Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Plus d’énergies vertes, moins d’énergies fossiles : comment et (...)

Plus d’énergies vertes, moins d’énergies fossiles : comment et à quel prix ?

Le 6 novembre l’agence de notation Moody’s a publié une analyse sur le secteur de l’énergie en Europe. Elle y revient spécifiquement sur l’impact de l’essor des énergies renouvelables sur la production électrique à partir des carburants fossiles.

L’électricité verte concurrente de celle produite à partir des hydrocarbures

Dans son étude, l’agence de notation américaine constate que les capacités de production électrique issues des renouvelables « ont en pratique remplacé des capacités thermiques traditionnelles, et réduit les prix et les écarts de prix de l'électricité de gros ». En résumé, les énergies renouvelables sont désormais compétitives par rapport aux hydrocarbures. Elles le sont car l’amortissement des investissements est bien meilleur. A la différence des centrales thermiques, une fois construites, les installations productrices d’électricité verte ont un coût d’utilisation quasi-nul : le vent ou le soleil sont gratuits. De leur côté, les évolutions des cours des énergies fossiles rendent l’exploitation des centrales thermiques très coûteuse.

Une phase de transition délicate entre les sources d’énergie

Et pourtant Moody’s a dégradé la note financière d’entreprises comme Dong (danoise) ou RWE (allemande) très investies dans le développement de l’éolien offshore. Cette situation provient du fait que ces énergéticiens sont avant tout des exploitants de centrales thermiques. Par conséquent, ils se trouvent actuellement dans une situation financière délicate du fait que les parcs éoliens ne sont pas encore rentabilisés tandis que leurs factures d’hydrocarbures s’envolent.

La création d’un marché de capacité : une solution pour résoudre ce dilemme ?

Pour permettre aux électriciens européens de gérer cette phase délicate de transition, les décideurs publics réfléchissent désormais à mettre en place « un marché de capacité ». Il s’agirait de rémunérer la capacité à produire plutôt que la production elle-même. L’intérêt est d’inciter à maintenir les centrales installées et de favoriser l’économie d’énergie pour garder des marges de manœuvre en période de pics de consommation. Bref donner une valeur pécuniaire à l’électricité qui n’est pas produite. Mais un tel mécanisme s’annonce très lourd financièrement pour les deniers publics et in fine pour le contribuable.

La compétitivité des énergies décarbonées face aux hydrocarbures redonne espoir dans la lutte contre le réchauffement climatique. Toutefois, la question d’une gestion de la transition, assurant que le besoin en énergie soit satisfait en permanence et que l’on évite les blackouts, n’est pas résolue. Les pistes avancées pour y répondre peuvent passer par la régulation économique, à travers de l’instauration d’un marché de capacité, et également les avancées technologique (stockage, réseaux intelligents). 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • amiaplacidus amiaplacidus 9 novembre 2012 07:16

    L’énergie la plus écologique, c’est encore celle que l’on ne consomme pas !

    Les économies d’énergie obtenues en isolant correctement les nouveaux bâtiments et en adaptant les anciens permettrait, sans aucun doute, d’arrêter quelques centrales nucléaires.

    J’habite dans un climat relativement rude, proche de la frontière franco-suisse. Il y a trois ans, j’ai remplacé toutes mes fenêtres (qui étaient en double vitrage classique, non isolant) par des fenêtre en triple vitrage isolant. J’en attendais un retour sur investissement (de 12.000 € tout de même) en une vingtaine d’années.
    Or, expérience faite, je vais être remboursé en moins de 8 ans. J’ai pu pratiquement fermer un radiateur sur deux et avoir un niveau de confort encore supérieur, par suppression des zones froides autour des fenêtres. Ma consommation a passé de 13.000 kWh par année à 7.000 kWh, soit un gain de plus de 46 %.

    Évidemment, tout le monde ne peut pas faire les investissements assez coûteux d’une telle transformation.
    C’est là qu’un État bien géré et soucieux de l’avenir devrait intervenir, par le biais de véritables incitations, telles que des réductions d’impôts, des prêts à taux zéro ou taux symboliques, etc.
    Bon, j’ai écrit État bien géré et soucieux de l’avenir, je ne me savais pas si utopiste !


    • Bilou32 Bibi32 9 novembre 2012 09:20

      Et c’est là que l’état devrait aussi encadrer toutes ces entreprises spécialisées qui majorent leurs prix du montant du crédit d’impôt... Si j’achète une fenêtre triple vitrage (pas sur la façade sud, çà sert à rien...) et que je la pose, aucun crédit d’impôt, mais le tarif de la fenêtre est 40 à 50 % moins élevé... !? C’est normal ??? Une partie de la solution est peut-être dans la création de nombreuses micro centrales. On peut rêver d’une maison autonome, avec son éolienne, ses panneaux photovoltaïques, ses capteurs thermiques...


    • TSS 9 novembre 2012 09:52

      Si EDF(entre autre) arretait de promouvoir les « grille -pain »(convecteurs) nous aurions

       deja fait un grand pas vers l’economie... !!


      • Martha 9 novembre 2012 10:46

         Le choix d’optimiser les dépenses énergétiques domestiques pour les réduire au maximum est bien sûr le premier à faire. On y voit beaucoup plus clair sur ce sujet et les moyens ne manquent pas. On ne peut que se féliciter des aides de l’Etat qui ont favorisé cette évolution : les premiers sous gagnés, ce sont ceux que l’on ne dépense pas...
         Le problème se situe à un autre niveau : comment produire l’énergie nécessaire pour faire fonctionner un état moderne : machine industrielle, transports, énergie résiduelle domestique, éclairage ? C’est une question de fond et nous n’avons en réponse que des avis passionnés. Pour les uns hors du nucléaire pas de salut, pour les autres, tout faire pour sortir de ce système trop risqué et opter à fond pour des systèmes plus sûrs qui permettent de récupérer une énergie gratuite, abondante et renouvelable. Le débat est si vif que l’on y voit plus rien. A cette lutte de concept, intellectuel et scientifique se rattache une autre bien plus violente, d’intérêts, celle-là, qui obscurcit totalement cette réflexion.
         Comment faire pour savoir où se situe la vérité ?
         Les premiers débinent les partisans du renouvelable au prétexte que les puissances dégagées sont insignifiantes et que de toutes les façons il est impossible de conserver l’énergie produite : donc à l’évidence, c’est ingérable. Les autres disent que cette évidence n’est que parti pris, si on veut conserver l’énergie produite c’est tout à fait possible et qu’il suffit de s’y mettre et que de toutes les façon le nucléaire c’est dépassé : beaucoup trop coûteux et surtout dangereux.
         Voilà où on en est. Rien n’est clair, c’est du sur place et un face à face stérile et douloureux.

         On attend un débat dépassionné. La tension monte autour de la construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes, les bretons sont accusés d’être à l’encontre du sens du vent du progrès, après s’être illustrés dans le refus d’installer chez eux des centrales nucléaires. Mais n’est-ce pas le même combat ? D’autres choix d’investissements ne seraient-ils pas plus intelligents et rentables dans cette région qui à du vent et les énergies de la mer à profusion.
         Avez-vous entendu les suites du projet de recherche sur SEAREV au large du Croisic ? vous pouvez chercher, il semble bien s’être « nayé » dans le brouillard. Les Hydroliennes ? etc, etc.....


        • joletaxi 9 novembre 2012 11:09

          et encore un article de « vendeurs » d’éolien

          la réalité est celle-ci

          http://wattsupwiththat.com/2012/11/08/newsbytes-green-energy-policy-threatening-europes-industrial-base/

          tout le reste ,c’est votre blabla habituel.
          Si comme vous le prétendez, l’éolien est moins cher que le classique, il est absolument scandaleux de continuer à le subsidier.

          Il s’agirait de rémunérer la capacité à produire plutôt que la production elle-même.

          mais c’est déjà le cas en Allemagne(vous savez ,ces gens qui sont présentés comme modèle)

          les parcs éoliens offshore ,quand ils produisent(mais cela peut-être à 2 heure du mat,ce qui est dramatique pour l’équilibre du réseau) ne peuvent injecter la capacité produite, car pour cela ,il faudrait construire 3.000 kms de lignes THT, pour un coût estimé de 3 milliards d’eurox, et aussi vaincre l’opposition... des écolos.
          On paie donc ces producteurs en regard de leurs capacités !
          Mais il y a mieux.
          Comme l’éolien est présent sur le réseau de manière aléatoire, cela déstabilise les réseaux voisins

          http://alfin2300.blogspot.fr/2012/10/energy-wars-haughty-huns-threaten-pols.html

          et des fois que vous en doutiez, le « return » de l’éolien est catastrophique,

          http://www.thegwpf.org/lies-damn-lies-and-green-statistics/

          une étude hollandaise montre même que dans certaines circonstances, le recours obligé à maintenir des capacités de classique pour assurer le baseload, aboutit à augmenter la consommation globale.
          Mais ce que vous ne dites pas non plus, c’est que ces capacités en réserve, et qui ne vont faire que croître à mesures que les capacités éoliennes vont augmenter,sont également payées, et donc inclues dans votre facture,même si elles ne sont pas appelées sur le réseau.
          bref, une invraisemblable gabegie, qui se traduit par l’explosion des factures, et rien qu’en Allemagne, 600.000 ménages sont déjà en grande précarité énergétique(j’adore la formulation, ils sont dans la muisse quoi)

          Mais dites-moi, personne ne m’a encore expliqué pourquoi nos amis allemands, les champions de l’hystérie climatique, construisent 32 centrales lignite, plus de 50 centrales gaz, qu’ils repoussent la fermeture de leurs centrales obsolètes, malgré des investissements gargantuesques dans le renouvelable ?

          Bref, encore une lubie ecobobo,qui va coûter une fortune, et qui nous fait en plus courir le risque d’un blackout total.


          • TSS 9 novembre 2012 14:35

            Quel que soit le sujet mr « jesaistout » a la solution... !!


          • jacques lemiere 9 novembre 2012 18:47

            non, c’est une évidence, il est très difficile d’entendre un discours disant nous sommes rentables subventionnez nous....c’est absurde..

            en outre et c’est important, il est fallacieux de séparer l’éolien du thermique, en clair ,on ne peut pas pour le moment se passer de thermique..hem si vous habitez une maison isolée et que vous avez une éolienne.. prévoyez un bon groupe électrogène, certes il peut par chance être inutile, MAIS , il est aussi indispensable !! ce qui ramené au kWatt heure produit peut le rendre hors de prix...sauf bien entendu à imaginer que vous puissiez adapter vos besoin à l’offre ;.. ’ pas de frigo par exemple, pas de chauffage commandé par électricité pas de vmc..etc... et pour un pays c’est pareil !

            Le problème pour le moment insoluble du renouvelable c’est que il ne peut pas fournir de la puissance à la demande...

            Les alllemands construisent des centrales charbon...

          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 9 novembre 2012 11:36

            Bonjour,

            les nomades terrestres ou fluviaux ont compris depuis longtemps l’intérêt qu’ils peuvent tirer de l’électricité, c’est de l’embarquer avec eux, sous forme d’accus ou de transfos. Avec une petite centaine de watts, ils peuvent communiquer avec le monde entier par cibi et maintenant avec encore moins par le net. Donc, tout ce que tu peux rapatrier à domicile comme source d’énergie gratuite assure ton autonomie sociale. C’est une forme d’égoïsme mais clanique où tous se retrouvent autour du feu et on reconnait le chef du clan à ce qu’il est le plus bronzé. 


            • Croa Croa 9 novembre 2012 13:14

              Oui, tout à fait !

              Nous consommons énormément d’énergie dans nos pavillons de banlieue parce que celle-ci arrive au compteur et qu’elle n’est pas trop chère. Lorsqu’elle est moins disponible (caravanes, bateaux ) on arrive au même confort avec 10 fois moins : Comme quoi c’est possible... !

              Même remarque sur un simple PC : Modèle de bureau équipé systématiquement d’une alim 250 W voire 300W... Quelle stupidité vraiment ! D’accord ce n’est pas ce qui est vraiment consommé mais le fait est que les portables consomment en moyenne 3 à 4 fois moins que les modèles à tour pour faire la même chose. Vous pouvez vérifier si vous voulez !


            • jacques lemiere 9 novembre 2012 18:54

               Je passe sur la notion de watt embarqué qui demanderait des éclaircissements, mais il se produit alors un effet pervers...toute volonté de production individuelle d’électricité a pour conséquence un renchérissement pour le réseau collectif...

              marrant que des gens qui prônent toujours une forme de collectivisme prônent aussi une autarcie tout azimut...alors que réseaux sont par nature collectifs !

              Si tout le monde a un puits ..pas de réseau d’eau ... si tout le monde produit de l’électricité qui voudra construire des réseaux ????

            • Jr.Bupp Jr.Bupp 9 novembre 2012 12:44

              @le ou les auteurs ....

              Vous êtes impressionnants !!!! Vous arrivez à dire le contraire de ce que Moody’s écrit !

              très fort ! Oui, mais voilà, il y a la réalité.

              Qu’écrit Moody’s : que la rentabilité des centrales thermiques baisses.

              Et pour cause, dès lors que l’on impose une source d’energie au détriment d’une autre, on se retrouve avec un problème de gestion bien connu. Les frais fixes, qui eux ne baissent pas !

              Ainsi quand on impose à EDF de racheter la totalité de l’energie éolienne au prix fort, au détriment de toutes les autres sources, fatalement, il y a un moment où l’on peut dire que l’éolien est « plus performant ».

              Sauf que cette performance se fait grâce au Français qui finance ce surcoût (CSPE) d’une part, et d’autre part, des % frais fixes qui augmentent dans le prix de revient.

              Le problème, c’est que l’éolien n’est ni prédictible, ni performant. Du coup, il faut bien compenser !!! et pour compenser, il faut d’autres sources... Celles-là même qui sont, sois— disant moins performantes (artificiellement) mais qui sont indispensables pour subvenir aux errements de l’éolien !

              On tourne en rond me direz-vous ?

              Non pas du tout... Il suffit d’arrêter de subventionner l’éolien pour que le problème disparaisse.

              Par exemple en rachetant l’energie éolienne au tarif pratiqué par la loi nome ! Bien sûr, ce serait la fin de cet énorme scandale financier (à côté, les avions renifleurs. c’est une noisette !!!!!!!!!).

              Et du coup, nous Français économiserions environ 50 milliards. Et bien plus si comme le veulent quelques initiés (à la connerie), qui souhaitent modifier la structure même du réseau électrique centralisé (400 et 220 KV) qui aujourd’hui fonctionne parfaitement bien, en un réseau, je ne sais pas quoi... puisque décentraliser par exemple les Pyrénées-Orientales, cela voudrait dire que ce département serait autonome en éolien ???

               
              Sauf que, lorsqu’il n’y a plus de vent :

              1) on repasserait en mode centralisé ??????
              2) on construit des centrales thermiques pour compenser ??????
              3) on achète des gros pulls et des bougies ??????

              ETC... ETC...

              le problème est très complexe et certains essayent d’en profiter (le ou les auteurs et d’autres) pour nous faire prendre des vessies pour des lanternes !

              Il y a des coups pied au cul qui se perdent. Mais, espérons que cela n’aille pas plus loin !

              Il faut tout de même rappeler que c’est à cause de ce genre d’abruti que la France doit environ 1500 Milliards d ’€. Et si aujourd’hui, il y a moins de travail, que les retraités touchent moins, que les impôts augmentent. etc... etc... C’est à ce genre d’idiot du village que l’on doit s’adresser !

               


              • Croa Croa 9 novembre 2012 13:24

                « c’est que l’éolien n’est ni prédictible, ni performant. »

                 C’est FAUX  ! Les sites où sont implantés des champs d’éoliennes sont connus pour être bien ventés, des prévisions relativement fines peuvent être faites grâce à la méteo et l’ensemble est lissé par le nombre des machines. Celles-ci sont également très performantes, surtout comparés aux moulins d’autrefois.


              • joletaxi 9 novembre 2012 14:18

                l’éolien prédictible ?
                n’importe quoi.
                 
                Chaque jour, en fin d’après midi, le régulateur établit un plan d’approvisionnement pour le jour suivant.
                Jamais l’éolien n’est inclus dans ces plans,et pour cause.
                L’éolien est dite énergie fatale, et en plus elle doit être achetée, voire injectée dans le réseau.
                Chaque fois, cette énergie vient se substituer à une centrale tournant en base,qui est effacée du réseau, mais qui pour autant ne cesse pas de tourner à vide.

                Mais de toutes façons, vous ne répondez pas à cette question:pourquoi les allemands ,dont la préoccupation renouvelable ne peut pas être mise en doute, met en chantier 32 centrales lignite(et pas des jouets hein) le tout dans le plus grand silence des écolos ?

                Quand vous aurez donné une réponse autre que ,ce qui m’a déjà été répondu, par tradition, on pourra discuter des mérites de l’éolien.


              • Politeia 9 novembre 2012 14:49

                « Mais de toutes façons, vous ne répondez pas à cette question:pourquoi les allemands ,dont la préoccupation renouvelable ne peut pas être mise en doute, met en chantier 32 centrales lignite(et pas des jouets hein) le tout dans le plus grand silence des écolos ? »

                 

                Ce ne serait pas pour compenser leur sortie du nucléaire ?


              • joletaxi 9 novembre 2012 15:04

                bonjour Mr. Bupp

                un pays qui se laisse entraîner dans de telles aberrations ne mérite pas de conserver un niveau de vie durement acquis par une génération qui savait elle calculer et opérer des choix rationnels ;

                Les chinois doivent être mort de rire, en nous voyant mettre en place dans nos entreprises des armées d’emplois verts, pour calculer l’empreinte CO2 du taille crayon.


              • Jr.Bupp Jr.Bupp 9 novembre 2012 15:40

                @CROA

                Désolé, mais vous avez ouvert le bec pour laisser tomber.... une bétise !

                Nous sommes en France dans un régime de bourrasque pas d’alizé...ce qui veut dire que la vitesse de vent n’est pas constante ! pire, elle est chaotique (au sens mathématique).

                Le modèle mathematique qui permettrait de connaître la pression du vent sur des pales d’éoliennes suffisamment longtemps à l’avance pour que l’on puisse les intégrer dans les calculs de production prévisionnels..... n’existe pas !

                Et même si cet algorithme existait, le calculateur permettant de résoudre cette quantité invraisemblable d’équations. n’existera pas avant plusieurs décennies !!!!

                Cela étant que demande-t-on ?

                - UNE PUISSANCE EOLIENNE QUI SOIT SURE (pire... qu’elle soit ASSUREE).

                Pourquoi ?

                - Cette puissance garantie limite les éventuelles défaillances obligeant d’aller chercher en urgence sur le marché, de l’energie à coût très élevé (cas de vente à l’export ou utilisation en pointe chez nous).

                Que demande-t-on ?

                -Que la puissance garantie soit au moins égale à 95%. (norme ENTSO-E). C’est le cas de toutes nos centrales traditionnelles.

                Que fait l’éolien ?

                - En Allemagne, le taux de garantie est de 7% malgré la quantité importante de MWe installés. En France, RTE l’a calculé à 5%...

                DONC ?

                95% de l’energie éolienne produite se substitue à des centrales classiques (principalement le nucléaire). cette energie variable est donc utilisée en BASE puisque fatale ! Ce qui veut dire que l’energie substituée N’EST PAS UTILISEE, BIEN QUE MOINS CHERE !!! Ou si vous n’avez pas compris, l’energie qui n’est plus produite par le nucléaire ne sera pas utilisée ailleurs, par exemple en exportation.

                Quand au 5% de dispo pour le prévisionnel du lendemain, je suis persuadé que RTE garde sous le coude l’équivalent en centrale classique pour ne pas avoir de problème.

                Conclusions :

                Il n’est pas normal de payer la CSPE pour une energie éolienne fiable à 5% alors que pour cette même energie des centrales classiques, je n’aurais rien à payer ?

                Il n’est pas normal de payer la CSPE plus l’augmentation des tarifs de l’électricité, pour 95% d’une energie éolienne en base alors que celle des centrales classiques est bien moins chère et m’éviterait la CSPE et l’augmentation des tarifs de l’électricité.

                 

                Comprenez vous monsieur du CROA ?

                 

                 

                 


              • Jr.Bupp Jr.Bupp 9 novembre 2012 16:07

                Salut Jo

                Oui... vous avez raison.

                Ce qui est inquiétant, c’est que cela se passe à tous les étages...

                L’economie, le social, la justice...Partout, la manipulation est en oeuvre !

                Faire la part du vrai ou du faux est complexe et je me demande jusqu’ou cela va aller.

                L’eolien de ce point de vue est typique. C’est beau, ça fait pas de bruit (enfin pas trop près) c’est ecolo etc... etc... et du coup, on vous augmente votre facture de 50% !!!!

                Tout va bien !!! on a prévu un tarif social !

                Quand au ecolos, les vrais... pas ceux de AV, je serais curieux de savoir ce qu’ils en pensent !


              • jacques lemiere 9 novembre 2012 18:57

                OUI....et à bas le productivisme et vive la retraite et la diminution du temps de travail...


                L’abandon du productivisme par melenchon est un moment historique pour la gauche...

              • joletaxi 9 novembre 2012 15:01

                Ce ne serait pas pour compenser leur sortie du nucléaire ?

                c’est l’évidence.
                Mais dans ce cas, pourquoi faire le choix du charbon, qui reste une énergie très polluante(je ne parle pas du CO2 dont je me tape) ?
                Tiens justement, aux USA, l’EPA a réussi à provoquer ,par ses normes très restrictives, (et on vient ici nous raconter une fable que pour les shalegaz, ce serait la cata) à empêcher tout projet de centrales charbon,charbon qui trouve du coup un nouveau débouché ... en Europe.

                rigolez pas, c’est avec votre pognon.

                Pourquoi construire également une cinquantaine de centrales gaz ?
                Il eut été logique de compenser par du renouvelable non ?

                Il faut donc en conclure que les allemands ,qui ne peuvent pour des raisons politiques ,renoncer aux renouvelables, prennent des dispositions pour éviter un effondrement catastrophique de leur réseau, et ce quel qu’en soit le prix, ce qui commence à faire mal.

                et en angleterre, pays qui a aussi eu sa fête au slip éolien, Hitachi vient de racheter 2 opérateurs nuc, et va construire de nouveaux réacteurs sur les sites.


                • Le péripate Le péripate 9 novembre 2012 15:13

                  Oui, reprenons espoir mes frères la lutte climatique ne fait que commencer.

                  Moi perso j’aimais bien l’époque de la lutte finale. Au moins c’était la der. Et après, l’homme aurait été libre, enfin c’est ce qu’ils disaient les anciens communistes.

                  Mais les communistes d’aujourd’hui n’ont même plus ces pudeurs. L’enfer de leur loi c’est de la perpète. La planète le veut. Amen.


                  • ecolittoral ecolittoral 9 novembre 2012 16:30

                    Ma facture exploserait à cause du vent !

                    Toutes ces augmentations, eau, gaz, électricité, c’est à cause des éoliennes, du vent, des écologistes ?
                    Il suffirait de supprimer les éoliennes et les écologistes pour réduire mes factures ?
                    L’uranium qu’on importe serait gratuit et le soleil et le vent trop cher ?
                    Avec des calculs comme ça, on ne doit pas s’étonner des importations de pétrole, d’uranium, de gaz, de charbon et donc d’avoir des factures aussi énormes.
                    Mais, il paraît que c’est à cause du vent du soleil et des écologistes.

                    • Jr.Bupp Jr.Bupp 9 novembre 2012 18:08

                      Oui... exactement ! A cause du vent, du soleil, et des écologistes !

                      Vous n’aviez pas compris ?

                      Renseignez-vous comment se calcule la CSPE !

                      Comparer l’uranium et le vent est bien sûr, un non-sens mais, tout comme l’incohérence de vos écrits !


                    • Saphilae 9 novembre 2012 17:27

                      Sur l’éolien, tant qu’on restera dans la logique de la centrale à laquelle les abonnés viennent se raccorder, on ne résoudra rien. Construire des parcs éoliens est une superbe aberration qui entretient la servilité énergétique des abonnés.


                      Il faudrait plutôt miser sur le « petit éolien » qui se limite à la maison ou à un petit lotissement, le tout en association avec d’autres source d’énergie dites écologiques. On sortirait localement du mythe de l’énergie infinie qui se déverse dans la maison au pressoir de l’interrupteur. Rapprocher l’énergie des citoyens, c’est créer les conditions de leur responsabilisation. Car lorsqu’on est son propre producteur d’énergie, on y fait attention, on surveille sa production et sa consommation sous peine de finir la soirée à la bougie.

                      Par ailleurs il est certain qu’alimenter une ville comme Paris en énergie renouvelable parait d’avance mission impossible tant c’est un gouffre.

                      Nous sommes au balbutiement des usages des nouvelles formes d’énergies écologiques, et il y a là un champ d’exploration tout à fait passionnant ( peut être suis-je le seul à le penser ) pour les ingénieurs et autres inventeurs/chercheurs. Encore faudrait-il que les investissements suivent réellement...

                      Je trouve curieux qu’il y ait une si forte intolérance au temps de la transition. Il faudrait que tout soit parfaitement efficace tout de suite alors qu’une véritable politique de transition énergétique demanderait un temps qui dépasse le court terme de la valse des élections politiques.

                      Si ces défis sont stimulants pour l’esprit qui souhaite les relever, on constate que la mise en oeuvre de solutions nouvelles se heurte au conservatisme et au poids de tout ce qui existe déjà. A croire qu’il faudrait une véritable menace pour amorcer un engagement collectif significatif dans ce sens. On peut toujours rêver...

                      • Croa Croa 9 novembre 2012 18:54

                        Il est rare de disposer de vents souvent utilisables au dessus de sa maison. Le petit éolien peut être une bonne idée mais pour bien peu de gens. Pour les particuliers il vaut mieux penser photovoltaïque car, hors locations et hors co-propriétés, tous les autres ont un toit !


                      • Jr.Bupp Jr.Bupp 9 novembre 2012 19:25

                        Bien sûr. C’est vachement juste le PV !!!! celui qui a un toit bien exposé et qui met un 9KWc, c’est environ 4000 €/an ! soit un temps de retour de 5 ou 6 ans. Après c’est jackpot !

                        Pour tous les autres, ils peuvent « crever la gueule ouverte » !

                        Et ils sont nombreux.

                        - Ceux qui habitent en appart,

                        - Ceux qui sont mal exposés ou ont des masques solaires,

                        - Ceux qui sont en location dont le proprio veut bien mettre du solaire à condition qu’ils payent (locataires)

                        - Ceux qui n’ont tout simplement pas les moyens...

                        etc...

                        C’est une super idée le PV. ERDF a calculé que les pertes en lignes sur le PV représentaient plus de 20% du total produit. etc... etc...

                        Dans la série, on continue à faire n’importe quoi. ça y va !

                        Vous ne croyez pas qu’il y a mieux à faire ? manifestement non !!!! vous ne voyez pas !


                      • marc berger marc berger 9 novembre 2012 17:56

                        Ce est très amusant c’est que la pensée unique nous fait parler sans cesse de la chasse au CO2, parce qu’ils l’ont décidé ainsi, par contre on ne parle pas de taxe sur ceux qui tuent réellement le monde du vivant : pesticide, engrais chimique, chimie etc...

                        Alors faisons tout pour réduire le CO2 et laissons toutes ces industries nous tuer tout doucement , il aurait été bien plus courageux de lutter contre ce qui tue réellement au lieu de tout focaliser sur une discussion pas vraiment trancher sur l’aspect anthropique du réchauffement climatique. Mais cela est bien logique, il y a de l’argent à prendre dans le business du CO2, pas dans les taxes sur les industries mortifères.


                        • Karash 9 novembre 2012 18:00

                          « En résumé, les énergies renouvelables sont désormais compétitives par rapport aux hydrocarbures. »


                          Non sequitur ( pas de lien logique avec l’affirmation précédente )

                          Parler de « rentabilité » alors même que l’éolien reçoit massivement des subventions via des tarifs privilégiés est une arnaque intellectuelle. Il est normal que les entreprises du secteur soient dégradées puisqu’avec la dégradation des finances publiques partout en occident, le robinet risque de se tarir bien plus tot que prévu.

                          • jacques lemiere 11 novembre 2012 00:34

                            et imaginez que l’on se mette à exploiter le gaz de schiste...on se retrouve avec un parc qui quand il tourne devient une machine à faire perdre de l’argent...pour encore plus de temps.


                             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès