Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > On Brade ! Profitez-en !!

On Brade ! Profitez-en !!

A force de taper dans la caisse, inévitablement, celle-ci se vide.

Alors pour tenter de la renflouer, l’Etat, vend à tour de bras toutes ses propriétés.

Depuis le 12 janvier, c’est la grande période des soldes, et tout le monde cherche la bonne affaire.

Mais ce que l’on sait moins, c’est que l’état, après s’en être pris aux services publics, est en train de brader « ses bijoux de famille » au nom de ce qu’il appelle une « rationalisation".

Et on ne vend pas les plus moches.

Toutes les régions du pays se voient proposer des achats.

En Franche Comté, l’état à déjà vendu 16 biens pour un montant de 6,7 millions d’euros avec parfois d’étranges surprises, comme ce logement à Besançon qui s’est vendu 1 seul petit euro ! lien

Cette dernière vente intrigue et amène une question.

En effet, l’Etat, pour ces ventes, a fixé « les règles du jeu ».

Pour une mise en vente par adjudication, l’acheteur fait une offre : si elle entre dans l’estimation faite par l’état, il a gagné.

Par appel d’offre, la règle est la même : le « plus disant » gagne la mise, mais si le prix proposé est sous l’estimation, l’Etat ne vend pas. lien

Ce qui sous entend que, dans le cas du logement de Besançon, l’état avait fait une estimation de 1€ ?!

On essaye de comprendre.

En Haute-Garonne, ce sont 16 propriétés de l’Etat qui ont été vendues, dont une ancienne prison, un théâtre, une caserne militaire. lien

Si l’achat d’un ancien pavillon de chasse royal en forêt de St Germain en Laye vous intéresse, c’est le moment d’en profiter, à moins que vous ne soyez tenté par une propriété d’exception au bord du lac Léman, avec port privé ?

Sur ce lien, une carte des propriétés qui sont en ventes depuis 2005, et qui vont se poursuivre jusqu’en 2013.

En 2009 un château de l’Essonne, doté de 176 chambres s’est vendu pour 3,6 millions d’euros. lien

Un autre château, médiéval celui là, va être vendu en Dordogne, le Château de Bridoire, près de Bergerac ; vous avez jusqu’au 28 janvier pour faire une offre. lien

On peut évoquer au passage aussi une très belle maison en pierre du coté de Saumur, un immeuble domanial à Rennes, un autre à Lyon, un ensemble immobilier à Sainte Menehould, un Château à l’Isle d’Abeau, des immeubles, des habitations à Saint Claude, des terrains à Bezons, un immeuble de bureaux à Epinal, deux immeubles à Vaize, à coté de Lyon, l’ancienne caserne de gendarmerie de Grostenquin, l’ancien couvent de la visitation à Nantes, (lien) une prison à Rennes, un immeuble à colombages au Mont st Michel, plusieurs batiments dont un ancien hôtel particulier du 18ème siècle à Poitiers, une autre ancienne caserne de gendarmerie à Mayenne, ainsi que celle de Creutzwald, etc. lien

Même le siège de Météo France a été vendu, (celui qui se trouve à l’angle du quai Branly et de l’avenue Rapp). lien

C’est la Russie qui l’a emporté. lien

On a même l’opportunité d’acheter un terrain d’aviation (Monceau-le Waast), des maisons forestières, des routes, et même le bureau de Douane de la Macquenoise, lieu célèbre depuis qu’il a servi de décor au film de Dany Boon, « les Ch’tis ». lien

Au total ce ne sont pas moins de 1700 immeubles, et terrains que l’état a décidé de vendre dans tout le pays, en précisant que seulement 15% de ces ventes est destiné à rééquilibrer les finances publiques.

Le reste serait investi dans la rénovation des bâtiments publics.

Mais tout le monde n’est pas satisfait.

Certains prétendent que le gouvernement ne diffuse pas assez d’informations et ne fait pas de publicité afin d’obtenir un prix meilleur.

Y aurait-il des privilégiés ?

D'un autre coté, l’institut Montaigne a critiqué ce programme dans un rapport qui disait que l’état vendait « selon les caprices du marché, sans vision à moyen ou long terme de la gestion de son patrimoine ». lien

D’après le Ministère du Budget, les ventes réalisées depuis 5 ans auraient rapporté 3 milliards d’euros.

Ce qui n’est pas négligeable, mais si on tente une comparaison avec le prix du dernier sous-marin nucléaire français, appelé judicieusement « le Terrible » (lien)  qui est, rappelons le, de 8 milliards d’euros, on peut s’interroger sur ces choix.

Les français préfèrent-ils un joli sous-marin nucléaire (d’une flotte qui en compte déjà 3) plutôt que de garder 1700 propriétés ?

Il aurait fallu leur poser la question.

En 2005, les militants du Dal s’étaient logiquement émus de la vente d’une trentaine d’immeubles parisiens, propriétés de l’état, lequel préférait les vendre, plutôt que d’y loger des sans abri. lien

Mais le meilleur est à venir.

L’état en effet a décidé de louer, pour une période allant pouvant aller jusqu’à 80 ans,  l’Hôtel de la Marine.

Pour le situer, c’est l’hôtel qui est à coté du célèbre Crillon, Place de la Concorde, là ou se tiennent tous les 3èmes mercredi de chaque mois, les « diners de la honte ».

Au passage, le Crillon vient d’être venu à un prince saoudien. lien

L’hôtel de la Marine, construit sous le règne de Louis XV est l’un des plus représentatifs de la capitale, et il est une véritable anthologie du mobilier des arts décoratifs du 18ème au 20ème siècle. lien

Construit par l’architecte de Louis XV, Jacques-Ange Gabriel, il servait de « garde meuble » à la Couronne.

Il a d’ailleurs été classé monument historique dans sa totalité en 1862.

Pour vous faire une idée du joyau qu’il représente, vous pouvez en voir ici des photos d’intérieur.

Ce sont tout de même 24 000 mètre carrés qui vont passer du public au privé.

Officiellement le ministère de la culture « n’a aucune information à communiquer sur ce dossier ». lien

L’appel d’offre est rédigé ainsi : « concevoir, financer, et réaliser un programme de travaux de mise en valeur en vue de son exploitation (…) dans le cadre d’un bail emphytéotique administratif conclu pour une durée de 60, 70 ou 80 ans  ». lien

D’après l’AFP, « une candidature, préparée discrètement et depuis fort longtemps par l’investisseur Alexandre Allard solidement épaulé par l’ancien ministre de la culture Donnedieu de Vabres, suscite tout particulièrement l’inquiétude des défenseurs du patrimoine et des historiens ». lien

Allard aurait le projet d’un faire un ensemble de commerces et de suites de très grand luxe, et comprendrait même une piscine.

Olivier de Rohan Chabot estime que c’est une cession déguisée, et que l’état risque de le vendre trois francs six sous alors que le bâtiment est en bon état.

Ce dernier propose d’ailleurs une pétition à signer. lien

Dans les signatures, on remarque celle d’un ancien président de la République…un certain Giscard.

Cette pétition commence à rencontrer un certain succès, puisqu'à ce jour, ils sont déjà 6000 à l'avoir signé.

La volonté de le « mettre en location » a ému 7 personnalités, et pas des moindres.

Alain Decaux, Mona Osouf, Jean-Noel Jeanneney, Regis Debray, Pierre Nora, Jacques Le Goff et Michel Winock affirment d’une seule voix :

« La France ne perd pas sa mémoire, elle la vend ». lien

Le 17 janvier, était la date limite pour recevoir les candidatures, mais elle vient d’être reportée au 7 février. lien

Si on se souvient que la dette française a dépassé les 1600 milliards d’euros, on peut relativiser les quelques petits milliards qui vont rentrer dans les caisses, dont, rappelons le, seulement 15% sont destinés à rééquilibrer les finances publiques.

Admettons que 10 milliards rentrent dans les caisses : 15% ne font jamais qu’un milliard et demi…ce qui reste bien dérisoire face au 1600 milliards des dettes de l’état.

Ne serait-il pas plus judicieux de ne plus jeter de l’argent par les fenêtres comme nous le voyons tous les jours ? lien

On est tenté d’imaginer que les énarques qui tiennent les rênes du pouvoir sont dotés d’intelligence.

Ne serait pas plus judicieux de louer ses propriétés que de les vendre ?

Un spécialiste de l’immobilier s’est penché sur la question.

L’état devrait peut-être découvrir ses conseils sur ce lien.

Et pour remplir les caisses de l’état, ne serait-il pas plus simple de supprimer le bouclier fiscal et les niches fiscales qui font perdre à l’état des milliards chaque année ? lien

Comme dit souvent mon vieil ami africain :

« Si le petit gland peut parfois devenir un grand chêne, certains restent des petits glands toute leur vie ».

L’image illustrant l’article provient de looneo.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.61/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 18 janvier 2011 10:25

    il parait même qu’on peut acheter un hippodrome pour une poignée de cacahouètes ! smiley

    quand un particulier a des dettes , on lui saisit tout ses biens immobiliers ! pourquoi l’état dont la vocation n’est pas d’être propriétaire de logements et terrains ne les vendrait il pas pour payer ses dettes ?


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 janvier 2011 11:32

      @Chat,

      « pourquoi l’état ... ne les vendrait il pas pour payer ses dettes »...à la FED.
      Question ; et qui payera les dettes de ladite FED elle aussi complètement en faillite... ?

      Tous les bâtiments administratifs qui nous concernent tous appartiennent à l’État qui hérite également de tous les biens tombant dans le domaine public. Mais l’État c’est nous. Chacun d’entre nous à donc un droit de regard sur la conduite à suivre sur l’avenir de notre bien commun...


    • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2011 11:38

      au Chat,
      j’ai failli évoquer l’histoire de l’hippodrome de Compiègne, mais je n’ai pas voulu brouiller les cartes !
      sinon, pour ce que tu évoques, moi je suis d’accord,
      mais alors, il doit vendre la totalité, élysée y compris, comme çà ils vont découvrir le « plaisir de dormir dans la rue ».
       smiley


    • LE CHAT LE CHAT 18 janvier 2011 11:44

      @lisa sion

      les biens immobiliers ne présentant un interêt historique majeur et susceptibles d’être visités par le public doivent être vendus , et non pas servir de résidences luxueuses pour les nantis qui nous gouvernent !


    • titi 24 janvier 2011 08:33

      « il doit vendre la totalité, élysée y compris, comme »
      J’ai lu quelque part que ca été un temps envisagé.
      La présidence devant s’installer à Vincennes pour des raisons d’accès héliporté.

      Mais abandonné pour raisons financières.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 janvier 2011 10:54

      Slu Olivier,

      « En 2009 un château de l’Essonne, doté de 176 chambres s’est vendu pour 3,6 millions d’euro » Je me souviens avoir vu le reportage qui en relatait, un jeune couple l’a emporté à sa grande surprise l’ayant estimé après visite à neuf ou dix millions d’euros... ???

      Bon, bien sur, vu que c’est quand même la crise pour nous tous, ils ont donc décidé d’en faire une hostellerie de luxe cinq étoiles avec plein de suites à mille euros la nuit. Tu penses bien qu’ils ont raison les jeunes... !!!

      le patrimoine de l’Etat est de 55 milliards d’euros, avec évidemment, le château de Versailles. Mais comme ce sont déjà des capitaux étasuniens qui ont payé les travaux de restauration de la galerie des glaces et la fermette à Antoinette, ils estimeront peut être un jour être actionnaire des trois quart des parts quand il fudra se soumettre à la privatisation de Versailles, qui sait ?

      Ce n’est pas avec ces petits milliards de bijoux de famille que l’on va payer les 1600 de dettes à la FED, d’autant plus que quand tout aura été vendu, la dette sera encore de 1900 milliards... ???


      • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2011 11:41

        Lisa,
        je ne serais pas surpris, comme l’on suggeré quelques uns dans l’article, qu’il y aurait de petits arrangements.
        l’appartement à 1 euro de Besançon est tout de même bizarre ?
        tu ne crois pas qu’ils devraient surtout arrêter le gaspi, et arrêter d’acheter des sous marins nucléaires à 8 milliards d’euros pièce ?
         smiley


      • Marc Bruxman 18 janvier 2011 19:21

        Pour l’appartement à 1€, il serait effectivement bon d’avoir des informations, cela peut se justifier soit par un très mauvais état et une localisation dans une zone « sinistrée ». Soit par des travaux futurs importants à prendre en charge.

        Un proprio qui sait qu’il va se prendre un arrété de péril sur un batiment peut le vendre à 1€ pour ne pas avoir à payer. Et le sucesseur sait qu’il paye un euro mais aura plusieurs centaines de milliers d’euros de travaux.

        Bref, on ne sait pas et c’est bien dommage !


      • titi 24 janvier 2011 09:29

        « l’appartement à 1 euro de Besançon est tout de même bizarre  »
        Où comment diffuser une rumeur...
        L’appart à 1 euro il est à Audincourt. Ville du nord du Doubs qui a perdu 2000 habitants en 15 ans.
        Si l’appart est « amianté » par exemple alors il ne vaut rien. C’est un fait.


      • foufouille foufouille 18 janvier 2011 10:59

        les chateaux ca coute cher a entretenir
        mais faut les vendre aux copains
        les garde barrieres et gare, ont ete vendu souvent en ruine


        • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2011 11:43

          foufouille
          c’est peut-etre bien ce qui se passe !
          je ne sais pas si des gares ont été vendues en ruine, mais je sais que les batiments vendus actuellement sont en excellent état.
          merci de ton commentaire,


        • foufouille foufouille 18 janvier 2011 12:19

          les petites, en rase campagne
          sur des voies ferrees peu passagere
          sans compter que ces voies ferrees pourraient etre utile, en bon etat


        • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2011 12:59

          foufouille
          depuis peu, l’état a partagé la sncf en 2 parties
          elle, et rff
          cette dernière a la responsabilité des voies
          sncf celle d’y faire passer les trains
          ce qui a permis la privatisation des lignes
          çà explique pas mal de choses.


        • Gabriel Gabriel 18 janvier 2011 11:05

          Bonjour Olivier,

          L’état actuel tel une hyène dépèce le patrimoine et brade pour une misère les bijoux de famille aux petits copains (exemple : Autoroute…) La mafia UMP se sert allègrement dans la caisse nationale sous couvert de fausses privatisations et sous le fallacieux prétexte d’économie budgétaire. Personne n’est dupe et comme le fait remarquer à juste titre le chat, suivant coteries et baises mains avec le pouvoir, on peut se procurer un hippodrome pour le prix d’une caravane. Le vocabulaire de notre Ben Ali Sarkozy ne comporte pas le mot : «  Honnêteté » 


          • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2011 11:43

            Gabriel,
            pas mieux,
            et je retiens l’excellent « ben ali sarkozi »
             smiley


          • SweetDouce SweetDouce 18 janvier 2011 11:08

            Comme toujours, merci pour cet article éclairant.


            • Ferdinand_Pecora 18 janvier 2011 11:12

              Cet article obscursissant, vous voulez dire !

              Quand on sait que tout le monde connaît la solution pour effacer d’un trait toutes les dettes de jeu du système bancaire, un tel article n’apporte rien, à part d’alimenter la colère du peuple... ce qui fait « leur » jeu.


            • SweetDouce SweetDouce 18 janvier 2011 11:18

              @ Ferdinand

              Je voulais dire éclairant dans le sens d’une mise à jour des pratiques toujours plus révoltantes de nos « élites » et de notre gouvernement, de leur facilité à brader notre patrimoine, à ne servir que leurs intérêts et ceux de leurs amis....

              Et je vais m’arrêter là, sinon je vais virer vulgaire !!  smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2011 11:44

              merci Sweet,
              c’est très doux à lire.
               smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2011 11:45

              ferdinand,
              si vous pouviez expliciter le fond de votre pensée, je vous en serais reconnaissant.
              merci d’avance.
               smiley


            • SweetDouce SweetDouce 18 janvier 2011 12:15

              Avec plaisir, vos articles sont toujours intéressants et instructifs ! smiley


            • Ferdinand_Pecora 18 janvier 2011 23:12

              @ Sweetdouce

              Vous dites : "Je voulais dire éclairant dans le sens d’une mise à jour des pratiques toujours plus révoltantes de nos « élites » et de notre gouvernement, de leur facilité à brader notre patrimoine, à ne servir que leurs intérêts et ceux de leurs amis....« 

              De 1945 à 1971, grâce à la fois au Glass-Steagall français, à l’émission de crédit productif public et à des taux de change fixes entre pays, la France (et les parties prenantes à Bretton Woods) a pu améliorer les conditions de vie de la population. La question d’une dette envers des intérêts privés ne se posait pas. Ca, c’est su, connu et reconnu.

              Aujourd’hui, »mettre à jour des pratiques révoltantes de notre gouvernement, brader notre patrimoine et servir«  les intérêts financiers, sans mettre l’accent sur ce qui permettrait de mettre ces traîtres à genoux - alors que notre propre histoire récente nous donne l’exemple - je trouve effectivement cela »obscurcissant", au sens d’un obscurantisme par omission, qui empêche - par ce qu’on ne l’évoque pas - de mettre en oeuvre ce qui peut sauver.

              En clair : dénoncer ne suffit pas.


            • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2011 23:19

              ferdinand
              dénoncer ne suffit pas, c’est évident.
              mais dénoncer est d’abord nécessaire.
              sinon, on fait quoi ?
              on s’assoit et on rumine en silence ?


            • SweetDouce SweetDouce 19 janvier 2011 09:40

              @ Ferdiand

              Est-ce parce que les choses sont su et reconnu qu’il faut ne plus les évoquer ?

              Certes, si vous jugez que dénoncer ne suffit pas, alors je vous dirais que critiquer ce que les autres tentent de dire et/ou de rappeler ne suffit pas non plus !

              Proposez vous même !


            • Ferdinand_Pecora 19 janvier 2011 11:14

              @ Olivier Cabanel et Sweetdouce

              Vous dites : « mais dénoncer est d’abord nécessaire.
              sinon, on fait quoi ?
              on s’assoit et on rumine en silence ?
               »

              Vous dites : "Est-ce parce que les choses sont su et reconnu qu’il faut ne plus les évoquer ?

              Certes, si vous jugez que dénoncer ne suffit pas, alors je vous dirais que critiquer ce que les autres tentent de dire et/ou de rappeler ne suffit pas non plus !

              Proposez vous même !« 

              Tout d’abord, pour éviter tout malentendu dans le dialogue, soyez sûr que ma critique de »dénoncer ne suffit pas« n’étais pas dirigée contre l’article en question ni contre l’auteur, mais était une critique d’ordre général.

              Ensuite, pour répondre au »proposez vous-même !« , c’est exactement ce que j’ai fait dans ma dernière réponse, en évoquant le Glass-Steagall. Je m’explique.

              Le Glass-Steagall Act est la loi qu’instaura Roosevelt en 1933 et la France en 1945 sur la proposition du Conseil National de la Résistance. Cette loi rend nulle et non avenue toute dette fictive adossée sur des produits spéculatifs. En d’autres termes, lorsque le Glass-Steagall fut adopté aux USA lors de la Grande Dépression, puis en France à la Libération, toute notion de »dette« adossé à toute activité spéculative, que nos pays étaient sensés devoir aux intérêts privés qui avaient organisé l’austérité, puis la guerre, fut annulée d’un seul coup. Pour découvrir le contexte politique dans lequel cela se fit, je vous recommande »The Hellhound of Wall Street« par M. Perino. Hélas uniquement en anglais pour l’instant.

              Le Glass-Steagall, que ce soit aux Etats-Unis ou en France, permit de purger entièrement le terrain économique pour instaurer le principe de l’émission de crédit productif. Ce principe fut instauré pour la première fois au monde par Alexander Hamilton lors de la guerre d’indépendance envers ce qui s’appelait à l’époque l’empire britannique et qui s’appelle aujourd’hui Wall Street, dont la maison-mère est (toujours) à Londres.

              Et pour finir de mettre cet empire britannique à genoux, fut organisée par Franklin Roosevelt la conférence de Bretton Woods, dont le but était de tuer dans l’oeuf l’idée même que la spéculation puisse influer d’une quelconque manière sur la vie économique d’une quelconque nation, chose que seule permet l’instauration de parités fixes entre monnaies : à condition d’en défendre le principe, il devient ainsi impossible de gagner des jetons de casino en spéculant sur des monnaies dans le cas où les taux seraient flottants. Ce dernier processus n’a comme unique objectif, on commence à s’en rendre compte aujourd’hui, que d’empêcher tout développement où que ce soit. Il s’agit d’un fatalisme qui conduit, in fine, à penser la rengaine que »certaines vie humaines ne valent la peine d’être vécues et que de toute façon on n’a ni les moyens, ni les ressources pour que chaque personne puisse vivre dignement". Il s’agit de l’idéologie libérale-malthusienne imposée par les idéologues de l’Empire britannique – les Malthus, Darwin, Bertrand Russell, Julian Huxley, H.G. Wells, Adam Smith, Jeremy Bentham.

              Ce que j’ai proposé dans mon dernier message : Glass-Steagall + Crédit productif public + nouveau Bretton Woods est su, connu et reconnu en France depuis 1995 comme étant l’inéluctable solution à mettre en place au niveau international pour en finir avec la domination d’intérêts privés sur l’économie mondiale, sans quoi ce sera l’enfer sur Terre pendant les deux à trois générations à venir.

              Je dis 1995, car c’est lors des élections présidentielles de cette année-là que le candidat Jacques Cheminade a dit tout cela sur les plateau télévisés. Dire la vérité lui a coûté cher, puisque Roland Dumas, validant les comptes de Balladur et Chirac qui avaient explosé les plafonds de financement de campagne, a invalidé ceux de M. Cheminade - à tort, sinon je ne l’évoquerais même pas - le ruinant civilement. Mais il en aurait fallut plus pour détruire un courant d’idée, dont l’existence remonte à 2.500 ans. D’ailleurs, lorsque la crise fut officiellement là, à l’automne 2008, c’est Jacques Cheminade que la diplomatie française fit intervenir sur la chaine diplomatique française, France24, pour parler... de la mise en place d’un nouveau Bretton Woods.


            • ZEN ZEN 18 janvier 2011 11:23

              J’achète !
              Mise à prix : deux euros...


              • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2011 11:46

                Zen
                à 2€ c’est une bonne affaire,
                je ne sais pas si tu as ouvert les autres photos de cet hotel de la marine ?
                ça vaut le coup !
                à+


              • J-J-R 18 janvier 2011 12:21

                L’endettement de la France a été consenti par une loi de 1973. La dette du pays est insurmontable. Nous sommes redevable de 1600 milliards d’euros à la finance. C’est une escroquerie organisée consentie par nos élites politiques. Les français sont pauvres mais la France est riche. Le monde la finance, les grands rentiers entendent bien spolier l’ensemble du patrimoine du peuple français, s’accaparer le domaine public à moindre coût. 
                Cette grande braderie est un vrai scandale, c’est une trahison de la nation car les quelques milliards récupérés ne permettront jamais d’ éponger cette dette publique illégitime ( loi Pompidou Giscard sur le trésor). 
                Les dirigeants corrompus vont-ils finir par céder nos forêts domaniales aux copains (affaire Woerth) au pretexte de renflouer 0, 000001% des créances de l’Etat ?
                Que nous restera-t-il alors comme cadre de vie ? 


                • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2011 13:00

                  JJR
                  je crois que vous avez tout compris.
                  merci de ce commentaire approprié.
                  et à+


                • viva 18 janvier 2011 12:56

                  On vend à bas prix aux copains pour donner de l’argent à d’autre copains.

                  En vérité, des politiques décident de vendre ce qui ne leur appartient pas.

                  Ces biens appartiennent aux français dans leur ensemble mais surtout pas des parti politiques ou a des personnes qui sont simplement élu.
                   D’autant qu’ils n’ont pas été élu pour vendre le patrimoine de la France et des français.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2011 13:03

                    viva,
                    c’est ce que je pense aussi,
                    et je crois que nous ne sommes pas les seuls à le penser.
                    merci de ce commentaire.
                     smiley


                  • patroc 18 janvier 2011 13:35

                    Cà sent quand même les grosses magouilles toutes ces ventes sans véritable contrôle.. 


                    • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2011 17:28

                      patroc,
                      quand tu penses qu’ils ont vendu un appartement à Besançon pour 1 petit euro !!!
                      comment imaginer qu’il n’y ait pas de magouilles derrière tout çà ?
                      à+


                    • slipenfer 18 janvier 2011 14:09

                      Olivier
                      comme a sont habitude, mélange tout,triche ,ment,
                      nous prend pour des demeurés,sa propagande
                      ne marche plus sur nos esprits critique et informés.
                      Nous savon (de Marseille) que si tout les châteaux
                      sont vendus aux Chinois, en récompense
                      nous aurons plus de jouet a noël.
                       alors tintin tu nous auras pas, Satanas

                      a+


                      • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2011 17:30

                        Slipenfer,
                        il est grand temps de virer toute cette clique,
                        qu’attendons nous pour prendre exemple sur nos voisins d’outre méditerranée ?
                        à+
                         smiley


                      • Pyrathome pyralene 18 janvier 2011 14:43

                        Mon pauvre Olivier, il y a longtemps que tous ces gens ont vendu pères, mères, enfants, femmes , animaux domestiques et même leur âme au diable....
                        Merci de cet article smiley..


                        • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2011 17:31

                          pyra,
                          je sais pas combien ils l’ont vendu,*
                          mais à mon avis, le diable n’a pas du leur donner grand chose.
                          pour ce qu’elle vaut...
                           smiley


                        • L'enfoiré L’enfoiré 18 janvier 2011 14:56

                          L’option belge ?
                          La voici

                           smiley


                          • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 2011 17:32

                            guy
                            merci de nous avoir proposé ta prose,
                            je vois que ta plume ne faiblit pas...
                            bravo !
                             smiley


                          • D'oeuf rance D’oeuf rance 18 janvier 2011 15:15

                            « Six historiens lancent un appel au chef de l’Etat afin de dénoncer la mise en location de l’hôtel parisien de la Marine, sur une durée de 60 ans minimum. Selon eux, ce monument appartenant au patrimoine historique du pays, risque d’être « bradé ».


                            Mais qu’en est-il des autres monuments ou simples anciennes « maisons de maitres » déval(or)isés, extorqués ? 
                            Tapez : « patrimoine un euro symbolique ». Après les ventes sur saisie et autres hypothèques ou la Dordogne aux Anglais (par exemple), voici la France aux puces.

                            Dans un village que je connais, le maire a mis la cure et la poste en vente, sans qu’aucun « conseiller » municipal n’intervienne, ni aucun citoyen, croulant sans doute sous d’autres soucis ... pour ça il y a le choix. a-t-on choisi par « hasard » le moment de « crise » où le peuple a « d’autres problèmes » pour s’attaquer en force à la partie démantèlement du patrimoine ? 
                            Ne faudrait-il pas, puisque nos historiens n’ont pas englobé dans leurs remarques la généralisation du saccage organisé, que chacun s’occupe de son « quartier », même s’il n’a pas le soutien de voix connues ? 
                            Silence, on pille (? !) ... smiley


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès