Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Peak Oil Panic !

Peak Oil Panic !

POP ! Peak Oil Panic dans la presse économique ! Alors que le baril de pétrole est déjà à son record historique, des institutions économiques officielles entrent à leur tour dans la danse... pour pousser les cours encore un peu plus haut ? Et pour quelles raisons ?

Les Echos de vendredi dernier nous gratifie d’une manchette en une (L’envolée des prix du pétrole rattrape Air France-KLM) introduisant un article au ton inquiétant :

"La flambée actuelle des cours de l’or noir témoigne d’une prise de conscience brutale : l’approvisionnement en brut risque d’être beaucoup plus problématique que prévu et le "pic pétrolier" apparaît comme une menace bien réelle."
En pages intérieures, avec un autre titre-choc (la crainte d’une pénurie durable et généralisée commence à hanter les marchés pétroliers), le quotidien économique évoque à nouveau l’impensable :
"la théorie si contestée du "pic pétrolier" - le fameux "peak oil" [...]"
et se fait le relais de la dernière trouvaille du Wall Street Journal  :
"l’AIE se préparait à abaisser sensiblement ses prévisions de production mondiale. Engagée dans une vaste étude sur les 400 plus grands gisements pétroliers de la planète [...], l’Agence en aurait déjà tiré une conclusion alarmiste : l’approvisionnement en brut sera, à l’avenir, beaucoup plus problématique qu’on ne le pensait."
 
Un tel scoop est inhabituel : l’AIE, émanation de l’OCDE, est une maison sérieuse qui n’a pas l’habitude de laisser traîner ses brouillons partout. On peut donc en déduire que cette fuite est parfaitement organisée.

On peut alors s’étonner qu’au moment où le baril s’enflamme à des vitesses qui nous surprennent, l’AIE n’hésite pas à jeter encore plus de combustible dans le foyer de la spéculation alors que son rôle, jusqu’à présent, était plutôt de jouer le rôle d’extincteur, en étouffant toute velléité d’inflation des prix sous la masse de lourds WEOs (World Energy Outlook = Panorama Energétique Mondial ; prononcer oui-ho) bourrés de chiffres à l’optimisme inébranlable.

Il y a près de trois ans, nous ne pensions pas, lors de la production de la vidéo Oilway to Hell, que le panneau ci-contre aurait un jour une réalité. Au contraire, l’objectif était de souligner la position à ce moment négatrice de l’Agence quant au plafonnement prochain de la production pétrolière.

La publication en novembre dudit rapport tomberait-elle un peu trop tard ? Trop longtemps après la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques de Pékin peut-être ? Voilà qui donne encore un peu plus de nourriture à notre thèse d’une guerre économique en cours entre la Chine et l’OCDE, notamment sur le plan des matières premières via la manipulation des marchés mondiaux.

L’Agence avait déjà commencé à envoyer quelques boulets vers la Chine lors de la publication de son WEO 2007, où elle énumérait les quantités monstrueuses de CO2 que la Chine allait émettre dans le futur - mais sans vraiment s’apesantir sur les quantités déjà émises. Il valait mieux, car selon un récent document de James Hansen, un très renommé climatologue, les Etats-Unis ont émis à eux seuls plus du quart du dioxyde de carbone liée à l’activité humaine... tandis que la Chine en a produit moins du dixième. Cette injonction à la mode du "fais ce que je dis, pas ce que je fais" avait probablement pour objectif de forcer la Chine à donner un coup de frein à son développement.


Nous attendons en tout cas avec impatience ce fameux WEO 2008 pour en analyser la qualité de l’argumentation. La méthodologie employée - consolider les prévisions de production des principaux gisements mondiaux - n’a rien de contestable en soi, mais on est très curieux de savoir où l’AIE est allé chercher les données d’entrée et comment elle les a vérifiées : il n’y a que des économistes à l’Agence, pas de géologues.

Une approche "conservative", qui consiste à ne retenir que les valeurs les plus basses en cas de désaccord entre plusieurs sources, ne peut que déboucher sur la conclusion d’un pic pétrolier imminent, puisque c’est exactement ainsi que procèdent... les peakniks.

L’autre explication, plus simple, est que la bulle pétrolière est proche de son maximum, et que même ceux qui tentaient de garder la tête froide finissent par s’échauffer à leur tour. Et puis, ça fait vendre des WEO 2008 et des exemplaires du WSJ et des Echos...


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • aye 24 mai 2008 12:07

    Et si c’était vrai. il a fallu 100 000ans de formation pour obtenir une seule journée de consommation mondiale.

    Pourquoi les pays du golfe se font-ils construire des centrales à charbon ?

    C’est aussi vrai que ça arrange les partisans du nouvel ordre mondial instauré après l’organisation du chaos.

    on arrive au bout.


    • Mr Mimose Mr Mimose 24 mai 2008 12:22

      Un jour on nous dit qu’on à du pétrole pour encore 100 ans, le lendemain on nous dit que c’est la fin !

      Faudrait qu’ils accordent leurs violons ! Pourquoi le prix flambe ? Ca serait pas pour éponger les dettes de nos amis américains qui vivent à credit sur le dos du reste du monde ?

      En tout cas c’est pas la crise pour tout le monde, les compagnies pétrolières n’ont jamais fait autant de bénéfices, c’est bien la preuve qu’il y a spéculation.

      Encore une fois, le citoyen mouton est tondu !


      • Lisa SION 2 Lisa SION 24 mai 2008 12:36

        On peut alors s’étonner qu’au moment où le baril s’enflamme à des vitesses qui nous surprennent, l’AIE n’hésite pas à jeter encore plus de combustible dans le foyer de la spéculation ...avez vous écrit.

        Vu la courbe exponentielle, ceux qui ont misé sur la hausse se frottent les mains et n’ont pas grand peine à persuader quiconque à en faire autant, y compris l’AIE elle même. Le dollar en chutant artificiellement face aux autres monnaies nuit à Airbus A380, rendant le vol d’autant plus cher, et devant délocaliser certaines productions de pièces vers l’Europe de l’est, voire plus loin, afin de rester compétitifs et non déficitaires. La chute du dollar nuit aux chinois qui en conservent 3000 milliards, et la hausse d’autant du pétrole payable en dollar nuit au monde entier, sauf aux producteurs qui n’ont qu’un doigt de pied dans l’économie de marché. En effet, j’ai entendu dire qu’un plein coûte cinq euros à Ryhad, arabie Séoudite.

        « Celui qui croit qu’une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est un fou, ou un économiste. » Kenneth Boulding. Et " celui qui ne veut pas reconnaitre qu’il est " normalement " fou...est complètement fou " . Thomas Fuller. Cela doit être le cas des traders et économistes et autres têtes brulées comme Kerviel et tous ces casino-man exaltés qui sont aux commandes ...


        • Lisa SION 2 Lisa SION 24 mai 2008 16:42

          La baisse artificielle du dollar décourage également tous ceux qui ont été tentés de se convertir à l’euro...


          • Will Will 24 mai 2008 13:28

            Oui, il s’agit d’une prise de position respectable par principe démocratique, mais la réalité, celle de la "real policy", en matière économique est plus brutale.

            Si le "Peak Oil" est incontestable (qu’il soit déja passé en 2006 ou à venir dans les années proches, c’est une question de temps court), le plus important est la réalité du marché de l’énergie facile (cad de source fossile), dont le pétrole est la source majeure, avec le gas et l’uranium.

            Celui ci n’est pas seulement le marché dit libre que nous observons quotidiennement et dont les médias classiques nous rebattent les oreilles. Bien plus déterminant est le système d’échange entre états qui ne passe pas par le marché, mais se déroule plus discrètement par le biais d’accords d’échanges multiples où le pétrole permet aux pays détenteurs d’obtenir des armes, des infrastructures, des conseillers divers, et aussi des yeux qui se ferment sur leurs pratiques anti-démocratiques ou même génocidaires (cf Darfour).

            Le prix du brut est dans ces cas la négocié sur des bases de long terme et de sécurité d’approvisionnement et n’a plus rien à voir avec le prix du citoyen lambda que nous sommes, tous pays confondus. Il est bien plus avantageux en termes de paiement direct, mais il reste à évaluer le prix des services et biens de réglement additionnels sur une durée de contrat variable mais dont la décade est une moyenne.

            Pour faire court, le Pic Oil est une réalité à laquelle nous devons faire face, les pays puissants savent préserver une part de leurs approvisionnements dans un futur de plusieurs décennies, en allant le chercher directement sous divers prétextes (USA vs Irak), ou en le négociant de multiples façons (Chine, Inde vs Afrique, Russie,etc.), le commun des mortels devra s’adapter à une transition énergétique à laquelle nous ne fumes pas préparés, faute de croire que notre planète est une boule finie avec des ressources qui ne le sont pas moins.

            Comme dans toutes crises, celle ci est une formidable opportunité qui certes va voir notre équilibre actuel basculer, mais n’est-il pas fantastique de vivre en en prenant conscience un changement de civilisation global ?

            Bientôt 9 milliards de cerveaux, n’est ce pas suffisant pour créer des solutions viables ?L’humanité a toujours été en danger par définition, son pire ennemi restant elle même et sa plus grande capacité de survie également, cela reste valide aujourd’hui.

            Parmi d’autres, un article extrèmement intéressant et facile sur le crude oil market & energy mercnatilism :

            http://www.investmentu.com/research/crude-oil-forecast.html

             


            • Lisa SION 2 Lisa SION 24 mai 2008 16:25

              Bien plus déterminant est le système d’échange entre états qui ne passe pas par le marché, mais se déroule plus discrètement par le biais d’accords d’échanges multiples ..avez vous écrit, Will,

              Je t’échange un rafale contre un million de barils. Si nous ne sommes pas dans l’économie de marché, comment est établie la valeur, surtout envers deux pays inégaux comme le Nigéria, par exemple ?Défiscaliser le marché de l’art, permet à deux spéculateurs de se vendre chacun deux dessins de Cocteau contre un de Picasso ( 100.000 dessins répertoriés ), pour un équivalent papier de l’ordre du million d’euro, sans payer le moindre impôt . Ce marché regorgeant de faux en tout genres, et de produits de recels importants, la valeur bancaire est donc très souvent fictive, et après éclatement de cette bulle, les comptes sont beaucoup plus faciles à faire...Il ne reste que les zéros !


            • Gilles Gilles 25 mai 2008 08:49

              Will

              "Bientôt 9 milliards de cerveaux, n’est ce pas suffisant pour créer des solutions viables ?"

              Oui mais bientôt 6 milliard de ventres vides ...ça aide pas à réfléchir .

              Dans un cerveau il suffit de quelques neurones métastasée piur le rendre innopérant

              De toute façon depuis trente ans la population est passée de 4 à 6,3 millards et se sont toujours les mêmes pépés au cerveau avarié qui gouvernent le monde


            • Barbarus Mouche enragée 24 mai 2008 13:34

              S’il est vrai que la théorie du pic rencontre de plus en plus d’écho, ça n’a pas toujours été le cas et nous sommes encore bien loin de la prise de conscience générale que devrait occasionner un tel bouleversement énergétique... La vérité c’est qu’il n’y a aucun plan B à la fin du pétrole bon marché... Les premières secousses ont commencé mais je pense que ça va être de plus en plus violent.


              • Barbarus Mouche enragée 24 mai 2008 13:36

                Lisa Sion, la citation de Kenneth Boulding est parfaitement adaptée à la situation, bravo ! Et je trouve dommage que l’on continue à parler de "bulle spéculative". Il n’y a pas de bulle avec le pétrole : les réserves sont sur le déclin et nous allons connaître les premières ruptures d’approvisionnement.


              • Lisa SION 2 Lisa SION 24 mai 2008 16:35

                exact,

                 le passage du peak oil n’explique pas la chute brutale des ressources tout comme, quel expert, au devant des courbes d’augmentation des durées de vies occidentales, a prévenu des rapports entre cotisants en diminution, et retraités en augmentation en nombre et en temps...


              • ZEN ZEN 24 mai 2008 14:15

                Ce livre, écrit par un géologue et géophysicien, spécialiste et consultant en matière de réserves de pétrole et de gaz, est le plus sérieux que j’aie pu lire jusqu’ici. Il invite à des réactions immédiates concertées, européennes, en proposant des réponses possibles :

                http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2746706059/

                Sans oublier, le toujours excellent Le plein, s’il vous plaît de Jancovici


                • fonzibrain fonzibrain 24 mai 2008 14:58

                  Par Gregory T. Jeffers [1], Mentatt, 9 novembre 2007

                  En mai 2005, la production mondiale de brut et de condensats a atteint un sommet de 74 298 000 de baril par jour (bpj). En août 2007, la production n’a atteint que 72 512 000 bpj, c’est-à-dire un déclin de 1 756 000 bpj de brut et de condensats entre le mois du « pic » et le dernier mois connu.

                  Dans le même temps, le prix a monté d’environ 60 %.

                  Autrement dit, le marché a équilibré l’offre et la demande via une hausse des prix. Au cas où il serait nécessaire de le rappeler, les mécanismes de marché qui ont conduit à une hausse des prix n’ont en rien stimulé un accroissement de la production.

                  Pourquoi ? Peut-être cela n’était-il tout simplement pas possible.

                  Si on prend les moyennes annuelles, la production mondiale de brut et de condensats se présente ainsi :

                   2005 : moyenne annuelle = 73 807 (milliers de bpj)
                   2006 : moyenne annuelle = 73 544
                   2007 : moyenne annuelle = 73 093

                  Même pour un économiste ou un politicien cela a bien l’air de former une tendance !

                  Si on s’intéresse à la production « tous liquides » (brut et condensats, liquides de gaz naturel, éthanol, bio-diesel, coal-to-liquid, etc.), nous sommes passés de 85 467 000 bpj en août 2006 à 83 920 000 bpj en août 2007, un déclin de 1 547 000 bpj.

                  Si on prend les moyennes annuelles, la production mondiale « tous liquides » se présente ainsi :

                   2005 : moyenne annuelle = 84 631 (milliers de bpj)
                   2006 : moyenne annuelle = 84 603
                   2007 : moyenne annuelle = 84 335

                  Mais tous les « liquides » ne sont pas égaux.

                  Par exemple, 1 gallon d’essence contient 124 000 Btu (British thermal unit - unité d’énergie égale à 1060 Joules) alors qu’un gallon d’éthanol ne contient que 84 400 Btu et un gallon de propane 91 000 Btu. Si votre voiture passait de l’essence à l’éthanol pur, il vous faudrait 50 % de carburant en plus pour faire la même distance, ou vous feriez un tiers de kilomètres en moins avec le plein du même réservoir.

                  Autrement dit, quand la production « tous liquides » baisse de 0.35 % de 2005 à 2007, le contenu énergétique obtenu baisse d’environ du double. Et encore, cela ne prend pas en compte l’énergie qu’il a fallu utiliser pour produire ces autres liquides (éthanol, bio-diesel, coal-to-liquids...), ce qu’il faudrait en toute rigueur faire pour comparer le contenu énergétique utilisable in fine.

                  Avec désormais 9 trimestres de recul, les données disponibles continuent à étayer l’idée qu’un pic de production est intervenu en mai 2005, et les données « tous liquides » nous suggèrent de ne pas attendre de miracle des « carburants alternatifs ».

                  Je laisse les universitaires couper les cheveux en quatre sur la date exacte du pic pétrolier. Mais pour le citoyen américain, le pic pétrolier appartient déjà au passé.

                  Références des données : Energy Information Administration (US Dept. of Energy)
                   Production de Brut et condensats : http://www.eia.doe.gov/emeu/ipsr/t11d.xls
                   Production tous liquides : http://www.eia.doe.gov/emeu/ipsr/t14.xls

                  Efficacité énergétique des carburants : Average Energy Content of Various Fuels

                  Classification des hydrocarbures liquides : Wikipédia

                  Lire aussi : The Oil Drum - Canada Le Pic Pétrolier - Février 2007 : Prévisions et les derniers chiffres de l’EIA, en français

                  Publication originale Mentatt, adaptation Emmanuel Nazarenko pour Contre Info
                   

                   

                  si c’est vrai,compte tenu de l’augmentation de la demande mondiale,on pourrai presque dire que la speculation est fondé,mais en réalité elle nel’est pas,au jour d’aujourd’hui on produit plus que l’on consomme et l’augmentation des prix dans ces proportions est deconnecté de la réalité.

                  en revanche à tres court terme,le monde entier va devoir se partager une quantité fixe de petrole,et ca risque de coincer lorsqu’il faudra octroyer des quotas par pays.

                  [1] Gregory Jeffers est un investisseur américain spécialisé dans le domaine de l’énergie. Ses articles sont repris par l’Energy Bulletin


                  • Gilles Gilles 25 mai 2008 09:01

                    "Avec désormais 9 trimestres de recul, les données disponibles continuent à étayer l’idée qu’un pic de production est intervenu en mai 2005,"

                    Vous avez peut être raison. Néanmoins, si les capacités de production avaient été augmenté en 2005 on aurait pu avoir des chiffres inverses...une augmentation de la production grâce à des techniques d’extraction plus rapide, voir une trés forte augmentation et on ne parlerait pas du peak oil pour maintenant

                    Evidemment à volume de réserve constant, la chute de production n’en serait été ensuite que plus rapide une fois pompé les dernières gouttes des nappes actuelles

                    Pour dire qu’ils est impossible de prévoir la date du peak oil en ne se basant que sur les chiffres de production. IL faudrait pouvoir évaluer exactement les réserves...et ça c’est balaise et aucun chiffre ne converge la dessus (tous mentent par intérêt, Opep, compagnies pétrolières...) . Tout ce que on sait c’est que l’on en découvre de moins en moins, de plus en plus difficile à exploiter, et de moins bonne qualité !

                    Mais la date du peak ? On ne la connaitra qu’une fois dépassée depuis longtemps. Peut être même est-elle plus ancienne que l’on ne pense. Mais ce n’est même pas important pour nous les pékings de base. peak ou non la fin du pétrole prendra encore des décennies et d’ici là nous auront à gérer des problèmes bien pire...à cause du pétrole.

                    Seule la finance des spéculateurs et des compagnies pétrolières se frottent les mains de ce peak ; leur rapacité aura peut être le mérite d’hâter la fin de l’économie pétrolière avant même la fin du pétrole


                  • Cug Cug 24 mai 2008 16:41

                     Le pétrole est mort Vive les chevaux !!!


                    • armand armand 24 mai 2008 17:37

                      Cug :

                      Pour une fois, on est d’accord .


                    • armand armand 24 mai 2008 17:40

                      ... Plus sérieusement, si vous voulez découvrir un environnement semi-urbain entièrement débarrassé du fléau du moteur à explosion, allez en Turquie, sur la plus grandes des îles aux Princes (Büyük Ada). On y circule à pied, en vélo, en voiture à cheval (les ’phaetons’).

                      Au début l’odeur est omniprésente, puis on s’habitue, et très vite on trouve tout naturel d’entendre passer les attelages dans les rues à longueur de journée


                    • fonzibrain fonzibrain 24 mai 2008 18:04

                      a kumming dans le yunan,tout,je dis bien tout les scootteur sont electrique.

                      hallucinant


                      • ZEN ZEN 24 mai 2008 19:35

                        Vive le vélo !

                        A Saïgon ou Ho-chi-minh ville , le vélo devient rare . Ne circulent que des motos 100cm3 . Honda fait des affaires . Des villes qu’on a envie de fuir.Heureusement la campagne est reposante Bruit et pollution. J’y étais en avril. Exemple à ne pas suivre !...


                      • Forest Ent Forest Ent 24 mai 2008 18:15

                        Il est effectivement imprudent de relier les prévision d’extraction pétrolière et ce que l’on appelle le "prix du pétrole", et qui est en général le "prix spot", c’est à dire le prix au jour le jour pour la très faible proportion de la production qui ne fait pas l’objet de contrats à long terme. Les deux ne se rejoignent qu’en tendances longues.

                        Le pix spot élevé actuel est en très petite partie le reflet d’une tendance à long terme, mais en beaucoup plus grande partie une anticipation négative sur le dollar, sur la capacité des US à contrôler l’Irak, ainsi que comme toutes les commodities un refuge pour les dollars virtuels qui se détournent de l’immobilier, de la finance et de certaines actions.

                        Il n’est pas anormal qu’une fin de cycle de surendettement voie à la fois une hyper-déflation des actifs et une hyper-inflation des commodities.


                        • fonzibrain fonzibrain 24 mai 2008 18:29

                          salut forest

                          j ai apris que les speculateur ne paye que 8 dollars des 130 du prix,du coup c’est hyper pratique pour eux,il avance que 1/16eme du prix mais recupere 100%des benefs,un vrai scandale mais c’est la regle dans les bourses.

                          le livre d’eric laurant est edifiant ! 

                           

                          http://www.eric-laurent.com/pages/LA_FACE_CACHEE_DU_PETROLE-231453.html

                           


                          • tvargentine.com lerma 24 mai 2008 18:53

                            Les chinois ne sont pas des créateurs mais des copieurs,il n’y a donc aucune création dans ce qu’ils font.

                            Ils ont copié un avion de chasse russe,cloné une station spatiale Mir (avec l’aide des Russes),apportent de la main d’oeuvre pas cher aux industriels,mais ne sont pas exportateurs de valeurs et de richesses sur leur connaissance

                            En Argentine,à Rosario,j’avais visité un magasin CARREFOUR,avec en majorité des produits made in China.

                            Et bien ce n’est que de la merde (ampoules,sac poubelles....)

                            Les argentins se détournent des magasins qui vendent du made in China comme Carrefour vers d’autres hypermarchés qui vendent des produits plus robustes

                            CARREFOUR c’est planté et c’est tant mieux

                            Ces produits ont pu s’imposer par la faute du libéralisme économique de la rechesse du cout le plus bas en détruisant des entreprises locales et en inondant les produits made in china ,qui n’ayant plus de concurrent viennent se substituer à des produits de qualité

                            C’est donc,pour nous,une régression

                            Le rôle de la TVA sociale aurait été une grande utilité afin de lutter contre tous ces produits made in china

                            Les contrôles etant maintenant presque inexistant ,nous nous retrouvons maintenant avec des contrefaçons dont 80 % est produite en Chine

                            http://www.aujourdhuilachine.com/actualites-chine-les-produits-made-in-china-commencent-a-faire-peur-aux-etats-unis-3520.asp?1=1

                            http://www.lexpansion.com/economie/actualite-entreprise/alerte-sur-les-produits-alimentaires-chinois_122528.html

                            http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/jusqu-ou-ira-la-flambee-du-petrole_153602.html

                            Personnellement,je crois à une spéculation comme au temps de la bulle internet,dont les rapports "d’experts" aussi sortaient des statistiques bidons sur des prévisions justifiant des envolés boursières sur certaines valeurs

                            Plus dure sera la chute pour les spéculateurs


                            • Barbathoustra Barbathoustra 24 mai 2008 19:37

                              Si vous avez trouvé un rapport entre le commentaire de Lerma et le sujet, ne prennez pas le volant


                            • Gilles Gilles 25 mai 2008 09:10

                              Lerma le gland. Si c’est ça la "gôche" sarkozienne je plaint Sarko de devoir se coltiner ces abrutis

                              "Les chinois ne sont pas des créateurs mais des copieurs,"

                              Ils ont eu la Bombe avant la France, envoyé un cosmonaute dans l’espace, envoient des satellites depuis des lustres....effectivement que des produits de merde comme tu dis.

                              Pour se développer tous les pays commencent par copier ; ensuite ils dépassent leurs inspirateurs.

                              Tient les imbéciles pensaient la même chose du Japon voici 50 ans. Résulat ce pays est la deuxième puissance économique


                            • Mr Mimose Mr Mimose 24 mai 2008 20:53

                              Ce que veux dire lerma si j’ai bien compris c’est que tout ça c’est la faute aux chinois qui produisent trop d’article pourris et de mauvaise qualité, c’est pour ça que carrefour ne veut plus vendre de produit made in china qui consomment trop de pétrole mal rafiné.


                              • Di Girolamo 24 mai 2008 20:54

                                jean marc jancovici a très tôt demandé l’instauration d’une taxe pétrole , afin de nous obliger à anticiper tant que nous avons (encore) les moyens de le faire.

                                Mais la réalité nous rattrape : Pouvons nous donc taxer le pétrole pour les pêcheurs et les camionneurs ?!

                                En fait je partage tout à fait les analyses de Jancovici ; avec un seul bémol : pour moi les taxes sont des outils techniques qui en elles mêmes sont insuffisantes ; ce qui doit les précéder (les mesures techniques ) c’est la claire volonté politique portée par une majorité de citoyens.

                                Dans le cas qui nous occupe il faudrait la claire volonté politque d’organiser la société AUTREMENT.

                                Mais dans la mesure où nous n’avons pas d’outil politique démocratique et participatif pour réfléchir au problème ......

                                Le pêcheurs ,les camionneurs et nous mêmes n’avons pas fini de ramer.

                                 


                                • Mr Mimose Mr Mimose 25 mai 2008 02:18

                                  C’est sur que les pecheurs vont ramer qu’en y’aura plus de pétrole, mais les camionneurs vont plutot pousser, ne raconter pas n’importe quoi !


                                • GreenGarden GreenGarden 24 mai 2008 23:43

                                  Une très bonne analyse d’Eric Laurent : "La face cachee du Petrole".

                                  A voir son son interview : www.dailymotion.com/video/x3057e_eric-laurent-la-face-cachee-du-petr_politics

                                  Bon visionnage,

                                  G.


                                  • Falkland 25 mai 2008 02:38

                                    Il faut que le baril coute combien pour que notre economie tombe en rade ?


                                    • Lisa SION 2 Lisa SION 25 mai 2008 04:59

                                      Une débâcle financière est la revanche de la logique sur l’absurde...


                                      • Mr Mimose Mr Mimose 25 mai 2008 09:04

                                        Il semble que presque tout le monde est d’accord sur l’idée que le pétrole va manquer dans les prochaines années. Qu ’es-ce que cela va entrainer comme changement ? Et bien il me semble que ce sera la fin de la mondialisation, comment en effet continuer les échanges internationaux sans pétrole ? Comment faire pour ramener un produit fabriquer en chine jusqu’en europe ?

                                        D’ailleurs comment continuer à produire quoi que ce soit, alors que tout ce qui nous entoure est à base de pétrole ? Ca sera la fin de l’économie moderne, plus de déplacement possible ça veut dire production locale, retour à nos frontière nationale, économie décentralisé, économie régionale, fini les flux internationaux, fini les entreprises transnationales, les traders, les bénéfices pharaoniques.

                                        Certains (les optimistes, les bons) se disent que c’est bien, qu’on va produire plus raisonnablement, s’adapter, vivre doucement avec les saisons.

                                        Mais es-ce que ILS, vont accepter ça ? ILS veulent la mondialisation, la croissance, les bénéfices, l’exploitation des ressources, des comptes en banques bien garnis. Je crois que ILS vont plutot nous pousser vers un conflit, ILS nous laisseront jamais vivre tranquillement, d’ailleurs ça a deja commencé, ILS sont déja en guerre contre nous.

                                        Il faut se préparer au pire et le pire c’est la guerre mon cher monsieur !


                                        • Rousquille Rousquille 25 mai 2008 09:17

                                          Aucune raison d’utiliser un titre en anglais...je moinsse cet article carpette anglo-saxonne


                                          • herve33 25 mai 2008 10:52

                                            La hausse du prix du pétrole actuel est sans aucun doute davantage due à la spéculation , qu’au manque de la ressource si on peut dire . Ce sont en tout cas les dires de l’OPEP . 

                                            Il est clair que cette hausse des couts des carburants va encore plonger davantage l’économie américaine vers le gouffre et provoquer un ralentissement mondial qui en retour fera retomber la demande de pétrole . 

                                            Cette année 2008 sera vraiment l’année où le système infernal du capitalisme financier va faire imploser toute l’économie .

                                             

                                             

                                             

                                             

                                             

                                             

                                             

                                             

                                             

                                             

                                             

                                             

                                             

                                             


                                            • calypso calypso 25 mai 2008 11:07

                                              Le pétrole n’est pas "encore" une energie en déclin, il suffit de voir les multiples "gros" projets qui se

                                              lancent au moyen orient en ce moment.

                                              Et qui se traduisent concrètement comme le montre cette annonce récente :

                                              http://www.total.com/fr/press/press_releases/cp-2008/080515-saudi-aramco-raffinerie-jubail_15302.htm

                                              Si le pétrole était vraiment en déclin, pouquoi les pays producteurs et les compagnies pétrolières

                                              investiraient beaucoup d’argent (on parle de 1140 milliards de $ dans les années à venir) dans de

                                              nouvelles usines de traitement qu’elles auraient du mal a alimenter ???

                                              La hausse actuelle du prix du brut n’est pas rationelle, l’économie mondiale est en ralentissement et le

                                              brut prend 35% d’augmentation en cinq mois ... Et il n’y a pas de rupture d’approvisionnement qui

                                              justifierait une hausse panique ...

                                              Cette hausse certainement savament orchestrée doit répondre a des objectifs non avouables.

                                              Une bonne turbulence et une belle bulle qui pourrait cependant dégonfler (elections américaines bientôt ...)

                                               


                                              • JL JL 25 mai 2008 12:32

                                                 

                                                Le cours du brut se moque de la réalité des carburants, Par F William Engdahl. On y lit en introduction ceci :

                                                " Alors que les entreprises et les consommateurs évaluent ce que le brut à plus de 130 dollars le baril implique pour eux, il doivent garder en tête qu’au moins 60% de ce prix provient de la spéculation non-régulée sur les marchés à terme. Cette spéculation est orchestrée par des fonds spéculatifs, des banques et des groupes financiers, qui utilisent le London ICE Futures, le marché à terme du New York Nymex et les échanges interbancaires non contrôlés ou hors cote...""


                                                • pseudo 25 mai 2008 12:58

                                                  Peut on imaginer un monde sans pétrole ?

                                                  des chaluts avec des voiles, des voitures électrique rechargés par des énergies renouvelables, plus de plastique, des trains au lieu des camions, une agriculture écologique avec des tracteurs fonctionnant à l’huile de colza, des ouvriers à vélo, des maisons basses consommations, des dirigeables géants utilisant les vents dominants. Le monde sans pétrole sera un monde qui ira moins vite.

                                                  L’avenir n’est peut être pas aussi noir que le pétrole.

                                                   

                                                   


                                                  • Serpico Serpico 25 mai 2008 14:09

                                                    Et c’est à ce moment qu’un membre du Congrès US demande à l’OPEP d’augmenter sa production alors que son propre pays refuse de le faire.

                                                     

                                                    Les USA reprochent à l’OPEP de laisser fonctionner les mécanismes de l’économie occidentale.

                                                     

                                                    C’est un comble : faites ce que je dis et non ce que je fais. Et ça ose parler de droits de l’homme, de mondialisation et d’autres foutaises à consommation internationale.


                                                    • moebius 25 mai 2008 15:34

                                                       L’augmentation du prix du baril n’est pas du a la seule spéculation. Il n’y a pas contradiction entre spéculation et rareté des ressources mais rapport de cause a effet . L’effet n’est pas la cause. Nous voulons croire à une embellie et porter la responsabilité de la crise actuelle sur l’imperfection d’un systéme économique trop spéculatif pour ne pas admettre que nous allons devoir impérativement changer nos modes de vie. Ce qui est particuliérement préoccupant ce sera la frustration des pays émmergeant vis à vis du modéle occidental de dévellopement économique. 


                                                      • lasino capsen 25 mai 2008 16:49

                                                        Mais qui donc à raison.. ?

                                                        Il y’as d’un côté ceux qui annonce la proche pénurie et ses repercussions sur notre société..de l’autre ceux qui rabache aussi que l’or noir à encore de beau jour devant lui au vue des nombreux projets d’exploitation pétrolière...mettez vous d’accord.

                                                        Ce qui est sûr c’est que l’un comme l’autre on se fera toujours enfler...

                                                         


                                                        • jjwaDal marcoB12 25 mai 2008 17:11

                                                          Que nous soyons près du pic de pétrole (facile à extraire) semble être l’opinion de nombreux spécialistes. Objectivement les découvertes ne suivent plus la consommation depuis longtemps et personne ne croît que des réserves significatives pourront être et découvertes et mises en production assez rapidement pour compenser le déclin des vieux gisements et la hausse de consommation des pays émergents.
                                                          Une grande partie de la hausse des prix récentes est dûe à cette prise de conscience collective et dès lors que la demande est en passe de dépasser l’offre (on le croît) le pétrole est mis aux enchères...
                                                          Ces prix élevés ne sont pas une catastrophe per se.
                                                          La catastrophe potentielle est dans notre impréparation et le cafouillage qui risque de résulter d’une précipitation vers des solutions mises en avant par des intérêts privés se foutant autant de l’avenir de notre espèce que du taux de CO2 au-dessus de nos têtes.
                                                          En France on sait qu’il y a un consensus pour la relance du nucléaire...
                                                          En allemagne il est remarquable de voir l’expansion de l’éolien, du biogaz (une étude récente indique que dans dix ans ils pourraient couvrir le 1/3 des importations européennes actuelles) ainsi que du solaire thermique et photovoltaïque.
                                                          Le seul gisement des économies d’énergie est chiffré par la commission européenne à 20%.
                                                          L’électrification du parc de véhicules réduirait d’un quart nos besoins pétroliers en offrant de surcroit aux énergies intermittentes un espace de stockage. Israel et le Danemark se sont lancés récemment dans ce projet avec d’un côté l’énergie solaire et de l’autre l’éolien comme sources.
                                                          Voir :  http://www.projectbetterplace.com/
                                                          L’avenir pourrait être un cauchemard ici et plutôt sympathique là.
                                                          Je vais peut-être apprendre l’allemand...

                                                          Voir aussi :biopact.com/2008/01/report-biogas-can-replace-all-eu.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès