Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Parachutes dorés : cadeaux !

Parachutes dorés : cadeaux !

Le journal Marianne avait raison de titrer "Parachutes dorés : Sarkozy ne tient pas sa promesse" déjà le 8 juin 2007. Alain Souchon a bien fait d’en faire une chanson "coup de gueule" à l’occasion de son dernier album et de la diffuser gratuitement. Car ce qui s’est passé à l’Assemblée ce jeudi 30 octobre confirme la contradiction complète entre les promesses de Sarkozy et la réalité de son action politique.

Les parachutes dorés, ces indemnités de départ des dirigeants versées en plus des indemnités légales, et souvent dans des proportions très exorbitantes et non méritées, étaient au cœur de la campagne du candidat Sarkozy qui déclarait le 29 mai dernier 2007 au Havre, après son élection : "La pensée unique ne croyait pas à l’interdiction des parachutes dorés. Cette interdiction je l’ai promise et je la mettrai en œuvre". Et, bien qu’il ait martelé ensuite plusieurs fois le slogan "Ce que je dis, je le ferai", il n’a pas touché aux parachutes dorés depuis. Mieux, après un nouveau coup de bluff à l’occasion des affaires récentes en pleine crise financière et qui ont choqué l’opinion publique par le niveau de traitement que s’octroient certains patrons, il a ordonné à son gouvernement de bloquer la réforme.

Par l’intermédiaire de son dévoué ministre du Budget, Eric Woerth, le président Sarkozy a sommé les députés de ne pas taxer tous les parachutes dorés, ni les stock-options ni les actions gratuites ni les retraites chapeaux. De même, les représentants élus de la nation ont dû renoncer à soumettre ces sommes au nouveau forfait social de 2 % à la charge des employeurs. Les députés, qui avaient adopté toutes ces mesures en commission, ont dû donc se plier une fois encore à l’omnipotence de leur chef.

Alors que le rapporteur du texte de loi, Yves Bur (UMP), proposait un amendement qui donnait l’occasion au président de montrer qu’il respecte sa parole, Eric Woerth a fait voter une version très édulcorée de cet amendement : seuls les parachutes dorés des plus hauts dirigeants seront taxés (ceux qui sont supérieurs à un million d’euros).

Après le "vote" (guillemets indispensables désormais...), Yves Bur marquait sa déception : "Toutes ces formes de rémunération appartiennent encore à l’ancien monde. Il y a des questions d’éthique qui me paraissent importantes et c’est ce que j’ai voulu marquer". Eh oui ! "L’ancien monde", celui d’avant la grave crise financière, est toujours aux manettes et c’est toujours lui qui décide ! Quant aux "questions d’éthique", elles n’ont pas cours à l’ère du capitalisme qui se veut encore triomphant. On dissipera vite cette fâcherie par de nouveaux grands coups médiatiques dont les Français sont si friands...

Pas de changement donc ou très peu. Pourtant, il y a trois semaines, tout était devenu urgent. La volonté intransigeante de l’Elysée justifiait un projet de loi précipité pour supprimer les parachutes dorés. Sans attendre les recommandations du Medef et de l’Association française des entreprises privées (Afep), le chef de l’Etat s’engageait à corriger les abus. Toutefois, Nicolas Sarkozy commençait à montrer de l’hésitation dans le discours. Il faut dire que la campagne est loin derrière et la prochaine encore loin devant. Du coup, cela ne donnait plus que ceci : "Ou bien les professionnels se mettent d’accord sur des pratiques acceptables, ou bien le gouvernement de la République réglera le problème par la loi avant la fin de l’année" (discours de politique économique prononcé à Toulon). Et manifestement, Sarkozy a décidé de faire entièrement confiance aux patrons pour régler cette affaire entre eux !

Or, la présidente du Medef a elle aussi bluffé. Le 25 septembre sur France Inter, elle déclarait : "Dans les prochains jours, avait-elle déclaré, le comité éthique du Medef va recommander la suppression des parachutes dorés." Cette annonce avait été répandue dans tous les médias et les Français avaient pris cela pour argent comptant - sans jeu de mots. Il s’agissait seulement d’une manœuvre tactique du Medef pour éviter un texte de loi sévère et pour garder seul la main sur cette question. D’ailleurs, on entendit, dès le lendemain, Mme Parisot déclarer sur la chaîne payante Canal+ : "Aucun dirigeant ne doit toucher des indemnités de départ s’il a échoué ou mis en difficulté son entreprise, ou encore s’il démissionne". Comme Sarkozy, le mot "suppression" avait été... supprimé de son vocabulaire !

On sait donc désormais à quoi s’en tenir. Et la chanson de Souchon est appelée à un long succès tant elle sera encore d’actualité dans de nombreuses années...

Parachutes dorés : à écouter sur Dailymotion

Parachutes dorés à télécharger gratuitement sur le site officiel du chanteur :
dès l’intro du site, Alain Souchon explique sa démarche avec ses mots à lui.

Article : "Parachutes dorés : Sarkozy ne tient pas sa promesse, Marianne 8 juin 2007"


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

225 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 31 octobre 2008 10:32

    Par curiosité, comparez la version de l’AFP à la version très pro gouvernementale du journal Le Monde qui s’en en est inspiré, mais qui a supprimé tout élément polémique et qui ajoute un titre élogieux :

    Version de l’AFP
    Version Du monde  : le mécontentement des députés UMP a totalement disparu ! Seuls les arguments avancés par le gouvernement sont repris ! Zoom sur la prime transport pour ne pas fâcher et faire diversion. Le Figaro en ligne fait encore mieux en ne parlant pour le moment que de la prime de transport.

    Rien à ajouter...



    • La Taverne des Poètes 31 octobre 2008 11:44

      Si j’ajoute que Le Parisien est plus objectif que La Pravda du Monde.


    • Serge Serge 31 octobre 2008 10:56

      Ce qui est le plus surprenant c’est que certains puissent encore être surpris du pipeau de Sarkozy...Que faut-il pour leur "ouvrir les yeux" ?
      Quand sarkozy déclare à Argonay le 23/10 :
       " NOUS risquons d’être confrontés partout à la révolte des classes populaires et des classes moyennes..."
      L’emploi du NOUS est révélateur ...Sarkozy s’identifie complètement à la caste des possédants dont il est et restera le zélé serviteur !!!
      Voir aussi la déclaration de H.guaino :
       " C’est que dans les années qui viennent la pression des opinions RISQUE (cela en dit long ; que les peuples interviennent est un risque !!! ) d’être plus forte que celle des marchés."
       


      • appoline appoline 31 octobre 2008 12:53

        D’accord avec vous. Comment voulez-vous que Sarko retourne à ce point sa veste. Le nous, effectivement en est le plus bel exemple. L’impunité a encore de beaux jours devant elle.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er novembre 2008 23:47

        La corruption et tout ce qui pue le favoritisme est le cancer dont mourra notre démocratie.

        http://les7duquebec.wordpress.com/2008/10/27/un-million-pour-sarkozy

        Pierre JC Allard


      • JL JL 3 novembre 2008 08:16

        @PJCA, vous avez complètement raison. La corruption invalide à deux titres le libéralisme défini comme non interventionnisme et discrédite à jamais la mondialisation libérale :

        D’une part parce que le non interventionnisme c’est la bride sur le cou des corrupteurs autant que de corrompus, d’autre part parce que la corruption est le plus grave et intolérable des interventionnismes.

        Parce qu’elle porte en elle le crime.


      • LE CHAT LE CHAT 31 octobre 2008 11:08

        j’ai lu ce numéro , et aussi lu un article avec les rénumarations des 50 patrons les mieux payés qui se sont augmentés de 20 % en moyenne ! écoeurant pour l’immense masse des esclaves à qui on avait promis une augmentation du pouvoir d’achat ! Elle existe bien , mais c’était uniquement pour l élite ! smiley


        • La Taverne des Poètes 31 octobre 2008 11:13

          Je pense que les 20 % ne sont qu’un début. Le sarkozisme triomphant a bien l’intention de tirer profit de la situation jusqu’au bout.


        • Le péripate Le péripate 31 octobre 2008 11:26

           Voilà un bel exercice de démagogie. Que l’on trouve ces sommes astronomiques par rapport à son petit salaire, c’est une chose. C’est comme les salaires des footballeurs. On reste effaré, c’est d’accord.

          Mais que sont ces parachutes ? Une assurance, conclue par contrat, entre partenaires libres et consentants. Doit-on se mêler de ce que deux acteurs libres décident ensemble par contrat ?Si oui, on se rapproche dangereusement de la dictature, fusse-t-elle démocratique.

          Sans compter qu’il y a d’autres parachutes, en platine ceux là. L’énarque qui a quitté son administration pour tenter sa chance dans le privé, peut à tout moment revenir, sans perte d’avancement à l’ancienneté, et bénéficier d’une retraite de haut fonctionnaire payé par l’état, c’est à dire avec vos sous (et non avec les sous de l’entreprise comme dans le cas des parachutes dorés). Les curieux feront un rapide calcul, et trouveront aussi des chiffres astronomiques. Mais c’est plus discret. Et il n’y a pas beaucoup de curieux, s’il y a beaucoup de gens prompts à s’indigner sans rien comprendre.


          • JL JL 31 octobre 2008 11:55

            Les sous de l’entreprise sont aussi ceux des salariés, sauf pour les entreprises qui traitent leurs collaborateurs comme des esclaves. Je rappelle que, pendant que la part versé aux actionnaires augmentait de 50%, celle versée au travail baissait de 15%.


          • foufouille foufouille 31 octobre 2008 11:55

            a part chirac et son compte au japon, c’est bcp moins elever
            tes entreprises touche des centaines de M€ pour delocaliser, paye par tes impots


          • JL JL 31 octobre 2008 11:59

            Sarkoko disait : "La pensée unique ne croyait pas à l’interdiction des parachutes dorés. Cette interdiction je l’ai promise et je la mettrai en œuvre".

            La Pensée unique ne croit toujours pas à l’interdiction des parachutes dorés. Et comme c’est la pensée unique qui décide, par définition …

            Mais Sarkozy pratique la novlangue et la méthode Coué comme il respire. C’est pourquoi quand il montre la lune, seuls les ânes cherchent la lune.


          • fhefhe fhefhe 31 octobre 2008 12:11

            Je suis d’accord Péripate que dans les conseils d’administrations on "signe" un contrat qui prévoit des sommes importantes en cas de séparation....
            Je pense que comme moi tu as un peu de réflexion , est-il NORMAL qu’en cas d’Echec certains dirigeants ( la liste est longue ) touchent plusieurs Millions d’€

            — 1 — Les membres du conseil d’Administration sont " cons" , mais je ne le pense pas au vu de leur CV

            — 2 — Ces "hauts dirigeants" sont plus intelligents que ceux qui les emploient...
             —3-- Scénario "Improbable" ? " Tu coules la société" et Ont fait le ménage ( on la restructure ) On "fusionne" , On délocalise , On se fait "racheter" nos actifs ont de la valeur etc... etc....
            Quoique tu puisses penser de mes 3 hypôthéses moi , c’est la 3 éme qui me permet de justifier de Telles Sommes en cas d’échec....
            Quant aux " Sportifs de Hauts Niveau " c’est leur Image qui fait leur valeur marchande et contractuelle...
            Les acteurs font du cinéma , et les producteurs font ’ l’avance " de trésorerie" en prenant un risque....
            Mais au départ l’Acteur (rice )mange de la vâche enragée ( comme un commercial) c’est son talent au fil des ans et surtout le nombre de spectateurs qu’il (elle) font qu ’il(elle) soit ou pas " BanKable " (comme disent les jeunes)


          • Krusty Krusty 31 octobre 2008 12:27

            (Le Péripate) "Voilà un bel exercice de démagogie."

            C’est l’hôpital...On verra plus loin...

            (Le Péripate) "Que l’on trouve ces sommes astronomiques par rapport à son petit salaire, c’est une chose."
             
            Non, ces sommes astronomiques ne sont pas normales. Tout ce qui est démesuré relève de la pure folie psychiatrique : salaires mirobolants, gros navion ou grosses montres pour se la pêter, chirurgie pour se faire allonger l’attribut ou se faire gonfler les seins, dépenses énergétiques sans frein etc...
            Par analogie, vous pouvez trés bien boire un coup et être normal alors qu’un alcoolique est quelqu’un de malade et de potentiellement dangereux et qui doit être aidé et soigné...Celà devrait être la même chose pour les névrosés du pognon...

            (Le Péripate) "C’est comme les salaires des footballeurs. On reste effaré, c’est d’accord."

            Celà n’a aucun rapport et relève de la pure démagogie (on y revient)...Que les footballeurs soient trop payés est une chose mais jusqu’à preuve du contraire, un footballeur est responsable uniquement de son slip...
            Un chef d’entreprise qui se barre aprés avoir coulé une boite avec en prime un gros chèque va délibérement détruire la vie de nombreux salariés...Célà devrait être lourdement condamnable et ne relève en rien du privé...Seulement $arko, l’ami des riches, préfère condamner les pirates du net pour que copain olivennes (de cocu) puisse s’acheter un nouvel hummer...

            (Le Péripate) "Sans compter qu’il y a d’autres parachutes, en platine ceux là......Mais c’est plus discret. Et il n’y a pas beaucoup de curieux, s’il y a beaucoup de gens prompts à s’indigner sans rien comprendre. "

            On est d’accord, les libéraux ($arko et sa clique) au pouvoir, c’est une catastrophe...Gérer un pays comme un entreprise est complétement con et provoque des crises économiques...

            (Le Péripate) "Mais que sont ces parachutes ? Une assurance, conclue par contrat, entre partenaires libres et consentants.Doit-on se mêler de ce que deux acteurs libres décident ensemble par contrat ?"
             
            Pas totalement libres justement. Que je sache leur activité, quelle qu’elle soit, est fondée sur un fonctionnement sociale. Vos fameux partenaires ont des responsabilités envers les autres citoyens (salariés, fournisseurs, clients) et envers l’Etat. A moins qu’ils n’aillent jamais à l’hopital, qu’ils n’empruntent jamais les routes etc...
            Il n’y a que les libéraux pour s’imaginer "s’être fait tout seul". Que vous le vouliez ou non, nous sommes tous tributaires les uns des autres...Vous ne pouvez pas réussir socialement grâce à la société et ensuite dire à cette même société : "allez tous vous faire foutre"...

            (Le Péripate) "Si oui, on se rapproche dangereusement de la dictature, fusse-t-elle démocratique."
             
            Encore de la démagogie. Un patron qui ferait ce qu’il veut de ses employés et de leur devenir ne serait lui, pas un dictateur ?

            Question Subsidiaire :
            Que pensez-vous de la fameuse loi Hadopi avec son enrobage de vaseline ? Pour un libéral comme vous, vous ne trouvez pas que celà va à l’encontre des libertés ? Ca sent un peu comme du totalitarisme je trouve...


          • Le péripate Le péripate 31 octobre 2008 12:29

             Non, Leon. C’est une affaire entre le propriétaire de l’entreprise et le dirigeant salarié. Libre à vous de négocier pour vous même un parachute. On va vous rire au nez ? C’est sans doute que la valeur que vous représentez pour le propriétaire ne vaut pas ce contrat. Et ça, c’est aussi l’affaire du propriétaire. D’ailleurs cet argent ne retire rien aux autres salariés, mais est inclus dans le prix de vente des produits de l’entreprise. Libre aux consommateurs de se détourner de ces produits.

            Si ça ne vous plait pas, il reste le modèle de la coopérative, de l’association. Là, en tant que salarié associé, vous aurez votre mot à dire sur le salaire de votre collègue, et les avantages dûs en cas de licenciement.

            Par contre, nous tous payons pour les retraites des fonctionnaires. Et que cet argent serve à payer la retraite d’un haut fonctionnaire qui aura passé l’essentiel de sa vie professionnelle dans le privé est véritablement un scandale.
            Signé : un idiot utile à vous faire oublier vos stériles querelles.


          • Le péripate Le péripate 31 octobre 2008 12:33

             Krusty. La démagogie rencontre l’assentiment du plus grand nombre, c’est même une manière de la reconnaître. Comparez la popularité de mes posts avec d’autres, et abstenez vous de dire des conneries.


          • SALOMON2345 31 octobre 2008 13:06
            • Les néolibéraux parlent toujours de CONTRAT ce qui semble en apparence positif car il suppose que les parties sont toujours à égalité de poids dans la discussion hors, la réalité est tout autre !
            • Par exemple, lorsque l’on aborde le travail dominical : qui peut penser qu’un employé non volontaire pourra s’opposer à l’ordre directorial d’être présent ce jour là ?
            • Le CONTRAT devient - par nature et différence de poids dans la décision - léonin, car il OBLIGE de fait et par soumission, tandis que la LOI générale PROTÈGE...le faible !
            • C’est pourquoi, les tenants du "laisser faire" - dont on mesure aujourd’hui les dégats mondiaux - n’aiment pas la LOI ni l’Etat...quoique, certains jours et pour les sous...le grand écart....
            • Ces Reganiens, Tatchériens et autres Sarkocompatibles, rêvent de la liberté totale pour le fric - le medef va "autoréguler" les patrons - comme les 4x4 sur les autoroutes qui vont décider du code de la route pour les petits : rouler sans contraintes dans la file de "gauche" alors que par ailleurs et contre les autres ils demeurent les rois de la sécurité...pour les petits : fumer dans un tabac, dégustations vinicoles dans les foirexpos, permis à points, caméras urbaines, malus pour les malades qui le sont trop, bref, l’enfumage avec brèves de comptoirs

          • JL JL 31 octobre 2008 13:13

            Là Péripate pète les plombs ! smiley

            La popularité de ses posts ? Encore un effet de sa mégalomanie et sa pensée binaire incapable de gérer les nuances : le nombre vaut qualité ! Quelle bêtise !


          • Apo 31 octobre 2008 13:18

            (Le Peripate) "Une assurance, conclue par contrat, entre partenaires libres et consentants"

            Dans un monde idéal oui, mais peut-être devriez-vous vous renseigner sur les compositions des conseils d’administrations des principales entreprises françaises, c’est très instructif je vous assure. On se retrouve dans un petit monde bien fermé de copains coquins qui se votent des salaires mirobolants, des parachutes dorés ... et l’actionnaire ne dit rien tant qu’il touche ses dividendes.


          • Le Chacal Le Chacal 31 octobre 2008 13:40

            "La démagogie rencontre l’assentiment du plus grand nombre, c’est même une manière de la reconnaître."

            @ Le Péripate Si je suis bien votre raisonnement, plus les gens sont nombreux à penser quelque chose, plus ils ont tort ? Sympa comme vision des choses.
            Et ça peut devenir pervers comme raisonnement si on le pousse jusqu’au bout : interrogez les gens et demandez leur si la liberté n’est pas importante. Si la majorité réponds oui (et elle le fera), il faut alors les mettre en prison, parce qu’ils ont tort...


          • Le péripate Le péripate 31 octobre 2008 13:46

             Chacal, essayez donc votre rhétorique avec un gamin de six ans. Il n’est même pas certain qu’il ne voit pas la grosse ficelle.Ce qui est démagogique, par définition même, est destiné à plaire. Point barre. Ca n’a rien à voir avec la vérité ou l’erreur.


          • Le péripate Le péripate 31 octobre 2008 13:48

             Apo. Un contrat, parce qu’il serait signé entre copains, n’aurait aucune validité ?


          • Le Chacal Le Chacal 31 octobre 2008 13:48

            donc vous convenez que ces rémunérations sont mirobolantes et dénuées de sens, puisque non liées à la réussite ou non de la politique du dirigeant, même si l’affirmer est démagogique ?


          • Le péripate Le péripate 31 octobre 2008 13:53

             fehfhe. Que les signataires du contrat mettent les clauses qu’ils veulent dans un contrat n’est pas votre affaire. Si le propriétaire ne met pas de clause concernant l’échec, c’est son problème. Il est assez grand pour le faire, s’il le souhaitait. Maintenant, libre à vous de postuler pour un poste de dirigeant, en arguant du fait qu’en cas d’échec, vous ne voudrez rien. Si si... essayez.


          • Le péripate Le péripate 31 octobre 2008 14:03

             Chacal, ce que je dis, c’est que ce n’est pas mon affaire. Eventuellement je peux m’apitoyer sur le propriétaire qui a signé un contrat d’assurance si manifestement en sa défaveur. Mais comme je ne crois pas qu’il soit un idiot, que je crois que nombreux sont ceux qui aurait accepté de ne pas avoir de contrat d’assurance (vous par exemple), c’est qu’il a jugé qu’il était gagnant. Et que le candidat au poste dirigeant valait le coup de ce contrat. Que le propriétaire se soit foutu le doigt dans l’oeil n’est pas votre problème. 


          • Le péripate Le péripate 31 octobre 2008 14:09

             Et d’ailleurs, ces dirigeants si somptueusement payés sont généralement des énarques. Parce que l’entreprise, dans un pays où l’état a à dire son mot sur tout, vaut mieux avoir un énarque incompétent comme dirigeant, pour son carnet d’adresses. Un problème, j’appelle mon copain de chambrée qui est directeur du Trésor.

            Mais là rien à dire. Vous baissez votre froc. Et c’est bien fait si vous l’avez profond.


          • Krusty Krusty 31 octobre 2008 14:24

            (Le Péripate) "Quand je dis de comparer, ça veut dire que les posts démagogiques sont ceux qui ont le plus de scores positifs, et non ceux qui sont toujours négatifs, comme les miens. Faut vraiment être con pour appeler ça de la mégalomanie."

            Autre hypothèse : Peut-être que les posts aux scores positifs réveillent le côté humaniste des lecteurs par opposition au côté égocentique des posts à faveur de l’idéologie dite libérale que vous défendez ?

            Quand à traiter tout le monde de démagogue, laissez ça à notre classe (petite classe) politique qui à coups de conseillers marketing et communication maitrise parfaitement le sujet :
            "Comment ? On se torche avec les Droits de l’Homme ??? des pauvres en France qui crévent la dalle ??? des SDF qui vont crever sur le trottoir cet hiver ?? le bouclier fiscal inutile ?...."
            "Mais mon cher monsieur vous n’étes qu’un
            (sourire en coin à la coppé) DEMAGOGUE !!!"
            Applaudissements nourris dans les studios de TF1, la chaine gouvernementale...

            Je me permets de rappeler ici que la démagogie, c’est s’attirer les opinions favorables en dénaturant la vérité, ce qui ressemble en tous points à ce que j’ai énumeré ci-dessus...

            Oui camarades !!! Vous qui pensez que les heureux bénéficiaires des parachutes dorés sont des enc...., vous êtes des démagogues...

            (Le Péripate) "Ah et il y a celui qui me demandait mon avis sur la loi Hadopi. Je lui répondrai, mais, d’abord, que pense-t-il de la migration des lemmings ? "

            Oui... Je vous rappelle que vous n’avez répondu à aucune de mes questions...Les réponses n’apparaissent peut-être pas dans votre manuel du parfait libéral...


          • fhefhe fhefhe 31 octobre 2008 14:46

            —J’ai le sens des réalités ...mes "compétences" ne me le permettent pas !!! ( Celles selon , vous , qui sont le reflet d’une rénumération pour service rendu )

            — Ma 3 éme Hypothése je l’ai Vécue... à 52 ans en ayant accés à certains documents concernant la fermeture de deux usines et ses filliales dont je faisais parti... !!!

            — Mon passé me fait dire que la "Voyoucratie" n’est ps toujours dans certaine banlieue....

            — La majorité des chefs d’Entreprise que j’ai cotoyés ont Hypôthéqué leur Biens pour financer leur début ou leur mauvaise passe .

            — Je vous l’ai déjà dit , en tant que commercial , mon patron a toujours été "L’Ensemble de mes clients"

            — Vôtre " Pseudo" cynisme vous a t-il été inculqué dans ces Grandes Ecoles dîtes de commerce ?

            — Ma situation , passagére , me permet effectivement de vivre des Allocations Chômage depuis 4 mois , j’ai pris en pleine FIGURE Mr Pilate la réalité des salaires qui sont proposés pour une offre de Cadre Commercial Expérimenté , je tairais (par pudeur ) le montant de mes allocations , mais sachez que le Brut Moyen des cadres de ma région est en deça...
            J’en suis aux statuts
            de mon entreprise , j’y met toutes mes Economies , et en Janvier 2009 , c’est avec un Grand plaisir que je vais rentrer dans la "bataille" , c’est la Récession , mais pour les Vaillants , les Idéalistes , les Opportunistes c’est une Chance de démontrer que La Vie Vaut d’Etre Vécue.

            — Si vous voulez savoir , je suis sans Emotion pour ses Grands Patrons qui sont en Echec dans la Mission q’ils leur a été confiée , je donne un avis c’est Tout.

            — Ma Richesse c’est Mes Enfants ,Ma femme , Mon Jardin et Mon chien . Vous voyez pas grand chose...
            J’ai eu bon manger dans des 1,2 voir 3 Etoiles....je préfére Une Tranche de Bon pain , frottée avec une Tomate de mon jardin .
            Pourquoi ? c’étaient des repas de "Travail " (Au Corps et à L’Esprit ) Ambiance Trop Feutrée , mais surtout une odeur d’Hypocrisie trés prégnante...
            Quant à la démagogie , je ne la vois pas comme vous au sens premier mais dans son second sens qui :
            Etat politique dans lequel la "multitude" commande au pouvoir.
            Sommes-Nous dans ce cas ? ( Et surtout ne revenez pas en Arriére , le passé et le futur ne sont pas le présent)




             


          • Le péripate Le péripate 31 octobre 2008 14:52

             Oui, très intéressant.... mais ça veut dire quoi ?....


          • Krusty Krusty 31 octobre 2008 15:04

            (Le Péripate) "Quelles questions ? Je n’ai lu que des assertions. "

            Je parlais des questions postées sur différents fils, notamment celui ou vous tentez d’expliquer votre courageux retournement de veste...C’est vrai qu’un marxiste qui passe libéral, normalement on voit ça que chez les vieux quand ils commencent à être aigris de la vie mais bon...

            Pour les "assertions", je m’en vais de ce pas lire la définition...Non je déconne, j’ai aussi un petit larousse à la maison...
            Donc je disais qu’en bon libéral, vous avez profité jusqu’ici du système (aussi maladroit et injuste soit-il) pour évoluer socialement, et maintenant que vous avez réussi vous voulez l’envoyer chier...
            Oui c’est vrai, j’ai exageré et je suis sûr qu’en bon citoyen, vous êtes pour une augmentation des impôts...

            (Le Péripate) "Humaniste dites vous ? Quel est cette sorte d’humanisme qui s’indigne de ce que possède votre voisin ?"
             
            Bein quand des gens crévent la faim, il leur arrive de jalouser les autres qui possèdent !!!
            Oui, peu importe l’idéologie, du moment qu’on possède...
            Ainsi détournons à la façon philosophie "libérale" cette illustre phrase de Pascal (pas sevran, je précise...) :
            "Je possède donc je suis"
            Ou plus Souchonien : "De l’avoir plein nos armoires..."

            Maintenant s’il s’agissait d’une attaque personnelle, sachez que je ne jalouse pas mon voisin et que ce n’est pas moi qui ai pissé dans sa piscine...

            (Le Péripate) "Quel est le nom de l’utilisation de l’émotionnel aux fins de désigner quelque chose ou quelqu’un à la détestation, à la haine ?"

            Au hasard...Si c’est un courant de pensées, je dirais le $arkozisme ?

            (Le Péripate) "Humanisme, mon cul ! "

            La on rentre dans le privé si j’ose dire...Mais depuis mai 2007, je comprends que vous ayez mal...

            (Le Péripate) "Exciter l’envie, la jalousie, la peur de l’autre et le manque d’estime pour soi sont autant de manières de faire de la démagogie."


            Oui ca me rappelle un ancien ministre de l’intérieur (un petit) qui avait dit :
            "La France, on l’aime ou on la quitte"...

            Et qui s’amusait à comparer les chômeurs et rmistes à des voleurs...

            Trop drôle le type...comme vous...


          • Le péripate Le péripate 31 octobre 2008 15:22

             lol....J’aime bien votre humour.
            J’ai pourtant l’impression de répondre le plus complètement à toutes questions, même les plus oiseuses et hors sujet. Quand je saurai taper avec les pieds sur un deuxième ordinateur, je tacherai de faire mieux.
            Bon, il n’y a qu’une chose qui appelle vraiment une réponse dans votre post. Profiter du système. Voudriez vous que je ne sois pas rationnel ? Que parce que je m’estime oppressé par le Léviathan, je refuse les miettes qu’Il daigne m’abandonner ? Je suis idéaliste, certes, mais pas con. Mais, je ne vole pas, je ne convoite pas le bien d’autrui, je n’assassine pas, je ne mens pas. Et là, je suis en accord avec la morale. De plus, je participe à des oeuvres caritatives quand mes moyens me le permettent. Alors, la leçon, genre, vous profitez du système... je suis né ici, j’y ai quelques pauvres biens, et j’y tiens.


          • Le péripate Le péripate 31 octobre 2008 15:37

             Leon, ce que vous décrivez est tout à fait différent, et retombe effectivement dans la problématique que je soutiens. J’avais d’ailleurs signalé que ces grands dirigeants sont très généralement des énarques. Donc, je me marre car ce qui est jeté en pâture au bon peuple est un fantôme, c’est le noir d’encre de la seiche. La question est bien que notre capitalisme en France est très très loin d’un minimum de libéralisme, que nos grandes entreprises sont des annexes de l’état, qui dit qui doit y jouer et comment y jouer. Ce que vous décrivez est bien une dépossession du droit des propriétaires au profit des énarques. Vous ne dites pas qui a fait ces règles, mais c’est aisé à deviner. L’état.
            Sur le fond, je maintiens, le droit du contrat est une affaire entre les contractants. Cependant, vous m’avez appris quelque chose : l’état a, en la matière, trouvé une manière originale de rançonner les actionnaires au profit de ses hommes, les hommes de l’état. Et c’est de sa part particulièrement faux cul de faire semblant de s’indigner. Mais ça ne me surprends pas.


          • Krusty Krusty 31 octobre 2008 16:15

            (Le Péripate) "lol....J’aime bien votre humour."

            Merci...

            Pour le reste, ne vous trompez pas. Je ne suis pas plus que vous pour un système qui retire tout à l’individu. Seulement, peut-être suis-je naïf mais je continue à penser que l’Etat c’est nous...
            Donc cracher dessus ne sert à rien...(Ps : en revanche, planter des aiguilles dans le fondement de son représentant en chef peut peut-être fonctionner, donc j’invite tout le monde à le faire...)

            Je ne remet pas en cause votre sincérité mais je pense que vous vous trompez de cible. Vous critiquez l’Etat comme une sorte d’entité malfaisante alors qu’en réalité ce sont ses dirigeants qui sont malfaisants et qui sont en train de détruire (ni plus ni moins) le pays...Qui plus est, ces mêmes dirigeants fricotent avec le patronnat à majorité de tendance libérale que vous prennez comme modèle...


          • xbrossard 31 octobre 2008 16:23

            Tout à fait d’accord avec vous le Péripate, d’ailleurs, il est évident que s’il y avait plus de démocratie dans le système, par exemple la participation au conseil d’administration des salariés, un tel type de contrat n’aurais jamais été proposé...car après tout, la décision de rénumération d’un dirigeant ne devrait pas se faire en fonction du degré de copinage des membres du conseil avec le nouveau dirigeant, n’est-ce pas ?

            J’attends donc de votre part, cher Peripate, la volonté affiché de vouloir introduire plus de démocratie dans les entreprises ; et dans ce cas seulement, je serait d’accord sur votre vision du contrat "entre partenaires libres et consentants"


          • Le péripate Le péripate 31 octobre 2008 16:25

             Merci Leon. Sans tout faire péter, la fin de ce privilège qui consiste à réintégrer le fonctionnaire sans condition après qu’il se soit mis en "disponibilité " serait un début. Et éclater l’ENA entre plusieurs universités ou écoles permettrait d’avoir des haut-fonctionnaire moins formés au "moule", et moins disposés à un esprit de corps (...poratisme). Rien que ça libérerait à la fois les entreprises et les fonctions électives d’une emprise quasiment unique au monde. Par contre, je vois bien que votre solution serait de conserver l’institution tel quelle, mais d’élargir le recrutement, etc... Cautère sur une jambe de bois, mas ce n’est que mon avis.


          • Le péripate Le péripate 31 octobre 2008 16:30

             Krusty. Ne vous méprenez pas. Dire l’état (pas de majuscule), c’est bien sûr les hommes de l’état. Quand à la droite et la gauche, la différence entre les deux, c’est de quelle main ils vous caressent, et de quelle main ils vous étranglent.


          • Le péripate Le péripate 31 octobre 2008 16:38

             xbrossard, vous êtes sérieux ? Un conseil d’administration, c’est fait (enfin je crois) pour prendre des décisions stratégiques sur des orientations industrielles et commerciales. La démocratie, si ça servait à prendre des décisions, ça se saurait. Mais c’est vrai que je n’est pas une très bonne opinion du fonctionnement démocratique, bien qu’il soit le moins mauvais en ce qui concerne un pays
            D’abord parce que c’est bien joli à dire comme ça, mais quel contenu ? A partir de quelle taille d’entreprise ? Toute, même le boulanger et son mitron ? Non, alors quel seuil ? Bref, encore des heures de débats stériles sur le sexe des anges. Ce n’est pas sérieux.


          • Krusty Krusty 31 octobre 2008 17:07

            (Le Péripate) "Dire l’état (pas de majuscule), c’est bien sûr les hommes de l’état."
             
            Autant pour moi...Autrement dit si nous disposions d’un gouvernement (ou état) constitué de gens intégres (autant droitiers que gauchers) qui dépenseraient l’argent public dans l’intérêt de la majorité, c’est à dire le stric opposé de ce qui se pratique en ce moment, vous ne seriez pas contre...Même payer des impôts conséquents si vous gagnez bien votre vie ?


          • sisyphe sisyphe 31 octobre 2008 17:42

            par Le péripate 								 (IP:xxx.x54.175.177) le 31 octobre 2008 à 11H26 				 				
            				

            								
            				
            					 Voilà un bel exercice de démagogie.

            Mais que sont ces parachutes ? Une assurance, conclue par contrat, entre partenaires libres et consentants. Doit-on se mêler de ce que deux acteurs libres décident ensemble par contrat ?Si oui, on se rapproche dangereusement de la dictature, fusse-t-elle démocratique.

            Ah !
            Nouvel exercice de défense de la "liberté" chère au péripate ! smiley

            Liberté, liberté, que de crimes on commet en ton nom....
            Surtout, ne vous mêlez pas des abus commis par des "acteurs libres" de trafiquer leurs petites combines, aux dépens même des résultats de l’entreprise, ne touchez pas aux privilèges des chefs !
            Que la loi se mêle de retoquer les contrats de travail, de laisser les mains libres aux chefs d’entreprise de ne pas respecter le code du travail, mais.... pas touche aux boss !!

            Une fois de plus, Péripate, signe ici son allégeance à la mafia ; libre, bien sûr ! smiley


          • JL JL 31 octobre 2008 18:36

            Krusty a fait une excellente intervention. En réponse, Péripate a écrit :

            ""La démagogie rencontre l’assentiment du plus grand nombre, c’est même une manière de la reconnaître. Comparez la popularité de mes posts avec d’autres, et abstenez vous de dire des conneries.""

            J’ai ironisé sur ce post, à quoi Péripate a répondu :

            ""Ah, JL....... Vous devez faire partie de ces gens qui ne comprennent jamais un mode d’emploi. Vous comprenez toujours de travers. Un alter-comprenant. Quand je dis de comparer, ça veut dire que les posts démagogiques sont ceux qui ont le plus de scores positifs, et non ceux qui sont toujours négatifs, comme les miens. Faut vraiment être con pour appeler ça de la mégalomanie. ""

            Ceci nécessite une petite mise au point. Les posts de Péripate font des scores négatifs. Il n’aurait pas dû parler de la popularité, mais de l’impopularité de ses posts. Par ailleurs, il évoque la démagogie. Que je sache, la démagogie concerne un discours au service d’une revendication de pouvoir. Or dans les discours de Mr Péripate, je ne vois que du prosélytisme.

            Avant de réclamer une collaboration lectorielle, il faut s’assurer, soit que l’on s’est exprimé correctement, soit que l’on est en harmonie de pensée avec le lecteur. Péripate n’est qu’un patachon de la pensée et de l’écriture.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès