Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Paradis fiscaux : Injustice vitale à la survie du système monétaire (...)

Paradis fiscaux : Injustice vitale à la survie du système monétaire ?

C’est promis, juré ! Cette fois-ci c’est la bonne ! Nos appareils politiques vont vraiment, sincèrement, sans concession, s’attaquer à l’évasion fiscale. Ils le disent à la radio, la télé, en meeting… Et pourtant rien de nouveaux sous le soleil des Îles Caïmans ? C’est un discours politique récurrent qui resurgit à chaque nouveau scandale, mais nous le savons bien, il s’agit surtout de poudre aux yeux destinée à calmer la rogne du bas peuple qui lui-même, à son petit niveau, n’est pas contre l’idée de déjouer les règles fiscales afin d’améliorer son maigre quotidien à travers le travail au noir, par exemple. Mais c’est si peu à côté des dizaines de milliard, d’optimisation, d’évasion, d’exil de nos multinationales, de nos millionnaires et milliardaires chaque année plus nombreux, alors que le pays s’enfoncerait dans le marasme économique selon certains ayant pignon sur média.

Soyons honnêtes, personne à droite comme à gauche ne souhaite vraiment s’attaquer à cette injustice institutionnalisée. Il nous faut donc chercher à comprendre pourquoi. Tout d’abord, c’est l’Etat qui est le premier responsable et même le promoteur de cette délinquance. En effet, à travers les multiples niches fiscales qu’il invente, n’admet-il pas, ne construit-il pas l’idée que l’impôt est mauvais et trop lourd en permettant de manière légale à certains de s’y soustraire en partie ? L’exemple des avantages fiscaux consentis au Qatar pour encourager ses investissements en France n’est-il pas un bel exemple ? Ensuite, ouvrons les yeux : les paradis fiscaux prospèrent de manière totalement institutionnalisée au sein même de l’espace européen, avec des accords internationaux qui légitiment l’évasion. Je pense à Monaco, Andorre, Jersey, le Liechtenstein, le Luxembourg. Enfin, ils ne sont pas rares les politiciens qui, ayant travaillé au gouvernement et ayant acquis une connaissance pointue des rouages du ministère des finances, se reconvertissent dans les grandes boites privées ou comme « avocats d’affaires » et mettent leurs savoirs et leurs réseaux au service de « l’optimisation fiscale » de leurs clients et patrons.

Et par ailleurs, le dumping fiscal (qui est moteur de l’évasion), ne sévit-il pas aussi à l’intérieure même de nos frontières, à travers la compétition fiscale que se livrent nos communes, nos agglomérations, nos régions, pour attirer les entreprises et les investisseurs. On le constate, le mal est partout.

Il s’agirait donc de dizaines de milliards (mais comment le savoir puisqu’il s’agit de sommes secrètes soigneusement cachées par les évadés au regard du FISC ?) qui suffiraient à régler tous nos problèmes de déficits et de dettes, selon certains. Mais alors pourquoi rien ne change et même pourquoi la situation s’aggrave ? Soyons clairvoyants, il s'agit de la protection des intérêts d’une élite jamais rassasiée ayant la main mise sur les pouvoirs en place, mais peut-être faut-il chercher une autre raison macroéconomique à cette injustice flagrante, liée au système de la création monétaire par la dette. Je m’explique :

N’en déplaise à certains qui n’admettent pas l’évidence, la monnaie fiduciaire (pièces et billets) qui est effectivement émise par les banques centrales ne représente même plus 10% de la masse monétaire globale dans la zone euro, il me semble. Le reste, la monnaie scripturale (monnaie d’écriture), aujourd’hui informatisée (ce qui permet d’autant plus sa démultiplication) est entre les mains des banques privées (qui d’ailleurs ont toutes des succursales dans les paradis fiscaux). Ces dernières empruntent à la BCE, pour alimenter leurs fonds propres qu’elles démultiplient par le système de création monétaire par la dette. Un Etat ne peut plus emprunter directement à la BCE (article 123 du traité de Lisbonne) mais doit passer par le privé. Nos institutions publiques sont donc pieds et poings liés au bon vouloir des institutions bancaires privées qui font la pluie et le beau temps sur les politiques de nos gouvernements et la mascarade des élections n’y peut plus rien changer.

Pour les réticents qui se refusent encore à voir cette réalité, qu’ils visionnent cette vidéo explicative de la banque de France qui explique la même chose sans évoquer toutefois les conséquences néfastes de ce système :

Il n’y est rien dit ou très peu, sur les intérêts et donc la croissance folle et incontrôlable de la masse monétaire. Plus exactement, à la question posée naïvement par un comédien, la Banque de France répond que tout est sous contrôle car pour limiter et juguler la création monétaire par le crédit, il suffit de relever les taux d’intérêts et que donc, il y a moins de nouveaux emprunts et moins de création. Je pose la question : La BDF nous prend-elle pour des cons ? En effet, l’augmentation des taux d’intérêt peut limiter certes, la masse des emprunts mais comme expliqué dans un article précédent, puisque l’argent nait du crédit et meurt à son remboursement, il faut toujours des emprunts nouveaux pour rembourser les emprunts antérieurs afin qu’il y ait aussi de l’argent en circulation dans l’économie. La hausse des taux d’intérêts oblige donc à consacrer l’argent disponible au remboursement des dettes antérieures et assèche les mouvements monétaires pour les échanges dans l’économie réelle et appauvrit les masses populaires. Un exemple d’actualité : la Grèce.

Mais il y a encore plus grave. Car la hausse des taux d’intérêts implique qu’il faudra rembourser encore plus que ce qui a été emprunté et donc qu’il faudra encore plus de création monétaire. Ce système pourri ne peut donc pas contrôler la création monétaire folle car le remède aggrave le mal.

Je reprends : l’argent nait de la dette avec intérêts et meurt au remboursement du capital. Puisqu’il faut rembourser plus, il faudra emprunter plus avec de nouveaux intérêts. Donc création exponentielle de monnaie déconnectée de l’économie réelle. Pour juguler cela, décision d’augmenter les taux d’intérêts afin de limiter les emprunts nouveaux et la création monétaire. Mais puisqu’il faut rembourser les emprunts antérieurs, si l’on réduit les nouveaux emprunts, on vide l’économie de sa monnaie d’échange au profit du remboursement (comme en Grèce). La hausse des taux d’intérêts ne diminue donc pas les besoins en nouveaux emprunts et pire, elle asservit encore plus la politique aux créateurs de monnaies qui sont les seuls gagnants puisque le coût du crédit augmente. La hausse des taux ne fait qu’accroitre les besoins en masse monétaire globale.

Mais revenons aux Paradis fiscaux dont l’existence est vraisemblablement liée et indispensable au système monétaire. Depuis 1971 nous sommes passés de 3 à plus de 60 trillions de dollars de masse monétaire mondiale (toutes formes confondues). Et cela en quarante cinq ans. Ca dépasse tout entendement, toute logique rationnelle. Les paradis fiscaux agissent comme des véritables trous noirs de l’univers financier et ils absorbent à jamais une immense partie de la masse monétaire en extension (tout en assurant le pouvoir de ceux qui la possède). Alors posons-nous la seule question qui vaille : Si vraiment demain, les Etats s’attaquaient aux paradis fiscaux et que les milliards qui y stagnent retournaient dans l’économie, qu’adviendrait-il ?

C’est bien simple, nous serions submergés par une vague énorme, un tsunami monétaire, engloutis par les flots de milliards de milliards et en quelques jours, l’argent perdrait vraisemblablement presque toute valeur. Et donc ? C'est la fin du monde ?

Voila pourquoi jamais personne ne s’attaquera vraiment aux paradis fiscaux. A moins que demain, enfin, un mouvement politique mette clairement le problème de la création monétaire par le crédit avec intérêts auprès des banques privées, au centre de tous les débats. Mais pour cela, il faudrait qu’il atteigne le pouvoir où tout simplement, puisse prendre la parole.

En attendant, nous allons poursuivre vers le gouffre financier car malgré les trous noirs des paradis fiscaux, la masse monétaire va continuer de croitre inexorablement sans que la croissance économique ne puisse suivre faute d’énergie, de matière premières et parce qu’elle détruit notre environnement vital et notre sagesse sociale au nom de l’intégrisme économique. Bien entendu, cette démonstration n’entre pas dans les détails dont l'évocation ne sert bien souvent qu'à masquer l'essentiel.


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Spartacus Spartacus 20 mars 2015 17:46
    Pour qu’il existe des paradis il faut qu’il existe des enfers fiscaux.

    Ce doit être la misère les « paradis fiscaux » tellement il y a moins d’impôts.

    -N’y a t-il pas d’hôpitaux au Luxembourg ? Non il y en a.
    -Les salaires seraient pourris en Suisse ? Non le SMIC est à 2000€ net.
    -L’île Maurice doit être plus pauvre depuis que c’est un paradis fiscal ? Non le taux de développement est un des plus important du monde.
    -Singapour ou Hong Kong il ne doit pas y avoir de travail ? Non c’est le plein emploi.
    -Il ne doit pas y avoir d’investissements au Panana ? Non, ils investissent beaucoup. Ils agrandissent le canal.

    Alors pourquoi c’est pas bien les paradis fiscaux ? 
    Simplement dans les enfers fiscaux les obligés de l’état se gavent, et ils ne voudraient pas qu’on touche à leur privilèges, leurs avantages corporatistes et leurs statuts.

    Pas de statutaires en Suisse, Singapour, Hong Kong, Panama...Ceci expliquant cela ?


    • mmbbb 20 mars 2015 19:43

      @Spartacus Vous allez encore vous faire des amis En France nous avons un regime d’exception Meme le depute ayant la phobie administrative n ’ayant pas declare ses impots ets toujours a sa place Le represant de la CGT et dernierement le patron France television ont fait des depenses somptuaires Les francais ont tue le roi mais chacun veut avoir ses privileges et ses depenses dont la charge de l’impot en effet ne fait pas sourciller ces « plenipotentiaires » Quoi qu’il en soit je vous rejoins ce genre d’artcicle s’attaque encore une fois a ces paradis mais si j’avais du fric je quitterai ce pays Les francais n’ont jamais autant paye taxe impots CRDS RDS CSG et la situation aussi deplorable il a un probleme


    • Spartacus Spartacus 21 mars 2015 00:24

      @mmbbb
      Des amis qui veulent un pays enfer fiscal à ;l’état d’esprit socialisé et perdu à jamais. C’est pas bien grave....

      Nombre de taxes dont le rendement est inférieur à 100 millions par pays.

      FRANCE : 192
      ALLEMAGNE : 3
      ANGLETERRE :   0
      ITALIE : 24
      BELGIQUE : 14
      PAYS BAS . 0
      AUTRICHE : 0
      Définition de l’enfer fiscal ? De la connerie ? Ou le résultat de 70 ans de socialisation de l’esprit ?

      Il est temps de virer 80% des fonctionnaires et principalement ceux qui gouvernent la France et devenir un paradis fiscal.


    • rotule 21 mars 2015 06:52

      @Spartacus
      C’est probablement un ignare qui a traduit « tax haven » par « paradis fscal ». Le jeu de mot paradis - enfer, n’est valable qu’en français.
      Et si ces havres fiscaux offrent des services sociaux tout à fait à la hauteur, c’est que justement, ces richesses viennent de pays qui ne les offrent pas ou ne veulent plus les offrir.
      Il est évidemment impossible que tous les pays deviennent des paradis sociaux avec un siphonnage organisé.

      Le plus pathétique est que les enfers fiscaux sont organisés volontairement pour favoriser les évasions fiscales, ceux qui se gavent vont planquer leurs sous ailleurs.
      Ensuite, les états / politiciens peuvent expliquer ou justifier tout : le trou de la sécu ou les faillites des fonds de pension, l’austérité indispensable, culpabiliser les pauvres, distordre la concurrence, imiter le dumping social ou fiscal d’un pays voisin, .... tout ça devant des peuples lobotomisés par la télévision.


    • Spartacus Spartacus 21 mars 2015 08:30

      @rotule
      Il vous est pas venu à l’esprit que c’était tout a fait normal que des pays fassent tout pour attirer les investissement ?
      Fassent tout pour attirer la construction de richesse dans « leur » pays plutôt que celui du voisin ?

      Fassent tout pour le bien de leur peuple ?

      Que cela n’a rien de choquant ? Que qui est choquant sont ceux qui s’en étonnent.

      Entre décréter des taxes à tout bout de champ et décréter de les baisser et qu’il y en aie moins.
      Qu’est ce qui est mieux pour le peuple.

      Que des dirigeants de pays intègrent la « concurrence » fiscale n’était pas un mot « tabou » ? Mais peut être que dans ces pays les dirigeants ne sortent pas de l’ENA et n’ont pas « besoin » de l’état pour vivre ?

      Que les dirigeants de ces autres pays ne sont ni en « disponibilité » ou « détachement » de l’état qui engendre un conflit d’intérêt entre les impôts et leur revenus ?

      N’est il pas le temps de comprendre qu’il vaut mieux créer un paradis que de mettre des barrières pour rester un enfer ?
      Changer de 70 ans de la socialisation des esprits ?


    • CN46400 CN46400 21 mars 2015 09:02

      @Spartacus


       Les paradis fiscaux sont toujours des contrées peu peuplées, donc qui ont des besoin sociaux limités, peuvant être satisfaits par un prélèvement d’autant plus léger qu’il porte sur une assiette la plus vaste possible. Mais l’étendue de l’assiette dépend surtout de la bonne volonté des états, peuplés eux, où elle se remplit. Si l’état français, pardon de la bourgeoisie française, voulait vraiment faire rentrer les impôts de McDo qui s’évaporent dans le duché du Luxembourg, il taxerait les restos McDo comme les restos gaulois, et tout rentrerait dans l’ordre !

    • mmbbb 21 mars 2015 10:17

      @CN46400 Avant de vouloir toujours taxer plus et d’en vouloir a certaines entreprises il conviendrait de mieux gerer les depenses et enfin de faires des reformes Il a ete dit redit Avons nous besoin d’autant de deputes de senateurs Est il normal qu’un president d’une chaine de televisions et radios publiques fasse des depenses somptuaires alors que la tresorerie est negative Voila cette inconsequence de notre elite bien francaise Je me suis amuse a regarder un emission d’une TV Suisse qui dans un soucis didactique les animateurs decortiquaient notre hyper « complexification » administrative Et d’autre part est il normal d’accueillir toutes la misere du monde qui nous coute tres cher ( cas d’ecole famile Leonarda ou aucun membre de la famille n’ apporte un euro de richesse ; faite le calcul du sejour dans notre pays si genereux alors que certains francais ayant bosse crevent ) Je sais je suis un rec mais j’assume Il n’est qu’a comparer la sante economique de la Suisse Le peuple suisse bien que qualifie par Moscovici de peuple pas tout a fait democratique peut encore prendre des decisions dans l’interet de leur pays Vous pouvez vouloir toujours taxer plus, notre systeme a atteint ses limites et hollande s’en apercoit avec ce chomage permanent alors que les impots taxes et autres n’ont jamais aussi haut Montez un PME PMI ou soyez en profession liberale vous aprécierez toute la gentillesse des fonctionnaires lorsque les traites ne sont pas reglees dont certains ont une haine viscerale des entrepreneurs. Quoi qu’il en soit notre systeme est a bout de souffle. 


    • bubu123 21 mars 2015 11:05

      @Spartacus

      Mais stop le charabia sur la socialisation du pays

      Il n’y a aucun socialiste au pouvoir, ils sont tous vendu au monde libérale et capitaliste.

      La France est le paradis des grandes entreprises et des actionnaires, ils se mettent des milliards dans les poches tout les ans, sans compter l’exil fiscal, et encore on leur donne de la tune par dessus le marché, soit disant pour la compétitivité.

      Pendant ce temps la les budgets sont diminués partout, l’hôpital publique est dans un état lamentable avec votre politique libérale, et je parle même pas des écoles, dans certaine collectivité les enseignants ne doivent pas dépenser plus de 30euros par an par élève, on va loin avec ça !

      Alors votre topo sur les fonctionnaires merci bien


    • CN46400 CN46400 21 mars 2015 15:12

      @mmbbb


      Il n’est question ni de taxation punitive ni de taxation paradisiaque, il s’agit d’égalité de traitement de tous. Les gains spéculatifs devraient être taxés au même tarif que les gains du travail, et il est aberrant, non seulement du point de vue étique mais aussi économique que ceux qui s’enrichissent en dormant soient moins taxés que ceux qui doivent travailler pour obtenir un salaire. C’est valable en Suisse comme partout.

      La démago anti parlementaire, ou anti immigrés n’avance aucune solution sérieuse. Dans l’Allemagne de Hitler, il n’y avait pas de parlement, ni d’immigrés volontaires, on a vu le résultat. Partout c’est le travail qui crée les richesses, pas la rente.

    • Spartacus Spartacus 21 mars 2015 19:35

      @CN46400
      C’est l’échange qui crée la richesse. Jamais le travail.

      Si vous travaillez a réparer votre voiture, vous aurez au mieux une voiture qui marche mais ne serez pas plus riche.
      Si vous réparez votre voiture et la vendez, c’est bien l’échange et l’économie de marché qui vous rendra plus riche.

      Vous pourrez travailler autant que vous voulez, si le travail ne fait pas l’objet d’un échange, il ne créera aucune richesse.


    • CN46400 CN46400 22 mars 2015 13:17

      @Spartacus

      C’est curieux les voitures qui roulent paraissent mieux s’échanger que les épaves.......

    • anomail 31 mars 2015 14:23

      @Spartacus

      « Si vous réparez votre voiture et la vendez, c’est bien l’échange et l’économie de marché qui vous rendra plus riche. »

      Oui mais vous n’aurez plu rien pour rouler, exemple complètement fallacieux.


    • anomail 31 mars 2015 14:25

      @Spartacus

      « Il vous est pas venu à l’esprit que c’était tout a fait normal que des pays fassent tout pour attirer les investissement ? »

      Ce sont les dirigeants qui font cela, pas le peuple : on ne lui laisse pas le choix.


    • Werner Laferier Werner Laferier 20 mars 2015 22:29

      C’est ainsi que la démocratie et le capitalisme fonctionne - c’est le moindre mal de toutes les idéologies / systèmes économiques.
      Il ya des pays qui ont exécuté la bonne combinaison des deux, mais il ya des pays, comme la Russie, le Soudan, la Syrie, où ça ne va pas bien. Les gens ont le pouvoir de changer cela et ils ont le pouvoir de fixer , bien qu’un tel pouvoir ou droit existe dans un pays tyrannique. C’est au peuple de s’unir d’investir dans des banques et d’utiliser leurs pouvoirs si jamais ils veulent vivre heureux.

      Mais je vous garantis que la vie sous le régime communiste, fasciste, islamiste, baathiste, nationaliste aurait pu sembler bon, mais ne l’était pas du tout, ces régimes imposait une illusion par la censure et l’égalité de la pauvreté - tout le monde était tout aussi pauvres (sauf les membres de ces partis) et personne ne savait comment les gens en Occident vivait, ils ont été nourris de propagande sur la façon dont l’Occident vit de manière démocratique et civilisé, c’est ce qui explique l’antiaméricanisme, l’antisionisme dans le monde..

      Ils n’ont aucun contrôle sur leur vie et un être humain est une simple statistique, qui fait partie de la plus grande « classe ouvrière ». La démocratie et le capitalisme donne l’individualité, c’est pourquoi beaucoup de gens échouent parce qu’ils sont ignorants, stupides et ou n’ont pas une individualité - ils ne peuvent pas réussir seuls, ils doivent être dicté et on doit leur dire quoi faire, ils agissent en mouton bêlant d’une dictateur, je peut prendre en exemple ici Fifi, Tartoquetsch qui agissent pour le compte de Poutine et qui n’ont pas de pensé propre, ni une individualité.

      La démocratie a ainsi plus de potentiel que les autres conceptions de pouvoir tyrannique (en fait, le communisme par exemple, par définition, est une idéologie autoritaire, parce que vous ne pouvez pas appliquer la nationalisation, la collectivisation, etc... sans forcer (communisme volontaire n’aurait jamais travailler dans la pratique), ce qui conduit alors à une dictature, plus le système d’économie est planifiée, plus cela signifie que le pays doit contrôler le marché lui-même - et donc pas de liberté. Le marché doit être ouvert comme dans l’UE.

      Je n’ai donc pour conclure que mépris pour les sbires qui agissent ici sous influence des services secrets russes, ou qui soutiennent des régimes tyranniques dans le monde par anti-capitalisme, anti-sionisme, anti-américanisme. Ils savent que ma conception des choses, ma vision est juste, mais ils ne vous le révèlerons pas, car ils savent être dans le mensonge et la haine.


      • franc tireur 21 mars 2015 00:31

        j’approuve les propos de spartacus


        Tout Etat est souverain pour appliquer la politique fiscale qu il souhaite et que ses citoyens ont voté.
        S’il y a des pays assez cons,suivez mon regard, pour surtaxer travail et capital dans un monde ouvert ca les regarde eux seuls.
        S’il y a des pays qui par pur dogmatisme ont suicidé leur place financière en 20 ans pendant que d autres ont fait le choix de l’attractivité , du developpement , de l’investissement , a qui la faute ?
        le monde ne va pas se faire hara kiri parce que la France n a économiquement toujours pas digéré la chute du mur de berlin.

        • Rygar Rygar 21 mars 2015 02:26

          @franc tireur
          Mouais en 2008 j’ai pas eu l’impression de le modèle libéral Financier qui est toujours le même actuellement était particulièrement le meilleur.

          Aller l’histoire vas me faire mentir... !
          Le modèle social n’est pas forcement meilleur mais j’ai comme l’impression qu’il va beaucoup moins vite dans le mur !
          Certainement du pur Dogmatisme ; je ne fait pas suffisamment confiance à tout ces gentils algorithmes qui nous veulent que du bien !!! En même temps eux ils se font pas construire des bureau à 100k€ 
          Je vous rassure j’ai pas de modèle de substitution ; dans les 2 modèles ; le problème de base c’est nature Humaine. 
          La putain de cupidité ! qui dans le cas du Modèle Libéral Financier a pris celle-ci comme une religion et un fin en soit et pour l’autre comme une justification.
          Désolé si j’ai moins confiance dans un modèle libéral déshumanisé que dans un modèle social mal géré ; parce que au moins dans ce modèle la j’arrive encore à voir à qui profite le crime alors que dans l’autre ce n’est pas le cas et c’est justement le plus gros problème !!


        • franc tireur 21 mars 2015 20:39

          @Rygar
           il y a ceux qui tirent parti de la cupidité humaine pour tendre vers l efficacité avant tout, et ceux qui essaient de rééduquer l homme pour inventer une société hors sol , c est le socialisme et ca s est toujours terminé dans le sang.


        • fred.foyn Le p’tit Charles 21 mars 2015 07:59

          Toutes les sociétés du CAC 40..vous savez celles qui servent de modèle a notre belle démocratie...Ont toutes des milliards planqués dans des paradis fiscaux...et ça tous les politiciens-moralistes de notre beau pays le savent... !


          • mmbbb 21 mars 2015 10:54

            @Le p’tit Charles meme l’etat se sert des paradis fiscaux Scandale du credit lyonnais et des fregates de Taiwan par exemple Etant donne que les caisses de l’etat sont des tonneaux des danaides et que nous incapables de faire des reformes, et que ces entreprises en toutes legalites dont le marche est mondial n’ont aucun interet a etre affable avec le fisc Vous oubliez au passage que la france a un tres bon classement a l indice de corruption . Ce qui demontre que ces entreprises ne sont pas les seules a vouloir échapper a l’appetit du tresor public


          • Jean Keim Jean Keim 21 mars 2015 10:23

            L’article de l’auteur ne justifie pas l’économie financière mais explique un des ses aspects , les commentaires par contre sont là « pour le bout de gras ».

            Ailleurs (en Allemange, en GB ...), c’est mieux, ok alors allez y vivre et tenez nous au courant.
            L’économie et donc l’argent sont condamnés à une progression infinie sinon ils disparaîtront, ainsi l’argent virtuel ne peut exister qu’en grossissant et donc par de l’activité incessante, inévitablement le processus connaitra un maximum et ensuite ce sera la dégringolade,dont les conséquences sont difficiles à évaluer, seulement je me demande si la finance n’est pas en train avec son argent virtuel de s’approprier tout ce qui peut s’acheter.
            Un scoop, il n’y a pas des banques mais UNE banque et les enseignes ne sont là que pour la vitrine.

            • ddacoudre ddacoudre 21 mars 2015 13:41

              bonjour peinpourte.

              la monnaie fut un fabuleux instrument d’échange, tout ce que nous pouvons échanger n’a qu’une valeur suggestive dont l’histoire remonte aux religions. l’on offrait aux dieux pour recevoir ses faveurs ce à quoi,l’on tenait le plus. peu de gens ignorent cette partie de notre création de valeur des choses. Ainsi les sacrifices humains ne signifiaient pas que ceux qui les faisaient étaient des barbares, mais ils offraient au dieux ce à quoi ils tenaient le plus. je précise cela car pour trouver une solution à nos problématique il ne suffit pas de trouver un mécanisme particulier si l’on ne s’attache pas au sens que l’on donne à notre existence. ceci précisé je partage ton point de vue sur l’endettement. si utiliser les masses monétaires disponible évitent d’avoir recours à l"émission de monnaie, il n’y a aucune raison de rembourser des intérêts à quelqu’un qui n’a pas l’utilité de la monnaie dont il dispose, et encore moins de rembourser deux fois le capital, qui comme tu l’indiques n’éteint pas la dette puisqu’il à généré des intérêts et le double de sa valeur.
              le processus en lui même ne serait pas gênant s’il n’était pas auto destructeur. si tout le monde vivaient des intérêts de son capital plus personne ne produirait et la structure s’effondrerait d’elle même. parfois il faut savoir pousser un raisonnement jusqu’à l’absurde pour saisir le véritable enjeu qu’il y a derrière. alors nous nous rendons compte qu’il ne s’agit d’un processus sélectif de ce que communément l’on nomme la rareté qui doit s’amenuiser par la production de masse.
              globalement dans des productions vivrières nous y sommes parvenus allant même à détruire le surplus pour maintenir l’honorabilité et la ressource de certains agriculteurs, sans oublier ce qui sans honte spéculent sur ces denrées. j’ai seulement souligné ces deux éléments qui démontrent ce dont nous sommes capables techniquement et que nous détruisons pour un seul enjeu monétaire. A cela ce ne sont pas des solutions technique qui y répondront.
              dans l’organisation du système capitaliste, il ne survit que parce que depuis son origine et son développement exponentiel avec l’industrialisation l’on compte la richesse au nom du possédant et non au nom des participants, nous sommes donc toujours dans un rapport dominants/dominé que les hommes acceptent aujourd’hui comme hier c’est pour cela que toute évolution vers une égalité d’appropriation de ce à quoi l’on a participer pour produire est lent.
              Mais changer cela idéologiquement ne suffit pas i l’on conservent un système d’endettement comme le notre et un plan comptable qui est l’ARN du capitalisme.http://ddacoudre.over-blog.com/pages/Le-capitalometre-8441227.html
              http://ddacoudre.over-blog.com/2015/03/essai-de-1999-remunerer-les-hommes-pour-apprendre-7.html.
              cordialement.


              • elpepe elpepe 22 mars 2015 12:31

                Tout s achete surtout les hommes politiques car ils ne font de la politique que pour etre achetes d’ailleurs.
                Cela s appelle la loi de la nuisibilite maximale, cad plus tu es nuisible et plus tu gagnes de l argent, plus tu as d argent et plus tu peux acheter les autres.
                D ailleurs si tu en as vraiment beaucoup, tu n as plus besoin de payer, la menace suffit, car tu deviens alors un protege du systeme, ou VIP= Virus Impersonalise en Personne
                C est normal et c est bien ainsi, je ne comprends pas tous ses cretins qui voudraient plus de morale, voir morale politique, laissez moi rire.


                • fg 22 mars 2015 13:07

                  Petit calcul de base : vous n’etes pas paradis fiscal vous avez 100 de revenu national et vous taxez à 20 % vous rentrez : 20. Vous devenez paradis fiscal vous faites monter le revenu à 10000, vous taxez à 3% vous rentrez 300. simplement vous avez escroqué 2000 aux pays alentours mais vous n’avez pas de problème pour payer des salaires, des hopitaux, vous avez augmenté vos revenus


                  • elpepe elpepe 22 mars 2015 16:13

                    @fg
                    Dans le calcul il faut prendre en compte les pourcentages de politiciens et fonctionnaires par citoyens qui travaillent et donc payent, et la votre calcul est totalement fausse,
                    L etat est un ogre, et aujourd hui les democrates ont perdu la bataille, la France et l Europe deviendront inexorablement Communiste (ou Socialiste c est pareil mais couleur noire nazi a la place du rouge sang)
                    CAD un pouvoir dictatorial au service de la Finance, des puissances etrangeres et d eux memes les oligarchs et leurs descendances.
                    Je suis parti avec ma valise, ma famille a l etranger, il faut avoir des couilles, dans un etat qui a un peu moins de pouvoir, mais c est pas gagne ..
                    il y a tres longtemps que la democratie et liberte ne veulent absolument plus rien dire, pour peu que ceux-ci aient existe un jour, maybe les Grecs ?
                    La liberte ou la Mort c est mon seul slogan, (Nikos Kazantzakis)


                  • cistus 22 mars 2015 22:48

                    Premièrement, il faudrait nous expliquer en quoi la fiscalité incarne la justice. L’imposition a toujours financer en grande partie tous les conflits, les guerres, les camps d’exterminations, les colonisations sous toutes leurs formes... Se faire racketter par des politiciens n’est pas plus juste que se faire exploiter par un grand patron ou un banquier. 

                    Tant que les socialistes ne voudront pas voir la nuance entre le fait que l’imposition PEUT-ETRE une forme de solidarité et le fait que la fiscalité l’est réellement. Alors, les paradis fiscaux seront indispensables à la survie de toute population.

                    • elpepe elpepe 23 mars 2015 13:34

                      @cistus
                      exact la politique c est juste le pouvoir de mettre un pistolet sur la tempe des contribuables du prive et de leur dire paye, mes voitures, mes maitresses, ma maison, mes vacances, ma retraite,
                      Rien de plus rien de moins, Dieu jugera et distribuera les coups de pieds au cul pour une eternite a tous ses connards, comme dirait Boris Vian j irais ...


                    • gingerjo 23 mars 2015 16:41

                      Excellent article !!!

                      Il est temps de faire comprendre aux politiciens de tout bord que le néolibéralisme sans limites est néfaste pour la démocratie !
                      Ça fait maintenant quelques années qu’on nous met en garde contre les dangers auxquels il nous expose mais, nos politiciens tergiversent, éludent le problème, nous soumettent à des pressions fiscales indues et laissent les cabinets de conseil internationaux poursuivre leur entreprise de démolition de nos économies, de nos démocraties et nos systèmes de sécurité sociale !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès