Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Plan Juncker : hypocrisie, incompétence ou arnaque ?

Plan Juncker : hypocrisie, incompétence ou arnaque ?

Le fait que la Commission européenne par la voix de son Président fraîchement élu se propose de relancer la croissance pour sortir l'UE du marasme économique et pour renouer avec la croissance, est en soi une excellente initiative. L'espoir de lancer 315 Md€ de réalisations avec une subvention limitée à 5% est utopique. Pourtant tout n'est pas à rejeter dans l'initiative de Juncker !

L'essentiel dans la proposition Juncker réside dans le fait d'admettre que la croissance tant espérée et tant indispensable pour résorber une partie du chômage, n'est pas du ressort du simple développement de l'offre (pour des consommateurs de plus en plus pauvres) ou du développement de la demande (augmentation des salaires et des prix pour augmenter les importations de Chine et autres pays à très bas salaires, sans créations d'emplois en UE). Le plan Juncker se désolidarise du diktat de l'austérité et de l'équilibre des comptes publics qui en d'autres temps (du krach de 29 jusqu'à l'avènement du nazisme de 33) ont détruit les économies européennes. Il préconise le lancement de réalisations d'avenir, hors du système concurrentiel, avec des financements faisant appel à l'épargne privée, donc aux "marchés financiers" sans que les montants des emprunts soient pris en compte dans les critères de stabilité des comptes publics ! Quelle entorse à l'orthodoxie financière si chère à nos mentors allemands ? Ni Angela Markel, ni les agences de notations de la sainte inquisition financière ne se sont prononcées sur ce schisme.

L'espoir de lancer 315 Md€ de réalisations d'avenir avec le simple apport d'une subvention européenne limitée à 5% du montant total (subvention pas encore validée et votée !) est soit inutile, soit utopique : si les réalisations sont rentables avec 95% de financements privés à des taux supérieurs à ceux des emprunts d'états (< 2% actuellement) ils n'ont pas besoin des 5% de subventions pour être réalisables ; dans ce cas une simple autorisation des pouvoirs publics donnée à des consortiums de réalisation serait suffisante (comme dans le cas du viaduc de Millau). Si les 95% de financements privés ne peuvent être assurés d'une rentabilité suffisante, ce n'est pas le minime coup de pouce de 5% qui rendra les projets rentables et réalisables : les collectivités publiques devront fortement augmenter leur part de financement et cela aggravera leurs déficits et leurs dettes publiques.

En outre, les projets envisagés devraient être amortissables à moyen/long terme, c'est-à-dire à moins de 20 ans. Les projets de réalisations à grande durée de vie, telles la construction de digues et d'infrastrutures amortissables sur plus de 50 ans, avec une rentabilité quasi nulle à court/moyen terme, ne peuvent rentrer dans le plan Juncker, car ce serait aux États d'assurer, en quasi totalité, le paiement des annuités en capital et intérêts : cela nécessite donc d'intégrer les coûts des réalisations dans les dettes publiques !

Toutefois, l'idée de bon sens issue du constat que c'est un supplément de travail des hommes qui à la base de créations de richesses et d'emplois, est une idée à réinventer : la rentabilité de l'indemnisation des chômeurs rémunérés sans produire de richesse sera toujours inférieure à celle de réalisations de très longue dirée de vie et à faible taux de rentabilité : quelle est le rentabilité de la réalisation du Pont du Gard par les romains (et les autochtones) ou celle de la rénovation de la Cité de Carcassonne, ou encore de la rentabilité de l'ensemble des digues aux Pays-bas ? Les conséquences prévisibles et probables des déréglements climatiques liés au réchauffement dû à la croissance de l'effet de serre, ont besoin de grands travaux de protection et de la création de sources d'énergies renouvelables, amortissables sur le très long terme (>50 ans). Le plan Juncker est totalement inadapté au financement de telles réalisations. Pour cela, il faut envisager la mise en oeuvre du DOMO (Dispositif One More One), disposif associant la BCE (pour les pays de l'Eurozone) ou les autres banques centrales, aux États, d'une façon comparable à ce que font la FeD, la BoE, la BoJ, vis-à-vis de leurs États et de leurs économies nationales. Dans le DOMO, dispositif qui sera détaillé ultérieurement, la BCE prête à un taux nul ou très faible (<1%) sur 50 ans à une entité de réalisation et de contrôle, telle la banque centrale de chaque État, un euro à la condition que la collectivité publique à l'initiative du projet (état avec ou sans les collectivité territoriales) ajoute au minimum un autre euro. Dans le cas de la France, pour des projets de 20 Md€, la BCE prête 10 Md€ et l'État devrait apporter 10 Md€ sur son budget : or les prélèvements publics étant supérieurs à 50% (charges sociales, impôts et taxes...) les besoins de financements seront nuls pour le budget de l'État, et des emplois seront créés ! Par xemple dans le cas des infrastructures du RER du Grand Paris, avec un taux de 1%, les annuités seraient de l'ordre de 2,5% pendant 50 ans, ce qui est négligeable !


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • colere48 colere48 22 décembre 2014 12:32

    Plan Juncker : hypocrisie, incompétence ou arnaque ?

    Probablement les trois mon capitaine !!  smiley


    • Depositaire 22 décembre 2014 18:35

      En fait, il n’y a pas de solution efficace à la crise actuelle, car elle est structurelle, c’est à dire inhérente au système politico/économico/financier qui est celui dans lequel nous sommes.

      Ce système appelé « économie de marché » basé sur l’argent-dette et sur une croissance exponentielle est une aberration pure et simple et se trouve pris dans le marasme de son aberration.

      C’est la couse en avant vers l’accumulation de richesses pour une infime minorité d’individus au détriment de la majorité. Et le maitre mot est « le profit », envers et contre tout.

      En d’autres termes, tout, absolument tout, doit être basé, selon ce système, sur la satisfaction de la cupidité maladive de quelques uns. Le profit, encore le profit, toujours le profit. Et peu importe les conséquences sociales, culturelles, environnementales ou tout simplement humaines ! Le profit DOIT passer avant tout. Pour cela on n’hésite pas à jeter des dizaines de milliers de personnes dans la rue, dans la misère, on n’hésite pas non plus à détruire les cultures de certains peuples si cela peut rapporter un profit, à saccager les sols, empoisonner la terre à coup d’engrais chimiques et de pesticides, l’eau, l’atmosphère, etc.

      Alors comment voulez-vous améliorer un système aussi mortifère ? Ce n’est pas possible. N’y a t-il pas autre chose que le profit à tout prix, que cette cupidité pathologique comme solution ?

      Et la croissance ? comment peut-on, si on est un tant soit peu intelligent, admettre une croissance exponentielle dans un monde aux ressources limitées ? Un enfant de dix ans est capable de comprendre l’absurdité d’un tel système ! Et quand les ressources de la planète seront épuisées, les sols, l’eau, l’air, pollués à un point quasiment irréversible, comment les générations futures vont faire pour simplement vivre ?

      Ne serait-il pas temps de songer un peu à une gestion saine des ressources et à un partage équitable des richesses sans esprit de compétition et d’accaparement de la part de quelques uns au détriment de tous les autres ? Ne serait-il pas plus intelligent de vivre dans une société où nous n’avons pas à nous barricader chez nous, de pouvoir vivre ensemble quelques soient notre culture, notre rang social, notre race, notre couleur de peau, notre religion, dans le respect de l’autre et en harmonie avec la nature et dans une gestion saine et équilibrée des ressources que notre monde nous fournit ?

      Pourquoi devrions-nous vivre selon le modèle de psychopathes avides et cupides ? Quel intérêt pour nous ? Aucun. Alors pourquoi continuons-nous à l’entretenir ?


      • hugo BOTOPO 24 décembre 2014 17:42

        D’accord sur la diatribe justifiée contre les cupides avides de profits.
        Les profits à accumuler ne sont pas des richesses mais des dollars et autres devises, bref de l’argent virtuel : une suite de chiffres sur un compte bancaire sans contrepartie matérielle de la part de la banque. La FeD et autres banques centrales savent créer de l’argent ab nihilo ! du virtuel !
        Les vraies richesses sont soit des ressources fossiles épuisables, appartenant à la planète et à tous ses occupants actuels et futurs ! soit le fruit du travail des hommes. Dans l’Antiquité le travail des hommes, des esclaves (doués de valeur) créait des richesses. Aujourd’hui le travail des hommes est un coût à réduire ou supprimer : cherchez l’erreur ?
        Considérer la nécessaire croissance de production de richesses, tout en épuisant les ressources fossiles et en polluant la planète, sans se poser la question de la croissance démographique des humains est une grave erreur (surtout sans définir le bon équilibre démographique : celui d’il y a un siècle, un millénaire ou les 10 milliards d’un futur proche ?)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

hugo BOTOPO


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès