PIB, soit le plus bas niveau depuis trente ans alors que la situation se dégrade). Cependant, il est d’abord primordial aujourd’hui de réorienter les crédits là où les actions que nous préconisons ci-dessus sont nécessaires, et en faveur des collectivités qui en auraient le plus besoin.

Récapitulatif des propositions de Place de la Gauche pour que naisse une véritable ambition, et pour que cesse l’insupportable, la confusion des rôles, la rigidité du système et les inégalités qu’il génère :

  • plutôt que de continuer à gérer l’urgence, stopper en amont le flux des sans-abri : par la mise en place d’un diagnostic interministériel précis sur les effets pervers produits par les politiques publiques, et par une politique de prévention ambitieuse, permettant d’identifier en amont les facteurs de « rupture » pour un accompagnement précoce de la personne, et capable de responsabiliser les institutions publiques notamment lorsque ces personnes en sortent ;
  • mise en place d’une politique de logement durable, avec un effort décisif sur le logement à loyer accessible : compléter la loi Dalo par un dispositif législatif et administratif coercitif pour garantir son application, accroître de façon significative l’offre de logements à loyer accessible (PLUS et PLAI) au détriment des logements PLS, assortir de contreparties sociales bien déterminées toute aide fiscale immobilière, et favoriser l’accès et le maintien dans leur logement des ménages modestes ;
  • garantir l’universalité et la simplification des procédures actuelles d’hébergement : un système cohérent, lisible par tous, et non discriminant à l’entrée serait véritablement à même de fluidifier les parcours de chacun et d’offrir des droits effectifs ;
  • réorienter les crédits là où les propositions ci-dessus sont nécessaires, et en faveur des collectivités qui en auraient le plus besoin. Réorienter les crédits vers la construction de PLUS et PLAI, et en faveur d’une politique de prévention.

Place de la Gauche.

http://www.placedelagauche.org


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 4 janvier 2008 11:17

    RSA : Hirsch vise 1 million de bénéficiaires fin 2008 et il obtiendra cet objectif sans problème.

    Dévant la catastrophique gestion du ’RMI’ créé par les ROCARDS & compagnie ,nous pouvons constaté que Mr HIRSCH fait du très bon boulôt et que la gauche n’a plus le monopole du social.

    La Ville de Paris et sa municipalité « goche caviar » n’a rien fait pour lutter contre la misère et changer la vie des plus pauvres.

    Pourquoi perdre du temps dans un groupe de réflexion qui ne sert à rien,si ce n’est apporter une caution « sociale » à Soeur Ségolène Royal du RMI


    • fahd_pdlg fahd_pdlg 4 janvier 2008 12:53

      Je crois qu’il y a une erreur dans votre analyse : Place de la Gauche n’apporte aucune caution à qui que ce soit, encore moins à la personne nommée...

      Nous travaillons au fond, aux idées, notre ambition est de reconstruire l’idéologie de la gauche aujourd’hui défaite par le sarkozysme, c’est à cela que sert ce groupe de réflexion.

      Je ne comprends pas pourquoi vous trouvez cela inutile puisque dans d’autres commentaires que vous faites sur AV vous déplorez l’absence d’idées à gauche... www.placedelagauche.org


    • tvargentine.com lerma 4 janvier 2008 13:33

      Je critique l’alignement béte sur Ségolène ROYAL qui se proclame candidate officielle pour toutes les élections.

      Elle représente une techno-structure de catholique de gauche qui n’ont que la compassion sociale et le partage de la misère sociale.

      Réformer la gauche cela veut dire aussi faire comme en Allemagne,savoir gouverner ensemble pour redresser un pays et faire les réformes necessaires afin que tous les citoyens disposent des mêmes droits sociaux.

      Savoir accepter la main tendue d’un président comme Nicolas Sarkozy durant un laps de temps afin de savoir si il est possible de travailler ensemble.


      • fahd_pdlg fahd_pdlg 4 janvier 2008 14:47

        Je ne suis pas loin de partager votre avis sur Royal.

        Par ailleurs, si gouverner ensemble signifie une coalition à l’allemande, pourquoi pas, mais cela signifie qu’il y ait au préalable un accord politique, qu’il me semble difficile de trouver aujourd’hui en l’état en France.

        D’un pareil accord il n’en a jamais été question avec l’actuel président, donc c’est bien à du débauchage de personnalités qu’il s’est livré. Je suis très perplexe, pour ne pas dire plus, sur sa réelle volonté de partager le pouvoir. Car pour faire comme en Allemagne, il faut être deux...


      • goalexandre (---.---.85.249) 4 janvier 2008 21:41

        bonsoir

        c’est un honneur pour nous agauche de representer les pauvres et avoir de la compassion

        c’est pour contrecarrer les umpistes qui sont proriches 15 milliards de cadeaux fiscaux a ceux qui n’ont rien demandé et qui n’en ont pas besoin bollore lagardere etc


      • Fred 7 janvier 2008 17:29

        "bonsoir

        c’est un honneur pour nous agauche de representer les pauvres et avoir de la compassion

        c’est pour contrecarrer les umpistes qui sont proriches 15 milliards de cadeaux fiscaux a ceux qui n’ont rien demandé et qui n’en ont pas besoin bollore lagardere etc"

        rectification, c’est un honneur de PRETENDRE représenter les pauvres car je ne rencontre pas grand monde à gauche comme à droite qui fait des efforts personnels pour aider les gens dans la misère.

        Pourriez-vous détailler ces 15 milliards de cadeaux aux riches ? J’ai comme l’impression que les heures sup (qui représentent la moitié de ces 15 milliards) ne sont pas pour les riches. La défiscalisation pour l’achat d’une résidence principale ne doit pas trop être pour eux car ils doivent déjà en avoir une résidence principale. La baisse des droits de succession, c’est que pour les riches, avec le marché actuel de l’immobilier ? Le bouclier fiscal effectivement va majoritairement aux riches même si la majorité des gens assujetti à ce bouclier ne sont pas riches, il ne représente au maximum que 800 millions sur ces 15 milliards sachant quand 2006 seuls 2% des personnes assujetti l’ont demandé pour un cout de 100 milliards sur 400 potentiels. Vous auriez dit l’impact de ces 15 milliards risquent d’être limité, j’aurais été d’accord mais ressortir le cadeau de 15 milliards aux riches, ça fait un peu propagande.


      • (---.---.112.46) 4 janvier 2008 21:21

        Et bien, pour la gauche, si nous commencions par refaire des « sdf » Belges, c’est à dire Sans difficultés Financières . Ces riches qui ont été chassés de France montrent qu’il ne sert à rien de travailler en France puisque des connards fainéants vous chassent avec vos sous, alors ,... certains individus vont commencer par travailler en France peut-être et s’ils ne font pas faillite, ils vont partir de France avec leurs frics puisque les taxes et impôts vont commencer à tout leur prendre. Il faut donc commencer par retirer le droit à la sélection de notre éducation Nationale ! Il faut aller voir dans les zup ,le travail qui est réalisé. Il y a de l’intelligence , de la volonté mais également des gauchistes qui emmerdent le monde avec des papiers à faire alors que les personnes ne savent qu’à peine lire, écrire et compter et que personne de l’administration «  » ’ officielle’ «  » ne vient jamais les aider , 35 heures obligent. L’éducation Nationale ne sait que faire d’eux , ne sait malgré les 16 ans les former à quelque chose d’utile pourtant ce sont souvent ceux que l’on retrouve dans les marginalisés. Le problème n’est donc pas le « toit » mais le commencement, c’est à dire la véritable éducation formatrice et l’administration efficace de ce quart des Français et non de quelques « sdf » Français.


        • (---.---.10.140) 4 janvier 2008 21:35

          ..acceptons la main tendu de Sarkosy et l’harmonie régnera enfin dans ce pays. Tous ensemble oui tous ensemble tous ensemble,tous ensemble, ensemble, ensemble, ensemble ça c’est chouette, super cool et allez c’est la danse des canards c’est c’est c’est la danse des canards qui font coin coin ensemble et tout devient possible enemble ensemble nous vaincrons oui ensemble, Ah ! ah ! ah ! la queue leu et ensemble ensemble à la queue leu leu la main tendu vers l’autre oui oh ! l’autre autre vient et joint toi à la danse et acceptons la main tendue


          • Forest Ent Forest Ent 5 janvier 2008 01:33

            Excellent article sur un sujet qui le mérite.

            Je me permets de signaler que tout cela avait été analysé dans un très bon rapport de la Cour des Comptes d’il y a un an, passé injustement inaperçu dans le contexte électoral.

            Il concluait il me semble que le problème était (un) l’insuffisance de logements sociaux (deux) le fait que la gestion des actions d’urgence était explosée entre beaucoup de collectivités et administrations. (me corriger si erreur d’interprétation) Ca m’a l’air assez proche de votre diagnostic.

            L’UMP n’a pas trop popularisé cette idée de la nécessité de construire plus de logements sociaux, pour des tas de raisons.

            La première est qu’elle n’a pas trop envie de se souvenir du « plan Borloo ».

            La seconde est que cela cadre mal avec son slogan du « tous propriétaires » (dont on parle moins depuis les élections).

            La troisième est que son électorat n’est pas le plus pro-SRU.

            La quatrième et principale à mon avis est que cela met l’accent sur les prix élevés de l’immobilier. Or ceux-ci proviennent essentiellement de la création monétaire excessive de la société US que l’UMP présente en modèle de vertu et dynamisme.

            Sarkozy est d’ailleurs lui-même un bon symbole des difficultés d’application de la loi SRU. En effet, à titre de maire de Neuilly-sur-Seine, la raison qu’il a toujours invoquée pour ne pas la respecter était le manque de foncier. Cela ne l’a pas empêché de trouver de la place libre sur l’île de la Jatte pour y faire construire un lotissement de luxe dans lequel il s’est fait réserver un appartement dans des conditions qui l’auraient conduit en prison avec une justice indépendante.

            En ce début d’année 2008, malgré le réchauffement climatique, l’air du temps est frais.


            • fahd_pdlg fahd_pdlg 7 janvier 2008 11:21

              @Forest Ent Effectivement le rapport de la cour des comptes porte un constat proche du notre, même si nous mettons l’accent particulièrement sur le logement « très social », ce qu’évidemment l’UMP ne souhaite pas faire, et ce que le Plan Borloo ne faisait pas non plus. Quand à Sarkozy à Neuilly, n’en parlons pas, il n’y a pas eu la moindre tentative en ce sens...


            • Fred 7 janvier 2008 17:22

              « La quatrième et principale à mon avis est que cela met l’accent sur les prix élevés de l’immobilier. Or ceux-ci proviennent essentiellement de la création monétaire excessive de la société US que l’UMP présente en modèle de vertu et dynamisme. »

              il me semble que l’immobilier a aussi flambé dans certains pays Européens socialistes.


            • Forest Ent Forest Ent 7 janvier 2008 21:30

              Parce qu’il y a des pays « socialistes » en Europe ? smiley

              Si vous faites référence à l’Espagne, je ne connais pas assez le sujet pour savoir quelles corrections Zapatero a pu tenter depuis 2004, mais je pense que la situation est dûe au moins en bonne partie au système de financement favorisé par Aznar. Par exemple, sur wikipedia, la situation immobilière espagnole est attribuée à Aznar :

              http://fr.wikipedia.org/wiki/Jos%C3%A9_Mar%C3%ADa_Aznar

              D’après le canard enchaîné, Mme Boutin ayant été en Espagne s’enquérir du miracle local du « tous propriétaires » est revenue avec les oreilles pleines du miracle français du « logement social ».

              Pouce. Intervention de connaisseur de l’Espagne souhaitée.


            • samsam 15 janvier 2008 21:42

              Perso, l’objectif ne sera jamais atteint avec les "ZERO SDF" que se soit un gouvernement de droite ou de gauche. Il faut vraiment être réaliste.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès