Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Perte du triple A, un réel impact sur les taux ?

Perte du triple A, un réel impact sur les taux ?

La perte médiatique du triple A de la France ne laisse personne indifférent. Economistes, journalistes, bloggeurs spécialisés ou non, chacun y allant de son commentaire.

Pour autant, peut-on affirmer que cet évènement aura un impact conséquent sur les taux d’emprunt ?

Tout d’abord, il faut remettre les choses dans leur contexte. La perte du triple A était devenue inéluctable depuis plusieurs mois et l’annonce n’a eu pour effet que de confirmer les prises de position des économistes. S&P et Moody’s, à la fin de l’année 2011, avaient déjà anticipé l’évènement.

Il faut relativiser cette dégradation qui ne reflète en rien la capacité de la France à rembourser ses dettes. Les conditions, d’un point de vue historique, restent tout à fait correctes, approchant un taux de 3.5% concernant ses obligations d’Etat.
 
En cela, on ne voit pas quelles pourraient être les conséquences d’un point de vue économique pour le pays, qui de toute façon, avait déjà subi les sanctions de l’effet des annonces, des agences de notations, intervenues courant décembre. A la limite, cette dégradation peut être perçue comme une « bonne nouvelle » car elle est moins importante que les prévisions annoncées et attendues par les investisseurs.
 
Alors aujourd’hui, quel impact sur les banques ?
 
Très concrètement, la plupart des banques ont elles-aussi subi une dégradation de leur note auprès des agences. L’impact de cette mesure est encore une fois à relativiser car l’essentiel du refinancement des banques provient de la BCE qui maintient ses taux à des niveaux les plus bas, et ce, depuis plusieurs mois.
 
La mesure ayant eu le plus d’impact sur l’économie bancaire est sans aucun doute l’annonce des normes Bâle III, renforçant les exigences bilancielles au niveau des fonds propres des banques survenue en janvier 2010.
 
La plupart des banques, étant en dessous des normes prudentielles, ont dû limiter leurs risques « crédit » et augmenter leurs capitaux via la collecte d’épargne afin de répondre aux attentes des autorités qui prendront officiellement effet en Janvier 2013, dans tout juste un an.
 
D’ailleurs, lorsque l’on regarde l’écart entre le taux de refinancement des banques et celui des emprunts proposés aux particuliers, on se rend compte que la marge n’a jamais été aussi importante que depuis début 2011.

Nous pensons que les banques sont tout à fait capables de s’adapter à cette nouvelle situation. La hausse récente des taux des durées long terme (20 et 25 ans) correspond davantage à une orientation stratégique prise par certains établissements financiers plus qu’à une décision macro-économique commune.
 
Quelle conclusion en tirer ?
 
Contrairement aux prises de positions dramatiques observées dans certains médias, nous restons optimistes quant à une stabilisation des taux d’emprunt. Il faudrait un nouvel évènement économique majeur pour reconsidérer la question. Aujourd’hui, seules les banques sont en mesures de prendre les décisions stratégiques visant à diminuer ou augmenter les taux d’emprunt immobilier. Les marges restant relativement importantes, tout laisse à penser que de nouvelles campagnes commerciales permettront de dynamiser l’emprunt immobilier durant le premier trimestre de l’année 2012.
 
Pour plus d'informations : http://www.lemeilleurcourtier.com/news/index/view/id/25

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 28 janvier 2012 12:17

    L’Europe se livre pieds et mains liés au pouvoir financier des marchés ! L’Europe s’interdit toute monétisation de la dette publique directement auprès de la Banque Centrale, et garantit aux banques, qu’elles ne seront pas mises à contribution. Cerise sur le gâteau l’Europe leur accorde un approvisionnement illimité en monnaie quasi-gratuite par la BCE pendant trois ans pour mieux faire des bénéfices en prêtant ensuite aux Etats à des taux élevés. L’Europe interdit aux nations d’emprunter directement à la BCE, juste pour que les banques puissent se gaver, en servant d’intermédiaire !
    http://2ccr.unblog.fr/2012/01/13/la-farce-du-triple-a/


    • velosolex velosolex 28 janvier 2012 12:25

      Et, bien sur qu’on espère que la France va rembourser ses dettes !

      C’est même pour ça qu’on a baissé sa note, via les agences de notation, des tueurs professionnels envoyés par les ricains pour se faire aussi la peau de l’euro.

      Un petit service donné aux banquiers qui ont ainsi la justification écrite d’augmenter leur tôt d’intérêt.
      Ca tombe bien, ils ont plein de fric à placer, vu que l’Europe leur a filé un max de tune à un tôt quasiment nul, eux qu’étaient pourtant dans le rouge, avant que les états sympas ne leur refasse une petite santé.

      Une histoire de fous !
      Moralité : Aucune
      Ou plutôt : Si vous trouvez un pit-bull blessé agonisant sur le bord de la route, méfiez vous de votre bon cœur, et réfléchissez deux minutes, avant de l’emmener chez le véto !


      • Nanard39 Nanard39 29 janvier 2012 08:57

        Chaque copie du bac n’obtiendra jamais la même note de la part de plusieurs correcteurs .... ce qui n’empêche pas d’obtenir son bac .... et peut-être de réussir dans la vie ? ..... n’accordons pas plus d’importance aux agences de notation qu’elles en ont .... ce ne sont que des « indicateurs » partiaux ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

LMC_COM


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès