Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Pas de relance sans protectionnisme : une « démonstration » (...)

Pas de relance sans protectionnisme : une « démonstration » simple

Il n'y aura pas de relance réussie en France, sans protectionnisme. Loin d'être idéologique, inspirée par exemple par un amour immodéré de la frontière, cette affirmation est presque une vérité comptable (c'est peut-être même une pure vérité comptable, dès lors que l'on admet au sujet de la situation actuelle de la France, quelques hypothèses très vraisemblables).

Cette quasi-vérité comptable a été mise en évidence depuis bien longtemps, par deux éléments des théories keynésiennes : la « loi de Thirlwall » (formulée par Anthony Thirlwall à la fin des années 1970), et le « multiplicateur keynésien en économie ouverte » (dont une version particulièrement aboutie a été proposée par Richard Goodwin autour du début des années 1950).

La quasi-vérité comptable, que ces deux éléments théoriques mettent en évidence, chacun l'abordant par un angle différent, a aussi trouvé des illustrations empiriques dans l'histoire économique récente de la France : les plans de relance ratés du gouvernement Chirac en 1975, et du gouvernement Mauroy en 1982.

Enfin, il est possible de justifier cette quasi-vérité comptable, par un raisonnement extrêmement simple (on aurait presque envie de dire que ce raisonnement est même une « démonstration », tant il paraît difficile à réfuter). Voici donc ce raisonnement, puis son application au cas de la France d'aujourd'hui.

Le raisonnement.

Par définition, une relance réussie de l'économie française permettrait un retour au plein emploi, tout en permettant une restauration puis une préservation de l'équilibre de notre balance commerciale.

Étant donné que nous sommes actuellement dans une situation de chômage de masse (4 millions de chômeurs plus ou moins officiels, sur 29,5 millions d'actifs plus ou moins officiels), un retour au plein emploi aurait pour conséquence un accroissement rapide et massif de notre production et de notre consommation. Tous ces chômeurs retrouvant un emploi, se mettraient en effet à produire, alors qu'aujourd'hui ils ne produisent pas. Et ils se mettraient à consommer beaucoup plus qu'ils consomment aujourd'hui, puisque leur revenu augmenterait : leur revenu est aujourd'hui une allocation chômage ou un revenu d'inactivité, et deviendrait le revenu d'un travail, un salaire ou le revenu d'un travail indépendant ou d'un travail d'entrepreneur.

Par ailleurs, pendant la mise en œuvre d'un plan de relance chez nous, comment évolueront nos exportations ? Nos exportations ne dépendent pas que de notre volonté, mais dépendent aussi de l'état d'esprit du reste du monde : son envie de faire lui aussi des plans de relance, de faire croitre lui aussi sa production et sa consommation, et son envie de consommer des biens ou services produits en France plutôt qu'ailleurs. Aujourd'hui, le reste du monde est dans un état d'esprit de plans de rigueur et de faible croissance (pays riches), ou dans un état d'esprit de croissance basée sur les exportations bien plus que sur la consommation intérieure (certains pays émergents comme la Chine), et de toute manière il n'a pas une énorme attirance pour ce qui est produit en France, étant donné le cout du travail dans notre pays (cout du travail qu'on peut par ailleurs trouver tout à fait légitime). Ainsi, la prudence nous commande de faire comme première hypothèse vraisemblable, que pendant la mise en œuvre d'un plan de relance réussi en France, nos exportations croitront bien moins vite que croitront notre production et notre consommation.

Or aujourd'hui, nous avons un déficit de notre balance commerciale (de 1,7% de notre PIB). Ainsi, pour que l'équilibre commercial soit restauré puis préservé, il faut que nos importations croissent encore moins vite que croissent nos exportations. C'est cette nécessité, pour aboutir à un équilibre de la balance commerciale, que la croissance des importations soit à peu près aussi faible que celle des exportations, que met en évidence la « loi de Thirlwall ».

D'autre part, la production massive supplémentaire permise par le plan de relance, doit trouver des débouchés : quels consommateurs vont acheter cette production supplémentaire ? Une part de cette production supplémentaire sera exportée, mais le reste devra être consommé en France. Or on a vu que nos exportations augmenteront à une vitesse bien moins grande que notre production. Pour que la production massive supplémentaire permise par le plan de relance, trouve des débouchés, il faut donc que notre consommation de biens et services produits en France, augmente encore plus vite que notre production et notre consommation globale. De manière à compenser le manque de débouchés à l'étranger de notre production. Le « multiplicateur keynésien en économie ouverte » met justement en évidence cette nécessité, qu'une croissance très rapide de notre consommation de biens et services produits en France, compense la différence entre une croissance lente des exportations, et une croissance rapide de la production suscitée par le plan de relance, de manière à ce que notre production supplémentaire massive trouve des débouchés.

Ainsi, un plan de relance réussi implique que notre consommation augmente très vite, que nos importations augmentent beaucoup moins vite que notre consommation, et que notre consommation de biens et services produits en France augmente encore plus vite que notre consommation globale. Un plan de relance réussi implique donc que la part de nos importations dans notre consommation, c'est à dire notre propension à importer, se réduit sensiblement. Autrement dit, la proportion de biens et services importés qui se trouvent dans le panier moyen du consommateur moyen, se réduit.

Or que vont consommer tous les chômeurs qui retrouveront un emploi grâce au plan de relance ? Vont-ils seulement consommer des biens et services que nous avons l'habitude de produire en France ? Ou bien, comme essayèrent de le faire les allemands de l'est faisant leurs premiers pas dans la société de consommation occidentale après la chute du mur de Berlin, vont-ils aussi s'acheter massivement des voitures et de l'essence, des produits exotiques et des voyages, des meubles d'intérieur ou de jardin, des appareils électroménagers, et autres équipements de maison, des vêtements et autres accessoires de mode, et toutes ces autres sortes de biens et services que nous ne produisons pas en France, soit parce que c'est impossible, soit le plus souvent parce que ce sont des biens manufacturés, produits de l'activité industrielle, que nous avons massivement délocalisée dans les pays émergents ? Ceux que navre ce comportement prévisible de ces éventuels futurs consommateurs, n'ont qu'à essayer de vivre quelques temps avec une petite allocation chômage ou un revenu d'inactivité, tout en essayant aussi tant qu'à faire, de faire vivre une famille avec ce petit revenu. Et par quel miracle le consommateur moyen peut-il soudainement se mettre à consommer une plus grande proportion de biens manufacturés produits en France ? Le bas prix des biens manufacturés produits dans les pays émergents, permis par le bas cout du travail là bas, peut-il donc soudainement ne plus avoir autant d'attrait qu'aujourd'hui pour lui ? Le consommateur moyen préfèrera-t-il soudainement acheter un bien manufacturé plus cher, du simple fait qu'il est produit en France ? Encore une fois la prudence nous commande de faire comme seconde hypothèse vraisemblable, que notre propension à importer ne peut se réduire sensiblement sans protectionnisme. C'est à dire sans que nous mettions en place des taxes sur les biens importés, qui compensent au moins partiellement, la différence de cout du travail entre chez nous et les pays dans lesquels sont produits ces biens importés. De manière à ce que le consommateur de France ne préfère pas trop acheter un bien ou service plutôt qu'un autre, du simple fait que celui-ci a été produit par des gens moins bien payés qu'en France.

On aurait presque envie de conclure par le « CQFD » du mathématicien (« ce qu'il fallait démontrer »). En faisant seulement deux hypothèses très vraisemblables, il est en tout cas possible de se convaincre par un solide raisonnement, qu'un plan de relance ne peut réussir aujourd'hui en France, sans que dans le cadre de ce plan de relance, notre propension à importer se réduise sensiblement, et sans que nous mettions pour cela en place des mesures protectionnistes.

L'application du raisonnement au cas de la France d'aujourd'hui.

Il est possible d'illustrer ce raisonnement en l'appliquant au cas de la France d'aujourd'hui. C'est ce que fait le tableau suivant. La première ligne de ce tableau, décrit la situation de la France aujourd'hui (en 2010). Puis la deuxième ligne décrit la situation dans laquelle devrait nécessairement la conduire un plan de relance réussi, en faisant l'hypothèse qu'au cours de la mise en œuvre de ce plan de relance, nos exportations augmentent deux fois moins vite que notre production et notre consommation. La situation initiale et la situation finale sont décrites par le niveau de la production (le PIB), le niveau des exportations, le niveau de la consommation (globale), le niveau des importations, le niveau de notre consommation de biens et services produits en France, et enfin par notre propension à importer. La troisième ligne du tableau donne la croissance de chacune de ces grandeurs, entre la situation initiale et la situation finale.

Évolution prévisible de la situation de la France, si y était mis en œuvre dès aujourd'hui, un plan de relance apte à réussir.

 

Comme il y a aujourd'hui 25,5 millions d'actifs qui ont un emploi, et 4 millions de chômeurs plus ou moins officiels, un retour au plein emploi, c'est à dire à 29,5 millions d'actifs ayant un emploi, revient à ce que le nombre d'actifs ayant un emploi croisse de 15,7% (4 millions divisé par 25,5 millions). Le plan de relance permettrait donc aussi une augmentation de la production de 15,7% (pour une valeur constante des prix, d'une branche d'activité à l'autre ou au cours du temps ; pour une valeur constante des taux de change au cours du temps ; pour une valeur constante de la productivité du travail, d'une branche d'activité à l'autre ou au cours du temps ; et enfin pour une valeur constante du nombre d'actifs dans le pays au cours du temps). D'autre part, nos exportations représentent actuellement 34,9% de notre production, tandis que nos importations représentent 36,6% de notre production (ce qui fait bien un déficit commercial de 1,7% de notre production). Si au cours de la mise en œuvre du plan de relance, les exportations croissent moitié moins vite que la production, elles croissent alors de 7,9% (15,7% divisé par 2). Les autres chiffres du tableau découlent de ces chiffres de base.

On voit sur la troisième ligne du tableau, comment s'illustre le raisonnement en l'appliquant au cas de la France d'aujourd'hui. La production augmente massivement, de 15,7%. La consommation augmente presque aussi massivement, de 13,8% (pas tout à fait aussi massivement que la production, afin de restaurer l'équilibre commercial). Les exportations augmentent environ deux fois moins que la production et la consommation : de 7,9%. Les importations augmentent encore moins vite que les exportations : de seulement 2,8%, comme indiqué par la « loi de Thirlwall ». La consommation de biens produits en France augmente encore plus vite que la consommation globale, de 19,9%, comme indiqué par le « multiplicateur keynésien en économie ouverte ». Et enfin la propension à importer se réduit sensiblement, de 9,6%.

------------

Ce billet est une sorte de synthèse, plus concise et je l'espère plus claire, de deux billets précédents, Ce que les chiffres de la désindustrialisation ne montrent pas, et La « loi de Thirlwall » appliquée à la France d'aujourd'hui, où on pourra trouver quelques développements supplémentaires, ainsi que le détail et les sources des chiffres utilisés pour décrire la situation actuelle de la France (INSEE et Banque de France).


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • iciailleurs 17 octobre 2011 14:49

    Comme le système européen interdit le protectionnisme, c’est une belle théorie.
    Politiquement, vous avez, Mélenchon, Montebourg et Marine Le Pen qui prônent le protectionnisme plus ou moins ouvert.
    Le but rechercher par la Troïka qui intervient en Grèce, par exemple, est de faire baisser les salaires, un euro de l’heure serait parfait, et non d’instaurer un quelconque protectionnisme.
    C’est pour cela que nous nous dirigeons doucement vers une explosion sociale, dont les ’Indignés’ ne représentent que les prémices. Les risques politiques sont un basculement vers les extrêmes.


    • Ruut Ruut 17 octobre 2011 15:36

      L’Europe se Suicide.


      • cslaoui cslaoui 17 octobre 2011 20:37

        que l’Europe se suicide pas grave mais elle entraîne notre économie dans le chaos en nous enlevant le semblant de démocratie. Bon en même temps cela permettra d’ouvrir les yeux de certains sur le véritable rôle de l’UE.


      • Paolini Paolini 17 octobre 2011 15:55

        Merci à samuel pour ce très intéressant narticle.

         Quelques réflexions sur ce sujet important :

         - pour avoir une chance de succès, les mesures protectionnistes devront être accompagnées d’une importante (et pédagogique) campagne de communication autour du thème « achetons français ».

         - ces mesures allant à l’encontre des traités de l’OMC et de l’U.E. il sera nécessaire de les re-négocier et/ou de sortir de ces organisations. 

        - les taxes d’importations sont une source importante de financement publique, elles permettent de réduire la pression fiscale. Ces gains aideront à la reprise de la consommation. 

        - plus un pays est grand, plus ces mesures ont une chance de succès. C’est le cas de la France a qui il ne manque que certaines matières premières et des ressources énergétiques.

         - ces taxes d’importations permettent des négotiations de gré-à-gré avec des pays qui possèdent ce qu’il nous est nécessaire d’importer (pour éviter une « guerre des tarifs »).

         Notre beau pays a d’énormes ressources dont la plus précieuse est certainement la nation elle-même, faite de citoyens inventifs, intègres, bosseurs, solidaires.

         Notre position géographique privilégiée nous offre de nombreux avantages et opportunités, de plus nous bénéficiont (en général) d’une très bonne réputation mondiale (ce que j’ai pu constater en résidant plus de 10 ans à l’étranger). On trouve des français dans les « top five » mondiaux de presque tous les domaines (scientifique, culturel, sportif,...).

        Les mesures protectionnistes font parties des actions à entreprendre pour la re-conquête de notre pays, le retour de la création monètaire à une administration indépendante (Banque de France par ex.) est tout aussi vital.


        • Thorms 17 octobre 2011 20:40

          Une question bête : l’argent que va utiliser l’État pour son plan de relance, il vient d’où ?


          • Lath 18 octobre 2011 00:56

            réponse bête l’état touche 50% de TOUS les salaires de france grace à des taxes diverses... (impot, tva and co)
            Si cet argent es mieux utilisé au lieux d’être volé, il y en aura plus que nécéssaire...

            Et bien sur arreter d’honorer des fausses detes. Et autres voleurs. Voir même Réquisitionner (Nationnaliser sans contrepartie si ce n’est un proces et une étude de compte pour que ses brigands finissent leur jours à l’ombre) ce qui à été volé. SNCF, Telecom, Poste, EDG/GDF, etc etc... Les cadeaux au amis devenu milliardaires en bouffant l’état (à l’oeil) ca ne manque pas non plus.


          • DSKprésident 18 octobre 2011 09:17

            L’argent vient d’où ?
            Pour compléter la réponse sur les 50% de taxes, il y a aussi :
            - environ 60 milliards nets récupérés par l’Etat si la France sort de l’arnaque de l’Euro (chiffre entendu lors des conférences Asselineau sur la sortie de l’Europe)
            - environ 50 milliards si la France sort de la dictature des banquiers (loi Pompidou Giscard Rotschild)

            Rien qu’en sortant des dictatures imposées à la France, on retrouve énormément de moyens pour le pays, en arrêtant d’engraisser les banquiers et autres puissances étrangères.

            A un moment donné, il faut d’abord penser à la France, avant de penser aux autres : cela permettra de payer nos infirmières, policiers, postiers...


          • Thorms 18 octobre 2011 13:13

            @DSKprésident

            « Pour compléter la réponse sur les 50% de taxes, il y a aussi : »

            C’est où il part ça.

            @Lath

            « réponse bête l’état touche 50% de TOUS les salaires de france grace à des taxes diverses... (impot, tva and co) »

            Une autre question bête, pour augmenter les investissements et la consommation des français ne suffiraient-il pas de baisser les impôts ?


          • Thorms 18 octobre 2011 13:16

            @DSKprésident

            "A un moment donné, il faut d’abord penser à la France, avant de penser aux autres : cela permettra de payer nos infirmières, policiers, postiers..."

            A un moment donné, il faut d’abord penser à l’Aveyron, avant de penser aux autres : cela permettra de payer nos infirmières, policiers, postiers...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

samuel_


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès