Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Pas de plan Marshall pour aider les Etats-Unis. Bienvenue dans la guerre (...)

Pas de plan Marshall pour aider les Etats-Unis. Bienvenue dans la guerre froide économique en 2008

Rappelons quelques événements passés : après 1945, alors que l’Europe sortait des épreuves de la guerre et que les Etats-Unis, alors hyper-puissance économique, se proposa d’aider les nations européennes en les irriguant d’aides financières. Le Royaume-Uni et la France en furent les principaux bénéficiaires, alors que des contreparties furent monnayées, certes pas si contraignantes, mais inscrites dans un projet économique transatlantique. Les aides du plan Marshall ont été octroyées pour l’essentiel sous forme de don moyennant un engagement des bénéficiaires à coordonner leurs dépenses de reconstruction, ce qui du reste a favorisé la naissance de la CEE. Par la suite, les Américains ont demandé aux Européens qu’ils achètent leurs produits.


C’est ce qu’on appelle du « good deal ». Du coup, cette opération a permis une sorte de standardisation des modes de consommation. Mais le ressort principal, inscrit dans la doctrine Truman, fut d’endiguer une menace communiste planant sur ces nations européennes prises dans le champ de mire de Moscou. Et dieu sait si la misère sociale peut conduire les peuples à épouser des options pas très démocratiques.


Ce rappel historique doit nous servir à comprendre qu’il fut un temps où le marché n’avait pas encore son champ libre et où les Etats avaient un ascendant sur les finances et l’économie, autant que sur les impératifs moraux, pouvant décider de débloquer des fonds de très grande ampleur pour des objectifs d’ordre éthique qui ne doivent pas être sous-estimés sous prétexte que des grandes entreprises ont tiré leur épingle du jeu et ont réalisé des profits substantiels. C’est leur fonction et c’est par elles entre autres que se développe le niveau de vie, avec bien entendu la puissance des travailleurs. Le plan Marshall s’inscrivait d’ailleurs dans le principe du capitalisme fordien. Sauf qu’au lieu d’augmenter les salaires pour que les ouvriers achètent les produits des usines, les Etats-Unis ont donné des fonds aux Européens pour qu’ils achètent des produits américains. Il n’y a rien de scandaleux. C’est du gagnant-gagnant. Il faut également souligner la conjoncture économique de l’époque. Celle d’une hyper-puissance capable de produire en nombre des biens de consommation, ayant décidé d’aider d’autres nations à rejoindre son niveau de développement. Puis, l’évolution des valeurs a basculé en l’espace de vingt ans, entre 1965 et 1985, quand l’hédonisme et le consumérisme, alliés à l’individualisme démocratique et la montée en puissance des réseaux financiers, ont propulsé une mondialisation où l’éthique est absente et où l’intérêt est omniprésent. D’où les reproches faits par les idéologues alter aux pratiques du FMI et de la Banque mondiale.


Le cours économique du monde se détermine selon deux axes, celui du marché et celui des Etats qui, avec quelques institutions et décisions, pouvaient réguler et réorienter pas mal, et maintenant très peu, de moins en moins, des processus globaux ajustés par le marché. Car il y a deux déterminants, la puissance financière et la puissance d’intervention des Etats. Et c’est la finance qui a pris l’ascendant.


Du coup, nous voilà avec une situation pour le moins étrange où la Chine, riche de ses dollars, se positionne en puissance disposée à prêter (et non pas donner) de l’argent aux Américains pour qu’ils puissent acheter ses produits. C’est ce qui se passe en effet, la Chine achetant des bons du trésor américains (des avoirs évalués à 1 500 milliards de dollars) et, de ce fait, finançant une dette contractée sur deux pôles, la surconsommation des ménages américains, ajoutée aux créances immobilières, et l’effort de guerre en Irak. Du coup, l’ironie de l’Histoire sert de miroir et nous renvoie l’image d’une société américaine en difficulté non pas parce qu’elle vit dans la misère, mais parce qu’elle se voit dans la misère (au bord d’une récession) et ne voit dans la croissance que son seul salut. D’ailleurs, la finalité ostentatoire de la consommation de certaines classes est avérée. Un lieu commun. Avoir et paraître au lieu d’être. Ce faux plan Marshall de la Chine n’a rien de moral ni d’immoral. Les Américains ont plongé dans l’excès, la surenchère consumériste, alors, autant leur faire payer le prix de leurs désirs, tant qu’ils sont solvables. Et du coup, les Américains, d’hyperpuissance économique qu’ils furent en 1950, sont devenus, pour une part, des vassaux d’autres puissances montantes. Tout en restant, grâce à une avance technologique indubitable, une hyperpuissance militaire. C’est cela qui compte pour leurs dirigeants. Qui font face au même problème que connaissent l’Allemagne et la France, le pouvoir d’achat des classes moyennes et la monté du « précariat ».


Cette idée de faux plan Marshall de la Chine nourrit la caricature d’une nation américaine devenue partiellement une vassale économique de la Chine. Porter un jugement moral sur la société américaine ne présente aucun intérêt d’autant plus que toutes les nations présentent en leur sein des comportements de boulimie consumériste. Et puis la notion de vassalité économique n’a plus aucun sens dans un monde où tous les pays sont en interdépendance. Il faut plutôt voir dans cette étrange configuration le signe d’un capitalisme inversé à celui de 1945 avec les Etats-Unis qui, au lieu de prêter et donner des fonds pour le développement de pays alliés, s’endettent en favorisant la croissance de la Chine.


En conclusion, ce saut d’un demi-siècle n’augure-t-il pas aussi d’une nouvelle ère, celle de la guerre froide économique ? Rappelons que selon certains historiens, la guerre froide entre Ouest et Est aurait débuté avec le plan Marshall. Et donc, l’idée d’une seconde guerre froide à l’occasion de ce faux plan Marshall imputé à une Chine qui, avec ses faramineuses réserves de créance, représente l’équivalent d’une « bombe atomique financière » pouvant être utilisée si nécessaire. Cela dit, les Chinois de 2008 ne sont pas plus suicidaires que les Soviétiques de 1958. Ils sont heureux d’envoyer des vaisseaux dans l’espace. Mais le ressort d’une guerre froide est la peur et ce ressort se vérifie avec ce trou dans la Société générale, que des journalistes pressés de jouer sur la peur (il fallait écouter ce matin l’interviewer de France Inter face au responsable du Crédit agricole), en présentant ce fait comme une bombe financière ayant pété tout en laissant planer la menace d’autres explosions à cause de ces produits financiers que les traders manipulent comme de la dynamite immatérielle. Et du fait de la mondialisation financière, cette guerre froide est délocalisée et ne se gère pas avec un simple téléphone rouge. On ne sait même pas qui détient les explosifs monétaires.


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • morice morice 25 janvier 2008 10:44

    Excellente inversion de valeurs !!!


    • ZEN ZEN 25 janvier 2008 11:36

      Si la Chine retirait ses bons du Trésor, le niveau de vie us baisserait de 15 à 20%, avec toutes les conséquences que l’on imagine pour tous ceux qui sont sur le fil du rasoir...

       

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=12980


      • Gandalf Tzecoatl 25 janvier 2008 11:42

        Apparemment, la réciproque n’est pas vraie, une récession ou une perte de croissance américaine n’a pas que des inconvénients pour la Chine, notamment en terme de surchauffe et d’inflation :

        www.lefigaro.fr/economie/2008/01/25/04001-20080125ARTFIG00296-la-croissance-chinoise-bat-tous-les-records.php

         


      • Serpico Serpico 25 janvier 2008 15:52

        Arthur Mage : "Je lutterai toujours contre les comportements de nature dictatoriale"

         

        ****************

         

        Viva la muerte !


      • geko 25 janvier 2008 12:36

        Vous oubliez de préciser que si la Chine est riche de dollards ce sont les USA qui ont la planche à billets et si l’économie américaine s’effondre c’est l’économie mondiale qui tombe, la chine avec !


        • geko 25 janvier 2008 13:12

          Je n’en attendais pas moins de votre part bernardo le megalo ! Allez je vous laisse irradier le lecteur AV du haut de ses temples maçonniques. N’oubliez pas de débattre avec vous même pour évoluer !

          Hugh !


        • Black Ader 25 janvier 2008 15:02

          "Ce rappel historique doit nous servir à comprendre qu’il fut un temps où le marché n’avait pas encore son champ libre et où les Etats avaient un ascendant sur les finances et l’économie, autant que sur les impératifs moraux, pouvant décider de débloquer des fonds de très grande ampleur pour des objectifs d’ordre éthique qui ne doivent pas être sous-estimés sous prétexte que des grandes entreprises ont tiré leur épingle du jeu et ont réalisé des profits substantiels."

           

          Déja, si les Etats avaient eu le moindre ascendant sur l’économie, ils n’auraient pas eut besoin du plan marshall !

           

          "Sauf qu’au lieu d’augmenter les salaires pour que les ouvriers achètent les produits des usines, les Etats-Unis ont donné des fonds aux Européens pour qu’ils achètent des produits américains."

           

          En fait non. Les fonds servaient à acheter des matiéres premiéres.

           

          "Le cours économique du monde se détermine selon deux axes, celui du marché et celui des Etats qui, avec quelques institutions et décisions, pouvaient réguler et réorienter pas mal, et maintenant très peu, de moins en moins, des processus globaux ajustés par le marché."

          Rien ne le prouve. D’ailleur, si cs politique ont été abandonné, c’est pas pour faire plaisir à des théoriciens !

           

           

          "Du coup, nous voilà avec une situation pour le moins étrange où la Chine, riche de ses dollars, se positionne en puissance disposée à prêter (et non pas donner) de l’argent aux Américains pour qu’ils puissent acheter ses produits."

           

          Parait même qu’ils y a des bougnoul qui nous préte de l’argent qui vient de nos achat de leur pétrole !

          Avouez que le monde est étrange, pas vrai ?

          Et à part ca ?

           

          "Du coup, l’ironie de l’Histoire sert de miroir et nous renvoie l’image d’une société américaine en difficulté non pas parce qu’elle vit dans la misère, mais parce qu’elle se voit dans la misère (au bord d’une récession) et ne voit dans la croissance que son seul salut."

          Cf Tocquevile. La croissance est effectivement indispensable dans un pays ou tout est possible, c’est dans l’essence même des USA.

           

          "D’ailleurs, la finalité ostentatoire de la consommation de certaines classes est avérée. Un lieu commun. Avoir et paraître au lieu d’être."

          Pour les classes inférieurs, ils vaut mieux pour l’humanité qu’ils s’en tienne à l’avoir, car pour l’être, je ne vois pas ce que ca peut être, justement. La beauté interieur ? C’est vachement important, surtout pour eux !

           

          "capitalisme inversé à celui de 1945 avec les Etats-Unis qui, au lieu de prêter et donner des fonds pour le développement de pays alliés, s’endettent en favorisant la croissance de la Chine."

           

          Visiblement, vous avez du mal à comprendre ce qu’est devenu la chine. Le temps va vous reserver des surprises...

           

          " Et donc, l’idée d’une seconde guerre froide à l’occasion de ce faux plan Marshall imputé à une Chine qui, avec ses faramineuses réserves de créance, représente l’équivalent d’une « bombe atomique financière » pouvant être utilisée si nécessaire."

           

          Tous le monde sait que les USA et la Chine sont en lutte pour savoir qui va dominer la planéte, donc l’Europe, dans les décénies futures. Mais la chine comme les USA ont trop besoins de croissance pour se permettre des guerres économiques façon kraks (d’ailleur avant c’était le Japon qui inancé les USA, pas vu de probléme). C’est sur la hautes technologies que tout va se jouer.

           

           


          • ernst 25 janvier 2008 15:32

            Votre optimisme fait plaisir à voir !...

            Pourquoi froide, la guerre ?...À quoi donc servirait l’intenable position en Irak, sinon à avoir une base orientale rapprochant des objectifs ?... Dans cinq ou dix ans, l’avancée technologique des américains en matière d’armement aura fondu. Une dette aussi colossale vis à vis de la Chine ne portera pas le gouvernement américain, quel qu’il soit, à penser autre chose que le meilleur moyen de s’en débarrasser, c’est d’éliminer le créancier.

            Origine similaire qui conduisit toujours aux pogroms juifs.


            • tvargentine.com lerma 25 janvier 2008 17:37

              Vous mélanger tout et n’importe quoi et vous trouvez le moyen d’être encore diffusé sur les 200 "rédacteurs officiels d’AGORAVOX"

              Avant tout chose,l’économie américaine c’est la puissance économique du libéralisme

              Ensuite il dispose d’une monnaie qui va baisser ou monter en fonction de la croissance économique ou d’un ralentissement économique.

              Les Etats Unis ont été presque toujours débitrice en terme de commerce extérieur car ce n’est pas un problème pour ce pays qui s’auto-finance avec l’émission de bons du trèsor américain ,achetés hier (les années 80-90-2000) par les japonais et aujourd’hui par les chinois.

              Le maitre du jeu ,reste les USA.

              Concernant la Chine,elle ne représente pas un danger car elle n’est qu’une zone de sous-traitance économique et non technologique.

              Quand à la Société Générale,ce n’est pas "1" trader ,mais la mauvaise gestion de cette banque par cette direction qui doit démissionner ,car la politique du profit à court terme et l’externalisation des dettes ont toujours une mauvaise fin

              A nous de savoir si nous allons accepter d’un payer le prix comme en 1993 par une grave recession ou si nous allons exiger la démission de cette direction et l’ouverture d’une enquête pour "crime économique"

               

               

               

               

               


              • bob 27 janvier 2008 12:34

                Faut il rappeller que les chinois n’ont jamais oublie l’invasion de leur territoire au 19e siecle par les occidentaux, leur occupation suite au trafique de drogue ainsi que la guerre des boxers.
                Faut il rappeler l’occupation japonaise de la Chine ainsi que les pretentions occidentales sur ce pays apres la seconde guerre mondiale ?
                Faut il souligner que l’arrivee du communisme en Chine a ete tres largement favorise, a leur corps defendant, par les occidentaux ?

                En conclusion, ne pensez vous pas que les chinois vont s’adapter comme ils l’ont toujours fait au cours de leur histoire face a l’adversite ?

                Cessons de voir des valeurs humanistes a l’endroit ou nous avons laisse une mentalite d’exploitation. Sachons a qui nous avons affaire et preparons nous en consequence.
                 


                • olivierchen 12 avril 2008 09:33

                  @Bernard Dugue :

                  Un jour dans les pays occidentaux on va revenir a une sorte de dictature militaire ou un parti d`extreme droite qui prendra le pouvoir ...

                  Le scenario catastrophique c`est que le gouvernement us arreteras de payer les interets des dettes aux reste du monde et mettront le monde dans la merde...gardons un esprit crtitique et soyons vigilants apres tout la vie est une illusion surtout en economie ...


                  • olivierchen 13 avril 2008 11:07

                    Le problème est le suivant :

                     

                    la richesse est toujours là ou sont les usines les plus productives. La richesse se fabrique dans les usines et dans les centres de recherches. 

                     

                    je n’arrête pas de dire que ce ne sont pas les marques qui creent les produits MAIS les PRODUITS qui créent les MARQUES.

                     

                    C’est Windows qui a crée Mircrosoft

                    C’est Macintosh qui e crée Apple

                    C’est la Golf qui a crée Volkswagen

                    C’est la série 3 qui a crée BMW

                     

                    Et pas l’inverse.

                     

                    La seule chose qu’on peut envier aux USA ce sont

                    - leurs Armes

                    - Google

                    - Windows XP ( pas vista)

                    - MacOSx

                     

                    et leur systèmes de financement des nouvelles idées produits via les StartUp. Mais en cas de crise financière ils n’auront plus les moyens suffisant de financer tous cela et ce sera douloureux pour l’ensemble de la société

                     

                    De plus ce n’est pas un progrès de fabriquer des yaourth consommés en France en Chine.. pareils pour d’autres produits.

                    Par contre c’est un progrès que Danone apporte son savoir faire et fabrique de Yaourth en Chine pour les Chinois.

                     

                    les excedents et les deficits sont de vrais bombes à retardements financière.

                    Ils faut impérativement trouver les bons équilibres et laisser faire le marché. la seules choses que doit faire la politique c’est d’éviter les exces. Or en ce moment ont fait n’importe quoi !

                    Pourquoi : on protège les spéculateurs qui se sont enrigit en faisant payer les travailleurs via les impôts sous prétexte que les sommes en jeux sont tellement enorme que le système risque de s’effondrer. MAIS c’est faux.

                     

                    Proposition :

                    on crée des banques de dépots on l’on peut jusqu’a 500.000 euros à titre individuel rémunéré 2,5%

                    ces dépots sont ensuite prêtés à 3,2% à des banques d’investissement qui prêtent l’argent 4,5,6,7,8% selon risque

                    Si une banque d’investissement fait faillite il faut la laisser faire faillite et mettre les dirigeants et tous le directoire en prison pour 5 ans ...

                    Si être banquier c’est la garanti de s’enrichir sans risque et sans travaille alors le systeme finira par s’effondrer comme c’est le cas actuellement.

                     

                    Il n’y a pas de crise economique mais il y a une crise financière majeure en occident qui est la conséquence de la politique laxiste de Greenspan.

                     

                    Fin d’année on verra plus claire mais je pense que les politiques ont compris qu’il n’avait plus de marge de manoeuvre

                    wait and see mais en tous cas ce sera douloureux très très douloureux pour tous le monde !!!! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès