Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Petits cadeaux entre amis !

Petits cadeaux entre amis !

Le 29 décembre 2011, le Père Noël a laissé au pied du sapin mais également dans les branches du Journal Officiel un magnifique cadeau de Noël pour les grossistes de la répartition pharmaceutique.

Ce court texte publié en catimini en pleine trève des confiseurs donne l'illusion d'une nouvelle mesure pour combler le déficit de la France !

Il s'agit de l'arrêté du 26 décembre 2011 modifiant l'arrêté du 4 août 1987 relatif aux prix et aux marges des médicaments remboursables et des vaccins et des allergènes préparés spécifiquement pour un individu.

Peu de chance que "Madame Michu" tombe par hasard sur ce texte en pleine préparation des festivités du 31. Et admettons qu'entre deux recherches de recettes de cuisine elle finisse quand même par atterrir sur cet arrêté, il y a peu de chance qu'elle prenne sa calculatrice pour en comprendre les tenants et aboutissants...

Car ce texte a été conçu par des personnes qui savent très bien compter !

En apparence, ce texte a pour but de simplifier le calcul et de réduire la marge des grossistes et des dépositaires (= vente directe) qui fournissent les pharmacies. Or s'il y a bien une chose que chacun redoute, et pour cause !, c'est bien quand le gouvernement souhaite "simplifier" une situation.

Entrons en douceur et sans s'énerver dans quelques menus détails comptables. Cette information est très facilement vérifiable à partir des références sus-citées.

La marge sur un médicament se calculait jusqu'ici par un système de tranches (un peu comme l'impôt sur le revenu) :
- de 0 à 22,90 € : 9,93%
- de 22,90 € à 150 € : 6%
- de 150 € à 400 € : 2%
- au delà de 400 € : 0%

De cette marge étaient imputés les taxes (ACOSS) et autres frais divers (stockage, préparation, livraison). Le solde permettant de faire des remises pour le pharmacien.

En pratique nous avons donc 2 types d'acteurs :

- soit le grossiste, qui achète son stock auprès du laboratoire, et qui est capable de livrer n'importe quelle pharmacie dans des temps records (Il livre en 24 heures maximum et tient un stock de 15 jours. En pratique il peut faire jusqu'à 3 livraisons par jour). Il tiennent 82% du marché.
- soit le dépositaire, qui fonctionne en flux tendu auprès des labos, qui est donc par nature moins souple, mais qui permet au pharmacien d'obtenir des remises nettement plus importantes (4,93% au lieu de 2,5% pour le grossiste). Ils tiennent 18% du marché.

Vous comprendrez que grossistes et dépositaires ne s'aiment pas beaucoup et que tous les coups sont permis.

L'arrêté du 26 décembre 2011 va simplifier tout ça : De 0 € à 450 € : la marge est de 6,68% avec un minimum de 30 centimes Au delà de 450 € : 0 €

Aie ! Dans le fond, ça ne suit plus. Dommage car c'est là que ça devient intéressant. On n'est plus du tout dans un "plan de rigueur pour sauver la France". Une telle mesure est un CADEAU DE NOEL INESPERE pour les grossistes !

Un cadeau de Noël en pleine crise financière pour les grossistes de la répartition pharmaceutique ???? Ce n'est pourtant pas le discours qu'ils tiennent !

Et pourtant ...

1. Premier cadeau pour les grossistes : les "petits médicaments", comprenez-là les grands médicaments, les plus connus, ceux qui se vendent par brouettes pleines mais qui ne coûtent rien comme le paracetamol voient leur marge exploser ! La marge sur une boîte à 1 € passe de 10 centimes (arrondissons) à 30 centimes. Elle triple, rien que ça !

2. Deuxième cadeau pour les grossistes : les médicaments chers, c'est à dire à plus de 150 € (à une petite approximation près) voient leur marge passer de 2% à 6,68% pour tout ce qui sera au dessus de ces 150 € jusqu'à 400 € et maintenant 6,68% de 400 à 450 € au lieu de 0. Un vrai "plan de rigueur" ! Ne rigolez pas, même la Grèce n'avait pas osé faire ce coup là !

3. Troisième cadeau, incontestablement le plus tordu : qu'en est-il des médicaments à prix moyen ? La baisse de prix prévue par ce nouveau dispositif va être largement compensée par une très forte augmentation du volume... en faveur des grossistes, en tuant purement et simplement la vente directe effectuée par les dépositaires.

Pour le pharmacien, la remise du grossiste était jusqu'à présent au maximum de 2,5% compensée par une très grande souplesse de livraison. En ce qui concerne les dépositaires elle pouvait monter jusqu'à 4,93%, mais avec moins de souplesse.

Avec cette réforme ça nous donne :
une marge de négociation maximale chez les grossistes de 1,25%
et pour les dépositaire de 1,68%
Deux chiffres grosso modo identiques. Sauf que le grossiste offre plus de facilités au pharmacien qui commande auprès de lui que le dépositaire.

Que va faire le pharmacien ? Que feriez-vous à sa place ? Il ne passera plus par le dépositaire. Exit la vente directe !

En clair, cette réforme passée en douce signe l'arrêt de mort des dépositaires au profit des grossistes qui vont récupérer 100% du marché. La vente directe auprès du pharmacien n'est donc plus possible. Seuls les grossistes y gagnent. Les pharmaciens et les dépositaires sont les grands perdants de cette affaire !

Sous le prétexte d'un plan de rigueur, Xavier Bertrand vient de faire un magnifique cadeau aux grossistes en majorant leur marge et en tuant net leurs concurrents.

Les prévisions d'économies annoncées par le gouvernement ne tiennent pas compte de la réorganisation de tout le secteur qui ne manquera pas d'opérer instantanément à l'application de cet arrêté.

La marge unique doit faire économiser 25 millions d'euros à la Sécurité sociale, mais d'après les calculs des grossistes-répartiteurs, elle va amputer leurs revenus de 60 millions d'euros l'an prochain. « Nous assisterons à un net appauvrissement de la répartition pharmaceutique. Au sein de l'entreprise, nous avons élaboré un budget 2012 en baisse, avec un chiffre d'affaires qui reculerait de 1 %, du jamais-vu en quarante ans de métier ! », détaille Yves Kérouédan, président de la Cerp Rouen, qui détient 17 % du marché. (Les Echos, 27/12/2011)

FAUX !

Heureusement pour vous cher monsieur que vos prévisions ne tiennent pas compte de l'absorption de tout le marché de la vente directe, ce qui va augmenter votre chiffre d'affaire d'environ 20% ! (du fait de la répartition actuelle 82/18)

Pourquoi un tel cadeau à l'encontre des règles élémentaires de la concurrence ?

"Que les pouvoirs publics nous donnent les moyens de vivre et de bien faire notre métier de service public" s'indignait Claude Castells, président de la Chambre Syndicale de la Répartition Pharmaceutique (CSRP), en juin dernier.

C'est chose faite !

En 2009 Claude Castells avait déjà été promu Chevalier de la Légion d'Honneur. La décoration lui avait été remise par Roselyne Bachelot suivi d'un discours de Michel Bettan, l'ancien directeur de cabinet de Xavier Bertrand. Notre ministre de la Santé pourrait-il s'expliquer sur les raisons de tels cadeaux ?

Références

Arrêté du 26 décembre 2011 modifiant l'arrêté du 4 août 1987 relatif aux prix et aux marges des médicaments remboursables et des vaccins et des allergènes préparés spécifiquement pour un individu., Journal Officiel du 29/12/2011

La nouvelle marge des grossistes va modifier la remise commerciale accordée aux pharmacies


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • reprendrelamain reprendrelamain 19 janvier 2012 15:01

    « Concurrence et profit : l’un est la guerre, l’autre le butin. »
    de Pierre Joseph Proudhon


    • spartacus spartacus 19 janvier 2012 17:33

      Gros problèmes de concurrence dans tous les domaines en France.




      • AVONS NOUS VRAIMENT UN MINISTRE DE LA SANTé INDEPENDANT....DES LABOS

        PHARMACEUTIQUES...COMBIEN DONNE CES LABOS A L UMP,,,

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès