Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Passé, présent, futur : Etude en trois temps de la crise de la dette (...)

Passé, présent, futur : Etude en trois temps de la crise de la dette grecque

Depuis désormais plus d'un an, la crise de la dette grecque constitue la principale « bête noire » de l'euro.

Régulièrement, les nouvelles entourant ce dossier viennent soit rassurer, soit faire paniquer le marché, si bien qu'il devient difficile de s'y retrouver, et de démêler le pourquoi du comment.

Professeurforex vous propose donc une analyse chronologique de la crise qui secoue la Grèce et, par conséquent la zone Euro toute entière et sa monnaie.

Aujourd'hui plus grand monde ne fait confiance à la Grèce et nous allons tenter de vous expliquer comment nous en sommes arrivés là.

Dans un premier temps, nous reviendrons donc à la source du problème, depuis le premier « domino » des subprimes jusqu'aux derniers rebondissements dans le dossier grec, pour tenter ensuite de savoir quels rebondissements nous réserve encore cette crise.

Des junks bonds aux Etats en faillite

Acte 1, Scène 1 : La crise des subprimes éclate et bientôt le monde entier est contaminé par ces actifs très risqués, et qui, rappelons-le, étaient notés AAA par les Agences de notation...

Acte 1, Scène 2 : Les subprimes commencent à inquiéter, et plus aucune banque n'ose prêter de l'argent aux autres banques de peur que ces dernières soient plus exposées aux produits subprimes qu'elles ne le prétendent.

Et comme personne ne sait vraiment qui possède des actifs subprime (junk bonds) les échanges interbancaires se contractent et bientôt les voies de financement s'assèchent, conduisant l'économie au bord de la paralysie.

Acte 1, Scène 3 : Les banques centrales interviennent et proposent aux banques de se refinancer directement auprès d'elles. La BCE et la FED ouvrent donc grand le robinet à liquidités et permettent aux banques d'emprunter à des taux proches de zéro sans restrictions.

Acte 2, scène 1 : Les États après avoir injecté des centaines de Milliards dans le système se retrouvent avec des dettes et des déficits budgétaires qui explosent. L'attention du marché se tourne alors vers les Etats...

Acte 2, Scène 2 : Les marchés financiers, après avoir été secourus par les États providence, se mettent à spéculer contre la dette des pays de la zone Euro les plus faibles. Au travers des CDS (Credit Default Swap, assurances en cas de défaut d'un État sur sa dette, cotées sur des marchés non réglementés), les spéculateurs vont faire monter les taux auxquels les États tels que la Grèce, l'Irlande et le Portugal, empruntent, faisant exploser le coût de leur dette.

Acte 2, Scène 3 : Devant le risque de défaut de ces États, les Agences de notation décident d'abaisser la note de ces pays, entrainant un véritable vent de panique. Desormais, les investisseurs demandent jusqu'à 17% pour prêter à la Grèce.

Acte 2, Scène 4 : Un plan de près de 110 Milliards d'Euro est débloqué par l'UE et le FMI pour permettre à la Grèce de faire face aux échéances de sa dette.

Mais après avoir rassuré les marchés, ce plan a vite été considéré comme insuffisant, laissant la voir libre à une possible propagation du problème...

Acte 3, Scène 1 : Afin de défendre l'Euro et ses membres, la zone Euro décide de se doter d'un fond de stabilisation de quelques centaines de Milliards afin d'éviter aux PIGS de se refinancer directement sur les marchés financiers où les taux pratiqués seraient tout bonnement insoutenables.

A ce stade, l'Irlande prend le même chemin que la Grèce et bénéficiera a son tour d'une aide UE/FMI...

Cependant, après avoir brièvement rassuré les marchés, ces mesures ont vite été considérées comme du ''colmatage'', d'où de nouvelles dégradations de la part des agences de notation, jusqu'à récemment considérer que la dette grecque est plus risquée que celle du Pakistan...

Reste donc à trouver une nouvelle solution... Qu'à cela ne tienne ! Pourquoi pas un nouveau plan d'aide, puisque le premier n'a pas fonctionné ?(!)...

Scène 2 : L'Allemagne, qui semble être le seul membre de la zone euro réellement lucide sur ce dossier rechigne cependant à tenter à nouveau de remplir une passoire...

Clairement, Angela Merkel hausse le ton afin de ne pas se mettre ses électeurs à dos en vue des prochaines échéances électorales.

Désormais, si la Grèce veut bénéficier du fond de stabilité, le secteur privé devra mettre la main à la pâte DE GRES OU DE FORCE.

Épilogue :

La persévérance de Nicolas Sarkozy aura finalement convaincu Angela Merkel de ne pas restructurer la dette en faisant obligatoirement participer le secteur privé.

La participation privée au sauvetage de la Grèce ne serait plus « obligatoire » mais sur la base d'un volontariat.

Gageons que la pression va tout de même s'accroitre autour des institutions bancaires afin de les obliger à rééchelonner la dette de la Grèce.

Et maintenant ?

Même si les ministres des finances de la zone euro ont affiché lors de leur réunion du 19 juin une certaine réticence à verser une nouvelle aide à la Grèce, il est désormais acquis que le pays bénéficiera d'une rallonge conséquente, voir d'une aide encore plus importante que la première.

Il s'agira toutefois de « passer la seconde » au niveau des mesures d'austérité, et d'envisager également un rééchelonnement partiel de la dette, pour ceux qui seraient prêts à faire oeuvre de charité (!).

Qu'est-ce qu'un rééchelonnent de la Dette ?

Cela va consister à « proposer » aux détenteurs de dette Grecque de rallonger l'échéance des obligations (dette Grecque) de un an, et cela gratuitement. C'est comme si vous demandiez un délai de un an, gratuitement, à votre banque pour finir de payer votre voiture de sport.

Quel impact sur le système bancaire ?

A propos des banques, celles de Grèce sont naturellement le plus exposées à une restructuration de la dette et ne pourraient pas éviter un dépôt de Bilan dans un tel scénario. Il est donc crucial de trouver une solution pour recapitaliser les banques Grecques afin de les aider à participer à l'effort commun.

Du côté des banques des autres pays de la Zone Euro, une restructuration souple de la dette Grecque pourra être amortie sans trop de difficultés mais elles ne pourront pas faire face si la crise de la dette se propageait à des pays comme l'Espagne ou l'Italie dont on parle déjà, que sa note pourrait bientôt être placée sous surveillance négative.

Un défaut de paiement de la Grèce serait une catastrophe car il s'étendrait à tout le système privé et public de la Grèce. Pire encore, une contagion rapide pourrait se répandre à travers toute la zone Euro avec des banqueroutes en cascade, et pourquoi pas un éclatement pur et simple !

Au prochain épisode...

La réunion du conseil Européen (24 juin) ou se rencontrent les chefs d'États de l'Union Européenne pour décider des grandes ligne de la politique Européenne, sera cruciale pour la suite des événements autour de la crise de la dette des PIGS.

Si il semble acquis que l'Europe de laissera pas tomber la Grèce, les contours des conditions d'octroi du second plan d'aide sont encore flous.

La situation va se décanter lorsque le Parlement Grec aura voté et accepté les conditions d'austérité requises.

Mais la gronde dans les rues Grecques se fait de plus en plus bruyante et les autorités Grecques vont devoir trouver les bons mots pour faire avaler la pilule à son peuple.

Copyright (c) 2011 ProfesseurForex.com. Reproduction autorisée en échange d'un petit lien !


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 21 juin 2011 10:54

    venant du passé, voici un texte simplifié de K.Marx qui parle deja de l’arnaque de la dette par les classes dirigeantes :

    http://2ccr.unblog.fr/2011/01/07/la-dette-publique-et-la-bancocratie/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès