Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > On reparle du nucléaire au Royaume-Uni...

On reparle du nucléaire au Royaume-Uni...

Le balancier des choix énergétiques en Europe est en train de repartir à nouveau vers le nucléaire.

Dans les décennies précédentes, et sous l’influence des écologistes -qui n’avaient pas encore découvert le problème du réchauffement climatique, un certain nombre de pays européens avaient pris des positions de renoncement au nucléaire plus ou moins affirmées, certains se contentant de s’en tenir aux centrales existantes, et d’autres, dont l’Allemagne, allant jusqu’à prévoir le démantèlement de leurs capacités de production d’électricité nucléaire.

Le Royaume-Uni vient d’annoncer une nouvelle approche de sa politique énergétique qui "s’impose à l’agenda", d’après Tony Blair. Le Royaume-Uni a dû, en partie, sa renaissance économique à la découverte des gisements de pétrole et de gaz de la Mer du Nord, qui déclinent maintenant, au point que le Royaume-Uni recommence à dépendre de l’étranger pour son approvisonnement énergétique.Tony Blair vient donc d’annoncer que la nécessité de compenser l’épuisement de la Mer du Nord, de diminuer les émissions de gaz à effet de serre -selon les engagements du protocole de Kyoto- et de pallier l’obsolescence de leur système de production d’électricité justifaient une réévaluation pressante du programme énergétique, à long et moyen termes, du pays, qui ne date pourtant que du début du siècle. Il en a confié la responsabilité au ministre de l’énergie, Malcom Wicks, qui est chargé, pour le début de l’été 2006, de proposer une nouvelle politique de l’énergie adaptée aux besoins de l’époque, avec une demande particulière pour définir l’intérêt de "développer une nouvelle génération de centrales nucléaires". Autant dire que le coup est parti, et que les conclusions de l’étude sont déjà lues en filigrane.

Le Royaume-Uni dispose de 23 réacteurs nucléaires, qui devraient devenir obsolètes d’ici 2020. Les autres centrales sont essentiellement des centrales au charbon, polluantes (4 dans le classement des centrales les plus polluantes d’Europe !) qui fournissent 78 pct de l’électricité du Royaume. Il est prévu de recourir aux énergies renouvelables autant que faire se peut, mais elles ne suffiront pas à couvrir l’ensemble des besoins. D’où la nécessité de revoir la production de base.

L’annonce de Tony Blair a été perturbée par les militants de Greenpeace, qui désapprouvent ce revirement, à haut risque sur le plan politique.Un livre blanc, détaillant les conclusions de l’étude confiée au ministre de l’énergie, doit être publié sur le sujet durant l’été 2006, mais d’ores et déjà , d’après les écologistes, les conclusions en sont connues.

Et pour cause. Les faits sont têtus.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • LOUIS BROCA (---.---.56.57) 9 décembre 2005 17:41

    ce ne sont pas les faits qui sont tétus, c’est le consumérisme qui est borné : certes, se passer du nucléaire, dans les faits, risquerait fort d’être vite impopulaire en terme de modes et de niveau de vie. mais les concéquences d’un accident serait largement bien pire encore. C’est donc avant tout une question de choix, mais surtout de courage politique, et finalement de volonté citoyenne...


    • (---.---.155.121) 9 décembre 2005 18:13

      Les temps changent : il y a 25 ans la GB avait un avenir pétrolier ; aujourd’hui, c’est une réalité du passé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès