Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Petroplus : Continuer jusqu’à la victoire

Petroplus : Continuer jusqu’à la victoire

 Lundi 4 février, il y avait un doute sur des offres de reprise mais la volonté était là. L’Etat réaffirmait son engagement pour une participation financière minoritaire via le FSI. Guillaume Bachelay, député de la circonscription, insistait devant les salariés en déclarant que « minoritaire, ça allait jusqu’à 49,99 % ».
 
Et mardi soir, une première manche était gagnée : il y avait 5 offres dont 2 déclarées sérieuses par Bercy !
 
Nouveau coup de théâtre avec le refus des administrateurs de demander une audience au tribunal de commerce.
Raison principale : des administrateurs qui appliquent la loi au pied de la lettre, parce qu’il manque des documents au dossier… Pour eux, une demande d’audience ne peut avoir lieu que si un dossier est complet.
 
Désormais, les candidats repreneurs peuvent déposer un dossier directement au greffe du Tribunal et demander une audience de cession.
C’est désormais l’enjeu ! Coordonner, faire accélérer tout le monde pour déboucher sur le projet industriel le plus simple à compléter et le plus solide pour l’avenir.
 
C’est une nouvelle étape et il faut continuer le combat vers la victoire.
 
Debout. Les Pétroplus le sont.
 
On a voulu les tuer trop de fois pour que cela les affecte.
Debouts ils sont, debout nous devosn être avec eux. Avec la solidarité, avec l’unité entre syndicalistes, salariés, élus on peut, on doit réussir.
 
Des repreneurs sérieux, un financement public, c’est le schéma d’une nationalisation temporaire si c’est nécessaire. On n’en est pas là mais aucune hypothèse ne doit être écartée.
 
 
Jean-Claude BRANCHEREAU
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • spartacus spartacus 8 février 2013 13:06

    Et si on vendait cette usine immense et démesurée à la casse ? 

    Elle doit faire au moins 1 kilomètre de long.
    Quand on passe dans ce coin, çà pue sur des kilomètres, c’est horrible, et à part la mairie le commerce alentour est inexistant ou misérable.
    Pétroplus ne fait travailler que 500 personnes. Même avec un repreneur c’est même pas certain que ça fonctionne à long terme.

    L’état être caution d’une telle « usine à gaz » ?
    Mieux vaut réserver l’argent de l’état a des dizaines de PME d’avenir qu’une somme débile a un monstre pareil.

    Le démantèlement ferait travailler beaucoup de monde. 
    L’emplacement reviendrait a des entreprises plus actuelles qui occuperaient plus de monde, moins polluantes et le paysage y gagnerait.

    Les salariés de cette usine ont la convention collective du pétrole. Des salaires extraordinaires a faire pâlir d’envie n’importe quel salarié de PME. Avec leur appuis politiques, ils partiront avec le jackpot qui leur permettra de rebondir ailleurs.

    • ecolittoral ecolittoral 8 février 2013 14:38

      D’accord avec Spartacus.

      Cette usine a fait son temps et doit disparaître. L’état ne doit pas participer à la perfusion qui ne servira à rien...sinon nous endetter. Autant mettre de l’argent dans des PME utiles.

      • pierrot pierrot 8 février 2013 17:08

        J’espère que l’usine et les emplois seront maintenus à la raffinerie de Petroplus.
        Il ne faut pas oublier qu’un emploi industriel peut générer 2-3- 5 fois plus d’emplois induits dans le commerce, service publics etc.

        Cependant, je crains que cette vieille usine demande de très lourds investissements et que la production de carburants et autres substances hydrocarbonées ait peu d’avenir.
        A suivre.


        • Le Yeti Le Yeti 10 février 2013 10:31

          L’intention est louable mais est-elle réaliste ?
          (NB : ce n’est qu’une question ; je n’ai pas d’avis établi sur Petroplus.)

          Si la demande de pétrole ne fait qu’augmenter, le pic lui est atteint.
          De fait, les besoins en raffinage vont baisser et que ce soit Petroplus ou pas, il va y avoir des pertes dans ce domaine ; à commencer par les moins rentables. Et pleurer n’y changera hélas rien.


          • ecolittoral ecolittoral 10 février 2013 14:20

            « Il va y avoir des pertes dans ce domaine ». Non ! Il y a aujourd’hui des pertes. Tout ce qui est lié à la consommation de pétrole.

            Directement : Pétroplus, transports et déplacements routiers, bientôt transports maritimes et aériens et indirectement sidérurgie industrielle. 
            Aujourd’hui pénurie par les prix et demain par les volumes.
            Sans oublier la pétrochimie de consommation courante : sacs plastiques, isolants électriques, moquette, jouets du petit dernier...Faites la liste des dérivés du pétrole qui « truffent » votre maison ou appartement.
            C’est une des causes cachées qui nous fait dire que : « La vie est de plus en plus chère ».
            Toute aide ou subvention dans ces domaines se feront à perte, retarderont un peu l’échéance sans apporter de solution.
            Commençons déjà par rapatrier les productions qui, bientôt ne viendront plus d’Asie et réfléchissons sérieusement et sans querelles partisanes à la production d’énergie.
            Les ex salariés de Pétroplus comme beaucoup d’entre nous sont capables de trouver des solutions et surtout de les mettre en oeuvre, et d’en dégager des revenus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès