Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Ordre infirmier : une nécessité

Ordre infirmier : une nécessité

La création d’un ordre infirmier, sur le modèle de celui des médecins et des pharmaciens, est un sujet très discuté par les organisations infirmières depuis plus de dix ans, suscitant des divisions au sein de la profession. C’est l’objet d’une proposition de loi, qui sera prochainement débattue.

La nécessité d’organiser la profession sous une entité regroupant les 450 000 infirmiers, quel que soit leur mode d’exercice (libéraux, salariés) et pouvant traiter d’éthique et de déontologie m’apparaît tout à fait souhaitable.

Il est en effet paradoxal de constater que la profession infirmière, bien que numériquement de loin la plus importante, ne dispose pas d’un ordre, contrairement aux médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, masseurs-kinésithérapeutes et pédicures-podologues. Cette situation est également dommageable au niveau européen. La France est ainsi sous-représentée au Conseil international des infirmières (CII), où elle occupe en termes d’affiliées, la 37e place sur les 112 pays membres du Conseil.

Au-delà du décret de 2004, qui traite des compétences, de la déontologie et de "l’éthique de la profession d’infirmière", et au-delà du Conseil supérieur des professions paramédicales (CSPPM), il semble nécessaire de créer une structure représentative de cette profession qui a pris une grande importance dans le système de santé français et à laquelle les malades sont très attachés.

Un ordre infirmier permettrait une meilleure reconnaissance de la profession, alors qu’actuellement, l’absence d’organe fédérateur conduit à l’éclatement de la représentation des infirmiers, dans plus de 150 associations et syndicats professionnels, dont la représentativité est très faible. Ceci ne permet pas aux pouvoirs publics d’avoir un interlocuteur unique, ce qui serait plus efficace, même si le futur ordre ne devra en aucun cas remettre en cause le rôle des syndicats dans la défense des intérêts professionnels.

Cet ordre permettrait également d’ouvrir de nouvelles perspectives. La création des Unions régionales des professions para-médicales libérales pourrait être envisagée, comme elles existent pour les médecins. L’ordre permettrait également de traiter des questions de formation, de déontologie et d’éthique. Il suffit de suivre l’actualité pour se rendre compte des besoins dans ce domaine, et de la solitude dans laquelle se retrouvent bien souvent les infirmières. Ce n’est pas tolérable.

Pour toutes ces raisons, je soutiens cette initiative, et j’espère que cette proposition de loi sera accueillie de façon très favorable. Elle devrait d’ailleurs, à mon avis, faire l’objet d’un consensus politique. À suivre ...


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • FDV (---.---.181.223) 14 janvier 2006 00:17

    « Ceci ne permet pas aux pouvoirs publics d’avoir un interlocuteur unique, ce qui serait plus efficace, même si le futur ordre ne devra en aucun cas remettre en cause le rôle des syndicats dans la défense des intérêts professionnels. »

    sur le modèle de l’association de l’ordre des medecins crée sous Vichy ?

    Bon courage aux brebis galeuses déja désignées de cette profession.

    Mdrr


    • la fourmi la_fourmi 15 janvier 2006 00:06

      Je ne comprends pas pourquoi c’est un médecin qui prend position sur un sujet qui concerne les infirmier(e)s ? Il est rare, me semble-t-il, de voir la corporation médicale attacher de l’importance aux « petites mains ».

      C’est tout à votre honneur mais j’aimerai entendre les points de vue des professionnels concernés.

      Personnellement, je regrette le manque de coordination de ce secteur d’activité. Et je conçois la difficulté pour rassembler des professionnels d’horizons très divers.

      Dans mon tout petit petit domaine (thermalisme) il n’y a aucun statut clair de ce métier, ce qui a forcément nivellé le rôle infirmier vers le bas... et à ma connaissance les médecins thermaux ne s’en soucient pas vraiment.

      Pensez-vous que le futur Conseil aurait les pouvoirs d’y remédier ?

      Il ne me semble pas qu’il y ait un ordre des kinésithérapeutes et pourtant ils savent très bien se défendre me semble-t-il.

      Où donc est le problème chez les infirmier(e)s ? Peut-être cela vient-il de ce qu’ils (elles) sont plus accaparé(e)s par les contingences matérielles quotidiennes ? Alors, bravo si les médecins se mettent à les soutenir et les défendre, je signe tout de suite !

      Concernant le Conseil de l’Ordre des Médecins, tout n’est pas toujours joli, joli... mais je pense que cela tient plus aux hommes qu’à l’institution.

      jm picard, Infirmier. http://plusdesante.blogspirit.com


      • victoria (---.---.143.164) 24 juin 2006 13:39

        je ne pense pas qu’un ordre infirmier améliorera les conditions de travail des infirmières, il existe déjà des règles régissant la profession, des syndicats pour défendre les droits des infirmiers, si les infirmiers se syndiquaient davantage, ils auraient plus de moyens pour obtenir des améliorations de leurs conditions d’exercice. D’autre part, la cotisation OBLIGATOIRE à l’ordre infirmier me semble inacceptable, on n’a pas à payer pour exercer son métier dès lors qu’on a le diplôme requis. Un ordre unique me semble dangereux, qui va faire partie des responsables ? Je crains que l’ordre infirmier ne permette de sanctionner des infirmiers alors qu’il existe déjà des codes de déontologie et des règles de pratique professionnelle. Pourquoi pas un ordre des charcutiers ou des garagistes ???


        • jozegap (---.---.106.68) 16 avril 2007 19:06

          je pense aussi que nous n’avons pas a payer pour faire partie d’un ordre , du moment ou nous disposons d’in diplome validée par notre formation. c’est a mon avis abusif pourquoi payer pour un exercice professionnel et pourquoi pas generaliser ceal a toutes les professions et toutes les activités sanctionnées par un diplome


        • antochrit (---.---.18.42) 25 juin 2006 15:30

          NON A L’ORDRE INFIRMIER LES ISP DISENT NON

          "Sur 460 000 professionnels, tous secteurs confondus, seuls 80 000 d’entre eux, exerçant presque exclusivement dans le secteur libéral, sont d’accord avec cet ordre. M. le ministre de la santé l’a reconnu lors de son intervention du 26 janvier dernier : « La création d’un ordre pour 460 000 professionnels n’est pas une mesure anodine. Elle doit être largement débattue et concertée au sein de la profession ». Si elle n’a pas manqué d’être « débattue et concertée », elle n’est pas pour autant soutenue. Dans un tel contexte, nous ne pouvons accepter de légiférer pour une minorité au détriment des aspirations du plus grand nombre."

          Ces propos extraits de la séance de l’Assemblée Nationale du 13 juin lors de la présentation du projet de loi sur la création d’un ordre infirmier est révélateur des propos mensongers tenus lorsque l’on nous affirme que la majorité des infirmiers, quels que soient leurs lieux d’exercice, sont pour cet ordre. Dans la réalité, ce sont les infirmiers libéraux, qui ne représentent que 20% de la profession, qui sont à l’origine de cette demande.

          Il est peut être encore temps de refuser de se faire tondre la laine sur le dos une fois de plus !

          Réagissons !

          Les infirmiers psy sont encore plus opposés à cet ordre puisque, déjà sous la pression des libéraux, en d’autres temps, ils se sont vus déposséder de leur profession et accorder un « sous diplôme » qui leur interdit une reconnaissance officielle au niveau européen ainsi que le droit à l’exercice de leur profession dans les mêmes conditions que les autres infirmiers.

          Alors disons NON !

          NON A L’ORDRE INFIRMIER POUR LES INFIRMIERS DU SECTEUR HOSPITALIER ET DES INFIRMIERS DE SECTEUR PSYCHIATRIQUE !

          NON AU RACKET !

          Si l’on doit nous associer à cet ordre par la force, que l’on reconnaisse à part entière notre diplôme et notre profession ! Tu peux la signer en allant sur le site : www.acpsy.com/petitions/


          • zabou 45 6 mai 2007 17:17

            IDE depuis 22 ans et IADE depuis 14 ans il est hors de question que je donne le plus petit centime d’euro pour exercer ma profession alors que je me suis payé seule mes études dans un pays où l’on paye à rien faire des chômeurs professionnels !!!


          • victoria (---.---.69.173) 2 juillet 2006 14:15

            Que je sache, le Canada a un ordre infirmier, on ne peut pas dire que la situation soit mirobolante là-bas... Un ordre infirmier, ce sera du fliquage, au lieu de considérer les conditions de travail incompatibles avec des soins de qualité, on s’en prendra aux individus et on leur fera porter le chapeau en cas de dysfonctionnements. J’ai des collègues qui n’ont pas 10 ans d’ancienneté et en ont déjà plus que marre de l’hôpital. Les conditions de travail se dégradent, on nous demande du rendement avant tout, tout est contrôlé, fiches de poste, minutage des activités de la journée, de la paperasserie en veux-tu en voilà, les médecins travaillent entre eux, et nous avons du mal à obtenir des renseignements sur le patients, c’est l’usine. La hiérarchie est pesante, on nous demande une grande mobilité, des remplacements de dernière minute, une collègue de nuit vient de faire 6 nuits de 10 h sur 7 jours...Un organisme de plus à quoi bon, pour quoi faire ?On a bien assez de gens qui phosphorent sur l’organisation du travail -des autres- mais pas assez de gens qui bossent sur le terrain.


            • ladislas (---.---.96.105) 3 août 2006 15:57

              merci de votre travail si interressant fournit pour etablir un guide dans notre travail comme infirmier. bien que les regles sont la ils ne sont pas bien mis en consideration car actuellement les paysans se pregnent du mauvais comportement de nos infirmier dans certans hopitaux. on se demande jusqu a ce moment quelest le role de ces reglement ex. a l hopital de MUHIMA dans le service de maternite les femmes n ont pas de confiance envers les infirmieres qui ne prennen pas l attention au accouchement c est un cas a bien souivre de pres pour qu notre travail soi de bonne qualite . je suis infirmier A2 mais pour le moment je suive le departement d ophtalmologie


              • cedr1c (---.---.34.111) 4 janvier 2007 10:52

                l’ordre des kinés cité en exemple dans l’article n’est pas franchement une réussite (taux d’implication très bas dans les élections, cotisations très chère est inégale entre libéraux et salariés, les libéraux pouvant la faire déduire de leurs frais). Un autre exemple, c’est l’ordre au quebec, qui ezst un vrai fiasco : cotisation ultra élevée, diplome « de l’ordre » pour pouvoir exercer, role de sanction très important.

                Tous les ordres mis en place ne l’ont été que pour des fonctions a dominante libérale, ce qui n’est pas le cas des infirmiers. Bien sûr, dans cet ordre, les ionfirmiers libéraux vont etre avantagés au niveau de la représentation car c’est la seule « spécialité » qui est certaine d’avoir des sièges. Pour ce qui est du groupe Saint Anne qui parlait soit disant pour les infirmier, il déplore déjà le fait qu’il n’a pas été écouté ces derniers temps. Les associations qui ont soutenu le projet commence par se faire lacher une fois celui ci mis en place. Cet ordre a été mis ezn place sans aucune consultation des infirmier, alors que l’on nous dit qu’il est fait pour nous....


                • artefactix Claudius 4 janvier 2007 13:13

                  La déception des tenants de l’Odre infimier est grande car dans la nouvelle instance le Haut Conseil des Professions Paramédicales leurs associations ne sont plus présentes . On y remarque la place notable des syndicats et la représentation uniquement consultative d’un réprésentant de l’Ordre infirmier Le Haut Conseil empiète sur de nombreux domaines de l’Ordre . L’idée de l’Ordre que pouvait se faire des pro Ordres est pratiquement réduite à néant . Ironie du sort le ministère a pris sa décision sans aucune concertation (ce dont personne à se rejouir).

                  Lire le document http://www.afidtn.com/perso/ordre.pdf

                  Je pense au demeurant que le principal problème de cet Ordre est qu’il a été demandé par les libéraux (du moins ceux censés les représenter)au nom de toute la profession Rien que ça le discrédite .


                  • marco (---.---.210.187) 19 février 2007 18:54

                    NON a l’ordre infirmier payant , il faut arreter les conneries !

                    je donnerai pas un centime !

                    la rea pourra fermer !


                    • fantomis (---.---.80.240) 20 février 2007 09:34

                      Un ordre infirmier pourquoi pas.MAIS qui va nous representer les même qui nous represente à l hopital c est à dire personne.Aujourd hui j y croi sur la forme mais pas dans le fond.Parlons de cette cotisation.Celle ci est enorme au regard de ce que nous gagnons. On a du mal à joindre les deux bouts ils veulent la mort de la profession : stress+ bas salaire+non reconnaissance+responsabilité+cotisation enorme des infirmiers à cet ordre =demission


                      • gil 21 mars 2008 17:52

                        Je suis infirmier aux Hôpitaux Drôme Nord et comme dans tous les établissements du département il n y a eu aucune enquète auprès des professionnelles sur l’ordre infirmier. Quelle surprise d’apprendre ,pour beaucoup, que nous allons devoir payer pour travailler, alors que nous sommes détenteur d’un diplome d’état, que de nombreux textes de lois plus notre statut encadre déjà notre métier ! Certaines crient au racket organisé ! J’imagine que si les grandes centrales syndicales avaient obtenu d’un gouvernement, comme dans certains pays nordiques , l’obligation pour les salariés d’adhérer pour obtenir certains avantages cela fait un tolé général même auprès de ceux qui aujourd’hui veulent nous imposer leur loi !

                        Personnellement la structure ordinale me parait dangereuse et anti démocratique puisqu’elle est juge et partie, n’assure pas la séparation entre le législatif, le juridique et l’exécutif. Le diplome d’infirmier, de kiné, de medecin nous donne t il le droit et les compétences d’être législateur, juge et gendarme ?Surement pas.


                        • artefactix artefactix 27 avril 2009 17:34


                          Le bureau national de l’Ordre professionnel des infirmiers a été constitué comme suit :

                          - Présidente du bureau : Dominique Le Boeuf (secrétaire générale de l’Ordre des infirmiers des Yvelines et vice-présidente du conseil régional de l’Ordre des infirmiers d’Ile-de-France) ;
                          - Vice-présidents : Dominique Coves (collège des infirmiers exerçant à titre libéral), David Vasseur (collège des salariés du secteur Privé), Didier Borniche (collège du secteur public) ;
                          - secrétaire générale : Myriam Petit (collège des infirmiers exerçant à titre libérale
                          - Secrétaires généraux adjoints : Karim Mameri (collège du secteur public) et Bruno Le Du (collège des infirmiers exerçant à titre libéral) ;
                          - Trésorier général : Christophe Bodin (collège du secteur public) ;
                          - trésorier adjoint : Corinne Bourseaud (collège des infirmiers exerçant à titre libéral).

                          Comme on le voit le secteur libéral est largement représenté . On comprend mieux l’influence demesurée de ce lobby p

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès