Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Pour un « Summer of Code » à la française

Pour un « Summer of Code » à la française

Google organise pour la troisième année consécutive le Google Summer of Code. Le succès de l’évènement ne se dément pas : 600 participants pour cette année 2007.

Le principe est simple, des organisations proposant des évolutions de logiciels libres sont candidates pour devenir tuteurs, suite à cela des étudiants se proposent pour coder sur ces projets. Après sélection, le processus se poursuit : mise en relation tuteur/codeur, codage, évaluation, publication. Le détail du processus est accessible dans la base de connaissance du programme.

Les intérêts d’un tel programme annoncés par Google : augmenter la quantité de code sous licence libre publié, encourager de jeunes codeurs à s’inscrire dans la démarche logiciels libres, augmenter les communautés de projets logiciels sélectionnés, permettre à des étudiants dans le domaine du logiciel d’avoir une activité rémunérée dans leur domaine, et leur permettre d’être confronté au développement logiciel dans un contexte professionnel.

Le coût du programme pour Google est assez raisonnable. En donnant 5000 dollars par étudiant, 4500 dollars revenant à l’étudiant et 500 dollars pour le tuteur, les 600 étudiants financés coûtent à Google 3 millions de dollars. Il faudrait bien sûr ajouter à cela les coûts de gestion d’un tel programme qui, au vu de l’organisation retenue, me semble très accessible et clairement très inférieur au montant d’intervention. Posons comme hypothèse que le programme coûterait 3 millions d’euros à mettre en oeuvre depuis la France.

Quels résultats ! Quelle rentabilité !

Pour 3 millions d’euros, vous avez permis à 600 développeurs d’aiguiser leurs talents sur des projets utiles et pas sur un T.P. déjà programmé 1000 fois, vous avez permis à des entreprises de découvrir de nouveaux talents, vous avez dynamisé de nombreux projets publiés sous licence libre et donc utiles à des acteurs qui génèreront de l’activité économique sur ces bases.

Quels gains à réutiliser le concept ?

Les gains à réutiliser le concept sont multiples, et vont au-delà des objectifs du programme de Google. Notre contribution à la compétitivité de l’Europe dans la société de la connaissance (objectifs de Lisbonne) s’en trouverait renforcée. En impliquant également les écoles et les universités dans le dispositif, on améliorerait le lien entre celles-ci et les entreprises, au travers des étudiants qui seraient évidemment gagnants et qui pourraient espérer plus qu’un emploi de paramétreurs de grands progiciels pour leur prochain emploi... Les administrations pourraient également être sollicitées pour apporter leur patrimoine logiciel extrêmement riche au pot commun. Cela pourrait être un des rôles de l’Agence pour le patrimoine immatériel de l’Etat, qui vient d’être créée.

Un tel programme pourrait voir le jour au sein d’un pôle de compétitivité, spécialisé dans le domaine des logiciels libres (comme celui annoncé en son temps par le ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie) ou non.

Nous pourrions même imaginer que cela ne se limite pas au champ du logiciel... mais c’est une autre histoire...


Sources :

à propos du programme "Google Summer of Code"

Stratégie de Lisbonne

Agence pour le patrimoine immatériel de l’Etat

Les pôles de compétitivité en France


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • emmanuel 28 mai 2007 16:21

    Pourquoi demander a l’etat de faire un tel effort. Google utilise le Summer Of Code comme outil marketing et de recrutement. Etant un fort consommateur de technologies Open Source, donner au pot commun ne peut pas leur faire de mal.

    Aujourd’hui en France (probablement en Europe), les gros consommateurs et beneficiaires d’open source et les demandeurs de talent sont les SSII. Cap Gemini ou Atos pourraient tres bien se lancer dans ce genre d’initiative.

    Malheureusement, en France, l’investissement est quelque chose de mal compris

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès