Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Patrons, responsabilité et morale

Patrons, responsabilité et morale

Perte record à la Société générale, scandale de l’UIMM, augmentation record des salaires des dirigeants du CAC 40, fraude discale en Allemagne et dans toute l’Europe : les patrons sont au coeur de l’actualité, et certainement pas pour les meilleures raisons. Ces événements particuliers doivent être l’occasion de poser certaines questions de fond sur la responsabilité des patrons, la moralité de leurs rémunérations ou leur loyauté envers leur nation. En effet, la mondialisation a profondément changé le contexte dans lequel évoluent les grands dirigeants : leurs sociétés sont de plus en plus internationales, leurs salaires ont considérablement augmenté et les opportunités se sont multipliées pour ces personnalités souvent hors du commun qui pouvaient se sentir à l’étroit dans le cadre national.

L’affaire Kerviel a relancé le débat sur la responsabilité des grands patrons. Beaucoup, le président de la République en tête, ont exigé la démission de Daniel Bouton, PDG de la Société générale. Leur argumentation peut se résumer ainsi : la rémunération très importante octroyée aux grands dirigeants d’entreprise sont la contrepartie de leur responsabilité et du fait qu’ils doivent pouvoir servir de fusible à tous moments. En d’autres termes, le niveau de leur salaire s’explique en partie par la "précarité" de leur poste. Cette façon de présenter les termes du débat doit être dénoncée et complètement renversée. En effet, reconnaître la responsabilité du PDG face aux agissements de l’ensemble de ses salariés, au motif qu’il aurait dû s’assurer que les systèmes de contrôle soient plus perfectionnés, c’est en fait célébrer un hymne à l’irresponsabilité généralisée. Il est trop commode de concentrer le poids de toutes les décisions sur une seule personne et de lui demander de prendre la porte une fois les dégâts causés, on manque ainsi une occasion de s’interroger sur les causes plus profondes des dysfonctionnements. De plus, il est moralement contestable de condamner une personne pour des actes dont elle n’est pas directement responsable, ce mode de fonctionnement s’oppose par exemple au fonctionnement de notre justice qui refuse de dissocier les notions de culpabilité et de responsabilité.

Mais ce qu’il faut surtout dénoncer, c’est l’idée que l’hyper-responsabilité couplée à la grande précarité du poste de patron justifie sa rémunération colossale. C’est une façon de reconnaître que, d’une manière ou d’une autre, le salaire d’un PDG est mérité. Or, quand on commence à parler en millions d’euros, les notions de mérite ou d’effort deviennent complètement caduques. Aucune qualité personnelle ne peut justifier de gagner 3,3 millions d’euros de salaire annuel comme ce fut le cas l’an passé pour Daniel Bouton. Pour le faire, il faudrait expliquer que cette différence d’un facteur proche de 300 par rapport à un salarié payé au Smic s’appuie sur un mérite 300 fois plus fort ou une charge de travail 300 fois plus importante : cela ne tient pas. Pour comprendre, et expliquer en partie, un tel niveau de rémunération, il faut admettre que l’économie et le capitalisme n’ont rien à voir avec la morale. Ainsi, plutôt que de se demander si un salaire est juste, il faut comprendre ce qui peut le justifier. Les acteurs économiques ne se définissent pas par leur moralité, mais par leur rationalité. Que se passe-t-il dans la tête d’un conseil d’administration qui accorde plusieurs millions de rémunération au dirigeant de la société ? Il se dit simplement que c’est le prix à payer pour attirer une personne qui sera capable de choisir la meilleure stratégie pour l’entreprise. Pour faire simple, si un "bon patron" permet de réaliser un résultat supérieur de quelques pourcents par rapport à un "patron moyen", ce qui peut se chiffrer en milliards d’euros, alors il est parfaitement rationnel et raisonnable de lui accorder une rémunération de plusieurs millions d’euros qui ne pèsera pas grand-chose par rapport au gain attendu. Bref, ce qui détermine le salaire des grands patrons, c’est avant tout la loi de l’offre et de la demande, et aucunement des questions de mérite personnel.

On comprend dès lors pourquoi Daniel Bouton doit rester à la tête de la Société générale, tant que sa responsabilité directe n’est pas mise en cause : d’une part il serait irresponsable de concentrer sur lui toute la responsabilité qui pèse au sein de l’entreprise et d’autre part le sacrifier serait une manière détournée de justifier sa rémunération sur le plan du mérite puisqu’elle serait la contrepartie à une grande responsabilité et à une grande précarité. Si on suivait une telle logique, on devrait accorder également des millions d’euros à un salarié à l’essai ou à un membre de cabinet ministériel puisque dans les deux cas ils peuvent être limogés du jour au lendemain. Plutôt que ces considérations morales inopérantes, préférons la froide réalité et la rationalité qui prévaut dans le monde économique : chacun doit pouvoir être reconnu coupable uniquement de ce dont il est directement responsable, et la rémunération d’un individu n’est pas la reconnaissance de ses mérites, de ses talents ou de ses efforts, mais le résultat d’un calcul économique rationnel quant au gain que cet individu peut générer pour son entreprise.

Concernant l’affaire Gautier-Sauvagnac et la fameuse "caisse noire de l’UIMM", il faut bien entendu prôner la plus grande transparence dans le fonctionnement des organisations patronales et mettre fin à des pratiques opaques qui appartiennent au passé. Les partenaires sociaux doivent de ce point de vue réaliser la même révolution que celle que se sont imposés les partis politiques après les divers scandales à propos de leur financement. Mais, dans ces deux cas, il faut se méfier de ceux qui s’érigent comme des procureurs et des représentants de la vertu sur Terre. Derrière les belles paroles, se cachent en effet des luttes de pouvoir, cette affaire est l’occasion pour le secteur des services de prendre le dessus sur l’industrie dans le patronat français. Des trois affaires évoquées dans l’introduction, celle-ci est donc paradoxalement celle dont il y a le moins de leçons générales et politiques à tirer.

Reste le scandale de la fraude fiscale qui a éclaté en Allemagne avant de s’étendre à l’Europe entière. D’après les premiers éléments de l’affaire, certaines grandes fortunes auraient contourné massivement le système fiscal de leur pays pour placer leur argent dans des paradis fiscaux européens au premier rang desquels figure la principauté du Liechtenstein. Cette fois, on sort du champ économique où seule compte la rationalité des acteurs pour entrer dans celui de la politique où on demande aux citoyens un minimum de morale et de respect des lois. A ce titre, ces actes doivent donc être dénoncés le plus vigoureusement possible, ils écoeurent et ils dégoûtent. Comment certains membres de la classe dirigeante peuvent se permettre de contourner la loi quand celle-ci s’applique avec fermeté sur le reste de la population ? Comment des milliardaires peuvent considérer que l’impôt qu’on leur demande leur est insupportable quand la totalité des smicards l’acquittent sans broncher  ? Une fois la lumière faite sur cette affaire, le bras de la justice devra se montrer ferme et sévère, il en va de la paix sociale et de l’ordre public. A cette occasion, il faudrait rappeler l’immoralité dans laquelle se complaisent tant d’artistes ou de sportifs qui choisissent de s’expatrier pour des raisons fiscales. Même s’ils n’enfreignent pas la loi, leur comportement est profondément choquant et insuffisamment dénoncé par l’opinion publique.

Le patronat doit sortir des eaux troubles dans lesquelles il navigue actuellement. Cela suppose de ne pas mélanger les genres : les grands dirigeants ont tout d’abord un devoir d’efficacité et de compétence au service de leur entreprise, car un bon patron c’est souvent plus d’emploi et plus de croissance pour le pays, mais ils ont également un devoir d’exemplarité et de moralité en tant que citoyen. Mettre la morale dans le champ économique, c’est prendre le risque de l’inefficacité, la soustraire au champ politique en invoquant uniquement la rationalité des acteurs, c’est choisir la voie du cynisme le plus complet.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • morice morice 10 mars 2008 11:36

     C’est un faux débat : la capitalisme ne peut être moral : il EXPLOITE l’homme. En résumé, c’est un vol, mais permis. Et il n’y a donc qu’un DEGRE de pis aller : il y a des plus ou moins gros... voleurs. On n’en sort pas. Dans la Finance, on atteint plus facilement la seconde catégorie...


    • Parpaillot Parpaillot 10 mars 2008 17:19

      @ morice :

      Si le capitalisme n’est pas le meilleur système économique, c’est probablement le moins mauvais actuellement...

      A vous lire, on serait presque tenté de louer les vertus prêtées à Kim-il-Sung et de flétrir la corruption supposée d’Angela Merkel ... 

      Merci de nous avoir éclairé ...

      Cordialement !


    • anvil mac lipton anvil mac lipton 10 mars 2008 19:07

      Je l’ai déjà dit dans un commentaire sur un autre article : le capitalisme n’a pas à être moral. C’est à la politique de mettre les barrière - sous forme de lois et de décrets d’application, sous forme de financement des outils de mise en pratique de ces lois et décrets - qui font que le résultat de ce capitalisme sera moral ou immoral.

      Fondamentalement le capitalisme est a-moral. (cf. l’essai d’André Comte-Spônville ’le capitalisme est il moral’)

      Là ou le bât blesse en ce moment, c’est que les hommes politiques au pouvoir dans le monde sont fortmeent lié aux "possédants". De fait, donc, ils favorisent leurs intérêts de classe, et sans des personnes qui elles sont morales, on arrive dans une société qui ne l’est plus.

      Le capitalisme, par définition, c’est le fait de transférer de l’épargne pour permettre de créer de l’activité (travail). Il existe une dérive financiariste du capitalisme actuellement, mais intrnsèquement, le capitalisme n’est pas plus immoral que moral.


    • haddock 10 mars 2008 19:15

      d’ après notre célèbre économiste momo , c ’est le communisme qui est moral , d’ailleurs ils ont vachement le moral dans les pays communistes ...


    • Vive la République Vive la République 10 mars 2008 12:03

      Retrouvez cet article et bien d’autres sur http://vivelarepublik.blogspot.com


      • FYI FYI 10 mars 2008 13:54

        Le droit de propriété et le capilatisme ont sonné le glas de la liberté de tout a chacun pour le profit que quelques-un, voilà où nous en sommes.

        On aura beau expliquer que le capitalisme à permis une envolée de la modernité humaine, j’en suis bcp moins persuadé.

        On ne se pose pas la question de savoir à qui appartient l’air qu’on respire, alors ne devrait-on pas faire de même pour tout besoin inaliénable que nous partageons tous ......

        Quand les peuples auront compris cece, là se sera une véritable Révolution. On en a les moyens politiques, économiques, sociales et humaine ...... alors on attend l’homme providentiel ou on l’exige ?


        • LE CHAT LE CHAT 10 mars 2008 14:04

          ce qui est immoral , c’est que certains s’octroient de colossales augmentations alors que leurs sociétés ont des résultats en berne ou sont carrèment déficitaires !


          • jako jako 10 mars 2008 15:56

            Vous parlez du patron de la SCI France ?


          • slide 11 mars 2008 09:46

            Excellent ! A part qu’il s’agit plutôt de la SA France, il n’y a pas d’actif immobilier au centre de l’activité smiley

            Je propose de renommer le poste de ce personnage en « Président-Directeur Général de la République » smiley


          • slide 11 mars 2008 09:48

            Si l’on accepte le système libéral, c’est l’offre et la demande qui régit le prix d’un bien ou d’un service, et donc du travail. Ces personnages avancent dont leur salaire sur l’argument d’une compétence rarissime.

            Mais bon, la loi de l’offre et de la demande ne peut pas marcher pour tout le monde, sinon les employés du bâtiment seraient payés au-dessus du « tout petit salaire » de Copé...


          • Rosemarie Fanfan1204 10 mars 2008 15:28

            J’aime bi en votre article à part le dernier paragraphe. Parler de moralité, vous rêvez..... L’exemplarité en

            tant que citoyen et vis-à-vis des salariés... la raison d’être des patrons du CAC 40 c’est de maximiser

            les profits. Point. Quitte à délocaliser. Quitte à fermer les usines en France. Quitte à faire travailler des

            gamins dans le tiers monde.

            Par contre je partage votre point de vue sur la justification des salaires... Etre payé au mérite cela n’existe

            pour personne.. Ceux qui méritent, les chirurgiens, les urgentistes, les infirmières, les prof, les pompiers...

             


            • snoopy86 10 mars 2008 15:39

              " Perte record à la Société Générale ", tels sont les premiers mots de l’article.

              Pour votre information, malgré l’affaire Kerviel, la SG a publié un bénéfice de 947 millions d’euros pour l’exercice 2007

              http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_societes.phtml?&symbole=1rPGLE&news=5174500

               


              • SciFi SciFi 10 mars 2008 16:02

                L’auteur ne parlait pas de bilan net, mais de perte de résultat, qui a fondu de 83%.

                 


              • SciFi SciFi 10 mars 2008 16:05

                J’aime bien la photo qui illustre l’article.

                On dirait Demasmaeker quand Gaston lui a fait perdre un contrat.

                 


              • Gandalf Tzecoatl 10 mars 2008 19:01

                @Léon :

                Je préfère ce genre de guillotine logique :

                http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1807


              • Spyder974 Spyder974 10 mars 2008 15:59

                Nous pouvont dire ce que nous voulons, les grands patrons ne nous vois que comme de la main d’oeuvre, rien d’important, juste de quoi ce faire toujours plus d’argent.

                Les grands patrons en question savent que celui qui va ou rique de poser problème, il n’auront qu’a fermer et délocaliser en prétextant des salaires trop haut, afin de se faire toujours plus de marge.

                Comment ce fait il que le groupe Carrefour ai fait un bénéfice de 2,28 Milliard d’euro alors que les employés sont la plus part du temps au smic ...


                • tvargentine.com lerma 10 mars 2008 16:12

                  Il serait d’arrêter de nous diffuser la pensée unique de libertaire ultra minoritaire dans ce pays

                  Voila pourquoi je vais copier coller ici un article qui a fait l’objet d’une censure

                  je vous demande d’accorder la nationalité française à Ayaan Hirsi Ali

                  Lettre ouverte au Président de la République

                   

                   En ma qualité de citoyen français, républicain et de rédacteur d’AROGAVOX ,le 1er média citoyen de France,je vous demande d’accorder la nationalité française  à Ayaan Hirsi Ali

                   

                   Menacée de mort pour ses écrits contre l’intégrisme religieux d’une autre époque elle court le risque de se faire assassiner par des fanatiques religieux représentant aujourd’hui un fascisme rampant dans nos sociétés modernes, qui , il faut le reconnaître objectivement non pas fait  l’effort nécessaire de mener une politique d’intégration efficace et ont laissé le communautarisme et les coutumes d’une autre époque se développer en Europe

                   

                   La France est la terre des droits de l’homme et notre pays, représente le symbole de la lumière , de la connaissance et de la tolérance à travers le Monde et vous avez le devoir Monsieur le Président d’accorder la nationalité française à Ayaan Hirsi Ali et vous avez le devoir de rappeler au Monde entier  que la France est le pays des lumières face aux formes de totalitarismes idéologiques ou religieux

                   

                   Vous vous êtes engagé devant le peuple français à défendre le droit des femmes à vivre libre ,partout dans le monde et à les protéger et je vous demande d’accorder en ma qualité de simple citoyen français, la nationalité française à cette femme libre et de la défendre contre ce nouveau fascisme que constitue l’instrumentalisation de la religion par des fanatiques religieux

                   

                    Oui, Monsieur le Président, la religion est incompatible avec la démocratie d’une société moderne quand elle est aux  mains de fanatiques. obscurantistes  qui chercheront toujours à éteindre la lumière de la connaissance et du savoir

                   

                   Son combat ,c’est le mien,c’est le votre, et nous avons le devoir de la protéger

                   

                  "À chaque époque son challenge. Il y a eu la lutte contre le fascisme, le communisme, aujourd’hui le vrai défi contre l’État de droit, c’est l’islamisme !"
                  Ayaan Hirsi Ali

                   

                  http://ayaanhirsiali.web-log.nl/ayaanhirsiali/franais/index.html

                   


                  • Gzorg 10 mars 2008 16:22

                    Cette histoire n’est qu’un Exemple parmis tant d’autres de propagande "Neocons".

                    Propagande grossiere et typique de l’americano faschisme tout juste bonne a berner des simplets du calibre "Lerma"


                  • LE CHAT LE CHAT 10 mars 2008 16:28

                    @Lerma

                     

                     je croyais que c’était l’Argentine , le pays des lumières ! y’a même le soleil sur le drapeau !


                  • Parpaillot Parpaillot 10 mars 2008 17:23

                    @ lerma :

                    Quel rapport avec l’article ???


                  • Parpaillot Parpaillot 10 mars 2008 17:06

                    @ Auteur :

                    Compte tenu du système économique dans lequel nous nous trouvons, je partage vos propos lorsque vous affirmez :

                     

                    « Plutôt que ces considérations morales inopérantes, préférons la froide réalité et la rationalité qui prévaut dans le monde économique : chacun doit pouvoir être reconnu coupable uniquement de ce dont il est directement responsable, et la rémunération d’un individu n’est pas la reconnaissance de ses mérites, de ses talents ou de ses efforts, mais le résultat d’un calcul économique rationnel quant au gain que cet individu peut générer pour son entreprise. »

                     

                    S’agissant maintenant du scandale fiscal qui a éclaté en Allemagne, je ne peux en revanche vous rejoindre lorsque vous écrivez :

                     

                    « Comment certains membres de la classe dirigeante peuvent se permettre de contourner la loi quand celle-ci s’applique avec fermeté sur le reste de la population ? Comment des milliardaires peuvent considérer que l’impôt qu’on leur demande leur est insupportable quand la totalité des smicards l’acquittent sans broncher ? »

                     

                    Vos propos laissent entendre que seuls certains membres de la classe dirigeante et des milliardaires peuvent contourner la loi …

                    Or selon un article très intéressant « Die Steuer-Hölle » (« l’enfer fiscal ») que je viens de lire dans le journal suisse de langue allemande publié à Zurich, « Neue Zürcher Zeitung » , dans son édition du dimanche 9 mars 2008 « ZZ am Sonntag », sous la plume de Andreas Schmid :

                     

                    http://www.nzz.ch/nachrichten/medien/die_steuerhoelle_1.685955.html

                     

                    Je traduis librement le début de l’article :

                     

                    « Près des trois quarts des contribuables allemands fraudent le fisc, selon une estimation de Friedrich Schneider, professeur en sciences économiques de Linz (Autriche). Selon lui, les salariés moyens frauderaient davantage le fisc que les riches. Un montant équivalent à CHF 40 milliards (environ 25 milliards d’euros) serait ainsi soustrait annuellement au fisc allemand. Néanmoins, les autorités allemandes ne se seraient principalement intéressées jusqu’à ce jour qu’à l’évasion fiscale liée aux plus gros revenus, alors que le travail au noir et la fraude fiscale en général, seraient de l’avis d’économistes allemands, à peine évoqués. »

                     

                    Indépendamment de la pression fiscale, très forte en Allemagne, il va de soi que les lois en général, et les lois fiscales en particulier, sont applicables à tous, mais gardons-nous de stigmatiser la richesse et de louer la vertu des plus modestes. Sortons de ce modèle manichéen qui distribue des verges aux uns et tresse des louanges aux autres.

                     

                    Pour conclure, je pense que l’avant-dernier paragraphe de votre papier, celui traitant de la fraude fiscale, devrait faire l’objet d’un article spécifique relatif à la fiscalité, thème très vaste et complexe si il en est. La responsabilité et la morale quant à elles sont des vertus citoyennes que l’on est en droit d’attendre de tous, riches et pauvres, puissants ou misérables. Mais à trop avoir récité de fables de La Fontaine, je m’égare peut-être … 

                     

                    Cordialement et merci de votre article !

                    Parpaillot, modeste citoyen laïc …

                     


                    • foufouille foufouille 10 mars 2008 17:28

                      au lieu dire patron il faudrait dir gros PDG. quand on dit patrons on inclut le petit entrepreneur qui bosse 70H pour 3000€

                      il fuit pour le pognon, c’est la version officielle. peut etre qu’il en ont marre de payer pour les politiciens. pas sauvignac ou bouyghe mais les autres non FM et autre siecle


                      • foufouille foufouille 10 mars 2008 19:08

                        allez dans une petite ville. faites le bourgeois et demandez au petit buraliste, boulanger... combien il fait d’heure et combien il gagne


                        • Christoff_M Christoff_M 11 mars 2008 02:56

                           il est temps d’appliquer la loi pour tout le monde....

                          cela éviterait bien des dérives et des tentations de comportement mafieux et de mains coincées dans le tiroir caisse...


                          • Lisa SION 2 Lisa SION 11 mars 2008 04:00

                             Assez causé.

                            Jeudi dernier, on a pu voir un reportage sur envoyé spécial intitulé : La route du coton. On a pu y apprendre, entre autre, qu’un grand patron feignait d’ignorer devant la caméra, d’où provenait le coton dont était fait ses pantalons. 

                            En effet, le coton, ramassé par des enfants dont on a fermé l’école à l’heure de la récolte, part pour le Bengladesh, ou des mineurs travaillent plus de dix heures par jour, dans des ateliers sans lois syndicales ni acquis sociaux. Les matières premières, produits finis, emballés et transportés, sortent de chaine et arrivent chez nous à un prix autour des cinq centimes d’euros...

                            Ce sont ces mêmes produits « de marque » que nous payons VINGT EUROS, dans ces boutiques qui rachètent, un par un, tous nos commerces de centre ville, et même les « Champs Elysée ».

                            Une bouteille de boisson gazeuse bien connue coûte cinq centimes, livrée à l’étalage, le lait écrémé est à 96 % fait comme la boisson précédente, d’eau du robinet, le tabac, c’est du foin et le pétrole, de la merde...excusez moi.

                            Comment et pourquoi voudriez vous instaurer un peu de morale dans vol manifeste général !

                            Tous les comportements des acteurs de ce marché mondial est entièrement basé sur ce qu’on peut sommairement appeler, le syndrome millénariste : Dieu est mort, la terre va exploser, alors, chacun pour soi et merde pour tous. excusez moi encore une fois.

                            Le pire à prévoir, est que tous ces acteurs ne voyant pas venir ce bug divin, peuvent entreprendre eux même de mettre fin à ce manège infernal dans lequel ils ont plongé notre paradis terrestre. Et plus ils s’enrichissent, et plus ils en ont les moyen...

                            Jérôme Kerviel et l’employé de la banque royale du Liechtenstein sont les preuves que les grands patrons ne gèrent plus rien du tout dans les immenses structures bancaires.

                            Leurs manoeuvres financières personnelles sont la preuve qu’ils abondent aux règles à la limite des pratiques mafieuses, et le dernier acte de ce formidable feuilleton... de cette palpitante série inter-mondialiste...
                             

                            est...un CD ROM codé ! Un listing bancaire avec plein de un et de zéro,  que seuls... nos deux héros... peuvent déchiffrer...

                             


                            • Lisa SION 2 Lisa SION 11 mars 2008 05:07

                               

                               

                              Sauf...si la liste en question est disponible... décryptée... affichant tous les noms et prète-noms... et les sommes totales détournées...sur...


                               


                               

                              Fuyeztoutestdécouvert.com


                            • Blé 11 mars 2008 06:19

                              Le capitalisme c’est du vol dit-on. C’est surement vrai quand on voit les PDG s’engraisser comme des porcs. Mais ils ont estimé que c’était insuffisant alors ils ont mis le code du travail en adéquation avec leur état d’esprit. Un salarié pour eux et par définition coûte trop cher alors le nouveau code du travail a remédier à cette lacune. A partir du 1 er mai, quelques millions de salariés vont se réveiller avec la gueule de bois. Le silence à ce sujet est édifiant. Avez-vous entendu ou lu les syndicats des salariés protester ? Allez faire un petit tour sur "code du travail". Les loups ne se bouffent pas entre eux.


                              • chmoll chmoll 11 mars 2008 10:20

                                coome quoi des maladies que l’ont pensaient éradiquées,sont de retour

                                la vérole, du verbe vérolé,du qualifacatif véreux

                                p’t’ètre que là vous allez vous apercevoir,que la "justice" est indépendante de "l’état" pour la france d’en bas

                                mais dépend de "l’état" pour la france d’en haut


                                • foufouille foufouille 11 mars 2008 11:45

                                  pour le code du travail. je l’ai appris il y a des mois sur indymedia et bellacio

                                  la gauche etait au courant. les syndicats aussi. l’info parait etre venu de SUD. hors des cinq syndicats heritiers de la 2° gueurre, ily a des petits syndicat qui ne sont jamais invites et donc moins suspect

                                  en parlant de on nous cache : une LRU est prevue pour les lycee et college


                                  • Christoff_M Christoff_M 11 mars 2008 20:48

                                     nous sommes le seul pays ou un patron mélé à un scandale reste en place !???

                                    les étrangers rient de nos grandes phrases et nos bonnes leçons de morale et de démocratie....

                                    commençons par faire le ménage de patrons véreux chez nous, entre mister DGS, mister Messier, Mr Forgeard et maintenant Mr Bouton, sachant que dans son conseil il avait un proche de l’admin Bush qui a vendu bien avant ses actions sans "etre initié" de la suite et de lachute....


                                    • chmoll chmoll 15 mars 2008 10:52

                                      c’est à un point que les autres pays n’arrivent plus a distingués la mafia des politiciens grand patrons des élus de tout bord,dans vot pays

                                      c’est d’pire en pire rien que sur le net,vaut mieux avoir un nom à consonnance étrangère,que français

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès