Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Petites nouvelles du front avec le G8

Petites nouvelles du front avec le G8

Et alors Mesdames-Messieurs du G8 ? Peut-on quand même avoir un état d’avancement de vos travaux ? Les ruines d’Aquila que Berlusconi n’arrive pas à remettre debout sont-elles une si mauvaise comparaison ? Avancez-vous un peu ? beaucoup ? On sait : vous serez sûrement contents de vous sur la photo finale. Mais est-ce mérité ?

 

Schématisons.

1- L’Asie va son chemin, sort de la crise, commence à s’orienter vers une croissance plus régionale et plus auto-centrée (en gros avec une consommation interne et un système de protection sociale qui permettent aux ménages de moins avoir besoin d’épargner). Il lui reste beaucoup de chemin à faire, notamment à construire un marché financier profond, intégré, ouvert et... transparent. Ce n’est pas gagné mais la direction est claire et admise.

2 - L’Amérique d’Obama avance à double tempo : conjoncturel avec le plan bancaire et le plan de relance, structurel avec la régulation bancaire, la loi énergie et le projet « santé pour tous ». En conséquence, les Etats-Unis devraient sortir de la récession avant la fin de cette année et se préparer à un nouveau modèle de croissance appuyé sur une hausse de l’épargne et un désendettement des ménages. La vitesse sera moindre mais si le Président américain réussit son pari de redonner un espoir à la classe moyenne par ses réformes, le pays sortira plus fort de la crise.

3 - Et l’Europe ? La quoi ? L’Europe ! Ah ! Ce qu’on appelait « L’Europe »... Et bien, l’Europe réussit cette performance de s’effacer, de se perdre en querelles intestines au moment où l’Asie et l’Amérique copient son modèle et établissent chez eux un Etat providence « à l’européenne ». Il y a de quoi être furieux de nos dirigeants. L’environnement ? L’Europe dit « montrer le chemin ». En vérité, aucun de ses pays membres ne respecte les engagements de Kyoto. La gouvernance mondiale ? C’est Sarkozy qui réunit un G20 de crise, c’est l’Europe qui patauge ensuite, les Britanniques refusant une régulation de la City, les Français et les Allemands refusant une mutualisation de leurs parts au capital du FMI. Sarkozy et Merkel s’en prennent aux Hedge Funds ? La Suède, présidente de l’Union, prend leur défense.

Comprenne qui pourra dans cette alliance de nains.

Les banques européennes sont-elles irresponsables de la crise des subprimes ? Oui, mais elles ont acheté par paquets les produits toxiques et leurs pertes sont au moins aussi grandes que celles des banques américaines. Quand la Maison Blanche et la Fed organisent un nettoyage de Wall Street (en accord avec les champions de la place), les capitales européennes agissent en ordre dispersé, sans transparence, sans pouvoir surmonter la division entre Londres et les autres capitales. Conséquence : la reprise en Europe sera retardée à 2010 et aucune réflexion n’est engagée sur la croissance post-crise, sur le modèle « post libéral », sur l’organisation nécessaire dans un monde multipolaire.

Cette crise donne raison à l’Europe mais sa voix se perd. Regardez le commerce et les négociations de Doha. Pascal Lamy, directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) se félicite de ce que le protectionnisme ait été évité, jusqu’à maintenant. Mais les tensions croissent partout en parallèle avec la montée des taux de chômage. Qui sera décisionnaire ? Les Etats-Unis et l’Inde, qui reviennent à la table après leurs élections respectives. Resteront-ils favorable à la mondialisation ? On ne sait pas encore, les deux.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 13 juillet 2009 10:39

    Et les pays pauvres ?

    N’oublions pas non plus la générosité du G8 qui se propose d’accorder 20 Milliards de Dollars (5 par an pendant 4 ans ?) pour lutter contre la faim dans le monde.

    Question : S’agira-t-il de lutte contre l’insécurité nutritionnelle ou de lutte contre l’insécurité alimentaire ?

    Dans le premier cas, il ne sera procédé à aucun investissement productif ; juste de la distribution nutritionnelle (vitale, certes).

    Dans le second cas, il reste à espérer que les investissements réalisés seront effectivement plus productifs que ceux réalisés durant ces quarante dernières années : ces investissements passés ont été engloutis dans des stratégies financièrement déficitaires et suicidaires.

    Bis repetita placent ? ? ?


    • plancherDesVaches 13 juillet 2009 13:19

      Ne vous inquiètez pas pour les 20 milliards distribués.

      Ils ne le seront toujours pas dans le sens de l’auto-suffisance.

      Et rapporteront largement plus aux multinationales qui vendent les semences et changent les habitudes alimentaires.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 13 juillet 2009 13:29

      à plancherDesVaches

      Mal investis, voire non investis du tout, ces 20 milliards distribués rapporteront beaucoup moins qu’ils ne le pourraient aux multinationales qui vendent les intrants.

      En contrepartie, la carence productive de ces « investissements » ralentit les changements d’habitudes alimentaires.


    • Traroth Traroth 13 juillet 2009 18:31

      Auto-suffisance, c’est un gros mot, pour les libéraux qui nous gouvernent. Ils n’ont pas fait tous ces efforts pour casser toute velléité d’autosuffisance dans les pays du tiers-monde pour la leur offrir maintenant sur un plateau, croyez-moi !


    • mac 13 juillet 2009 10:57

      «  les Etats-Unis devraient sortir de la récession avant la fin de cette année »

      Qu’est-ce qui permet d’annoncer des choses pareilles ?

      Est-ce de l’incantation d’un financier qui voudrait que les choses redeviennent comme avant ou une reprise béate du message dominant actuellement dans les médias ?

      Est-ce la quasi faillite de la Californie ou celle de GM ? Est-ce l’endettement historique de l’état qui malgré sa politique de quantitative easing ne parvient pas à faire repartir quoi que ce soit ?

      Est la reprise spectaculaire du marché immobilier américain ou les millions de chômeurs américains, plus nombreux chaque mois, qui vont dès septembre se mettre à acheter à crédit des GM pour sauver leur pays ?


      Franchement de qui se moque-t-on ?


      • plancherDesVaches 13 juillet 2009 13:21

        C’est effectivement et logiquement de l’incantation.

        Tout le système fonctionne sur la « confiance », ne l’oublions pas.


      • emile1111 15 juillet 2009 15:49

        Merci pour votre intervention.
        Je suis un financier oui, mais je plaide (depuis plus de dix ans pour que cela change, mais malheureusement je suis bien obligé de voir que cela n’est pas encore gagné).

         

        Si je peux me permettre aller sur mon blog : emile1111.kazeo.com
        Deux raisons pour cela :

        1. Pas encore familiariser avec Agoravox je ne sais mettre des graphiques et autres vidéos.

        Ceux-ci expliqueront le pourquoi de ma phrase « sortie de récession », que je veut que technique, mais pas fin de la CRISE comme on l’entend de ce coté de l’Atlantique.
        2. Vous trouverez aussi nombre d’articles très critiques sur les banques et je vous signale surtout celui de Stiglitz (http://emile1111.kazeo.com/Il-faut-empecher-les-banques-de-recommencer-Stiglitz,a885326.html ) avec tous les renvoies.

        Vous trouverez aussi bien d’autres articles ( regarder celui de la BRI, lisez Jorion ) me classant je l’espère plutôt parmi ceux qui veulent OBJECTIVEMENT informer.

         

        Sur mon blog vous trouverez aussi des faits, graphiques et données, et il ne peut être nié que :

        -  les américains d’une épargne négative son passé à 7%, ( graph multiple sur mon blog et même de la BRI)

        -  que l‘endettement des ménages diminue (certes légèrement et reste à des niveaux élevés, mais c’est le seul grand pays)

        -  que le plan de relance à portée ses fruits (mais maintenant ….).

        Mais tout cela ne prouve pas que la CRISE soit finie non, bien au contraire. Cela prouve juste que les US ont réagit, plus que nous.

        Mais la Crise risque au contraire de durée encore et les faits que vous donner en sont aussi la preuve.
        J’espère que j’ai put redresser le sen s de mon propos.


      • plancherDesVaches 13 juillet 2009 13:34

        La Chine.... vaste sujet.
        http://www.lesechos.fr/info/inter/afp_00165700-chine-la-presse-met-en-garde-contre-les-risques-financiers-latents-.htm
        « Chine : la presse met en garde contre les »risques financiers latents«  »

        Et ils arrosent pour arriver à l’objectif de 8%.... Là, ce n’est plus arroser, c’est carrément les chutes du Zambéze. Hors, :
        « Certains analystes ont toutefois exprimé la crainte que cette rapide croissance du crédit n’amène notamment une hausse des créances douteuses des banques, plaie des années 90 dont le gouvernement avait fini par les débarrasser à force de restructuration. »

        Déjà que la moitié de leurs barrages comportent des défauts de fabrication graves... Et certains, des failles apparentes.
        ’s’ont toujours eu des problèmes avec la flotte, les zazie à tiques.


        • emile1111 15 juillet 2009 16:01

          Bonjour,
          je voudrais réagir à l’ensemble des tes interventions :
          sur mon article et aussi sur les pays pauvres.
          D’abord je ne cherche pas à faire de l’incantation. Je suis le premier à savoir que la Finance procède de beaucoup de phénomène auto réalisateur.
          Donc effectivement méfiance à tout ces messages.
          Mais justement mon objectif est d’essayer de montrer comment reconnaitre cela.
          Ma position sur la crise actuelle est relativement simple :
          1. c’est une crise Systémique, donc remise en cause profonde, mais deux conditions semblent incontournable :
          - brider le système financier ( faire une espèce de Glass Steagel ACt américain après 1929, malheureusement abrogé sous Clinton)
          - mieux partager entre nous mais aussi Nord-sud ( autrement dit changer les termes de l’échange).
          2. L’autre position est de niée l’importance de la crise ( le scénario rose de nos gouvernements européen- entre autres, ou la fuite en avant de la Chine, etc...)

          Cette solution débouchera sur des bulles ( elles sont déjà en train de se créer), et une nouvelle explosion plus forte encore voila le choix,

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès