Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Parachutes dorés : chroniques de l’immoralité financière

Parachutes dorés : chroniques de l’immoralité financière

De Thierry Breton, ancien Ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie du gouvernement Raffarin III, à Jean-Marie Messier ancien directeur du groupe Vivendi, la liste des patrons pouvant se targuer de toucher une retraite en or est longue. Symboles de la toute-puissance d'un capitalisme immoral et omnipotent, ces hommes témoignent aussi de l'incapacité de nos gouvernements à mettre en oeuvre toute forme de justice sociale.

Le partage des richesses, pourtant essentiel à la bonne marche du monde, ne saurait concerner les élites du secteur privé, bien trop souvent oubliées par des Français qui préfèrent s'en prendre uniquement aux hommes politiques. 

Pourtant, en s'enrichissant allègrement et en privant les salariés de justes rémunérations, ces dirigeants contribuent à la faillite du système capitaliste et à l'ignominie du libéralisme absolu qui, poussant des milliers de familles dans la misère, rend intouchable une petite élite d'homme d'affaires et de grands patrons.

Jean-Marie Messier (J2M), ancien patron de Vivendi, déclarait ne pas souhaiter de parachute doré lors de son départ à la retraite. Un an après, en janvier 2002, il touchera tout de même plus de 20 millions d'euros d'indemnités, qui seront d'ailleurs l'objet d'un très sérieux contentieux judiciaire. Plus récemment, c'est au tour de Thierry Breton, ancien Ministre du gouvernement Raffarin et ancien patron du groupe informatique Atos, de se retrouver à la tête de la modique somme de 21 millions d'euros, le tout sous la forme d'un paquet d'action. D'autres noms viennent allonger la liste des parachutés, comme Pierre Bilger pour Alstom ou Philippe Jaffré pour Elf. 

Face à ces dérives, les gouvernants restent toujours bien timides et ne semblent pas vouloir frapper ces hommes, qui sont bien souvent de leurs plus proches amis, témoignant ainsi de la porosité et des liens unissant puissamment les élites du Privé à celles du Public. Dès 2007, l'état avait tenté de légiférer pour limiter de telles dérives. Afin de "moraliser" la vie économique, un timide projet intégré à la plus globale loi TEPA verra finalement le jour. Cela n'empêchera pas la poursuite de cette pratique ignominieuse, qui continue ainsi de prospérer aux yeux de tous.

En 2011, Jean Azéma pour Groupama touche 2,94 millions d'euros et en 2012, Franck Esser, pour SFR, empochera environ 3,9 millions d'euros. Préférant accabler d'impôts les simples citoyens, les classes moyennes et populaires, les gouvernements successifs restent toujours bien discrets en ce qui concerne les grands patrons et leurs bien belles retraites.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • philoxera philoxera 8 août 2014 16:59

    Mais vous ne comprenez pas : ces grands hommes ont du « MERITE » ! Que ferions-nous sans ces « créateurs d’emplois » ?


    • zygzornifle zygzornifle 8 août 2014 18:11

      et notre président qui touche son salaire en argent de poche car tout lui est payé , et ses ministres, députés , sénateurs , préfets , députés européens qui empochent entre 25 000 € et plus de 10 000€ net par mois pour les plus « pauvres » avec une méga retraite à la clé et toutes les « opportunités yeux dans les yeux »


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 9 août 2014 10:24

        QUELLE DIFFERENCE ENTRE UN HAUT FONCTIONNAIRE ET UN PARLEMENTAIRE  :

         - le haut fonctionnaire doit avoir un casier judiciaire sans tache .... le parlementaire doit en avoir un très taché ( voir entourage de sarko voir mme et mr B.....°)

         - le haut fonctionnaire peut devenir ministre car très pointu et souvent compétent
         le parlementaire peut etre ministre incompétent notoire président  ;; ;nul
        et cumuler avoir un parachute doré et pantoufler dans un conseil constitutionnel ou commission
        +une retraite de parlementaire de 5000 euros 

         - le fonctionnaire haut de gamme est tres instruit et bardé de diplomes le parlementaire non il peut comme sarko ne rien lire en ayant une « sacrée grande gueule » c ’est un généraliste dans tous les domaines si on gratte le vernis....DU VENT si on regarde la fortune les plus riches seraient les ministres socialistes !!!!! ceux de l ump placant dans les paradis fiscaux en tunisie ( ex mam ) plusieurs riads au maroc 3OU 4 APPARTS A PARIS ET MEGEVE ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;



      • Lc47 8 août 2014 18:52

        C’est vrai que ces retraites sont choquantes en période de crise.
        Cependant si le chef d’entreprise a fait preuve de compétence, si il a contribué efficacement au dynamisme de son entreprise, si il a crée des emplois..... Pourquoi pas ? A ce niveau (entreprises cotées au CAC40) la qualité se paie.

        Là où c’est scandaleux, inadmissible c’est quand le chef d’entreprise a fait preuve d’incompétence et qu’il se permet de partir avec une retraite indécente.
        On a tous en mémoire le directeur général de la Société Générale, Daniel Bouton, qui dirigeait la banque lorsqu’à éclaté l’affaire Kerviel ! Une perte sèche de 5 milliards d’euros ! Est-ce qu’il a renoncé à son parachute doré ? NON ! Il a quitté ses fonctions en 2009 avec une retraite de 1,2 million d’euros par an !
        Même N. Sarkozy, que l’on ne peut pas accuser d’être hostile aux chefs d’entreprises, avait dit à son sujet : « gros salaire, grosses responsabilités ».

        La qualité se paie cher, pas la médiocrité.


        • gogoRat gogoRat 8 août 2014 19:10

           Question annexe ou, plutôt, connexe : quid de la porosité entre les sphères dites « du public » ou « du privé » ?

           Pistes à travailler pour qui se sentirait en mesure de nous pondre un article sur le sujet :

          * qui fait les frais de la formation/éducation/apprentissage de bien des métiers considérés comme « du privé ?
          ( avocats - médecins - ingénieurs - chercheur du public pouvant bénéficier d’exclusivités dans le privé ? - cf http://www.lesgrandsdebats.fr/Debats/La-BnF-a-t-elle-privatise-le-domaine-public/La-libre-diffusion-de-la-culture-est-elle-compatible-avec-l-exclusivite-439 ... )

          * entreprises dépendant, pratiquement, et avant tout, de commandes payées par le public  ?
          ( exemples : avions militaires / travaux publics / ... )

          * prospective et orientation des ressources en main d’oeuvre ?
           ( exemple : en informatique - qui assume la prospective qui engage des jeunes dans des dits »partenariats« avec certains géants mondiaux du domaine ? Qui assume, en fait l’auto-formation exigée des candidats sur le »marché« du »travail«  ? Qui assume l’investissement personnel des spécialisations indispensables à la réalisation ponctuelle de bien des »projets" militaires confiés à des sous-traitants ? ... )

          * liens, connivences, complicités, vases communicants entre public et privé dans les cursus des hauts dirigeants ... ou même, à tous niveau, en considérant, par exemple, la reprise d’activité dans le privé d’anciens militaires ... ?

          * quel pourcentage des Français travaille réellement uniquement dans un domaine ne relevant strictement pas de l’effort public ?


          • julius 1ER 8 août 2014 19:34

            Symboles de la toute-puissance d’un capitalisme immoral et omnipotent, ces hommes témoignent aussi de l’incapacité de nos gouvernements à mettre en oeuvre toute forme de justice sociale.

            @l’auteur,
            que le Capitalisme en tant que système économique soit immoral ou amoral, çà on le sait depuis longtemps mais que les gens qui sont à la manoeuvre soit devenus pire que lui-même en dit long sur l’état de délabrement de notre société........ dans l’état actuel des choses c’est sans issue sauf si les citoyens deviennent vertueux et s’auto-limitent dans leurs prétentions et leurs besoins car si l’on continue avec le toujours plus car le voisin a plus et vice et versa et réciproquement, c’est la catastrophe assurée et c’est vers quoi on tend actuellement, car l’hypocrisie et la duplicité sont devenues monnaie courante, la plupart des gens ne rêvent que de singer les plus riches comme si c’était l’idéal absolu et c’est totalement mortifère car l’envie et le besoin par essence sont sans limites dans une société où l’émulation et la publicité vous soumettent à un pilonnage en règle .............

            • Spartacus Spartacus 9 août 2014 11:16

              @julius 1ER


              Le capitalisme immoral ? Vous n’avez qu’une description a charge par des dizaines d’années de formation par des profs de gauche et des livres scolaires Marxistes.

              Mais personne en France n’a appris ce que c’était. Il n’y a rien de plus moral que le capitalisme, mais encore faudrait il en avoir un minimum de notions. 

              Le capitalisme, c’est l’équité stricte entre tous, le socialisme c’est l’inquiété directiviste, ou la création d’exceptions au droit commun au nom d’une fumisterie « le bien commun », mais les exceptions directivistes ne sont pas le « bien commun ».

              Vous croyez que les « régimes spéciaux » sont le « bien commun » ??? 

              N« avez vous pas à l’école en seconde fait plusieurs dissertations sur les écrits de Karl Marx le théoricien philosophe et »le capital« aucune fois ne vous a t-on fait lire »la route de la servitude" de Hayek ?

              Dans les livres d’économie vos enfants voient encore Charlot dans les rouages du film « les temps modernes » qui illustre le capitalisme, l’entreprise est présenté comme comme l’esclavage....

              Toute la formation économique est à charge des entrepreneurs. Les élèvent subissent une scolarité de profs de gauche, qui vous font des dissertations sur Marx sur les réussites du capitalisme. 

              50 dissertations sur les inégalités de revenus jamais aucune sur les inégalités en droits sociaux

              Exemple de questions au bac 2013 : « Que devons-nous à l’État ? » ou encore de « montrer que les conflits sociaux pouvaient être un facteur de cohésion sociale »SIC.
              Chaque Bac est l’occasion de montrer des graphiques sur les inégalités de revenus....Mais depuis 70 ans aucun graphique des inégalités de droits sociaux n’a croisé l’oeuil d’un scolaire.

              Sur 577 députés, environ 250 (44%) font officiellement partie du secteur de l’État.
              Au Sénat, 43% de fonctionnaires. 

              A cela s’ajoute les pseudos élus des entreprises publiques (Ex-EDF, RATP). Certains cachent leur vie de servitude à l’état par une absence d’informations, comme « retraité ». 
              Les médecins conventionnés, complètent une majorité d’élus qui vit dans l’absence de connaissance de la société civile et de l’acceptation de la compétitivité.

              7,5%des membres du gouvernement actuel ont travaillé dans une entreprise privée...

              Depuis 1980, le taux de chômage n’est jamais descendu en dessous de 7,6% de la population active et depuis 20 ans, le taux de chômage des jeunes se situe autour de 25%. 

              À l’inverse les pays dits libéraux bénéficient aujourd’hui de relocalisations d’entreprises grâce à leur fiscalité attractive. 

              C’est le cas depuis 2008 en Grande-Bretagne, Suisse, Amérique du Nord, mais les Français ne doivent pas le savoir sous peine que les étatistes et les Marxistes infiltrés dans les services publics perdent leur pouvoirs.

            • passtavie passtavie 9 août 2014 12:49
              Il n’y a rien de plus moral que le capitalisme, mais encore faudrait il en avoir un minimum de notions. 

              Le capitalisme n’est ni moral, ni amoral... C’est juste un système. Par contre qu’il engendre des injustice, que ça soit le plus salaud qui gagne dans ce genre de système. Mais tant que les gens s’en plaindrons sans chercher une alternative, ça sera des paroles en l’air.

              Le capitalisme, c’est l’équité stricte entre tous, le socialisme c’est l’inquiété directiviste, ou la création d’exceptions au droit commun au nom d’une fumisterie « le bien commun », mais les exceptions directivistes ne sont pas le « bien commun ».

              N’importe quoi ! Le capitalisme, l’équité ? Vous rêvez les yeux ouverts ! Les riches propriétaires (on ne sait trop comment) ont une fortune et c’est avec cette fortune qu’ils « donnent » du travail aux « pauvres » qui sont obligés de vendre leur force de travail pour vivre. En dehors d’une nation qui protège les seconds, ceux-ci sont obligés pour survivre d’accepter n’importe quel condition de travail. Ils n’ont pas de chaînes, ou plutôt elles sont invisibles. Pas besoin de violence (quoique pour réprimer des révoltes) juste le fait que la personne n’a rien qui lui permette de travailler et soit obligés de se vendre aux gens qui ont les appareils de production. Il suffit de maintenir les salaires suffisamment bas pour que des générations de gens ne puissent jamais accéder à la possibilité d’être autonomes. Il y a eu ces dernières décennies une période ou il y avait encore moyen de se sortir d’affaire, mais si on retourne aux conditions d’il y a un siècle (ce qui est en train de se passer), alors ça sera le pire système qui existe.
              Le bien commun est nécessaire. Pas de propriété privé c’est l’enfer pour tous, mais tout privé c’est le paradis pour quelques uns et l’enfer pour tout les autres. Il faut un juste équilibre.




              N« avez vous pas à l’école en seconde fait plusieurs dissertations sur les écrits de Karl Marx le théoricien philosophe et »le capital« aucune fois ne vous a t-on fait lire »la route de la servitude" de Hayek ?

              Aïe ek est complètement dépassé. Il est juste remis au goût du jour par des gens qui ont tout intérêt à ce que la société fonctionne de travers et surtout à leur avantage. Les amateurs de Ayn Rand la psychopathe perverse, par exemple.

              Dans les livres d’économie vos enfants voient encore Charlot dans les rouages du film « les temps modernes » qui illustre le capitalisme, l’entreprise est présenté comme comme l’esclavage....

              ça dépend de l’entreprise, trop de droits à celle-ci, et c’est l’esclavagisme. Il faut un juste équilibre, on ne peut pas « laisser faire ». Imaginez le laissez faire total dans la société... C’est la chaos, Des meurtres, des vols, de l’escroquerie...

              Toute la formation économique est à charge des entrepreneurs. Les élèvent subissent une scolarité de profs de gauche, qui vous font des dissertations sur Marx sur les réussites du capitalisme.

              C’est pas ce dont j’ai le souvenir. Mais vous pouvez toujours discréditer.

              50 dissertations sur les inégalités de revenus jamais aucune sur les inégalités en droits sociaux.

              Les inégalités de revenus créent les inégalités en droits (tout court), car la justice est dans bien des domaines payante.
              Exemple de questions au bac 2013 : « Que devons-nous à l’État ? » ou encore de « montrer que les conflits sociaux pouvaient être un facteur de cohésion sociale »SIC.
              Chaque Bac est l’occasion de montrer des graphiques sur les inégalités de revenus....Mais depuis 70 ans aucun graphique des inégalités de droits sociaux n’a croisé l’oeuil d’un scolaire.

              Devrions nous masquer les inégalités de revenus et faire gober que tout est bien dans le meilleur des mondes ? Si c’est pas de propagande ça... Quand aux inégalités de droits sociaux... Il faut arrêter le délire. Celui qui a les moyens va se payer des études dans des écoles de prestige, va se soigner là ou il veut dans des pays à la pointe par exemple, aura plusieurs voitures, maisons, maisons de vacance, une nourriture s’il la veut, saine... Pendant que d’autres devraient ne pas se soigner, par manque de moyens, ne pas scolariser leurs enfants, accepter qu’avec la paye d’un travail à plein temps il ne puisse pas se loger et qu’il vive sous des cartons, à manger des boites pour pauvre (avec toute les merdes possibles imaginables dedans), boire de l’eau impropre à la consommation (car pas de moyens de se payer la potable)... Bref le plus équitable des mondes...



              Depuis 1980, le taux de chômage n’est jamais descendu en dessous de 7,6% de la population active et depuis 20 ans, le taux de chômage des jeunes se situe autour de 25%.

              Regardez les pays ou le taux de chômage est petit... Exemple la Chine avec 4,1 % en 2013. En plus avec la mécanisation de plus en plus performante, forcément la chômage augmente. La mécanisation est une bonne chose... Faudrait-il encore adapter la société au remplacement de la main de l’homme par les machines.

              À l’inverse les pays dits libéraux bénéficient aujourd’hui de relocalisations d’entreprises grâce à leur fiscalité attractive.

              C’est bien ça le problème avec le capitalisme, on est obligé de céder à tout les caprices des nantis pour obtenir d’avoir du travail (à quel prix) ? Et si je vous parle de casser les droits de succession ?

              C’est le cas depuis 2008 en Grande-Bretagne, Suisse, Amérique du Nord, mais les Français ne doivent pas le savoir sous peine que les étatistes et les Marxistes infiltrés dans les services publics perdent leur pouvoirs.

              Comme si les gens de gauche étaient des espions malveillants. Considérer que ceux qui pensent différemment sont « infiltrés » dans l’appareil d’état c’est en quelque sorte estimer qu’il faut les en exclure : moi ça me rappelle l’URSS avec ses méthodes (avoir la carte du parti pour avoir le droit de faire des études par exemple). Et vous êtes libéral ?

              Le libéralisme pourraient éventuellement fonctionner si on enlevait la succession et qu’on permettait à chaque individu de partir sur un pied d’égalité. Donc scolarité gratuite, aide à la création d’entreprise. Etc... Sinon c’est recréer les conditions pour une nouvelle aristocratie.

            • passtavie passtavie 9 août 2014 12:56

              J’aimerais comprendre pourquoi la fonction souligner ne fonctionne pas ?

              Il n’y a rien de plus moral que le capitalisme, mais encore faudrait il en avoir un minimum de notions. 


              Le capitalisme n’est ni moral, ni amoral... C’est juste un système. Par contre qu’il engendre des injustice, que ça soit le plus salaud qui gagne dans ce genre de système. Mais tant que les gens s’en plaindrons sans chercher une alternative, ça sera des paroles en l’air.

              Le capitalisme, c’est l’équité stricte entre tous, le socialisme c’est l’inquiété directiviste, ou la création d’exceptions au droit commun au nom d’une fumisterie « le bien commun », mais les exceptions directivistes ne sont pas le « bien commun ».

              N’importe quoi ! Le capitalisme, l’équité ? Vous rêvez les yeux ouverts ! Les riches propriétaires (on ne sait trop comment) ont une fortune et c’est avec cette fortune qu’ils « donnent » du travail aux « pauvres » qui sont obligés de vendre leur force de travail pour vivre. En dehors d’une nation qui protège les seconds, ceux-ci sont obligés pour survivre d’accepter n’importe quel condition de travail. Ils n’ont pas de chaînes, ou plutôt elles sont invisibles. Pas besoin de violence (quoique pour réprimer des révoltes) juste le fait que la personne n’a rien qui lui permette de travailler et soit obligés de se vendre aux gens qui ont les appareils de production. Il suffit de maintenir les salaires suffisamment bas pour que des générations de gens ne puissent jamais accéder à la possibilité d’être autonomes. Il y a eu ces dernières décennies une période ou il y avait encore moyen de se sortir d’affaire, mais si on retourne aux conditions d’il y a un siècle (ce qui est en train de se passer), alors ça sera le pire système qui existe.
              Le bien commun est nécessaire. Pas de propriété privé c’est l’enfer pour tous, mais tout privé c’est le paradis pour quelques uns et l’enfer pour tout les autres. Il faut un juste équilibre.



              N« avez vous pas à l’école en seconde fait plusieurs dissertations sur les écrits de Karl Marx le théoricien philosophe et »le capital« aucune fois ne vous a t-on fait lire »la route de la servitude" de Hayek ?

               

              Aïe ek est complètement dépassé. Il est juste remis au goût du jour par des gens qui ont tout intérêt à ce que la société fonctionne de travers et surtout à leur avantage. Les amateurs de Ayn Rand la psychopathe perverse, par exemple.

              Dans les livres d’économie vos enfants voient encore Charlot dans les rouages du film « les temps modernes » qui illustre le capitalisme, l’entreprise est présenté comme comme l’esclavage....

              ça dépend de l’entreprise, trop de droits à celle-ci, et c’est l’esclavagisme. Il faut un juste équilibre, on ne peut pas « laisser faire ». Imaginez le laissez faire total dans la société... C’est la chaos, Des meurtres, des vols, de l’escroquerie...

              Toute la formation économique est à charge des entrepreneurs. Les élèvent subissent une scolarité de profs de gauche, qui vous font des dissertations sur Marx sur les réussites du capitalisme.

              C’est pas ce dont j’ai le souvenir. Mais vous pouvez toujours discréditer.


              50 dissertations sur les inégalités de revenus jamais aucune sur les inégalités en droits sociaux. Les inégalités de revenus créent les inégalités en droits (tout court), car la justice est dans bien des domaines payante.
              Exemple de questions au bac 2013 : « Que devons-nous à l’État ? » ou encore de « montrer que les conflits sociaux pouvaient être un facteur de cohésion sociale »SIC.
              Chaque Bac est l’occasion de montrer des graphiques sur les inégalités de revenus....Mais depuis 70 ans aucun graphique des inégalités de droits sociaux n’a croisé l’oeuil d’un scolaire.

              Devrions nous masquer les inégalités de revenus et faire gober que tout est bien dans le meilleur des mondes ? Si c’est pas de propagande ça... Quand aux inégalités de droits sociaux... Il faut arrêter le délire. Celui qui a les moyens va se payer des études dans des écoles de prestige, va se soigner là ou il veut dans des pays à la pointe par exemple, aura plusieurs voitures, maisons, maisons de vacance, une nourriture s’il la veut, saine... Pendant que d’autres devraient ne pas se soigner, par manque de moyens, ne pas scolariser leurs enfants, accepter qu’avec la paye d’un travail à plein temps il ne puisse pas se loger et qu’il vive sous des cartons, à manger des boites pour pauvre (avec toute les merdes possibles imaginables dedans), boire de l’eau impropre à la consommation (car pas de moyens de se payer la potable)... Bref le plus équitable des mondes...




              Depuis 1980, le taux de chômage n’est jamais descendu en dessous de 7,6% de la population active et depuis 20 ans, le taux de chômage des jeunes se situe autour de 25%.

              Regardez les pays ou le taux de chômage est petit... Exemple la Chine avec 4,1 % en 2013. En plus avec la mécanisation de plus en plus performante, forcément la chômage augmente. La mécanisation est une bonne chose... Faudrait-il encore adapter la société au remplacement de la main de l’homme par les machines.


              À l’inverse les pays dits libéraux bénéficient aujourd’hui de relocalisations d’entreprises grâce à leur fiscalité attractive.

              C’est bien ça le problème avec le capitalisme, on est obligé de céder à tout les caprices des nantis pour obtenir d’avoir du travail (à quel prix) ? Et si je vous parle de casser les droits de succession ?

              C’est le cas depuis 2008 en Grande-Bretagne, Suisse, Amérique du Nord, mais les Français ne doivent pas le savoir sous peine que les étatistes et les Marxistes infiltrés dans les services publics perdent leur pouvoirs.

              Comme si les gens de gauche étaient des espions malveillants. Considérer que ceux qui pensent différemment sont « infiltrés » dans l’appareil d’état c’est en quelque sorte estimer qu’il faut les en exclure : moi ça me rappelle l’URSS avec ses méthodes (avoir la carte du parti pour avoir le droit de faire des études par exemple). Et vous êtes libéral ?

              Le libéralisme pourraient éventuellement fonctionner si on enlevait la succession et qu’on permettait à chaque individu de partir sur un pied d’égalité. Donc scolarité gratuite, aide à la création d’entreprise. Etc... Sinon c’est recréer les conditions pour une nouvelle aristocratie.

              En somme un libéralisme... non capitaliste...


            • Spartacus Spartacus 9 août 2014 16:49

              Henri Hazlitt que vous n’avez certainement jamais entendu parler dans cette éducation nationale de gauche définit parfaitement votre réaction Marxiste.


              Il écrivait ceci. Votre réponse s’y retrouve à 100%, jusqu’a la caricature.....

               Tout l’évangile de Karl Marx peut se résumer en une seule phrase : la haine l’homme qui est mieux que ce que vous êtes. Jamais en aucun cas admettre que son succès peut être dû à ses propres efforts, à la contribution productive qu’il a apportée à l’ensemble de la communauté. Toujours attribuer son succès à l’exploitation, la tricherie, le vol plus ou moins ouverte des autres.

              Jamais en aucun cas admettre que votre propre échec peut être dû à vos propres faiblesses, ou que l’échec de quelqu’un d’autre peut être dû à ses propres défauts - sa paresse, l’incompétence, l’imprévoyance ou la bêtise. Ne jamais croire à l’honnêteté ou le désintéressement de quiconque est en désaccord avec vous.

              Cette haine de base est le coeur du marxisme. C’est sa force d’animation. Vous pouvez jeter le matérialisme dialectique, le cadre hégélien, le jargon technique, l’analyse « scientifique », et des millions de mots prétentieux, et vous avez toujours le noyau : la haine implacable et l’envie sont la raison d’être de tous les Marxistes...


            • mmbbb 10 août 2014 10:02

              j’avais eu une discussion avec « Par Gogo rat » avec qui me prenait pour un con et un profond debile mental Mais j’en ai cure Les pauvres entre autre et je suis d’accord aves Spartaccus attendent tout de l’etat providence et j’evoquais l’irresponsablite des parents ce que Go RAT qualifiat de « Consternant » Mais je persiste et je signe Le liberalisme est selon moi la responsabilite Il est toujours facile de faire porter son irresponsabilite sur les autres l’etat en premier lieu et le de cracher aveuglement sur le capitalisme Les hauts fonctionnaire certes ont une bonne formation mais pourqoui ce pays est dans cet etat ? Je ne comprends pas qu’avec tant de personnes ayant tant ’expertise nous en sommes arrives a cette situation de delabrabrement 


            • Spartacus Spartacus 9 août 2014 10:53
              Bel ode à la jalousie Marxiste.

              Amusant de parler de « capitalisme » avec pour illustrer des patrons sortis des écoles d’administration et nommés par l’état dans des entreprises ou l’actionnaire principal est la caisse des dépôts !

              Pourquoi le dernier Azéma « accablerait » d’impôts les citoyens ? Il n’a pas le pouvoir de légiférer ????? 1 Français sur 2 ne paye pas d’impots...
              En fait l’état accable plus les uns et rend les autres aigris parce qu’ils sont exonérées et ne participent pas au financement du pays.

              Il serait temps d’évoluer et de comprendre que la richesse n’est pas une valeur statique, mais une valeur dynamique, et que raisonner « en plus pour toi et et moins pour l’autre » ça ne marche pas
              Combien d’exemples de faillites des pays socialistes et communiste vous faut il pour le comprendre ? 

              Il serait temps de comprendre que le Marxisme et les communistes depuis la Libération, ont investis les rouages des services publics du pays, en particulier l’Enseignement et l’Information. Qui fait de la France le dernier pays communiste du monde occidental ou encore on a ce genre de raisonnement entièrement tourné vers la culture de la jalousie maladive.

              Rêver de l’argent de la richesse des autres, alors qu’on est pas capable d’en créer soi même ne rendra jamais les gens plus riches....

              Un enseignement qui crée une France de frustrés et jaloux qui ne rêve que de l’argent des autres, mais a qui ont a pas appris a que la richesse nécessite de la créer soi même.

              C’est certain qu’ostraciser des gens qu’on méconnaît, moins nombreux est un acte terrifiant de courage.....
              Par contre dénoncer des « statutaires » plusieurs millions de fois plus nombreux qui se gavent de privilèges sociaux payé par les autres, c’est une autre histoire.

              • passtavie passtavie 9 août 2014 13:06

                « « en plus pour toi et et moins pour l’autre » ça ne marche pas »

                Si ça marche... ça dépend sur quoi et comment. Pour des choses immatérielles comme de la création musicale ça marche moins que sur du matériel... Par exemple, pour le matériel, l’exploitation de denrées rares.

                Bonjour les fables pour nous endormir. On a tous des moyens limités et donc ces moyens on les dispatches comme on peut, et pour ceux qui sortent un peu la tête de l’eau, un peu comme on veut. Donc il y a toujours concurrence et donc effectivement là aussi « plus pour toi, moins pour moi ».


                • Spartacus Spartacus 9 août 2014 17:06

                  @Passtavie


                  C’est certain qu’apprendre le marxisme, ça ne fait pas apprendre a trouver de l’argent ou du capital risque, ou des financements.

                  A la sortie de l’école Française, 95% des élèves ne savent pas lire un bilan, ne savent pas comment fonctionne une société, et ont appris que le marché est vilain. 

                  Que c’est beau cette légende de vils capitalistes qui vous« limiteraient ». 

                  Même le journal « Libération » a trouvé des capitalistes pour se fiancer ! C’est dire que le capitalise « limite ».....
                  Quel beau coupable le capitalisme, pour exprimer la culture de gauche des ses tares « l’absence de courage entrepreneurial ».

                  Le capitalisme est l’excuse de ceux qui ont manqué de courage ou n’ont pas souhaité prendre de risque et ont préféré vivre en servitude.....
                  Effectivement, en servitude de l’état ou salarié ça ne vous rendra pas riche. 
                  Mais cela ne vous autorise pas ceux qui le deviennent a les ostraciser, minimiser leurs réussites. Et les jalouser ne vous rendra pas plus riche.

                • passtavie passtavie 9 août 2014 13:09

                  Quand on parle de part de marché par exemple. Une part, une partie... d’un ensemble. Un ensemble fini. Ce qu’on prend, on l’enlève de cet ensemble. Sinon les entreprises n’auraient pas besoin de se faire concurrence pour « gagner des parts de marchés »... On appellerait pas ça « part ».


                  • Spartacus Spartacus 9 août 2014 16:35

                    @Pass ta vie

                    Une part de marché se définit en pourcentage à un instant T. C’est un instrument statistique qui permet juste de se positionner dans le temps et par rapport à ses confrères.

                    Le but d’une entreprise n’est pas la part de marché mais le profit. 

                    Tous les marchés sont des valeur dynamiques qui évoluent tout le temps. Que faut il être éloigné d’une entreprise pour affirmer qu’un marché est une valeur finie !!!!

                  • zygzornifle zygzornifle 9 août 2014 16:28

                    il n’y qu’a voir le nombre d’énarques qui ont bénéficié d’un parachuté doré en remerciement d’avoir complètement ravagé une entreprise grâce à leur incompétence lié à leur médiocrité ..... Énarques que l’on retrouve aussi dans les hautes sphères de la politique ce qui explique la décadence de la France de gouvernement en gouvernement .... 


                    • Lc47 9 août 2014 17:03

                      @ Spartacus

                      Vous dîtes :Il serait temps de comprendre que le Marxisme et les communistes depuis la Libération, ont investis les rouages des services publics du pays, en particulier l’Enseignement et l’Information

                      Je crois qu’il serait temps pour vous de comprendre que le Marxisme et le communisme sont morts ! Même la Chine n’est plus communiste (en sachant qu’elle ne l’a jamais été). Que représente, aujourd’hui, le PCF en France ? Rien. C’est à vous d’évoluer car votre espace temps est resté bloqué à 1950. La guerre froide est terminée (début des années 90).

                      Et arrêtez votre diatribe contre l’enseignement que vous accusez de faire la propagande pour le communisme ! Il y a longtemps que vous n’avez pas ouvert un manuel d’Economie de niveau lycée ! La part belle est faite à l’économie de marché, au capitalisme et le marxisme a tendance, au fil des réformes, à passer à la trappe. Ce que vous dîtes à ce sujet était peut-être valable dans les années 70 mais aujourd’hui ça tient du délire.
                      Vous vous insurgez parce que dans ces manuels de lycée il y a des photos du film de Chaplin, « Les temps modernes », dénonçant les conditions de travail dans les usines ! Quel sacrilège ! Sachez que pour un enseignant il convient, lorsqu’il décrit un phénomène, d’en montrer les aspects positifs mais aussi les aspects négatifs. Est-ce que c’est si absurde que cela ? Allez voir certaines usines en Chine ou bien au Bangladesh et vous verrez que l’on n’est pas très loin du film de Chaplin !

                      Je termine par le meilleur ! Lorsque vous affirmez sérieusement : « Le capitalisme, c’est l’équité stricte entre tous ! ». Vous pouviez trouver d’autres mérites au capitalisme (il favorise la recherche, il contribue parfois à une progression du niveau de vie, il peut favoriser la création d’emplois....) mais l’équité entre tous, certainement pas !
                      En janvier dernier La Tribune (que l’on ne peut pas accuser d’être marxiste) a publié les chiffres suivants : Les 85 personnes les plus riches du monde possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population, soit 3,5 milliards de personnes. Et le journal poursuit en précisant que cet écart ne cesse de se creuser d’année en année. En matière d’équité on fait mieux.

                      Alors cesser de parer le capitalisme de toutes les vertus, il en a c’est certain mais ce n’est pas un modèle économique parfait.


                      • Spartacus Spartacus 9 août 2014 17:47

                        @LC47

                        Nous présenter les services publics comme neutres ne marche pas.

                        L’éducation nationale est une réserve gardée du FdG et du PS et des idéos de gauche.

                        N’importe quel sondage sur les intention de vote le démontre. Les écoles d’administration et d’information sont des antres de profs extrême gauchistes. 

                        Les sondages d’intention vote de Science Po, ENA ou écoles de journalisme sont en dissymétrie totale des votes de la société civile....
                        Profs, juges, journalistes sont des chasses réservées aux Marxisme.

                        La seule étude connue sur les manuels scolaires de Nicolas Decaussin indique ceci :
                        Lien de l’étude :

                        - Le rôle de l’entrepreneur et de l’entreprise dans la création de richesses est occulté

                        - Sur plus de 400 pages, l’entreprise n’occupe généralement qu’une petite dizaine de pages

                        - L’entrepreneur est absent des manuels. Aucune histoire d’entrepreneur n’est mentionnée

                        - Le marché et la mondialisation sont abordés d’un point de vue critique car « défaillants »

                        - Le mot « social » est le mot le plus utilisé dans les manuels

                        - L’Etat est toujours présenté comme l’acteur économique principal car c’est un « régulateur indispensable »

                        - Les auteurs des manuels sont tous enseignants et aucun représentant de l’entreprise n’a participé à la réalisation des manuels

                        - La revue de gauche « Alternatives Economiques » détient le monopole des citations dans les manuels....

                        Oui le capitalisme est l’équité stricte entre les individus. La stricte égalité de traitement dans une concurrence libre et non faussée.

                        Vous confondez « équité » et « égalité » dans votre critique.

                        L’équité concerne le droit des uns n’est jamais supérieur à celui des autres.

                        Les inégalités concerne les différence matérielles ou financières. Or les inégalités financières ou matérielle sont normales.

                        La lutte contre les inégalités est une hérésie, cela revient a plaindre le millionnaire 1000 fois moins riche que le milliardaire. 

                        L’équité c’est laisser la libre chance a chacun sans favoriser les uns par rapport aux autres.

                        Sur votre sondage des « riches »

                        Contrairement a vos dire les différences de richesses ne s’amplifient pas, mais diminuent, mais c’est pas le débat....

                        Les 85 personnes les plus riches vous ont elle porté un préjudice direct quelconque ?

                        Vous ont elles empêché de prendre le train ? 

                        Vous on t-elle empêché d’avoir votre prêt maison ou menacé les études de vos enfants ?

                        Madame Bethancourt vous oblige t-elle a prendre ses shampoing avec un couteau sous la gorge ou avez vous le choix d’en choisir d’autres marques.

                        Vous êtes obligé d’acheter un meuble IKEA et d’enrichir le plus riche d’Europe ?

                        Le sondage sur les plus riches, a part jouer sur l’envie, il prouve quoi de concret ?

                        Que vous ne pouvez pas réussir ? Pourtant les 2/3 n’étaient pas dans la liste il y a 15 ans. 

                        Le fait de savoir que des gens soient très riche vous a t-il retiré des revenus ?


                      • Pepe de Bienvenida (alternatif) 9 août 2014 17:52

                        Laisse tomber Lc47, Mc Cartus voit des cocos partout. Jusqu’au petit coup d’oeil sous le lit avant d’éteindre.


                      • mmbbb 10 août 2014 13:06

                        Je vous confirme que l’education nationale est une chasse gardee J’ai perdu mon temps gaspille mon energie et enferme mon esprit Et je ne comprendrais jamais pourqoui je ne fus pas une chance pour ce pays en etant francais de souche Et pourquoi ne pas comparer les differents sytemes educatifs En Allemagne on a jamais considere les personnes voulant travailler de leurs mains comme des cretins irrecuperables Ce pays a un reseau de PMI PMI tres performants Le metro de Lyon a ete creuse avec une taupe allemande puisque ce pays maitrise la grosse industrie Nous ne voulons que des intellos exception culturelle oblige Notre tres grande culture francaise dont nous nous pamons avec un certain mepris pour les autres nations mais nous oublions que la culture depend de l’economie Venise cessa d’etre florissante des que son commerce periclita Il en ainsi depuis toujours une correlation directe entre une puissance economique et sa culture En premiere page du monde cette semaine, le desastre economique nous sommes revenus au niveau de 1994 et ce journal que j ai lu en juillet a l’etape en montagne pour passer le temps, mentionnait dans un article econique le decrochage de la France Nous l’avons bien merite tant cette mentalite francaise me desespere et ces fonctionnaires commenceront a comprendre des que leurs salaires devra comme en Grece etre amputes 


                      • rocla+ rocla+ 9 août 2014 18:18

                        Ben oui , pour un enseignant il est essentiel de savoir la date 

                        de la bataille de polochons entre Jules  César et  François 1er .

                        Plutôt que de donner envie  de monter une boite dans sa future 
                        vie professionelle .

                        Normal , l’ enseignant assis à la table  des fins de mois assurés 
                        n’ envisage d’autre alternative  que sa propre situation . 

                        Ce qui fait  que Charlemagne avait une grande barbe et Louis de Funes 1er 
                        de grandes oreilles .

                        Alors que cependant de temps là Denis Papin inventait la cocote-minute 
                        et Marcel Boussac  l’ imper à martinguale en simili plastique .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

LouisEv


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès