Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Plus le pouvoir d’achat diminue plus les consommateurs font appel au (...)

Plus le pouvoir d’achat diminue plus les consommateurs font appel au crédit revolving...

Baisse du pouvoir d’achat et crise économique engendrent une augmentation du recours au crédit revolving pour les achats de consommation courante. Pourquoi une telle tendance ? Quels sont les risques encourus par les personnes faisant appel à ces crédits faciles ?

Le crédit revolving, pour faire plaisir à ses proches en dépit d’un pouvoir d’achat en berne

Noël approche à grand pas, et avec lui, l’envie de gâter ses proches malgré un porte-monnaie qui se vide à la vitesse de l’éclair. Afin de passer outre ce souci de pouvoir d’achat, certains trouvent des méthodes alternatives : il y a ceux qui demandent au commerçant de ne déposer le chèque à la banque qu’à la fin du mois (même si cette pratique est illégale), ceux qui négocient un paiement en plusieurs fois, et ceux qui ont recours au crédit revolving.

Sans en avoir conscience, ces personnes, qui s’habituent à faire leurs achats et à en reporter le paiement risquent davantage de se retrouver en situation de surendettement, selon les élus et les associations de consommateurs. Et pourtant, la pratique semble courante. Lucien Odier, porte-parole de la Fédération des enseignes de l’habillement, constate que « dès que la dépense atteint 200 euros, les gens demandent trois mois de crédit  ».

Le crédit revolving occupe une place importante dans la consommation des ménages

 Les cartes de crédit délivrées avec un crédit revolving se développent également. L’offre est de plus en plus large chez de nombreuses enseignes commerciales et organismes de crédits, et les clients de plus en plus nombreux à tel point que les crédits à la consommation représentent près de 14% de la consommation des ménages (chiffre de l’Association française des sociétés financières). Une augmentation rapide du pouvoir d’achat qu’il faudra bien rembourser un jour…

Le risque de surendettement augmente avec le recours au crédit revolving

En souhaitant améliorer leur pouvoir d’achat et faire plaisir à leurs proches au quotidien ou pour les fêtes de fin d’année, ces personnes s’endettent sans en avoir conscience. Pour contracter un crédit revolving (appelé également réserve d’argent ou crédit permanent…) sans risque, il faut être en mesure de gérer parfaitement ses finances personnelles. Ces crédits faciles que l’on obtient en ne présentant qu’une pièce d’identité, un RIB et un chèque annulé, sont responsables de nombreux cas d’endettement. Il n’est pas rare que les personnes demandant un rachat de crédits aient contracté un ou plusieurs crédits revolving, et selon l’association UFC-Que Choisir, 82% des dossiers de surendettement comportent en moyenne 6 crédits permanents…


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 9 décembre 2008 11:36

    les crédits revolving sont un piège , car avec des taux d’interêt proche du taux d’usure , les mensualités demandées payent à peine les interêts et le principal reste dû indéfiniment ! malheureusement , ces prêts sont les seuls que les pauvres peuvent obtenir , les banques de dépot leur refusant les prêts classiques et les banques de crédits à la consomation étant beaucoup moins regardantes vis a vis des lois Neiertz


    • K K 9 décembre 2008 12:15

      Les credits revolving ne sont pas proches du taux d’usure, ils sont au taux d usure... Le pire est la facon dont ils presentent les choses... 2 ou3 % affiche, mais 17-18% a l’arrivee.

      Il y a aussi le "rien a payer avant 6 mois"....mais les interets courent deja.


    • alberto alberto 9 décembre 2008 13:34

      Voyons, le Chat, si tu ne peux plus rembourser tes intérêts : tu empruntes...
      Elémentaire ! Demande aux ministres des finances de notre beau pays comment ils ont fait depuis...
      Quant aux crédits révolvings c’est soigner le malade avec du poison !
      Bien à toi.


    • Marc Bruxman 10 décembre 2008 01:24

      Oui le seul bon usage d’un crédit revolving et de s’astreindre à le solder en quelques mois (généralement pas plus de 6). Sachant qu’il y a des solutions pour payer en 3 fois sans frais qui sont beaucoup plus satisfaisantes et évitent de se faire remplir le cul d’intérêt. 

      Au dela, il ne faut pas faire ce genre de crédit, dont le cout est beaucoup trop élevé. 


    • Alpo47 Alpo47 9 décembre 2008 11:54

      Il faut bien reconnaitre qu’il y a des gens/ consommateurs qui fabriquent eux même la corde pour se pendre.
      A priori, toute personne douée de raison connait ses revenus et combien il peut dépenser, une fois réglés les frais fixes du mois.
      Accumuler des crédits dépassant sa capacité de remboursement est irresponsable.
      Avant de dénoncer le système, il faut tout de même informer, expliquer, accompagner, aider à calculer, recadrer ... tous ceux qui sont incapable de respecter ses règles élémentaires.


      • Simplet Le Jeune Simplet Le Jeune 9 décembre 2008 13:54

        "Salauds de pauvres !"

        Je cite : "la corde pour se pendre, douée de raison, irresponsable, règles élémentaires..."

        Et bien, belle salve !
        C’est vrai, il y en a, des crétins irresponsables, il y a aussi des poissons volants mais ils ne constituent pas la majorité du genre (Audiard, Le Président)

        Et puis il y a les autres... un couple de smicard avec deux enfants en banlieue parisienne aura pour ressources environ 2500e pour le mois, allocations familiales comprises. Délai d’attente d’un HLM = 5 à 7 ans

        Alors après les frais fixes (loyer, charges, assurance, entretien... 1 automobile, assurance, entretien, carburant... frais de scolarité, cantine, garderie, étude (puisque parents travaillant)... 1 mutuelle, 1 mensualisation EDF, 1 autre GDF, 1 autre impôts et taxes (et oui !), 1 portable, 1 abonnement internet, 2 demi cartes oranges)...
        Allocation logement, allocation rentrée scolaire, CMU, abattements divers = 0 e

        Alors calculez moi ce qui leur reste pour manger (n’oubliez pas : 5 fruits et légumes par jour, et pas en conserve) et s’habiller (enfants et parents). Je ne parle pas de sport, ni de loisirs, ni de vacances, ni même d’un resto ou d’un sandwich en allant se promener, ni d’un cinéma ou d’un musée... c’est sans doute trop luxueux !

        Vous me direz : pourquoi une voiture, pourquoi un portable, pourquoi internet, pourquoi une mutuelle, pourquoi bien manger ? (pourquoi vivre ?)
        Il y a la sécu, emmaüs, les restos du coeur, les poubelles des hypermarchés... de quoi se plaindraient-ils ?

        Il y a aussi Noël, l’envie de faire plaisir à ses gamins, à son conjoint, de faire "différent" des 364 autres jours de misère. Et la plupart préfèrent prendre consciemment le risque de payer au prix fort une belle soirée dans l’année. C’est là qu’est leur dignité, c’est là qu’ils sont humains, et forts : c’est une vraie prise de risque. Et qu’on-t-il vraiment à perdre ? Payer toute leur vie des interêts ? C’est déjà ce qu’ils font.

        Mais vous, dans une telle situation, vous préfèreriez peut-être piquer le sac d’une vieille dans la rue, ou marcher sur la tête de quelques autres pour arrondir les fins de mois ?
        Où seraient vos priorités ?

        Bonne fêtes de fins d’année à tous, les poissons volants et les autres...





      • darthbob darthbob 9 décembre 2008 14:46

        @Alpo4 :

        t’est fou ou quoi ? tu veux tuer le bizness !

        Il est impensable d’expliquer aux gueux comment éviter ces pièges qui font le bonheur des publicitaires, marketeux, organismes de crédit, banques, assurances et commerces...

        Le système a créé le revolving pour nourrir une masse énorme de personnes, au détriment des plus faibles, des plus naïfs, des moins informés, des plus fragiles

        Leur faire porter la responsabilité de s’être fait prendre au piège est quand même gonflé, mais ça fait partie de la beauté du piège, non ?


      • jakback jakback 9 décembre 2008 16:59

        Gérer en bon père de famille, ou apprendre a lire et a compter, ou se donner les moyens de ses ambitions, voila quelques solutions pour éviter le surendettement. La plus simple est d’évidence de ne pas s’endetter, mais voila cela demande des efforts d’humilité, de volonté sur les pulsions primaire du tout tout suite, de frustration de l’ego, de lucidité, puis tout de même un minimum d’intelligence.
        De la propriété de son habitat jusqu’au dernier gadget a la mode, des vacances a la neige ou au soleil a l’achat d’un animal domestique, des 5 fruits et légumes a la TV sur abonnements, tous est une question de choix.
         Être citoyen, c’est être responsable de ses actes, il est vrai que par les temps qui courent cela est passé de mode.
        A ma connaissance tout les smicards ne sont pas tous sur-endettés, inconséquence n’est pas synonyme de pauvreté.


      • ninou ninou 9 décembre 2008 19:39

        Toute personne douée de raison et qui fait ses comptes sait combien elle peut dépenser.... Jusqu’à ce qu’une tuile ou deux arrive (en général, elles arrivent en série ! !)
        Pour les bas salaires, il ne faut pas longtemps pour passer de l’équilibre à la dèche !
        Bah oui, il faut continuer à bouffer, à mettre de l’essence dans la voiture pour aller bosser, à payer ses impots etc.... même si des imprévus vous tombent dessus !


      • Lucie Vivien 9 décembre 2008 19:49

        Si les banques accordaient plus facilement des crédits à taux normal, les crédits revolving auraient moins de succès et les gens ne deviendraient pas surrendettés.


      • Neris 13 décembre 2008 18:33

        Alpo47

        J’étais une personne douée de raison qui connaissait ses revenus et donc...

        Le seul problème, c’est que je ne pouvais pas mettre un sou de côté. Et passer dix mois sans frigo ou passer tout un hiver sans chaudière, eh ben, j’ai craqué !!

        Et j’ai acheté la corde pour me pendre comme vous dites plutôt que de me geler pendant un an, ben oui ; la Normandie c’est assez humide, c’est pas la Côte d’Azur ! et puis le frigo qui lâche méchamment durant la seule année où les Normands enregistrent des presque 40°...

        Oh je ne dépassais pas ma capacité à rembourser, loin de là !!

        Jusqu’à ce que j’arrive au RMI ! mais imagine-t-on qu’un jour, on finira au RMI ?


      • Fergus fergus 9 décembre 2008 16:22

        La survivance dans notre pays des taux d’usure pratiqués par les organismes gestionnaires de ces crédits revolving est une illustration éclatante de la duplicité du pouvoir sarkozyste, prompt à manier la compassion mais qui reste totalement sourd aux demandes de plafonnement des taux.

        Le problème est que cette forme d’usure moderne rapporte beaucoup trop aux amis du président pour qu’une moralisation soit engagée. Et c’est ainsi que la France reste l’un des pires pays de l’UE en la matière !


        • Gilles Gilles 9 décembre 2008 16:49

          Ben ouais, la croissance française repose sur la consommation = FAUT CONSOMMER, sinon la France plonge dans la dèche

          Les magasins ouverts le dimanche c’est parait-il pour augmenter la consommation = LIBERTE DE CONSOMMER PLUS

          Noël, ancienne fête paienne devenue chrétienne, puis redevenue païenne, est par essence une fête de la sur-consommation à l’image son symbole, le père noël aux couleurs de coca-cola : bouffe a s’en faire péter le bide, cadeaux pour gamins s’ammoncelant en montagne et rangés au placard 1 semaine aprés pour la plupart, champagne ....

          Mais comme les revenus de 90% de la population stagnent depuis 10 ans, que depuis 30 ans les revenus proviennent de plus en plus du capital et non du travail, que la crise est là, que peut faire le consommateur lambda (sans beaucoup d’épargne, avec un salaire moyen) pour soutenir le nerf de notre civilisation ?

          EMPRUNTER..... c’est bon, c’est bon, c’est bon pour la croissance !

          Et ça entretient des jobs dans les filiales bancaires (qui gèrent ces crédits), des jobs dans la finance qui titrise tout ça, des jobs d’huissiers, des jobs de fonctionnaire chargés du surendettement, des jobs de service clientèle qui réponde aux désespérés.... ..... c’est bon, c’est bon, c’est bon pour la croissance !


          • ninou ninou 9 décembre 2008 19:52

            Gilles, tu as tout à fait raison.
            Les emprunts des petits salariés contribuent à la croissance. Ils créent de la monnaie fraiche. Alors il ne faudrait surtout pas les aider en temps de crise, parce que, sinon, ils pourraient avoir un niveau de vie suffisant et arrêteraient de s’endetter...
            Le mieux, c’est qu’actuellement, contrairement à ce que laisse entendre l’auteur de l’article, même le salarié pauvre qui se fout de noël et de la consommation se retrouve obligé de trouver ponctuellement des suppléments budgétaires... pour bouffer et se loger !
            Il vit au delà de ses moyens le bougre ! Manger ! Vous n’y pensez pas !


          • PtitLudo PtitLudo 10 décembre 2008 09:50

            Eh oui ... Plus on reprise, moins on se grise ...
            Relire les grands classiques de l’anticipation, on voit que certains étaient très proche de la vérité.


          • K K 10 décembre 2008 00:32

            bien vu capitaine ! smiley


          • Marc Bruxman 10 décembre 2008 01:21

            Oui certains achètent eux même la corde pour se pendre sous la forme d’un crédit revolving. 

            Je ne dis pas que cela ne peut pas rendre service dans certains cas, mais il y a souvent d’autres moyens pour s’en passer. Notamment étudier votre budget en mode "crevard" pour voir partout ou vous auriez pu choper des trucs moins chers. 

            Faites notamment gaffes :

            • Au pack "sodomie" vendu par votre banque, alors qu’il existe des banques quasi sans frais type Boursorama Bank (90 € d’économisé sur l’année). 
            • Passage en dégroupage total de l’abonnement téléphonique. (Plus de 150 € sur l’année). 
            • Passage chez un fournisseur d’énergie alternatif type Poweo. 
            • Achat systématique sur internet pour avoir les meilleures affaires et profiter des promos. 
            • Vérifier que votre forfait de téléphone mobile est adapté. Il y a souvent moyen d’économiser énormément en passant sur le bon forfait (mais il faut épelucher à la main toutes les offres de votre opérateur, il ne va pas vous le dire ! ! !). 
            Bref, il y a dans la plupart des budgets (sauf chez ceux qui le font très souvent) moyen de crevarder à mort. Et donc de quoi se passer du crédit revolver. 

            Et n’ayez pas honte de passer au LIDL pour certains produits, y’a pleins de bourgeois qui le font ;)

            • Mycroft 10 décembre 2008 11:20

              Les bonnes affaire, ou comment les pauvres se tirent une balle dans le pied. Ou plutôt dans le pied de leur voisin, aussi pauvre qu’eux. Vive la division, ça permet aux riches de regner, sans même avoir besoin de faire quoi que ce soit d’utile.

              C’est sur, prenez du dégroupage total, donc, au lieux de faire travailler le seul opérateur téléphonique qui a encore des magasins en france, faites travailler des boites qui ont délocalisé leurs centres d’appel à l’étranger. Au passage, si jamais votre service ne marche pas, bon courrage, vous aller passer un moment couper du monde exterieur. Pareil pour l’énergie, prenez du pas cher, et puis ne vous inquiétez pas de l’augmentation des pris les années suivantes, bien sur.

              Achetez donc à la grande distribution, plutôt que faire vos courses chez les artisans de l’alimentaire, c’est sur, la disparition des petits commerces, c’est bon pour vous (remarquez, c’est sur que LIDL est toujours moins pire que leclerc, au moins, ils vendent leur produit rembalé moins cher).

              Et puis surtout, passez le peu de temps libre que vous avez à organiser votre consomation, vous n’avez rien de mieux à faire. C’est sur, citoyen, consomateur, ça commence par la même lettre, après tout, non ?

              Après, on peut se passer de crédit revolving avec un smic, il suffit de ne pas avoir de gamin et d’habiter hors de Paris. C’est en effet plus facile à dire qu’à faire, on ne choisi pas nécessairement où on va bosser. Il serait peut être bon qu’on aménage un peu mieux le territoire et qu’on vide progressivement Paris. Les zones vide ne manquent pas en France.


            • kemilein 10 décembre 2008 02:09

              MOUAHAHA

              plutot que de faciliter le credit, rémunérez le travail a sa juste valeur, et peut etre on reparlera de vos crédis.

              Qui a dit que les consortiums banqu’assuran’credi étaient des voleurs ? oO


              • Pourquoi ??? 10 décembre 2008 07:19

                Anna est une bobo adepte des "grandes tables parisiennes" (sic) qui vient donner des leçons aux pauvres : "c’est pas bien, les pauvres, restez à votre place sur le trottoir"

                Bien sûr que c’est de l’arnaque les crédits révolving, mais qui arnaque ? sinon tes petits copains-bobos, Anna ?
                Et de quoi ils vivent tes petits copains bobos, Anna ?

                Ca rappelle les bourgeois bien-pensants du début du XXème : "c’est pas bien, les pauvres, il ne faut pas faire autant d’enfants" tout en interdisant la pillule : que les pauvres fassent abstinence s’ils n’ont pas les moyens d’aller aux putes, comme nous les bougeois !
                Mais puisqu’ils font tellement d’enfants, exploitons donc cette main d’oeuvre abondante et donc pas chère... A la réflexion, il faut interdire la pillule, c’est mieux pour nous...

                C’est pareil : il faudrait interdire le crédit revolving, mais puisqu’il est là, exploitons à fond les gogos qui n’ont pas le choix !

                Allez, Anna, va donner ta piécette aux SDF du XVI éme. Et t’inquiéte pas pour eux : ils n’ont même pas droit au crédit-révolving !


                • Gilles Gilles 10 décembre 2008 10:10

                • anna 10 décembre 2008 12:32

                  Bonjour POURQUOI ???

                  Si nous sommes d’accord sur le fait que le crédit revolving devrait être mieux encadré, est l’un des facteurs du surendettement et n’est donc pas bénéfique, pourquoi s’emporter ainsi ? Votre imagination vous joue des tours POURQUOI ??? et me voir comme une bobo sous pretexte que j’apprécie la gastronomie me fait sourire. Découvrir les grandes tables ne signifie pas y déjeuner tous les mois, mais simplement me tenir au courant de ce qu’il se fait dans le domaine, mais j’estime ne pas avoir besoin de me justifier plus là-dessus.

                  Je ne pensais pas que parler des risques engendrés par les crédits trop faciles donnerait lieu à une réaction aussi vive. Mais vous avez peut-être raison, puisque le crédit revolving existent, ne cherchons surtout pas à l’encadrer, ne changeons rien, laissons les Français se faire exploiter et surtout... ne parlons pas des problèmes existants.

                  Je vous propose de relire mon article, et vous constaterez que je ne me permets pas de faire la leçon à qui que ce soit. De même, juger sans connaître n’est pas dans mes habitudes. Je me base ici sur des chiffres mettant en évidence les risques engendrés par le crédit revolving.

                  Bonne journée (ou plutôt, vu l’heure, bon appétit  )

                  Anna


                • Jiache 10 décembre 2008 12:02

                  Je pense que notre système est encore plus pervers que ce qui est dit. Sans crier au complot international, les génies du commerce ont bien compris que ce sont les pauvres qui consomment et la consommation aujourd’hui est organisée autour de cette clientèle et ce dès l’enfance.

                  Qui aujourd’hui exigera de ces parents d’avoir les dernières fringues à la mode ? Le fils de bourgeois ? Certainement pas, le fils de bourgeois comme ses parents n’ont rien à prouver socialement, ils sont établis. Le fils de prolo, lui, a besoin d’exister socialement et l’un des rares moyens que la société met à sa disposition est l’illusion de la consomation.
                  Eh oui. La grande arnaque est de penser que si l’on est conforme aux clichés que nous renvoient les publicités, on a réussi sa vie. Les exemples vestimentaires sont criants, il suffit de regarder autour de soi.

                  Forts de ces constatations, certains ont imaginé un système d’extortion de fonds légal spécialement pour les plus faibles : le crédit revolving. Ce type de pratique est d’ailleurs à la limite de la légalité et des gardes fous sont censés exister. La manne financière est tellement importante que l’illégal se fait avec la bénédiction de l’état.

                  Salauds de français fainéants et pauvres en plus ! Travaillez 60 heures par semaines, devenez livreur de pizza à 70 ans pour mieux consommer des merdes qui ne vous serviront jamais à rien.


                  • Yann Gré Yann Gré 14 décembre 2008 12:42

                    Le Crédit Revolving est un véritable fléau aux conséquences désastreuses.

                    Un recours inconsidéré à cette forme de crédit conduit quasi systématiquement à une situation de surendettement, compte-tenu du montant exorbitant des intérêts.

                    Heureusement, le Code de la Consommation protège tout de même les emprunteurs contre les abus les plus flagrants et il est souvent possible, lorsqu’un Tribunal est saisi, d’obtenir la déchéance des intérêts.

                    Yann Gré,
                    Avocat à la Cour



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès