Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Opportunisme pour faire face aux retraites et au chômage des (...)

Opportunisme pour faire face aux retraites et au chômage des séniors

L’augmentation de la durée de cotisation, conjuguée à la baisse du taux d’emploi des quinquas, est une manière élégante de résoudre en partie cette équation : une mise à la retraite plus tardive, conjuguée à un montant de retraite moins élevée.

Keynes nous prédisait, dans les années 1920, que le principal risque de notre monde occidental était la "dépression morale". Plus près de nous, André Malraux nous annonçait un 21e siècle "religieux". Nous sommes donc entrés de plein pied dans un monde "moral".

De grands prévisionnistes n’ont pas honte de dire que la seule prévision exacte, "c’est qu’à long terme nous serons tous décédés", autrement dit, il suffit d’attendre assez longtemps pour qu’un problème soit résolu par la disparition des combattants. C’est sans doute le principe qui est mis en oeuvre par les politiques pour régler certains des problèmes insolubles auxquels ils peuvent être confrontés. Celui de la résolution du chômage des cadres et du financement des retraites mis en oeuvre aujourd’hui est un bon éclairage de ce réalisme que d’aucuns pourraient qualifier de "cynisme ordinaire".

Il y a déjà plus de dix années, j’ai entendu un ministre de la république en exercice - et un brin provocateur - expliquer que la meilleure manière de traiter le problème insoluble du financement des retraites serait "de pratiquer l’euthanasie des retraités". C’était sans doute une manière de dire qu’il ne voyait pas de solution politiquement acceptable à l’équation réaliste du financement des retraites. La démographie étant l’une des rares sciences humaines exactes, les prévisions en la matière sont exactes - sauf survenance d’un événement majeur tel qu’une épidémie massive.

A la même époque, le problème du chômage des cadres séniors était déjà lourdement d’actualité, alors même que de nombreuses entreprises continuaient d’être encouragées à pratiquer la mise en pré-retraite au même âge.

L’augmentation de la durée de cotisation conjuguée à la baisse du taux d’emploi des quinquas a été une manière élégante de résoudre en partie cette équation : une mise à la retraite plus tardive conjuguée à un montant de retraite moins élevée.

Les entreprises pouvant aujourd’hui être confrontées à une pénurie de main-d’oeuvre qualifiée, avec le départ en retraite des "babyboomers" encore en poste, seront sans doute heureuses de pouvoir remettre temporairement au travail ces spécialistes de plus de 45 ans dont elles ne voulaient plus depuis plus de quinze ans.

Ces derniers seront sans doute socialement heureux de retravailler, financièrement rassurés de pouvoir mettre un peu "de beurre dans leurs épinards", sécurisés de pouvoir compléter leurs droits à retraite, et les gestionnaires des régimes de retraite heureux d’équilibrer leurs comptes avec ces nouveaux cotisants - longtemps "conservés sous le coude".

Les cadres quincagénaires sont finalement une bonne variable d’ajustement - certains d’entre eux ont largement participé à la sauvegarde de l’emploi (celui des autres) en "bénéficiant" de programmes de pré-retraite, ils vont maintenant permettre de répondre à certains besoins de main-d’oeuvre qualifiée, tout en contribuant à l’équilibre des régimes de retraite.

En paraphrasant Voltaire, "tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles" !


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • PATRICK (---.---.229.147) 8 novembre 2005 13:39

    Voilà bientôt 4 ans que l’on parle du sous emploi des seniors, que s’est t il passé durant ces quatre années ? Réponse : Rien Pourquoi ? Parce dans ce beau pays il n’existe pas d’hommes politiques courageux (de droite comme de gauche) et la politique à l’égard des seniors est identique à celle des pouvoirs publics vis-à-vis des déjections canines, on préfère investir dans de coûteux moyens pour les ramasser plutôt que de taxer par l’impôt les propriétaires d’animaux domestiques. En clair pas question d’imposer quoi que ce soit aux entreprises ou de leur rappeler qu’elles ont un devoir social , voyons elles pourraient délocaliser , il faut les inciter gentiment à grand renfort de SVP et dans 15 ans, peut être le taux d’emploi des seniors atteindra les 39.34 % !!! Heureusement, d’ici la, la Turquie fera partie de l’Europe et nous enverra 3 à 4 millions de jeunes travailleurs, ouf !!! Faisons le point sur l’actualité sociale : Nous avons assisté avec effarement à cette cynique pantalonnade du double CDD de 18 mois, fruit de l’intense négociation entre les partenaires sociaux, qui va relancer l’emploi des seniors aux calendes grecques. Et on a ressorti l’alibi de la contribution Delalande cause de tous les maux du MEDEF, et qui handicape l’employabilité des seniors ... On ergoté sur la forme juridique des contrats, aménagé des droits à la formation dont se foutent les entreprises et pendant ce temps là, la discrimination bat son plein, les cabinets de recrutements perfectionnent leur pratiques douteuses... Voilà pourquoi il n’y a rien à espérer, quadras ou quinquas d’aujourd’hui sont les générations sacrifiées sur l’autel de la sacro sainte mondialisation. Amen ! A quand la fête du chômage ?


    • Alain Lafon (---.---.61.224) 9 novembre 2005 11:55

      rendre à « César... »

      et « le meilleur des mondes » à Monsieur Aldous Huxley


      • Naej (---.---.26.123) 3 janvier 2006 14:47

        La « faite » du chômage bat sont plein....de tout côté on entend plus que çà... Laissé honteusement au chômage depuis 10 ans, je m’appauvris et mes entou-rages aussi....Pour éviter de surcroît la spoliation du débat par les seuls actifs employés, avec une poignée d’actifs disponibles (juniors - quinquas - seniors , touchés parle chômage) nous proposons une enquête quant aux solutions, exposées dans http://action.antichomage.free.fr . Merci d’y participer et d’utiliser les indications qui en ressortent. 2006, c’est le nombre possible pour une meilleure année. A + Naej

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès