Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > On a raté l’éolien, et si on réussissait l’hydrolien (...)

On a raté l’éolien, et si on réussissait l’hydrolien ?

Il ne faut pas se mentir, l'éolien ne connaît pas chez nous le développement que l'on était en droit d'espérer de la part d'un pays dont la ressource est l'une des premières en Europe. Ce raté a pour conséquence de priver la France d'une ressource économique de taille dont nos voisins savent profiter. En revanche, sans faire de bruit (ni de vague), l'hydrolien tricolore prend des couleurs et se révèle une filière industrielle pleine d'avenir.

Pour schématiser, une hydrolienne c'est une éolienne immergée. Au lieu de profiter du vent pour faire tourner sa turbine c'est le courant des fleuves ou des marées qui s'en charge. Avantages : c'est invisible et ça ne fait pas de bruit. Du moins en surface. Inconvénients : les courants crées par la turbine ont un impact sur les fonds marins dans l'axe de la turbine. L'installation est très onéreuse, l'entretien également. Malgré ce bilan pas franchement encourageant, la France et EDF en tête (sonnez trompettes, roulez tambours) s'est engagée fortement dans cette voie. D'abord pour des raisons politiques : faut faire vert mon bon monsieur, en attendant que les centrales nucléaires hors de course nous pètent à la gueule. Il faut également imaginer de nouvelles filières économiques puisque, comme je l'écrivais dans le titre, l'éolien c'est rappé, le tout nucléaire condamné à moyen terme, le solaire déjà pris, la biomasse pas très rentable. On s'est alors penché sur les possibilités géophysique de nos côtes et des courants de marée et on s'est aperçu que dans ce domaine, on ne craignait pas grand monde : notre potentiel de production hydrolienne est estimé à 2,5 GW (12,5 GW pour toute l'Europe), faisant de l’Hexagone le second pays le mieux pourvu derrière le Royaume-Uni (toujours les Brit devant, c'est comme en rugby). Aussi, le gouvernement a lancé des appels à projets dont on voit les premiers effets.

Plusieurs turbines sont en place depuis 2015 à Paimpol-Bréhat (EDF, DCNS) et dans le passage du Fromveur (Molène). Ce sont des petites unités précurseurs de projets beaucoup plus ambitieux comme celui de la pointe du Cotentin dont l'appel à projet a été remporté par Nepthyd et Normandie Hydro. Mais cette fois, les poids-lourds industriels français, conscients d'avoir bien raté la marche éolienne, se sont engagés à fond dans la filière. De plus, tout ce qui a trait aux turbines sous-marines est depuis longtemps une spécialité bien d'chez nous. EDF à la commande, avec ENGIE, ALSTOM, DCNS en appui, et c'est parti ! Le projet Nepthyd (5,6MW), coordonné par ENGIE, prévoit d’immerger quatre hydroliennes construites par ALSTOM. Le début des travaux est fixé à 2017, pour un coût total de 101 millions d’euros. Normandie Hydro (14MW), mené par EDF et DCNS, prévoit quant à lui l’installation de sept turbines d’ici à 2018 pour un investissement de 112 millions.

 

Hydrolien fluvial : le graal des ENR !

A côté de ces géants émergent des PME et des start-up détentrices d'un savoir-faire acquis dans l'hydrolien fluvial (Hydroquest à Grenoble, EcoCinetic à La Rochelle, Bertin Technologies à Montigny le Bretonneux). En France et à l'étranger, elles conçoivent et vendent des hydroliennes fluviales que l'on considère comme le meilleur système de production d'énergie verte : Le rendement régulier et prédictible lié au courant continu des rivières ou des fleuves offre la possibilité d’évaluer avec précision un potentiel de production significatif à l’échelle nationale, elles sont peu couteuses à installer, invisibles, peu d'impact environnemental. Leur production énergétique est certes limitée, mais pour un investissement faible et amortissable sur une décennie. C'est un marché de niche, mais une pièce de puzzle à ajouter au mix énergétique.

Il ne faut pas non plus perdre de vue le côté emploi. Pour son projet normand, DCNS parle de 1000 emplois crées à Cherbourg en 2018. Si le soutien public se concrétise, jusqu'à 20 GW pourraient être installés d'ici 2030 le long des côtes françaises représentant un peu plus de 80 000 emplois directs et indirects selon le Groupement des Industries de Construction et d’Activités Navales (GICAN). 


Moyenne des avis sur cet article :  3.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • pierre 2 juin 17:27

    Nouvelle méthode, bien persévérez 


    • Alren Alren 5 juin 19:38

      @pierre

      La vraie solution énergétique seraient les centrales nucléaires réalisant la fusion de noyaux d’un atome d’hélium 2 avec de l’hélium 3.

      C’est la formule d’Einstein qui donne la quantité d’énergie produite par la disparition d’une partie de la masse : E = mc².

      Tout le monde n’a pas idée de l’énergie colossale qui se cache dans cette formule.

      E est en joule. Un watt vaut un joule par seconde. m est en kilogramme. c est la vitesse de la lumière (dans le vide) exprimée en mètres par seconde. Sa valeur approchée est de 300 000 000 m/s (300 millions de mètres  !!!). L’élévation au carré nous donne 90 000 000 000 000 000 (90 millions de milliards !!!)

      1 kg de matière transformée en énergie pure donne donc 90 millions de milliards de joules !!!

      Bien entendu dans le cas d’une fusion nucléaire comme celles qui se produisent dans le soleil, une toute petite partie seulement de la masse des deux noyaux disparaît dans la fusion.

      Mais l’on voit bien que l’énergie produite est sans commune mesure avec ce que l’on peut obtenir avec les énergies dites renouvelables.

      Le problème c’est que les espoirs mis dans les années 60 dans la fusion nucléaire, qui ne produit pas de « déchets » ont été douchés et qu’en 2016, beaucoup de scientifiques pensent qu’elle n’est pas réalisable en dehors du cœur des étoiles : ah oui, il faut bien comprendre qu’elle n’a pas lieu près de la surface de l’étoile où règnent déjà une température et une pression considérables, mais insuffisantes pour la réaction ! Alors sur Terre ...

      Donc avec E = mc², il ne reste que l’énergie de fission. Cette fois un noyau radioactif se brise en deux morceaux et des neutrons. Et il y a aussi perte de masse transformée en énergie.

      Le problème est que l’uranium doit être « enrichi » (le taux d’uranium 235 doit atteindre 3% au lieu des 0,3% du métal natif) si l’on choisi ce métal. D’où déjà une perte considérable entre les potentialités du minerai et la fraction utilisée. Et d’autre part, tout le monde le sait aujourd’hui l’opération produit des métaux radioactifs inutiles et dangereux.

      Sans compter que la désintégration des atomes se poursuit spontanément et que si un incident empêche le refroidissement alors la température s’élève jusqu’à faire fondre l’uranium, provoquant les accidents de Tchernobyl et Fukushima.


      Alors ? Y a-t-il une solution E = mc² réalisable sans risque ?


      Le plus incroyable est que la réponse est oui !!!

      Il existe un métal qui ne devient radioactif et donc produisant de l’énergie, que s’il est bombardé par des particules rapides, soit les neutrons d’un métal spontanément nucléaire comme l’uranium, soit grâce à un accélérateur de particules.

      S’il ne reçoit plus de neutrons, la réaction nucléaire s’arrête.

      On voit tout de suite la différence de sécurité avec l’uranium chez qui elle continue en chauffant le métal au delà de la température de fusion (chimique) : si l’eau d’un tsunami envahit la centrale au thorium, elle s’arrête comme s’arrêterait une centrale à charbon avec le foyer noyé par l’eau.

      (Les personnes voulant plus de détails peuvent aller sur Youtube et Wikipédia)


      Question : Pourquoi a-t-on développé des centrales nucléaires à l’uranium enrichi et non des centrales à thorium ?


      C’est que quand Pierre Messmer profitant du renchérissement soudain du prix du pétrole en 1973 après la guerre israélo-arabe a annoncer aux Français que l’énergie nucléaire nous serait indispensable, il voulait concomitamment récupérer le plutonium, sous-produit des centrales à uranium, et fabriqué par absorption d’un neutron par l’uranium 238 présent qui lui ne fournit aucune énergie, pour fabriquer des bombes A, servant « d’allumettes » aux bombes H de notre arsenal nucléaire alors en plein développement (pour dissuader l’URSS de nous attaquer !).


      Si avait choisi le thorium pour produire notre électricité, nous n’aurions aujourd’hui aucun problème de démantèlement des centrales trop anciennes ni de problèmes de déchets. (Les centrales à thorium pourraient continuer la transmutation de ces métaux jusqu’à les rendre inoffensifs, par exemple en les transformant en plomb.)


      Il faut dissoudre Areva, liée à l’uranium, dont l’inertie et les engagements financiers (catastrophiques) font que sa direction s’opposera à des recherches (faciles) pour la conception de centrales au thorium.

      Ces centrales pourront être exportées dans le monde entier car elles ne permettent pas la prolifération nucléaire ni même la fabrication de « bombes sales », c’est-à-dire l’empoisonnement d’une région par de la poussière de plutonium.




    • wawa wawa 2 juin 18:07

      et si on amortissait nos centrale nukes, qui produisent deja en surplus, plutot que de cramer du pognon dans ce genre de gadget.

       smiley


      • Traroth Traroth 3 juin 16:06

        @wawa
        Les centrales nucléaires existantes sont en fin de vie. On les prolonge au-delà des délais prévus lors de leur construction, entrainant des surcoûts pharaoniques et des risques énormes.


        Et si on arrêtait de dépenser bêtement l’argent en matières énergétiques, comme le pétrole, le gaz, le charbon et l’uranium ? Les courants, comme le soleil et le vent, sont GRATUITS !

      • wawa wawa 3 juin 17:15

        @Traroth

         
        les courant, le vent et le soleil sont gratuit, mais leur capteurs ne le sont pas. et il sont même tres cher (et tres polluant ) par rapport au peu d’energie aleatoire qu’il produisent.

         
        ici, la regle de trois est necessaire (niveau CM1 ou CM2)
         

        quand au hydrolienne, le mileu aqueux est tout sauf simple a gerer, les antifouling necessaires au rendements sont tres polluants, (etain, antimoine, etc)
        .

        les ecolos fan d’hydrolienne sont des vilains exterminateur de biodiversité aquatique  :->
         
        pour une production derisoire par rapport a l’investissement.


      • Traroth Traroth 20 juillet 21:17

        @wawa

        Je n’ai pas l’impression que les centrales nucléaires soient gratuites non plus. Je n’ai pas parlé du coût des centrales, parce que ça me paraissait évident. Apparemment non pas pour tout le monde...

      • sarcastelle 2 juin 20:53

        faut faire vert......en attendant que les centrales nucléaires hors de course nous pètent à la gueule


        Bon, on voit le genre. On peut déjà arrêter là la lecture. 

        Je l’ai continuée quand même, inutilement puisque pas de chiffres, pas de prix, pas de bilan. Pouf pouf. 

        Ah, si : le potentiel français est 2,5 GW : deux réacteurs nucléaires. 

        • sarcastelle 2 juin 20:55

          @sarcastelle

          .
          Excusez-moi : j’ai voulu dire « pas de prix » du kWh produit. 

        • Doume65 3 juin 00:16

          @sarcastelle

          Personne à part toi ne s’inquiète du prix du KWh hydrolien car il bien évident que laisser une turbine être entraînée par un courant coûte bien moins cher que cramer du charbon du pétrole ou de l’uranium enrichi.


        • Trelawney Trelawney 3 juin 08:46

          @sarcastelle

          Je l’ai continuée quand même, inutilement puisque pas de chiffres, pas de prix, pas de bilan. Pouf pouf. 

          Parce qu’il vous faut des chiffres et un bilan ? Pour un adorateur du nucléaire vous êtes bien difficile, parce qu’il me semble qu’en matière de chiffres et de bilan, l’énergie nucléaire n’en fournit pas ou plutôt les bidonne

          Vous voulez un chiffre sur le nucléaire ? Je vous donne le dernier : EDF a revu la durée du démantèlement d’un réacteur à la hausse. Il faudra de 50 à 60 ans de plus pour le démanteler (ca nous fait donc 1 siècle pour démanteler la machine). Il faudra bien que vous rentrez cela dans votre tête : le courant issue des centrales nucléaires ne coute pas cher parce qu’il a été entièrement subventionné par l’état (c’est à dire nos impôts). Comme maintenant c’est à la « société privée d’intérêt public » EDF de se payer les centrales, elle aura été placé depuis belle lurette en liquidation judiciaire qu’on aura encore les centrales à démanteler et les déchets à gérer

          Quant à la probabilité qu’un de ces engins nous pète à la gueule, c’est toujours d’actualité. Un petit scénario catastrophe : la centrale de nogent sur seine à moins de 60km es vignobles de champagne pète. C’est vrai que pour notre balance commerciale et notre notoriété, la champagne n’a pas beaucoup d’importance. Et bien figurez vous qu’aux USA personne ne connait EDF, par contre tout le monde connait Champagne


        • sarcastelle 3 juin 09:18

          @sarcastelle

          .
          Chic, gardons le Champagne, la foie gras et les petites femmes de Paris pour assurer la prospérité de la France ; laissons à l’Etranger les vilaines industries salissantes. Vous rappelez-vous Pompidou se payant la tête en pleine conférence de presse de ce type de discours ? 

          Et à part cela, est-ce que les centrales nucléaires françaises sont toujours dépourvues d’enceinte de confinement, ou avez-vous changé d’avis ? 

        • sarcastelle 3 juin 09:21

          @Doume65

          .
          Je vois. La foi ne se discute pas. 

        • sarcastelle 3 juin 11:59

          Erreur d’intitulé. C’était une réponse à Trelawney.


        • Traroth Traroth 3 juin 16:11

          @sarcastelle
          Quand on vous dit que l’uranium il faut l’acheter alors que les courants marins non, vous comprenez le raisonnement ou pas du tout ?


        • Anthrax 3 juin 16:13

          @Traroth

          J’ai peur que tu présumes beaucoup de la puissance de réflexion de notre camarade nucléolâtre.

        • Trelawney Trelawney 3 juin 16:36

          @sarcastelle
          Chic, gardons le Champagne, la foie gras et les petites femmes de Paris pour assurer la prospérité de la France ; laissons à l’Etranger les vilaines industries salissantes

          Figurez vous que le tourisme c’est 8% du PIB, le luxe c’est 6% et l’industrie c’est 7%. L’énergie c’est 1.5% et dedans il y a Areva. Autrement dit si demain Areva tombe ça ne ferra pas de séisme dans le PIB français et si Areva tombe ça risque d’arranger l’état qui n’aura pas à payer les dédommagement de l’EPR finlandais.


        • sarcastelle 3 juin 17:23

          @Traroth

          .
          Quand on vous dit que l’uranium il faut l’acheter

          Vous n’êtes pas le seul à n’avoir qu’une idée floue de la part de l’uranium dans le coût du kWh. 

          Et puis quelle importance puisqu’on a déjà inventé la surgénération. 

        • sarcastelle 3 juin 23:41

          @Trelawney

          .
          Vos % m’ont l’air aussi sérieux que les enceintes de confinement. 



        • Algunet 4 juin 09:16

          @Doume65

          Sources ?
          Parce qu’ il pourrait sembler.... mais dans la réalité....

        • Traroth Traroth 20 juillet 21:15

          @sarcastelle

          « Vous n’êtes pas le seul à n’avoir qu’une idée floue de la part de l’uranium dans le coût du kWh » : Je ne me souviens pas avoir exprimé la moindre idée sur la question jusqu’à présent. Le fait est que cette part existe. Et en réalité, si on additionne toutes les étapes qui sont spécifiques aux énergies non-renouvelables et qui coûtent de l’argent, je pense qu’on arrive à une proportion tout à fait significative du prix du kWh, en fait : extraction, raffinage, transport, stockage et finalement traitement des déchets. De fait, si j’en crois ce rapport de la cour des comptes, le coût total du combustible représente environ le quart du coût de l’électricité produite.



        • Traroth Traroth 20 août 10:02

          @Traroth

          Tiens, plus de réponse. Pas très étonnant...

        • BA 2 juin 20:59

          Mercredi 1er juin 2016, dans Charlie Hebdo, page 4, Fabrice Nicolino écrit un article essentiel sur ce que nous allons vivre en Europe au XXIe siècle :


          « Climat : 100 millions de migrants à la grille du château ? »


          [ … ]


          Un autre travail de premier plan, paru dans la revue Climatic Change, décrit une sorte d’apocalypse pour les pays d’Afrique du Nord et une bonne part du Moyen-Orient. Progressivement au cours de ce siècle, de vastes zones pourraient devenir inhabitables à cause d’une augmentation continue de la température. Qui ne descendrait plus au-dessous de 30 °C la nuit et grimperait jusqu’à 50 °C le jour. Intenable, y compris pour l’agriculture. 550 millions d’humains sont directement concernés.


          L’Algérie est désormais en première ligne, qui est livrée depuis plus de cinquante ans à une soldatesque corrompue, incapable d’utiliser la manne pétrolière et gazière au service de son peuple. L’étude de Climatic Change évoque une possible augmentation des températures d’été de six degrés d’ici à 85 ans. Et personne ne tiendra sur place dans ces conditions. Or l’Algérie est un pays de 40,6 millions d’habitants, dont 30% ont moins de 14 ans.


          On peut aussi exprimer cela autrement : il est presque certain que des millions, des dizaines de millions, peut-être des centaines de millions d’habitants de cette fournaise prendront tôt ou tard la route. Vers chez nous, car il n’y a pas d’ailleurs. La loi travail, les points de retraite, la carrière de Hollande ou de Valls ou de triple andouille dominent dans les journaux alors qu’un tsunami se lève à l’horizon.


          http://link.springer.com/article/10.1007/S10584-016-1665-6



          • jef88 jef88 2 juin 21:11

            je suis à la fois vosgien, un peu âgé et très con !
            si, tout bêtement on remplaçait les anciennes scierie par des turbines ?
            il y en avait des centaines ! ! ! !
            alors électricité produite par des installations peu douteuses sans aucun besoin de combustible et pouvant fonctionner nuit et jour ? ? ?
            pourquoi pas ??????


            • Anthrax 2 juin 21:20

              @jef88

              Tu peux développer ? C’est plus intéressant que les conneries des ravagés de l’atome. Comment tu vois ça ?

            • jef88 jef88 2 juin 22:24

              @Anthrax
              c’est techniquement simple
              1- on récupère le canal qui allait à la scierie
              2- à la sortie du canal, on fait descendre un tuyau jusqu’au niveau ou était la scierie
              3- en bas du tuyau, une turbine avec un alternateur ...
              4- on enferme la turbine, l’alternateur et la sortie d’électricité dans une baraque en béton long 3m, larg 3m , haut 4m


            • Iren-Nao 3 juin 02:44

              @jef88
              Sans parler des milliers de moulins le long de nos rivières et capables a peu de frais de fournir de électricité.
              Je crois pour ma part a la diversité des solutions qui ne manquent pas.
              L’économie d’énergie est également tres importante.
              Laissons de petites entités locales gerer le problème, évitons les Enarques.
              Iren-Nao


            • Anthrax 3 juin 09:02

              @jef88

              Il existe pas mal de micro centrales hydrauliques telles que tu les décris, le problème d’installation et d’exploitation est avant tout administratif et juridique, et puis il y a toujours l’emprise d’EDF qui veut contrôler tout ce qui peut produire une énergie électrique. 

            • jef88 jef88 3 juin 18:51

              @Anthrax
              il y a une barrière administrative due à EDF qui a peur de perdre des parts de marché et au fisc qui perdrait de la tva (entre autre) si le pekin moyen avait une source d’énergie indépendante
              autre barrière vous ne pouvez utiliser l’eau que si vous êtes propriétaire des deux rives et si vous la « rendez » avant votre limite de propriété ....


            • Zip_N Zip_N 2 juin 21:25

              Peut-être que l’hydrolienne classique est aussi dépassée (il y a de grandes innovations tous les 200 ans). Vous pourriez aussi conclure une comparaison avec les panneaux solaire, des méthodes solaire (parabolique) permettent le double de productivité que le photovoltaïque.


              • Anthrax 2 juin 21:38

                @Zip_N

                L’industrie de l’énergie a été totalement sclérosée par les énergies fossiles puis par le nucléaire. J’espère que nous allons vivre maintenant une période où l’imagination, la technologie et les savoir-faire pourront se développer sans la contrainte abrutissante de ces gens qui pensent tout savoir et ne comprennent rien aux enjeux actuels.

              • Zip_N Zip_N 4 juin 12:39

                @Anthrax

                Les énergies vont à la bonne vitesse c’est l’homme qui veut aller plus vite que la musique donnant lieu à certaine excroissance (croissance sans limite).


              • Zip_N Zip_N 4 juin 13:56

                @Zip_N

                Les niveaux d’eau me semble potentiellement intéressant avec des poids immense immergés avec une flottaison (comme un bateau), l’énergie serait distribuée lorsque le niveau d’eau baisse et que le poid redescend, il suffit de prendre cette énergie cinétique et installer un ascenseur récupérateur d’ énergie.


              • Montdragon Montdragon 2 juin 22:04

                Mais naaaaaan, ils promettent la fusion pour 20,30,70 ans ?
                En attendant, guerres « ethnico-religieuses »(lol) précieusement là où on trouve pétrole, gaz, uranium, lithium.....(la Bolivie est en sursis dans l’esprit d’Hillary), pendant 20, 30, 70 ans ?


                • Doume65 3 juin 00:10

                  « les courants crées par la turbine ont un impact sur les fonds marins »

                  Les courants ne sont pas créés par la turbine mais au contraire exploités par elle. L’auteur veut probablement parler de remous.


                  • Anthrax 3 juin 09:04

                    @Doume65

                    Bien vu... mais ça n’empêche pas l’impact écologique, cf ce qu’il s’est passé dans les premières années de mise en route de l’usine marémotrice de la Rance.

                  • sls0 sls0 3 juin 06:57

                    EDF leur boulot ce n’est pas d’être à la mode, c’est de fournir du courant fiable. Une hydrolienne n’est pas tributaire d’un anti cyclone sur l’Atlantique comme les éoliennes. C’est fiable coté réseau contrairement aux éoliennes.
                    Les courants marins c’est sûr, le vent un peu moins.

                    Je réside dans un pays bénis des dieux avec les alizées et et l’hydraulique, ce n’est pas la cas de tout les pays dont la France.

                    L’éolien c’est 27% de la production installée qu’il peut fournir à condition d’avoir du thermique ou de l’hydraulique en support sinon ça descend à 13% comme on peut voir sur ce graphique.
                    27% ou 13%, une hydrolienne on peut se permettre de payer plus cher l’installation, elle produit.

                    Pas fini de râler contre le nucléaire l’anthax, il a les dieux et la physique contre lui.


                    • Anthrax 3 juin 09:13

                      @sls0

                      Je râle pas contre « le nucléaire », que je considère comme l’énergie électrique de base de notre mix, je râle contre le tout nucléaire et la caste d’ingénieurs d’abord soucieux de leur situation personnelle qui ont fait perdre 30 ans au pays en misant sur une énergie exclusive. Je râle contre les gouvernements aveugles et sourds qui n’ont pas prévu qu’un jour il faudrait traiter les déchets, déconstruire les centrales à l’arrêt et remplacer celles vieillissantes. 



                    • ZenZoe ZenZoe 3 juin 10:58

                      @sls0
                      EDF leur boulot ce n’est pas d’être à la mode, c’est de fournir du courant fiable
                      Exact, vous avez tout dit là. Si tous les écolos pouvaient vous lire....


                    • JMichel (---.---.85.236) 3 juin 12:10

                      @sls0
                      Cela ne vous derangera pas que je deterre quelques bidons de dechets nucleaire, par respect pour Gaia et que je vienne les entreposer dans votre salon ? Apres tout vous consommez bien du nuclaire alors pourquoi ce devrait etre la planete qui en supporte les frais.


                    • sls0 sls0 3 juin 14:35

                      @JMichel
                      Je réside dans un pays où on gaspille 5 fois moins d’électricité que les français ce qui leur permet de se passer de nucléaire.
                      Leur bilan CO² est 3,5 fois plus bas par habitant.
                      Avec 1kg d’équivalent pétrole en énergie il font 16,3$ de production ce qui les place dans le peloton de tête, la France 10,2$.

                      Gaïa dans la bouche d’un gros gaspilleur c’est comme droits de l’homme dans la bouche de Kim Jong-un.
                      Vos déchets vous les envoyez déjà en Afrique, vous envisagez l’Amérique latine ?
                      Ils sont beaux les donneurs de leçon.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès